Navigation – Plan du site

AccueilNuméros98 AutomneRecensionsAnne-Florence Quaireau, Le Fémini...

Recensions

Anne-Florence Quaireau, Le Féminin en partage, Le voyage d’Anna Jameson au Canada (1836-1837)

Paris, Sorbonne Université Presses, 2022, 403 p.
Laure Blanchemain Faucon
Référence(s) :

Anne-Florence Quaireau, Le Féminin en partage, Le voyage d’Anna Jameson au Canada (1836-1837). Paris, Sorbonne Université Presses, 2022, 403 p.

Texte intégral

1Comme le rappelle Robert Sayre dans la préface, la monographie d’Anne-Florence Quaireau s’inscrit dans le mouvement récent de réhabilitation des ouvrages de voyageuses, avec le regain d’intérêt pour la littérature de voyage en Angleterre et aux États-Unis et, de manière plus timide, en France, comme l’atteste le développement de la société d’étude de la littérature de voyage du monde anglophone (Selva), au sein de laquelle Anne-Florence Quaireau est particulièrement active. Cet ouvrage cherche donc à apporter un nouvel éclairage sur le récit de voyage féminin et à le remettre sur le devant de la scène. En effet, Winter Studies and Summer Rambles in Canada (1838) d’Anna Brownell Jameson, qui connut pourtant un franc succès lorsqu’il fut publié, était par la suite tombé dans l’oubli.

2Anne-Florence Quaireau vise avant tout, comme elle l’écrit en conclusion, à « redonner à ce récit négligé, ou traité comme simple document, sa place d’objet littéraire » (363). C’est là, effectivement, que réside la force principale de cette étude, qui prend toute son ampleur dans la subtilité de l’analyse littéraire. Tout au long de l’ouvrage, l’accent est mis sur la constante mise en scène des faits et de l’auteure elle-même dans sa quête d’identité, soulignant ainsi la distance avec le réel, marquée par l’influence de nombreux genres littéraires et concepts esthétiques.

3Le titre, Le Féminin en partage : Le voyage d’Anna Jameson au Canada (1836-1837) révèle déjà tous les enjeux de cette entreprise. La théorie de Rancière selon laquelle la littérature reconfigure le réel en influant sur le partage du sensible y est mise au service d’une approche féministe. Il s’agit de souligner la dimension politique de l’œuvre de Jameson, et plus particulièrement son impact sur les lectrices, invitées à redéfinir leur identité, tout comme l’auteure. Cette approche se justifie d’autant plus que Jameson, comme Anne-Florence Quaireau le rappelle, écrivit plus tard dans sa vie des articles et discours plus explicitement féministes, tel « ‘Woman’s Mission’ and Woman’s Position » (1843). Si l’objectif annoncé est de faire apparaître « la mise en intrigue de [l’]identité [de Jameson] au service de ses réflexions sur la situation des femmes » (363), alors cette monographie est une belle réussite car c’est bien ce qui transparaît dans les nombreuses micro-lectures.

4La première partie souligne la valeur initiatique et symbolique du récit, rendue plus perceptible par sa structure en deux parties et par le titre Winter Studies and Summer Rambles in Canada, qui évoque le passage de la stase à l’action, de l’immobilité au vagabondage. L’évolution de l’auteure implique une redéfinition du rôle de la femme qui est affirmée à travers la réappropriation de genres littéraires masculins tels que le Bildungsroman (et plus particulièrement aussi le Künstlerroman), le récit d’aventures et le récit d’exploration. L’étude vise à dévoiler tous les enjeux que comporte l’écriture d’un récit de voyage pour un auteur féminin mais aussi à revaloriser un texte critiqué pour son manque d’unité, ses digressions. Comprenant de nombreuses notes de lectures et études littéraires, il est vrai que l’œuvre de Jameson reste hybride, le texte vagabonde. Ce qu’Anne-Florence Quaireau parvient à mettre en exergue, c’est le fil directeur qui sous-tend l’ensemble du récit : la réflexion sur la condition féminine. Les études de personnages littéraires féminins et la mise-en-scène du voyage de Jameson relèvent de la même dynamique : il s’agit d’une redéfinition identitaire visant à fournir un nouveau modèle aux lectrices de l’ouvrage. La « performativité autobiographique », pour reprendre les termes de Sidonie Smith, est ainsi mise au service de la cause des femmes.

5La deuxième partie aborde avant tout la question de l’affirmation de l’autorité de Jameson à travers le voyage ainsi qu’à travers le récit, qui l’amène paradoxalement à endosser une approche impérialiste aux dépens des Indiens et même des Irlandais, devenus personnages de théâtre. Anne-Florence Quaireau saisit avec subtilité toute l’ambiguïté du discours de l’auteure, qui oscille entre tradition littéraire féminine (influence du récit de captivité et des exploratrices sociales plutôt que du récit héroïque masculin) et tradition masculine, avec la réécriture au féminin de l’histoire d’Alexander Henry, mais aussi entre discours colonialiste et velléité d’indigénisation. De même, alors qu’Anna Jameson semble placer les femmes anichinabées au cœur de son récit avec la famille Johnston, sa relation avec elles reste paradoxale, « entre amitié et domination » (260). Une fois encore, tout s’explique par la mise en scène opérée par l’auteure. Le discours sur les Indiens, comme celui sur les Irlandais, vise avant tout à asseoir son autorité en tant que proto-ethnographe. L’insistance sur le nom indien qui lui a été donné participe également de cette logique, légitimant son pouvoir en dehors de toute relation avec son époux. L’indigénisation n’est qu’un « jeu littéraire » (264) qui lui permet de réécrire la rencontre avec l’indien au féminin. L’autorité acquise par le biais du traitement ethnographique des Indiens sert de point d’ancrage pour critiquer la situation de la femme en Grande Bretagne.

6La troisième partie s’intéresse à la représentation du Canada, dont les paysages sont décrits selon les codes esthétiques européens (le beau et le sublime, théorisés par Edmund Burke, et le pittoresque, défini par William Gilpin). L’influence des récits de voyages et de l’éducation des femmes est ici indéniable. Il est vrai que le dessin, qui faisait partie des accomplishments, était au cœur de l’éducation des femmes depuis le xviiie siècle, qui avait également vu la montée de la mode du pittoresque. N’oublions pas que cette éducation esthétique avait un impact considérable sur les pratiques des voyageurs des classes sociales supérieures, notamment avec le Grand Tour. Ce qui intéresse surtout Anne-Florence Quaireau, c’est la manière dont le paysage canadien est ainsi rendu plus familier. La transformation du paysage canadien en art opère une « colonisation matérielle de l’espace » (283). Cependant, la résistance du paysage canadien à la projection traditionnelle des catégories esthétiques empêche une réelle domination et au final, on assiste plutôt à une métamorphose. L’un des aspects de cette métamorphose, selon Anne-Florence Quaireau, est la fusion du beau et du sublime qui permet de remettre en cause la supériorité masculine du sublime. Si l’on pourrait arguer que cette opposition était déjà dépassée dans le pittoresque, dont l’influence manifeste pourrait à elle seule expliquer cette fusion, l’analyse qui est faite de la description des chutes du Niagara est particulièrement éclairante. La transformation d’un symbole traditionnellement vu comme phallique en un symbole sexuel féminin, qui se double d’une préférence pour le beau, plutôt que le sublime, semble bien révéler la volonté de réaffirmer une certaine féminité à travers l’esthétisation de ce paysage. Le Canada devient dans le texte de Jameson le lieu de tous les possibles : pour les Irlandais, exemples d’émigration réussie, mais aussi et avant tout pour les femmes.

7L’approche d’Anne-Florence Quaireau est avant tout féministe, mettant l’accent sur les stratégies d’indirection, mode d’écriture prédominant chez les femmes aux xviiie et xixe siècles. Là où Frances Burney ou Jane Austen ont recours à l’ironie, Jameson, quant à elle, passe par le récit de voyage et la description de l’altérité pour remettre en cause par comparaison plus ou moins implicite les mœurs et lois sources de maux pour les femmes. Cette étude s’inscrit également dans la lignée des analyses de Gilbert et Gubar (264) portant un intérêt particulier pour la réécriture révisionniste de genres et de motifs littéraires au féminin. Enfin, l’angle adopté est également résolument féministe de par la mise en exergue de la communauté de femmes qui se construit autour de l’écriture de l’ouvrage de Jameson, en commençant par l’adresse dans la préface à un lectorat féminin, dont Ottilie von Goethe fait sans conteste partie. La visée didactique réaffirmée, comme par la plupart des auteures des xviiie et xixe siècles, afin d’éviter de s’attirer les foudres des critiques masculins, consolide également ce réseau, qu’Anne-Florence Quaireau renforce à son tour avec la mise en relation du texte avec les autres auteures de récits de voyage : Harriet Martineau, Susanna Moodie, Ida Saint-Elme, et Mary Wollstonecraft.

8L’analyse de l’œuvre de Jameson s’appuie également sur des sources primaires et accorde une large part au contexte : biographie, contexte de publication, réception, droits des femmes, contexte colonial au Canada. Les comparaisons avec les lettres envoyées par Jameson à Ottilie von Goethe et la prise en compte des différentes versions du texte sont très fructueuses et l’exploitation des œuvres iconographiques de l’auteure s’avère particulièrement pertinente, en regard avec la mise en peinture du paysage dans le texte. Il s’agit non seulement d’établir des liens probants entre production artistique et ekphrasis, mais aussi de montrer en quoi l’auteure ne dessine pas simplement ce qu’elle voit mais tente de représenter ce qu’elle vit.

9Parmi l’éventail théorique et critique très riche employé par Anne-Florence Quaireau, on peut noter également une approche intersectionnelle visant à rendre compte de la complexité de l’identité narrative de Jameson « à l’intersection de plusieurs facteurs, de nationalité, de sexe ou de classe sociale » (46) ainsi qu’une approche post-coloniale (Homi Bhabha, Edward Saïd) avec une prise en compte de la spécificité canadienne et plus précisément de l’hostilité de la nature, qui selon Margaret Atwood, constitue un aspect déterminant de l’« identité littéraire canadienne » (328).

10En résumé, chacun trouvera ce qu’il recherche dans cet ouvrage très riche, qu’il s’agisse, entre autres, d’une réflexion littéraire sur les genres et l’écriture féminine, de la mise en scène de soi, du rapport entre illustrations et texte ou encore de la réécriture de l’espace canadien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Blanchemain Faucon, « Anne-Florence Quaireau, Le Féminin en partage, Le voyage d’Anna Jameson au Canada (1836-1837) »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 98 Automne | 2023, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cve/13989 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.13989

Haut de page

Auteur

Laure Blanchemain Faucon

Université de Toulouse 2 – Jean-Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search