Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40LecturesYves Bergeron & Violette Loget (d...

Lectures

Yves Bergeron & Violette Loget (dir). 2021. Du sens et du plaisir : Une muséologie pour les visiteurs. Musée et exposition selon Raymond Montpetit

Dominique Poulot
p. 287-291
Référence(s) :

Yves Bergeron & Violette Loget (dir). 2021. Du sens et du plaisir : Une muséologie pour les visiteurs. Musée et exposition selon Raymond Montpetit. Paris : L’Harmattan (Muséologies).

Entrées d’index

Rubriques :

Lectures
Haut de page

Texte intégral

1Le livre conçu et édité par Yves Bergeron, Violette Loget et François Mairesse (tous doivent être crédités du résultat, eu égard aux multiples commentaires, entretiens et préface qui leur sont dus) a plusieurs intérêts. D’abord, évidemment, celui de donner à lire ou à relire les principales contributions d’un universitaire québécois fondateur de la première maîtrise de la discipline dans la Belle Province, et dont les liens avec ses collègues de par le monde ont été très importants pour le développement d’une sorte d’internationale francophone de la muséologie. Si celle-ci fait pâle figure eu égard à la force de frappe éditoriale et au marché académique anglophone, comparé à une situation québécoise où, comme le rappelle Raymond Montpetit, un tirage de 3 000 exemplaires constitue un best-seller académique, elle n’en demeure pas moins un élément essentiel pour comprendre le monde des musées au niveau international. Ensuite, le livre permet de saisir combien cet investissement académique personnel a aussi été celui, politique, d’un militant du nouveau Québec, notamment de la génération indépendantiste, en construisant l’un des éléments de l’équipement universitaire et culturel de la province. Car, outre ses responsabilités à l’UQAM, la contribution de Raymond Montpetit a été centrale dans nombre d’expositions à caractère historique, souvent en association avec un(e) professionnel(le) de la conservation muséale ou de Parcs Canada au sein d’un couple de co-commissaires (Philippe Dubé et Sylvie Dufresne notamment).

  • 1 L’UQAM a organisé le 31 mars 2022 une journée d’hommage à Raymond Montpetit, à l’occasion de la sor (...)

2Raymond Montpetit a joué un rôle pionnier dans les échanges académiques franco-québécois en matière de muséologie, accueillant à Montréal nombre de collègues français et participant, à l’inverse, comme professeur invité, pour de plus ou moins longues durées, à maints enseignements de muséologie dans les universités françaises. Aucun collègue canadien n’a assurément occupé une place aussi centrale que la sienne dans les circulations transatlantiques de la discipline au cours des dernières décennies. Comme dans beaucoup de cas de muséologues, la transmission de ses idées et de ses analyses a été surtout orale. L’enthousiasme qu’il a prodigué dans ses cours et ses conférences à ses auditeurs est un élément indissociable de son aura de professeur, et visiter avec lui un musée ou une exposition temporaire était toujours faire l’expérience d’un regard autant que celle d’une exigence critique, alimentés par son expérience de commissaire (ou de concepteur d’exposition, comme il aime plutôt à s’appeler)1. C’est pourquoi la republication en un seul volume d’un choix de ses articles ou de ses chapitres d’ouvrages, souvent difficiles à trouver dans les bibliothèques françaises, est une excellente initiative, qui permettra à coup sûr aux nouvelles générations de saisir comment se sont noués, autour des années 1980-2010, progressisme culturel, développement universitaire et essor muséographique.

3Si, de son propre aveu, Raymond Montpetit n’aurait pu écrire sur les musées sans avoir eu l’expérience de monter lui-même des expositions, sa formation a été au départ classique. Sa thèse de troisième cycle était française, dirigée par Mikel Dufrenne, à Nanterre, en 1972, et intitulée Interpréter et formaliser : Comment parler de la littérature (publiée en 1976). Le jury comprenait notamment Roland Barthes, auquel une partie remarquable de l’ouvrage était consacrée, et Raymond Montpetit rappelle dans l’entretien de 2017-2020 placé en guise d’introduction au présent volume un incident qu’il juge rétrospectivement cocasse : son directeur, à l’issue de la soutenance, et avant de remplir le parchemin, vint lui demander s’il voulait un titre de docteur en littérature ou un titre de docteur en philosophie. Le choix de se ranger dans la discipline esthétique devait le conduire directement à une chaire d’histoire de l’art à la toute neuve Université du Québec à Montréal, qui avait dépêché du reste dans la capitale française une sorte de « chasseur de têtes » pour conduire un premier entretien de recrutement sur place. À cette culture philosophique qu’il revendique depuis fort justement, Raymond Montpetit a ajouté au cours d’une carrière tissée d’innombrables visites ou expertises, tant en Europe qu’en Amérique du Nord, une immense culture muséographique qui lui permet de mener des comparaisons et d’esquisser des rapprochements entre mises en scène ou récits devant les nouvelles propositions des établissements. C’est bien davantage un muséologue gyrovague qu’un armchair museologist, même s’il y a peu d’universitaires aussi versés que lui depuis une génération dans les deux bibliographies, francophone et anglophone, des études muséales.

4Si le volume permet aisément de se rendre compte de sa position d’universitaire, et de ses choix et qualités de chercheur, il est certainement plus difficile de rendre compte d’autres aspects de sa carrière pour le public français, malgré l’excellent entretien avec François Mairesse et Yves Bergeron, publié sous le titre « Raymond Montpetit, une trajectoire de la philosophie à la muséologie » (p. 27-58). D’abord, Raymond Montpetit a très régulièrement occupé des fonctions administratives au sein de son université : c’est à ce titre qu’il a pu fonder la maîtrise en muséologie, et réunir au sein d’une équipe inédite des personnalités qui n’avaient, a priori, rien à faire avec la muséologie, comme Bernard Schiele, ou bien encore faire venir des professionnels de Parcs Canada, comme Yves Bergeron. C’est cet ensemble de responsabilités et de qualités personnelles, d’un leader de département administratif, et d’un pédagogue exemplaire, qui explique largement son statut dans la jeune école québécoise de muséologie, comme son entregent et sa familiarité avec le monde des musées au sens strict et celui des acteurs des politiques culturelles publiques plus généralement. De ce point de vue, le volume ne peut rendre compte que malaisément d’une inlassable activité d’écriture de rapports administratifs et politiques au sein de la vie de la cité, à travers les reconfigurations et les soubresauts des ministères québécois. Cet engagement de quasi-conseiller du prince est typique certainement d’une génération d’intellectuels québécois juste après la Révolution tranquille (soit les six années du gouvernement Jean Lesage, de 1960 à 1966), un moment devenu quelque peu mythique et qu’Expo 67, la grande exposition de Montréal, qu’il visita à 21 ans, vint d’une certaine manière conclure, ouvrant à son tour sur des décennies de boom culturel mondial des muséographes québécois. Les 23 pages de travaux que compte sa biographie académique disponible sur Internet, dont les pages 257-270 du livre ne donnent qu’un aperçu, sont à cet égard significatives d’un engagement qu’on peut qualifier tout à la fois de patriotique, de culturel et de disciplinaire, et où les publications académiques ne sont certainement pas les plus nombreuses.

  • 2 Voir aussi : Peter Borsay et Jan Hein Furnée (dir.), Leisure Cultures in Urban Europe, c. 1700-1870 (...)

5Les éditeurs du volume, Yves Bergeron et Violette Loget, ont donné une excellente présentation des textes choisis, et fournissent des éclaircissements sur leur place dans l’économie générale de la production de Raymond Montpetit sous le titre un peu singulier d’« Ethnographie de la muséologie selon Raymond Montpetit » (p. 17-25). La première partie du recueil porte sur les intérêts de Raymond Montpetit, au seuil de la décennie 1980, en matière d’histoire culturelle des loisirs au xixe siècle : ils sont ici représentés par un article sur un panorama et un jardin botanique et zoologique à Montréal. On y reconnaît les directions empruntées à l’époque par de jeunes chercheurs des deux côtés de l’Atlantique, marqués selon les cas par un corpus anglophone déjà important de recherches sur la commercialisation du loisir – dans la lignée du formidable volume de Richard Altick sur les spectacles londoniens (Altick, 1978) – ou bien, en France, par les recherches qui débutaient alors sur l’oisiveté et les loisirs autour d’Adeline Daumard (Daumard, 1983), avant l’arrivée d’Alain Corbin (Corbin, 1995, 2000)2.

6La deuxième partie se consacre aux musées proprement dits et rassemble deux panoramas en forme d’inventaires quelque peu programmatiques rédigés en 2002. L’un, issu d’une commande officielle, brosse l’évolution des musées de l’époque moderne à la postmodernité envisagée à travers Jean-François Lyotard, notamment, pour parler in fine de l’horizon d’un « patrimoine pour nous », dans une perspective de progressisme social. L’autre, tiré d’un vaste traité de la culture, est un survol de la situation des études de muséologie au Québec, et conclut à leur dynamisme, nourri à la fois par l’investissement public, le volontarisme politique et par les circulations internationales : c’est probablement le sommet du prestige de la muséographie québécoise et de son rayonnement.

7La troisième partie s’intitule « Le temps de l’interprétation », et ce pourrait être sans doute un élément clé du recueil si l’on songe à la place que tient l’herméneutique dans la formation et les entreprises intellectuelles de Raymond Montpetit. Mais on n’y trouve que deux courts textes de circonstance écrits au cours de la décennie 1990. Il faut attendre la partie suivante, dédiée à l’exposition, pour lire deux articles fondamentaux qui constituent quasiment le cœur du volume. Le premier, qui jouit d’une réputation méritée, s’intitule « Une logique d’exposition populaire : les images de la muséographie analogique », et est paru en 1996 dans Publics et Musées. Il s’inscrit dans la lignée du livre de Raymond Montpetit sur le parc Sohmer et les loisirs populaires montréalais au tournant des xixe et xxe siècles (Lamonde & Montpetit, 1986). Le second a été publié en 2005 ici même, dans Culture & Musées, sous le titre « Exposition, parc, sites », et dresse un panorama des musées à fréquentation populaire, tout en menant à bien une analyse expologique de leurs spectacles. La continuité d’inspiration de ces deux longs papiers, à dix ans d’intervalle, est remarquable, et il faudrait leur ajouter une contribution parue cette année dans un volume collectif consacré à L’Effet musée (Montpetit, 2022).

8À chaque fois, dans une perspective phénoménologique inspirée notamment par la lecture de Maurice Merleau-Ponty, mais aussi par les analyses de Paul Ricœur, Raymond Montpetit entend analyser les modalités de la manière de voir au musée. À partir de matériaux choisis au sein de musées d’histoire naturelle, d’ethnologie ou d’histoire, sa démarche repère les différentes techniques de présentation analogique, en particulier des corps. Raymond Montpetit entend rendre compte des illusions produites par les institutions de type musée ou assimilées depuis la période moderne – avec, par exemple, le fameux « musée » de Paul Jove – jusqu’à nos jours, en passant par les expositions universelles ou encore les étalages des grands magasins – témoignage de sa culture de « piéton de Montréal » autant que de Paris, et d’un sens des topographies urbaines et de la mémoire des lieux. Ces articles débouchent sur une énumération de catégories, notamment à propos des présences humaines dans les expositions, entendues comme contribution à l’analyse des effets de musée. Par là, Raymond Montpetit veut compléter, et à l’occasion critiquer, les thèses développées notamment par Svetlana Alpers ou Stephen Greenblatt à propos de la spécificité du regard au musée, entre quête d’éclaircissements documentaires et pur émerveillement (Alpers, 1991 ; Greenblatt, 1991). On saisit combien la muséologie de Raymond Montpetit est en vérité une expologie, et combien la définition de l’exposition a occupé et occupe toujours le centre de sa réflexion. À l’image de la définition de l’écomusée chez d’autres, la définition de l’exposition n’a cessé chez lui de se modifier, à la recherche de la formulation parfaite. Au cours de la journée montréalaise du 31 mars 2022, il la définissait, in fine, en reprenant certaines formules du livre, comme « la mise en vue et en récit aménagée dans un espace en trois dimensions, informationnel et dynamique, en vue des publics ». Ce travail toujours remis sur le métier est caractéristique d’une fondation difficile et toujours peu ou prou contestée d’une discipline « muséologique » qui doit fixer son vocabulaire, c’est-à-dire ses concepts, pour acquérir une pleine légitimité.

9Enfin, la cinquième partie reprend un texte beaucoup plus récent, élaboré en 2015 à partir d’un travail officiel précédent, et dédié à la prospective sous le titre « La scène muséologique au Québec : rattrapage et innovation ». Raymond Montpetit y donne un excellent tableau des grandes mutations qui ont marqué le paysage national québécois en matière de fondations d’institutions, de développement culturel et d’innovations muséologiques. Il termine en dessinant quatre tâches pour la muséologie à venir, c’est-à-dire, pour reprendre le vocabulaire académique québécois, pour la « relève » des formations universitaires de professionnels. La première urgence est celle de s’adapter aux nouvelles conditions faites à des établissements désormais centrés sur leurs visiteurs. Pareille exigence doit satisfaire aux nouvelles situations socio-démographiques et culturelles des métropoles mondiales, exigeant l’inclusion des minorités ethnoculturelles et une décolonisation de la muséologie. Simultanément, les musées s’inscrivent dans un marché du tourisme culturel et doivent entretenir des relations inédites avec les industries culturelles et créatives. Enfin, pour s’adresser aux nouvelles générations, parfois qualifiées dans le contexte nord-américain de screenagers, pour décrire leur rapport exclusif aux écrans, le musée doit mobiliser les nouvelles ressources numériques jusqu’à la réalité augmentée. On retrouve dans cette conclusion en forme de prospective le pragmatisme de Raymond Montpetit, qui n’a jamais été un idéologue, tout en défendant, comme le remarque justement François Mairesse dans sa préface sensible, un ethos sans concessions en matière du sens muséal : civique, national et pédagogue.

10À travers ces notions, tout à la fois herméneutiques et sociopolitiques, on peut identifier les contributions essentielles de Raymond Montpetit à l’élucidation muséologique, en l’occurrence le courant important et sans doute hégémonique aujourd’hui de la muséologie des visiteurs. Celle-ci s’inscrit chez lui dans un legs philosophique européen, voire spécifiquement français, celui de Mikel Dufrenne et de sa Phénoménologie de l’expérience esthétique (Dufrenne, 1953). La couverture du livre porte le mot « plaisir », et la définition du musée soutenue aujourd’hui par Raymond Montpetit fait référence au plaisir, ainsi dans une série de comparaisons entre l’expérience de la visite et celle du concert, qui évoque tel plaidoyer par Henri Focillon pendant l’entre-deux-guerres, ou telle formule de Paul Valéry à propos du désir du visiteur. Mais cet éloge d’une dynamique du sujet « visiteur » de musée qui y vit une expérience s’inscrit parallèlement dans un écosystème du musée et de la muséologie qui n’a pas d’équivalent en France. Raymond Montpetit cite régulièrement les productions de cabinets de muséologie ou d’entreprises de conseil, dans ses références érudites ou intellectuelles, ce qui est quasiment inconcevable dans un pays où le monopole étatique se revendique sans faille quant à l’élaboration de la politique patrimoniale ou la configuration des grands musées. Une autre différence sensible pour le lecteur français habitué à une littérature muséale nationale est certainement le va-et-vient comme naturel entre politique québécoise et grand large, entre reprise ou commentaire des thèmes mondiaux successivement inscrits par l’ICOM à l’ordre du jour de ses différents congrès, ou par l’Association américaine des musées, et commentaires fouillés à propos de tel aspect d’une installation québécoise précisément localisée. Le muséologue québécois assume sa communauté, et sait peut-être mieux l’inscrire dans un paysage mondial que son collègue français, qui se croit spontanément universel – même si le monde anglophone canadien est absent du livre. D’ailleurs, un tel profil de muséologue n’est-il pas menacé au Canada devant la priorité donnée aux développements d’une muséologie autochtone ou multiculturelle ? On peut se poser la question.

Haut de page

Bibliographie

Alpers (Svetlana). 1991. « The museum as a way of seeing », p. 25-32 in Exhibiting cultures. The Poetics and Politics of Museum Display / sous la direction de Ivan Karp et Steven D. Lavine. Washington (D.C.) : Smithsonian Institution Press.

Altick (Richard). 1978. The Shows of London. Harvard : Harvard University Press.

Corbin (Alain) (dir.). 1995. L’Avènement des loisirs (1850-1960). Paris : Aubier.

Corbin (Alain). 2000. « Temps des loisirs, espaces de la ville ». Histoire urbaine, 1, p. 163-168.

Daumard (Adeline) (dir.). 1983. Oisiveté et loisirs dans les sociétés occidentales au xixe siècle. Colloque pluridisciplinaire (Amiens, 19-20 novembre 1982). Abbeville : Imprimerie F. Paillart.

Dufrenne (Mikel). 1953. Phénoménologie de l’expérience esthétique. Tome I : L’Objet esthétique. Tome II : La Perception esthétique. Paris : PUF (Épiméthée).

Greenblatt (Stephen). 1991. « Resonance and wonder », p. 42-56 in Exhibiting cultures. The Poetics and Politics of Museum Display / sous la direction de Ivan Karp et Steven D. Lavine. Washington (D.C.) : Smithsonian Institution Press.

Lamonde (Yvan) & Montpetit (Raymond). 1986. Le Parc Sohmer de Montréal, 1889-1919. Un lieu populaire de culture urbaine. Québec : Institut québécois de recherche sur la culture.

Montpetit (Raymond). 1976. Comment parler de la littérature ? Montréal : Hurtubise HMH (Cahiers du Québec, Philosophie).

Montpetit (Raymond). 2022. « La muséographie analogique et l’effet “comme si j’avais été là” », p. 215-238 in L’Effet musée / sous la direction de Dominique Poulot. Paris : Éditions de la Sorbonne.

Haut de page

Notes

1 L’UQAM a organisé le 31 mars 2022 une journée d’hommage à Raymond Montpetit, à l’occasion de la sortie de l’ouvrage présenté ici, sous l’intitulé : « Raymond Montpetit, muséologue engagé ».

2 Voir aussi : Peter Borsay et Jan Hein Furnée (dir.), Leisure Cultures in Urban Europe, c. 1700-1870. A Transnational Perspective, Manchester, Manchester University Press, 2015 ; Christophe Granger, « Les loisirs dans la République. Genèse d’une question de société dans la France du xixe siècle », Loisir et Société / Society and Leisure, vol. 35, n° 2, 2012, p. 361-392.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Poulot, « Yves Bergeron & Violette Loget (dir). 2021. Du sens et du plaisir : Une muséologie pour les visiteurs. Musée et exposition selon Raymond Montpetit »Culture & Musées, 40 | 2022, 287-291.

Référence électronique

Dominique Poulot, « Yves Bergeron & Violette Loget (dir). 2021. Du sens et du plaisir : Une muséologie pour les visiteurs. Musée et exposition selon Raymond Montpetit »Culture & Musées [En ligne], 40 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/9438 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.9438

Haut de page

Auteur

Dominique Poulot

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Courriel : Dominique.Poulot[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search