Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63 PrintempsXLVe Congrès de la S.A.E.S., à l'...Les images d’enfermement dans Joh...

XLVe Congrès de la S.A.E.S., à l'université de Toulouse Le-Mirail (13-15 mai 2005) « Texte(s), contexte(s), hors-texte(s) »

Les images d’enfermement dans John Marchmonts Legacy de Mary Elizabeth Braddon

Images of Imprisonment in Mary Elizabeth Braddon’s John Marchmont’s Legacy
Marion Charret-Del Bove

Résumé

Mary Elizabeth Braddon’s novel John Marchmont’s Legacy was serialized in Temple Bar from December 1862 to January 1864. I am principally interested here in presenting the frequently used images of imprisonment, physical as well as social. Indeed this text allows Miss Braddon to throw light on the position of middle-class Victorian women in a patriarchal and particularly oppressive world. If, in this story, the reader can see an attempt at refusing or revolting against a paradoxical ideological discourse, Miss Braddon eventually aimed at opening women’s world by subverting traditional roles and making male protagonists experience female suffering and boredom. Intertextuality is also a powerful way of opening the text on others such as Tennyson’s ‘Mariana’ or Charlotte Brontë’s Jane Eyre and voicing a growing feeling of dissatisfaction against an imposed and inappropriate role for women.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En effet, Paul s’arrange pour faire croire à Mary que Edward est mort dans un accident de chemin de (...)

1L’enfermement peut se définir comme l’acte de placer ou de maintenir quelqu’un contre son gré dans un lieu dont toute sortie est impossible, ce qui pourrait résumer l’action de John Marchmont’s Legacy de Mary Elizabeth Braddon. Publié en roman-feuilleton de décembre 1862 à janvier 1864 dans la revue Temple Bar, il raconte une histoire de séquestration, dans la tradition du roman gothique, où l’héroïne, Mary Marchmont, devenue une riche héritière à la mort de son père John, est retenue prisonnière par son cousin, Paul Marchmont, ce dernier voulant la faire passer pour morte afin de s’emparer de sa fortune. Paradoxalement, cette thématique de la séquestration n’apparaît qu’en toute fin de récit lorsque Mary, enfin libérée, raconte son histoire à son mari, Edward Arundel : comment elle a été tout d’abord enfermée à Marchmont Towers, puis dans un pavillon près de la rivière, et enfin dans une vieille ferme. Mais aucune volonté de s’échapper ne semble se manifester chez elle car, comme elle l’explique à Edward, et au lecteur par la même occasion, quelle serait la finalité d’une telle attitude ? Quelles seraient les perspectives pour une femme seule, veuve1 et ayant la charge d’un enfant ? Ainsi, les figures de l’enfermement prennent dans ce roman une dimension supplémentaire. Il ne s’agit plus seulement d’emprisonnement physique, mais d’enfermement dans un carcan psychologique et social, puisque à l’époque victorienne, les femmes étaient confinées dans les rôles de fille, d’épouse, et de mère. C’est sur cet enfermement social, que l’on peut considérer comme une sorte de contexte au roman étudié ici, que Mary Elizabeth Braddon souhaite sensibiliser son lecteur en soulignant le paradoxe sur lequel est fondée, à ses yeux, la condition féminine de son époque : les femmes, à l’instar d’un joyau gardé dans un coffre-fort, sont enfermées dans la sphère privée afin d’y être protégées. Ce roman met également en lumière les tentatives de refus et de révolte face à cet enfermement physique et social. Finalement l’amélioration du sort de la femme victorienne n’implique t-elle pas d’abord une salutaire évolution de la sensibilité du lecteur à la description d’une vie présentée comme un véritable emprisonnement, due principalement à une absence totale de perspectives et d’ouvertures ?

  • 2 « the flat surrounding swamps, within whose narrow boundary Olivia Marchmont had lived from infancy (...)
  • 3 Edward, pensant que sa première épouse Mary est morte, demande à Belinda Lawford, une amie de sa sœ (...)
  • 4 « No, I have never been there. It is five-and-twenty miles from here. » (120).

2Les personnages féminins sont tout d’abord enfermés dans un espace géographique restreint. Le village de Swampington où se déroule une partie de l’action, porte un nom très révélateur, Swamp-Town, la ville des marais. C’est donc un espace marécageux, un « trou » comme le qualifie Edward (25) une sorte de cuvette (au sens géographique) où l’on s’enlise et d’où il semble impossible de sortir. C’est là que vit Olivia Arundel depuis l’enfance2. Le vocabulaire employé (within... narrow boundary) transforme des limites naturelles comme le marais en une barrière infranchissable. Un espace qui était à l’origine à ciel ouvert devient une figure d’enfermement car c’est un lieu clos. Certains personnages féminins riches, certes, voyagent : Mrs Arundel et sa fille se trouvent en Allemagne lorsque Edward épouse Mary. Belinda Lawford passe un an en Belgique avec son père, mais elle n’est pas toute seule et ce séjour n’est qu’un moyen comme un autre d’échapper à l’embarras de sa situation après l’interruption soudaine de la cérémonie de mariage avec Edward Arundel3. Hormis ces quelques exceptions, contrairement aux figures masculines qui prennent fréquemment le train, les protagonistes féminins se déplacent peu, rarement seuls, et dans un périmètre restreint. L’action de John Marchmont’s Legacy est centrée sur la propriété de Marchmont Towers et ses alentours (les villages de Swampington/Kemberling à 12 miles de là, soit environ 19 kilomètres). Olivia Arundel Marchmont, par exemple, se déplace peu, et lorsque Paul lui demande si elle connaît Stanfield, petite ville où demeurait Laviana Weston, la sœur de Paul, Olivia fait une réponse négative4, comme si une distance de 40 kilomètres représentait un obstacle infranchissable pour elle. Olivia Arundel habite tout d’abord chez son père, Hubert Arundel, au presbytère ; ensuite lorsqu’elle épouse John, elle part à Marchmont Towers en tant qu’épouse, puis veuve, pour finalement retourner à Swampington en fin de récit. Son parcours est donc circulaire, symbole supplémentaire d’enfermement.

  • 5 « She acted in the spirit of a prisoner, who is glad to exchange his old dungeon for a new one. » ( (...)

3Les lieux d’habitation sont aussi des figures d’enfermement, puisque ce sont des espaces clos où les personnages féminins suffoquent. Ainsi, Olivia doit quotidiennement rendre visite aux pauvres de la paroisse dans des maisons qui sont peu aérées, (« stifling » ou « airless »). Le presbytère de Swampington est « hot and stifling » (73) tout comme l’atmosphère de Marchmont Towers décrite comme « sultry and oppressive », « hot and oppressive to its living inmates » (108), avec le terme de « inmates » qui fait du manoir une prison (« a prison-house ») et de ses habitantes des prisonnières essayant de s’échapper comme Mary, « like some escaped prisoner » (166). D’ailleurs, ce lieu a tous les attributs du château gothique où l’on séquestre l’héroïne : des grilles fermées la nuit, un chien de garde, des murs d’enceinte (« encircling walls », 266). Ainsi la thématique de l’emprisonnement est récurrente comme en témoignent les adjectifs, les verbes et les noms employés : « narrow » (68-84-135) est très fréquent tout comme « boundary », « fetters » ou « bonds ». Du verbe actif « to bound », le narrateur passe à des formules plus passives telles que « to be bound » (68-92), « to be shut in » (68-84), « circumscribed » (84), « prisoner » (64, 301, 327), « captive » (64). Olivia se compare même à une prisonnière de la Bastille et, en se mariant, elle tente d’échapper à une vie morose ; mais elle retombe inexorablement dans une nouvelle prison5. Elle est même ironiquement comparée à des femmes célèbres qui ont permis à leur époux de s’échapper de prison (Lady Nithsdale ou encore Madame de la Valette). Mais pour elle, aucune issue n’est possible dans cette prison placée sous le signe du devoir, car c’est l’expression « doing her duty », répétée un nombre incalculable de fois, qui évoque cette notion de devoir à accomplir :

Doing her duty day by day... did her duty... had done her duty... day after day, doing her duty... doing her duty for ever and ever... tried to do her duty... her long life of duty... it’s my duty to obey him... I will try and do my duty... I have done my duty. (66, 69, 71, 76, 87, 101, 131)

4Ici c’est l’allitération en « d » qui renforce cette impression d’enfermement de manière quasi phonique. Par cet effet stylistique, le narrateur semble conjuguer ce devoir à tous les temps, comme si le personnage était enfermé dans un rôle social inexorable. Et c’est à ce stade que nous retrouvons le second aspect de l’enfermement, non plus simplement dans une réalité géographique ; mais dans un cadre psychologique et social contraignant : le rôle traditionnellement assigné aux femmes victoriennes des classes moyennes en général, mais dont Olivia pourrait être une des représentantes, rôle vertueux de sacrifice et de dévotion. Le narrateur prend soin de rapporter au lecteur les pensées et les sentiments des paroissiens au sujet d’Olivia, l’enfermant une fois de plus dans ce carcan social, cette sorte de carapace froide et austère (« rigid » est l’adjectif qui revient le plus souvent dans la description physique du personnage), façade derrière laquelle se cache une nature passionnée. Ainsi Olivia est enfermée dans une image de froideur et d’indifférence ; elle apparaît comme une créature énigmatique, un peu comme sa femme de chambre Barbara Simmons, qu’Edward compare à « a blank stone wall ». Derrière cette apparence, il est difficile de deviner les sentiments réels ou les émotions de ces femmes et pourtant ce roman est marqué par une tentative de rejeter cet enfermement.

  • 6 « She had genius, resolution, an indomitable courage, an iron will, perseverance, self-denial, temp (...)
  • 7 On retrouve la même thématique dans Françoise Basch, « L’idéal féminin contemporain est celui de l’ (...)

5L’évocation de cette réaction contre ce qui constituait alors la norme, permet à Mary Elizabeth Braddon de montrer le contexte social contemporain sous un nouvel angle, bien plus critique et subversif qu’il n’y paraît, c’est-à-dire comme une véritable mise à mort pour des femmes hors du commun telles que Olivia Marchmont. On peut alors parler d’enfermement mortifère. Le narrateur revient fréquemment sur les « superior virtues » (70) de cette dernière, ses connaissances en latin, en grec et en mathématiques. C’est elle qui se charge personnellement de l’éducation de sa belle-fille et, selon le narrateur, ses capacités intellectuelles bien supérieures à la normale lui auraient permis de mener une révolution ou de sauver un état décadent. Elle semble posséder tous les attributs d’un être exceptionnel6 ; or dans cette énumération, les qualités féminines traditionnelles (abnégation, chasteté) semblent reléguées au second plan derrière des traits de caractères très masculins (courage, volonté). Tout sentiment maternel est d’ailleurs étranger à Olivia qui souffre d’être enfermée dans le rôle insignifiant et limité d’une femme seule et sans amour ; elle dont le nom de famille (Arundel) évoque une lignée de personnages influents, aurait dû être un grand homme (356), un conquérant (102) ; pourtant, elle se retrouve esclave (« slave » est utilisé à plusieurs reprises) montrant clairement que cet enfermement est vécu comme un esclavage, mais aussi comme une mutilation, un rabaissement, voire un gâchis : « all those noble qualities which had been dwarfed and crippled in a narrow sphere... her powerful mind wasted and shrivelled for want of worthy employment » (88, 1357). Si Olivia se révolte contre sa situation, c’est principalement à cause de cette absence totale de perspectives ou d’ouvertures pour les femmes de son rang, absence symboliquement évoquée par le paysage de plaine (l’adjectif « flat » domine) où se déroule principalement l’action du roman (le comté de Lincolnshire et le village de Swampington). Une autre caractéristique de cet enfermement mortifère apparaît lorsque les personnages féminins regardent par la fenêtre ; l’horizon est très fréquemment occulté par la pluie, le brouillard ou l’obscurité comme si ces éléments atmosphériques représentaient la partie visible d’une interdiction sociale moins visible (mais bien réelle) qui interdisait à l’époque l’accès des femmes à de nombreuses carrières (dans les domaines de la médecine ou du droit), même si ces dernières en avaient les capacités physiques, morales et intellectuelles. À cet égard, il suffit de rappeler le combat de Florence Nightingale pour faire accepter à sa famille sa décision de devenir infirmière.

  • 8 « ...how carefully you have been secluded from all society, and sheltered from every influence, les (...)
  • 9 Françoise Basch rappelle qu’en se mariant, l’épouse perd toute existence légale propre, tout recour (...)

6Ce que Mary Elizabeth Braddon réussit à montrer ici c’est la manière dont cet enfermement, conséquence d’une absence de perspectives professionnelles, conduit à une forme de folie : Olivia, n’ayant aucun exutoire pour ses capacités intellectuelles et son énergie, concentre ses forces sur sa passion impossible pour son cousin Edward. Ainsi, de l’enfermement, l’on glisse inéluctablement vers l’auto-enfermement. Cette attitude de repli sur soi est récurrente dans le roman : Mary et Olivia, (belle-fille et belle-mère) ont le même comportement face au chagrin ou à un choc émotionnel. Mary, à la mort de son père, reste dans sa chambre, évite toute compagnie et ne mange quasiment plus. Olivia, quant à elle, pourrait être qualifiée de « créature de l’auto-enfermement ». Le verbe qui revient le plus souvent à son sujet est « shut herself » (327-404) : lorsqu’elle surprend la conversation amoureuse entre Edward et Mary, elle s’enferme dans sa chambre, tout comme elle se mure dans le silence et remet ses habits de deuil après la fuite de Mary et sa disparition. Le narrateur fait même remarquer que si elle avait été catholique, elle serait allée s’enfermer dans un couvent, lieu par excellence d’un enfermement volontaire mais aussi sorte de refuge. Du reste, c’est cette image du couvent qui permet de montrer comment l’attitude d’auto-enfermement est en fait une stratégie de protection pour les personnages féminins : si elles se murent dans le silence, ce n’est ni plus ni moins que pour se protéger ou pour préserver leurs secrets. Le schéma narratif du roman montre au lecteur que c’est la connaissance des secrets qui constitue un outil d’enfermement ; ainsi Paul Marchmont en extorquant la vérité à Olivia (à propos de ses sentiments pour son cousin Edward et de sa haine pour sa belle-fille Mary), fait d’elle son instrument, sa prisonnière, voire son esclave. De même, l’enfermement, qu’il soit volontaire ou passif, est justifié par tous au nom de la protection des femmes. Si Olivia ferme volontairement les portes de Marchmont Towers à tous après la mort de John, c’est pour se consacrer entièrement à ce qu’elle considère comme son devoir vis-à-vis de Mary, à savoir la protection et l’éducation de la jeune fille8. C’est par l’utilisation conjointe des termes « secluded » et « sheltered » (enfermement/emprisonnement ou enfermement/protection) que Mary Elizabeth Braddon éclaire le contexte du milieu du xixe siècle en Angleterre en insistant sur le paradoxe central caractérisant la situation de la femme victorienne : c’est dans le but de la protéger qu’elle est enfermée. L’idéologie dominante plaçait la femme au centre de la sphère privée ; elle était donc la gardienne du foyer, refuge qui lui garantissait la protection mais la privait de tout pouvoir9 et de toute liberté (de pensée ou de mouvement) au nom même de cette protection. Si l’on observe attentivement les titres des chapitres du premier volume, on remarquera que le chapitre VII, intitulé « Olivia », y occupe une position centrale, révélant là encore le paradoxe idéologique de l’époque : Olivia est placée au centre du récit tout comme elle est placée sur un piédestal, louée de tous pour ses qualités de dévotion et de sacrifice. Mais cette place centrale n’est en fait que le symbole narratif de l’enfermement social dont elle est victime.

7Un autre paradoxe lié au double sens de l’enfermement est illustré par le fait que les femmes sont placées au centre du foyer, centre qui n’est qu’un vide, car en étant protégées de la sorte, elles sont condamnées à une vie insignifiante, et cet emprisonnement aboutit même parfois à une mise à l’écart, à une exclusion totale. Olivia, en voulant tellement se conformer aux idéaux d’abnégation et d’obéissance, fait peur aux autres (à Mary lors de leur première rencontre) ; elle fait fuir les prétendants et se retrouve « utterly isolated, utterly forgotten » (92). Cet enfermement prend même des allures d’internement lorsque certaines femmes tentent d’échapper à leur prison. Ainsi Olivia annonce à Paul qu’elle va empêcher le second mariage d’Edward en révélant toute la vérité ; Paul la menace alors de la placer dans « a padded room » (407) terme désignant implicitement les asiles d’aliénés, révélant ainsi la vraie nature de l’enfermement victorien. Finalement, ce n’est pas tant la protection de la femme qui importe que celle de la société patriarcale dont les intérêts seraient menacés par une libération féminine. Or dans le roman cette tentative d’enfermer la femme et ses secrets est mise en échec : Paul ne peut retenir Olivia qui brise les vitres des portes-fenêtres pour aller chercher sa belle-fille et révéler la vérité, geste symbolique qui semble indiquer qu’une certaine libération, une certaine ouverture sont entrevues.

8Une des stratégies utilisées par Mary Elizabeth Braddon pour tenter d’ouvrir la condition féminine sur l’extérieur est l’inversion des rôles. C’est-à-dire que dans ses récits, dans John Marchmont’s Legacy en particulier, elle fait vivre à des personnages masculins l’expérience de l’enfermement traditionnellement réservée aux figures féminines. Ceux-ci se retrouvent dans des situations d’infériorité, d’impuissance, permettant une ouverture de la condition féminine vers l’autre sexe, celui qui d’habitude impose cet enfermement. Plusieurs exemples peuvent illustrer cette inversion subversive des rôles : Edward Arundel, à la suite d’une collision ferroviaire, doit garder le lit et se retrouve « a helpless prisoner... holding him prisoner there for three dreary days » (281-282). Il partage ainsi cette situation d’infériorité et d’enfermement physique à laquelle les femmes de la classe moyenne étaient alors condamnées en vue de leur protection. Encore plus révélateur est le sacrifice que fait Edward de sa brillante carrière militaire pour venger sa femme perdue et qui lui fait une fois encore partager l’expérience d’une vie monotone qui n’apporte aucune satisfaction personnelle. Le lecteur ne peut que constater la similitude entre Edward et Olivia, tous deux qualifiés de « prisoner » (312-316), tous deux emprisonnés pour accomplir leur devoir envers Mary (même si ce n’est pas exactement pour les mêmes raisons), pour qui ils refusent de s’ouvrir aux autres (« shut yourself » est aussi bien employé pour Edward que pour Olivia). Cette expérience partagée des affres et des souffrances d’un enfermement quotidien inverse les rôles traditionnels et brouille les frontières entre hommes et femmes, ouvrant ainsi l’univers des unes à la connaissance des autres. Comble de l’ironie en fin de récit : Paul Marchmont, celui qui a séquestré Mary et enfermé Olivia dans le secret et le péché, s’enferme lui aussi dans Marchmont Towers pour y mettre le feu et y meurt asphyxié, démontrant là encore que ce qui permet l’ouverture chez Miss Braddon, c’est l’expérience partagée de l’enfermement, un partage entre les personnages, tout comme un partage avec d’autres œuvres, une ouverture vers un hors-texte.

9Même si le roman, ainsi que nous venons de le voir, est marqué par des figures d’enfermement, il fonctionne (ou tente de fonctionner) sur le mode de l’ouverture vers le hors-texte, le rappel d’autres œuvres, la plus frappante étant le poème « Mariana » de Tennyson. Il faut d’abord préciser que cette référence au poème que l’on trouve dans le titre du chapitre 8, Vol I n’est apparue que lors de la publication du roman en trois volumes. De « temptation » qui était le titre initial lors de la publication en roman-feuilleton, Miss Braddon est passé à « my life is cold, and dark, and dreary », ouvrant ainsi ce roman à la poésie et au poème « Mariana » dont le refrain est le suivant :

  • 10 Tennyson, In Memoriam, Maud and other poems.

... is dreary,/he cometh not, she said ;/She said, I am aweary, aweary,/I would that I were dead10 !

  • 11 Terme employé par Lynn Pykett : « the sensation novel is a fictional mediation of the heightened aw (...)

10Mariana est une femme abandonnée par son amant, attendant passivement son retour dans « a moated grange », terme d’autant plus intéressant qu’il est employé pour désigner Marchmont Towers et le pavillon où était enfermée Mary. Même si l’on ne peut pas assimiler Mariana et Olivia, les rapprochements sont nombreux : les sonorités voisines des prénoms, les paroles prononcées, la même souffrance face à la vie, le même souhait de mourir. En fait ce qui importe ici c’est l’ouverture du texte de John Marchmont’s Legacy sur d’autres textes, permettant le rapprochement de plusieurs voix, une prise de conscience11 que cette solitude et cette lassitude ne sont pas des cas isolés mais des expériences partagées par de nombreuses femmes de l’époque. Cependant, il est utile de souligner que l’auteur de ce poème est un homme dont les poèmes décrivent des personnages féminins très souvent passifs. Ce hors-texte est-il alors vraiment une ouverture ? Et c’est pour cela que je vois dans John Marchmont’s Legacy un autre mouvement de libération vers un hors-texte différent, Jane Eyre de Charlotte Brontë dans ce passage déjà si souvent cité :

  • 12 Jane Eyre (96).

Women are supposed to be very calm generally : but women feel just as men feel ; they need exercise for their faculties and a field for their efforts as much as their brothers do ; they suffer from too rigid a constraint, too absolute a stagnation, precisely as men would suffer12...

  • 13 Lynn Pykett remarque d’ailleurs que l’intérêt du sensation novel réside dans « the various ways in (...)

11On retrouve dans cette citation des idées déjà énoncées : les femmes aux grandes facultés intellectuelles souffrent comme les hommes de leur situation d’enfermement. En reprenant cette thématique, Miss Braddon souligne cette souffrance13 et donne la parole à des voix si souvent muettes et étouffées.

12C’est pour cela que je finirai ma présentation par l’idée d’une ouverture vers le lecteur. Ce dernier est tout d’abord le témoin du décalage qui existe entre, d’une part, la façade extérieure qui emprisonne Olivia et, d’autre part, la réalité de ses sentiments, c’est-à-dire sa souffrance quotidienne, son insatisfaction et ses désirs de révolte (un peu comme ceux de Jane Eyre). Par le biais de la focalisation interne, c’est-à-dire par un accès direct aux pensées de cette femme, (son combat intérieur pour dominer sa passion et faire son devoir), Olivia ne reste pas une énigme pour le lecteur. Le roman peut alors se lire comme une ouverture vers ce dernier en énonçant des sentiments jusque là occultés mais vraisemblablement partagés par bon nombre de lectrices à une époque marquée par un mécontentement grandissant des femmes envers une condition inférieure imposée par une société patriarcale conservatrice.

Haut de page

Bibliographie

Basch, Françoise. Les Femmes Victoriennes : roman et Société (1837-1867). Paris : Payot, 1979.

Braddon, Mary Elizabeth. John Marchmont’s Legacy. Ed. Toru Sasaki and Norman Page. The World’s Classics. Oxford : OUP, 1999.

Brontë Charlotte. Jane Eyre. Ed. Richard J. Dunn. New York and London : Norton, 1987.

Pykett, Lynn. « The Improper Feminine » : The Women’s Sensation novel and the New Woman Writing. London : Routledge, 1992.

Tennyson, Alfred. In Memoriam, Maud and other poems. Ed. John D. Jump. London : Everyman, reprinted 1996.

Haut de page

Notes

1 En effet, Paul s’arrange pour faire croire à Mary que Edward est mort dans un accident de chemin de fer.

2 « the flat surrounding swamps, within whose narrow boundary Olivia Marchmont had lived from infancy to womanhood » (JML 68.)

3 Edward, pensant que sa première épouse Mary est morte, demande à Belinda Lawford, une amie de sa sœur, de l’épouser. Mais Olivia Marchmont, cousine d’Edward et belle-mère de Mary, interrompt le mariage qui serait une bigamie, car Mary n’est pas morte.

4 « No, I have never been there. It is five-and-twenty miles from here. » (120).

5 « She acted in the spirit of a prisoner, who is glad to exchange his old dungeon for a new one. » (85).

6 « She had genius, resolution, an indomitable courage, an iron will, perseverance, self-denial, temperance, chastity » (117).

7 On retrouve la même thématique dans Françoise Basch, « L’idéal féminin contemporain est celui de l’Épouse et de la Mère. Or la condition de celle-ci dans la société est dépendance, humiliation, voire même esclavage » (76).

8 « ...how carefully you have been secluded from all society, and sheltered from every influence, lest harm and danger should come to you » (161).

9 Françoise Basch rappelle qu’en se mariant, l’épouse perd toute existence légale propre, tout recours pour défendre ses droits contre son mari ou contre toute autre personne (38).

10 Tennyson, In Memoriam, Maud and other poems.

11 Terme employé par Lynn Pykett : « the sensation novel is a fictional mediation of the heightened awareness of the anomalies in women’s legal status, especially within marriage » (55).

12 Jane Eyre (96).

13 Lynn Pykett remarque d’ailleurs que l’intérêt du sensation novel réside dans « the various ways in which different sensation novels produce, reproduce and resolve the injuries of women,... female suffering » (60).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Charret-Del Bove, « Les images d’enfermement dans John Marchmonts Legacy de Mary Elizabeth Braddon »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 63 Printemps | 2006, mis en ligne le 01 juin 2023, consulté le 16 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cve/13534 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.13534

Haut de page

Auteur

Marion Charret-Del Bove

Marion Charret-Del Bove Prag d’anglais à l’université Jean Moulin Lyon 3, faculté de droit, depuis septembre 2000. Doctorante depuis septembre 2001 sur le sujet : La Stratégie du flou dans l’œuvre de Mary Elizabeth Braddon. Contribution à l’ouvrage Companion to the British Short Story and Short Fiction sous la direction de Andrew Maunder, University of Hertfordshire à propos d’une nouvelle écrite par Mary Elizabeth Braddon et publiée en 1867, Eveline’s Visitant : a Ghost Story. Communication au Congrès de la SAES de Toulouse en mai 2005 dans le cadre de l’atelier d’Études Victoriennes et Édouardiennes (SFEVE) : les figures d’enfermement dans John Marchmont’s Legacy de Mary Elizabeth Braddon. Domaines de recherche : Mary Elizabeth Braddon, sensation novels and Ghost Stories

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search