Navigation – Plan du site

AccueilNumérosHors-sérieLe patrimoine en France : Une gén...

Le patrimoine en France : Une génération d’histoire. 1980-2010

Heritage in France : A Generation of History 1980-2010
El patrimonio en Francia : una generación de historia 1980-2010
Dominique Poulot
p. 189-213

Résumés

Les histoires de patrimoines et de musées parues au cours de la dernière génération en France témoignent d’une professionnalisation des recherches. Hier marginale, simple passe-temps du métier de conservateur, d’archiviste ou d’admi­nistrateur, ou auxiliaire d’un engagement militant contre les van­dalismes, l’histoire de la patrimonialisation est devenue un domaine académique à part entière. Toutefois, le débouché éditorial et sa­vant de ces recherches demeure faible, pour des raisons diverses, tout à la fois institutionnelles et intellectuelles. En particulier, le point de vue de l’expert éclipse trop souvent la prise en compte des phénomènes de réception et d’appropriation. Une histoire sociale des provenances et des trajectoires des objets doit com­pléter les enquêtes sur les processus administratifs et politiques.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés:

patrimoine, histoire

Keywords:

heritage, history

Palabras clave:

patrimonio, historia
Haut de page

Texte intégral

1Les travaux historiens à propos du patrimoine connaissent-ils la même panne que celle que diagnos­tique Martine Segalen dans la réflexion patrimoniale en général, après l’âge d’or de ce qu’elle appelle les « années patrimoine » (Segalen, 2005) ?

2Distinguons d’abord entre les histoires de patrimoines au sens traditionnel du terme, à savoir les histoires d’objets de patri­moine, de monuments, de traditions, de musées, et les histoires de la patrimonialisation. Longtemps, la définition même du champ s’est de fait confondue avec l’histoire de l’art français. L’unique équipe de recherche du CNRS sur l’histoire de l’art, le centre André Chastel, se définit ainsi comme un « laboratoire de recherche sur le patrimoine français et l’histoire de l’art oc­cidental1 ». On postule souvent que l’histoire du patrimoine est écrite par les services de l’Inventaire, qui seuls auraient légiti­mité et compétence pour rendre compte scientifiquement du paysage patrimonial, grâce notamment au recours aux différents vocabulaires édités depuis le lancement de cette administration (Loyer & Hervier, 2003 ; Gauthiez, 2010).

3L’histoire du patrimoine entendue comme étude des processus de patrimonialisation et des processus de territorialisation – en particulier le passage du couple nation-patrimoine à la mondia­lisation de la notion – est, par contraste, une configuration de re­cherche récente (Poulot, 1992). Analyser la fabrique patrimoniale c’est travailler à comprendre le processus de reconnaissance so­ciale visant à conserver et à transmettre aux générations futures des biens communs pour leur valeur historique et/ou artistique. L’opération s’est jouée dans l’émergence simultanée des catégories de l’art national et de l’histoire de l’art comme objets critiques. L’histoire au second degré du patrimoine, prise dans cette accep­tion, a d’abord été écrite par des professionnels de l’administration ou de l’expertise, parfois dans les marges d’un travail de rappor­teur sur des dossiers juridiques, archivistiques ou techniques, par­fois dans le cadre d’un engagement personnel et militant cousin de l’emploi officiel, en tout cas étroitement lié à une position dans le temps présent de la patrimonialisation. L’appropriation du sujet par des historiens académiques, professionnels, a été beaucoup plus récente, et à vrai dire, ce n’est guère qu’avec les Lieux de mé­moire de Pierre Nora que cette histoire du patrimoine a eu droit de cité. On peut avancer que le cadre méthodologique et les ob­jectifs de la majorité de ces recherches n’ont guère varié depuis lors, mais que d’évidents ajustements paraissent aujourd’hui néces­saires.

Les enjeux contemporains d’une histoire du patrimoine

4Les travaux récents qui se réclament d’une pareille approche peuvent se diviser, pour la clarté de l’exposé, en deux catégories : d’une part ceux qui s’attachent à réviser – ou à compléter au moins – les recherches précédentes sur la moyenne ou la longue durée, et d’autre part ceux qui s’attachent à l’histoire immédiate des années récentes. Ces derniers sont les plus abon­dants, ce qui témoigne en la matière d’une spécificité de l’histoire contemporaine, dite aussi « du temps présent », qui a fait l’objet de divers diagnostics au cours de la dernière génération de philo­sophes et d’historiographes (Rousso, 2012). L’histoire du patrimoine français d’après 1945 avait été marquée par les nécessités de la reconstruction, mais moins que dans d’autres pays européens, car la France avait à déplorer relativement peu de destructions (Voldman, 1997). Du reste on ne trouve, lors de ces reconstructions, aucune tentative comparable à la restauration-préservation spec­taculaire menée à Coventry, et à son poids symbolique. Le cas du village d’Oradour est à mettre à part tant il est emblématique d’une réflexion sur « Faut-il restaurer les ruines ? » (Actes des entretiens du Patrimoine, 1991). Ces entreprises de reconstruction ont fait l’objet de plusieurs thèses de doctorat récentes, qui permettent d’en avoir une idée précise. Ainsi Patrice Gourbin a-t-il brossé un panorama très large, au-delà de la monographie de la reconstruc­tion de Caen, de la place des monuments historiques au cours de l’épisode (Gourbin, 2008).

5La politique à l’égard du patrimoine de la Ve République a sus­cité un nombre important d’études, notamment à propos de l’ad­ministration et des savoirs mobilisés, susceptibles d’accompagner telle intervention ou de la combattre, de justifier telle restauration (Baudoui, 1997 ; Poirrier & Vadelorge, 2003). Des analyses à une autre échelle ont également porté sur les acteurs, ainsi les archi­tectes « en chef », et les architectes des Bâtiments de France, les deux entretenant des relations hiérarchiques et pratiques complexes (Lamy, 1993). On a écrit la généalogie de l’entreprise de l’Inven­taire (Bodiguel, 2000) et celle des opérations de décentralisation de l’État en matière de politique culturelle (Arnal & Hervier, 2004). Il n’en reste pas moins que la protection des monuments histo­riques demeure une responsabilité régalienne, et que la question a fait l’objet de polémiques de la part de certains spécialistes de l’histoire et du droit du patrimoine (Leniaud, 1998, 2002).

  • 2 Comparer ainsi Isac Chiva (1994) avec Jean Cuisenier (1987) et Denis Chevallier (1987). Sur le patr (...)

6C’est à l’occasion de manifestations comme l’année du patri­moine que le terme a acquis sa signification contemporaine (Guil­laume, 1980 ; Desvallées, 1995). Les politiques culturelles de l’État, à partir des décennies quatre-vingt, ont fait passer le culte de l’héritage de la préoccupation traditionnelle des élites à une forme d’engagement en faveur de la démocratisation culturelle. Le cas des patrimoines industriel et rural est un peu différent, le premier relevant d’un retard de la France – souvent remarqué, et déploré – par rapport au reste de l’Europe, le second entretenant des liens complexes avec l’affirmation neuve d’un patrimoine ethnologique2. La politique culturelle semble être soumise à la spirale inflation­niste. Les propos officiels témoignent d’un dessein de plus en plus militant en la matière, depuis les « nouveaux patrimoines » promus en 1981 jusqu’au colloque « Les monuments historiques demain » tenu à Paris (1984), les rencontres nationales des écomusées « En avant la mémoire ! » (1986) ou le forum du patrimoine à la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette (1987). Le rapport Querrien de 1982, Pour une nouvelle politique du patrimoine, rassemble commodément, et sans doute paresseusement, les traits utopiques et gestionnaires à la fois de cette réflexion qui veut « faire passer dans notre patrimoine le souffle de la vie et en finir avec une vi­sion trop répandue selon laquelle le patrimoine ne serait qu’un ensemble de choses inertes » (Querrien, 1982 : 5-7).

  • 3 Voir le tableau procuré par Vincent Béal, « “Does neoliberalisation mat­ter ?”. Apports et limites (...)
  • 4 Pour une autre vision de ce « flou » de l’Inventaire, voir Jean-Claude Lasserre (1996).

7La notion de patrimoine urbain, en particulier, est une des conséquences des changements de la physionomie des villes, dès la fin du XIXe siècle, mais surtout après la Seconde Guerre mon­diale, tant sur le plan de la protection que sur celui de l’urbanisme patrimonial. À partir des années quatre-vingt, un changement d’échelles de la patrimonialisation s’est opéré – ce que Guy Saez a récemment baptisé le « tournant métropolitain des politiques culturelles » (2012). Le domaine des études urbaines, différemment selon les traditions académiques, est devenu de facto le champ privilégié pour penser le phénomène de patrimonialisation, à la fois dans sa méthodologie, dans les approches comparatives et dans les questions de périodisation3. La traduction en termes his­toriens a esquissé un domaine globalement encore peu représenté (Charle & Roche (dir.), 2002 ; Charle (dir.) 2004, 2009). D’autres approches ont tenté une lecture en termes de sciences de la ville, un domaine effectivement lié à la notion de patrimoine mais qui est souvent oublié. Une abondante littérature professionnelle s’em­ploie alors à inventorier des patrimoines inédits ou à reconsidérer ceux déjà identifiés, qui requièrent dépoussiérage et mise à jour. Le résultat est que le concept de patrimoine, à bien des égards, s’est peu à peu affaibli sinon banalisé, et recouvre désormais une multiplicité de notions et d’objets. Pour Vincent Dubois, à l’image de la culture elle-même, « c’est une catégorie floue qui est institu­tionnalisée et ce n’est que grâce au flou qu’elle est institutionna­lisée » (Dubois, 1999 : 237)4.

  • 5 D’assez nombreuses thèses abordent ces questions dans un cadre régional, comme celle de Karim Souia (...)

8La reprise toute récente par la France de la défense du patri­moine « immatériel », à la suite de la convention du même nom promue par l’Unesco, paraît du reste signifier que le patrimoine a une adaptabilité sans limites. Au-delà des capacités de l’inven­tion et du recyclage administratif, les monuments à conserver mobilisent en France deux types d’intérêt social et politique, en­tendu au sens le plus large, semblables à ceux des autres pays européens. D’une part, ils participent aux configurations de la légitimité culturelle, aux réflexions sur l’identité et sur les poli­tiques du lien social, bref à de nouvelles modalités de la citoyen­neté (Beghain, 1998 ; Bensa & Fabre, 2001 ; Kowalski, 2012). D’autre part, leur usage tient lieu d’instrument souvent décisif d’un développement local ou national, en raison de l’importance du tourisme et des pratiques marchandes du savoir et du loisir dans un pays saisi par la mondialisation et la métropolisation (Greffe, 2003 ; Kockel, Craith & Frykman, 2012 : 389-406)5.

Une génération de travaux savants sur le patrimoine monumental

9L’initiative de l’Année du patrimoine condui­sit, notamment, à des examens ou à des réexamens du lexique. Le numéro de la Revue de l’Art d’alors a publié une synthèse d’An­dré Chastel et de Jean-Pierre Babelon, inaugurant une perspective qui, relayée par une réédition opportune (Babelon & Chastel, 1994), s’est révélée féconde pendant environ un quart de siècle. La grande entreprise conduite par Pierre Nora a ensuite incarné l’âge d’or de cette préoccupation patrimoniale classique chez les historiens. Depuis lors, on assiste à une sorte d’éclatement de l’histoire du patrimoine, qui laisse aujourd’hui apercevoir un pay­sage considérablement bouleversé (Nora, 1984-1992).

10Le regard porté sur le patrimoine procède traditionnellement d’une forme de veille devant les transformations des monuments, les (re)découvertes du goût et, principalement, les menaces dues aux conditions politiques, sociales, esthétiques. La critique artis­tique, spécialement la critique d’architecture, a toujours revendi­qué, par exemple, un rôle patrimonialisateur, et a entendu exercer simultanément son jugement sur les patrimoines officiellement promus. La vie culturelle française a été marquée par les inter­ventions à cet égard de divers historiens de l’art, dont les plus célèbres ont été celles d’André Chastel, réunies par la suite en re­cueils (1980, 1986, 1994a, 1994b). Cette littérature utilise volontiers les références historiques et patrimoniales dans le débat contem­porain pour inventer une tradition nationale. Elle répond à un dessein pédagogique voulant soit initier directement ses lecteurs au patrimoine, soit militer contre le vandalisme, ou plus largement combattre différentes formes d’impéritie (Toulier, 2000 ; Monnier, 2004). Cette production a été moins développée en France que dans d’autres pays européens – l’Italie au premier chef – en rai­son de l’absence d’un enseignement régulier d’histoire de l’art dans le cadre scolaire, et plus généralement d’une marginalité de la culture matérielle par rapport à la littérature dans les représen­tations les plus élevées de l’art. Mais on observe aujourd’hui un petit progrès, avec l’apparition de manuels d’histoire de l’art, liés à l’éventuelle généralisation d’un enseignement de l’histoire de l’art dans le second degré et devant faire une place aux histoires des intérêts patrimoniaux.

  • 6 Parmi de nombreux travaux, voir ceux de Daniel Fabre (1997a et b). Cf aussi les récits des témoins (...)
  • 7 Les Monuments historiques de la France étaient édités par la Commission des monuments his­toriques (...)

11Souvent, l’intérêt rétrospectif des milieux professionnels du pa­trimoine français est né de crises institutionnelles, sinon de me­naces de destruction : les exemples récents abondent où l’annonce d’une perte a entraîné la commande de rapports, la plupart avec une partie rétrospective, et donc un renouveau de l’histoire im­médiate d’une préservation6. L’évolution de structures tradition­nelles, comme l’ancienne Caisse nationale des monuments historiques et des sites, a entraîné également des changements d’orientation éditoriale. La revue sans doute la plus associée à l’his­toire du patrimoine, Monuments historiques, a aujourd’hui dis­paru, qui publiait régulièrement des articles érudits7. On doit en revanche saluer les efforts du Comité des travaux historiques et scientifiques, lié depuis l’origine aux politiques patrimoniales de l’État et des associations, pour éditer des instruments de travail ou des sources de l’histoire du patrimoine – comme le Corpus Vitraeum dans sa partie française.

  • 8 Il s’agit d’une « science politique appliquée au patrimoine » (Leniaud, 2003 : 13).

12Une histoire des institutions et de leur fonctionnement s’est donc affirmée et consolidée, souvent dans le dialogue avec la mémoire officielle. L’étude des corps et des milieux spécifiques qui participent directement à la construction du patrimoine na­tional – architectes en chef, conservateurs, membres des conseils, chefs de bureaux, etc. – a permis de comprendre les logiques d’un fonctionnement administratif, ses enjeux et ses limites. Une telle mise en perspective a peu à peu construit l’histoire du ser­vice des monuments historiques, grâce à des monographies de monuments, et d’architectes, ou plus rarement grâce à une his­toire des techniques de restauration. Issue de l’administration du patrimoine, ou liée à elle, une génération de chercheurs aujourd’hui émérites (Françoise Berçé, Françoise Hamon, Jean-Michel Leniaud8) a largement promu, dans son enseignement, sa direction de travaux ou ses publications, une démarche d’évaluation des politiques culturelles menées en la matière jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle. Il est d’ailleurs significatif qu’une partie de la recherche sur le patrimoine ait trouvé asile et encouragement au sein du Comité d’histoire du ministère de la Culture qui orga­nisa dès sa fondation de nombreux colloques ou travaux collec­tifs (Girard & Gentil, 1996 ; Valedorge, 2003 ; Laurent, 2003 ; Lengereau, 2001).

  • 9 Ainsi, Patrimoine et Société contem­poraine, Forum du patrimoine, Paris, 1987 ; Les Enjeux du patri (...)
  • 10 Un ouvrage dirigé par Françoise Péron comporte un choix bibliogra­phique consacré à la réflexion su (...)

13Parallèlement, la manifestation la plus éclatante d’un change­ment de l’approche historienne du patrimoine au sein du milieu conservateur a été l’inflexion donnée aux rencontres officielles de la profession : après une tradition de colloques exclusivement consacrés à des aspects techniques de la restauration ou de la conservation9, la série des Entretiens du Patrimoine a mobilisé de nombreux historiens au fil de ses volumes plus ou moins théma­tiques, permettant à quelques ténors de la profession – Pierre Nora, François Furet, Jacques Le Goff, François Loyer – de faire connaître à un public d’experts leurs préoccupations. Mais la re­cherche a été aussi marquée, depuis une vingtaine d’années, par la multiplication des disciplines concernées : les historiens d’art, les historiens et les juristes ont été peu à peu rejoints par les éco­nomistes, les politistes et les sociologues, les géographes cultura­listes ou sociaux (Gravari-Barbas & Guichard-Anguis (dir.), 2003)10, dans un dialogue parfois difficile, ainsi que par les spécialistes des sciences de l’information et de la communication, les sémio­logues et quelques médiologues. Le cas des ethnologues et de leur rapport au patrimoine ethnologique, puis immatériel, mériterait un examen particulier, tant le retour sur soi y est devenu partie intégrante d’une démarche scientifique.

  • 11 Voir l’activité du Comité national pour la reconstruction des Tuileries. [En ligne] <www.tuileries. (...)

14Pour ne prendre qu’un exemple, une revue classique d’histoire de l’art comme les Livraisons d’histoire de l’architecture, dirigée par Jean-Michel Leniaud, a régulièrement promu des recherches en matière d’histoire du patrimoine et s’est ouverte aux approches de l’anthropologie avec deux numéros (17 et 22) consacrés aux démarches nées d’une commande administrative à propos des émotions patrimoniales, depuis les disparitions catastrophiques de monuments ou les altérations accidentelles de sites jusqu’au thème récurrent des projet de reconstruction – ainsi aux Tuile­ries11. Culture & Musées avait déjà, à mon initiative cette fois, en­trepris de traiter de ces rapports complexes entre émotion et patrimonialisation (2006). On y écrivait alors que, à bien des égards, l’histoire de la protection et de la transmission du patri­moine porte témoignage du fait que la notion s’est construite sur la distance prise vis-à-vis de l’émotion. « Le sacrifice exemplaire des affects à son endroit garantirait la spécificité d’une “prise” sa­vante sur ses objets. Lorsque, au contraire, le sentiment l’emporte, ce serait toujours sous la forme, exacerbée, de passions identi­taires, plus dangereuses souvent en matière d’héritage que la simple indifférence, à la fois par les exigences d’actualisation qu’elles lui imposent et par les risques d’iconoclasme en re­tour qu’elles lui font courir. Bref, l’émotion semble incarner une forme de régression dans un rapport occidental au patrimoine qui repose sur la fin des cultes intentionnels du monument et sur l’élaboration d’une expertise conservatrice. » (Poulot, 2006 : 13.)

  • 12 Les commémorations ou célébra­tions diverses en fournissent régu­lièrement, ainsi : Monsieur le « c (...)

15Une des voies d’un possible renouvellement des perspectives tient à l’approche du patrimoine comme terrain de rencontre entre l’État et les associations, ainsi que le décrivent les sociologues à travers les acteurs et leurs relations (Glevarec & Saez, 2002 ; Rautenberg, 2003). Il s’agit alors de mettre en évidence les articu­lations entre législation, savoirs érudits, positions politiques, in­vestissements artistiques et littéraires, bref de (re)nouer les fils d’une histoire commune (Jeannot, 1988). On peut aussi tenter cette démarche à travers des portraits de patrimonialisateurs, de fondateurs d’associations et de mouvements12. Un ouvrage récent a tiré de l’oubli l’une des sociétés d’amis de monuments les plus importantes pour l’imaginaire du « vieux Paris » au XXe siècle ; d’autres entreprises méritent d’être tentées sur le sol national (Fiori, 2012). À la différence de l’archéologie, qui dispose de diction­naires et de synthèses (Gran-Aymerich, 1998, 2001), l’histoire du patrimoine n’a pas fait l’objet, à ce jour, d’enquêtes ou de syn­thèses d’ambition comparable. La thèse de Lyne Therrien demeure la seule référence disponible pour l’histoire de l’histoire de l’art universitaire, et le continent des polygraphes d’histoire du patri­moine est à peu près inexploré (Therrien, 1998). D’une manière générale, le rôle des patrimonialisateurs privés, celui des critiques ou des intermédiaires non académiques, journalistes et autres médiateurs, responsables d’associations, etc. demeure sous-estimé dans une historiographie patrimoniale française fascinée par les rouages de l’État. Pourtant, ce champ de la médiation recoupe des histoires culturelles déjà bien définies qui pourraient nourrir les échanges : celles de l’école, des sociétés savantes, de l’édition, de l’érudition et de la vulgarisation.

16Une histoire du patrimoine vécu, reçu, visité, attendu, est en­core davantage balbutiante, même si on a envisagé ici ou là le public des monuments ou la manière dont ces monuments sont « vécus » par leurs habitants (Bertho-Lavenir, 2004). Les imaginaires du patrimoine peuvent, selon les cas, engager des identifications personnelles, provoquer des débats au sein de communautés spé­cialisées, ou encore accompagner des pratiques collectives – des modes de vivre le passé selon une poétique plus ou moins consciente d’elle-même. L’étude des stéréotypes liés aux représen­tations patrimoniales peut nourrir une perspective attachée à en­visager l’héritage « inventé » ou « construit » (Guillet, 200 ; Durand, 2000). On touche là à une histoire du sensible et du culturel, de la ruine au paysage (Chenet, 1993).

17Une autre perspective en développement est celle de l’interna­tional, puisqu’on a assisté ces dernières décennies à la multipli­cation des acteurs supranationaux (Union européenne, UNESCO), ou encore transnationaux (firmes multinationales, industries cultu­relles et touristiques). Il convient en particulier de penser le lien entre patrimoines nationaux et étrangers, mais aussi le legs d’un patrimoine colonial. Les thèses de Nabila Oulebsir (2004) et de Myriam Bacha (2005), parmi d’autres, démontrent la possibilité d’une histoire patrimoniale des anciens pays colonisés dans son rapport aux histoires nationales respectives (Rivet, 1995).

Les chantiers de l’histoire des musées aujourd’hui

18En France, l’étude de l’institution du musée, de ses dispositifs et de ses usages au cours de l’histoire ne consti­tue pas une discipline indépendante, mais s’intègre généralement au propos plus large de l’histoire culturelle, au croisement de l’his­toire de l’art, de celle des sciences et des média. De ce fait, en voulant tenir compte de la diversité de points de vue sur l’insti­tution, l’histoire des musées court le risque de passer pour un à-côté de ces diverses démarches. Au début son objet a pu sembler indiscutable, identifié à l’étude des collections, indispensable à la formation professionnelle des conservateurs comme à la gestion des établissements. Mais elle a changé d’ambition au cours de la décennie quatre-vingt, pour dépasser la seule chronique des conservations.

  • 13 Une thèse en cours, menée par Paz Nunez Regueiro à l’université Paris 1, a pour titre Les Explora­t (...)

19La question de l’entrée des objets au musée pose plus ou moins explicitement celle de la rupture ou de la parenthèse dans leur vie sociale : l’histoire des musées a été longtemps prise dans une logique de glorification du collectionnisme, ou au contraire de réparation des propriétés légitimes, à l’endroit d’œuvres ou d’ob­jets indûment saisis. Le cas français a fourni une illustration par­ticulière de cette tradition historiographique puisque le musée révolutionnaire s’est proclamé « le dernier domicile des chefs-d’œuvre » autant que « l’atelier de l’esprit humain », d’après l’abbé Grégoire (Poulot, 2012), à l’encontre des valeurs de la collection traditionnelle comme du maintien in situ. La mise à jour des his­toires des collections nationales est aujourd’hui à l’horizon de nombreuses recherches en cours13.

  • 14 Il est à noter que le musée de Sèvres a monté une convention CIFRE pour qu’une thèse soit consacrée (...)

20Évidente depuis les Lumières, la relation entre l’enseignement de l’art et le développement du musée est particulièrement d’ac­tualité au XIXe siècle. La fondation de nombreux musées d’art dé­coratif à travers toute l’Europe témoigne de la conviction de bénéfices à en retirer pour les économies nationales. Toutefois, la tradition française en la matière n’a guère fait l’objet d’études, ce qui reflète le faible investissement académique sur l’histoire des arts décoratifs en général14.

21Il en va de même de l’inscription du musée dans l’histoire des différentes formes d’appropriation culturelle. On peut ainsi dres­ser un constat de quasi-absence d’histoire de la visite de musées – au contraire des histoires des publics du théâtre ou de la mu­sique, qui ont occupé des projets de recherche européens ces dernières années. Il est de fait qu’une partie des muséum studies dans les années soixante-dix tenait le musée pour une structure disciplinaire de contrôle social, tandis que les études de visiteurs étaient menées au sein de la psychologie sociale et répondaient tant à une démarche behavioriste qu’à un dessein d’évaluation de l’éducation informelle (Bitgood & Shettel, 1994). La situation a changé au cours des années quatre-vingt-dix, quand se fit jour l’intérêt d’une autre approche de la visite. L’historien nord-américain de la culture, Neil Harris, parlait alors de considérer l’expérience du musée comme une « négociation constante des valeurs et des significations » (1993).

22Le défi pour l’historien des musées est désormais de concevoir les pratiques de visiteurs non seulement en regard du respect porté à l’autorité d’un temple du savoir, d’un conservatoire des chefs-d’œuvre et des modèles, d’un laboratoire de recherches et de publications, mais encore sous l’angle d’une expérience sociale et politique, esthétique, morale, sinon comme un rituel magique, qui mêle des éléments de récréation, de travail et d’accomplisse­ment de soi. Son actualité tient à la manière dont de nombreux conservateurs ou muséologues contemporains réfléchissent aux ressources que peut ou pourrait offrir la visite de musée. Car la résonance toute particulière qu’a récemment acquise la notion de musée comme « zone de contact », selon la formule de James Clif­ford, dessine un musée conçu comme lieu de conversation, d’échanges, où la persuasion du visiteur est le fruit d’une série d’interactions (Clifford, 1997).

23En tant qu’institution, le musée du XIXe siècle est un instrument des rivalités internationales. Il témoigne, avec les peurs d’être dé­pouillé de son patrimoine, de la compétition en vue de réunir de nouvelles collections, en particulier archéologiques. La question de la propriété des chefs-d’œuvre, anciens et modernes, est cen­trale dans cette perspective, rapportée aux enjeux de mémoire de leurs destinations antérieures comme aux attentes placées dans leurs nouveaux lieux : c’est à une histoire des transferts et des spoliations, mais aussi des retours, enfin des horizons d’installa­tions inédites, que maintes monographies ont entendu contribuer. Il s’agit d’une histoire principalement idéologique et politique, autour des débats sur les patrimoines nationaux, les valeurs d’uni­versalité et les usages du passé.

24L’entrée d’une œuvre au musée est alors le résultat d’une recon­naissance publique qui donne à l’artiste une place majeure dans le développement de valeurs civiques, et pour tout dire lui confère une responsabilité sociale et politique. Une telle représentation reflète un climat artistique, pour utiliser le vocabulaire d’Ernst Gombrich (1971) qui oscille entre la reconnaissance exclusive des vieux maîtres et le goût du neuf. L’histoire des mouvements d’œuvres à travers différents types de collections et de proprié­taires est un préalable à l’étude de la constitution d’une véritable culture de la prise de possession et de dépossession.

25L’analyse des débats en la matière doit prendre en compte l’his­toire des réformateurs sociaux qui plaidaient en faveur des valeurs positives des musées, capables de faire communier leurs visiteurs dans les valeurs les plus élevées de l’humanité. Toutefois, pareille affirmation était combattue par les avis contraires de collection­neurs, tenants d’un respect de la vie sociale des œuvres, voire de la supériorité de leurs appropriations privées. De tels débats des­sinent un champ d’enquêtes qui rattache le musée à un ensemble d’enjeux liés à l’individualisme et au libéralisme, à la philanthro­pie et aux institutions publiques.

26La plupart des rejets de musées sont liés à une attitude dont le testament d’Edmond de Goncourt constitue l’archétype, qui affirme que la possession est le lien le plus intime qu’on peut entretenir avec des objets (Deffoux, 1920). Il s’agit de plaider la vie des objets et le respect des passions personnelles qui leur sont liées contre la froideur tombale du musée (Poulot (dir.), 2012). Ainsi l’éloge de la vie sociale des choses, permise par le jeu des enchères dispersant les collections, figure-t-il en bonne place dans les plaidoyers contre le monopole du musée. Mais le rôle que des collectionneurs et des conservateurs notoires ont pu jouer dans le débat culturel, auprès de leurs pairs ou des autori­tés publiques, ou encore lors des débats parlementaires liés à tel achat, à telle réorganisation des musées, est encore insuffisam­ment documenté. Le tableau des affiliations religieuses, intellec­tuelles, politiques, comme des singularités de ce milieu, demeure largement à brosser.

  • 15 Une thèse de Christine Gallardo est en cours à l’université Paris 1 sur les commissaires-experts du (...)
  • 16 Voir aussi la thèse en cours de Gé­raldine Masson sur la prosopographie des conservateurs de musées (...)

27La circulation des pratiques du privé au public est un élément-clé de la culture de musées. Au long du XIXe siècle, les pratiques de collection rencontrent par exemple des entreprises de spolia et de remplois, au-delà de l’usage de moulages (Volait, 2009). Le musée peut aussi choisir d’exposer dans un cadre qui évoque le privé, comme dans certaines formes de period-rooms, ou valo­riser des choix individuels de collectionneurs au détriment des critères érudits ou du principe d’exhaustivité. D’une manière gé­nérale, l’activité des philanthropes dans le mouvement des mu­sées, soucieux ou non d’acquérir directement de la « respectabilité » – comme Thomas Adam (2009) l’a appelée – révèle la perméabi­lité entre les activités des collectionneurs et celles des conserva­teurs (Long, 2007). Les aspects proprement commerciaux de l’expertise de musées commencent à peine à être évoqués dans des travaux récents sur les débuts du XIXe siècle15. Au moins dispose-t-on de quelques études sur les conservateurs de musées de province français du XIXe siècle (Bertinet, 2012)16.

28Tous les auteurs des siècles passés ont tenté de comprendre comment la vue des œuvres exposées pouvait agir sur les spec­tateurs et comment le musée pouvait peser sur les appétences d’un public, en rapport avec ses compétences. Il s’agissait, comme pour les réflexions à propos de la lecture, d’enquêter sur les manières de façonner les caractères, afin de réformer le goût, d’inspirer le sens de l’émulation et d’élever les esprits. La littérature qui porte sur la persuasion intéresse ici dans la me­sure où l’histoire de l’art a souvent été définie comme une forme de conversation, dont l’exposé des résultats relève de formes d’inculcation au musée. Les observations médicales et psycho­logiques (Dias, 2004) sur les sens (ce qui nourrit aujourd’hui des analyses en termes de définition de l’œil d’une période, ou les réévaluations en cours du toucher) aboutissent à des juge­ments à propos de sympathie, d’attachement, de bienveillance à l’égard de l’art et de ses industries. Se font jour également di­verses craintes – de mauvais usages ou de détournements pos­sibles -, qui débouchent à la fin du XIXe siècle sur des remises en question morales ou religieuses, autant que politiques, des désirs de musées.

29Cette littérature à propos de la persuasion artistique doit être replacée dans un contexte plus large, tant la discussion à propos du goût et des recommandations utiles a pris les formes les plus variées – récits de voyages, biographies, sermons. Un certain nombre d’exemples sont devenus lieux communs. Ainsi de véritables encyclopédies des usages des musées, telles celles écrites à l’in­tention des amateurs au début du XIXe siècle, sont-elles à (redé­couvrir et à exploiter, en regard de nouvelles études littéraires sur la collection (Pety, 2003, 2010). Peu à peu, la visite au musée a été réglée par divers impératifs de contrôle de soi, d’attention, de si­lence et d’immobilité qui n’étaient pas toujours de règle dans les pratiques antérieures, conformément à une évolution des moda­lités de jouissance du spectacle cultivé que l’on rencontre aussi en d’autres lieux. Autant que les images, souvent caricaturales ou humoristiques, qui abondent en la matière, la littérature plus ou moins spécialisée fournit des modèles d’interprétation, et des règles de conduite le cas échéant, qui prouvent assez bien que les représentations de la visite peuvent s’abstraire des conditions réelles de l’expérience pour imaginer des virtualités inexistantes dans les établissements.

30C’est assurément le cas des différents musées imaginaires que tel ou tel grand auteur a pu composer au fur et à mesure de son œuvre. On en trouve une illustration remarquable chez Marcel Proust, où la célébration du musée passe par une dénégation de sa matérialité : une « salle de musée [...] symbolise [...] par sa nu­dité et son dépouillement de toutes particularités, les espaces in­térieurs où l’artiste s’est abstrait pour créer ». Comme le note Antoine Compagnon, le propos, qui semble se référer au triomphe du cube blanc décrit par Brian O’Doherty au milieu des années soixante-dix (O’Doherty, 1976), n’a guère de rapport avec « les murs des musées dont Proust était familier », où « les tableaux étaient présentés dans des salons factices du Second Empire » (Compagnon, 1999 : 71).

31Le but de la recherche, en ce sens, est de comprendre le fonc­tionnement d’un système de persuasion et d’un ensemble d’ap­propriations plus ou moins idéales, entre émotions intimes et valeurs collectives. Cet art de la visite au musée s’inscrit dans l’histoire des formes d’accomplissement de soi de la tradition eu­ropéenne. Penser la persuasion comme figure de l’histoire au musée oblige à envisager les formes de particularisation qui s’y jouent à travers diverses expériences. Ainsi juge-t-on les visiteurs en fonction de leur temps de visite, les heures passées en face des œuvres valant attestation de sensibilité. Étudier les différents té­moignages à cet égard peut permettre d’explorer les modifications de l’éducation au musée, et notamment d’examiner la place faite à l’authenticité de l’expérience dans l’échelle des valeurs de la vi­site. L’hégémonie de cette pratique a dû compter toutefois avec une éthique contraire de la possession privée de la part de collectionneurs et avec les critiques de l’« abus » de musées (Meigs, 1999 ; Publics & Musées, 1999).

  • 17 Une thèse est en cours, intitulée Les Voyages d’étude et d’observation entre les musées européens : (...)

32La question de l’utilité du musée à travers les « choses qui parlent » est une thématique aujourd’hui féconde. Les artefacts ex­posés au musée sont des « pièges » qui font agir les visiteurs, à tra­vers l’exposition de leurs propriétés, et l’étude de ces « agencements » apparaît comme un front pionnier des recherches contemporaines, initié par les historiens des sciences ou par les anthropologues de l’art (Gell, 2001). Une première série d’enquêtes s’est portée sur l’effet d’ensemble du musée, s’intéressant ainsi au coup d’œil qui le parcourt, réellement ou virtuellement. La Jeunesse des mu­sées, à Orsay (Georgel (dir.), 1994), exposa naguère ces musées devenus étrangers, peuplés de banquettes pelucheuses et de vi­trines obscures : cette culture matérielle de l’accumulation et de la classification fait désormais l’objet d’une archéologie des ins­tallations (Chaumier, 2012). Quelques-unes de ces monographies évoquent un « tournant spatial », entre décors et épistémologies de l’exposition (Debary & Roustan, 2012). D’une manière géné­rale, la démarche historienne permet de mettre en perspective telles ou telles initiatives muséographiques qui semblent à nos contemporains d’une extrême nouveauté alors qu’elles s’inscrivent dans une forme de tradition (Lemieux, 2011). On commence à peine à recenser les modalités des différentes mises en scène des objets au sein des musées européens du XIXe siècle ainsi que les évidentes circulations de recommandations, ou d’inspirations, qui les ont influencées d’un pays à l’autre17.

33La production de copies et leur dissémination demeurent l’as­pect le plus évident de la fécondité du musée. La saisie du musée comme lieu de reproduction mobilise des études sur les lois de la propriété, les moyens et les attentes ou les débouchés. De tels processus de dissémination des objets ou des images grâce aux musées, propriétaires et garants de leur protection, engagent en effet des négociations juridiques et techniques en matière de re­production ; le XIXe siècle a connu une série de débats touchant notamment au statut de l’industrie artistique (Deazley, Kretschmer & Bently, 2010). Cette question ouvre sur celle des représentations de l’authenticité et de la qualité de l’objet de musée, comparées à celles des objets du marché ou des objets de famille, en une dialectique qui engage régulation de la copie et protec­tion des biens communs.

34Enfin, l’histoire des musées est aussi une histoire de l’imprimé. Une longue tradition de publication de catalogues a démarré avec les premiers musées tandis que de nombreux artistes ou savants ont travaillé au sein des établissements pour illustrer la qualité de leurs ressources. Or, tandis que l’histoire des livres d’archi­tecture, par exemple, a fait l’objet de travaux collectifs et d’une reconnaissance institutionnelle, le continent des anciens catalo­gues n’a guère été utilisé que comme matériau pour de nouveaux catalogues plus savants et plus fiables.

Bilan et perspectives

35Au regard de dynamiques incontestablement fécondes en termes de parutions, de thèses, de rubriques ad hoc au sein des bibliographies institutionnelles, enfin de synthèses et de manuels peu à peu disponibles, preuves d’un enracinement du sujet dans l’enseignement universitaire, on est en droit de conclure que l’histoire du patrimoine est devenue en France un domaine à part entière. Elle s’est elle-même peu à peu divisée en segments particuliers, correspondant à des objets et à des formes de médiation spécifiques, mais surtout en deux volets, le premier correspondant aux caractéristiques patrimoniales matérielles, et dans une certaine mesure immatérielles, des lieux et des terri­toires, le second à l’institution du musée.

36Il reste que, comparée à d’autres historiographies nationales, l’histoire française du patrimoine et des musées souffre de maux persistants. Sa marginalité institutionnelle demeure car elle est partagée entre histoire culturelle, et, selon les cas, histoire de l’art ou histoire des sciences. Parallèlement, elle est souvent pratiquée en amateur par des conservateurs qui ne sont pas contraints à l’exercice de la thèse et n’ont souvent qu’une mince expérience de la recherche académique et de ses normes internationales. Enfin, son débouché éditorial est encore très limité, les grandes revues tant d’histoire des collections que d’histoire des musées étant anglophones, de même que les collections universitaires spécialisées.

  • 18 Voir la thèse de Franca Malservisi, rare exemple de comparaison entre France et Italie (2005). Cf. (...)
  • 19 Voir la grande entreprise de Pauline Prevost-Marcilhacy, Les Rothschild, mécènes des musées et des (...)

37Les remèdes disponibles ou envisageables sont de plusieurs natures. Il n’est pas interdit de penser que l’adoption de la thèse, sous forme du Ph. D, comme forme unique de reconnaissance d’un niveau d’études et de compétences, alimentera, à terme, les recherches françaises, en contraignant de fait les établissements de formation des conservateurs à y amener leurs élèves. Pareille mutation doit conduire au développement de recherches profes­sionnelles où l’histoire du patrimoine aura sa place. En particulier, les études à propos de la culture matérielle, les histoires de la restauration et de la conservation seront certainement amenées à prendre en France une place comparable à celle qui est au­jourd’hui la leur ailleurs dans le monde18. L’essentiel tient en effet à l’évolution de la légitimité scientifique de ce type d’études. Ainsi, la configuration pour l’instant encore incertaine en France des études visuelles devrait amener un intérêt nouveau pour l’histoire des collections et des musées, comme pour celle de la visibilité patrimoniale en général, forme d’une culture d’époque. Les suc­cès du « nouvel historicisme » et les modalités des nouveaux inves­tissements dans le connoisseurship ou l’érudition, ainsi quant à la question de la provenance, sont aussi susceptibles de renouveler l’approche historienne des patrimoines (Elsig et al, 2009 ; Feigen­baum & Reist, 2012). Enfin, les histoires de la philanthropie, les analyses des dons et legs sont en train de s’inscrire à la fois dans le champ des patrimoines et dans celui de l’histoire du goût19, et peuvent peser sur les représentations et des grands récits patri­moniaux jusque-là hégémoniques (Poulot, Bennett & McClellan, 2012 ; Poulot, Bodenstein & Lanzarote Guiral (dir.), 2012, 2013).

  • 20 C’est le titre du chapitre introductif de Laurier Turgeon dans l’ouvrage qu’il dirigea avec Octave (...)

38En guise de conclusion, on soulignera combien les dernières décennies de l’historiographie française témoignent, dans le meil­leur des cas, d’une dialectique des histoires de patrimonialisations et des histoires de patrimoines. On a vu comment s’est joué le départ entre une perspective attachée à l’exclusive considération des objets, isolés par leur description et leur interprétation, et un autre point de vue attaché aux processus, aux cadres et aux en­jeux de la définition de patrimoines. La meilleure part des efforts pour surmonter ou repenser un tel clivage s’est portée, au cours de ces dernières décennies, sur « la mémoire de la culture maté­rielle et la culture matérielle de la mémoire20 ». Dans une pers­pective d’histoire des objets, cette dialectique renvoie largement à l’articulation entre le point de vue exclusif de la provenance et la prise en compte de la diversité des contextes au sein desquels chaque objet de musée ou chaque monument prennent leur va­leur et acquièrent leur signification. La provenance, au sens strict de l’origine, est une considération chère à l’histoire de l’art clas­sique, qui a donné lieu à un instrument célèbre comme le Pro­venance Index. La provenance joue en effet un rôle important dans la formation de la valeur – sur le marché, dans les généalo­gies imaginaires – et dans les intérêts savants – elle détermine largement l’écriture du catalogue raisonné, d’un artiste ou d’un musée. Alors que cette origine est, idéalement, fixée une fois pour toutes, et qu’elle détermine non moins idéalement le rapport pa­trimonial de la dette ou du don, penser les localisations succes­sives de l’objet, soit les manières et les moyens, les cadres et les époques de son invention, est une démarche plus familière aux archéologues soucieux de faire l’histoire du feuilleté des contextes qui définissent leurs objets, comme aux anthropologues acquis aux revendications de la biographie des choses et de l’histoire sociale des objets (Appadurai, 1988). De ce point de vue, l’his­toire de la patrimonialisation veut donner à lire les assignations et les interprétations sédimentées, sans forcément les rabattre sur une provenance entendue comme une sûreté d’attribution. Elle entend montrer surtout comment les localisations culturelles, les positions sociales des objets, déterminent leur intérêt à chaque instant et leur tiennent lieu parfois de définition au sein de clas­sifications diverses. Les rapports complexes et changeants qu’en­tretiennent ces deux catégories de prise de l’objet continueront à nourrir à l’avenir l’histoire de la patrimonialisation et celle du patrimoine.

Haut de page

Bibliographie

Actes des Entretiens du Patrimoine, 10, 1991. Faut-il restaurer les ruines ?

Adam (Thomas). 2009. Buying Respec­tability : Philanthropy and Urban Society in Transnational Perspective, 1840s to 1930s. Bloomington : In­diana University Press.

Andrieux (Jean-Yves). 2003. « Les poli­tiques du patrimoine industriel en France (1972-2000) : Bilan et Perspec­tives » p. 451-468 in Pour une histoire des politiques du patrimoine, sous la direction de Philippe Poirrier et Loïc Vadelorge. Paris : Comité d’histoire du ministère de la Culture / Fondation Maison des sciences de l’homme.

Appadurai (Arjun). 1988. The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspective. Cambridge : Cambridge University Press.

Arnal (Francine) & Hervier (Domi­nique). 2004 « André Malraux, André Chastel ou les deux inventeurs de l’Inventaire général », p. 51-59 in André Malraux et l’Inventaire général. Paris : Éd. Présence d’André Malraux / La documentation Fran­çaise.

Babelon (Jean-Pierre) & Chastel (André). 1994. La Notion de patri­moine. Paris : Liana Levi.

Bacha (Myriam). 2005. Le Patrimoine monumental en Tunisie pendant le protectorat, 1881-1914 : Étudier, sau­vegarder, faire connaître. Thèse de doctorat : Histoire de l’art : Univer­sité Paris-IV.

Baudoui (Rémi). 1997. « André Malraux et l’invention du patrimoine sous la Ve République », p. 47-61 in L’Esprit des lieux : Le patrimoine et la cité, sous la direction de Daniel J. Grange et Dominique Poulot. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

Beghain (Patrice). 1998. Le Patrimoine : Culture et lien social. Paris : Presses de Sciences Po.

Bensa (Alban) & Fabre (Daniel) (dir.). 2001. Une histoire à soi. Mission du Patrimoine ethnologique, cahier n° 18. Paris : Éd. Maison des sciences de l’homme.

Bertho-Lavenir (Catherine) (dir.). 2004. La Visite du monument. Clermont-Ferrand : Presses universitaires Blaise Pascal.

Bertinet (Arnaud). 2012. La Politique artistique du Second Empire : L’ins­titution muséale sous Napoléon III. Thèse de doctorat : Histoire de l’art : Université Paris 1.

Bitgood (Stephen) & Shettel (Harris H.). 1994. « Les pratiques de l’évaluation des expositions ». Publics & Musées, 4, p. 9-26.

Bodiguel (Jean-Luc). 2000. L’Implanta­tion du ministère de la Culture en région : Naissance et développement des directions régionales des Affaires culturelles. Paris : Éd. La documen­tation Française.

Brenner (Neil). 2009. « Open Questions on State Rescaling ». Cambridge Jour­nal of Regions, Economy and Society, vol. 2, 1, p. 123-139.

Charle (Christophe) & Roche (Daniel) (dir.) 2002. Capitales culturelles, ca­pitales symboliques, Paris et les expé­riences européennes xviie-xxe siècles. Paris : Publications de la Sorbonne.

Charle (Christophe) (dir.). 2004. Capi­tales européennes et rayonnement culturel xviie-xxe siècles. Paris : Éd. rue d’Ulm.

Charle (Christophe) (dir.). 2009. Le Temps des capitales culturelles xviiie-xxe siècle. Seyssel : Éd. Champ Vallon.

Chastel (André). 1980. « Les nouvelles dimensions du patrimoine ». Cahiers de l’Académie d’Architecture, p. 6-12.

Chastel (André). 1986. « La notion de patrimoine », p. 405-450 in Les Lieux de mémoire. La Nation, vol. 2, sous la direction de Pierre Nora. Paris : Gallimard.

Chastel (André). 1994a. Architecture et Patrimoine : Choix de chroniques du journal Le Monde. Paris : Impri­merie nationale.

Chastel (André). 1994b. Le Présent des œuvres [préface de Marc Fumaroli]. Paris : Éd. de Fallois.

Chaumier (Serge). 2012. Traité d’expologie : Les écritures de l’exposition. Paris : Éd. La documentation Fran­çaise.

Chenet (Françoise). 1993. « Le Rhin, cé­lébration de la ruine », p. 169-176 in Les Monuments et la Mémoire, sous la direction de Jean Peyras. Paris : Éd. de l’Harmattan.

Chevallier (Denis). 1987. « L’architecture rurale française : Un siècle de re­cherche », p. 21-27 in Les Monuments historiques demain. Paris : ministère de la Culture et de la Communica­tion.

Chiva (Isac). 1994. Une politique pour le patrimoine culturel rural. Rapport présenté à M. Jacques Toubon, mi­nistre de la Culture et de la Franco­phonie.

Clifford. James. 1997. Routes : Travel and Translation in the Late Twen­tieth Century. Cambridge : Harvard University Press.

Collectif. 2001. Monsieur le « conserva­teur ». Musées et combats culturels en Bretagne au temps de Yann-Cheun Veillard. Rennes : Éd. Apo­gée.

Compagnon (Antoine). 1999. « Proust au musée » p. 67-79 in Marcel Proust : L’écriture et les arts, sous la direction de Jean-Yves Tadié. Paris : Gallimard / BnF / Réunion des musées natio­naux.

Congrès archéologique de France. 1935. Centenaire du service des monu­ments historiques et de la Société française d’archéologie (1834-1934). Paris : Picard.

Cuisenier (Jean). 1987. « Le corpus de l’architecture rurale française : Es­quisses pour une synthèse pro­chaine ». Terrain, 9, p. 92-99.

Cuisenier (Jean). 2006. L’Héritage de nos pères. Paris : Éd. La Martinière.

Culture & Musées, 8, 2006. Défendre le patrimoine, cultiver l’émotion, sous la direction de Dominique Poulot.

Deazley (Ronan), Kretschmer (Mar­tin) & Bently (Lionel) (dir.). 2010. Privilege and Property : Essays on the History of Copyright. Cambridge : Open Books.

Debary (Octave) & Turgeon (Laurier) (dir.). 2007. Objets & Mémoires. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

Debary (Octave) & Roustan (Mélanie). 2012. Voyage au musée du Quai Branly. Paris : La documentation Française.

Deffoux (Léon). 1920. Du testament à l’académie Goncourt, suivi d’une petite chronologie du testament de l’académie et du prix Goncourt. Paris : Société anonyme d’éditions et de librairie.

Desvallées (André). 1995. « Émergence et cheminement du mot patrimoine ». Musées et Collections publiques de France, 208, p. 6-25.

Dias (Nélia). 2004. La Mesure des sens : Les anthropologues et le corps hu­main au xixe siècle. Paris : Aubier.

Dubois (Vincent). 1999. La Politique culturelle : Genèse d’une catégorie d’intervention publique. Paris : Belin.

Durand (Isabelle). 2000. La Conserva­tion des monuments antiques : Arles, Nîmes, Orange et Vienne au xixe siècle. Rennes : Presses univer­sitaires de Rennes.

Elsig (Frédéric) et al. 2009. « Le connoisseurship et ses révisions méthodo­logiques ». Perspective, 3, p. 344-365.

Étienne (Noémie). 2012. La Restaura­tion des peintures à Paris (1750-1815) : Pratiques et discours sur la matérialité des œuvres d’art. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Étienne (Noémie) & Hénaut (Léonie) (dir.). 2012. L’Histoire à l’atelier : Res­taurer les œuvres d’art (xviiie-xxie siècles). Lyon : Presses universitaires de Lyon.

Fabre (Daniel). 1997a. « Le patrimoine et l’ethnologie », p. 59-72 in Science et Conscience du patrimoine. Actes des entretiens du Patrimoine, sous la direction de Pierre Nora. Paris : Fayard.

Fabre (Daniel). 1997b. « L’ethnologie française à la croisée des engage­ments (1940-1945) », p. 319-400 in Résistants et Résistance, sous la di­rection de Jean-Yves Boursier. Paris : Éd. de l’Harmattan.

Feigenbaum (Gail) & Reist (Inge) (dir.). 2012. Provenance : an Alternate His­tory of Art. Los Angeles : Getty.

Fiori (Ruth). 2012. L’invention du vieux Paris : Naissance d’une conscience patrimoniale dans la capitale. Paris : Éd. Mardaga.

Gauthiez (Bernard). 2010. « Vincent Veschambre : Traces et mémoires ur­baines, enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démoli­tion ». Géocarrefour, voi. 85/4, p. 339.

Gell (Alfred). 2001. L’Art et ses agents : Une théorie anthropologique. Paris : les Presses du Réel.

Georgel (Chantal). 1994. La Jeunesse des musées : Les musées de France au xixe siècle. Paris : Éd. Réunion des musées nationaux.

Girard (Augustin) & Gentil (Geneviève) (dir.). 1996. Les Affaires culturelles au temps d’André Malraux, 1959-1969. Paris : Éd. La documen­tation Française / Comité d’histoire du ministère de ia Cuiture.

Glevarec (Hervé) & Saez (Guy). 2002. Le Patrimoine saisi par les associa­tions. Paris : Éd. La documentation Française.

Gombrich (Ernst). 1971. « Interview : Ernst Gombrich ». Diacritics, vol. 1 (2), p. 47-51.

Gourbin (Patrice). 2008. Les Monuments historiques de 1940 à 1959 : Admi­nistration, architecture, urbanisme. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Gran-Aymerich (Ève). 1998. Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945. Paris : CNRS Éditions.

Gran-Aymerich (Ève). 2001. Diction­naire biographique d’archéologie, 1798-1945. Paris : CNRS Éditions.

Gravari-Barbas (Maria) & Guichard-Anguis (Sylvie) (dir.). 2003. Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du xxie siècle. Paris : Presses universitaires de l’Université de Paris-Sorbonne.

Greffe (Xavier). 2003. La Valorisation économique du patrimoine. Paris : Éd. La documentation Française.

Guichard (Chariotte). 2001. « Le marché au cœur de l’invention muséale ? Jean-Baptiste-Pierre Lebrun et le Louvre (1792-1802) ». Revue de syn­thèse, 132-1, p. 93-117.

Guillaume (Marc). 1980. La Politique du patrimoine. Paris : Éd. Galilée.

Guillet (François). 2000. Naissance de la Normandie : Genèse et épanouis­sement d’une image régionale en France, 1750-1850. Caen : Annales de Normandie.

Harrison (Julia D.). 1993. « Ideas of Mu­seums in the 1990s ». Museum Ma­nagement and Curatorship, 13, p. 160-176.

Jeannot (Gilles). 1988. Du monument historique au patrimoine local : L’évo­lution de la notion de patrimoine architectural à travers les publica­tions des sociétés savantes et des as­sociations de sauvegarde en France après 1945. Thèse de doctorat : Ur­banisme : Université de Paris 8-Institut d’urbanisme.

Kairis (Pierre-Yves), Sarrazin (Béa­trice) & Trémolières (François) (dir.). 2012. La Restauration des peintures et des sculptures : Connaissance et reconnaissance de l’œuvre. Paris : Armand Colin.

Kockel (Ullrich), Craith (Mairead Nic) & Frykman (Jonas). 2012. A Companion to the Anthropology of Europe. Malden : Wiley.

Kowalski (Alexandra). 2012. « The Na­tion, Rescaled : Theorizing the De­centralization of Memory in Contemporary France ». Comparative Studies in Society and History, 2, p. 308-331.

Lamy (Yvon). 1993. « Du monument au patrimoine : Matériaux pour l’his­toire politique d’une protection ». Genèses, 11, p. 50-81.

Lasserre (Jean-Claude). 1996. « La dé­marche de l’Inventaire général : Un patrimoine global appréhendé dans son contexte », p. 282-292 in Patri­moine, temps, espace. Patrimoine en place, patrimoine déplacé, sous la direction de François Furet. Paris : Fayard / Éd. du Patrimoine.

Laurent (Xavier). 2003. Grandeur et Misère du patrimoine d’André Mal­raux à Jacques Duhamel, 1959-1973. Paris : École nationale des Chartes / Comité d’histoire du ministère de la Culture.

Lemieux (Ariane). 2011. L’Artiste et l’art contemporain au musée du Louvre des origines à nos jours : Une histoire d’expositions, de décors et de pro­grammations culturelles. Thèse de doctorat : Histoire de l’art : Univer­sité de Paris 1.

Lengereau (Éric). 2001. L’État et l’archi­tecture : 1958-1981. Une politique publique ? Paris : Comité d’Histoire du ministère de la Culture / Picard.

Leniaud (Jean-Michel). 1998. « L’État, les sociétés savantes et les associations de défense du patrimoine : L’excep­tion francaise », p. 137-154 in Patri­moine et Passions identitaires, sous la direction de Jacques Le Goff. Paris : Fayard / Éd. du Patrimoine.

Leniaud (Jean-Michel). 2002. « La dé­centralisation du patrimoine : Limites et enjeux ». Commentaire, 98, p. 341-350.

Leniaud (Jean-Michel). 2003. « Préface », p. 3-6 in Grandeur et Misère du pa­trimoine d’André Malraux à Jacques Duhamel de Xavier Laurent. Paris : École nationale des Chartes / Comité d’Histoire du ministère de la Culture.

Long (Véronique). 2007. Mécènes des deux mondes : Les collectionneurs donateurs du Louvre et de l’Art Insti­tute de Chicago, 1879-1940. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Loyer (François) & Hervier (Domi­nique). 2003. « Présentation ». Histoire urbaine, 2, 8, p. 5-8.

Malservisi (Franca). 2005. La Restaura­tion architecturale en France : Deux siècles de pratique ordinaire. Thèse de doctorat : Architecture : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

Meigs (Mark). 1999. « À la recherche d’un passé visible : Regards publics et privés dans les collections de la région de Philadelphie, 1890-1930 ». Publics & Musées, 16, p. 55-76.

Monnier (Gérard). 2004. L’Architecture du xxe siècle : Un patrimoine. Cré­teil : CRDP de l’académie de Créteil.

Nora (Pierre). 1984-1992. Les Lieux de mémoire. Paris : Gallimard.

O’Doherty (Brian). 1976). Inside the White Cube : the Ideology of the gallery Space. San Francisco : Lapis Press.

Oulebsir (Nabila). 2004. Les Usages du patrimoine : Monuments, musées et politique coloniale en Algérie (1830-1930). Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

Péron (Françoise) (dir.). 2002. Le Patri­moine maritime : Construire, trans­mettre, utiliser, symboliser les héritages maritimes européens. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Perrot (Alain-Charles). 1994. Les Archi­tectes en chef des monuments histo­riques (1893-1993) : Centenaire du concours des ACMH. Levallois-Perret : HM Éditions.

Pety (Dominique). 2003. Les Goncourt et la collection : De l’objet d’art à l’art d’écrire. Genève : Droz.

Pety (Dominique). 2010. Poétique de la collection au XIXe siècle : Du docu­ment de l’historien au bibelot de l’es­thète. Nanterre : Presses universitaires de Paris-Ouest.

Poirrier (Philippe) & Vadelorge (Loïc) (dir.). 2003. Pour une histoire des politiques du patrimoine. Paris : Éd. La documentation Française.

Poulot (Dominique). 1992. « Bilan et perspectives pour une histoire cultu­relle des musées ». Publics & Musées, 2, p. 125-148.

Poulot (Dominique). 2006. « Introduc­tion ». Culture & Musées, 8, p. 13-25.

Poulot (Dominique). 2012. « The Cos­mopolitanism of Masterpieces », p. 1-92 in Letters to Miranda and Canova on the Abduction of Anti­quities from Rome and Athens, d’An­toine Quatremère de Quincy. Los Angeles : Getty Publications.

Poulot (Dominique) (dir.). 2012. Goûts privés et enjeux publics dans la patrimonialisation, xviiie-xxie siècle. Paris : Publications de la Sorbonne.

Poulot (Dominique), Bennett (Tony) & McClellan (Andrew). 2012. « Pouvoirs au musée ». Perspective, 1, p. 29-40.

Poulot (Dominique), Bodenstein (Feli­city) & Lanzarote Guiral (José Maria) (dir.). 2012. Great Narratives of the Past : Traditions and Revisions in National Museums. Linköping : Lin­köping University Press.

Poulot (Dominique), Bodenstein (Feli­city) & Lanzarote Guiral (José Maria) (dir.). 2013. National Museums and the Negotiation of Difficult Pasts. Lin­köping : Linköping University Press.

Publics & Musées. 16, 1999. Le regard au musée, sous la direction de Pas­cal Lardellier.

Querrien (Max). 1982. Pour une nou­velle politique du patrimoine. Paris : Éd. La documentation Française.

Rautenberg (Michel). 2003. « Comment s’inventent de nouveaux patri­moines : Usages sociaux, pratiques institutionnelles et politiques pu­bliques en Savoie ». Culture & Mu­sées, 1, p. 19-40.

Rivet (Daniel). 1995. « De l’histoire colo­niale à l’histoire des États indépen­dants », p. 369-377 in L’Histoire et le métier d’historien en France (1945-1995), sous la direction de François Bédarida. Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

Rousso (Henry). 2012. La Dernière Ca­tastrophe : L’histoire, le présent et le contemporain. Paris : Gallimard.

Saez (Guy). 2012. « Le tournant métro­politain des politiques culturelles », p. 23-71 in Les Nouveaux Enjeux des politiques culturelles : Dynamiques européennes, sous la direction de Guy et Jean-Pierre Saez. Paris : Éd. La Découverte.

Segalen (Martine). 2005. « Le patrimoine et l’Europe ». Journal du CNRS, 184, p. 18.

Segalen (Martine). 2005. Vie d’un musée 1937-2005. Paris : Éd. Stock.

Souiah (Karim). 2010. La Mise en scène du patrimoine : Évolution des poli­tiques de mise en valeur du patri­moine en Charente-Maritime, 1830-1976. Thèse de doctorat : His­toire : Université de La Rochelle.

Therrien (Lyne). 1998. L’Histoire de l’art en France : genèse d’une discipline universitaire. Paris : Éd. du CTHS.

Toulier (Bernard). 2000. Architecture et Patrimoine du xxe siècle en France. Paris : Éd. Monum.

Vadelorge (Loïc). 2003. « Introduction : Le patrimoine comme objet poli­tique », p. 11-24 in Pour une histoire des politiques du patrimoine, sous la direction de Philippe Poirrier et Loïc Vadelorge. Paris : Comité d’His­toire du ministère de la Culture / Fondation Maison des sciences de l’homme.

Volait (Mercedes). 2009. Fous du Caire : Excentriques et amateurs d’art isla­mique en Égypte (1867-1914). Apt : Éd. L’Archange Minotaure.

Voldman (Danièle). 1997. La Recons­truction des villes françaises de 1940 à 1954 : Histoire d’une politique. Paris : Éd. de l’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Sur le site de l’INHA, <http://www.inha.fr/article1021> (consulté le 31/01/2013).

2 Comparer ainsi Isac Chiva (1994) avec Jean Cuisenier (1987) et Denis Chevallier (1987). Sur le patrimoine industriel, voir Jean-Yves Andrieux (2003).

3 Voir le tableau procuré par Vincent Béal, « “Does neoliberalisation mat­ter ?”. Apports et limites d’une no­tion montante des urban studies dans la science politique fran­çaise », Working papers du pro­gramme Villes & Territoires, qui interroge notamment Neil Brenner (2009).

4 Pour une autre vision de ce « flou » de l’Inventaire, voir Jean-Claude Lasserre (1996).

5 D’assez nombreuses thèses abordent ces questions dans un cadre régional, comme celle de Karim Souiah (2010).

6 Parmi de nombreux travaux, voir ceux de Daniel Fabre (1997a et b). Cf aussi les récits des témoins et acteurs comme Martine Segalen (2005) et Jean Cuisenier (2006).

7 Les Monuments historiques de la France étaient édités par la Commission des monuments his­toriques et la Commission supé­rieure des monuments naturels et des sites (1936-1977). Le numéro 113 « Profession architecte en chef » ac­compagnait la parution d’un cata­logue de la CNMHS, Les Concours des monuments historiques de 1893 à 1979 (1981).

8 Il s’agit d’une « science politique appliquée au patrimoine » (Leniaud, 2003 : 13).

9 Ainsi, Patrimoine et Société contem­poraine, Forum du patrimoine, Paris, 1987 ; Les Enjeux du patri­moine architectural du XXe siècle, Évreux, Couvent de la Tourette, 1987 ; De l’utilité du patrimoine, Fontevraud-l’Abbaye, 1991 ; Les Mo­numents historiques demain, Paris, 1987.

10 Un ouvrage dirigé par Françoise Péron comporte un choix bibliogra­phique consacré à la réflexion sur le patrimoine en sciences humaines en 1980-2002 (2002 : 533-534).

11 Voir l’activité du Comité national pour la reconstruction des Tuileries. [En ligne] <www.tuileries.org>

12 Les commémorations ou célébra­tions diverses en fournissent régu­lièrement, ainsi : Monsieur le « conservateur ». Musées et combats culturels en Bretagne au temps de Yann-Cheun Veillard (Collectif, 2001). L’injonction commémorative est à l’origine de l’ouvrage intitulé Les Architectes en chef des monu­ments historiques, 1893-1993, Cen­tenaire du concours des ACMH (Perrot, 1994) qui fait suite au vo­lume du Centenaire du service des monuments historiques et de la So­ciété française d’archéologie (1834-1934) (1935).

13 Une thèse en cours, menée par Paz Nunez Regueiro à l’université Paris 1, a pour titre Les Explora­tions scientifiques et activités mis­sionnaires en Patagonie et la constitution des collections mu­séales européennes et états-uniennes (fin du XVIIIe siècle-début du XXe siècle).

14 Il est à noter que le musée de Sèvres a monté une convention CIFRE pour qu’une thèse soit consacrée à son histoire (Anne-Lise Auffret, Université Paris 1), une initiative qui doit être saluée en l’absence d’un comité d’Histoire des musées de France, que Jacques Sallois avait pourtant installé.

15 Une thèse de Christine Gallardo est en cours à l’université Paris 1 sur les commissaires-experts du Louvre au XIXe siècle. Voir aussi Charlotte Guichard (2001).

16 Voir aussi la thèse en cours de Gé­raldine Masson sur la prosopographie des conservateurs de musées français de la fin du XIXe siècle. (Université Paris 1.)

17 Une thèse est en cours, intitulée Les Voyages d’étude et d’observation entre les musées européens : Trans­ferts culturels et construction de nou­veaux paradigmes muséographiques, 1880-1939, par Xavier-Pol Tilliette, Université Paris 1.

18 Voir la thèse de Franca Malservisi, rare exemple de comparaison entre France et Italie (2005). Cf. aussi Noémie Étienne (2012) ; Noémie Étienne & Léonie Hénaut (dir.) (2012) ; Pierre-Yves Kairis, Béatrice Sarrazin et François Trémolières (dir.) (2012).

19 Voir la grande entreprise de Pauline Prevost-Marcilhacy, Les Rothschild, mécènes des musées et des institu­tions françaises, à paraître, pre­mière histoire totale d’un des grands mécénats français contemporains.

20 C’est le titre du chapitre introductif de Laurier Turgeon dans l’ouvrage qu’il dirigea avec Octave Debary (2007 : 13-35).

Haut de page

Références

Référence papier

Dominique Poulot, « Le patrimoine en France : Une génération d’histoire. 1980-2010 »Culture & Musées, Hors-série | 2013, 189-213.

Référence électronique

Dominique Poulot, « Le patrimoine en France : Une génération d’histoire. 1980-2010 »Culture & Musées [En ligne], Hors-série | 2013, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/773 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.773

Haut de page

Auteur

Dominique Poulot

Dominique Poulot dirige l’école doctorale d’histoire de l’art de l’uni­versité Paris 1-Panthéon-Sorbonne où il enseigne l’histoire de la patrimonialisation aux époques moderne et contemporaine. Il a notamment publié Musée, nation, patrimoine, 1789-1815 (1997), Une histoire des musées de France (2005), Musée et muséologie (2005). Il a récemment conduit des travaux collectifs sur « Goûts privés et enjeux publics dans la patrimonialisation XVIIIe-XXIe siècle » (2012) et sur les musées européens avec le programme européen European National Museums. [En ligne] <www.eunamus.eu>
dominique.poulot@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search