Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

Fondée en 1974, Cahiers victoriens et édouardiens est une publication de l’université Paul-Valéry Montpellier dont le champ d’étude couvre l’histoire, la culture, la littérature et les arts britanniques sur la période 1837-1914.

C’est une revue biannuelle à comité de lecture international qui accepte les soumissions spontanées d’articles, en français ou en anglais, pour ses numéros à thème comme pour ses numéros hors thème, ainsi que des comptes rendus d’ouvrages scientifiques. 

Dernier numéro en ligne
96 Automne | 2022
The New Woman and Humour

Sous la direction de Catherine Delyfer et Nathalie Saudo-Welby

Ce numéro des Cahiers Victoriens et Édouardiens examine l’humour au féminin à travers les écrits et représentations de la Nouvelle Femme, ridiculisée dans la presse britannique entre 1890 et 1914 comme un personnage grincheux et revêche. À la même époque, de nombreuses femmes ont pourtant choisi d’écrire des textes engagés qui ne sont pas dénués d’humour.

Le cas de la Nouvelle Femme, envisagée dans une conjoncture politique où elle se transforme en suffragette, permet de réfléchir aux usages politiques de l’humour et d’éclairer des figures moins étudiées de la littérature victorienne et édouardienne. Les Nouvelles Femmes exploitent bien sûr les usages critiques du rire, jouant avec les stéréotypes dans des textes satiriques ou opérant des renversements farcesques qui remettent en question l’autorité patriarcale ; elles savent cultiver un humour rhétorique qui emporte l’adhésion en créant un moment de plaisir partagé. Il se pourrait aussi qu’il existe des stratégies comiques spécifiquement féminines et/ou féministes, moins directes et donc moins soumises à la censure, visant par exemple à atténuer le rapport de supériorité qui s’instaure entre le moqueur et sa « victime », et cette idée est envisagée dans certains textes de l’époque.

À travers l’analyse d’une quinzaine d’œuvres et d’autrices, les présents essais dessinent une conjoncture politique (demande d’égalité, campagne pour le droit de vote et l’éducation, émancipation sexuelle et professionnelle) et déconstruisent la caricature de la Nouvelle Femme typique pour déployer des positionnements politiques et identitaires divers et complexes. À l’intérieur de l’étude de la « femme qui rit », dont Margaret Stetz a regretté qu’elle soit la « figure la plus négligée de la période victorienne », ils proposent une contribution à l’histoire du discours comique féminin et des stratégies féministes.

  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search