Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95 PrintempsRecensionsCynthia Gamble, Voix entrelacées ...

Recensions

Cynthia Gamble, Voix entrelacées de Proust et de Ruskin

Bibliothèque proustienne, sous la direction de Luc Fraisse. Paris : Classiques Garnier, 2021. 458 p
Joëlle Prungnaud
Référence(s) :

Cynthia Gamble, Voix entrelacées de Proust et de Ruskin, Bibliothèque proustienne, sous la direction de Luc Fraisse. Paris : Classiques Garnier, 2021. 458 p. ISBN 978-2-406-11275-4

Texte intégral

1Ce copieux volume est issu des fructueuses années de recherche que Cynthia Gamble, chercheuse honoraire à l’université d’Exeter, a vouées aux études ruskiniennes et à la réception proustienne du grand esthéticien anglais. Car l’objectif est bien de faire le point sur les jeux d’influence du maître sur le disciple et, en retour, sur le travail personnel de lecture et d’interprétation mené par l’écrivain français. L’originalité de Cynthia Gamble consiste à centrer l’étude sur la « voix », mot-clé du titre de son ouvrage, ce qui signifie donner à entendre (et pas seulement à lire) un discours qui résonne d’une œuvre à l’autre, fait d’échos, de réponses, de redites, de critiques parfois. De même que Proust a cherché à recréer la voix de Ruskin dans son authenticité, en se plaçant dans le registre de l’émotion, l’enjeu est de recueillir les inflexions d’une création en train de se faire, au contact d’une pensée complexe mais éprouvée comme vivante.

2Si l’auteure retient, en partie, une sélection d’études qui ont fait l’objet d’articles déjà publiés (de 2000 à 2016) — toujours scrupuleusement signalés en note, même lorsqu’il s’agit d’une reprise partielle — en aucun cas elle ne cède aux facilités de la compilation. Bien au contraire, Cynthia Gamble se préoccupe d’étoffer et parfois de remanier ses développements antérieurs (121). Elle fait le choix de l’expression française pour unifier ses travaux — rédigés en anglais pour la plupart, mais surtout, elle prend soin de recontextualiser les temps forts de sa recherche dans la perspective d’une étude croisée Proust/Ruskin, entièrement recomposée dans un esprit de synthèse. La démonstration est fondée sur une construction rigoureuse, en triptyque : deux volets consacrés à des lieux emblématiques (« Localisations ») puis à l’activité du traducteur de Ruskin (« Traductions »), complétés par un retour « Aux sources des études Proust-Ruskin », exposé chronologique fondé sur des documents inédits. Francophile et très investie dans les milieux de la recherche proustienne, la chercheuse britannique est bien placée pour se mettre à l’écoute de ces « voix entrelacées », elle qui nous confie, dans des pages liminaires émouvantes : « C’est par le biais de Proust que je relis toujours Ruskin » (22).

3La première partie rend compte de l’attachement commun à des monuments de prédilection : les cathédrales d’Amiens et de Chartres, entre lesquelles se tissent des correspondances, mises en exergue et commentées par Proust. Cynthia Gamble circule avec aisance d’un texte de Ruskin à l’autre en s’attachant à cerner précisément les passages qui ont pu servir de « catalyseur à l’acte créateur proustien » (29). La tâche est plus complexe qu’il n’y paraît, car elle ne consiste pas seulement à relever des citations, mais à décrypter les « jeux intertextuels » plus ou moins cachés qui échappent à une lecture superficielle (44). Parallèlement, Cynthia Gamble retrace l’arrière-plan esthétique formé par les lieux culturels que fréquentait Proust (la galerie d’arts décoratifs de Samuel Bing) ainsi que la filiation créatrice qui s’établit à partir d’une œuvre d’art, notamment la Sephora de Botticelli : la fascination exercée par cette figure sur Ruskin, finement analysée dans ces pages, sera transposée par Proust dans l’amour de Swann pour la vision esthétisée d’Odette.

4La deuxième partie, consacrée à la traduction, est la plus développée (200 pages) et a le mérite de faire le point, avec une grande clarté, sur tous les aspects d’un dossier qui a donné lieu à débat pour la critique proustienne : pourquoi avoir choisi de traduire The Bible of Amiens puis Sesame and Lilies malgré une connaissance limitée de l’anglais ? Est-ce vraiment Proust qui a traduit Ruskin ? La traduction a-t-elle freiné ou stimulé la créativité du romancier ? Les réponses à ces questions ont l’avantage d’éclairer l’œuvre même de Ruskin car, comme l’explique Cynthia Gamble, traduire ne signifiait pas seulement, aux yeux de Proust, transposer en français la prose ruskinienne mais entrer en communication (voire en communion) avec l’auteur, saisir l’œuvre de l’intérieur pour transmettre aux lecteurs francophones la voix de Ruskin. C’est la profonde affinité avec la sensibilité du critique anglais, avec sa vision de l’art et de la vie, qui a donné à Proust le désir de lire ses œuvres dans leur langue d’origine. Cynthia Gamble confirme, documents à l’appui, que « Proust a appris l’anglais exprès pour lire l’auteur victorien » (136). Elle rappelle le talent de l’écrivain pour le pastiche, ce qui suppose la faculté d’« entendre le texte écrit », de percevoir « l’intonation de la langue et le rythme ruskiniens ». Parce qu’il rencontrait des difficultés (de compréhension et de traduction), Proust dut demander de l’aide à son entourage : à sa mère (pour le mot à mot), aux amis de son cercle anglophone (pour dissiper les obscurités de l’expression). Les questions qu’il pose, par écrit, à ses collaborateurs (réguliers ou occasionnels) nous renseignent sur le processus même de la traduction. Conscient de la faiblesse de ses compétences linguistiques, il devait déclarer, non sans ironie : « Je ne prétends pas savoir l’anglais. Je prétends savoir Ruskin » (262). Voir Venise « par les yeux de Ruskin », « mettre mes pas dans ses pas », cette proximité permet à Proust de se faire l’interprète du maître anglais, tout comme celui-ci s’était fait l’interprète de Turner. Cynthia Gamble fait habilement apparaître la « quintessence de Ruskin » (271) en analysant le moindre des commentaires de Proust, dispersés dans sa correspondance ou glissés au creux des foisonnantes « notes du traducteur ». La notion de « vocalité », sollicitée au cours des années consacrées à la traduction, sera reprise pour donner vie aux personnages de la Recherche, de même que le tissage des allusions intertextuelles pratiqué par Ruskin. Pour clore son enquête, Cynthia Gamble recense les éléments de l’héritage qui ont favorisé l’« envol créateur » du disciple : l’obéissance, interprétée en termes de discipline intellectuelle et spirituelle (295) ; l’éthique du travail, associé à la joie dans l’acte créateur et au sacrifice ; le « rapport inextricable […] entre voir, lire et écrire » (307). Grâce à une pénétrante analyse de Sésame et les lys, habituellement peu commenté, Cynthia Gamble montre comment l’unité de la pensée de Ruskin s’est imposée à Proust à la manière d’une révélation. La mise au jour de cette « sorte de plan secret » qui ne se dévoile qu’à la fin (316) lui fournit une clé de composition pour son propre roman.

5La dernière partie s’adresse plus spécifiquement aux proustiens, avec la transcription d’une conférence sur Proust donnée en 1927 par le collectionneur René Gimpel, qui aurait inspiré le personnage de Swann (« Le Cahier René Gimpel »). Néanmoins, l’hommage rendu à Sybil de Souza, pour sa thèse pionnière L’influence de Ruskin sur Proust (1932), fait de nouveau vibrer la voix de l’initiateur. Cynthia Gamble combine les rôles de témoin et de critique pour animer son ouvrage d’anecdotes et de souvenirs, elle se montre habile à mêler émotion et érudition, pour le plus grand plaisir du lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joëlle Prungnaud, « Cynthia Gamble, Voix entrelacées de Proust et de Ruskin »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 95 Printemps | 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cve/11301 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.11301

Haut de page

Auteur

Joëlle Prungnaud

Professeure émérite, université de Lille

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search