Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Travaux et notes de rechercheCompte rendu de mémoireDécentrer le regard, décoloniser ...

Travaux et notes de recherche
Compte rendu de mémoire

Décentrer le regard, décoloniser les pratiques. Une aventure muséographique au Musée royal de l’Afrique centrale

Mémoire de Master spé­cialité « Expographie-Muséographie », université d’Artois, soutenu le 9 novembre 2015
Ophélie Laloy
p. 235-237
Référence(s) :

Ophélie Laloy, Décentrer le regard, décoloniser les pratiques. Une aventure muséographique au Musée royal de l’Afrique centrale (mémoire de Master spé­cialité « Expographie-Muséographie », université d’Artois, soutenu le 9 novembre 2015)

Texte intégral

1En remplaçant certains mots comme « esclave », « Hottentot », « nègre » dans les titres d’œuvres de ses collections, le Rijksmuseum à Amsterdam apporte une réponse à la question d’une nécessaire adéquation des institutions liées à l’histoire coloniale avec la société contem­poraine. Le titre original de l’œuvre est laissé sur le cartel et placé en dessous du titre modi­fié uniquement s’il est de l’invention de l’artiste. Avec cette restriction, le Rijksmuseum opère un double mouvement de reconnaissance et de recouvrement. Ce faisant, il prend publique­ment acte du caractère discriminatoire de caté­gories taxonomiques utilisées en dehors du cadre idéologique qui les a vues naître. Il laisse pourtant en suspens une réflexion de fond sur la construction et l’influence de ses catégories dans la dénomination des œuvres par l’insti­tution et les collectionneurs.

2Cette problématique concerne de près le Musée royal de l’Afrique centrale. Née de l’en­treprise coloniale, cette institution fédérale belge souhaite rompre définitivement avec son image de musée colonial en orientant la politique de son centre de recherche et de son musée vers l’Afrique centrale contemporaine. Dans ce contexte, deux événements de l’année 2013 constituent les points d’ancrage de notre re­cherche. Au printemps, le MRAC, mondialement reconnu pour ses collections précoloniales et coloniales, acquiert une collection de près de deux mille peintures populaires congolaises produites après l’indépendance de la Répu­blique du Congo en 1960. Puis, en décembre, l’institution ferme ses portes aux publics pour une rénovation architecturale et muséogra­phique de quatre années.

3À travers l’acquisition de la collection de peintures populaires et du projet de mise en exposition qui l’accompagne, ce mémoire ana­lyse les enjeux de la rénovation. En effet, com­ment le MRAC peut-il réinventer et redéfinir ses missions aujourd’hui sans faire l’impasse sur son histoire coloniale ? Que peut nous révéler l’analyse des différentes définitions de l’objet ethnographique et de la peinture popu­laire sur l’évolution des regards, des discours et des pratiques au MRAC ? Ici, deux objectifs se dessinent ; dans un premier temps, cerner les moments de ruptures ayant permis l’émer­gence d’une réflexion autocritique au cœur de l’institution et leurs impacts sur le processus de rénovation en cours. Puis, dans un second temps, comprendre, en étudiant la peinture populaire congolaise et sa mise en exposition, l’importance symbolique et la fonction que l’institution lui attribue.

Contextes : du musée du Congo au Musée royal de l’Afrique centrale

4Afin de cerner les enjeux de la rénovation, la première partie de notre recherche s’attache à étudier la nature des missions de l’institution de sa naissance en 1897 à sa fermeture en 2013. En nous appuyant sur une approche historique et muséographique, nous analysons l’évolution, en premier lieu, des discours institutionnels et des méthodes scientifiques, et, en second lieu, de la mise en exposition des collections et leurs fonctions discursives. Les deux missions origi­nelles du Musée du Congo s’inscrivent dans le contexte idéologique de l’époque. D’une part, l’étude objective des collections s’appuie sur les méthodes employées alors par les muséums d’Histoire naturelle occidentaux et le musée du Trocadéro ; d’autre part, l’édification des métro­politains au potentiel économique de la colonie s’inscrit dans une logique impérialiste. Ces deux lignes directrices construisent une manière de s’adresser aux publics excluant, de fait, les colo­nisés tant comme producteurs de l’histoire que comme récepteurs du discours officiel. À l’aune de notre étude, nous proposons cette exclusion comme potentielle explication d’une absence radicale de changement du regard, des pratiques et des discours au sein de l’institution au mo­ment foudroyant de l’accession des Congolais à l’indépendance le 30 juin 1960. L’influence des Cultural et des Postcolonial Studies permet de situer l’émergence d’un changement para­digmatique annonçant la prise en compte des versions africaines de l’histoire. Au MRAC, l’ef­fectivité d’un déplacement de regard et des pra­tiques survient à partir de 2001, non sans crispations, avec l’analyse critique de la consti­tution des collections déployée par l’ethnologue

5Boris Wastiau dans son essai et exposition épo­nyme Exit Congo Muséum. L’acquisition de la collection de peintures populaires congolaises entérinerait-elle ce nouveau paradigme ? Nous devons vérifier cette hypothèse.

La peinture populaire, une version congolaise de l’histoire

6Pour pouvoir cerner ce qui se joue à travers cette acquisition de peintures populaires congo­laises, au-delà du regard et des intérêts parti­culiers des employés du MRAC, il nous a fallu présenter et étudier cette pratique artistique dans son contexte de production. Nous nous sommes appuyée sur une analyse historique, sociologique et sémantique. En étudiant et dis­cutant les ouvrages occidentaux et congolais retraçant l’histoire de la peinture moderne et populaire, nous remarquons l’impact de la co­lonisation dans l’émergence d’une pratique pic­turale sur toile au Congo. L’histoire picturale congolaise s’écrit à partir des catégories de l’his­toire de l’art occidental et de l’ethnographie jusqu’à ce que l’influence de la politique de zaïrianisation du maréchal Mobutu vienne, à partir de 1971, ajouter aux catégories occiden­tales celle d’un art officiel authentiquement zaïrois. La peinture populaire, née à la fin de la période coloniale en marge des écoles et ate­liers belges, en copie les techniques pour repré­senter la vie et l’histoire de sa principale clientèle, les populations modestes. Au milieu des années 1970, l’intérêt des expatriés pour la peinture populaire conduit à la rencontre for­tuite et décisive entre le peintre populaire Tshibumba Kanda Matulu et l’historien collectionneur Bogumil Jewsiewicki. Par son intermédiaire, la peinture populaire congolaise commence alors à être regardée et étudiée comme un espace de représentation et d’autoreprésentation histo­rique, sociologique et mémorielle. Cette prise de conscience ouvre des champs de recherches insoupçonnés, susceptibles de modifier les ca­tégories à partir desquelles les scientifiques étu­diaient la peinture populaire congolaise.

La peinture populaire congolaise exposée ou l’écriture d’un manifeste

7S’appuyant sur une analyse muséogra­phique, notre troisième partie poursuit deux objectifs : le premier consiste à étudier l’évo­lution des mises en exposition de la peinture moderne et populaire congolaise, le second à dégager l’originalité du projet d’exposition en préparation au MRAC et de son possible impact sur l’actuelle politique scientifique et culturelle de celui-ci. L’analyse s’appuie sur l’étude de trois expositions, celle présentant pour la pre­mière fois en Europe les dessins à l’encre de Djilatendo et Albert Lubaki au palais des Beaux-arts de Bruxelles en 1929, la première exposition officielle de peintures populaires Art Partout à l’Académie des beaux-arts de Kinshasa en 1978 et la dernière en date, Beauté Congo 19252015 Congo Kitoko ! à la fonda­tion Cartier pour l’art contemporain à Paris en 2015. Ces études de cas permettent de retrou­ver les problématiques soulevées dans l’analyse historique effectuée en seconde partie de notre recherche. À savoir l’influence des catégories de l’histoire de l’art, de l’ethnographie occiden­tale et celle de la zaïrianisation dans la mise en exposition des œuvres picturales congolaises au XXe siècle. C’est à ces influences croisées et à la nature des idéologies qu’elles représentent que s’intéressent les commissaires de l’exposi­tion actuellement en préparation au MRAC, Bambi Ceuppens et Sammy Baloji. Pour B. Ceuppens, l’objectif de cette exposition est d’ouvrir la voie à des recherches inédites sur la peinture populaire congolaise. Le projet s’ins­crit donc à la fois dans la ligne des recherches de Bogumil Jewsiewicki et de celles des quelques projets muséographiques influencés par les Cultural et les Postcolonial Studies ayant eu lieu au MRAC depuis 2001, sans pour autant s’aligner complètement sur ces deux perspec­tives. Exit Congo Muséum ayant été une expo­sition critique à partir de l’étude des archives du musée et de ses définitions successives de l’objet ethnographique quand l’exposition Congo Art Works. Popular Painting se veut expéri­mentale. Mettant en regard des œuvres popu­laires, des objets dits ethnographiques, des objets touristiques, l’exposition souhaite mettre en perspective l’artificialité des catégories em­ployées à leurs définitions et insiste sur les continuités formelles et culturelles dans les arts du Congo. Cette acquisition consolide la poli­tique scientifique et culturelle actuelle du MRAC en ce qu’elle témoigne de l’histoire récente de la République démocratique du Congo. Le re­gard sur la peinture populaire et la mise en regard d’objets nés d’influences diverses et de mises en récits divergentes pratiqué dans Congo Art Works. Popular Painting peut être une source d’inspiration pour le futur musée.

Haut de page

Bibliographie

Jewsiewicki (Bogumil). (sous la dir. de). 1992. Art pictural zaïrois. Québec : Éditions du Septentrion.

Stroobants (Jean-Pierre). 28/12/2015. « Le Rijksmuseum révise son voca­bulaire ». Le Monde. fr. Publication en ligne : http://www.lemonde.fr/culture/article/2015/12/28/le-rijksmuseum-revise-son-vocabulaire_4838473_3246.html]. Consulté le 14 février 2016.

Wastiau (Boris). 2000. Exit Congo Muséum. Un essai sur la vie sociale des « chefs-d’œuvre » du musée de Tervuren. Tervuren : MRAC.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ophélie Laloy, « Décentrer le regard, décoloniser les pratiques. Une aventure muséographique au Musée royal de l’Afrique centrale »Culture & Musées, 28 | 2016, 235-237.

Référence électronique

Ophélie Laloy, « Décentrer le regard, décoloniser les pratiques. Une aventure muséographique au Musée royal de l’Afrique centrale »Culture & Musées [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/900 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.900

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search