Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95 PrintempsRenaissances‘I’m no Medievalist’: George Gilb...

Renaissances

‘I’m no Medievalist’: George Gilbert Scott and the Interpretation of the Gothic Revival in Remarks on Secular and Domestic Architecture: Present and Future (1857)

« I’m no Medievalist » : George Gilbert Scott et l’interprétation du renouveau gothique dans Remarks on Secular and Domestic Architecture: Present and Future (1857)
Isabelle Cases

Résumés

En 1857, George Gilbert Scott rassemble des écrits et réflexions dans Remarks et se présente comme un ardent défenseur du gothique dans la bataille des styles qui fait alors rage. Il introduit cependant des controverses au sein du mouvement du renouveau gothique en critiquant la stricte imitation du passé et en défendant l’utilisation du gothique pour toutes sortes de bâtiments autres que religieux. Cette définition d’une véritable renaissance gothique lui vaudra des critiques virulentes de la part de médiévalistes célèbres, notamment sur les questions de la restauration et de la société industrielle de l’époque, mais révèle aussi des contradictions et tensions inhérentes au renouveau gothique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Personal and Professional Recollections fut publié en 1879 par son fils.
  • 2 Ce titre abrégé sera employé tout au long de cette étude pour des raisons de commodité.
  • 3 Les sujets abordés sont successivement l’état de l’architecture domestique et les possibilités d’y (...)

1En 1857, l’architecte George Gilbert Scott (1811-1878) publia un essai intitulé Remarks on Secular and Domestic Architecture. Déjà très connu à l’époque, Scott devint un des architectes les plus marquants de la période victorienne et son nom resta associé à de nombreuses églises ainsi qu’à des monuments et bâtiments emblématiques, comme le mémorial dédié au Prince Albert dans Hyde Park (1875) ou le Midland Grand Hotel (1876) de la gare de Saint Pancras à Londres. Il s’associa par ailleurs tout au long de sa carrière à la construction de nombreux hospices, infirmeries et presbytères et fut l’auteur de multiples restaurations. Il trouva également le temps de publier quelques essais et textes de conférences, ainsi que ses mémoires1. Remarks on Secular and Domestic Architecture : Present and Future parut en 1857 et fut assez rapidement oublié malgré une réédition l’année suivante. George Gilbert Scott y rassembla des considérations couchées sur le papier lors de divers déplacements, en Grande-Bretagne et en Europe. Dans le même temps, il y développa des réflexions personnelles sur le renouveau gothique et sa capacité à s’adapter aux évolutions de la période. Et de fait, Remarks2, composé de douze chapitres équilibrés et organisés3, apparaît comme un bilan précoce du débat architectural de l’époque mais aussi comme une vraie prise de position sur le sujet. L’architecte lui-même revint dans ses mémoires sur les circonstances de l’écriture de cet essai :

I had long felt that some book was needed, putting forth in a popular way, free from exaggeration, the applicability of our revived style to general uses ; and at the same time, the inconsistency of giving it a queer, antiquated garb, and the necessity of making it conform loyally and willingly to the habits and requirements of our own age. (Scott 1879, 177)

2Si le renouveau gothique en architecture apparaît dès le xviiie siècle, il devient à l’époque victorienne un mouvement florissant et complexe, comme le montrent les remarques de Scott qui croisent des considérations et des enjeux artistiques, religieux, politiques et sociaux. L’époque victorienne est aussi le moment où la fameuse « bataille de styles » fait rage, les partisans du renouveau gothique s’opposant vivement à ceux pour qui seul un retour au classicisme architectural peut permettre de retrouver un style réconciliant le pays. C’est en effet ce qui est alors en jeu : l’impossibilité de s’accorder sur le choix ou la définition d’un style architectural représentatif de l’époque et de juguler un éclectisme qui, s’il n’est guère satisfaisant d’un point de vue esthétique, pose aussi la question de la cohérence des références civilisationnelles et de l’identité nationale. Dans ce contexte, on comprend mieux que le débat architectural ait pu prendre une dimension moralisatrice et générer des réflexions sur l’impact moral et social de la société industrielle. George Gilbert Scott, qui suivit ces débats avec intérêt et se trouva au cœur de certaines controverses, se fait lui-même l’écho d’un questionnement à propos d’une identité architecturale propre à son pays et son siècle :

Shall we ever have an architecture of our own day ? This is a question to which much thought is being devoted, but to which no satisfactory answer has been, or perhaps can be, given.
The very question has been, I believe, the result of our Gothic Renaissance, which has, at least, set people thinking. (Scott 1857, 258)

3En évoquant une renaissance du gothique, Scott entend souligner la manière dont des bâtiments néo-gothiques aussi emblématiques que le Palais de Westminster reconstruit en 1834 ont fleuri. L’influence de la Camden Cambridge Society, devenue en 1845 l’Ecclesiological Society, sur le choix du style gothique pour un grand nombre d’églises paroissiales, ou encore la présence de figures emblématiques dans le mouvement comme Augustus Pugin (1812-1852) ont en effet marqué la décennie précédant l’écriture de Remarks (Whelan 233). Que l’on se réfère au gothique ou aux styles de l’Antiquité plébiscités lors de la Renaissance du xve siècle, on se tourne dans tous les cas vers le passé pour construire le présent, comme ne manque pas de le souligner Scott dans la référence au présent et à l’avenir du titre de son ouvrage. De la même manière, son dernier chapitre intitulé The Architecture of The Future revient sur l’utilisation de styles du passé et sur les contradictions, historiques et géographiques, dans la recherche d’un style « victorien » :

Then came our grand effort for the revival of our own national style as the nucleus for future developments. The Classicists fought hard against it, but their own architecture being a Renaissance, and that of the style of a foreign land and of an old world — they failed to enunciate any philosophical argument against the revival of the native architecture of our own country and our own family of nations. For a while they found themselves at fault, when a new party came to their rescue, whose leading doctrine was that every Renaissance is wrong, and that a new style must be aimed at. After all, however, they appear in practice to be little other than our old opponents in a new dress, and, under colour of advocating a style of the nineteenth century, have as yet done little more than attempt to obtain a new lease of the old state of things. (Scott 1859, 258)

4Pour Scott, il est donc clair que la réponse à la controverse ne peut être trouvée dans une position qui ne consisterait qu’à reprendre ou à imiter. Pour lui, l’ancrage dans un passé figé dont témoigne l’obstination des Classicistes est à exclure, ce qui l’amène à déclarer :

I am no medievalist ; I do not advocate the styles of the middle ages as such. If we had a distinctive architecture of our own day worthy of the greatness of our age, I should be content to follow it ; but we have not ; and the middle ages having been the latest period which possessed a style of its own, and that style having been in part the property of our own country, I strongly hold that it has greater prima facie claims to be used as the nucleus of our developments than those of ancient Greece or Rome. (Scott 1859, 187)

5Le gothique ne peut ainsi pour lui prendre le sens d’une véritable re-naissance, d’un nouveau départ, que si la référence n’est pas qu’imitation mais permet une véritable redéfinition du présent et de l’avenir. En essayant de poser les bases concrètes de ce « retour vers le futur », il entend explorer les possibilités offertes par le gothique. Il aborde ainsi la position de l’architecte dans ses relations avec les constructeurs, les décorateurs, les ingénieurs et la meilleure manière de mettre à profit les techniques et matériaux nouveaux, mais aussi certains défis sociétaux de la période comme le logement des plus pauvres. Remarks, texte très peu étudié, nous intéresse parce qu’il illustre une approche qui se veut à la fois différente et fédératrice, et tente d’élargir le champ d’application du gothique. L’essai témoigne de l’ambition de son auteur mais aussi de la difficulté qui fut la sienne de trouver ses marques entre influences et propositions novatrices. On s’intéressera successivement à l’adaptabilité du style néo-gothique telle que définie par George Gilbert Scott, et à deux de ses conséquences controversées, la justification de la restauration et la prise en compte du développement de la société industrielle.

6À l’image des partisans du renouveau gothique, Scott s’inquiète du déclin apparent de la qualité de l’environnement architectural. Ainsi le terme de « degradation » revient-il régulièrement dans son propos. Le style du moment, s’il faut le définir, est, selon lui, avant tout insipide (Scott 1857, 47) et ses contemporains semblent avoir perdu tout sens du bon goût artistique. Il se désole donc à plusieurs reprises de ce qu’il décrit comme « a deterioration in taste » (Scott 1857, 133). Les bâtiments qu’il observe lui semblent témoigner d’une incapacité à se renouveler et d’une tendance fâcheuse à copier plutôt que se laisser inspirer. Le souci premier de Scott dans cet ouvrage est aussi, comme l’indique son titre, de s’intéresser à des bâtiments qui n’ont pas de fonction religieuse : « I want to point out the absurdity of the theory that one style is suited to churches and another to houses, and of the consequent divorce between ecclesiastical and secular architecture » (Scott 1857, préface ix). Evoquant tour à tour les grands édifices publics, les bâtiments commerciaux, les maisons cossues ou l’habitat des plus modestes à la campagne et à la ville, les usines ou les entrepôts, il s’applique à prouver que le style gothique doit être pris comme point de départ et de référence pour leur construction, au lieu d’être artificiellement cantonné à l’architecture religieuse. Le gothique lui apparaît comme le seul style capable de sortir l’architecture de son temps de la contradiction permanente dans laquelle elle semble se trouver, en s’adaptant à tout type de constructions. Il décortique ainsi longuement et à plusieurs reprises les caractéristiques architecturales du gothique du xive siècle pour démontrer comment il se prête à des usages surprenants, et s’inspire d’abord de la nature pour spontanément se régénérer dans un environnement non rural. Cela explique aussi, selon lui, la compatibilité, malgré les réticences de certains de ses contemporains, entre la référence gothique et une architecture nouvelle, qui utilise des matériaux rendus disponibles par la révolution industrielle :

Then, again, of the iron and glass structures so much in vogue, are they especially Grecian, Roman, or Renaissance in their idea ? What should we say, for instance, of their great type, the Crystal Palace ? Is it more like a Grecian temple, or a Gothic cathedral ? (Scott 1857, 108)

  • 4 Ruskin déclara : « But mechanical ingenuity is not the essence either of painting or architecture a (...)

7Cette remarque audacieuse peut être opposée aux réactions horrifiées de John Ruskin (1819-1900) devant le bâtiment de la Grande Exposition de 18514, et souligne la divergence entre les deux hommes malgré nombre de références et influences communes (Chatterjee 16). Scott vise à décrire une véritable renaissance, qui puisse s’appuyer sur une référence du passé pour l’appliquer et la réinventer dans un nouveau contexte. De fait, alors que le style classique est présenté comme constamment contraignant, le gothique permet par excellence une véritable liberté, et la prise en compte de la diversité. Son adaptabilité lui a en outre permis de se développer dans des formes sensiblement différentes dans divers pays. Scott développe notamment le cas de l’Allemagne où il a séjourné (Scott 1857, 33). Selon lui, le gothique offre dans ses variations et interprétations la possibilité de la redécouverte d’une identité architecturale et nationale propre. Dans le même temps, contrairement au style classique, issu de lointaines contrées méditerranéennes et considéré par Scott comme exotique (Scott 1857, 8), la présence du style gothique en Grande-Bretagne au Moyen-Âge lui confère une grande légitimité :

Those who have followed the course of my arguments and suggestions in the foregoing chapters, will know that I am not advocating the direct revival of a style, but rather the development of one for ourselves suited to the requirements and feelings of our day ; and that I only differ from many others who are quietly thinking out the same subject, in being of opinion that such a development may be more successfully founded on our own indigenous architecture […]. (Scott 1857, 105)

  • 5 L’avant-dernier chapitre de l’ouvrage intitulé « On the Boundaries of Truth and Falsehood in Archit (...)

8Le gothique apparaît donc comme la solution unique et évidente à la crise architecturale du pays, à la seule condition de ne pas se contenter de l’imiter mais de l’utiliser en tenant compte à la fois d’une identité forgée au fil des siècles mais aussi des caractéristiques de la société du xixe siècle, ses avancées et ses aspirations. Décrit comme « A style unsuited to our materials, climate or habits » (132), le classicisme ne permet aucune résolution de la crise que constitue l’absence d’un style « national » reconnu par tous. Seule une renaissance gothique peut permettre, contrairement à la froideur mortelle du style classique (« cold and proud Palladianism » (147)) d’insuffler un renouveau de vie et de fraîcheur, comme en témoigne la récurrence du terme « freshness » dans l’essai. Le gothique apporte une liberté, un dynamisme, une révolution du goût (« revolutionizing popular taste » (11)) et le charme de la nouveauté (« charm of novelty » (47)) dans l’expression d’un respect et d’une gratitude envers le passé. C’est par conséquent à une vraie réforme de l’approche de la question architecturale et de l’architecture que Scott propose d’associer son nom (« a greater reformation in our ordinary street architecture » (104)). Seul le style gothique permet cette cohabitation du nouveau et de l’ancien, qui, si elle demande du tact et de la sincérité5, une connaissance historique rigoureuse et un talent d’artiste, n’en est pas moins pour Scott aussi possible que souhaitable.

9George Gilbert Scott mit également son dynamisme au service d’une pratique en plein développement à l’époque : la restauration. Si cette question de la restauration n’occupe qu’un seul court chapitre de Remarks, elle mérite qu’on s’y attarde dans la mesure où elle illustre parfaitement la définition d’un renouveau gothique selon Scott. Si ce dernier se félicite de la vaste connaissance de l’histoire de l’architecture en son temps, le revers de la médaille lui semble cependant être la paralysie générée par le poids du passé :

Our own age is the first which has acknowledged antiquarian principles, or the claims of buildings of different ages to be treated in the style of their own respective periods. This characteristic of our age is as distinctive as are the styles which have marked other periods. I do not, therefore, deem that we are departing from the general usage in following out the feeling which marks our time ; which, while failing in a style peculiarly its own, is the first in which all previous styles have been understood. (Scott 1857, 226)

10Scott revendique avec véhémence une liberté dont il rappelle souvent dans son ouvrage qu’elle est en parfaite cohérence avec l’esprit même du style gothique ; de même, il souligne la possibilité d’adapter la restauration aux exigences ou aux possibilités diverses de la période contemporaine :

Our knowledge of pre-existing styles renders this par excellence the age for restoration, and it would be simply shutting our eyes to one of the great characteristics of our day, if we were to feel hesitation in carrying out our peculiar mission. Yet when our judgment tells us that the style of the existing building is not so paramount as to demand the conformity of all works we may add to it, nor so discordant as to refuse to be associated with our own style, we may feel our selves equally free to add to it in that style. (Scott 1857, 227)

  • 6 Comme Gavin Stamp l’a bien montré, l’approche de la restauration en France était cependant différen (...)

11Ce parti pris fut retenu par d’autres illustres architectes, en Grande Bretagne et ailleurs, et les positions de George Gilbert Scott et d’Eugène Viollet-Le-Duc (1814-1879)6 en la matière ont souvent été rapprochées même si on peut aussi considérer que Scott a su ménager des compromis, notamment par rapport aux positions intransigeantes de la Cambridge Camden Society (Chitty 108). Le sujet s’avéra toutefois extrêmement clivant et Remarks annonce de ce point de vue bien des discordes ultérieures. Ainsi c’est en réaction directe au travail de restauration de Scott que William Morris, qui fit pourtant ses armes dans le cabinet d’architectes de George Edmund Street, architecte formé par Scott, reprit et développa la position opposée. Il s’indigna vivement de la restauration de l’abbaye de Tewkesbury engagée par Scott en 1877 :

Neither side wants a building to lose its ancient character; only the restorers think it will look even more ancient if it be worked all over under the « care » of Sir Gilbert Scott to-day which opinion we cannot admit. The issue being thus narrow, and the consequence of error so serious to lovers of art, I think it is but reasonable for the minority, to which I belong, to appeal to the public to wait7.

12C’est aussi Tewkesbury qui décida William Morris à fonder la même année la Society for the Protection of Ancient Buildings, qu’il surnomma parfois Anti-Scrape, et à laquelle Ruskin adhéra :

Dans le manifeste qu’il rédigea à cette occasion, Morris paraphrasait d’ailleurs, sans le citer, l’enseignement que Ruskin délivrait dans son texte sur le palais de cristal. Le cri d’alarme qu’avait poussé l’auteur des Sept lampes de l’architecture avait été entendu. Ruskin fut d’ailleurs l’un des premiers adhérents de cette nouvelle société. (Bastianelli 18)

13Ruskin s’inquiéta aussi beaucoup de l’absence de respect de l’auteur initial qu’une restauration peu scrupuleuse pouvait signifier (Chatterjee 119). Quant à Morris, il n’eut de cesse de contrer l’influence catastrophique de celui qu’il tenait pour le premier responsable des dommages causés au bâtiment :

My eye just now caught the word « restoration » in the morning paper, and, on looking closer, I saw that this time it is nothing less than the Minster of Tewkesbury that is to be destroyed by Sir Gilbert Scott. Is it altogether too late to do something to save it it and whatever else beautiful or historical is still left us on the sites of the ancient buildings we were once so famous for ? Would it not be of some use once for all, and with the least delay possible, to set on foot an association for the purpose of watching over and protecting these relics, which, scanty as they are now become, are still wonderful treasures, all the more priceless in this age of the world, when the newly-invented study of living history is the chief joy of so many of our lives8 ?

14Morris développa des principes et préceptes à l’opposé de ceux de Scott, considérant que ce dernier faisait indéniablement partie de ceux qui dégradaient alors même qu’ils prétendaient restaurer :

Moreover, architects like Scott were insistent that buildings should be of a single coherent architectural style (preferably Decorated Gothic). This belief, however, put at risk a good majority of English medieval churches, most of which were an amalgam of different styles, and had been extended or modified many times during their existence. Admittedly, the latter additions were sometimes of a poorer quality than the early work, but even so they provided a historical record of centuries of devoted care and continuous use. (Harvey 116-117).

  • 9 « The church, a very big and fine one, but scraped to death by G. Scott, the (happily) dead dog. » (...)

15La rancune de Morris ne faiblit jamais, et en décrivant dans une lettre une visite qu’il fit à Bradford-on-Avon en 1889, il déplora encore les dégâts causés par Scott à une église9. On perçoit là toute la complexité d’un débat puisant des arguments dans des approches radicalement différentes de l’Histoire, de l’histoire de l’art mais aussi du bon goût. Charles Harvey rappelle ainsi que Morris était loin de se considérer comme un copiste (Harvey 49), rôle que Scott semble assigner à beaucoup de défenseurs du renouveau gothique dans Remarks. S’y ajoutent sans doute aussi quelques rivalités personnelles : par exemple que Scott participa à la création en 1874 d’une entreprise de décoration et design, Watts and Co, qui concurrença celle de Morris. Gavin Stamp rappelle quant à lui que Scott n’était pas un apôtre de Viollet-Le-Duc :

As Scott was later made the scapegoat for his profession’s over-indulgence in church restoration, and was vilified by William Morris and the Society for the Protection of Ancient Buildings after 1877, it may seem ironic that he should have felt able to criticize contemporary practice in France. Scott himself was certainly guilty of doing too much as he was the first to admit, after the event but while he often removed later features in favour of a supposedly hypothetical restoration of an original design based on his own investigations (or intuition), not one of his cathedral restorations approached many of those in France in terms of the wholesale renewal of original stonework to achieve an improved, ideal design. (Stamp 2003, 193)

16Remarks illustre bien, au-delà du simple chapitre consacré à la restauration des bâtiments, d’une part l’importance centrale de cette question dans la définition d’un renouveau, mais aussi le choix de Scott de miser sur une re-naissance des bâtiments restaurés, la réussite de leur nouvelle vie reposant sur des choix assumés par le restaurateur. George Gilbert Scott aborde aussi dès Remarks une autre question cruciale pour William Morris et John Ruskin, celle des développements de l’architecture dans la nouvelle société industrielle. Morris fera de l’opposition aux excès de l’industrialisation un de ses thèmes de prédilection en tant qu’artiste et militant politique ; la vision de Scott dans Remarks, bien que différente et dépassionnée, n’en reste pas moins audacieuse.

17La spécificité de cet essai de Scott se situe dans la réflexion développée, qui, si elle s’inscrit dans le cadre large de la recherche d’un style national, porte sur l’application de principes architecturaux à la société civile du milieu du xixe siècle. Pour Scott, le gothique permet une renaissance architecturale à condition de l’inscrire concrètement dans son temps, ce qui constitua un point de désaccord avec une bonne partie du mouvement dont il se revendique. Contrairement à Augustus Pugin dont le modèle l’a pourtant fortement marqué, ou encore à John Ruskin dont l’influence est alors grande dans le débat, la société industrielle n’est pas, pour Scott, un ennemi dangereux mais plutôt un allié dont il faut savoir tirer parti. Il faut donc par exemple se réjouir de la disponibilité de nouveautés mises à disposition par la révolution industrielle plutôt que d’accorder plus de noblesse à certains matériaux qu’à d’autres. Scott pousse sa logique plus loin en démontrant une véritable capacité du style gothique à intégrer tout naturellement des éléments métalliques :

The fact is, that all these iron constructions are, if anything, more suited to Gothic than classic architecture, though our opponents always seem to think that they have said a good thing when they pass jokes upon the Gothic revivalists, as if their very hair would stand on end at the introduction of modern inventions into their architecture, when the real state of the case is this, that when our opponents make use of such inventions they appear ashamed of them, and use all kinds of petty contrivances to hide them, or make them look like something else; while, when we use them, we endeavour to do so honestly, modifying our design to suit them, and so make them form legitimate elements, instead of pieces of architectural legerdemain. (Scott 1857, 109)

18Cette assimilation constitue ainsi non pas un dévoiement mais une illustration de la légitimité du gothique. Pour Ruskin, le Crystal Palace n’est pas à proprement parler une œuvre architecturale, puisqu’elle symbolise un pouvoir industriel et financier dangereux, tandis que Scott semble y voir un nouveau départ d’autant plus prometteur qu’il peut aussi rappeler l’époque glorieuse des cathédrales. Lui-même intégrera des éléments métalliques à certaines de ses réalisations comme le monument dédié au Prince Albert ou même des restaurations, notamment l’intérieur de la cathédrale d’Hereford. À ce propos, les revues et spécialistes de l’époque s’enthousiasmèrent largement devant une association jugée réussie entre la magnificence passée et l’ingéniosité du xixe siècle (Alymer 276). La métallurgie est présentée dans Remarks comme un symbole de la modernité, et une perspective nouvelle dans l’art de l’architecture (Scott 1857, 107). De la même manière, le chemin de fer n’est évoqué que pour en souligner le rôle crucial dans l’acheminement et l’échange de matériaux. Scott se différencie donc nettement de Ruskin dans sa manière d’intégrer les bâtiments industriels et commerciaux à son analyse :

The same is the case with that modern class of structure the corn-exchange : they are mostly large halls, with or without columns, and assume so naturally a Gothic form, that it seems to have cost their architects quite an effort to avoid it. Exchanges, cloth-halls, and all that class of buildings, are, in fact, of medieval origin, and their ideal leads most naturally to the style of their first erection. (Scott 1857, 199)

  • 10 « …and most simply and sorrowfully I have to tell you, in the outset, that I do not care about this (...)

19En 1864, c’est le projet de construction de la Bourse de la laine de Bradford dans un style gothique qui déclencha les foudres de John Ruskin10. Dans Traffic, sa réponse aux industriels de la ville, il s’insurge contre l’audace inconsciente de ces derniers dans leur tentative d’associer le gothique à un bâtiment qui symbolise selon lui la recherche du profit et la perte de l’homme (Cases 22). Comme l’a notamment souligné E. P. Thomson, William Morris s’appuiera aussi sur les écrits de Ruskin pour développer la critique d’un système : « […] he did not indict industrialism as such for degrading a craftsman to a machine, but capitalism, the production of goods primarily for profit and not for use » (Thompson 643). Si Scott se démarque assez nettement de ses détracteurs, il s’oppose aussi à certains de ses partisans au sein même du renouveau gothique en envisageant avec sérénité le caractère utilitaire de certaines constructions, sans y voir de contradictions majeures avec ses idéaux artistiques. En effet, Pugin dénonçait déjà dès 1836 dans Contrasts, la multiplication des manufactures, ateliers et autres entrepôts dans les villes, qui avait durablement défiguré le paysage urbain contemporain, l’opposant radicalement à la cité médiévale. Cette prolifération semble au contraire presque représenter un défi fascinant pour Scott qui se refuse à diaboliser la moindre référence à l’« utile » :

Now I boldly assert that no style of architecture has so directly derived its characteristics from utility as that which I am advocating ; that no style is capable of adding so much that is beautiful and pleasurable, not only without reducing, but as arising out of its uses as this ; and that no style is equally capable of adapting itself to varied requirements, or of enlisting in its service the inventions, materials, and ideas which are introduced by the advance of social improvement. (Scott 1857, 20)

  • 11 « […] what mockery can be more cruel than to flatter men with promises of sharing in the elective f (...)

20Les questions sociales et environnementales n’apparaissent dans Remarks que comme des raisons supplémentaires d’utiliser les possibilités du gothique pour aborder une ère nouvelle. Scott consacre deux chapitres à l’architecture des villes dont le premier traite de quelques considérations sociales et morales, en déplorant notamment la laideur des quartiers ouvriers et en louant le travail entrepris par des sociétés philanthropiques pour l’amélioration de l’habitat. Scott qui a travaillé avec l’architecte Henry Roberts, qui fut avec le prince Albert un des piliers de la Society for Improving the Conditions of the Labouring Classes, collabora même à certains projets de quartiers ouvriers (Dixon 71). Sa position n’est pas pour autant celle d’un réformateur. S’il aborde un certain nombre de caractéristiques formelles, esthétiques et pratiques dans Remarks, ce texte n’est pas un plaidoyer criant pour l’amélioration de la vie quotidienne des masses malgré quelques remarques indignées11. Par opposition, Morris développe tout une théorie de la création artistique et du beau en cohérence avec un projet de réforme sociale exhaustif, mais l’image d’une société meilleure qu’il décrit dans son utopie News from Nowhere (1890) reste ancrée dans une idéalisation du modèle médiéval que Scott prétend vouloir dépasser. Le rôle de l’architecte dans la société victorienne est présenté dans Remarks comme vaste et ambitieux, et si beaucoup de remarques demeurent générales l’ensemble frappe par son enthousiasme pour le gothique et la présentation séduisante qui en est faite lorsque Scott démontre que ce style constitue l’unique chance de parvenir à un consensus artistique et un apaisement national. Scott se délecte de la diversité et paraît relativement optimiste quant à la capacité du monde moderne à générer, outre des richesses matérielles, des exigences esthétiques dont toutes les classes pourraient bénéficier. L’architecture ecclésiastique lui procure une pratique et une expérience nécessaires mais non limitatives, permettant d’accéder à la connaissance du gothique, seul style habilité, grâce à la multiplicité de ses applications, à embrasser les différentes dimensions de la société moderne :

Our architecture, then, must be universal in its applicability. The style which is best for the church, must be equally so for the palace, the court of justice, the market and the dwelling-house. It must embrace also engineering works bridges, viaducts and railway constructions. (Scott 1857, 269)

  • 12 « […] my own belief is that it is possibly too good for its purpose […] » (Scott 1879, 271).
  • 13 Selon Rowan Moore : « The restoration lacks an overall concept of how the old relates to the new » (...)

21L’interprétation du renouveau gothique par George Gilbert Scott, si elle se veut consensuelle, n’en fut pas moins controversée. Ruskin refusa ainsi toute récompense du Royal Institute of British Architects tant que Scott en fut le président (Clark 211). Elle témoigna aussi dans une certaine mesure des ambigüités d’un mouvement peinant parfois à appréhender le monde moderne alors même qu’il se proposait de l’améliorer. Dans les années qui suivirent Remarks, la carrière de l’architecte illustra de diverses manières les tensions explorées dans l’essai. Ainsi Scott dut-il composer avec les préférences du Premier ministre Palmerston et renoncer à son projet d’architecture gothique pour la construction du Foreign Office présenté la même année que la première édition de Remarks, ce qui le priva d’un argument majeur dans sa tentative d’imposer le gothique comme style national (Porter 5). La construction à partir de 1868 du Midland Grand Hotel conjugua quant à elle gothique et technologie de manière spectaculaire, en révélant aussi certaines contradictions dans cette approche (Hayes 18). Ce bâtiment hors du commun que Scott lui-même jugea trop grandiloquent12 a fait l’objet d’une restauration récente et a ré-ouvert en 2011. Renommé à cette occasion Saint Pancras Renaissance London Hotel, il a symbolisé le retour en grâce de Scott (Stamp 83) mais suscité malgré sa splendeur quelques réserves, notamment quant à la cohérence du lien entre passé et présent établi par le travail de restauration13. On peut y voir une ironie de l’histoire, ou plutôt l’illustration d’une dynamique perpétuelle dont Remarks tente, parfois maladroitement, de saisir le principe.

Haut de page

Bibliographie

Alymer, Gerarld. Hereford Cathedral: A History. London : Hambledon Continuum, 2000.

Bastianelli, Jerôme. « Repenser le patrimoine, hier et aujourd’hui. Le génie de John Ruskin ». Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 91 Printemps | 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/7573 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.7573.

Cases, Isabelle. « John Ruskin, Prophète du désastre “Traffic” ». Études anglaises, 2009/1 (Vol. 62), p. 3-15. DOI : 10.3917/etan.621.0003, consulté le 15 octobre 2021. URL : https://www.cairn-int.info/journal-etudes-anglaises-2009-1-page-3.htm

Chatterjee, Anuradha. John Ruskin and the Fabric of Architecture. London: Routledge. 2019.

Chitty, Gill. « A Great Entail: the Historic Environment ». Ed. Michael Wheeler. Ruskin and Environment: The Storm-Cloud of the Nineteenth Century. MUP, 1995. 102-122.

Clark, Kenneth. The Gothic Revival. An Essay in the History of Taste. 1962. London: John Murray, 1988.

Cook, E. T. and A. Wedderburn. The Library Edition of the Works of John Ruskin. 1903-1912.

Dixon, Roger, and Stefan Muthesius. Victorian Architecture. London: Thames and Hudson, 1978.

Harvey, Charles, and Jon Press. William Morris: Design and Enterprise in Victorian Britain. New York : Saint Martin’s Press, 1991.

Hayes, Richard W. « Ambivalent and Contradictory : Victorian Architects’ Responses to Technology ». Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 87 Printemps | 2018, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 19 octobre 2021. URL: http://journals.openedition.org/cve/3578; DOI: https://doi.org/10.4000/cve.3578

Mackail, J. W. The Life of William Morris. 1899. New York : Dover: 1995.

Morris, William. Letter to the Athenaeum. 10 March 1877. https://www.marxists.org/archive/morris/works/1877/tewkesby.htm consulté le 9 octobre 2021.

Morris, William. Letter to Athenaeum. 7 April 1877. https://www.marxists.org/archive/morris/works/1877/restore.htm consulté le 9 octobre 2021.

Moore, Rowan. « St Pancras Renaissance Hotel: The rebirth of a gothic masterpiece » https://www.theguardian.com/artanddesign/2011/feb/13/midland-grand-hotel-st-pancras consulté le 15 octobre 2021.

Porter, Bernard. The Battle of the Styles: Society, Culture and the Design of a New Foreign Office, 1855-1861. London : Bloomsbury, 2011.

Ruskin, John. The Opening of the Crystal Palace: Considered in Some of Its Relations to the Prospects of Art. London : Smith, Elder and Co, 1854.

Scott, George Gilbert. Remarks on Secular and Domestic Architecture : Present and Future. 1857. Whitefish : Kessinger Publishing, 1949.

Scott, George Gilbert. Personal and Professional Recollections. London : Sampson Low, 1879.

Stamp, Gavin. Anti-ugly: Excursions into English Architecture and Design. London : Aurum Press, 2013.

Stamp, Gavin, and George Gilbert Scott. « In Search of the Byzantine: George Gilbert Scott’s Diary of an Architectural Tour in France in 1862 ». Architectural History, vol. 46, SAHGB Publications Limited, 2003, p. 189-228, https://doi.org/10.2307/1568807 consulté le 30 novembre 2021.

Thompson, E. P. Romantic to Revolutionary. 1955. London : Merlin Press, 1996.

Whelan, Aidan. « George Gilbert Scott: A Pioneer of Constructional Polychromy? ». Architectural History, 2014, vol. 57 (2014), p. 217-238. Published by: SAHGB Publications Limited. Stable URL: https://www.jstor.org/stable/43489750 consulté le 30 novembre 2021.

Haut de page

Notes

1 Personal and Professional Recollections fut publié en 1879 par son fils.

2 Ce titre abrégé sera employé tout au long de cette étude pour des raisons de commodité.

3 Les sujets abordés sont successivement l’état de l’architecture domestique et les possibilités d’y utiliser les principes du renouveau gothique (1 et 2), les caractéristiques intérieures et extérieures à envisager ainsi que la question des matériaux (3, 4 et 5), la comparaison du bâti en milieux rural et urbain et les caractéristiques spécifiques des bâtiments des villes (6, 7, 8 et 9), la restauration (10), la question de la vérité en architecture et l’architecture de l’avenir (11, 12).

4 Ruskin déclara : « But mechanical ingenuity is not the essence either of painting or architecture and largeness of dimension doesn’t necessarily involve nobleness of design » (Ruskin 1854, 6).

5 L’avant-dernier chapitre de l’ouvrage intitulé « On the Boundaries of Truth and Falsehood in Architecture » place le débat dans une dimension plus philosophique.

6 Comme Gavin Stamp l’a bien montré, l’approche de la restauration en France était cependant différente dans la mesure où elle s’effectuait sous la supervision de l’État : « If the buildings being restored either by the Monuments Historiques or the Services des Édifices Diocésains did not conform precisely to the classification or to the conjectural of its original design advanced in the Dictionnaire Raisonné, then accretions or anomalies could be removed or missing features added. This process was heralded by the treatment of the church of the Madeleine at Vezelay, where, after 1840, Viollet-le-Duc conducted the restoration as an exemplar, designed to remake the building an ideal national monument illustrating the development of French Medieval architecture—a process taken further with the restoration of Notre Dame in Paris. » (Stamp 2003, 192)

7 https://www.marxists.org/archive/morris/works/1877/restore.htm consulté le 9 octobre 2021

8 https://www.marxists.org/archive/morris/works/1877/tewkesby.htm consulté le 9 octobre 2021

9 « The church, a very big and fine one, but scraped to death by G. Scott, the (happily) dead dog. » (Mackay 222)

10 « …and most simply and sorrowfully I have to tell you, in the outset, that I do not care about this Exchange of yours » (Cook and Wedderburn 433, vol. XVIII).

11 « […] what mockery can be more cruel than to flatter men with promises of sharing in the elective franchise and the rights of citizenship, when we deliberately leave them to herd together in dwellings little better than the black hole at Calcutta, and into which we should shudder at the thought of thrusting the vilest criminal ? » (Scott 1857, 184).

12 « […] my own belief is that it is possibly too good for its purpose […] » (Scott 1879, 271).

13 Selon Rowan Moore : « The restoration lacks an overall concept of how the old relates to the new » (Moore, 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Cases, « ‘I’m no Medievalist’: George Gilbert Scott and the Interpretation of the Gothic Revival in Remarks on Secular and Domestic Architecture: Present and Future (1857) »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 95 Printemps | 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cve/11135 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.11135

Haut de page

Auteur

Isabelle Cases

Isabelle Cases is a senior lecturer in the English Department of the university of Perpignan Via Domitia where she teaches British history and culture and British film. She is a member of the research group on heritage(s) in the CRESEM centre (Centre de recherche sur les sociétés et les environnements en Méditerranée, EA 7397). Her research deals with the architectural and industrial heritage of the UK. Two of her latest publications are ‘Industrial Heritage and Urban Landscapes: Prospects for Sustainable Development in English Cities’, in Cecile Doustaly, ed., Heritage, Cities and Sustainable Development Interdisciplinary Approaches and International Case Studies (Peter Lang, 2020) and ‘La rue et l’Histoire: The Vanishing Street de Robert Vas’ in François Amy De La Bretèque and Jean-Philippe Trias, eds., Mémoire des lieux et écriture cinématographique de l'histoire (PUP, 2020). She is currently preparing the edition of a collection of essays on the virtues and perversions at work in heritagization.
Isabelle Cases est maître de conférences au département d’études anglophones de l’université de Perpignan Via Domitia où elle enseigne l’histoire et culture britannique et le cinéma anglophone. Elle est membre de l’axe Patrimoines de l’équipe de recherche CRESEM (Centre de recherche sur les sociétés et les environnements en Méditerranée, EA 7397). Ses recherches portent sur le patrimoine architectural et industriel du Royaume-Uni. Parmi ses dernières publications : « Industrial Heritage and Urban Landscapes : Prospects for Sustainable Development in English Cities », Cecile Doustaly, éd., Heritage, Cities and Sustainable Development Interdisciplinary Approaches and International Case Studies (Peter Lang, 2020) et « La rue et l’Histoire : The Vanishing Street de Robert Vas », François Amy De La Bretèque et Jean-Philippe Trias, éds., Mémoire des lieux et écriture cinématographique de l'histoire (PUP, 2020). Elle prépare actuellement un ouvrage collectif sur les vertus et perversions de la patrimonialisation.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search