Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63 PrintempsXXVIIIe Colloque de la S.F.E.V.E....« For the Childlike is the Divine...

XXVIIIe Colloque de la S.F.E.V.E., à l'université Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand) (21-22 janvier 2005) « Vieillir/Ageing »

« For the Childlike is the Divine » : la quête de la jeunesse éternelle dans les contes et romances de George MacDonald

« For the Childlike is the Divine » : the Quest for Eternal Youth in George MacDonald’s Fairy Tales and Romances.
Benjamine Toussaint-Thiriet

Résumé

A link may be found between the Bildungsroman genre and MacDonald’s fairy tales and romances because of the obvious didactic function of the latter. In the Bildungsroman, the maturation process of the main protagonist is seen as a rather positive phenomenon, focusing on its growing up (both physically and mentally) rather than growing old. In MacDonald’s works, on the contrary, becoming an adult is often perceived as a negative experience, a regression rather than an evolution from a moral and spiritual point of view. Old age, on the other hand, is depicted as a new birth, physical beauty and a youthful appearance often mirroring the rejuvenation of the heart and soul of the characters. MacDonald’s vision of these three ages of man is based on his deep religious beliefs and the magical world created in his fairy tales and romances enables him to avoid the more pragmatic and pessimistic aspects in his depiction of the process of growing old. In fact the point is not so much about glorifying the wisdom of old age as praising the virtues of remaining everlastingly childlike, which is precisely the only quality MacDonald demanded from his readers, whatever their real age might be.

Haut de page

Texte intégral

1Les romans de George MacDonald ne sont plus guère lus de nos jours et force est de constater que certains d’entre eux — trop marqués par des débats religieux propres à leur époque — n’ont pas toujours très bien vieilli. Ses récits pour enfants semblent en revanche avoir été épargnés par le temps et sont toujours restés très populaires. Malgré l’admiration que lui vouaient des auteurs tels que Lewis Carroll puis C. S. Lewis ou W. H. Auden, George MacDonald a souvent été considéré comme un auteur mineur de la période victorienne mais ses récits merveilleux n’ont pas seulement conservé les faveurs du grand public pendant plus d’un siècle, ils suscitent depuis quelque temps un regain d’intérêt de la part des critiques anglo-saxons et français — en particulier depuis la publication de ses contes de fées par U. C. Knoepflmacher en Penguin Classics en 1999 — lui offrant ainsi une seconde jeunesse.

2George MacDonald fait partie de ces auteurs que l’on qualifie généralement de « sages victoriens » en raison de la fonction didactique de ses œuvres. En effet, ses contes pour enfants et romances pour adultes s’apparentent souvent au genre du Bildungsroman dans la mesure où ils s’attachent à décrire l’évolution des protagonistes et les enseignements que ces derniers tirent de leurs expériences, le but étant de contribuer à l’éducation du lecteur par l’intermédiaire de celle des personnages. Les récits de George MacDonald — et en particulier ses contes et romances — offrent cependant une vision spatiotemporelle de l’évolution de l’homme qui diffère de celle qu’on rencontre traditionnellement dans les romans de formation. En effet, le passage de l’enfance à l’âge adulte y est souvent perçu non comme une maturation positive mais comme une dégénérescence. Ce déclin n’est cependant pas nécessairement définitif dans la mesure où le processus de vieillissement se poursuit ensuite, se traduisant, dans le meilleur des cas, par un retour à l’enfance qui n’est pas synonyme de sénilité mais représente une forme supérieure d’innocence, celle qui succède au baptême du feu de l’expérience et surpasse alors l’innocence première. Par un renversement rhétorique, ce n’est plus le verbe grandir qui apparaît comme positif (to grow up) et vieillir (to grow old) comme négatif, mais l’inverse.

3Si j’ai choisi de m’intéresser aux contes plutôt qu’aux romans réalistes de George MacDonald, c’est parce que le monde merveilleux qu’il y crée lui permet de s’affranchir des lois physiques qui règnent dans le monde réel et de donner à ses personnages une apparence physique qui est en adéquation avec leur véritable nature spirituelle et non avec le nombre de leurs années. Par ailleurs, il existe à ses yeux un lien direct entre la foi et l’imagination, ce qui explique son intérêt pour les contes, qui laissent une plus grande place à l’imagination du lecteur et sont en cela un medium particulièrement approprié pour véhiculer sa foi en la jeunesse éternelle de Dieu et de l’humanité. Nous verrons d’ailleurs par la suite que ces contes et romances ne décrivent pas seulement la régénérescence des personnages mais doivent avoir l’effet d’une cure de jouvence sur l’esprit des lecteurs. L’âge de ces lecteurs est sans importance pourvu qu’ils aient su préserver leur âme d’enfant, comme le souligne MacDonald dans son essai intitulé « The Fantastic Imagination » : « For my part, I do not write for children, but for the childlike, whether of five, or fifty, or seventy-five » (CFT 7). Cette citation reflète une réalité historique puisque, à l’époque victorienne, le premier public visé par les auteurs de littérature enfantine n’était autre que les adultes des classes moyennes qui achetaient ces livres et les lisaient à leurs enfants, mais, au-delà de ce constat bien prosaïque, il importe de voir que cette citation met également l’accent sur la clef qui permet de déchiffrer les symboles utilisés par MacDonald en soulignant la dichotomie qui peut exister entre l’âge physique et l’âge spirituel et moral de l’homme et, surtout, en insistant sur la nécessité pour l’homme de préserver son âme d’enfant tout au long des différentes étapes de son existence. L’enfant n’est plus alors un être inachevé comme peut le suggérer l’étymologie d’infans, celui qui ne parle pas ; il n’est pas celui à qui il manque quelque chose mais l’expression de la plénitude de l’humanité.

4On définit généralement le Bildungsroman comme un roman d’éducation qui dépeint les jeunes années du personnage principal et analyse la façon dont son éducation, son entourage ou bien encore les vicissitudes de l’existence façonnent cette argile encore malléable qu’est la personnalité de l’enfant ou de l’adolescent. L’adulte qui nous est présenté à la fin du récit apparaît donc comme l’aboutissement de ce processus de maturation, la réalisation achevée des défauts et des qualités qui n’étaient qu’esquissés chez l’enfant. Ce genre littéraire était très répandu au xixe siècle et cette étiquette pourrait s’appliquer à la majorité des romans de George MacDonald. Dans une certaine mesure, il est également possible d’établir un parallèle entre ce genre romanesque et les récits merveilleux de MacDonald car l’objet de ces derniers est très clairement de décrire l’apprentissage de leurs protagonistes. Cependant, une telle comparaison fait immédiatement apparaître une différence très nette concernant l’échelle temporelle des récits. Certains contes semblent respecter le schéma du Bildungsroman puisque nous rencontrons Irene et Curdie enfants dans The Princess and the Goblin et nous les retrouvons adolescents dans The Princess and Curdie, qui s’achève sur une allusion à leur règne, une fois devenus adultes, puis à leur disparition. Néanmoins, la maturation psychologique et morale du personnage principal ne va pas nécessairement de pair avec son développement physique ; ainsi, dans At the Back of the North Wind, Diamond meurt alors qu’il n’est encore qu’un enfant parce qu’il a déjà atteint la perfection spirituelle. Dans Phantastes, au contraire, le héros est un jeune homme qui a atteint sa maturité sur le plan physique et légal, mais dont l’apprentissage moral et spirituel reste à faire ; c’est pourquoi il devra passer vingt-et-un jours au royaume des fées pour y apprendre les valeurs qui lui font défaut.

5Plus que cette distinction établie entre croissance physique et croissance spirituelle, ce qui différencie les récits merveilleux de MacDonald du schéma traditionnel du roman d’apprentissage est la connotation négative qui y est presque systématiquement associée à l’adolescence et au passage à l’âge adulte. Au lieu de tirer profit de l’éducation qu’il a reçue et de ses expériences, l’adulte semble régresser et apparaît souvent comme une créature inférieure aux enfants qui l’entourent. Pire encore, il devient parfois un être inférieur à l’enfant qu’il était, comme si les leçons que le lecteur doit tirer de ces contes se faisait par le contre-exemple, dépeignant un désapprentissage plutôt qu’un apprentissage. Ainsi, au début de The Princess and Curdie, la fin de l’enfance se traduit chez le héros éponyme par une certaine dégénérescence morale :

Curdie was not in a very good way, then, at that time. His father and mother had, it is true, no fault to find with him and yet — and yet — neither of them was ready to sing when the thought of him came up. There must be something wrong when a mother catches herself sighing over the time when her boy was in petticoats, or a father looks sad when he thinks how he used to carry him on his shoulder. The boy should enclose and keep, as his life, the old child at the heart of him, and never let it go. He must still, to be a right man, be his mother’s darling, and more, his father’s pride, and more. The child is not meant to die, but to be forever fresh born. (180)

6La seule faute qu’ait commise Curdie, la raison de sa Chute, est donc simplement d’avoir laissé mourir l’enfant qu’il était. La connotation spirituelle de la dernière phrase apparaît plus clairement si on la met en parallèle avec le sermon du pasteur dans « The Gifts of the Child Christ » qui insiste sur le fait que Noël n’est pas une simple célébration symbolique et que l’esprit du Christ renaît véritablement chaque année. L’imitation de Jésus-Christ selon MacDonald consiste donc à savoir redonner vie à l’enfant qui se trouve au fond de son cœur et c’est dans les convictions religieuses de cet auteur que réside la clef de son étrange conception du vieillissement. La Chute de Curdie n’est que temporaire mais il arrive que la dégénérescence spirituelle soit sans retour et c’est sans doute dans Lilith que la fin de l’enfance apparaît la plus tragique lorsque Lonah explique à Vane que la cupidité transforme les « Little ones » en horribles et cruels géants. Le développement moral et spirituel apparaît donc inversement proportionnel au développement physique, comme si le corps était un vampire se nourrissant de l’âme, comme si l’opposition entre jouvence et sénescence équivalait à une opposition entre l’esprit et le corps, le monde spirituel et le monde matériel, deux mondes coexistant mais obéissant à des lois opposées.

7S’il faut s’efforcer de préserver son âme d’enfant, refuser de grandir n’est pourtant pas une solution car il s’agit bel et bien d’une étape obligée de l’évolution de l’homme. Refuser de grandir revient à demeurer childish et non child-like, ce qui peut se traduire notamment par l’hystérie et le manque de gravité qui caractérisent l’héroïne de « The Light Princess » ou par la langueur qui affecte Adela Cathcart, héroïne éponyme du roman dans lequel est inséré ce conte. Pour retrouver le goût de vivre, celle-ci devra accepter de devenir adulte tout en refusant de perdre la capacité de s’émerveiller qui est propre à l’enfance. De même que chez Blake les chants de l’expérience succèdent aux chants de l’innocence, le passage à l’âge adulte est un baptême du feu auquel nul ne peut échapper et qui permet d’atteindre une forme d’innocence supérieure ; sans cette expérience, l’homme serait condamné à une puérilité stérile sans aucun rapport avec l’innocence enfantine que prône MacDonald. Les enfants ne sont d’ailleurs nullement idéalisés dans l’œuvre de MacDonald, qu’il s’agisse de ses personnages ou bien encore des jeunes lecteurs auquel il fait allusion dans « The Fantastic Imagination », reconnaissant que ces derniers ne pourront pas nécessairement saisir toutes les subtilités d’une œuvre, même s’il souligne ensuite que toute interprétation a sa propre valeur. Par ailleurs, MacDonald accorde une grande importance dans ses récits à l’amour entre homme et femme, qu’il considère comme une étape nécessaire pour que l’homme parvienne à comprendre la nature de l’amour divin ; or, cette forme d’amour implique nécessairement de quitter le monde de l’enfance. S’il refuse de grandir, l’être humain est condamné à s’imaginer, comme Peter Pan, qu’un baiser n’est en fait qu’un simple dé à coudre.

8Le rejet de ce processus naturel de croissance qu’on trouve dans certains récits merveilleux, cette impression que l’homme perd en grandeur d’âme ce qu’il gagne en force, affecte plus souvent les personnages masculins que les personnages féminins et s’explique en réalité par un rejet de la puissance physique qui y est souvent dépeinte comme brutale. On a parfois attribué cette tendance chez George MacDonald à ses problèmes de santé ; que cet élément biographique soit ou non la clef de sa vision du monde, il est certain que celle-ci s’oppose très clairement au christianisme musclé de Kingsley, car on retrouve souvent dans ses récits merveilleux une exaltation des vertus des faibles, c’est-à-dire les femmes, les enfants et les vieillards.

9Si le fait de devenir adulte ressemble bien souvent à une malédiction — fût-elle temporaire — dans les récits de MacDonald, par un renversement symétrique et tout aussi paradoxal, la vieillesse, elle, y apparaît au contraire comme une bénédiction, une forme de régénérescence. L’association qu’il établit entre sagesse et vieillesse n’a rien de particulièrement original, mais les connotations négatives de déclin physique ou intellectuel qu’on associe traditionnellement au grand âge sont étrangement absentes des textes de MacDonald, dans lesquels le grand âge est idéalisé avec insistance. Les nombreuses arrière-arrière-grand-mères qui veillent sur les protagonistes soulignent fréquemment leur âge avancé et apparaissent tantôt sous les traits de femmes très âgées mais qui semblent pourtant souvent conserver une force physique étonnante, tantôt sous la forme de femmes extrêmement jeunes et belles. Ainsi, dans The Princess and Curdie, la première fois que Curdie aperçoit l’arrière-arrière-grand-mère de la princesse Irène, celle-ci lui apparaît sous les traits d’une très vieille femme à l’apparence fragile :

When Curdie saw her, he stood still again, a good deal in wonder, a very little in reverence, a little in doubt, and, I must add, a little in amusement at the odd look of the old marvel. Her grey hair mixed with the moonlight so that he could not tell where the one began and the other ended. Her crooked back bent forward over her chest, her shoulders nearly swallowed up her head between them, and her two little hands were just like the grey claws of a hen, scratching at the thread, which to Curdie was of course invisible across the moonlight. Indeed Curdie laughed within himself, just a little, at the sight ; and when he thought of how the princess used to talk about her huge, great, old grandmother, he laughed more. But that moment the little lady leaned forward into the moonlight, and Curdie caught a glimpse of her eyes, and all the laugh went out of him. (187-188)

10Pourtant, lorsqu’il la rencontre de nouveau, elle semble n’avoir que vingt-cinq ans et le narrateur a ensuite recours à un oxymore pour la décrire, la désignant comme « the great old, young, beautiful princess ». En réalité, cette métamorphose physique est due à l’évolution morale de Curdie qui est enfin capable de percevoir la « vieille-jeune princesse » telle qu’elle est vraiment, sans être aveuglé par ses préjugés. Ainsi, la jeune princesse Irène, dont l’esprit était plus pur, avait, elle, pris conscience, dès sa première rencontre avec son arrière-arrière-grand-mère, de cette étrange association de la jeunesse et de la vieillesse. L’arrière-arrière-grand-mère d’Irène n’est pas la seule à changer d’apparence au gré de l’évolution morale et spirituelle de ceux qui la voient puisque l’héroïne éponyme de « The Wise Woman » apparaît à Rosamond sous les traits d’une vieille femme, puis d’une enfant et finalement d’une femme qui n’est ni jeune ni âgée et la description de cette dernière — qui, selon elle, est la plus proche de sa véritable essence — souligne la nature très particulière de la vieillesse telle que la conçoit MacDonald : « hers was the old age of the everlasting youth » (293).

11Il ne s’agit pas là d’un simple rajeunissement illusoire qui tiendrait uniquement à la perception idéalisée de ceux qui les observent car « The Golden Key » présente sans ambiguïté le vieillissement comme un processus de rajeunissement, à travers les portraits du Vieil Homme de la Mer, du Vieil Homme de la Terre et du Vieil Homme du Feu. Le Vieil Homme de la Mer, qui est un homme adulte, suggère à l’héroïne de rendre visite à son aîné, le Vieil Homme de la Terre, qui a les traits d’un adolescent ; elle se rend ensuite chez le plus âgé et le plus sage des trois qui n’est autre qu’un enfant. Ce rajeunissement est d’ailleurs reflété par celui des deux héros, Mossy et Tangle, qui vieillissent durant la première partie de leur quête mais redeviennent jeunes après avoir fait l’expérience d’une mort qui leur paraît plus douce que la vie. Car si la peur de la vieillesse est absente des récits de MacDonald, il en est de même de son aboutissement logique qu’est la mort : vieillir c’est rajeunir et mourir c’est vivre.

12Les frontières entre les différents âges de la vie semblent parfois très floues et cette impression est renforcée dans The Princess and the Goblin par le fait que l’arrière-arrière-grand-mère d’Irène, dont l’âge semble si indéfinissable, porte le même prénom que sa petite-fille, suggérant ainsi que le cycle de la vie est un éternel recommencement et que ce ne sont pas seulement les individus mais l’humanité elle-même qui passe par ces différents stades de dégénérescence et de régénérescence. On retrouve d’ailleurs cette idée, quoique sous une forme légèrement différente dans les romans réalistes de George MacDonald, puisqu’il nous explique dans David Elginbrod comment l’homme peut, sans avoir recours à la magie, faire l’expérience de cette étrange association de la jeunesse et de la vieillesse : « I do not think any man is compelled to bid good-bye to his childhood : every man may feel young in the morning, middle-aged in the afternoon, and old at night. A day corresponds to a life, and the portions of the one are “pictures in little” of the seasons of the other. Thus far man may rule even time, and gather up, in perfect being, youth and age at once. »

13Malgré l’impression que pourraient produire ces différents exemples d’enfants ou de personnes âgées hors du commun, George MacDonald n’idéalise pas systématiquement l’enfance ni la vieillesse : on rencontre parfois dans ses textes des enfants cruels et des grand-mères qui n’ont rien de guides spirituels, telle la grand-mère de Nanny dans At the Back of the North Wind qui est « a wicked old granny », ou bien l’arrière-arrière-grand-mère de Rosamond dans « The Wise Woman », qui ne ressemble en rien à celle d’Irène puisque, au lieu de transmettre sa sagesse à la petite-fille, elle ne lui a légué qu’un petit nez insignifiant, signe manifeste de son arrogance. En réalité, cette opposition entre une représentation positive de la jeunesse et de la vieillesse et leur représentation négative met en lumière l’opposition entre ce que les hommes entendent couramment par ces termes et ce que MacDonald considère comme la nature véritable de la jeunesse et de la vieillesse qui est d’essence divine, comme l’arrière-arrière-grand-mère d’Irène le lui explique :

I am very old indeed. It is so silly of people — I don’t mean you, for you are such a tiny, and couldn’t know better — but it is so silly of people to fancy that old age means crookedness and witheredness and feebleness and sticks and spectacles and rheumatism and forgetfulness ! It is so silly ! Old age has nothing whatever to do with all that. The right old age means strength and beauty and mirth and courage and clear eyes and strong painless limbs. (The Princess and the Goblin 86) [mes italiques]

14On pourrait interpréter cette idéalisation de la vieillesse comme un refus d’accepter le vieillissement et la dégénérescence physique qui l’accompagne, mais en fait cette forme même de vieillissement fait partie, aux yeux de MacDonald, du schéma divin et joue un rôle important dans l’évolution spirituelle de l’homme. Les souffrances qu’elle inflige souvent à l’homme sont en réalité le feu purificateur qui le libère de ses vaines passions terrestres ; ce thème ne se retrouve pas seulement dans les sermons de MacDonald mais également dans celui que prêche un de ses personnages dans « The Gifts of the Child Christ » : « Happy the man who shall then be able to believe that old age itself, with its pitiable decays and sad dreams of youth, is the chastening of the Lord, a sure sign of his love and his fatherhood » (1). Par les souffrances qu’elle implique, la vieillesse physique conduit ainsi à la vieillesse idéale, celle qu’incarnent les ancêtres, bonnes fées et autres guides spirituels, celle qui permet à l’homme de redevenir enfant. Dans « The Child in the Midst » (Unspoken Sermons), George MacDonald rejette l’image du Dieu patriarche, du monarque puissant qu’acceptent la plupart des théologiens ; pour lui, au contraire, « God is childlike » c’est pourquoi l’homme doit s’efforcer de préserver cette étincelle de divinité qui est en lui : « childhood is the deepest heart of humanity — its divine heart ».

15Pasteur rejeté par sa congrégation en raison de ses convictions peu orthodoxes, George MacDonald eut recours à la littérature pour continuer à prêcher sa vision du christianisme, que ce soit à travers ses poèmes, ses sermons, ses romans ou ses contes. Si les personnages de MacDonald trouvent souvent la voie de la sagesse dans de vieux livres ou dans de vieilles prophéties, MacDonald n’en était pas moins conscient que la sagesse ancestrale peut devenir lettre morte si nul ne prend soin de lui offrir une seconde jeunesse ; c’est pourquoi Mr Raven accuse Vane de n’être qu’un fossoyeur pour qui les livres sont des objets inanimés, les bibliothèques, des catacombes. Ce phénomène de vieillissement ne touche pas seulement les textes profanes mais également les textes religieux comme le montre la façon dont MacDonald fait allusion aux textes bibliques dans son sermon intitulé « Abba, father ! » : « Then shall the fables of a golden age, which faith invented, and unbelief threw into the past, unfold their essential reality, and the tale of paradise prove itself a truth by becoming a fact ». Considérant que, malgré leur forme vieillie, ces textes contiennent une vérité qui, elle, conserve sa jeunesse éternelle, MacDonald estimait de son devoir de contribuer à mettre en lumière la vérité cachée de ces fables en créant de nouveaux mythes, leur offrant ainsi une nouvelle enveloppe, propre à mettre en valeur leur nature véritable.

16Si les idées que George MacDonald expose dans toutes ses œuvres sont souvent hétérodoxes, la forme de ses romans et poèmes demeure assez conventionnelle, tandis qu’il a su, dans ses textes merveilleux, moderniser les contes de fées traditionnels. Loin de rejeter cet héritage littéraire, il n’hésite pas à établir explicitement des liens de parenté entre ses contes et le répertoire classique. Ainsi, dans At the Back of the North Wind, lorsque Mr Raymond prétend que « Little Daylight », l’histoire qu’il s’apprête à raconter, est un nouveau conte de fées que personne n’a jamais entendu auparavant, le narrateur remarque qu’on y décèle pourtant l’influence de La Belle au bois dormant. Si ses récits empruntent certains éléments des contes traditionnels, MacDonald n’hésite pas, néanmoins, à prendre certaines libertés vis-à-vis de ses sources, proposant des contes de fées sans fées, ayant plus souvent recours au nonsense qu’à la magie, mais surtout, se moquant des préjugés que ses contemporains avaient en commun avec ces contes traditionnels, notamment concernant la répartition des rôles entre les hommes et les femmes. C’est ainsi que dans « Photogen and Nycteris » l’héroïne doit rassurer le héros qui a peur du noir. Quant à La Belle au Bois Dormant, ce n’est pas seulement dans « Little Daylight » mais également dans « The Light Princess » qu’on peut y trouver une allusion, mais cette fois, le prince, au lieu d’embrasser la princesse endormie, est réduit à une passivité absolue parce que son corps est prisonnier d’un trou au fond du lac et c’est lui qui doit alors demander à la princesse de l’embrasser.

17Qu’il s’attaque au double standard, aux conventions sociales ou à notre perception de l’enfance et du vieillissement, le but de George MacDonald est toujours le même : déstabiliser son lecteur afin de le libérer de ses préjugés et de lui permettre d’adopter une nouvelle vision du monde. Si le lecteur adulte doit s’efforcer de lire ces contes avec un regard d’enfant, c’est parce que ces derniers ont, selon MacDonald, la capacité d’accepter qu’il n’existe pas nécessairement une solution unique et inaltérable. Afin que son lecteur adopte cette attitude enfantine face à ses textes, George MacDonald l’oblige sans cesse à remettre en question ses idées préconçues et refuse parfois de conclure son récit de façon définitive. Ainsi, le narrateur de « The Wise Woman » laisse au lecteur le soin de trouver par lui-même les clefs de cette histoire et l’assure qu’aucune histoire n’est jamais véritablement finie ; il insiste même sur le fait qu’il en a déjà trop dit pour le bien des lecteurs qui sont malheureusement dépourvus d’imagination. Si MacDonald dénonce le culte de Mammon dans Lilith, il est une autre forme d’avidité qui lui paraît nocive à l’évolution spirituelle de l’homme : le règne absolu de la raison et la quête du savoir, lorsque celle-ci s’exerce au détriment de l’imagination.

18En proposant à son public des pistes de lecture plutôt que de lui imposer un système de pensée clairement défini, en préférant l’esquisse à l’aboutissement, George MacDonald refuse d’inscrire ses idées dans une pérennité immuable car, à ses yeux, seule la rigidité des systèmes qui cherchent à résister au temps qui passe est mortifère. Non content de moderniser le conte de fées, il implique donc son lecteur dans le processus créatif, afin que celui-ci soit sans cesse renouvelé, et c’est grâce à cette évolution permanente que les œuvres littéraires, comme les être humains, ont le pouvoir de se régénérer : « Let fairy tale of mine go for a firefly that now flashes, now is dark, but may flash again ». (CFT 10)

Haut de page

Bibliographie

MacDonald, George. The Complete Fairy Tales. Ed. U. C. Knoepflmacher. Harmonsworth : Penguin Classics, 1999. (C.F.T.)

MacDonald, George. The Gifts of the Child Christ and Other Stories and Fairy Tales. Ed. Glenn Edward Sadler. Grand Rapids and Cambridge : William B. Eerdmans Publishing, 1973.

MacDonald, George. The Princess and the Goblin. The Princess and Curdie. Ed. Roderick McGillis. Oxford World’s Classics. Oxford : OUP, 1990.

Hein, Roland. The Harmony Within. Grand Rapids, MI : W. B. Eerdmans, 1982.

Knoepflmacher, U. C. Ventures into Childland : Victorians, Fairy Tales, and Femininity. Chicago : U of Chicago P, 1998.

McGillis, ed. For the Childlike : George MacDonald Fantasies for Children. Metuchen : Scarecrow Press, 1992.

Robb, David S. George MacDonald. Edinburgh : Scottish Academic Press, 1987.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamine Toussaint-Thiriet, « « For the Childlike is the Divine » : la quête de la jeunesse éternelle dans les contes et romances de George MacDonald »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 63 Printemps | 2006, mis en ligne le 17 avril 2023, consulté le 16 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cve/13430 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.13430

Haut de page

Auteur

Benjamine Toussaint-Thiriet

Benjamine Toussaint-Thiriet agrégée d’anglais, est chargée de cours en littérature écossaise à l’université Paris IV-Sorbonne. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée « Religion et humanisme dans l’œuvre d’Elizabeth Gaskell et de George Eliot ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search