Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Expériences et points de vueInnover en temps de pandémie à Po...

Expériences et points de vue

Innover en temps de pandémie à Pointe-à-Callière. Entretien avec Katy Tari, directrice des collections, des programmes et services au public, réalisé par Marie-Sylvie Poli

Katy Tari et Marie-Sylvie Poli
p. 342-347

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’entretien qui suit est l’occasion de découvrir comment Pointe-à-Callière, Cité d’archéologie et d’histoire de Montréal, située dans le Vieux-Montréal, a réagi à la fermeture imposée par la pandémie de Covid-19 dès mars 2020. Le but est de permettre à Katy Tari de contextualiser et de présenter, par le détail, tous ou presque tous les projets numériques de médiation créés et mis en ligne durant cette période pour garder le contact avec les publics, pour travailler autrement, pour inventer, pour enrichir le lien avec les visiteurs. Entretien réalisé et enregistré via Teams le 1er mars 2021.

2Marie-Sylvie Poli : Pourquoi avez-vous décidé de garder le contact avec vos publics par le numérique pendant cette quasi-année de fermeture des musées liée à la pandémie de Covid-19 ?

3Katy Tari : C’est un peu notre raison d’être, la raison pour laquelle on existe : faire découvrir, connaître, aimer l’histoire de Montréal à nos publics. Alors, si on n’a plus ce lien avec nos publics, comment pouvons-nous répondre à notre mission ? Aussi, avec la fermeture du musée durant la première vague de confinement en raison de la pandémie, on s’est tout de suite tous posé la question : que peut-on faire pour garder ce lien avec nos publics ? D’autant que nous avions des messages du public qui nous le demandaient.

4MSP : Les gens s’adressaient ainsi à vous directement sur votre site ?

5KT : Tout à fait, on a eu des appels téléphoniques, on a reçu des courriels et des messages sur les réseaux sociaux. Si nos interlocuteurs étaient enseignants, ils ne se sont pas identifiés comme tels. On a donc interprété ces messages comme émanant d’individus qui s’adressaient au musée. Par contre, nous recevions aussi des messages d’enseignants regrettant vivement la situation, l’obligation d’annuler leurs visites de groupes. Ils ont tous espéré un retour à la normale pour leurs élèves.

6Ne sachant pas pendant combien de temps le musée allait rester fermé, nous étions dans l’incapacité d’anticiper la durée de cette coupure. Très rapidement, l’équipe des communications a pris les devants en créant une section « Pointe-à-Callière chez vous ! ». On a alors mis à contribution toutes les équipes du musée pour effectuer des présentations en direct avec les chargés de projet pour présenter l’exposition temporaire Les Incas… c’est le Pérou1. L’équipe a filmé le parcours de l’exposition sur les Incas pour donner un aperçu de l’exposition. Comme le résultat était satisfaisant, on a eu envie de faire une visite guidée virtuelle du musée et de notre exposition permanente.

7Nous avions déjà le parcours intérieur du musée sur Matterport [équivalent de Google Streetview] et nous l’avons mis en évidence dans cette section du site web. Ne l’ayant jamais exploité, nous avons alors décidé de l’améliorer pour en faire une visite virtuelle2. Pendant qu’une personne des communications naviguait à travers les vestiges du musée sur Matterport et qu’une autre gérait les chats, un de nos guides décrivait ce qui apparaissait à l’écran telle une visite guidée, mais en ligne. Cette visite virtuelle, expérimentale pour nous, était offerte gratuitement en direct sur Facebook Live3, et tout de suite, les échos du public ont été extrêmement positifs. Nous avons poursuivi nos visites virtuelles sur cette plateforme pour d’autres sections du musée et avons graduellement bâti un corpus de visites virtuelles thématisées.

8Dans ce même ordre d’idée, valoriser des outils déjà existants, nous avons mis en ligne des « carnets de visite familles » imprimés qu’on remettait en main propre avant la fermeture du musée, conçus pour l’exposition Les Incas… c’est le Pérou ! Là aussi, nous avons reçu des commentaires très positifs de parents reconnaissants de pouvoir accéder à des contenus pour leurs enfants. Alors évidemment, on a eu envie de réfléchir à créer d’autres choses. Ainsi, de fil en aiguille, on a ajouté graduellement divers contenus reliés à nos outils éducatifs ; à chaque fois, la rétroaction4 de nos publics nous a encouragés à continuer nos efforts et nous a aussi stimulés pour réfléchir à d’autres formes de transmission. Par ailleurs, nous avons offert une visite virtuelle5 de l’exposition Pirates ou corsaires ? commentée par un de nos guides et destinée aux familles et aux écoles sur Facebook Live6.

9Tout de suite, on a eu des rétroactions d’enseignants qui nous ont demandé : « Pourquoi vous ne faites pas une visite virtuelle pour les scolaires ? » Nous étions alors toujours au printemps 2020 et on ne savait pas si les élèves retourneraient en classe à l’automne ni quand nous aurions la possibilité d’accueillir des groupes scolaires au musée.

10MSP : Vous vous êtes donc mis à inventer des choses nouvelles parce que d’une part vous ne saviez pas combien de temps les restrictions de déplacement allaient durer, et d’autre part car vous aviez des retours positifs des publics à propos de dispositifs déjà existants ?

11KT : Oui, nos équipes étaient en permanence en mode itération ; on essaie une visite guidée, un contenu qu’on met en ligne, et puis on voit les rétroactions tout en poursuivant nos réflexions pour ajouter d’autres contenus pour nos publics. Nous n’étions pas passifs ! C’était vraiment un bouillonnement d’idées, et chacune des équipes a aussi réfléchi de son côté. Il y a eu une forme d’émulation très positive qui nous a encouragés à développer, à cibler certaines démarches numériques.

12MSP : Il y a donc eu plus de concertation que d’habitude ?

13KT : Absolument, parce qu’habituellement, notre programmation culturelle et éducative est bien rodée en fonction d’un calendrier de production très serré. Là, avec la pandémie, c’est comme si l’on se retrouvait devant rien. Alors on s’est tous mis à travailler en concertation pour inventer, pour alimenter, pour créer une dynamique avec les publics tout en développant de nouvelles compétences techniques. Notre but étant surtout de créer une nouvelle présence sur nos plateformes numériques en publiant des contenus sur notre site web et sur les médias sociaux. Pour que Pointe-à-Callière soit vivant et présent, pas juste un musée fermé au public en raison de la pandémie.

14MSP : Vous cherchiez à mobiliser des publics spécifiques ?

15KT : Non, notre approche était vraiment très large. Pour l’exposition sur les Incas, par exemple, on visait plus les publics d’adultes, les amateurs de la civilisation inca, les passionnés de civilisations. Avec les visites virtuelles de nos expositions permanentes, nous cherchions à rejoindre les Montréalais et de nouveaux publics à la recherche de contenus et de découvertes. Dans le cas de l’exposition Pirates ou corsaires ?, on ciblait vraiment les familles sans penser directement aux scolaires, d’autant que la visite virtuelle en direct se déroule pendant l’heure du dîner. Mais on a eu la bonne surprise d’être rejoints par des enseignants, alors ça nous a encouragés à poursuivre dans cet élan et à envisager d’offrir des visites virtuelles adaptées aux scolaires.

16Je fais une parenthèse pour évoquer notre événement annuel estival du « Marché public dans l’ambiance du 18e siècle », à l’époque de la Nouvelle France. Nous ne savions pas si nous pourrions offrir ou non l’événement ni sous quelle forme : avoir nos kiosques et nos animations en présentiel comme on le fait chaque année ? Le présenter mais avec moins de kiosques ? Ou bien inventer l’événement en ligne ? On était dans le flou le plus complet sans visibilité sur les mois à venir. Avec la fermeture du musée, sans revenus autonomes, nous avons dû réviser nos budgets. Il fallait prioriser, revoir l’ensemble de nos activités soit en les réduisant à néant, soit avec un budget réduit. Notre premier réflexe a été de couper dans nos budgets, mais on a eu la belle surprise d’être soutenus financièrement dans nos demandes de subventions faites au titre de nos activités culturelles. Je tiens à préciser qu’on nous donnait carte blanche, soit une grande latitude et liberté pour développer et adapter nos activités culturelles. Grâce à ces soutiens que nous avons vraiment salués et appréciés, ces montants nous ont permis de rebondir et nous ont donné un élan formidable7.

17Bien qu’on ne sache pas si les classes reprendraient à l’automne, on a décidé de développer une visite virtuelle pour les scolaires. Fin août, on s’est donné à peu près deux mois de préparation pour monter un projet « fait maison » avec une caméra GoPro récemment acquise. Nous avons également réfléchi à notre modèle d’affaires et opté vers des visites virtuelles payantes, sur réservation, avec l’accompagnement d’un guide-animateur de Pointe-à-Callière. Ces visites se distinguent des lives Facebook et nous permettent d’offrir une visite personnalisée en direct et adaptée aux besoins des classes scolaires.

18MSP : Avec quelles équipes ?

19KT : Mon équipe Programmes et Services au public a travaillé en collaboration avec l’équipe Communication pour développer le scénario inspiré de notre visite en présentiel, le filmer, le monter, l’adapter, le mettre en ligne. Nous avons ainsi développé à destination des enfants le concept « En direct de l’histoire », dont une version pour le primaire et une autre pour le secondaire. Nous avons de notre côté identifié quelques classes pour tester et évaluer ces visites scolaires, et obtenir des rétroactions pour pouvoir les ajuster, les adapter et les peaufiner. On a vraiment tout évalué avec les enseignants, que ce soit le processus de réservation, le scénario de visite, la formule mixte et sa durée entre la portion diffusion de la visite préenregistrée et la portion animation en direct du guide avec la classe, jusqu’à la prestation de la visite virtuelle comme telle, puis le retour en classe. L’expérience client a été analysée du début à la fin du cycle.

20MSP : Cette visite scolaire virtuelle est-elle représentative de vos actions de communication en ligne pendant la fermeture du musée ?

21KT : On a eu des rétroactions assez positives dès le mois d’octobre, on a même eu des demandes pour élargir notre offre de visites virtuelles inspirées de celles offertes en présentiel. Ainsi, nous avons adapté nos visites virtuelles pour les classes de francisation (En direct de l’histoire – Francisation, Montréal Métropole – Primaire et Montréal Métropole – Secondaire) portant sur l’histoire de Montréal au xixe siècle et son âge d’or.

22Par ailleurs, pour l’exposition en cours Train, transporteur de rêves, on a fait un enregistrement de visite virtuelle destinée au grand public que nous avons adaptée pour le scolaire. Nous offrons à présent huit visites virtuelles, proposées sur le site https://pacmusee.qc.ca/​fr/​education.

23MSP : Est-ce que vous vous apercevez que tout cela a déclenché une autre vision du musée ? Que les gens perçoi–vent que vous êtes très à l’écoute de vos publics ? Car ce que vous racontez là donne l’impression d’une interaction permanente avec vos publics, d’une écoute de leurs attentes, malgré la fermeture.

24KT : On est toujours dans cette approche, mais avec la pandémie on dépend encore plus de leur satisfaction. Avec les groupes scolaires, c’est la seule interaction possible, et j’insiste pour dire que ça a beaucoup alimenté nos projets. Au niveau du grand public, c’est la même démarche tout en prenant en compte certaines spécificités. Je reviens à l’exemple de la visite virtuelle de l’exposition Train, transporteur de rêves pour laquelle nous avons fait appel à un vidéaste professionnel pour nous assurer de répondre aux attentes du grand public. Pour la diffusion grand public, nous utilisons la plateforme OBS (Open Broadcaster Software), parfaite pour le streaming.

25MSP : On n’est donc pas obligé d’avoir un compte Facebook pour profiter de vos outils numériques et de vos visites virtuelles payantes ?

26KT : La visite virtuelle de l’exposition Train, transporteur de rêves ne passe pas par Facebook parce qu’on voulait que ce soit payant, tout comme nos visites scolaires sont payantes. Pour les visites virtuelles destinées au grand public, nous avons toutefois choisi de pratiquer un tarif bas. On a fait très vite, on a ouvert l’exposition et on a proposé cette visite virtuelle en français et en anglais. Pour la visite virtuelle sur les Italiens (exposition à venir), nous nous sommes inspirés des acquis pour améliorer notre offre.

27Par ailleurs, pour les visites destinées au grand public, on se centre vraiment sur les contenus, sans faire d’interruption, car c’est ce que souhaitent nos publics qui se sont exprimés. Lors de notre première diffusion, nous avions calqué notre mode mixte sur le format scolaire avec une pause entre deux parties de la visite, mais les commentaires de nos visiteurs nous ont révélé qu’ils ne ressentent pas le besoin d’interrompre la visite par une pause, avec une interaction questions/réponses avec le guide. Forts de ces éléments de rétroaction, nous avons modifié la visite virtuelle de Train en insérant des photos et en intégrant un montage plus léché et plus proche d’un documentaire. L’interaction en direct avec le guide se fait plutôt sous la forme d’un chat en direct, la formule la mieux adaptée aux attentes des publics.

28MSP : Est-ce que cette numérisation des visites et des événements vous apprend quelque chose sur vos opérations de médiation en présentiel ? Qu’allez-vous changer quand le musée va rouvrir ?

29KT : Aujourd’hui, 1er mars 2021, le musée est déjà ouvert. Je dirais que cette expérience a élargi notre palette d’offres puisque chemin faisant nous développons de nouvelles compétences. Il y a un an, on n’était pas du tout là où nous sommes cette année. Nous avons été extrêmement proactifs, dynamiques, et je dirais qu’une de nos forces a été la synergie entre les équipes. Certes, avant la pandémie on ne fonctionnait déjà pas en silo, mais aujourd’hui il y a un maillage encore plus étroit entre les équipes. L’ouverture créée sur le déploiement d’une offre numérique diversifiée est là pour rester. On ne va pas cesser de développer des contenus. D’ailleurs, l’équipe des communications a développé avec nos équipes des « balados » « Raconter Montréal »8 également disponibles sur diverses plateformes (Apple Podcasts, Spotify, Google Podcasts, Transitor). L’idée est venue d’eux : pourquoi ne fait-on pas des balados qui permettent de découvrir autrement l’histoire de Montréal, l’archéologie de Pointe-à-Callière, tout en faisant rayonner l’expertise de nos spécialistes ? Les rétroactions sont très bonnes, et elles nous donnent des idées pour développer nos produits. Peut-être qu’on fera une suite à ces balados9. Mais voilà qui nous permet de rebondir tout de suite. On travaille ainsi, on essaie de déployer autrement nos offres mais aussi nos compétences.

30Bien sûr nous nous attendons à ce que plusieurs de ces offres demeurent pertinentes pour nos publics même avec le retour à une situation normale. Lesquelles ? Nous ne le savons pas à l’heure actuelle. Mais si je fais le parallèle avec les visites virtuelles, je dirais qu’on se demandait si les gens continueraient à s’inscrire avec la réouverture du musée. Aujourd’hui, on s’aperçoit que les gens continuent à s’inscrire à ces visites virtuelles payantes. Elles nous permettent surtout de rejoindre des publics éloignés. Je pense notamment à des classes de la Colombie-Britannique pour lesquelles nous avons offert des visites virtuelles. Dans le cas de l’exposition Train, transporteur de rêves, des Américains se sont inscrits alors que nos frontières sont fermées. Est-ce que ça va s’essouffler ou se maintenir sur la durée ? On ne sait pas. Mais là, malgré la réouverture du musée, le public répond présent.

31MSP : Pour vous, ce sera intéressant en–suite de voir si ce sont plus des publics de Montréal ou d’ailleurs.

32KT : Nos relevés nous permettent d’affiner nos profils, et on voit qu’effectivement il y a des gens de la région de Montréal mais aussi des publics de la grande région métropolitaine, du Québec ou des autres provinces, des États-Unis, d’Europe.

33Dans un autre registre de publics, avant la fermeture, mon équipe avait développé un projet d’action éducative et culturelle pour les centres de la petite enfance (CPE), « À petits pas dans l’histoire », en collaboration avec le festival Petits bonheurs. Vers la fin du projet, pendant la pandémie, nous avons filmé chacune des cinq artistes animant leurs contes que nous avons ensuite diffusés en ligne sous la bannière « Les contes du samedi matin de Pointe-à-Callière ». Ces activités d’éveil à l’histoire pour les enfants de 4-5 ans ont été beaucoup regardées, notamment durant le festival de la petite enfance entre novembre et décembre 2020, et diffusées sur YouTube et Facebook. Pour la fête d’Halloween, nous avions planifié de présenter un spectacle en présentiel au musée pour les jeunes scolaires et les familles. Avec la fermeture du musée au public, nous avons opté pour une captation vidéo du spectacle et l’avons diffusé pendant l’ensemble du week-end d’Halloween. On va le rediffuser l’année prochaine à l’automne selon la situation de la pandémie. On choisit donc de créer aussi des événements ponctuels : si c’est dans les lives Facebook, c’est gratuit et disponible en tout temps ; parfois, ce sont des événements qu’on va diffuser pendant un court laps de temps. D’autres événements sont payants, on module, ça nous permet d’expérimenter différents modes de diffusion avec les publics et de varier notre offre.

34MSP : Mais alors, qu’advient-il des supports de communication traditionnels comme les catalogues, les publications ?

35KT : Les publications restent des publications que les gens peuvent acheter en ligne, comme les livres. Nos équipes du musée poursuivent par ailleurs les projets de publication10. Au niveau éducatif, on développe des cahiers pédagogiques qui demeurent disponibles en ligne en tout temps et à la disposition de tous. Pendant la fermeture du musée, nous avons fait la promotion de ces outils pour que les scolaires et les familles puissent les télécharger et les consulter11. Nous œuvrons actuellement à la production de nouveaux cahiers pédagogiques scolaires.

36En plus de ces contenus, l’équipe des communications a également développé des éphémérides sous forme de capsules historiques pour présenter des artefacts de la collection « Archéolab.Québec » développée par notre équipe d’archéologues au musée, sous la direction de Louise Pothier. Pendant le mois d’octobre 2020, un « Grand quiz 28 jours d’histoire et d’archéologie » permettait aux publics de tester leurs connaissances en répondant chaque jour à une question sur la page Facebook de Pointe-à-Callière.

37MSP : Si je peux me permettre une image, vous avez scanné la société, vous regardez les gens qui peuvent être regroupés et vous créez des choses pour eux ?

38KT : Exactement, en sachant qu’on utilise l’exposition, les collections, la création, l’éducation et l’action culturelle. Nous nous assurons dans chacun de nos projets de faire un lien avec l’histoire, l’archéologie, l’histoire de Montréal. Le défi qui nous est posé repose sur l’originalité et la créativité de l’offre pour qu’elle demeure attractive et pertinente pour les publics auxquels elle se destine. En somme, il faut que ce soit stimulant, que les gens aient le goût de venir à Pointe-à-Callière pour y découvrir l’histoire de Montréal et celles de sociétés et de civilisations. Aussi, on essaie toujours de trouver un angle qui soit intéressant.

39Lorsque nous effectuons le bilan de nos réalisations en moins d’un an, on prend la mesure de la capacité des musées de rebondir rapidement avec agilité et créativité. La pandémie génère une explosion d’offres et de contenus. Mais l’essentiel est qu’on ne baisse pas les bras et qu’on reste plein d’espoir !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katy Tari et Marie-Sylvie Poli, « Innover en temps de pandémie à Pointe-à-Callière. Entretien avec Katy Tari, directrice des collections, des programmes et services au public, réalisé par Marie-Sylvie Poli »Culture & Musées, 38 | 2021, 342-347.

Référence électronique

Katy Tari et Marie-Sylvie Poli, « Innover en temps de pandémie à Pointe-à-Callière. Entretien avec Katy Tari, directrice des collections, des programmes et services au public, réalisé par Marie-Sylvie Poli »Culture & Musées [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 10 novembre 2021, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/7444 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.7444

Haut de page

Auteurs

Katy Tari

Katy Tari est depuis 2017 directrice des collections ainsi que des programmes et services au public à Pointe-à-Callière, Cité d’archéologie et d’histoire de Montréal. À cet effet, elle dirige l’ensemble des activités culturelles et éducatives destinées aux publics. Elle est titulaire d’une maîtrise en muséologie de l’Université de Montréal / UQAM et d’une maîtrise en histoire de l’Université de Montréal. Katy Tari a écrit en 2019 « Séduire et capter les publics » dans La Lettre de l’OCIM, n° 184, p. 38-45.

Articles du même auteur

Marie-Sylvie Poli

Avignon Université
Marie-Sylvie Poli est professeure émérite des universités, chercheure en muséologie et membre du comité de rédaction de la revue Culture & Musées. Elle a dirigé l’ouvrage Chercheurs à l’écoute. Méthodes qualitatives pour saisir les effets d’une expérience culturelle, publié en 2020 aux Presses de l’Université du Québec, collection « Culture et publics ».

Avignon Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search