Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63 PrintempsXXVIIIe Colloque de la S.F.E.V.E....Quand vieillesse rime avec pauvre...

XXVIIIe Colloque de la S.F.E.V.E., à l'université Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand) (21-22 janvier 2005) « Vieillir/Ageing »

Quand vieillesse rime avec pauvreté : perceptions et traitement social des travailleurs âgés dans le monde industriel victorien

When Old Age Chimes in with Poverty.
Bertrand Simonet

Résumé

The role and status of older people depend upon the mode of social organization and the structure of the economic system. This postulate of modern sociology explains why the advent of industrial society and the rise of capitalism, in the Victorian era, were bound to affect the perceptions and social treatment of the elderly in England. Marginalised in the economic field and stigmatized in mainstream discourse, elderly workers underwent continuous social degradation. Consequently, the experience of old age merged with the experience of poverty. Since official and alternative strategies for dealing with this phenomenon were essentially off-target, they could only be ineffective.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Raymond Bourdon et al., Dictionnaire de Sociologie (Paris : Larousse-Bordas, 1998).
  • 2 Bourdon.

1Avant d’entrer dans le cœur de notre sujet, il convient de revenir, en préambule, sur la notion de vieillesse et de dégager un cadre définitionnel dont les frontières informeront notre étude. Le débat sur le rôle des personnes âgées dans la société procède des traditions de la science sociale européenne, qui se propose de démontrer comment la vieillesse peut être comprise socialement, et de ce postulat comment les représentations collectives et les appréciations portées sur les vieillards s’inscrivent dans un contexte de relations sociales et de forces structurelles. L’apport décisif de la sociologie a consisté à sortir le concept de vieillesse de sa définition réductrice de réalité biologique, envisagée comme un processus continu de la sénescence. Si la vieillesse peut être abordée sous les rapports de la physiologie et/ou de la psychologie, sa détermination en tant qu’étape de la vie est une construction sociale « produite par les cadres sociaux, perpétuellement renégociée et redéfinie en fonction de l’évolution de ces cadres1 ». Les sociologues s’accordent sur le fait que « chaque société, à chaque période de son histoire, réinterprète socialement les différences biologiques et chronologiques qui séparent les individus, afin d’élaborer l’organisation sociale du cycle de vie et d’assigner rôles et statuts sociaux spécifiques à chaque échelon d’âge2 ».

2Si les rôles et statuts des personnes âgées évoluent avec le mode d’organisation sociale, avec la structure du régime de production, il n’est pas surprenant que l’avènement de la société industrielle et l’épanouissement du capitalisme à l’ère victorienne aient induit de profondes mutations dans les perceptions et le traitement social des vieillards en Grande-Bretagne. Le sens commun veut que l’on trace une frontière entre les sociétés préindustrielles et industrielles, démarcation qui distribuerait les représentations des « seniors » selon deux grandes tendances : la vénération des anciens d’un côté et leur déchéance ou mort sociale de l’autre. Cette division chronologique est caricaturale dans la mesure où la vieillesse n’a pas toujours été auréolée du statut prestigieux que pouvait lui conférer la valorisation de sa sagesse et de son expérience. En outre, s’il faut convenir que l’essor de la société industrielle s’est plutôt traduit par une dégradation du statut social des personnes âgées, ce processus n’a pas affecté toutes les classes sociales dans un même élan. C’est ainsi que les couches supérieures, tout au long du xixe siècle, ont su généralement mobiliser leurs ressources sociales pour maintenir l’équilibre de leur position dans la société. Les expériences de la vieillesse fluctuant selon l’appartenance à une catégorie sociale, nous avons choisi de restreindre notre champ d’investigation aux seules classes laborieuses, dont il est légitime de dire qu’elles furent à la fois les plus durement et les plus symptomatiquement atteintes par le développement des nouvelles structures socio-économiques et des idéologies et pratiques qui leur sont solidaires. Si nous évoquons LES classes laborieuses, c’est que le monde ouvrier victorien n’était pas homogène, et que certaines des différenciations relevées par les historiens seront parfois pertinentes pour notre étude : je pense notamment à la distinction entre travailleurs agricoles et travailleurs industriels, entre artisans ou travailleurs qualifiés et ouvriers non-qualifiés. Enfin, nous ne manquerons pas de souligner, au-delà de l’expérience partagée de la vieillesse entre les hommes et les femmes, les inégalités de condition et de traitement qui sont au principe de la division sexuée des statuts sociaux.

3Notre approche se veut également diachronique, particulièrement pour ce qui concerne le traitement social des travailleurs âgés. Les schèmes de perception et d’appréciation se caractérisent en revanche par leur relative invariance au cours de la période étudiée, donnant parfois même en surface l’impression d’un paradoxe entre les représentations que les victoriens se font des travailleurs âgés et les politiques sociales qui leur sont destinées. Une approche historique, donc, que nous justifions par l’évolution des orientations législatives en matière de traitement social de la vieillesse, de la séculaire Loi sur les pauvres à la loi sur les pensions de retraite, mouvement lié en grande partie au remodelage de l’appareil de production et de l’organisation du travail.

4Parler de vieillesse, c’est aussi renvoyer à une classe d’âge dont les contours sont problématiques : où situer l’entrée dans le « troisième âge » ? Il semble que la réponse à cette question résiste à une évaluation consensuelle et objective. Aussi, nous n’échapperons pas à l’arbitraire en proposant de fixer le seuil de la vieillesse dans la tranche d’âge des 60-65 ans. Mais après tout, si nous voulons rendre compte des perceptions et du traitement des travailleurs âgés à l’ère victorienne, il paraît cohérent de s’appuyer sur les critères d’âge des victoriens eux-mêmes. En l’absence de définition officielle de la vieillesse, cette fourchette de 60-65 ans demeura et demeure encore de nos jours la référence communément admise pour la production des discours sur la vieillesse. Il est intéressant pourtant de noter que la détermination de cette ligne de partage n’est pas exempte de préjugés sociaux. Elle émane en effet des administrateurs de la Nouvelle Loi sur les Pauvres, qui la considéraient comme la limite au-delà de laquelle les classes pauvres étaient réduites à l’infirmité et devaient faire l’objet d’un traitement particulier. À priori, il peut sembler anodin d’établir l’infirmité comme un critère pertinent pour évaluer le passage dans le troisième âge, mais cette notion pose un certain nombre de problèmes : d’une part, elle ne rend pas compte de la réalité des personnes âgées valides. D’autre part, elle ne s’applique, dans l’esprit de ses concepteurs, qu’à une catégorie sociale, excluant de facto les couches supérieures (pour qui la vieillesse ne se résumait pas à l’expérience de l’infirmité). Cette équation vieillesse-infirmité, si promptement validée pour les classes laborieuses, est en partie le produit d’un outil statistique rudimentaire et de failles de l’administration de la Loi sur les Pauvres : jusqu’à la fin du xixe siècle, la comptabilisation des personnes âgées issues des couches inférieures reposait essentiellement sur les données transmises par les régisseurs locaux de la Poor Law ; or, dans le recensement pourtant rigoureux des prestataires de l’aide publique, vieillards et infirmes étaient rangés sous la même rubrique, de manière indifférenciée. Enfin, cette notion d’infirmité véhicule beaucoup plus de sens que sa dénotation classique ne le laisse entendre : l’infirme ne doit plus seulement être compris comme une personne diminuée physiquement, mais comme un individu déchu de sa valeur sur le marché du travail. Nous y reviendrons.

5La question de la vieillesse, au cours de la période considérée, a suscité l’attention des observateurs sociaux et des décideurs essentiellement dans la mesure où elle mettait en exergue un phénomène autrement plus crucial pour l’équilibre de la société : celui de la pauvreté. Le discours sur la vieillesse, pour autant qu’il s’inscrivit dans le débat politico-social, s’articula alors autour de la condition des travailleurs âgés, qu’ils fussent encore actifs ou retirés du monde du travail. On le constate, donc, la vieillesse n’est pas en soi problématique, mais l’idée de pauvreté qui l’aimante, avec toutes les inquiétudes qu’elle convoque, devait promouvoir un champ de savoir avec son cortège de discours et de pratiques.

6L’environnement économique, social et idéologique qu’avait fait naître le capitalisme en Grande-Bretagne sécréta un nouveau système de valeurs, qui marginalisait plus encore les membres âgés des classes déshéritées. Dans une société où les valeurs sociales sont mesurées principalement en termes de productivité économique, on comprendra que cette population fût particulièrement fragilisée et sujette à toutes sortes de stigmatisations. L’économie politique, ce corps de doctrines si victorien, nous fournit le cadre dans lequel peuvent s’appréhender les représentations dominantes des travailleurs âgés. S’appuyant sur une conception matérialiste des structures et relations sociales, l’économie politique postule que le traitement des vieillards ne peut s’interpréter qu’en lien avec la distribution sociale et économique des récompenses au sein de la communauté. Dès lors, une frontière s’établit entre les individus productifs et les improductifs, les premiers disposant de ressources pour s’entretenir, les seconds leur étant tributaires pour l’allocation de leur subsistance. Il s’ensuit que les populations âgées les plus précaires deviennent les victimes, directes ou indirectes, d’impératifs économiques qui échappent à leur contrôle. Au cours du xixe siècle, le travail est élevé au rang d’évangile, sacralisé à la fois comme nécessité et comme vertu. La perte ou la diminution de la capacité de travail, surtout lorsque cette dernière est la seule source de revenus, ne peut dans ces circonstances que précipiter la déchéance sociale.

7Dans un autre registre, l’industrialisme triomphant de l’ère victorienne contribua puissamment à la redéfinition de la place des travailleurs âgés dans la société. Le déclin de la petite production domestique au profit d’une concentration toujours plus grande des moyens et des lieux de production allait progressivement faire disparaître les emplois traditionnellement occupés par les travailleurs âgés (notamment les travaux réclamant savoir-faire et expérience, mais une force musculaire moindre). Au sein de l’appareil de production industriel, ils entraient en concurrence avec les plus jeunes mais, plus ils avançaient en âge, plus ils devenaient un frein à l’accroissement de la productivité. Dans certaines manufactures, ils se voyaient alors cantonnés à des tâches mineures et sous-payées, mais la plupart du temps ils n’avaient d’autre recours qu’une « retraite » forcée. À partir des années 1880, un cap supplémentaire fut franchi : à mesure qu’évoluait la nature de la production industrielle (plus technologique et s’appuyant sur une division du travail plus poussée), les travailleurs âgés, dont on soulignait l’inadaptabilité au changement et le défaut de qualification, perdaient un à un leurs derniers bastions sur le marché du travail.

8Si, comme le suggère la théorie de la modernisation, les vieillards étaient partie intégrante d’une communauté affective organique dans l’Angleterre préindustrielle, le nouveau système de production, qui se fonde sur l’individualisme et l’atomisme social, relègue dans les franges marginales de la société cette population qui dépend pour son maintien des relations collectives. Dans une économie industrielle à dominante urbaine, nous l’avons mentionné, la production abandonne progressivement son caractère familial et domestique, le travail se spécialise et la main-d’œuvre est plus mobile. Le marché du travail traite alors chaque employé comme un agent indépendant et non comme un membre d’une famille. Cette séparation entre le travail et la vie familiale nourrit une tendance à l’individualisme (quête de l’intérêt personnel et instinct de conservation) non seulement sur le marché du travail mais également dans la sphère privée des liens de parenté. En outre, la migration physique des jeunes vers les centres urbains ne fit qu’accentuer ce phénomène d’aliénation inter-générationnelle. Il n’en faudrait pas pour autant déduire que la solidarité entre générations s’est entièrement dissoute dans la société victorienne : les traditions avaient la vie dure. N’oublions pas que la famille était un pilier de l’éthique dominante et qu’elle jouait à ce titre un rôle essentiel dans la stabilité du corps social. Un consensus, traduit dans la loi (la liable relatives clause de la Poor Law), existait sur le devoir moral de chacun de secourir ses parents âgés s’ils étaient dans la détresse. Cette aide pouvait revêtir plusieurs formes : des sommes en argent ou des dons en nature pour leur permettre de préserver leur indépendance, ou encore l’accueil sous leur toit (disposition fréquente dans le cas d’un parent veuf). Il va sans dire que cette modalité d’assistance était conditionnée par les ressources propres des enfants, et que les plus démunis d’entre eux n’avaient guère que leur « compassion » à offrir. Cependant, il convient de se garder de tout angélisme et de s’aviser combien l’image négative que pouvait renvoyer la vieillesse dans cette Angleterre vigoureuse aux valeurs de modernité était répandue dans toutes les couches sociales. D’autre part, les commentateurs sociaux ont souvent relevé la répugnance des enfants qui, après avoir desserré l’étreinte de l’autorité patriarcale en quittant le domicile familial, voyaient d’un mauvais œil le retour d’un père dans leur propre foyer. Partant, les femmes âgées bénéficièrent, sur ce point, d’un préjugé plus favorable et furent plus volontiers hébergées par leurs enfants ou amis, d’autant qu’elles étaient susceptibles d’effectuer de menus travaux ménagers.

9Autre motif invoqué par des historiens pour éclairer la marginalisation des vieillards à l’époque victorienne, l’évolution du champ spirituel qui a teinté la mentalité collective. L’impact du fondamentalisme protestant, avec son culte de l’individualité et de l’esprit d’entreprise, œuvra au préjudice des personnes âgées, dont la sécurité était garantie par des liens communautaires. En mettant l’accent sur l’autodiscipline et la maîtrise de soi, sur une forme rigide d’autogestion morale, les prêcheurs évangéliques ont assimilé la vieillesse à la déchéance et à la dépendance. C’est ainsi qu’elle devint le symbole à la fois poignant et abject du déclin des vertus bourgeoises d’initiative et d’autonomie.

10Tout imprégnées du climat économique, social et idéologique de leur temps, les couches modestes envisageaient la vieillesse comme une expérience douloureuse. La perspective de la misère et de la déchéance sociale hantait les esprits ouvriers. Une mort prématurée, que pouvait laisser présager une faible espérance de vie au sein de la classe laborieuse, était souvent considérée plus enviable que le sort qui était réservé à leurs aînés. De nombreux rapports des commissaires de la Poor Law attestent que, chez les vieillards eux-mêmes, le taux de suicides était particulièrement élevé. Les jugements dépréciatifs de la vieillesse véhiculés par les représentations dominantes s’étaient ainsi infiltrées dans l’ensemble du corps social, jusqu’à l’incorporation par le groupe stigmatisé de sa dévaluation générale.

11En nous livrant à un rapide exercice sociographique, nous constatons, pour les classes populaires, l’étroite corrélation qui existait entre paupérisation et vieillissement ; à telle enseigne que les personnes âgées constituaient la catégorie de pauvres la plus nombreuse. Selon une grande tendance, il apparaît que la pauvreté augmente en raison directe de l’âge. Ainsi, les enquêtes menées à la fin du xixe siècle révèlent que le nombre de pauvres (assimilés par les statisticiens aux seuls prestataires de l’aide publique) chez les plus de 80 ans était cinq fois supérieur à celui enregistré pour la classe d’âge des 60-65 ans. Ceci s’explique en partie par le fait que le déclin de la force physique interdisait toute activité économique, même très partielle, et supprimait donc une source essentielle de revenus. Ces enquêtes ont également mis en évidence un phénomène qui revêt une importance particulière pour notre étude : je veux parler de la permanence dans les positions relatives. En effet, les groupes les plus touchés par la pauvreté à l’entrée dans le troisième âge sont les travailleurs qui, dans leurs années de jeunesse et de maturité, furent les plus sujets à la précarité et à l’exploitation, occupèrent les emplois les moins rémunérés, et eurent le plus recours à la charité ou à l’aide publique. De même, les femmes, plus représentées que les hommes chez les personnes âgées, mais aussi moins représentées dans le partage des richesses aux stades antérieurs de la vie, basculèrent plus fréquemment dans la pauvreté à la vieillesse, notamment après la perte d’un époux. Enfin, il est une autre variable qui influe sur le niveau de vie des vieillards : la situation géographique. Sur l’ensemble de la période couverte, il semble que l’expérience de la vieillesse fut moins douloureuse dans les zones rurales que dans les zones urbaines, et ce pour les raisons suivantes : d’une part, le secteur agricole offrait de meilleures perspectives d’emploi aux travailleurs âgés, sous la forme de tâches légères et saisonnières, retardant ainsi leur dépendance complète vis-à-vis de l’assistance publique ou privée. La désertification des campagnes par les plus jeunes avait désengorgé le marché de l’emploi en milieu rural et la concurrence y était donc moins sévère. D’autre part, les liens communautaires entre villageois étaient demeurés vivaces et l’organisation d’un réseau de secours aux vieillards les plus démunis se perpétuait.

12Nous avons jusqu’ici tenté de donner un tableau synoptique de la situation des travailleurs âgés et de restituer le cadre général dans lequel se sont forgées les opinions et les attitudes vis-à-vis de cette catégorie de la population. Nous nous proposons maintenant d’examiner comment ces perceptions se sont traduites concrètement dans la politique sociale, et quelles alternatives pratiques se sont développées au sein du monde ouvrier. Suite à une période de relative inertie législative, la réponse des dirigeants aux questions sociales prit un tour décisif en 1834, avec la promulgation de la Nouvelle Loi sur les Pauvres. La Grande-Bretagne entre alors dans l’ère de la réforme utilitariste et le traitement des vieillards pauvres s’imbrique dans la logique générale de la rationalisation et du rationnement des dépenses sociales. L’onde de choc déclenchée par cette nouvelle orientation ne pouvait pas manquer d’atteindre ce groupe qui dépendait principalement de l’assistance publique pour ses ressources financières. La pierre angulaire de la Nouvelle Loi sur les Pauvres fut sans conteste le workhouse, ce nouvel asile pour les indigents avec sa discipline stricte et ses conditions de résidence humiliantes, calculées pour dissuader les demandeurs potentiels de l’aide publique, et notamment les plus jeunes. Dans l’esprit des législateurs, les vieillards ne constituaient pas la cible première de la nouvelle loi, mais ils subiraient par contrecoup le régime draconien du workhouse, véritable institution totalitaire. Les workhouses ne seraient que le dernier recours pour les vieillards (dans les cas de pauvreté aggravée et d’infirmité caractérisée), dans la mesure où des prestations en argent ou en nature continueraient à leur être distribuées pour les tenir éloignés de ces centres d’orthopédie sociale destinés aux personnes valides. D’une manière générale, cependant, cette forme d’aide publique, quoique modeste, n’interviendrait qu’après un examen rigoureux des ressources propres du demandeur ou de celles de ses enfants. Cette pratique qui consistait à retarder l’entrée des vieillards au workhouse ne procéda pas d’une démarche philanthropique mais fut motivée par un souci d’économie : en effet, on jugeait leur internement plus onéreux que leur entretien partiel hors les murs. Par ailleurs, les personnes âgées devaient en principe bénéficier d’un traitement préférentiel dans les workhouses, conformément à une opinion publique qui leur était favorable. On estimait que leur pauvreté était moins coupable que celle des jeunes valides, selon une distinction en vogue entre « pauvres méritants » et « pauvres non méritants ». En outre, dans la mesure où elles ne possédaient qu’une valeur marginale sur le marché du travail, les administrateurs ne voyaient pas la nécessité de les soumettre à des sanctions punitives. Par exemple, un amendement de 1847 prévoyait que les couples de personnes âgées seraient autorisés à partager une même chambre, bien que dans la pratique cette mesure ne fût que rarement mise en œuvre. Pour autant, le workhouse ne devait pas donner l’image d’un havre de paix pour les vieillards, mais bien au contraire décourager les demandes de placement dans cette institution. Ainsi, l’horreur suscitée dans les classes populaires par le régime carcéral des workhouses stimulerait les habitudes de prévoyance chez les jeunes travailleurs, qui épargneraient pour subvenir aux besoins de leurs vieux jours. Dès lors, il est aisé de comprendre que les vieillards internés fussent bientôt stigmatisés comme « pauvres non méritants », c’est-à-dire indignes, immoraux et intempérants. La New Poor Law ne tarda pas à démontrer toute son efficace : seule une minorité de vieillards, mais majoritairement des femmes, entrèrent au workhouse, en désespoir de cause. On relèvera au passage le paradoxe entre la théorie, qui affirmait que la pauvreté des femmes âgées était le fruit de circonstances étrangères à leur action, et la pratique, qui les condamnait au régime sévère du workhouse. Quelques exemples du traitement réservé aux vieillards dans les nouvelles institutions suffiront à nous éclairer sur l’aversion quasi universelle qu’elles inspirèrent au monde ouvrier : la négligence relative de leurs besoins spécifiques en matière alimentaire et médicale, la restriction des contacts avec l’extérieur et la privation d’activités récréatives, ces petits moments de sociabilité indispensables à la santé générale des personnes âgées, et enfin l’absence de commodités adaptées à leur condition physique. La crainte de l’« embastillement » (selon le langage populaire) incita les travailleurs âgés à chercher toutes sortes d’expédients pour échapper à la « punition » du workhouse. Les aides en argent dispensées parcimonieusement par les autorités locales de la Poor Law (et considérées comme un droit inaliénable par les prestataires), mais également les soutiens financiers et matériels des proches, des associations ouvrières et des organisations caritatives, ou encore les petits travaux chichement rémunérés, voire la mendicité ; en somme tous les recours étaient épuisés par les vieillards avant de se résigner à l’internement. Dans la majorité des cas, le franchissement du seuil du workhouse éloignait alors toute perspective de sortie. En 1871, le durcissement des critères d’accès à l’aide publique en argent déclencha une vague de recrutement de nouveaux pensionnaires âgés dans les workhouses, sans toutefois infléchir significativement le rapport numérique entre les vieillards internés et ceux qui parvenaient à se maintenir à l’extérieur. Parallèlement, ce mouvement s’accompagna d’un assouplissement des mesures disciplinaires et d’une amélioration des conditions de résidence en institution.

13Dans leur projet de réforme, les législateurs pensaient que les œuvres de bienfaisance pallieraient dans une large mesure le désengagement de l’assistance publique, et seraient appelées à jouer un rôle prépondérant dans la distribution des prestations en argent. Au nombre des organisations caritatives ainsi sollicitées, la « Charity Organisation Society » (fondée en 1869) se singularisait par sa puissance et son autorité. Son attitude à l’égard des vieillards pauvres était symptomatique de l’idéologie bourgeoise et contribua en définitive au renforcement de la politique punitive du workhouse. Selon la philosophie individualiste de la COS, le problème de la pauvreté était principalement d’origine éthique et se présentait comme le produit de choix moraux librement exercés par des individus responsables. Il découle de cette conception que la charité devait cibler les vieillards méritants, c’est-àdire moralement irréprochables (the aged poor). Quant aux autres, suspects de déviance et de prodigalités (the aged paupers), il convenait de leur administrer un traitement radical en les soumettant à l’épreuve du workhouse.

14Intéressons-nous désormais aux stratégies mises en œuvre par la classe laborieuse pour protéger ses aînés des stigmates de la pauvreté. Précisons que cette autoassistance des couches populaires n’était pas le simple reflet des idées et valeurs bourgeoises. L’esprit d’indépendance et la notion d’activité collective et autonome traversaient le mouvement ouvrier depuis le xviiie siècle. Depuis cette époque, la classe laborieuse s’était organisée pour se prémunir contre l’insécurité et la pauvreté liées à la vieillesse. Au cours du xixe siècle, le mouvement s’amplifie et les travailleurs se dotent, parfois en toute illégalité, d’institutions d’aide mutuelle pour subvenir à leurs besoins et garantir à leurs aînés une fin de vie décente. La Grande-Bretagne se couvre alors d’un faisceau de sociétés de prévoyance (friendly societies), de caisses d’épargne (savings clubs), de sociétés d’assurance maladie (health societies) et d’assurance obsèques (burial societies). Certaines de ces associations étaient très organisées (notamment les grandes friendly societies) et couvraient l’ensemble des risques afférents à la vieillesse. Elles s’intégraient parfois dans les structures des syndicats et pouvaient distribuer des indemnités substantielles. D’autres, plus locales, informelles et irrégulières restaient constamment sous la menace de l’insolvabilité. Cette forme de solidarité rencontrait cependant des écueils. Le système dans son ensemble reposait sur les cotisations des adhérents pendant leur période d’activité. C’est précisément sur ce point qu’achoppa le mouvement mutualiste ouvrier, se révélant finalement inapte à secourir les vieillards les plus vulnérables. En effet, soit les cotisations restaient modestes et les allocations étaient alors à l’avenant, c’est-à-dire insuffisantes pour garantir l’indépendance des travailleurs âgés, soit au contraire elles étaient élevées et autorisaient une redistribution plus généreuse (tendance la plus marquée), mais elles écartaient de fait les franges les moins aisées de la classe laborieuse. Ainsi donc se perpétuait au troisième âge la fracture antérieure entre les travailleurs les plus précaires, les moins qualifiés et les moins bien rémunérés (groupe où l’on retrouve notamment les femmes dans leur grande majorité) et ceux que l’on a coutume de ranger sous l’étiquette d’« aristocratie du travail », c’est-à-dire les travailleurs les plus qualifiés, les mieux rémunérés et les plus protégés. En substance, le mouvement mutualiste, s’il a permis à une certaine catégorie d’ouvriers d’échapper à la pauvreté sur leurs vieux jours, n’a pu en revanche soustraire les plus fragiles à cette même pauvreté.

15Nous ne saurions clore ce rapide survol du traitement des travailleurs âgés sans évoquer la question des retraites. Après les échecs de la politique sociale gouvernementale et des friendly societies, incapables d’enrayer la spirale de la pauvreté, le débat sur les retraites prit un tour passionné et engagea les divers acteurs de l’assistance sociale. À la fin du xixe siècle, le problème de la pauvreté des vieillards, avéré par de nombreuses enquêtes, se présenta avec plus d’acuité. Progressivement, les pensions d’État, qui avaient fait leur apparition sur le Continent (au Danemark et en Allemagne), furent envisagées comme une solution crédible.

16Depuis l’extension du suffrage en 1884, la classe ouvrière constituait les trois cinquièmes de l’électorat et la menace du socialisme se profilait à l’horizon politique. La nécessité de réformes sociales se fit impérieusement sentir. Pourtant, à l’origine, la campagne pour les pensions de retraites revêtit un caractère conservateur. D’inspiration bourgeoise, ce mouvement n’émane en effet aucunement des classes laborieuses. Mais vers la fin des années 1890, les motivations essentiellement conservatrices des instigateurs, sur lesquelles nous allons revenir, furent infléchies par les socialistes qui livrèrent une appréciation différente de la portée d’une loi sur les retraites : les pensions réhabiliteraient les personnes âgées dans la plénitude de leur citoyenneté, en leur procurant un revenu garanti ; elles libéreraient le marché du travail de la pression concurrentielle des vieux travailleurs (même si cette dernière restait marginale) ; et enfin, elles conspireraient à une meilleure redistribution des richesses en direction de la classe ouvrière, par l’imposition massive de la classe capitaliste. Lorsque Joseph Chamberlain, un conservateur transfuge du parti libéral, prononça le premier plaidoyer public en faveur des pensions de retraite en 1891, la COS et les friendly societies montèrent au créneau. La COS, farouche partisane du laissez-faire, voyait d’un mauvais œil toute ingérence de l’État dans la répartition du revenu national. Le versement de pensions ne manquerait pas de détourner les travailleurs de leurs devoirs de prévoyance et d’autoassistance ; en outre, une telle disposition ouvrirait une brèche dans la forteresse disciplinaire de la Poor Law. Les friendly societies, quant à elles, craignaient qu’un régime obligatoire de pensions d’État, financé par les cotisations des travailleurs, ne mette fin à leur existence. D’un autre côté, la prise en charge par l’État du coût de la vieillesse leur permettrait de dégrever leurs ressources et de se recentrer sur d’autres activités. Conscientes également de la misère des vieillards qu’elles ne couvraient pas, les sociétés de prévoyance, dans le sillage du mouvement ouvrier socialisant, en vinrent à soutenir majoritairement l’idée d’un régime de retraites universel sans retenues, c’est-à-dire financé par le seul impôt. Le principal inspirateur du Old Age Pensions Act de 1908, dans ses principes plus que dans sa forme, fut sans conteste Charles Booth, un sociologue conservateur. Son approche de la question des retraites traduisait parfaitement l’esprit bourgeois de son époque. Il ne s’intéressait pas à la pauvreté des vieillards en soi, mais plutôt en tant qu’elle constituait une entrave au durcissement de la Poor Law, à savoir la restauration du régime punitif du workhouse destiné aux travailleurs jeunes et valides, tel qu’il avait été conçu par les législateurs de 1834. Si les personnes âgées percevaient une pension d’État, elles sortiraient de l’orbite de la Loi sur les Pauvres, qui recouvrerait ainsi toute sa rigueur disciplinaire. Booth préconisa en conséquence un régime de retraites universel sans contributions. La nature limitée du projet finalement adopté (une retraite modeste financée par l’impôt, mais soumise à l’examen des ressources) déçut les attentes de presque tous les groupes d’intérêts ; mais les premiers pensionnés (majoritairement les femmes, étrangement absentes d’un débat sur les retraites qui les concernait au premier chef) accueillirent avec soulagement leur affranchissement du workhouse.

Haut de page

Bibliographie

Brogden, Mike. Geronticide, Killing the Elderly. London : Jessica Kingsley Publishers, 2001.

Crowther, M. A., The Workhouse System, 1834-1929. London : Methuen & Co., 1983.

Lavalette Michael et Gerry Mooney. Class Struggle and Social Welfare, London : Routledge, 2000, 276 p.

MacNicol, John. The Politics of Retirement in Britain, 1878-1948. Cambridge : Cambridge University Press, 1998.

Martin, Ian. From Workhouse to Welfare. Harmondsworth : Penguin, 1971.

Midwinter, E. C. Victorian Social Reform. London : Longman, 1968.

Thane, Pat. Old Age in English History. New York : OUP, 2000.

Haut de page

Notes

1 Raymond Bourdon et al., Dictionnaire de Sociologie (Paris : Larousse-Bordas, 1998).

2 Bourdon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Simonet, « Quand vieillesse rime avec pauvreté : perceptions et traitement social des travailleurs âgés dans le monde industriel victorien »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 63 Printemps | 2006, mis en ligne le 14 avril 2023, consulté le 16 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cve/13421 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.13421

Haut de page

Auteur

Bertrand Simonet

Bertrand Simonet, actuellement ATER à l’université Lyon 2, a consacré sa thèse à l’étude de la pensée politique d’Ernest Jones, le dernier grand leader chartiste. Membre de l’équipe du CERAN (Centre d’Études et de Recherches Anglaises et Nord-Américaines), il collabore à la rédaction d’un ouvrage collectif sur les penseurs conservateurs. Ses autres recherches portent sur le mouvement ouvrier anglais au xixe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search