Navigation – Plan du site
Lectures

Dominique Vinck, Humanités numériques. La culture face aux nouvelles technologies

Paris : Le Cavalier bleu. 2016
Florence Andreacola
p. 256-259
Référence(s) :

Dominique Vinck, Humanités numériques. La culture face aux nouvelles technologies. Paris : Le Cavalier bleu. 2016, 168 p.

Texte intégral

Introduction sur la thématique

1Que sont les humanités numériques au­jourd’hui et comment la culture se transforme face aux nouvelles technologies sont les deux questions qui traversent l’ouvrage de Dominique Vinck. Ce livre offre ainsi aux chercheurs un cadre utile pour l’analyse des effets du numé­rique sur la culture et le patrimoine. Son projet est d’abord de discuter de la notion et de l’ins­titutionnalisation des humanités numériques. Plus spécifiquement, le présent ouvrage de D. Vinck met à l’épreuve les idées reçues sur les humanités numériques (HN) par une contex­tualisation historique et par la mise en évidence de transformations. En effet, l’auteur met en œuvre une stratégie d’écriture qui vise à dé­construire les représentations généralement associées aux HN comme, par exemple, l’affir­mation selon laquelle elles sont une affaire de « lettreux qui jouent aux geeks » ; ou selon une approche plus idéaliste qu’elles offrent la pro­messe de rendre possible le « dialogue entre les peuples et les cultures ». L’originalité de cet ou­vrage repose sur le parti pris d’écriture qui rend explicite et fait l’inventaire des promesses cultu­relles, économiques et scientifiques ainsi que les critiques ou les craintes soulevées par les HN. Sont passés en revue les logiques hégémo­niques, les effets de mode, les potentielles frac­tures ou encore les transformations de la matérialité des objets culturels et de leurs usages.

2L’ouvrage s’ouvre sur un exercice classique et utile de définition de son titre : humanités numériques. Dans ce préambule, l’auteur situe les humanités numériques comme un ensemble de disciplines scientifiques et les envisage dans un positionnement éminemment interdiscipli­naire entre les sciences humaines et sociales, les sciences exactes et les technologies infor­matiques. Il explique judicieusement la filiation des HN avec le terme anglais digital humani­ties par la présentation des origines de cette notion et la difficile percée de la traduction littérale, bien que féconde, d’humanités « digi­tales » dans le monde francophone. Cette mise en perspective historique de la création pro­gressive d’un « espace interdisciplinaire » permet à l’auteur de détailler la façon dont la linguistique, l’histoire et la sociologie se sont progressivement adossées à des méthodes d’analyse automatique. L’auteur ne néglige pas de préciser le rôle des entreprises privées telles que Google ou Facebook, qui, s’appuyant sur les avancées issues des SHS, posent de nou­velles questions par les profits qu’elles génèrent.

3Dans le premier chapitre, D. Vinck aborde de façon détaillée les représentations associées à ce qui définit les HN : le changement de civi­lisation, la dématérialisation du patrimoine, la quantification des sciences humaines, les com­pétences d’un chercheur en HN, le rôle d’Inter­net, pour aboutir à la place des sciences sociales au sein des HN. La première section s’intéresse donc à la représentation selon laquelle la révo­lution numérique entraînerait un renouvellement de civilisation. La spécificité de cette révolution serait liée à l’influence du numérique sur les rapports humains. Par cela, l’auteur considère que les changements induits par le numérique nous permettent de parler d’une nouvelle civi­lisation. S’appuyant sur la définition de Milad Doueihi qui situe l’humanisme numérique à la suite d’un humanisme classique, exotique et démocratique, D. Vinck considère que « l’huma­nisme numérique serait en train de constituer une nouvelle civilisation [...] avec son lot de transformations des catégories, des valeurs, des relations, des objets, des représentations, des territoires, et des pratiques » (p. 23). Dans ce contexte, comment se redéfinissent les objets culturels et patrimoniaux ? Cette question est abordée, dans la deuxième section du premier chapitre, sous l’angle de la dématérialisation des objets culturels par leur numérisation. D. Vinck préfère, à juste titre, le terme de « re­matérialisation » par la conversion de « certains aspects des objets culturels [.] sous la forme d’un ensemble de données numériques [.] » (p. 26) à celui de « dématérialisation ». Cette re-matérialisation ouvre des opportunités nou­velles d’accès aux chercheurs et au grand public aux objets culturels et à leurs documentations. Ensuite, la troisième section du premier chapitre aborde les humanités numériques dans une perspective scientifique. L’auteur met en évi­dence le renforcement d’une approche métho­dologique quantitative appliquée aux phénomènes culturels et sociaux par les HN. Mais pour l’auteur, passer le monde social au crible du chiffre procéderait davantage « d’une mise en ordre des données qualitatives » que de la rationalisation d’une discipline. D. Vinck précise le caractère construit et faussement neutre des données et des systèmes de calculs qui leur sont appliqués. Ces choix reposant sur des processus qualitatifs de construction d’équi­valence doivent alerter le chercheur sur la né­cessité de se « souvenir de ce qui est perdu lors du processus de quantification ». Dans la qua­trième section du premier chapitre, D. Vinck poursuit par la question des compétences et du profil d’un chercheur en HN. Doit-il être « un lettreux, un informaticien, un geek passionné de bidouille, un hybride ? » (p. 47). Les cher­cheurs sont de plus en plus familiers des tech­nologies numériques par l’usage d’un ordinateur, de logiciels d’analyse, d’espace d’échanges, de bases de données. Cette familiarisation qui at­teint des degrés divers ne semble pas avoir en­core produit des chercheurs en HN, issus des SHS, programmeurs que certains attendent. Par contre, la capacité à collaborer avec des infor­maticiens est apprise et permet de nouveaux croisements interdisciplinaires. Quel est le rôle d’Internet dans la construction des HN au sein des sciences sociales ? C’est cette question qui est traitée dans la cinquième section du premier chapitre. Pour l’auteur, c’est l’occasion de dres­ser les usages progressifs du Web par les cher­cheurs HN comme la numérisation, l’encodage, la mise en ligne des données, la fouille de texte, le moissonnage des données... Pour arriver à aujourd’hui, où l’ambition des chercheurs est plutôt « d’explorer la richesse des interprétations possibles, de vivre des expériences éclairantes plutôt que d’appliquer une démarche systéma­tique [.] » (p. 60). La dernière section du pre­mier chapitre décrit l’originalité des liens en deux volets qui unissent HN et sciences sociales. Concrètement, les HN permettent, d’une part, d’utiliser des méthodes qui se fondent sur des outils numériques pour étudier des phénomènes sociaux et culturels, d’autre part, de choisir des objets de recherches inscrits dans des cultures numériques.

4Dans le deuxième chapitre intitulé « À quoi servent les humanités numériques ? », D. Vinck revient sur les promesses de renouvellement des SHS, de démocratisation des savoirs et de la culture, de dialogue interculturel et des HN comme source d’innovation et de développe­ment économique. La première section traite du renouvellement possible des SHS par les humanités numériques. D. Vinck met en évi­dence la réponse que le numérique promet d’apporter à des humanités en déficit de confiance et d’étudiants. Mais il nous met en garde sur le risque d’accorder au numérique le fait d’être une solution pour les SHS pour se maintenir face à des sciences dites dures : cette logique nie les spécificités et validités métho­dologiques des SHS et prend le risque de les dévaloriser. Ensuite, l’auteur aborde, dans la deuxième section du deuxième chapitre, les utopies relatives à la démocratisation des sa­voirs : circulation, accessibilité pour tous, échanges égalitaires, liberté et informatique décentralisée. Son analyse met clairement en évidence les limites de ces utopies, car la liberté des données est souvent « construire], négocié[e] et financé[e] » (p. 82). En troisième section, D. Vinck poursuit par le potentiel interculturel promis par HN grâce à un dialogue entre peuples et cultures. Tout en présentant plusieurs initiatives, l’auteur met en évidence la complexité de créer un dialogue interculturel dans le contexte universel de l’Internet. D. Vinck attire notre attention sur la prudence nécessaire face à une instrumentalisation possible et néfaste de contenus culturels rendus ouverts par leur mise en ligne. La quatrième section du deuxième chapitre est consacrée à la façon dont les HN sont perçues comme un levier de l’innovation et de développement économique qui mettent au défi les chercheurs de développer et d’inven­ter de nouvelles méthodes et de nouveaux ou­tils. Dans les faits, les chercheurs privilégient plutôt les accès libres et ouverts. De la sorte, ils mettent à mal l’intégration de leurs innovations dans un circuit marchand. Néanmoins, la re­cherche se situant dans un contexte concurren­tiel – entre universités, entre pays. -, D. Vinck constate qu’elle n’échappe pas totalement à certaines dynamiques économiques.

5Le troisième chapitre s’attache à déceler et comprendre, tour à tour, la pertinence des craintes soulevées par les HN comme la ques­tion de la perte, la mort des livres – et consé­quemment des bibliothèques – et celle du remplacement du chercheur par la machine. La première section du troisième chapitre op­pose la notion d’archivage des contenus par la numérisation à la question de la conservation des données numériques. Outre la fragilité et la fugacité des supports numériques, D. Vinck revient sur la dimension partielle de la numérisation d’objets culturels : « Une transfor­mation du contenu jamais exempte de perte d’information. » (p. 106.) La deuxième section permet à l’auteur d’aborder la question de la mort du livre papier. Son constat est que ni les bibliothèques ni les livres ne sont morts, bien que la lecture diminue dans un contexte de concurrence des loisirs. L’auteur note malgré tout que la lecture se transforme dans le contexte numérique : elle laisse des traces et permet des liens. Enfin, dans la troisième sec­tion du troisième chapitre, D. Vinck traite du rapport d’influence ou de force qui se joue entre la science des données et les SHS en in­terrogeant la façon dont les outils de traitement automatique de gros corpus transforment les sciences humaines en des sciences « plus objec­tives » ou sont absorbées par ces dernières. Optimiste, D. Vinck semble voir le risque de l’absorption des SHS par d’autres disciplines dépassé au profit d’une « colonisation » par les SHS des data sciences et les computers sciences.

6Le quatrième et dernier chapitre permet d’ouvrir le propos à des problématiques qui touchent les Suds, la question de l’hégémonie de la langue anglaise et celles de la création de nouvelles fractures par les HN. La première sec­tion du dernier chapitre permet d’aborder la problématique du rôle et des effets soulevés par les humanités numériques à celles des Suds qui, par cet instrument, se feraient voler leurs patri­moines. En effet, alors que la numérisation de patrimoine en danger pour des raisons écono­miques ou de conflit permet leur sauvegarde, leur utilisation par d’autres communautés peut aussi être un risque pour leur interprétation. Le « racket culturel » que subissent déjà de nom­breux pays du Sud s’appliquerait désormais aussi aux patrimoines numérisés. Ensuite, dans la deuxième section du dernier chapitre, l’auteur traite de la question des hégémonies numé­riques à partir du cas de la langue anglaise. Le constat de la prépondérance de l’anglais est expliqué. Il se maintient dans le temps bien que la diversité linguistique semble s’accroître grâce à plusieurs initiatives issues du monde de la recherche ou encore de l’UNESCO avec son projet Babel. Enfin, l’auteur procède à la mise en évidence de fractures nouvelles induites par les humanités numériques. Celles que D. Vinck soulève sont les difficultés d’appropriation des outils numériques et de leurs règles – récolte et utilisation des données – par les usagers. Les niveaux d’informatisation sont souvent très iné­gaux : de la maîtrise du code à l’usage d’outils bureautiques, l’écart peut être large en matière d’appropriation du numérique. L’auteur y dé­nonce le risque que le numérique devienne un nouvel outil pour marquer des différences au sein de nos sociétés.

7Dans sa conclusion, D. Vinck revient sur le caractère pionnier des HN en l’état actuel des recherches. Il pense l’avenir de cette discipline comme quelque chose qui n’aura peut-être plus besoin de s’institutionnaliser, car intégrée à tous les domaines de recherches et tous ses outils. Au-delà des transformations pour les chercheurs et les usagers que les HN permettent de présager, l’auteur pose des questions éthiques pertinentes sur les choix qu’il reste à faire dans l’exploitation des données patrimoniales et culturelles par tous ceux qui en possèdent.

8L’objectif de cet ouvrage est d’interroger les idées reçues, qu’elles soient enthousiastes, cri­tiques ou prudentes, véhiculées par les huma­nités numériques. Tout au long de ce texte, l’auteur défend une approche qui dépasse les préoccupations des seuls chercheurs en huma­nités numériques. En effet, il défend le choix d’un objet qui touche à la fois les politiques scientifiques et culturelles, mais aussi l’écono­mie, les rapports de domination, les questions patrimoniales et sociétales. Pour y parvenir, l’auteur explore trois questions principales rela­tives à ce qui définit les contours des humani­tés numériques, à leurs rôles et à la pertinence des craintes qui accompagnent cette notion. D. Vinck fait aboutir son propos en situant les humanités numériques dans le contexte mon­dial de la recherche. Cet ouvrage a le mérite d’exposer clairement les idées reçues sur les humanités numériques pour en proposer une vision nuancée par le biais de l’histoire, mais aussi d’exemples et d’analyses. De cette façon et bien que les enjeux se croisent, cet ouvrage se distingue du travail de M. Doueihi (2013) qui construit la définition d’une notion plus que d’une discipline scientifique. On établira plus sûrement un rapprochement avec l’ouvrage collectif dirigé par Olivier Le Deuff (2014) sur les humanités digitales. Car c’est à travers une triple approche qui se base à la fois sur l’his­toire de la discipline, les systèmes de représen­tation associés et ses transformations en cours et à venir que ces auteurs dessinent les contours d’un champ de recherche interdisciplinaire.

9Plus généralement, il s’agit d’un ouvrage qui intéressera le chercheur et l’étudiant en muséologie par la façon dont l’auteur croise les enjeux disciplinaires soulevés par les HN appli­quées à la culture et au patrimoine. Il les inté­ressera aussi par les nombreux exemples de projets de recherches – ancien ou en cours – qui croisent des méthodologies et des théma­tiques traitées par les HN et appliquées à des problématiques de recherche scientifique, de conservation, de médiation et de transmission de la culture et du patrimoine. Avec une écri­ture toujours claire et sans jargon, l’auteur nous livre une approche raisonnée des perspectives de recherche qui s’ouvrent par le développe­ment du numérique dans nos sociétés.

Haut de page

Bibliographie

Doueihi (Milad). 2013. Qu’est-ce que le numérique ? Paris : Presses univer­sitaires de France.

Le Deuff (Olivier). (sous la dir.). 2014. Le Temps des humanités digitales. La mutation des sciences humaines et sociales. Limoges : FYP éditions.

Haut de page

Références

Référence papier

Florence Andreacola, « Dominique Vinck, Humanités numériques. La culture face aux nouvelles technologies », Culture & Musées, 28 | 2016, 256-259.

Référence électronique

Florence Andreacola, « Dominique Vinck, Humanités numériques. La culture face aux nouvelles technologies », Culture & Musées [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 19 juin 2018, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/925

Haut de page

Auteur

Florence Andreacola

Université Grenoble Alpes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Culture & Musées

Haut de page
  • Logo Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Logo UGA Éditions
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals