Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41DossierIntroduction

Texte intégral

1Après la crise majeure traversée par les institutions culturelles en général, et les musées en particulier, la revue Culture & Musées a organisé des journées d’étude visant à proposer une réflexion ouverte et constructive sur l’avenir des musées. Ces journées se sont déroulées à Marseille, au Fort Saint-Jean, en collaboration avec le Centre de recherche et de formations du Mucem (MucemLab), les 19 et 20 novembre 2021. Elles se sont inscrites dans le cadre des célébrations du 30e anniversaire de la revue Culture & Musées qui avaient pour titre « Voir le musée autrement : le champ des possibles ». Elles ont réuni une trentaine de chercheurs de disciplines et nationalités différentes, ainsi que des professionnels français et étrangers, prenant la forme d’ateliers thématiques. Ce numéro 41 de Culture & Musées est pour une large part le fruit des échanges et débats menés lors de ce temps fort. Sa réalisation a mobilisé toute l’équipe rédactionnelle de la revue, dans un dialogue étroit avec une diversité d’auteurs. La particularité de ce numéro spécial est ainsi de mêler articles scientifiques et points de vue de professionnels, en encourageant une forme d’écriture plus libre et plus ouverte par rapport aux normes habituelles de la revue Culture & Musées. Deux constats sont à l’origine de nos réflexions.

2L’institution muséale vit actuellement une rupture, provoquée par les dernières crises économiques, sanitaires ou politiques. Les premières mutations observées lors de la dernière crise sanitaire sont en effet pour la plupart révélatrices de mouvements ou de changements profonds déjà amorcés et dont la mise en lumière peut laisser entrevoir ce que sera l’avenir du musée dans 20 ou 30 ans, au tournant du milieu du xxie siècle. L’un des objectifs de nos échanges au MucemLab était dès lors de comprendre comment les chercheurs en muséologie peuvent aider à anticiper les conséquences de ces évolutions, en interaction avec les professionnels des musées.

3Mais l’institution muséale est aussi en prise avec de nouvelles opportunités liées au développement du numérique avec des injonctions au changement pour relever, d’une part, les défis environnementaux et, d’autre part, les enjeux d’inclusion. Celles-ci se révèlent comme autant d’opportunités pour la mise en œuvre de transformations radicales. Ainsi, l’ambition de ces journées était de contribuer à renouveler les perspectives liées aux changements du musée, activer une pensée critique et questionner certaines utopies, pour envisager un monde muséal connecté aux nouvelles dynamiques et enjeux contemporains de nos sociétés. Elles se sont organisées autour de quatre axes structurants.

1. L’institution muséale et les enjeux d’une organisation ébranlée dans ses fondements

4Le premier axe proposait un cadrage général de la question de la temporalité pour penser le musée et anticiper son avenir. La brève histoire de la prospective vise à se remémorer les visions passées d’un avenir muséal incertain, et à dresser un panorama des musées imaginés, attendus ou espérés au cours des dernières décennies. Ce cadrage nous a permis de penser le musée dans le temps, en nous efforçant de nous interroger sur la question du contemporain au musée et de son rapport à l’avenir. Nous avons trouvé là l’opportunité de nous interroger sur les nouveaux modèles et stratégies de gouvernance face à des développements qui ébranlent le fonctionnement traditionnel du musée, avec une mise en perspective internationale.

2. Vers un musée éthique et politique ?

5Le deuxième axe interrogeait l’engagement sociétal du musée, en mettant en perspective les tendances fortes observées dans le premier quart du xxie siècle. La notion d’engagement sociétal pose la question de l’attitude du musée face aux injonctions d’activisme social, démocratique ou environnemental. Elle confronte aussi le musée à la question de l’éthique, comme potentiel facteur de transformation des relations aux collections et aux communautés. Enfin, elle laisse entrevoir la possibilité d’un nouveau rôle social endossé par le musée lorsque, face à la violence, il devient le lieu d’une réparation collective. À travers une réflexion sur ces trois tendances qui semblent dessiner le futur de l’engagement sociétal du musée – activisme, éthique et réparation –, nous avons pu interroger de manière sous-jacente les leviers et les freins qui forment le potentiel d’innovation sociétale au sein des institutions muséales.

3. Le musée comme laboratoire d’écosystèmes professionnels

6Le troisième axe envisageait les nouveaux horizons professionnels du musée, qu’il s’agisse des nouvelles pratiques professionnelles, de l’évolution des formations et des carrières, ou encore du musée comme lieu d’expérimentations professionnelles. Nous avons interrogé ici l’avenir des métiers et des compétences en muséologie dans un contexte de précarité croissante et face au développement du numérique dans les politiques de l’enseignement universitaire, de la conservation des collections et des médiations culturelles. À l’heure où de nouveaux rythmes professionnels s’imposent au musée, plusieurs questions ont pu être discutées. Quels sont les nouveaux modèles qui se dessinent entre deux dynamiques, d’un côté le musée enfermé dans ses traditions et de l’autre celui d’un musée copiant le modèle entrepreneurial ? Comment et dans quelle mesure la recherche en muséologie questionne, observe et étudie le musée et ses acteurs professionnels en tant qu’écosystème vivant, évolutif et inventif, et vice versa ?

4. Imaginer le musée du futur

7Le dernier axe invitait à sortir des cadres habituels grâce à une incursion vers d’autres manières de penser le musée : littérature et cinéma deviennent ici le lieu d’une fiction sur le musée du futur, tout en laissant apercevoir une vision utopique et idéalisée du musée qui pourrait, pourquoi pas, inspirer le véritable musée de l’avenir. De nouveaux formats de collaborations ont été évoqués, entre le musée et les artistes, mais aussi entre le musée et d’autres institutions, afin d’esquisser les possibles contours d’un musée alternatif. Il s’est agi ici de penser le redéploiement des fonctions du musée, d’envisager des formes hybrides nouvelles ou des expériences muséales inédites. De même, un effort de prospective de la recherche a été entrepris pour imaginer l’avenir des approches et disciplines scientifiques permettant de penser le musée du futur.

8Alors que le numéro hors-série du 20e anniversaire de la revue Culture & Musées proposait une approche rétrospective sur 20 ans d’une « nouvelle muséologie », ce numéro du 30e anniversaire entend développer une approche prospective de la muséologie et du musée, dans un effort « d’imaginaire contraint », que nous avons choisi d’intituler « Voir le musée autrement : le champ des possibles ». Cette livraison anniversaire se nourrit des réflexions initiées lors des journées de l’automne 2021. Si elle ne reprend pas la structuration en quatre axes thématiques, elle propose néanmoins de partager une diversité de regards fondés sur des travaux de recherche ou des expériences pratiques.

9Le dossier comprend cinq textes qui se complètent pour présenter un état des lieux sur la question, un cadrage épistémologique et des perspectives nouvelles en muséologie.

10En ouverture de ce dossier, l’article de François Mairesse propose de revenir sur les différentes tentatives de définition du musée de demain. À la lumière de différents rapports produits sur la question, il pointe les multiples raisons qui l’ont poussé à s’intéresser au futur de cette institution. Si un premier bilan de cet exercice prospectif a déjà été réalisé il y a quelques années (Mairesse, 2015), le présent article a pour objectif d’analyser les critères utilisés pour envisager l’évolution des musées. L’étude support à cette réflexion se base sur une sélection des principaux rapports qui lui ont été consacrés au cours des dix dernières années. L’article présente dans un premier temps une synthèse des principales caractéristiques utilisées dans ces rapports et propose de les relier aux publications antérieures. Dans un second temps, il explore plusieurs tendances souvent moins prises en compte lorsqu’il s’agit de penser l’évolution des musées. L’objectif de cet article vise en ce sens moins à décrire le musée du futur qu’à évoquer les indicateurs pertinents pour l’envisager.

11Dans l’article suivant, Paul Basu s’interroge à propos des conséquences pour le musée de la crise du modèle libéral moderne. En référence à Escobar (2020), il affirme que cette crise renvoie à « un ordre universaliste fondé sur les logiques capitalistes d’expansion, d’extraction et d’exploitation ». Cette crise, affirme-t-il, découle elle-même d’une crise « plus fondamentale d’ordre ontologique et épistémologique ». Là où cette crise nous interpelle c’est qu’elle impose selon lui une remise en cause radicale du fonctionnement du musée, institution à la fois héritière et bâtisseuse de cet ordre universaliste. Basu déplore les implications de la logique universaliste de l’Occident sur la diversité des manières même de penser le monde, de le connaître. Il dénonce même un « épistémicide décolonial » qui a éradiqué une vérité culturelle fondamentale, celle des façons de penser la relation au monde, de lui donner sens, car les Européens dominants ont rejeté aux marges du savoir légitime les visions du Sud global. La vitrine, mise en scène dans les travaux de l’artiste Mark Dion, lui sert à illustrer ce désir, à la fois avant-gardiste et teinté de nostalgie, de briser la séparation de verre – symbole de la séparation du sujet et de l’objet à l’ère moderne –, pour re-saisir « la profonde interconnexion de toutes choses ». Un changement épistémologique s’avère donc indispensable pour aborder le monde et pour entrer en relation avec lui. Les musées peuvent-ils, et à quelles conditions, participer d’un projet de « décolonisation épistémique, orientée vers le futur » ? Peuvent-ils souscrire au « nouveau paradigme de relationnalité radicale » ? L’auteur formule ainsi une liste de propositions concrètes en vue de faire advenir un « musée pluriversel », espace transcendant les dichotomies modernes du sujet de l’objet, de la nature et de l’humanité, espace dans lequel « il s’agirait moins de fétichisation des objets et plus de connaissances pratiques, d’expériences et d’émotions associées à différents types de collections ».

12L’article d’Alice Semedo se penche également sur l’épistémologie muséale et la nature des savoirs qui connectent les individus. Dans une perspective proche, elle propose une réflexion d’ordre philosophique et ontologique sur les relations entre le musée et le monde qui l’entoure, invitant le musée à prendre le risque d’un engagement vers les autres et à reconnaître sa vulnérabilité intrinsèque. Dans un monde post-covid rendu plus complexe et incertain, qui a entravé nos capacités relationnelles, c’est bien une réflexion ontologique qui doit guider le musée, en vue de l’adoption d’une épistémologie « de la légèreté » – condition d’instauration de relations plus pertinentes avec ses publics. Dans cette optique, des exigences nouvelles pèsent sur les médiateurs, qui sont amenés à repenser les stratégies éducatives du musée, qui de plus se veut engagé « dans des pratiques de justice sociale plus profondes et plus authentiques ». L’auteure détaille alors les principes d’une telle pédagogie muséale à la fois critique et libératrice.

13La contribution suivante, portée par Anne Chassagnol et Caroline Marie, est de nature très différente. Elle se propose d’élaborer une poétique du musée de demain à partir d’une étude d’un corpus d’albums pour la jeunesse, de bandes dessinées et de romans illustrés publiés depuis 2000. Cette littérature constitue, selon ces auteures, un réservoir d’imaginaires originaux et visionnaires pour mieux saisir la façon dont le musée – en tant qu’institution – opère et se transforme. Elle semble réinventer un musée à la mesure de l’humain, une hétérotopie de l’affect (au sens de Foucault), où il s’agit d’interroger ce que pourrait être un musée de la personne. De ce point de vue, l’article montre bien de quelles tendances actuelles du musée s’empare cette littérature imagée et comment elle les modélise et les fait bifurquer au service d’un imaginaire qui interroge et invente le musée comme espace-temps spécifique.

14Le dossier se termine par un texte de Erminia Pedretti et Ana Maria Navas Iannini, traduit de l’espagnol. Il a fait l’objet d’une première publication dans la revue Canadian Journal of Science, Mathematics and Technology Education. L’article explore et discute l’évolution des rôles et des identités des musées scientifiques à travers l’émergence de ce que les auteures identifient comme des musées de quatrième génération. Autrefois dominés par la collecte et la conservation, puis par la communication scientifique, les musées de sciences, comme elles le notent, remodèlent lentement leur identité et leurs objectifs. Le musée scientifique de quatrième génération est ainsi, selon elles, non seulement plus audacieux, plus innovant et tourné vers l’avenir, mais en outre, il fait la promotion de l’engagement civique sur des questions scientifiques et technologiques complexes, de la responsabilité sociale et du changement. Ce faisant, ces musées réinventent leurs espaces et leurs pratiques afin d’atteindre des objectifs plus larges et plus diversifiés.

15Ce dossier est complété en premier lieu par des notes de recherche qui prolongent les réflexions.

16Graham Black, expérimentateur engagé de la scène muséale britannique, propose un retour sur des expériences consistant précisément à faire du musée un lieu dans lequel des conflits peuvent être abordés, des relations, même conflictuelles, être évoquées, transformées et apaisées, de sorte que le musée en vienne à devenir une partie de la solution aux crises sociales et planétaires contemporaines – comme envisagé par Paul Basu. Revenant sur des expériences muséales dans deux contextes différents, il expose sa vision des dispositifs les plus aptes à instaurer un changement des représentations que les individus se font des autres et à créer un véritable espace de dialogue. Il pose ainsi les cadres d’une médiation qui parviendrait à hisser le musée à la hauteur d’un engagement dans les débats sociaux que les publics attendent désormais de lui, en particulier face aux situations de conflits, comme dans le cas des « troubles » en Irlande du Nord. Black décrit dans son retour d’expérience quelques-uns des dispositifs de médiation introduits dans de récentes expérimentations muséales, tels que les « zones de réflexion », qui activent les possibilités de dialogue avec les autres et de modification de ses propres représentations dans une visée de restauration de concorde sociale. La possibilité de remodeler des dispositifs pour tenir compte de la vision de l’autre, de ménager des modalités nouvelles et ouvertes de relation avec l’autre, sans imposer sa propre vision, mais au contraire en permettant de modifier à travers des perspectives croisées la vision de soi et de l’autre, est au cœur de la réflexion de cet auteur, comme de celle de Paul Basu.

17Noémie Couillard, dans sa note de recherche, pointe pour sa part la montée en puissance de l’externalisation numérique des musées comme une transformation importante de ces institutions. Elle s’intéresse en particulier aux prestataires des offres numériques en tant que partie prenante des politiques culturelles. L’auteure définit les prestataires comme des tiers extérieurs, sociétés ou indépendants (SARL, auto et micro-entrepreneurs, maison des artistes, associations, etc.) qui interviennent pour de la maîtrise d’ouvrage, de la production, du service ou de la prestation intellectuelle. Elle pointe l’importance que prennent aujourd’hui ces acteurs et les nouvelles compétences qu’ils apportent au musée. Mais, paradoxalement, Noémie Couillard fait remarquer le peu d’étude et de littérature existant sur le sujet malgré l’effervescence actuelle de projets numériques financés dans le champ des industries culturelles et créatives. L’article aborde la question centrale d’aujourd’hui à propos des transformations du musée – de certaines pratiques muséales, de la construction des publics, des logiques de l’institution – liées au développement du numérique en son sein et plus précisément sous l’effet des prestataires du numérique. Ce faisant, elle souligne non seulement le renouvellement des acteurs et des pratiques professionnelles à l’œuvre sous l’effet du développement du numérique dans le champ muséal, mais aussi les transformations profondes de l’institution muséale dans son rapport au public et ses missions.

18Ensuite, comme annoncé, nous avons souhaité accorder une large place dans ce numéro à des témoignages d’expériences et des points de vue de professionnels qui expriment une créativité et un engagement à l’égard des publics d’une grande modernité.

19Par ses réflexions sur les grands projets architecturaux contemporains, Chris Dercon interroge le rôle du musée en société et le développement de ses usages. Selon lui, le musée serait devenu un espace proposant des visions du monde pouvant être contestées et offertes au public comme points de départ de discussions allant au-delà des enjeux intrinsèques aux collections. En témoignent les évolutions architecturales du xxie siècle qui ne répondent pas à la nécessité d’accroitre les surfaces dévolues aux expositions, mais celles permettant de diversifier les usages de l’institution, son audience et sa place dans la cité. Les collections muséales, loin de perdre leur place dans cette évolution, prennent au contraire une importance croissante, invitant à l’échange, à l’interprétation et à l’imagination d’un futur au service du présent.

20Les entretiens que Marie-Sylvie Poli a pu mener avec deux directeurs de musées suisses particulièrement innovants nous offrent ici de très belles illustrations de l’inventivité muséale.

21Pour le premier, nous avons souhaité donner la parole à Marc Atallah, directeur de la Maison d’Ailleurs et titulaire d’un doctorat sur la littérature de science-fiction. La Maison d’Ailleurs, située à Yverdon-les-Bains, en Suisse, est un musée singulier, ouvert tout à la fois à la culture populaire traditionnelle, à la pop culture et aux récits de voyages imaginaires, plaçant au premier plan la question de l’utopie. Dans sa recherche de nouvelles formes muséales, il s’efforce, nous a-t-il confié, de s’affranchir de ce qui s’est fait par le passé et en même temps de se tenir à bonne distance de ce qu’il nomme les « modes muséales ». Pour lui, le musée du futur doit être plus humain que le musée du passé, mais pas nécessairement plus savant ou plus high-tech. Ce qui l’intéresse, ce n’est pas de transmettre un savoir pour lui-même, mais de profiter de ce savoir pour créer des dialogues inédits, échanger avec le visiteur sur un mode décalé, pour l’amener à aller vers un élargissement du regard. C’est en cela qu’il attribue au musée un rôle politique, au sens noble du terme.

22Le second entretien nous a conduits du côté de Neuchâtel, laboratoire de l’expérimentation muséographique depuis plusieurs décennies. C’est à Ludovic Maggioni, directeur du Muséum d’histoire naturelle, que Marie-Sylvie Poli a tendu notre micro. Arrivé de Grenoble en 2016, il s’est immédiatement inscrit dans l’approche décomplexée et décalée initiée par Christophe Dufour, tout en apportant son imaginaire et sa sensibilité propre, notamment à propos des questions environnementales. Au Muséum, de Neuchâtel, même les sujets délicats ou les enjeux de controverses sont décloisonnés et abordés par l’humour et le pas de côté. L’expérience sensible des visiteurs est systématiquement associée à la réflexion et les équipes de conception jouent avec les imaginaires des publics. L’esthétique, les arts vivants sont ici convoqués pour nourrir un regard moins formaté sur le monde et plus ouvert sur notre façon d’habiter le monde. C’est principalement par ce prisme que la notion d’anthropocène est interrogée, tout comme la responsabilité des musées.

23Nous présentons également trois paroles de jeunes docteurs. Leurs travaux résonnent avec les points de vue exprimés par les chercheurs et professionnels dans ce numéro, en appelant en particulier à une extension du périmètre muséal.

24La thèse de Marion Bertin s’intéresse aux circulations et valeurs des objets océaniens dans les collections privées et publiques entre 1980 et 2020. Suivre la biographie sociale de ces objets lui permet de souligner leurs changements de statuts et d’illustrer les « conflits de valeurs » qui s’expriment entre les divers points de vue portés sur un même objet. Une valeur politique transparaît notamment dans la manière dont les objets sont investis de rôles de représentants culturels et mobilisés dans des relations diplomatiques internationales. Mais elle montre que l’ensemble des acteurs, en Océanie et ailleurs, accorde également une valeur affective à ces objets qui transparaît par des paroles, des gestes, des émotions des acteurs concernés et aussi par différents écrits et mesures législatives.

25La thèse de Julie Botte aborde un aspect jusqu’ici peu exploré : le féminisme muséal. Sa recherche tente de comprendre de quelles façons les musées de femmes mettent en pratique les critiques féministes envers l’institution muséale. Ou, pour le dire autrement, comment la structure muséale est-elle utilisée pour appuyer des revendications sociales et politiques relatives à l’égalité des sexes ? Elle inscrit son travail dans une histoire contemporaine, qui débute dans la seconde moitié du xxe siècle et qui continue d’évoluer à l’époque actuelle. Elle conclut par l’idée que l’analyse des musées de femmes et la comparaison de leurs propositions permet surtout d’enrichir la réflexion sur l’élaboration d’une stratégie pour rendre le musée féministe. Selon elle, c’est en agissant de manière systématique sur un ensemble d’éléments (ressources humaines, collections, expositions, programmation culturelle et médiation) qu’il pourra être en mesure d’évoluer dans ce sens.

26La thèse de Renaud Chantraine porte quant à elle sur l’évolution de la manière de poser le problème des archives, des mémoires et de l’héritage culturel des communautés LGBTQI et de la lutte contre le sida entre 2012 et 2020. Son travail l’a conduit à repérer et analyser une série de situations qui traduisent des questionnements, des prises de conscience, des modes de résistance ou d’acceptation, mais aussi des formes d’attachement et des registres d’émotions qui façonnent les tensions que traversent les acteurs et actrices de la patrimonialisation et de la mémoire. La recherche ouvre ainsi sur plusieurs questions : comment constituer et transmettre la mémoire d’une lutte sociale et politique ou d’une culture minoritaire ? Comment garder cette mémoire vivante, active et signifiante ? Dans quelle mesure des thématiques comme le sida, le genre ou la sexualité ont-elles leur place au musée ?

27Deux « visites d’exposition » complètent ce numéro. Ces deux textes nous offrent deux regards – l’un sur une exposition temporaire récente, l’autre sur un musée rénové depuis peu – qui témoignent de deux propositions muséographiques pensées dans une perspective de transformation particulièrement aboutie.

28S’inscrivant dans le prolongement d’installations et d’événements consacrés à la décolonisation du musée, l’exposition Nantes dans la traite atlantique et l’esclavage colonial, 1707-1830, présentée au Château des ducs de Bretagne de Nantes (du 16 octobre 2021 au 19 juin 2022), adopte un parti-pris muséographique original pour aborder l’histoire de l’esclavage : prenant acte de la difficulté de témoigner de l’existence des personnes esclavagisées à partir d’objets très majoritairement issus des archives de sociétés profitant de l’esclavage, les concepteurs proposent aux visiteurs un exercice de « retournement » du sens des objets exposés : il s’agit de les prendre à rebours, pour chercher en creux, dans les absences dont ils sont les sémiophores (au sens de Pomian), un sens occulté, masqué. Ainsi, l’historicisation des objets, qui permet de les remettre dans leur contexte et de les comprendre à l’aune des concepts de leur temps, s’accompagne d’un examen des « trous de l’histoire » dont ils sont aussi constitués. Ce retournement de sens participe d’un regard autoréférentiel que le musée pose, dans une démarche de réflexivité critique, sur ses collections. L’exposition amène de la sorte les visiteurs à considérer d’un œil plus critique le récit tenu sur les objets et les incite à réfléchir à de nouveaux types de récit, incluant leurs parts manquantes.

29Après douze années de fermeture, de 2009 à 2021, pour des travaux de grande ampleur, le Muséon Arlaten, musée de la culture provençale à Arles, a rouvert ses portes au public le 19 mai 2021. Il se présente aujourd’hui comme un musée double : à la fois un musée d’ethnologie de la culture provençale et aussi un musée du musée. Dès l’origine de ce vaste projet de rénovation, Dominique Serena, directrice du Museon Arlaten, a souhaité non seulement repenser ce musée régional mais également se saisir de cette opportunité pour retracer l’évolution des musées d’ethnographie en France. Parcourir les nombreuses salles du nouveau musée permet non seulement d’admirer et de comprendre l’évolution de la muséographie en Provence, mais aussi d’accéder à la dimension politique de la collecte ethnographique. Selon Lise Renaud, qui a rédigé cette visite d’exposition, on y voit le musée autrement, non parce que de nombreux contenus numérisés s’affichent sur des écrans (à côté des imposants et splendides dioramas d’origine dépoussiérés), mais parce que le propos tenu dépeint avec réflexivité sa propre histoire. Au Muséon, nous dit-elle, la muséographie questionne son propre pouvoir.

30Enfin, plusieurs comptes rendus de lecture clôturent ce numéro anniversaire. Ils nous permettent notamment d’approfondir la perspective internationale à travers des formes muséales moins connues dans l’espace francophone.

31« La muséologie sociale » in Les cahiers de muséologie (2022).
Cette publication propose de revisiter l’expérience de la muséologie sociale brésilienne, grâce à la traduction de 14 des 25 textes publiés originellement en 2014 par Chagas et Gouveia dans le numéro 41 des Cadernos do CEOM. Elle propose aux lecteurs de découvrir ou de redécouvrir la muséologie sociale depuis différentes perspectives à travers les voix d’auteurs ou de professionnels se revendiquant de cette approche. Les textes ici regroupés témoignent en effet, rétrospectivement, de la trajectoire de la muséologie sociale au Brésil depuis les années 2000. Au fil des pages, les récits d’expériences menées dans des institutions diverses (communautaires, indigènes, écomuséales, de favelas…) mettent en lumière l’approche singulière et engagée incarnée par la muséologie sociale méconnue de la communauté francophone.

32Patrimonio in ComunicAzione. Nuove sfide per i Musei DemoEtnoAntropologici (2021).
Cet ouvrage est inspiré par les travaux menés lors du colloque de la Société italienne de muséographie DEA (SIMBDEA) à l’université de Chieti, en novembre 2019, qui avait réuni aussi bien des chercheurs que des praticiens issus des musées. Outre qu’il offre un aperçu d’un champ de recherche des sciences sociales bien consolidé en Italie – la « démo-ethno-anthropologie » –, cet ouvrage soulève l’importante question du rôle actuel des « musées ethnographiques » en Italie. Ceux-ci regroupent de l’autre côté des Alpes tout à la fois les musées d’ethnologie régionale ou des traditions populaires, les musées de civilisation, les musées des arts et métiers et, de manière générale, toute institution attachée à une communauté. De par leur nombre, leur statut précaire (souvent de petites dimensions, sans personnel qualifié ni financement) et leur éparpillement sur tout le territoire national, ces musées se trouvent au centre du paysage muséal italien et dans une situation de grande vulnérabilité. Le volume présente les démarches mises en œuvre par plusieurs de ces musées pour relever les défis auxquels ils sont confrontés et pour devenir un enjeu d’utilité publique, non plus seulement dépositaire d’une collection, mais vecteur de projets culturels.

33L’effet musée : objets, pratiques et cultures (2022).
« L’effet musée », tel qu’il est défini dans l’introduction par Dominique Poulot, est un potentiel de transformation qui change en fonction du type et de la mission du musée en question, mais qui, selon lui « nourrit diverses légitimités : savantes ou politiques, religieuses ou esthétiques ». Ainsi, il offre la possibilité de saisir de façon holistique la manière dont le musée agit et fait agir celles et ceux qui interagissent avec lui, à différents moments : la création des collections, leur présentation au public, leur diffusion ou leur réception. En proposant à l’examen « l’effet musée », cet ouvrage, constitué à la fois de contributions de doctorants et de chercheurs confirmés en histoire de l’art, en histoire et muséologie, présente les différentes approches thématiques et méthodologiques qui ont permis à l’histoire des musées de déjouer le cadre parfois très étroit de l’histoire institutionnelle pour aller vers les multiples « vies sociales » des collections publiques.

34Reflexiones sobre museología crítica, dentro y fuera de los museos (2022).
Ce numéro sur le musée autrement ne pouvait faire l’impasse sur cet ouvrage de Jesús Pedro Lorente qui réussit le pari d’exposer une idée claire de l’ensemble des muséologies critiques internationales. Cela tient à l’esprit de synthèse de son auteur et à sa connaissance approfondie non seulement des littératures académiques ou corporatives, mais aussi des institutions elles-mêmes, et des initiatives de conservateurs et d’artistes que se sont développées en leur sein. Son plus grand mérite est de parvenir à rendre compte d’un paysage réellement international des musées et de leurs acteurs à partir d’un travail de terrain et d’une analyse fouillée des réflexions théoriques et méthodologiques accumulées sur ce thème de la muséologie critique. S’il rappelle l’absence de consensus autour de définitions unanimement acceptées, Lorente partage avec nous le constat que la muséologie du xxie siècle, dans sa dimension critique, est caractérisée au contraire par une instabilité permanente des grands récits, nationaux ou idéologiques.

35Dictionnaire de muséologie (2022).
Pour terminer, il nous est apparu opportun de présenter la nouvelle publication du Dictionnaire de muséologie dirigée par François Mairesse. Elle est le fruit d’une vaste entreprise de collaboration éditoriale – mobilisant plus d’une centaine de chercheures et chercheuses. Par rapport à l’édition précédente, elle accroît encore le nombre de termes retenus afin de couvrir, autant que possible, tout le champ de la muséologie, et d’en refléter la diversité et la complexité. Mais, surtout, elle dévoile l’accélération d’une transformation, celle du basculement du musée du xxe au xxie siècle. Ce nouveau dictionnaire nous projette dans les enjeux de la muséologie contemporaine et y tient le rôle d’analyseur. Si l’édition de 2011 offrait déjà une perspective diachronique de la muséologie et ouvrait sur « des perspectives muséales pour le 21e siècle », celle de 2022 permet d’en voir l’actualisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Triquet, « Introduction »Culture & Musées, 41 | 2023, 23-37.

Référence électronique

Éric Triquet, « Introduction »Culture & Musées [En ligne], 41 | 2023, mis en ligne le 01 septembre 2023, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/9712 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.9712

Haut de page

Auteur

Éric Triquet

Avignon Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search