Navigation – Plan du site

Nous avons la grande tristesse d’avoir perdu Annie Escuret, qui fut professeure en études victoriennes et édouardiennes à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 pendant de nombreuses années, jusqu’à sa retraite. Elle a également dirigé entre 1997 et 2013 les Cahiers victoriens et édouardiens avec un brio indéniable et une inventivité sans égale, encourageant toujours des thématiques et des approches nouvelles. Ses doctorants se souviennent tous avec émotion de la façon à la fois sûre et bienveillante dont elle dirigeait leurs recherches. C’est une grande spécialiste qui a disparu le 17 avril dernier. Elle fut une enseignante et une collègue hors-pair. Elle accueillait les nouveaux victorianistes de son centre de recherche avec une telle générosité qu’ils s’en souviennent à jamais, comme d’une intellectuelle à l’esprit lumineux, une femme franche, généreuse, pleine d’humour et d’humanité. Son enthousiasme communicatif a également contribué à la création en 2009 d’une société française dédiée à Thomas Hardy nommée FATHOM (French Association for Thomas Hardy Studies) et d’une revue, désormais en ligne. Un grand nombre de collègues ont témoigné sur le site de la SAES leur admiration et leur amitié pour Annie. Pour ma part, je me souviendrai longtemps de son enthousiasme pour Dickens, Hardy, les sœurs Brontë et bien d’autres écrivains de cette période, auteurs qu’elle étudiait avec tant de passion et de richesse intellectuelle. Son regard nouveau sur leurs œuvres fascinait tous les étudiants depuis la première année jusqu’aux séminaires de doctorat. Son approche épistémocritique adoptée dès 1997 n’a cessé de nourrir le centre de recherche qu’elle a dirigé. Pour toutes ces raisons, elle manque beaucoup à tous ceux qui l’ont connue.

Afin de lui rendre hommage, le centre EMMA (Études Montpelliéraines du Monde Anglophone) rédigera sous peu un appel à contributions pour un numéro épistémocritique (CVE 90 pour l’automne 2019) sur « savoir(s) et fiction ». Ce prochain volume nous permettra de mesurer le chemin parcouru depuis le numéro 46 des Cahiers victoriens et édouardiens qu’Annie Escuret avait dirigé et sobrement intitulé « science and fiction », publié en octobre 1997.

  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • OpenEdition Journals