Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Éditorial

Texte intégral

1Culture & Musées consacrait il y a 17 ans un dossier au musée de société intitulé « Nouveaux musées de sociétés et de civilisations ». On parlait alors de « musées monde », de musées « ouverts et pluriels », investis de la mission de délivrer au plus grand nombre les clés d’interprétation des évolutions de notre monde. Dans son introduction, Jacqueline Eidelman annonçait que, dans le contexte de mondialisation des échanges culturels, ce type nouveau était appelé à servir d’enseigne à une relation renouvelée des individus et des collectifs à la culture et aux cultures. Un premier questionnement tenait à l’alternative entre l’enfermement dans une problématique identitaire et la promotion de l’universalisme par le métissage. Une deuxième question portait sur l’incarnation non seulement de lieux d’échange et de partage, mais aussi de lieux de sociologie réflexive.

2Si ces interrogations sont toujours présentes dans ce n° 39 de Culture & Musées, les deux rédacteurs invités – Fabien Van Geert et Mathieu Viau-Couville – ont souhaité l’ouvrir à de nouvelles approches en invitant des chercheurs et des professionnels de différents pays à partager leur réflexion. Prendre en compte la diversité des contextes historiques, des approches, des cadres disciplinaires, pour tenter de définir de façon « ouverte » ce concept de « musée de société ». La variété des regards posés par les différents articles du dossier ainsi que dans les rubriques « Études & notes de recherche » et « Expériences & points de vue » démontrent assurément que l’objectif fixé a été atteint.

3Il s’agit moins de donner ici une définition stable au musée de société que de révéler les processus de catégorisation à l’œuvre : comment les musées et d’autres formes ou espaces culturels s’approprient, redéfinissent, étiquètent, instrumentalisent, réinventent les musées d’ethnologie, les écomusées, les musées sociaux ou encore les musées de civilisation en musées de société. Il ne s’agit pas de résoudre toutes les contradictions mais, au contraire, de marquer et de souligner ces difficultés de définition.

4Les articles réunis racontent des histoires différentes d’un pays à l’autre, ou d’un continent à l’autre, et dessinent des situations singulières. Mais ils révèlent aussi des fondements « idéologiques » partagés et des caractéristiques très voisines au niveau des démarches muséographiques et des principes qui les fondent. Ils témoignent d’un même refus de l’enfermement disciplinaire, d’une même exigence d’ouverture et de réflexivité, d’un même souci de valoriser le travail collaboratif, l’approche participative, la place du public, d’une même volonté de traiter les identités dans une perspective multiculturelle et de se confronter aux enjeux sociétaux du monde contemporain.

5Comme le notent Joëlle Le Marec et Alexandre Delarge dans leur article au début de ce dossier, on assiste à une réappropriation par les musées eux-mêmes de la catégorie « musées de société » qui les constituait jusque-là, par écart avec la norme, comme des musées « autres » ; ou simplement comme composantes d’une entité purement administrative. C’est selon eux le lien entre savoirs universitaires, savoirs muséologiques et savoirs des communautés concernées qui justifie la notion.

6Dès lors, dans la période de crise que nous traversons, génératrice de replis sur soi, de revendications identitaires et d’incertitudes, on doit se demander quels rôles peuvent endosser les musées de société. Car ces musées posent, davantage peut-être que toutes les autres catégories de musées, la question de leur ancrage culturel dans la cité. Comment peuvent-ils se constituer en acteurs majeurs de la vie publique ? À quelles conditions peuvent-ils tout à la fois promouvoir de nouveaux modes d’interrogation des enjeux sociétaux et inventer de nouvelles formes d’interaction avec les publics ?

7Doivent-ils devenir pour autant des entités capables de répondre aux besoins sociaux (droits de l’Homme, justice sociale, etc.) ? Óscar Navajas Corral présente des expériences de muséologie sociale en Espagne, qui prétendent offrir des outils pour faire de cette utopie une réalité, en proposant de nouveaux processus de gouvernance et de participation communautaire. Il s’agirait là d’une forme de réappropriation sociale des musées. Plus précisément, face à la montée des inégalités et de la précarité, l’expression contestataire de la « muséologie sociale » pointée par Bruno Brulon Soares au niveau de certains musées brésiliens a-t-elle sa place ? S’agit-il d’une orientation marginale, conjoncturelle ? D’une approche réservée à des visions très politiques du musée et limitée à l’Amérique Latine et au Brésil ?

8Ces interrogations sur l’engagement sociétal du musée constituent un des axes du questionnement que nous avons souhaité mettre en débat à l’occasion des journées d’étude que nous avons organisées en novembre au Mucem pour les trente ans de la revue. Au-delà, il s’est agi de réfléchir aux leviers et aux freins de l’innovation sociétale au sein des institutions muséales. Nous en rendrons compte dans une prochaine livraison qui réunira les contributions à ces journées qui avaient pour titre : « Voir le musée autrement ; le champ des possibles ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Poulot et Éric Triquet, « Éditorial »Culture & Musées, 39 | 2022, 7-9.

Référence électronique

Dominique Poulot et Éric Triquet, « Éditorial »Culture & Musées [En ligne], 39 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/7523 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.7523

Haut de page

Auteurs

Dominique Poulot

Articles du même auteur

Éric Triquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search