Navigation – Plan du site
COMPTES RENDUS

Robert Louis Stevenson, Olalla, traduit de l’anglais par Pierre Leyris, traduction révisée, préfacée et annotée par Alain Jumeau

Paris : Gallimard, « Folio bilingue », 2016, 160 p. ISBN : 9782070467372
Patrick Hersant
Référence(s) :

Robert Louis Stevenson, Olalla, traduit de l’anglais par Pierre Leyris, traduction révisée, préfacée et annotée par Alain Jumeau, Paris : Gallimard, « Folio bilingue », 2016, 160 p. ISBN : 9782070467372

Texte intégral

1Robert Louis Stevenson (1850-1894) a rédigé Olalla à la fin de 1885, son texte devant paraître en décembre dans la toute récente Court and Society Review ; le public était alors friand, surtout en période de Noël, de « shilling shockers » et autres « ghost stories ». Cette histoire fantastique est racontée par un jeune officier écossais qui, blessé en Espagne, passe sa convalescence dans la demeure d’une antique famille princière désargentée et dégénérée. Dans la residencia isolée vivent une belle señora, stupide et paresseuse, son fils Felipe, joyeux sauvageon, et sa fille Olalla, créature merveilleuse et chaste dont le narrateur tombe aussitôt amoureux. Si elle rend son amour au bel officier, Olalla redoute trop de perpétuer la malédiction familiale pour céder à ses avances, et sacrifie son amour au moment même où elle l’avoue : « Vous partirez aujourd’hui. Non, pas aujourd’hui, demain ! » (115)

  • 1 R. L. Stevenson, « Un chapitre sur les rêves » [1888], dans Olalla des Montagnes et autres contes n (...)
  • 2 R. L. Stevenson, « Un chapitre sur les rêves » [1888], dans Olalla des Montagnes et autres contes n (...)

2Confiné à « Skerryvore », la belle maison de Bournemouth où il s’est installé avec son épouse Fanny dans l’espoir de se refaire une santé, Stevenson vient tout juste de terminer Jekyll and Hyde, qui paraîtra au début de l’année suivante. Au-delà de leurs différences contextuelles et structurelles, le court roman londonien et la longue nouvelle espagnole présentent de nombreux points communs, à commencer par les thèmes qui les traversent tous deux : le mal, la dégénérescence, l’animalité, le dédoublement de personnalité. Les deux histoires, nous apprend Stevenson dans un court essai intitulé « Un chapitre sur les rêves », lui ont été soufflées par de petits démons familiers, les brownies du folklore écossais, qui « font la moitié de mon ouvrage pour moi quand je dors profondément et qui, selon toute apparence, font aussi le reste quand je suis franchement éveillé et que je crois sottement le faire moi-même1 ». À l’en croire, les personnages et les scènes les plus mémorables d’Olalla seraient ainsi le fruit de leurs suggestions nocturnes. Au-delà de cette mise en scène de l’inspiration et des mystères de l’inconscient, on peut repérer dans la nouvelle des influences littéraires plus ou moins marquées. Dans sa préface, Alain Jumeau rappelle que la nouvelle doit beaucoup à un roman gothique de Bulwer-Lytton, A Strange Story (1862), et cite quelques autres sources ou échos postérieurs, tels le Poe de la Chute de la maison Usher (1839), le Keats de Lamia (1820) ou le James des Papiers d’Aspern (1888). Son atmosphère gothique, le mystère qui l’imprègne de part en part et quelques épisodes marquants rendent troublante et singulière cette nouvelle, le plus souvent sous-estimée, que Stevenson lui-même jugeait « pas très défendable2 ».

3En dépit de son attirail gothique convenu — lieu isolé entouré par une forêt, vaste demeure encombrée de souvenirs et de portraits de famille, personnages mystérieux et peu loquaces —, Olalla comporte quelques scènes marquantes. Toutes mettent le narrateur aux prises avec l’un ou l’autre des trois habitants de la residencia. La mère, d’abord : cette femme alanguie, dont la vie semble une sieste perpétuelle, révèle une énergie insoupçonnée le jour où le narrateur se coupe la main. « Ses grands yeux s’ouvrirent largement. […] Un instant après, ma main était à sa bouche, et elle m’avait mordu jusqu’à l’os. La douleur de la morsure, le soudain jaillissement du sang et l’horreur monstrueuse de cet acte, tout cela me parcourut comme un seul éclair » (123). Un vampirisme maladif : tel est sans doute le principal mystère qui s’attache à la maison et à la famille, le mal qui coule dans ses veines et menace de frapper Olalla à son tour. Celle-ci ne se montre que vers le milieu du récit, mais sa présence se fait sentir d’emblée ; d’abord par d’étranges cris nocturnes, « si sauvages et discordants qu’ils en bouleversaient le cœur » (79), ensuite à travers les portraits de ses ancêtres et le visage de sa mère. Le narrateur commence par admirer un tableau ancien qui représente une jeune femme : « Sa silhouette […] avait des proportions sans défaut ; des tresses châtain-roux reposaient sur son front comme une couronne » (45). Plus loin, croisant la mère allongée au soleil, il remarque son « abondante chevelure cuivrée » et « la richesse de sa voix rauque et brisée » (65). Quand Olalla paraît enfin, on découvre que sa voix est « un contralto d’or mêlé d’accents rauques, comme les fils cuivrés se mêlaient aux bruns dans ses tresses » (113, nous soulignons). De l’ancêtre lointaine au dernier rejeton de la lignée, on reste frappé par ce « prodige de l’atavisme familial » (65) qui fait peser sur la jeune fille tant d’obscures menaces. Il faut enfin souligner ce qu’ont d’inattendu, dans leur homo-érotisme teinté de masochisme, les liens qui se nouent entre le narrateur et Felipe, « merveilleusement bien bâti, léger, souple et vigoureux ; […] dans l’ensemble, c’était un garçon agréable à regarder » (37). Alors que le jeune simplet s’apprête à broyer un écureuil entre ses mains, le narrateur lui fait la morale : « Donne-moi ta main. Tu ne peux plus la retirer. Suppose maintenant que […] je prenne plaisir à te faire mal. Je n’ai qu’à resserrer mon étreinte, et vois comme tu souffres » (57).

  • 3 Pierre Leyris dans Olalla des Montagnes (1975), Alfred Jarry dans la revue La Vogue (1901), Théo Va (...)

4Une édition bilingue permet plusieurs types de lecture, selon la fréquence et la motivation des allers retours entre le texte anglais et sa traduction en français. Tel lecteur ne posera les yeux à droite que pour y trouver le sens d’un mot inconnu ; tel autre optera pour une comparaison phrase à phrase ; tel autre encore poussera la curiosité jusqu’à comparer cette « version révisée » à la traduction originale de Pierre Leyris, voire aux autres versions existantes3. Le traductologue constatera que la révision d’Alain Jumeau est aussi ponctuelle qu’opportune ; par exemple :

Stevenson (1885) : A Crucifix of the size of life and more than usually painful in design (148).

Leyris (1975) : Un crucifix grandeur nature et d’une facture particulièrement douloureuse (141).

Leyris révisé par Jumeau (2016) : Un crucifix grandeur nature exprimant spécialement bien la douleur (149).

5On reconnaîtra aussi le goût de Leyris pour les tournures désuètes et le passé simple systématique (« les moments que nous restâmes », 102), ou même le subjonctif imparfait le moins euphonique (« avant que je m’éveillasse », 97 ; « bien que je méprisasse », 159). Splendide pour l’essentiel, cette traduction ne souffre nullement d’être mise en regard de l’original de Stevenson, et même elle en ressort grandie : ainsi mise en page et révisée, elle apparaît comme un modèle du genre.

Haut de page

Notes

1 R. L. Stevenson, « Un chapitre sur les rêves » [1888], dans Olalla des Montagnes et autres contes noirs, trad. Pierre Leyris, Paris, Mercure de France, 1975, 36-37.

2 R. L. Stevenson, « Un chapitre sur les rêves » [1888], dans Olalla des Montagnes et autres contes noirs, trad. Pierre Leyris, Paris, Mercure de France, 1975, 40.

3 Pierre Leyris dans Olalla des Montagnes (1975), Alfred Jarry dans la revue La Vogue (1901), Théo Varlet dans Les Gais Lurons (La Sirène, 1920), Marcelle Sibon dans Le Cas étrange du Dr. Jekyll et de Mr. Hyde, et autres récits fantastiques (Marin, 1949), Jean-Pierre Naugrette dans L'Étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde et autres récits fantastiques (Livre de Poche, 2000).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Hersant, « Robert Louis Stevenson, Olalla, traduit de l’anglais par Pierre Leyris, traduction révisée, préfacée et annotée par Alain Jumeau », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 86 Automne | 2017, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/cve/3423

Haut de page

Auteur

Patrick Hersant

Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • OpenEdition Journals