Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Travaux et notes de rechercheCompte rendu de thèseNouvelles modalités d’appropriati...

Travaux et notes de recherche
Compte rendu de thèse

Nouvelles modalités d’appropriation et de par­tage au musée les pratiques multiples de l’ex­périence de visite à l’époque de la culture numérique

Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, univer­sité d’Avignon et des Pays de Vaucluse, soute­nue le 2 décembre 2015
Florence Andreacola
p. 240-243
Référence(s) :

Florence Andreacola, Nouvelles modalités d’appropriation et de par­tage au musée les pratiques multiples de l’ex­périence de visite à l’époque de la culture numérique (thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, univer­sité d’Avignon et des Pays de Vaucluse, soute­nue le 2 décembre 2015, 300 p.).

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le numérique touche de plus en plus d’aspects de notre société et n’épargne donc pas les musées qui s’interrogent sur les nouvelles pratiques de leurs visiteurs et visiteurs potentiels. On compte d’ailleurs de nombreuses recherches qui réexaminent les pratiques culturelles à l’époque de la culture numérique (Donnat, 2009 ; Bigot et al, 2012 ; octobre 2014). Cette thèse, en abordant la question des pratiques multiples d’expérience de visite dans le contexte d’une culture numérique, apporte des éléments sus­ceptibles d’alimenter les questionnements déjà anciens sur l’impact du numérique sur les pra­tiques de visite (Le Marec, 1998 ; Vidal, E998, 2006, 2012 ; Chaumier et al, 2013 ; Eidelman et al, 2014). Son originalité est liée à son inscrip­tion interdisciplinaire entre informatique, mathé­matique et sciences de l’information et de la communication par le biais de la muséologie, et en particulier la muséologie de la réception. Cette intégration de l’informatique et des mathé­matiques à des problématiques ancrées en mu­séologie est possible grâce à deux circonstances de la recherche : le coencadrement de la thèse par Marie-Sylvie Poli, professeur en SIC et par Éric SanJuan, maître de conférences en infor­matique ; et son financement par une structure fédérative de recherche : l’Agorantic. Ce contexte a permis une acculturation au sein d’un labora­toire d’informatique (Laboratoire informatique d’Avignon, LIA) pour comprendre un langage, des approches et certaines méthodes.

2Plus précisément, cette thèse propose de défendre une nouvelle approche théorique et méthodologique de l’expérience de visite à l’époque de la culture numérique. Nous nous intéressons en particulier aux pratiques numé­riques des visiteurs équipés de leurs propres outils dans le cadre de leur visite tant avant, pendant, qu’après celle-ci.

3Cette recherche a été menée au Musée dau­phinois, qui est pour nous un dispositif d’observation et d’expérimentation. Il s’agit d’un musée de société traitant de questions qui font débat. Grâce à une convention assez rare entre le monde des musées et de la recherche uni­versitaire, nous avons pu bénéficier d’un accès totalement ouvert aux données et à la possibi­lité de mettre en place des expérimentations en son nom. Il ne s’agit donc pas d’une mono­graphie, ni d’une étude de cas, mais d’une re­cherche prenant appui sur un lieu spécifique qui nous donne la possibilité de déployer com­plètement et en profondeur une méthodologie de recherche centrée sur notre objet : les pra­tiques numériques des visiteurs et visiteurs potentiels qu’ils déploient dans le cadre de leur expérience de visite à l’aide de leurs propres outils et leurs accès à Internet.

4Notre problématique remet en question l’idée selon laquelle les fonctions d’appropria­tion et de partage des outils numériques et du Web, portées souvent par un idéal de partici­pation, sont exploitées lors de l’expérience de visite par les usagers du musée. Elle se nourrit de trois constats. Nous relevons une centrali­sation de l’offre autour de grands acteurs du numérique que sont Google ou Facebook. Nous observons, ensuite, la puissance des discours promotionnels sur les nouvelles formes de par­ticipation en ligne (Proulx, 2014). En troisième lieu, nous observons la façon dont les acteurs culturels subissent une injonction à faire du numérique. Dans ce contexte, nous savons que les musées développent des stratégies et des dispositifs de médiation singuliers adaptés à leur politique d’établissement et à leur public, qui peuvent entrer en contradiction avec les logiques de standardisation de l’offre des grands acteurs en ligne (Marty et al, 2003). De plus, la participation, dans le domaine des musées, n’est pas une innovation portée par l’arrivée du numérique (De Varine et al., 1989). Enfin, cette injonction à faire du numérique se heurte souvent à des verrous techniques, humains et économiques difficiles à lever.

5Pour explorer cette problématique, nous traitons trois hypothèses de recherches. La pre­mière hypothèse porte sur l’existence d’usages numériques et de leur proportion au sein des interactions que déploient les visiteurs et visi­teurs potentiels avec l’institution muséale. La deuxième hypothèse considère que de nou­velles formes d’appropriation et de partage existent grâce aux modalités multiples avec lesquelles les visiteurs utilisent leurs appareils numériques et le Web dans le cadre de leur expérience de visite. La troisième hypothèse consiste à reconsidérer les traces informatiques – données laissées par l’usager lors de ses na­vigations sur le Web et ses usages de techno­logie – d’appropriation et de partage comme des signes de l’expérience de visite à l’époque de la culture numérique.

6Cette recherche s’inscrit dans une approche de la muséologie de la réception qui s’intéresse à l’étude du rapport du visiteur à l’exposition et prend appui sur un paradigme écologique ayant la spécificité de tenir compte des inte­ractions des acteurs avec leurs milieux dans une approche dynamique (Poli & Ancel, 2014). De la sorte, nous nous distinguons du para­digme de l’efficacité – objectifs fixés, objectifs atteints en matière de réception – et du para­digme éducationnel – centré sur une logique de transmission des savoirs et d’apprentissage qui aborde la médiation au musée dans une logique de formation tout au long de la vie. Ce positionnement est enrichi de notre approche informatique. Nous situons et définissons la spécificité de notre cadre analytique interdis­ciplinaire à travers le choix de la prise en compte des contextes de fabrication des don­nées informatiques.

7Pour présenter les apports de cette re­cherche, nous choisissons de suivre la chrono­logie de la mise en place des différents protocoles mobilisés : observation directe, ana­lyse de journaux de connexion, entretiens et questionnaires en ligne. Cela nous permet de comprendre comment ils s’enrichissent, com­ment ils vont nous mener à faire évoluer nos résultats sur les pratiques existantes et d’explo­rer le sens que les usagers donnent à leurs pra­tiques.

8Le premier protocole d’enquête mis en place est l’observation directe pendant la visite d’une exposition temporaire. Ce protocole explora­toire est déclenché au mois de décembre 2012. Il a pour but d’affiner nos premières hypothèses et d’interroger les usages d’outils numériques personnels par les visiteurs. Les premiers résul­tats obtenus nous amènent à nous interroger sur la représentation du musée.

9Afin d’approfondir ces résultats, nous obte­nons l’accès au journal de connexion du site web du Musée dauphinois. Concrètement, le journal de connexion contient les adresses IP : du terminal utilisé pour se connecter au ser­vice en ligne, qui nous enseigne sur l’usager. Ces écrits sont organisés en fonction du mo­ment et d’une action liée à des informations contextuelles. Nous pouvons alors explorer l’activité en ligne des visiteurs du musée, qu’ils soient potentiels ou effectifs, dans une tempo­ralité non circonscrite au moment de la visite. Les résultats obtenus à partir de l’analyse de ce journal de connexion nous conduisent à nous interroger sur « qui sont ces visiteurs en ligne » : s’agit-il des mêmes visiteurs que l’on retrouvera au musée ?

10À ce stade, nous constatons la présence de signaux faibles. C’est-à-dire que nous notons un taux relativement bas en matière de pro­portion de pratiques numériques de la part des usagers du musée. Ce constat remet en ques­tion le postulat d’un accès à un nombre impor­tant de données relatives à des usages numériques (Latzko-Toth Proulx, 2013). C’est pour dépasser cette problématique méthodo­logique que nous mettons en place une enquête par entretien et un questionnaire en ligne.

11Nous avons commencé par interroger les visiteurs de l’exposition temporaire phare du musée au moment de cette recherche. Nous avons interrogé des visiteurs sur une période de sept mois, dès le mois de mai 2013. Le guide d’entretien est construit sur la base d’une carte heuristique, conçue spécifique­ment pour cette recherche. Ce que nous rete­nons de marquant dans les résultats issus de ce protocole est la mise en évidence d’une représentation de l’espace d’exposition comme un lieu à part.

12Ensuite, un questionnaire est lancé en fé­vrier 2014. Il s’agit d’un questionnaire en ligne adressé aux abonnés du courriel d’information du musée. Après une période d’un mois, nous rendons accessible le questionnaire aux visi­teurs du site web du musée. Ce questionnaire est conçu à partir des préanalyses de l’ensemble des protocoles qui viennent d’être cités.

13L’outil informatique utilisé – Limesurvey – nous permet de paramétrer très librement l’en­semble des questions. Il s’agit donc d’un questionnaire spécifiquement créé pour cette recherche. Son originalité est liée à sa mise en place. Le chercheur disparait derrière l’entité « musée », ce qui permet de situer le question­naire comme un outil participatif entre les visiteurs et le musée (Chaumier, 2007). Nous prenons en compte les données contextuelles et les réponses aux questions. C’est-à-dire que nous prenons aussi en compte le temps passé à répondre aux questions. Cette forme de l’en­quête et sa signature institutionnelle ont contri­bué à obtenir un taux élevé (26 %) de réponse au questionnaire. Les résultats de l’analyse du questionnaire nous apportent un résultat iné­dit : le processus de la familiarité muséale. Pour parvenir à dégager ce processus, nous avons utilisé un modèle d’analyse statistique de don­nées appelé PLS – Partial Least Squares (Willaby et al., 2015 ; Cossu, SanJuan & Torres-Moreno, 2015). Ce modèle permet d’obtenir des variables exploitables pour faire émerger des corrélations significatives quand on est face à des signaux faibles. La façon dont nous appliquons le mo­dèle statistique à un de nos corpus est un as­pect qui peut venir enrichir de prochaines recherches sur les pratiques culturelles à l’époque du numérique, car il permet d’appor­ter une réponse à la problématique des don­nées discrètes et donc de proposer qu’un signal, bien qu’il soit faible – en quantité -, reste fiable – en qualité.

14Dans cette thèse, nous interrogeons deux dimensions de la participation informatique de l’usager du musée que sont l’appropriation et le partage. Notre recherche nous confirme que le visiteur et le visiteur potentiel sont à appré­hender dans une temporalité longue qui n’est pas strictement centrée sur l’activité de visite, mais qui s’éclate dans divers espaces et durées par la prise en compte d’une relation au musée. Nos analyses nous obligent donc à penser plus précisément ce rapport du visiteur et visiteur potentiel au musée comme institution. Mais notre travail nous permet d’aller plus loin. Il nous semble évident désormais que la partici­pation de l’usager du musée doit être reconsi­dérée à l’aune d’un territoire qui n’est plus seulement physique mais qui a une existence numérique, ne serait-ce que par la simple étape de consultation du site internet du musée. Ce positionnement est sans doute un préalable indispensable aujourd’hui pour aborder des pratiques décentralisées et dispersées hors de lieux publics physiques qui sont les terrains familiers d’un chercheur en sciences humaines et sociales.

Résumé par l’auteure

Haut de page

Bibliographie

Bigot (Robert). (sous la dir. de.). 2012. La Visite des musées, des exposi­tions et des monuments, 281. Paris : Crédoc.

Chaumier (Serge), Krebs (Anne) & Roustan (Mélanie). 2013. Visiteurs photo­graphes au musée. Paris : La Documentation française.

Chaumier (Serge). 2007. « Le public, acteur de la production d’exposition ? Un modèle écartelé entre enthou­siasme et réticences », p. 241-250 in La Place des publics, sous la dir. de Jacqueline Eidelman, Mélanie Roustan & Bernadette Goldstein. Paris : La Documentation française.

Cossu (Jean-Valère), SanJuan (Éric), Torres-Morreno (Juan-Manuel) & El-Bèze (Marc). 2015. « Automatic Classification and PLS-PM Modeling for Profiling Reputation of Corporate Entities on Twitter ». In Actes Inter­national Conference on Application of Natural Language to Information Systems. Passau.

De Varine (Hugues). 1989. « La partici­pation de la population : Principes », p. 312-315 in La Muséologie selon Georges Henri Rivière. Tours : Dunod.

Donnat (Olivier). 2009. « Les passions culturelles, entre engagement total et jardin secret ». Réseaux, 153(1), p. 79-127.

Eidelman (Jacqueline) & Jonchery (Anne). 2014. « Les indicateurs de la satisfaction dans l’enquête nationale “À l’écoute des visiteurs” », p. 309-332 in Les Musées et leurs publics. Savoirs et enjeux, sous la dir. de Bernard Schiele & Lucie Daignault. Québec : Presses de l’université du Québec.

Latzko-Toth (Guillaume) & Proulx (Serge) (2013). « Enjeux éthiques de la recherche sur le Web », p. 32-48 in Manuel d’analyse du Web, sous la dir. de Christine Barats. Paris : Armand Colin.

Le Marec (Joëlle). 1998. « Les publics de musées et les NTIC, de quoi est-il question ? ». Musées au cœur de la muséologie québécoise, 20(1), p. 27-30.

Marty (Paul F.) et al. 2003. « Museum informatics ». Annal Review of Infor­mation Science and Technology, 37, p. 259-294.

Octobre (Sylvie). 2014. Deux pouces et des neurones. Les cultures juvéniles de l’ère médiatique à l’ère numé­rique. Paris : ministère de la Culture et de la Communication.

Poli (Marie-Sylvie) & Ancel (Pascale). 2014. Exposer l’histoire contempo­raine. Evaluation muséologique d’une exposition : Spoliés ! L’« aryanisation » économique en France 1940-1944. Paris : La Documenta­tion française.

Proulx (Serge). 2014. « Enjeux et para­doxes d’une économie de la contri­bution », p. 16-31 in La Contribution en ligne. Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel, sous la dir. de Serge Proulx, José Luis Garcia, & Loma Heaton. Québec : Presses de l’université du Québec.

Vidal (Geneviève). 1998. « L’interactivité et les sites web de musée ». Publics & Musées, 13, p. 89-107.

Vidal (Geneviève). 2006. Contribution à l’étude de l’interactivité Les usages du multimédia de musée. Pessac : Presses universitaires de Bordeaux.

Vidal (Geneviève). 2012. « De l’interac­tivité à l’expérience. Les usages des tables interactives dans les exposi­tions scientifiques ». Culture & Musées, 19, p. 111-127.

Willaby (Harold W.) et al. (2015). « Tes­ting Complex Models with Small Sample Sizes: A Historical Overview and Empirical Demonstration of what Partial Least Spares (PLS) can offer Differential Psychology ». Per­sonality and Individual Differences, 84, p. 73-78.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Andreacola, « Nouvelles modalités d’appropriation et de par­tage au musée les pratiques multiples de l’ex­périence de visite à l’époque de la culture numérique »Culture & Musées, 28 | 2016, 240-243.

Référence électronique

Florence Andreacola, « Nouvelles modalités d’appropriation et de par­tage au musée les pratiques multiples de l’ex­périence de visite à l’époque de la culture numérique »Culture & Musées [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/910 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.910

Haut de page

Auteur

Florence Andreacola

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search