Navigation – Plan du site
COMPTES RENDUS

Nathalie Vanfasse, La Plume et la route. Charles Dickens, écrivain-voyageur

Presses Universitaires de Provence, 2017, 295 p. ISBN 979-10-320-0083-0
Isabelle Hervouet-Farrar
Référence(s) :

Nathalie Vanfasse, La Plume et la route. Charles Dickens, écrivain-voyageur, Presses Universitaires de Provence, 2017, 295 p. ISBN 979-10-320-0083-0

Texte intégral

1Nathalie Vanfasse, membre de la SFEVE et de la SELVA, auteure de travaux remarqués aussi bien sur les écrits de Charles Dickens que sur la littérature de voyage, combine ici les deux centres d’intérêt majeurs de son travail de chercheuse pour proposer une étude dense des quatre récits de voyage écrits par Dickens. Les titres de ces récits sont bien connus des amateurs du romancier, il s’agit de American Notes (1842), Pictures from Italy (publié en volume en 1846, mais qui relate le voyage italien de 1844-5), A Lazy Tour of Two Idle Apprentices (consacré à une expédition vers le nord de l’Angleterre effectuée en 1857 en compagnie de Wilkie Collins) et l’ensemble des chroniques de The Uncommercial Traveller (dont la première publication en volume date de 1861, mais qui au fil des nouvelles éditions comprendra des articles datant des années 1860 à 1868).

2Dans cet ouvrage qui croise adroitement de multiples perspectives et questionnements, Nathalie Vanfasse montre comment les différentes modalités du récit de voyage dickensien éprouvent les limites du genre viatique, et comment le grand romancier parvient à rendre sa littérature de voyage aussi « inimitable » que lui. L’étude proposée s’attache au détail de chaque récit et s’articule autour de trois grands axes : l’exploration de la conception dickensienne de l’espace-temps, la mise en relief du mélange des genres et du portrait de l’écrivain-voyageur, et enfin l’analyse de la façon très moderne dont Dickens hybride ses récits en ayant recours à différents media pour rendre compte, au mieux, du réel.

3Dans la première partie, intitulée « Concordance des temps », Nathalie Vanfasse montre comment, pour son lectorat victorien, Dickens se fait l’interprète des lieux visités, ou plutôt les réinterprète, puisque les États-Unis et l’Italie ont déjà, au moment où il écrit, fait l’objet d’une abondante littérature de voyage. Cette réinterprétation emprunte des chemins de traverse : tout d’abord Dickens met l’accent sur la temporalité des lieux (les États-Unis représentent l’avenir, l’Italie le passé, les deux derniers récits, qui pour une large part explorent l’Angleterre, s’inscrivent dans le présent), avant d’examiner les territoires depuis leur périphérie. L’auteure rappelle que American Notes témoigne du désir profond de Dickens de découvrir aux États-Unis un modèle politique, social et économique dont la Grande-Bretagne puisse s’inspirer. La déception fut à la hauteur des attentes, et pour Nathalie Vanfasse, le rêve utopique bascule vers la dystopie lorsque Dickens pense découvrir chez les Américains une indifférence totale pour la culture et un goût du lucre qui le révulse. Mais « l’écriture du décentrement » (pour reprendre le titre du deuxième chapitre), qui conduit Dickens à examiner la jeune république depuis son grand voisin nord-américain, lui permet de penser que c’est au Canada que l’utopie se fait réalité. La démonstration de Nathalie Vanfasse est ici passionnante, d’autant plus qu’elle n’oublie pas de rappeler que le Canada est encore sous domination anglaise, ce qui permet peut-être de mieux comprendre l’enthousiasme du romancier-voyageur. Dans le récit publié en 1846, Dickens considère bien sûr l’Italie comme le territoire par excellence du passé culturel de l’Europe, mais il insiste davantage sur ce qu’il a gardé de barbarie. Ce pays, perçu comme arriéré, est abordé par Dickens sous l’angle du grotesque, de la dichotomie « attirance / répulsion » (l’expression « the attraction of repulsion » figure dans « The City of the Absent », une chronique de The Uncommercial Traveller) qui caractérise parfaitement l’ambiguïté des sentiments de Dickens vis-à-vis du grotesque. C’est le portrait d’un Dickens encore prisonnier d’a priori ou de clichés de son époque que Nathalie Vanfasse dessine en creux, un homme (un peu trop) de son temps, comme le montrait déjà Stefan Zweig dans Trois maîtres en 1920.

4Ecrit en collaboration avec Wilkie Collins, A Lazy Tour of Two Idle Apprentices est un récit de voyage qui fait la part belle à la fiction, et dont l’inscription, pourtant incontestable, dans le genre viatique met à mal les codes de celui-ci. The Uncommercial Traveller se concentre le plus souvent sur l’exploration « quasi archéologique » (49) de Londres. La défamiliarisation, qui passe par l’exploration de la réalité de zones excentrées (et de la criminalité ou de la barbarie que l’on y découvre), fait du récit de ces pérégrinations souvent nocturnes une authentique littérature de voyage. Nathalie Vanfasse nous montre là encore que c’est lorsqu’il parle de Londres que Dickens excelle et s’éloigne des clichés. Chacun des deux récits brosse un tableau saisissant du progrès, en particulier du train, dont la bruyante modernité, on le sait, fascine Dickens.

5La deuxième partie, intitulée « Figures du voyageur, perception de l’espace et traversée des genres » explore la diversité générique qui structure les quatre récits de voyage, et s’attache notamment à analyser le lien de chacun d’eux avec la fiction. La « traversée des genres » met en relief la tension entre le journalisme et la littérature, entendue ici sous de multiples formes : littérature de voyage, bien sûr, mais aussi théâtre, mode épistolaire et fiction en prose. Dans ses textes viatiques, Dickens a recours à des stratégies d’écriture bien connues des amateurs de sa fiction : l’animation des objets, la réduction de l’humain par la synecdoque (on trouvera page 95 l’exemple tiré de American Notes de deux hommes réduits à n’être que leur chapeau : « Brown Hat, Straw Hat »), mais Dickens utilise aussi, pour décrire ce qu’il voit, de nombreuses références à la littérature et à la culture (Cooper et Irving pour parler de l’Amérique, Roméo et Juliette, Le Marchand de Venise pour l’Italie, Hogarth pour son Lazy Tour… et toujours, Robinson Crusoe, Gulliver’s Travels, et son cher Mille et une nuits). Nathalie Vanfasse explique que loin de fragiliser la capacité du récit viatique à dire le monde, ce large recours à la fiction se met au service d’une libération du carcan que constitue la quête d’une impossible objectivité journalistique, et permet à l’écrivain-voyageur de mieux rendre compte des territoires qu’il explore. Le mélange des genres résulte de la réflexion menée par Dickens sur la mise en mots de l’expérience viatique, et de son désir de trouver le juste équilibre entre le référentiel et l’imaginaire. Parallèlement, Nathalie Vanfasse montre qu’au fil des quatre textes le voyage perd de sa structure et de son organisation pour tendre davantage vers la flânerie et son corollaire stylistique, la digression. On assiste également à la métamorphose, ou plutôt l’effacement du voyageur : le romancier connu et reconnu aux États-Unis devient progressivement un voyageur très discret, quasi incognito (Pictures from Italy), puis un personnage autre, une caricature à la Hogarth (A Lazy Tour…), et enfin une conscience anonyme (The Uncommercial Traveller).

6Dans la troisième grande partie, « Parcours multimédias », l’approche intermédiale permet à Nathalie Vanfasse de suggérer de nouvelles pistes de lecture du récit dickensien. L’auteure s’attache en effet à soigneusement mettre au jour le recours du texte viatique à différents supports (écrits, bien sûr, mais aussi visuels et sonores). Dans son étude de American Notes, elle dresse notamment un parallèle audacieux mais très convaincant entre la galerie de portraits du texte dickensien et la très grande variété de billets de banque alors en circulation (le titre complet de American Notes étant American Notes for General Circulation). Les illustrations, nombreuses, complètent idéalement le propos (on regrettera simplement que l’éditeur ait préféré les regrouper en fin d’ouvrage, ce qui rend la lecture quelque peu malaisée). En ce qui concerne le voyage en Italie, Nathalie Vanfasse montre comment on glisse de l’épistolaire à l’image, quand Dickens retravaille ses « Travelling Letters » (titre original des textes, publiés d’abord dans The Daily News) pour en faire des images (Pictures from Italy) : tableaux classiques, scènes de genre, et surtout croquis et esquisses, autant de « réflexions légères – simples reflets dans l’eau » (« faint reflections – mere shadows in the water », cité page 193). La partie intitulée « Images en mouvement » explique comment Dickens s’est sans doute inspiré du diorama, très prisé des Victoriens, qui produisait une impression de mouvement à partir du travail sur la lumière. Dickens anime sa prose de jeux d’ombre et de lumière, adoptant ainsi le fonctionnement même du diorama. Pour A Lazy Tour… l’accent est mis sur l’importance pour l’écriture viatique de l’art de la gravure, mais aussi de la technique du panorama mouvant. Enfin, The Uncommercial Traveller est abordé sous l’angle de la publication, d’abord en chroniques dispersées, puis en recueil d’essais, forme fixe en principe, mais qui, dans ce cas précis, est en permanente évolution au fil des publications, ce qui conduit à une modulation du sens même des chroniques. Nathalie Vanfasse enrichit cette dernière approche d’une mention très détaillée des publications d’origine, que ce soit dans The Daily News, Household Words ou All the Year Round, et de leur cotexte. Son propos est de montrer comment la lecture même des textes est infléchie par le contenu du cotexte. Ce travail minutieux est une véritable source d’inspiration pour les chercheurs passionnés par les magazines du xixe siècle.

7La façon dont l’ouvrage de Nathalie Vanfasse s’emploie à faire dialoguer les quatre récits de voyage rend perceptible une évolution du genre viatique tel que Dickens le pratique – une évolution plus qu’une cohérence ou une unité, tant les quatre textes sont de composition, d’époque et de sujet différents. Au fil des analyses en effet, l’auteure montre aisément que sans aller jusqu’au vagabondage ou à l’errance, le voyage dickensien se libère des poncifs, des parcours imposés ou décidés à l’avance (de la fréquentation obligée, par exemple, des lieux que doit avoir vu en Italie tout touriste européen qui se sent héritier du Grand Tour), pour revenir vers l’Angleterre et surtout Londres, souvent parcourue la nuit. L’évolution de l’écriture est à l’image de celle du voyage : bien loin de sa difficulté initiale à se défaire des clichés pour dépeindre des territoires inconnus de la plupart de ses compatriotes (les États-Unis), Dickens s’engage au fil de son parcours de voyageur dans une démonstration magistrale de sa capacité à faire redécouvrir des territoires familiers. L’originalité des démarches, l’hybridité générique et le recours à l’intermédialité, que Nathalie Vanfasse sait si bien faire apparaître, montrent que Dickens s’inscrit dans la littérature de voyage comme un « écrivain-voyageur » de toute première importance.

8Précédé d’une très belle introduction signée Michael Hollington, parfaitement documenté, enrichi de nombreuses cartes et illustrations ainsi que d’une bibliographie très substantielle, le dernier ouvrage en date de Nathalie Vanfasse est une mine d’informations et d’analyses passionnantes qui met en lumière une facette moins connue du grand romancier victorien. On ne pourra ici qu’en conseiller la lecture à tous les passionnés de Dickens, et à tous les amateurs de littérature de voyage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Hervouet-Farrar, « Nathalie Vanfasse, La Plume et la route. Charles Dickens, écrivain-voyageur », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 86 Automne | 2017, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/cve/3404

Haut de page

Auteur

Isabelle Hervouet-Farrar

Université de Clermont-Ferrand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • OpenEdition Journals