Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Le musée d’histoire de la Yougosl...

Le musée d’histoire de la Yougoslavie soumis aux interférences politiques

Politics of the Museum of Yugoslav History
Las políticas del Museo de Historia de Yugoslavia
Milena Jokanović et Isidora Stanković
p. 31-45

Résumés

En retraçant l’histoire du lieu où a été ins­tallé le Musée d’histoire de la Yougoslavie à Belgrade, mais où ont aussi été inaugurées diverses institutions patrimoniales depuis 1962, cet article examine les changements de la politique exté­rieure qui ont influencé la politique intérieure du musée. Par ail­leurs, on y questionne aussi un lieu chargé de contenu mémoriel, dans son rapport aux politiques et à la culture mémorielle offi­cielle, ou à celle de petits groupes. Ainsi, l’article traite de la fon­dation du Musée du 25 mai, de celle du musée des cadeaux de Josip Broz Tito, ancien président de la République fédérative socia­liste de la Yougoslavie, puis du centre mémoriel Josip Broz Tito, créé après sa mort, et finalement, du Musée d’histoire de la You­goslavie, établi au même endroit que les institutions précédentes et qui englobe leurs collections, mais aussi celles d’autres musées belgradois.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le : 29 avril 2016
Version révisée reçue le : 11 juillet 2016
Article accepté pour publication : 18 juillet 2016

Texte intégral

1Le Musée d’histoire de la Yougoslavie à Belgrade a été inauguré en 1996. Le lieu sur lequel il a été établi avait déjà une forte connotation mémorielle, le musée ayant en­globé les contenus et les collections de plusieurs mu­sées et bâtiments présiden­tiels appartenant à Josip Broz Tito, ancien président de la République socialiste fédé­rative de Yougoslavie.

2Le musée est aujourd’hui constitué de trois bâtiments distincts. Tout d’abord, l’Ancien Musée (Stari muzej), qui expose une par­tie des cadeaux que Tito a reçus de la part de citoyens et de nom­breux diplomates lors de ses trente-cinq années de présidence. C’est une collection qui, par la variété des objets collectés – œuvres d’art, meubles précieux, armes des pays lointains mais aussi bro­deries des « grands-mères » yougoslaves -, fait penser au cabinet des merveilles d’un souverain. Ensuite, la Maison des fleurs, où Tito a été inhumé, et enfin le Musée du 25 mai dans lequel sont organisées des expositions traitant de la Yougoslavie. Par ailleurs, de nombreuses expositions d’autres musées serbes et étrangers y ont été accueillies, sans qu’elles aient nécessairement un lien thé­matique avec le lieu ou le musée.

  • 1 Les auteurs ont publié l’article « Musée et/ou mausolée ? Les sou­venirs que le Musée d’histoire de (...)

3Aujourd’hui encore, lorsque cette institution met en place les concepts de la nouvelle muséologie et développe une approche critique de l’histoire qu’elle traite, elle se trouve confrontée à une question fondamentale : qui sont ses visiteurs ? Des « yougo-nostalgiques » venus visiter le tombeau de Tito, le plus souvent pour commémorer leur propre passé en Yougoslavie ? Ou bien des visiteurs en quête d’une interprétation critique ? Une autre question incontournable est la suivante : comment permettre un véritable travail d’interprétation de l’histoire de la Yougoslavie alors que la collection du musée est fondée, pour l’essentiel, sur la période socialiste et est principalement liée à Tito ? Dès lors, il est légitime de se demander s’il s’agit là d’un musée ou d’un mau­solée1. Retenons que c’est un musée dont l’histoire et le fonction­nement ont toujours été influencés par les bouleversements de la culture mémorielle officielle et par les changements qui ont affecté la mémoire collective.

4Le lieu sur lequel le musée a été implanté, ainsi que son contenu mémoriel, peut être considéré comme le reflet de ces changements et des bouleversements de l’histoire de la Yougoslavie. En retra­çant d’un côté les espaces de cristallisation de la mémoire de ce complexe muséal, et de l’autre l’histoire des différentes institutions établies à cet endroit depuis 1962, on examinera comment divers groupes ont utilisé différents éléments du passé du lieu et com­ment la politique officielle a influencé son évolution. Pour toutes ces raisons, cette institution se situe toujours entre le musée et le lieu de mémoire, non seulement de façon officielle, mais aussi pour tous ceux qui viennent y commémorer un passé auquel ils ont participé.

Le musée d’histoire de la Yougoslavie : création du lieu

Première étape : le musée du 25 mai – la glorification de Josip Broz Tito

  • 2 La référence originale est en cyril­lique : Станковић (Исидора) & Гњатовић (Милена). 2013. « Музеј (...)

5Au moment de sa création, le Musée d’histoire de la Yougos­lavie a englobé le bâtiment ainsi que la collection du Musée du 25 mai créés en 1962. Les différents ensembles du complexe architectural témoignent aujourd’hui des circonstances de sa création. Il y a d’un côté le bâtiment du Musée du 25 mai qui abrite aujourd’hui différentes expositions temporaires, et de l’autre les cadeaux que Tito a reçus de nombreux citoyens et diplomates. Une partie de cette collection est exposée dans l’Ancien Musée, un bâtiment qui fonctionnait en tant que dépôt de cadeaux pendant les premières années. Parmi les présents, se trouvent aussi les bâtons de relais provenant des « Fêtes de la jeunesse » organisées par Tito. Ces bâtons forment un ensemble particulier d’objets, dont une part se trouve dans la Maison des fleurs, depuis les années 2000, et qui a fait partie de différentes expositions créées dans ce lieu (Stanković & Gnjatović2, 2013 : 41-42).

6Pour pouvoir mieux comprendre la création du musée et le tra­vail des conservateurs dans le cadre de cette première étape, nous devons tout d’abord esquisser l’histoire de la Yougoslavie pendant et avant cette période. En 1929, par une décision du roi Aleksandar Karađorđević, le royaume des Serbes, Croates et Slovènes, créé après la première guerre mondiale, change de nom en Yougosla­vie. L’idée de faire une union culturelle et politique des Slaves du Sud existait déjà au XVIIe siècle, mais ce n’est qu’après la première guerre mondiale qu’elle a pris un sens plus concret et un pro­gramme politique particulier. Jusqu’à la seconde guerre mondiale, le pays était constitué de subdivisions géographiques, ce qui chan­gera pendant et après la guerre, quand la monarchie fut rempla­cée par une fédération de six républiques fondées sur le socialisme. Tito, qui a pris la tête de la résistance communiste pendant la seconde guerre mondiale, devint le président du pays après la guerre et le restera jusqu’à sa mort, en 1980 (catalogue de l’expo­sition Jugoslavija od početka do kraja, 2013 : 7 ; Čalić, 2013 : 343-414).

7Le Musée du 25 mai a été créé en 1962 à côté de sa résidence personnelle. Les fondements de l’idéologie socialiste yougoslave étaient la constitution et la diffusion du culte de Tito, à travers une reproduction constante de son image. Le musée devait donc s’intégrer dans une même démarche de propagande et « souli­gner le respect dont [Tito] jouissait, confirmer son rôle dans la lutte contre le colonialisme et pour la paix, et montrer sa contri­bution au développement du socialisme » (Slavković, 2010 : 45). Le bâtiment a été imaginé comme un cadeau de la ville de Bel­grade à Tito, pour son soixante-dixième anniversaire. Il devait abriter les nombreux cadeaux qu’il recevait des chefs d’État étran­gers, mais aussi des citoyens yougoslaves qui voulaient montrer leur dévotion à leur « président adulé ». Le musée a été inauguré le 25 mai 1962 (Stanković & Gnjatović, 2013 : 45-46).

8Divers objets sont venus grossir la collection : des costumes traditionnels et des armes de différents pays yougoslaves ou étrangers, ou encore des instruments de musique et des œuvres d’art. Tous ces objets faisaient partie de la première exposition permanente du musée jusqu’aux années 1980. En examinant l’esquisse de cette exposition permanente, nous pouvons obser­ver le groupe de bâtons de relais gravés et décorés (Cvijović, 2015 : entretien). Pendant le mandat de Tito, plusieurs rituels annuels étaient organisés dans tout le pays, pour créer et per­pétuer l’esprit de collectivité : les fondements idéologiques du pays étaient la fraternité et l’unité. Ces événements étaient fêtés par l’ensemble du pays, afin de créer un passé commun et de le célébrer. Parmi ces événements, on peut mentionner la Fête de la jeunesse, établie en 1956. Organisée tous les 25 mai, date choisie par Tito, cette fête avait vocation à renforcer les valeurs d’unité du pays et le rôle de la jeunesse dans sa prospérité. Mais c’est aussi la date que Tito s’est choisie comme date officielle d’anniversaire.

  • 3 Ces courses de relais étalent aussi organisées après la mort de Tito – officiellement jusqu’en 1987 (...)

9Pendant plusieurs mois, un bâton de relais voyageait de main en main, à travers toute la Yougoslavie, jusqu’à Belgrade où un accueil festif était organisé. Tout le pays y participait symbolique­ment, pas seulement les différentes nationalités, mais aussi toutes les professions et classes sociales. C’était alors un honneur parti­culier de remettre le bâton au président – qui le plaçait ensuite dans le musée. Parallèlement, diverses fêtes locales étaient orga­nisées dans le pays. À la fin des célébrations, tous les bâtons de relais étaient envoyés au Musée du 25 mai3 (Kastratović-Krstić, 2012 : 155-158 ; Radić, 2012 : 135-137).

Deuxième étape : La Maison des fleurs, un lieu d’hommage à l’épreuve du temps

10Le troisième bâtiment qui fait aujourd’hui partie intégrante du Musée d’histoire de la Yougoslavie est la Maison des fleurs où se trouve le tombeau de Tito et, depuis 2013, celui de sa femme.

11Après la mort de Tito en 1980, un nouveau lieu est créé : le centre mémoriel Josip Broz Tito. Il vient englober tous les bâti­ments de son ancienne résidence et les différents musées des alentours, parmi lesquels le Musée du 25 mai. Fondé par déci­sion des autorités fédérales, il doit perpétuer la mémoire de l’an­cien président et souligner son importance pour la Yougoslavie (Slavković, 2010 : 46-47). En plus du tombeau, sa partie princi­pale est la Maison des fleurs. À l’origine, celle-ci est construite comme un jardin d’hiver. Le président Tito y cultive les plantes tropicales reçues par des hôtes de pays lointains, dont certaines exigent un climat bien différent du climat serbe. Un de ses chro­niqueurs révèle que Tito souhaitait y être enterré, témoignant par là de son attachement à ce lieu. En raison de la popularité de Tito, de nombreuses délégations officielles viennent lui rendre hommage durant les premières années qui suivent sa mort. Et, quand l’image de Tito commence à se dégrader dans les discours officiels, les visiteurs continuent de venir à la Maison des fleurs (Stanković & Gnjatović : 46).

12Il faut nous interroger à présent sur les changements observés dans les discours officiels et qui ont contribué à l’affaiblissement progressif de la référence à Tito et à la Yougoslavie socialiste dans son ensemble. Les aspirations nationalistes existaient en Yougos­lavie déjà durant la seconde guerre mondiale. Pourtant, les diffé­rentes nations, religions et identités ont été réunies après la guerre, sur la base d’un idéal de renouvellement et de prospérité qui devait être réalisé par le travail de tous les citoyens, dans la fra­ternité et l’unité. Les différences qui existaient alors entre les groupes nationaux qui constituaient le pays ont été masquées par la censure de Tito et du parti. Les choses commencent à changer après sa mort. À partir de ce moment, il n’y a plus de grand chef charismatique pour guider le pays dans les moments de crise que traverse alors l’Europe dans son ensemble, et particulièrement le bloc de l’Est. Toutefois, durant les années qui suivent sa mort, Tito demeure la référence qui protège le pays de l’implosion, tant dans les discours officiels que dans la culture mémorielle (Čalić, 2013 : 343-414). Ainsi, la propagande autour de sa personnalité est entre­tenue et les visites de son tombeau sont organisées par les auto­rités. La plupart des visiteurs vont venir pour s’y recueillir. Au cours des années qui suivent la mort de Tito, le nombre des visi­teurs du Centre atteint même deux millions par an. D’une certaine façon, il continue de vivre dans les discours et la mémoire col­lective des citoyens de la Yougoslavie. Dans la seconde moitié des années 1980, le nombre de visiteurs diminue toutefois de façon significative.

13La situation dans toute l’Europe change radicalement après la chute du mur de Berlin en 1989 et la fin officielle du commu­nisme en Europe. Elle suscite de nombreux changements idéologiques, politiques et économiques dans les pays de l’Eu­rope de l’Est. En ce qui concerne la Yougoslavie, les nationa­lismes dans ses États fédéraux deviennent de plus en plus retentissants et contraires aux aspirations de la Yougoslavie socia­liste « multinationale » (Stanković & Gnjatović, 2013 : 49). Toutes ces tensions provoquent la dissolution de la Yougoslavie, inau­gurée en 1991 par la déclaration d’indépendance de la Slovénie, suivie de celle de la Macédoine, de la Croatie et de la Bosnie-et-Herzégovine, en 1992. Cette année-là, la Serbie et le Monté­négro créent une nouvelle union fédérale, sous le nom de République fédérale de Yougoslavie, qui perdurera jusqu’en 2003, année où le nom du pays se change en Serbie-et-Monténégro. Cette dernière période ne représente pourtant qu’une courte phase dans la constitution des deux états nationaux car le Monténégro déclare son indépendance en 2006 (Slavković, 2010 : 44).

14Tito, aimé et célébré jusqu’aux années qui ont précédé la dis­solution, est alors présenté dans les discours officiels des répu­bliques ex-yougoslaves comme un dictateur, et son idéologie de fraternité et d’unité est interprétée comme illusoire et répressive. Dans ce climat, un centre mémoriel glorifiant l’ancien président et la Yougoslavie socialiste ne convient plus aux autorités serbes qui s’efforcent alors d’effacer Tito de la mémoire officielle (Gnjatović, 2014 : 61).

La création du Musée d’histoire de la Yougoslavie : le lieu de mémoire des « yougo-nostalgiques »

15Malgré ce climat, un groupe d’intellectuels serbes n’entend pas accepter que ce pan entier de l’histoire de la Yougoslavie soit effacé. Ils réussissent à persuader le gouvernement serbe de former en 1992 une équipe d’experts, d’historiens, d’histo­riens de l’art, de muséologues et d’autres chercheurs en sciences humaines pour trouver une solution au sujet du centre mémoriel. Leur souhait premier est la préservation de toutes les rési­dences aux intérieurs authentiques – comme celles des rois de la dynastie de Karađorđević -, que Tito a utilisées. Pour réunir ces résidences dans le cadre d’une unité thématique, ils pro­posent la création du Musée d’histoire de la Yougoslavie. Il est prévu que ce musée soit constitué de différents pavillons pour présenter cette histoire dans sa totalité, depuis les premières idées de sa construction, apparues à la fin du XIXe siècle, jusqu’à sa dissolution à la fin du XXe siècle. La référence à la Yougosla­vie d’avant la seconde guerre mondiale, quand le roi « serbe » régnait sur le pays entier – convenait aux nouvelles autorités, qui entendaient montrer que la Serbie, unie avec le Monténé­gro, était la véritable héritière de la Yougoslavie après sa disso­lution. Toutefois, ce n’est que la partie du pavillon liée à la Yougoslavie socialiste qui est inaugurée – en tant que Musée d’histoire de la Yougoslavie – avec l’ambition de représenter l’histoire du pays entier (Subotić, 2015 : entretien). Ainsi, en 1996, le musée est créé en réunissant deux cent mille objets célébrant la période de la Yougoslavie socialiste, ce qui dénote une certaine incohérence.

16La situation politique du pays change en 2000 quand les démocrates arrivent au pouvoir. Jusqu’en 2008, l’institution fonctionne surtout comme une galerie, accueillant de nom­breuses expositions temporaires, dont la plupart ne sont pas des projets émanant du musée. Celui-ci a ainsi abrité une variété de thèmes – de l’archéologie jusqu’à l’art contemporain – avec de nombreuses expositions provenant de musées serbes et étran­gers, par exemple, les expositions de bronzes chinois ou de design contemporain suédois (Stanković & Gnjatović, 2013 : 49-50).

  • 4 Le rejet de la part de l’administra­tion envers les personnes qui viennent célébrer les anciennes f (...)

17Pendant cette période, le lien le plus fort avec la Yougoslavie est toujours le tombeau de Tito. Au début des années 2000, un groupe de visiteurs commence à se développer : les visiteurs « yougo-nostalgiques ». L’administration du musée ignore toute­fois leur existence, tout comme celle des fêtes yougoslaves – parmi lesquelles la fête du 25 mai – qu’ils viennent y célébrer4(Adić, 2013 : 337-338). Aujourd’hui, les conservateurs du musée sont tout à fait conscients que ce groupe de visiteurs est à l’ori­gine de la survie du musée. Pendant la première partie des années 2000, le musée a vu une baisse significative de sa fré­quentation et sa fermeture a été envisagée. Or, les visiteurs « yougo-nostalgiques » réaniment le lieu qui va être, si ce n’est soutenu, tout du moins toléré par les autorités (Živanović, 2016 : entretien).

18Ce groupe de visiteurs est principalement constitué de témoins de la Yougoslavie de Tito, et leur visite est souvent motivée par la nostalgie. La perte progressive de la mémoire collective asso­ciée à cette période motive de nombreux visiteurs à venir com­mémorer le souvenir de leur ancien président. Comme Jan et Aleida Assmann le remarquent dans leurs « théories sur la culture mémorielle », ces visiteurs partagent certaines expériences, comme le rituel du bâton (Asman, 2011 : 12-13). En théorisant l’idée de la nostalgie, Svetlana Boym problématise ainsi le lien entre ce phé­nomène et la mémoire collective. Elle définit la nostalgie comme « désir de la communauté pour une mémoire collective [en tant qu’] envie de continuité dans un monde fragmenté » (Boym, 2007 : 11).

19Mitja Velikonja, chercheur slovène en culturologie, forge un autre terme, la « titostalgie », qu’il développe dans son livre por­tant le même titre. Il insiste sur le fait que la nostalgie du pays est toujours rattachée au souvenir nostalgique de Tito. Dans son livre, M. Velikonja essaie de comprendre pour quelles raisons Tito inspire toujours autant de personnes et comment s’est créé le sentiment de nostalgie qui lui est associé. Même si pour cer­taines personnes Tito représente plutôt un personnage négatif, une majorité est d’accord pour dire qu’il a été une personnalité importante (Velikonja, 2010 : 11-26). Svetlana Boym explique aussi la nostalgie en tant que désir d’un temps différent, souvent idéa­lisé (Boym, 2007 : 10-11), la nostalgie représentant ce que nous voudrions qu’« il ait été une fois ». Bien qu’à l’époque de Tito, le mécontentement, les critiques de la censure et du contrôle, ainsi que différentes formes d’oppositions au régime aient bien existé (ce dont les gens ont conscience aujourd’hui), cette période demeure néanmoins idéalisée, par comparaison avec les diffé­rentes situations politiques qui se sont succédé après sa mort (Velikonja, 2010 : 29-36 ; 145-158).

Troisième étape : Le développement de la fonction critique du musée

20En 2007, le musée est déclaré institution à caractère national par les autorités. D’autres changements sont introduits : un nouveau statut est adopté puis, en 2008, Katarina Živanović, une personne issue du secteur non gouvernemental devient, pour la première fois, directrice du musée. De plus en plus de spécialistes liés à la gestion et à la muséologie y sont employés et introduisent notamment les idées de la nouvelle muséologie. Le musée entame un processus d’autoréflexion sur sa collec­tion et sur son travail. K. Živanović, chef de programme du musée, souligne lors d’un entretien dirigé en 2013 : « En ce moment, les mots-clés pour le musée sont la transition et l’équi­librage », se référant à la transition du statut de propriété pré­sidentielle et de mausolée vers celui de musée. On observe alors un rééquilibrage entre les visiteurs « yougo-nostalgiques », qui viennent au musée pour se souvenir de la Yougoslavie, et les visiteurs qui cherchent une interprétation critique du phé­nomène yougoslave (Živanović, 2013 : entretien).

21Pour essayer de relever ces défis, les conservateurs du musée envisagent différents programmes et expositions. Ainsi, en 2013, l’exposition La Yougoslavie du début jusqu’à la fin est créée dans le but de présenter l’esquisse d’une exposition perma­nente. Néanmoins, les spécialistes provenant de différents pays de l’ex-Yougoslavie ne parviennent pas à s’entendre sur une interprétation commune de la Yougoslavie et de son histoire. Un nouveau problème apparaît quand on réalise que près de 90 % de la collection du musée se concentre sur le personnage de Tito. Comme la conservatrice Ana Panić le souligne, l’un des objectifs de cette exposition était d’exclure le sentiment de nostalgie. Toutefois, les visiteurs, dont la plupart étaient des ex-Yougoslaves, ont exprimé leur insatisfaction par rapport au discours tenu. Certains commentaires illustrent bien leur mécon­tentement : « Vous avez complètement tué l’idée de notre pays. » D’un autre côté, pour les jeunes qui n’ont pas connu la You­goslavie de Tito et pour les étrangers, l’exposition apparaît trop complexe, voire incompréhensible. À la suite des évaluations qui ont recueilli ces réactions, la direction du musée prend la décision de proposer divers accompagnements via des pro­grammes de médiation, des discussions, et par des choix sur les contenus des expositions temporaires ou permanentes. Elle décide également de dialoguer avec les témoins de cette période et de continuer à collaborer avec les collègues d’autres institu­tions pédagogiques et muséales de Serbie, d’ex-Yougoslavie et de l’étranger (Gnjatović, 2014 : 62-68).

22Le musée s’efforce de développer progressivement sa position critique dans la société ex-yougoslave, il requalifie sa fonction, redéfinit ses visiteurs et réfléchit au développement de sa collec­tion et à la création d’une exposition permanente comme à de nouveaux programmes. Malgré cela, les questions politiques inter­fèrent toujours avec ses activités. En novembre 2013, la Maison des fleurs devient, une nouvelle fois, un lieu d’inhumation. Il s’agit à présent de la veuve de Tito, Jovanka Broz. Curieusement, sa mort a provoqué un regain d’intérêt pour la Yougoslavie, et ce, bien que Jovanka ait été, après sa séparation avec Tito – surtout après sa mort en 1980 -, complètement exclue des discours offi­ciels. Après des années de vie dans des conditions difficiles, elle tombe malade puis décède à l’hôpital. Après sa mort, le gouver­nement serbe, répondant au souhait de Jovanka, décide de l’en­terrer à côté de son mari, et ce malgré le mécontentement de l’administration du musée. L’argument de cette dernière est que l’on ne doit pas créer un tombeau familial dans un lieu qui fonc­tionne comme un lieu de mémoire – celle d’un président et de toute une période -, et encore moins dans un musée en activité (Živanović, 2016 : entretien). Malgré ces protestations, Jovanka est néanmoins enterrée dans la Maison des fleurs, avec tout le pro­tocole d’État.

Conclusion : le présent (et le futur) du musée et l’ouverture des questions critiques sur la Yougoslavie

23Vingt ans après sa création, le musée fait tou­jours face aux mêmes problèmes quant à sa collection. Il est situé à un endroit qui représente un lieu important dans l’imaginaire des visiteurs « titostalgiques ». Pour le jeune public et pour les autres visiteurs, c’est d’abord un lieu pour apprendre l’histoire de la Yougoslavie, même si on y trouve toujours un récit lacunaire de cette histoire.

24Actuellement, des recherches sont menées sur ce lieu de mémoire en vue d’approfondir les connaissances sur le type de visiteurs qui fréquentent le tombeau de Tito. Dès 2015, une nou­velle exposition, Les figures-souvenirs, présentée dans la Maison des fleurs, traite de la vie de cette partie du musée. S’appuyant sur les théories de Jan Assmann et Maurice Halbwachs, la conser­vatrice formule le souhait d’appréhender le caractère mémoriel de cet endroit via les messages laissés par les visiteurs. Elle pro­pose une approche critique des modes de transmission de la mémoire et des lieux qui incarnent cette mémoire. Elle rap­proche enfin les « Fêtes de la jeunesse » organisées du vivant de Tito de celles créées aujourd’hui par les « yougo-nostalgiques ». Ainsi, des bâtons de relais sont à nouveau exposés. Une fois par mois, les visiteurs sont invités à venir discuter de leurs sou­venirs et à essayer de trouver les bâtons qu’ils ont utilisés pen­dant les courses de relais de la jeunesse. Ainsi, la mémoire communicative liée à la Yougoslavie est perpétuée (Ðorgovic, 2015 : entretien).

25Cette exposition représente une démarche muséale radicale­ment différente de celle que Vesna Adić décrit dans son article (Adić, 2013), dans la mesure où le musée commence à prendre en compte les visiteurs, même ceux qui viennent pour commémorer Tito. Ce constat est confirmé par le fait que depuis quelques années, le musée va jusqu’à organiser des fêtes pour la Journée de la jeunesse. En quoi ce changement est-il impor­tant ? Dans leurs théories sur la mémoire, Jan et Aleida Assmann différencient la mémoire communicative et la mémoire cultu­relle. La première représente la mémoire autobiographique, liée aux événements qu’une personne a vécus, mais qui est aussi influencée par la mémoire d’autres personnes. D’autres auteurs, tels que Krzysztof Pomian, soulignent aussi le caractère éphé­mère et sélectif de la mémoire personnelle ou de la mémoire transmise oralement (Pomian, 1988 : 68-71). Dans le cas de la mémoire culturelle, des objets sont porteurs de la mémoire culturelle parce que les témoins des événements auxquels ces objets sont liés ont disparu. Ces deux types de mémoires doivent être clairement interprétés (Asman A., 2011 : 35-36 ; Asman J., 2011 : 49-54).

26Dans la mesure où nous sommes en présence d’un passé proche, lié à un régime qui a censuré et contrôlé le quotidien des Yougoslaves, on comprend que la création de documents et d’archives, tout comme la collecte des témoignages directs, sont des fonctions incontournables pour ce musée. Et ce tout particulièrement dans un contexte où des tendances nationalistes cherchent à réécrire cette part du passé. La Yougoslavie et Tito disparaissent lentement de la mémoire communicative pour rejoindre la mémoire culturelle, car il y a de moins en moins de témoins de la Yougoslavie de Tito qui se rappellent cette période-là. De ce point de vue, la partie de l’exposition Les figures-souvenirs apparaît la plus intéressante et montre bien que le musée lui-même réfléchit aux liens étroits qui existent entre la politique et le musée.

27En conclusion, nous retiendrons que le contexte politique a influencé à plusieurs reprises la politique du musée et qu’elle a sans cesse contribué à transformer son contenu mémoriel. Il s’agit aujourd’hui de laisser ce musée développer sa fonction poli­tique (Arpin, 1999 : 40), voire son rôle actif sur la société serbe et plus largement ex-yougoslave. Toutefois, on peut se demander jusqu’à quand cette tendance pourra se poursuivre. Est-il possible que de nouvelles autorités décident de mettre en place des politiques qui rejettent l’histoire de la Yougoslavie ? Pour toutes ces raisons, le rôle critique du musée dans l’interprétation du passé et dans le façonnement des cultures mémorielles de ses visiteurs est essentiel.

Haut de page

Bibliographie

Adić (Vesna). 2013. « Nevidljivi poklonici. Dan Mladostl 2011. u Muzeju istorije Jugoslavije », p. 335-345 in Muzeologija, nova muzeologija i nauka o baštini : Tematski zbornik. Belgrade : Centar za muzeologiju i heritologiju Filozofskog fakulteta u Begradu. Kruševac : Narodni muzej Kruševac.

Arpin (Roland). 1999. La Fonction poli­tique des musées. Montréal : Éditions Fides. Québec : Musée de la civili­sation.

Asman (Alaida). 2011. Duga senka prošlosti. Belgrade : Biblioteka XX vek. (Original : Assmann (Aleida). 2006. Der Lange Schatten der Ver­gangenheit. Münich : Verlag C. H. Beck oHG.)

Asman (Jan). 2011. Kultura pamćenja. Belgrade: Prosveta. (Original: Ass­mann (Jan). 2007. Das Kulturelle Gedächtnis, Schrift, Erinnerung und politische Identität in Frühen Hoch­kulturen. Münich: Verlag C. H. Beck oHG.)

Boym (Svetlana). 2001. The Future of Nostalgia. New York: Basic Books.

Čalić (Mari-Žanin). 2013. Istorija Jugos­lavije u 20. veku. Belgrade : Clio. (Original : Čalić (Marie-Janine). 2010. Geschichte Jugoslawiens im 20. Jah­rhundert. Münich : Verlag C. H. Beck oHG.)

Erll (Astrid). 2008. « Cultural memory studies: An introduction », p. 1-15 in Cultural Memory Studies: An Inter­national and Interdisciplinary Handbook, sous la dir. d’Astrid Erll & Ansgar Nünning. Berlin: Walter de Gruyter.

Gnjatović (Milena). 2014. Problems of Museum’s Image Building During Museum’s (Re) construction Case of the National Museum of Serbia, the Museum Yugoslav History, and the Museum of Contemporary Art in Belgrade, from 2003 to 2013. Master thesis, University of Arts in Belgrade. Belgrade.

Kastratović-Krstić (Veselinka). 2012. « Kontinuitet u diskontinuitetu: Telesne vežbe, sletovi, stafetne palice », p. 141-158 in Ogledi o jugoslovenskom kulturnom nasleđu, sous la dir. d’Ivan Kovačević. Belgrade: Srpski genealoški centar; Filozofski fakultet, Odeljenje za etnologiju i antropologiju.

Muzej istorije Jugoslavije. 2013. Cata­logue de l’exposition: Jugoslavija: Od početka do kraja. 01/12/2012­17/03/2013. Belgrade : Muzej istorije Jugoslavije.

Nora (Pierre). 1997. « Entre mémoire et histoire : La problématique des lieux », p. 23-43 in Les Lieux de mémoire I, La République, La Nation, Les France, sous la dir. de Pierre Nora. Paris : Gallimard.

Pomian (Krzysztof). 1998. « De l’histoire, partie de la mémoire, à la mémoire, objet d’histoire ». Revue de métaphy­sique et de morale, n° 1, Mémoire, histoire, p. 63-110.

Radić (Nenad). 2012. « Jedan muzejski predmet kao metafora jugoslovenskog kulturnog nasleđa », p. 123-139 in Ogledi o jugoslovenskom kultur­nom nasleđu, sous la dir. d’Ivan Kovačević. Belgrade : Srpski genealoški centar ; Filozofski fakul­tet, Odeljenje za etnologiju i antropologiju.

Slavković (Mirjana). 2010. Mediation of Memory of Socialist Past Dealing with Nostalgia and Politics of Obli­vion: Case study the Museum of Yugoslav History. Thèse de doctorat: University of Arts in Belgrade.

Stanković (Isidora) & Gnjatović (Milena). 2013. « Muzej i/ili mauzolej? Sećanja koja Muzej istorije Jugoslavije čuva ». Sintezis, godina V, broj 1, p. 41-60.

Velikonja (Mitja). 2010. Titostalgija. Bel­grade: Biblioteka XX vek

Haut de page

Notes

1 Les auteurs ont publié l’article « Musée et/ou mausolée ? Les sou­venirs que le Musée d’histoire de la Yougoslavie préserve » en 2013, dans la revue serbe Sintezis, consa­crée aux sciences humaines et aux problèmes sociaux.

2 La référence originale est en cyril­lique : Станковић (Исидора) & Гњатовић (Милена). 2013. « Музеј и/или маузолеј ? Сећања која Музеј историје Југославије чува ». Синтезис, година V, број 1, p. 41-60.

3 Ces courses de relais étalent aussi organisées après la mort de Tito – officiellement jusqu’en 1987, mais elles ont continué plus tard, organi­sées par les « yougo-nostalgiques » dans différents pays d’ex-Yougoslavie. Aujourd’hui encore, les anciennes « jeunesses » de Tito se recueillent tous les 25 mai devant le musée et transmettent le bâton de relais à son petit-fils. La collection des bâtons de relais est forte de 22 000 objets créés par les plus célèbres sculpteurs et amateurs yougoslaves.

4 Le rejet de la part de l’administra­tion envers les personnes qui viennent célébrer les anciennes fêtes yougoslaves est patent. En 2011, Vesna Adić, qui a fait son stage au Musée d’histoire de la You­goslavie, décrit le comportement de l’administration envers les visi­teurs « yougo-nostalgiques » et leurs fêtes organisées pour commémorer Tito. Elle signale qu’en 2011, ils étaient encore perçus comme des visiteurs « négatifs » pour l’image officielle du musée, cf. son article « Les pèlerins invisibles. La “Jour­née de la jeunesse” au Musée d’his­toire de la Yougoslavie en 2011 » (Adić, 2013).

Haut de page

Références

Référence papier

Milena Jokanović et Isidora Stanković, « Le musée d’histoire de la Yougoslavie soumis aux interférences politiques »Culture & Musées, 28 | 2016, 31-45.

Référence électronique

Milena Jokanović et Isidora Stanković, « Le musée d’histoire de la Yougoslavie soumis aux interférences politiques »Culture & Musées [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/784 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.784

Haut de page

Auteurs

Milena Jokanović

Milena Jokanović est doctorante en histoire de l’art à la faculté de philosophie de l’université de Belgrade, où elle travaille comme doctorante chargée de cours. Elle est aussi collaboratrice au Centre de muséologie et d’héritologie de l’université de Belgrade et asso­ciée au Musée d’histoire de la Yougoslavie à Belgrade. Elle a obtenu un diplôme de master 2 de la chaire UNESCO pour la gestion et la politique culturelles, effectuée dans le cadre d’une collaboration entre l’université des Arts de Belgrade et l’université Lumière Lyon 2. Ses domaines de recherche sont la muséologie, le patrimoine, les cultures mémorielles, l’histoire de la photographie et des pra­tiques contemporaines de l’art.
Gnjatović (Milena). 2014. « An Image Building of the National Museum: Edifice Reconstruction or Complete Transformation », p. 216-227 in Culture and Sustainable Development at Times of Crisis. Belgrade: University of Arts, Faculty of Dramatic Arts, Ins­titute for Theatre, Film, Radio and Television.
Courriel : gnjatovic.milena@gmail.com

Isidora Stanković

Isidora Stanković est doctorante en histoire de l’art en cotutelle entre la faculté de philosophie de l’université de Belgrade et l’école doctorale d’histoire de l’art de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Elle travaille actuellement en tant qu’assistante de documentation et de recherche à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sur le projet Cultural Base. Elle est également collaboratrice du Centre de muséologie et d’héritologie de l’université de Belgrade. Ses domaines de recherche portent sur le patrimoine, la muséologie, les lieux de mémoire, la mémoire collective et culturelle, ainsi que le patrimoine juif.
Stanković (Isidora). 2014. « Spaces of Memory – “Presence of Absence”, Cultural Memory and Oblivion Mechanisms ». Culture/Култура, 8, p. 87-94.
Courriel : isidora.s@live.com

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search