Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Visites d’expositionsBaudelaire, la modernité mélancol...

Visites d’expositions

Baudelaire, la modernité mélancolique

Caroline Marie
p. 372-375

Entrées d’index

Rubriques :

Visites d'expositions
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Septembre 2016 - janvier 2017.
  • 2 BnF (Bibliothèque nationale de France), 3 novembre 2021 - 13 février 2022.

1L’Œil de Baudelaire, la dernière exposition consacrée à Charles Baudelaire, au Musée de la vie romantique1, soulignait la diversité générique de son œuvre en instaurant notamment un dialogue entre les œuvres picturales vues par Baudelaire critique d’art et les textes critiques ou poétiques qu’elles lui avaient inspirés. Baudelaire, la modernité mélancolique2, qui célèbre le bicentenaire de la naissance du poète, à la Bibliothèque nationale de France, prolonge ce dialogue entre le poétique et le pictural pour aider à saisir, voire à ressentir, la centralité de la mélancolie dans l’expérience de l’artiste et dans son processus créatif.

  • 3 BnF, octobre 2019 - février 2020. Exposition également montrée à New York et à Oxford, conçue avec (...)
  • 4 Juin-novembre 2021.
  • 5 Réunion des musées métropolitains Rouen Normandie et Mucem, novembre 2021 - février 2022.

2Les expositions récentes sur la littérature explorent les potentialités expographiques du dialogue entre textes littéraires et images, avec une appétence particulière pour les écrivains dessinateurs. Tolkien, voyage en Terre du Milieu3 révèle de nombreux inédits de la main du romancier : manuscrits illustrés, cartes dessinées et esquisses préparatoires ; la Maison de Victor Hugo invite les visiteurs Dans l’intimité du génie4 pour admirer ses délicats lavis oniriques ; Salammbô : Fureur ! Passion ! Éléphants ! – Du roman culte à l’exposition5, qui fait la part belle aux somptueuses figurations du personnage de Flaubert, accorde une place de choix aux carnets dans lesquels le romancier crayonna croquis et annotations lors d’un voyage en Afrique du Nord en 1858. Présentés dès la première vitrine-table, ils sont feuilletés sur écran numérique.

3Les œuvres plastiques que présente Baudelaire, la modernité mélancolique – 200 tableaux, dessins, eaux-fortes, lithographies, gravures, photographies, manuscrits, partitions, éditions et documents autographiques – sont moins colorées, moins spectaculaires, même si beaucoup sont rares et inédites. L’autoportrait crayonné qui figure sur l’affiche illustre ce choix d’une scénographie aussi épurée que le dandysme baudelairien. Il signale également ce qui fait l’intérêt et l’attrait de l’habile proposition muséographique des commissaires de l’exposition, Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares de la BnF, Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la Photographie de la BnF, Julien Dimerman, conservateur au département Littérature et Art de la BnF, et Andrea Schellino, maître de conférences à l’université Rome III : lancer au visiteur une double invitation au voyage.

4L’exposition, organisée thématiquement, définit la singularité de la mélancolie baudelairienne en trois moments qui font écho à la chronologie de la vie du poète : « Mélancolie du non-lieu », « L’image fantôme » et « La déchirure du moi ». Ce dispositif expographique, certes classique, mais rendu très lisible par une scénographie qui structure clairement l’espace pourtant contraint de la galerie 1 et met en valeur les expôts – disposés sans impression d’entassement, bien éclairés et commentés dans des cartels sobres et précis –, trace un second parcours, plus buissonnier. Tandis que le curieux ou le vitrinophobe, guidé par les textes informatifs, comprend la mélancolie par une observation croisée des œuvres graphiques accrochées aux cimaises et des documents textuels exposés en dessous, le visiteur érudit ou passionné observe à loisir, dans les nombreuses vitrines-tables disposées au centre de chaque salle, les documents qui tissent un autre récit, celui de la genèse de l’œuvre.

  • 6 Charles Baudelaire, Le Peintre de la vie moderne, in Œuvres complètes, Paris, Michel Lévy frères, v (...)

5Le parcours est ponctué de points focaux qui retiennent l’attention des deux types de visiteurs, en laissant parler les images, et qui font l’originalité de l’exposition. Deux portraits des muses, Jeanne Duval, obscure comédienne métisse, et Mme Sabatier, qui tenait salon et se faisait appeler Apollonie, éclairent une édition originale des Fleurs du mal offerte par Baudelaire à cette dernière, dans laquelle elle conservait le portrait de sa rivale, dessiné par Baudelaire, avec l’annotation ironique : « Son idéal ! » Si le visiteur est invité dans l’intimité de Baudelaire, c’est pour mieux l’amener vers l’intimité de l’écriture ou, plus précisément, de son élaboration. La diffusion de poèmes enregistrés parasite toutefois ce rapport intime à l’œuvre, que des bornes sonores ou des dispositifs d’écoute individuels auraient permis de préserver. La grande réussite de l’exposition est de montrer – en retraçant, autant qu’il est possible, le processus d’élaboration poétique, de l’inspiration à la publication – comment la vie et l’œuvre de Baudelaire participent de la même temporalité : « le transitoire, le fugitif, le contingent6 » que le poète associe à la modernité.

Figure 1. Portrait de Jeanne Duval dans l’édition des Fleurs du mal de Mme Sabatier.

Figure 1. Portrait de Jeanne Duval dans l’édition des Fleurs du mal de Mme Sabatier.

© Caroline Marie.

  • 7 Théodore de Banville, Mes Souvenirs, 1882, cité dans la brochure « Parcours de visite autonome » de (...)

6Au service de cette double lecture, le design expographique prend la forme d’un livre illustré. Un prologue fait se côtoyer les treize lithographies consacrées par Eugène Delacroix à Hamlet, qui étaient accrochées au mur de la chambre du poète, et le « portrait tourmenté et tragique de Baudelaire à vingt ans […] où le fond lui-même, d’un gris strié et hachuré de noir, semble irrité et sarcastique comme le poète des Fleurs du mal7 », peint par Émile Deroy. L’épilogue – sans doute la salle la plus inédite et la plus troublante – aligne sur trois pans de mur autoportraits dessinés et portraits photographiques posés et contrôlés par le poète lui-même. Entre ces deux salles d’un rouge sombre, une série de salles aux murs d’un gris mélancolique déroule la singulière poétique de Baudelaire, entre mûrissement et abandon, reprise et élan brisé.

7La première partie, « Mélancolie du non-lieu », ancre le sentiment d’exil de Baudelaire dans l’enfance. Des lettres à sa mère, l’unique portrait de cette dernière – Portrait de Caroline Baudelaire – à la gouache et à l’aquarelle, inédit, aux côtés du portrait de son père par Jean-Baptiste Regnault et d’une lithographie représentant son beau-père, le général Aupick, rendent tangible l’étouffant ordre bourgeois contre lequel il se révolte. Cet exil affectif contextualise les thèmes de l’enfance et de la chute, incarnée par la figure de Satan à laquelle Odilon Redon consacra une série de lithographies exposées ici. Une carte de Paris recense « les domiciles de Baudelaire » : pas moins de 38. Chaque déménagement du poète impécunieux est vécu comme une errance de bohémien – le prologue n’associe-t-il pas Baudelaire Hamlet à la figure du saltimbanque ? Le manuscrit autographe de « L’ivresse du chiffonnier » avoisine avec des portraits de mendiantes et de mendiants qu’il appréciait, et son Autoportrait sous l’influence du haschisch avec une édition des Confessions of an English Opium-Eater de Thomas de Quincey qu’il adapta pour la seconde partie des Paradis artificiels.

8« L’image fantôme » étudie trois figures de la hantise et de l’errance : Paris, ville à la fois moderne et spectrale, bouleversée par les travaux d’Haussmann, matière des Tableaux parisiens et des Petits poèmes en prose ; l’ailleurs, qui fait dialoguer la carte montrant le voyage imposé en 1841 par le général Aupick mais interrompu à l’île Maurice, et l’exotisme poétique ; et la mort, qui rapproche le squelette d’un projet de frontispice par Félix Braquemont pour la seconde édition des Fleurs du mal du frontispice pour Les Épaves par Félicien Rops.

  • 8 Charles Baudelaire, « La Double Vie par Charles Asselineau », in Œuvres complètes, op. cit., p. 423

9Enfin, « Les déchirures du moi » fait de la mélancolie baudelairienne une esthétique nourrie d’influences visuelles et littéraires, tissée de relations professionnelles, d’affinités intellectuelles ou de liens amicaux : Edgar Allan Poe, dont ses traductions sont présentées ; Jules Barbey d’Aurevilly ; Théophile Gautier, dont le portrait « au foulard et à la blouse blanche » par Nadar est exposé ; Delacroix et son Autoportrait en Hamlet ; ou encore le Portrait de Mah-To-Toh-Pa (Quatre Ours), chef des Mandans, en tenue d’apparat par George Catlin, accroché en regard de deux portraits du poète en petit format : un dessin d’Édouard Manet et une photographie d’Étienne Carjat. Le dandysme est le regard désillusionné et extatique que l’« Homo duplex8 » pose sur le monde : c’est ce qu’illustrent les caricatures d’Honoré Daumier et la série Los Caprichos de Francisco de Goya présentées en regard de « De l’essence du rire » et du manuscrit autographe de « Mon cœur mis à nu », dont le titre est emprunté à Poe.

10Point focal parlant, un petit pan de mur rassemble le manuscrit de « Mon cœur mis à nu », le Portrait de Baudelaire par Gustave Courbet, les épreuves de « L’héautontimorouménos » corrigées par l’auteur et une lettre à sa mère, dévoilant les espaces multiples de la fabrique de la littérature. L’exposition semble d’ailleurs constituer une typologie ou un catalogue des traces graphiques laissées sur le papier par le poète pointilleux à chaque étape de l’écriture : projets, brouillons, corrections d’épreuves, versions provisoires – magnifiques épreuves de poèmes des Fleurs du mal publiés sous le titre de travail Les Limbes dans Le Messager de l’Assemblée –, gloses, annotations, ajouts – émouvant placard tiré à quelques exemplaires sur lequel le poète a ajouté à la main une strophe de « L’albatros » –, biffures, reprises, réflexion sur les illustrations, discussions épistolaires, dédicaces.

Figure 2. Focus sur « Mon cœur mis à nu » vu depuis la dernière salle, l’épilogue de l’exposition.

Figure 2. Focus sur « Mon cœur mis à nu » vu depuis la dernière salle, l’épilogue de l’exposition.

Photo : Caroline Marie.

11L’épilogue, en rupture avec le reste de l’exposition qui présente le pictural en regard du scriptural, s’avère spectaculaire par la sobriété même de son alignement de portraits et d’autoportraits de Baudelaire. Loin d’embrasser d’un regard lassé cette série de photographies et de dessins au trait où domine le noir et blanc, le spectateur est saisi par les infimes variations du visage et des postures de celui qui fut l’un des auteurs les plus photographiés de son temps malgré sa méfiance envers ce nouveau médium. Et de s’attarder pour lire ce visage qu’on croyait connaître mais auquel cette mise en série semble conférer un sens caché. Voilà que chaque détail fait sens : le raffinement des poses et des coupes de vêtements contraste avec la simplicité des tissus ; si certaines photographies évoquent d’autres portraits d’écrivains du xixe siècle, le visage glabre du poète marque sa singularité ; que dit ce regard sombre, doux ou insoumis qui fixe son observateur ? Ici, Baudelaire a annoté avec précision deux autoportraits au trait, insatisfait de n’avoir pu saisir sa propre expression ; sur ce portrait par Nadar, il amène avec un « bougé » – volontaire, involontaire ? – la photographie vers le dessin ; là, il est une forme spectrale à l’arrière-plan.

  • 9 Charles Baudelaire, Curiosités esthétiques, in Œuvres complètes, Michel Lévy frères, vol. II, 1868, (...)

12Après l’enfilade de pièces grises, la dernière salle marque le retour aux murs lie-de-vin du prologue : cette nuance associée au salon, voire au boudoir de la bourgeoisie dont il rejetait les codes tout en vivant à l’Hôtel Pimodan au milieu de tentures de soie, crée un sentiment de proximité avec le poète. Il est émouvant de le voir passer de la vigueur de la jeunesse à la fragilité de la maladie. Dans cette salle épilogue, le visiteur vit une expérience de visite intense : à l’image de sa poésie, Baudelaire devient beau et bizarre9, figure obstinément commentée et reprise, figure de l’inachevé, insaisissable apparition, toujours déjà perdue.

Haut de page

Notes

1 Septembre 2016 - janvier 2017.

2 BnF (Bibliothèque nationale de France), 3 novembre 2021 - 13 février 2022.

3 BnF, octobre 2019 - février 2020. Exposition également montrée à New York et à Oxford, conçue avec la Morgan Library and Museum, les Bodleian Libraries et le Tolkien Trust.

4 Juin-novembre 2021.

5 Réunion des musées métropolitains Rouen Normandie et Mucem, novembre 2021 - février 2022.

6 Charles Baudelaire, Le Peintre de la vie moderne, in Œuvres complètes, Paris, Michel Lévy frères, vol. III, 1885, p. 69.

7 Théodore de Banville, Mes Souvenirs, 1882, cité dans la brochure « Parcours de visite autonome » de la BnF.

8 Charles Baudelaire, « La Double Vie par Charles Asselineau », in Œuvres complètes, op. cit., p. 423.

9 Charles Baudelaire, Curiosités esthétiques, in Œuvres complètes, Michel Lévy frères, vol. II, 1868, p. 216.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Portrait de Jeanne Duval dans l’édition des Fleurs du mal de Mme Sabatier.
Crédits © Caroline Marie.
URL http://journals.openedition.org/culturemusees/docannexe/image/8699/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Figure 2. Focus sur « Mon cœur mis à nu » vu depuis la dernière salle, l’épilogue de l’exposition.
Crédits Photo : Caroline Marie.
URL http://journals.openedition.org/culturemusees/docannexe/image/8699/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 643k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Marie, « Baudelaire, la modernité mélancolique »Culture & Musées, 39 | 2022, 372-375.

Référence électronique

Caroline Marie, « Baudelaire, la modernité mélancolique »Culture & Musées [En ligne], 39 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/8699 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.8699

Haut de page

Auteur

Caroline Marie

Université Paris 8
Courriel : caroline.marie.up8[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search