Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Walter Pater. La Renaissance. Études d’art et de poésie. Traduction et édition critique de Bénédicte Coste

Paris : Classiques Garnier, 2016, 240 p. ISBN : 978-2-8124-3584-3
Anne-Florence Gillard-Estrada
Référence(s) :

Walter Pater. La Renaissance. Études d’art et de poésie. Traduction et édition critique de Bénédicte Coste. Paris : Classiques Garnier, 2016, 240 p. ISBN : 978-2-8124-3584-3

Texte intégral

1Avec cette nouvelle traduction de La Renaissance, Bénédicte Coste poursuit son entreprise de traduction ou de retraduction de l’œuvre de Walter Pater (1839-1894), auteur majeur de la seconde moitié de l’époque victorienne. Cette nouvelle traduction du recueil d’essais de Pater était très attendue par les spécialistes du champ. Une première traduction, publiée en 1917 par F. Roger-Cormaz, à présent introuvable, comportait quelques manques et contresens. La traduction d’Anne Henry publiée en 1985 chez Klincksieck et rééditée en 2005 consistait quant à elle en un florilège d’extraits de La Renaissance, dont le texte n’était pas traduit dans son intégralité, mais aussi d’autres recueils. B. Coste restitue par conséquent le projet paterien avec cette traduction du texte qui fait autorité, à savoir, la dernière édition que Pater a publiée en 1893. L’introduction évoque la stratégie éditoriale complexe de Pater, puisque certains essais parurent tout d’abord dans des revues. Il les collecta ou les compléta à l’occasion des différentes éditions du recueil en 1873, 1878, 1888 et 1893, ajoutant certains textes puis en supprimant d’autres à la suite de controverses, pour enfin les réinsérer et ainsi réaffirmer son propos. Car la cohérence éditoriale de Pater reflète la cohérence de son projet, et cette traduction est la première à montrer combien ses propos sur l’art sous-tendent un discours politique sur le corps et les sens.

2Cette traduction s’accompagne d’un excellent appareil de notes qui explicitent les sources innombrables que Pater a utilisées sans toujours les mentionner et apportent des éclairages nécessaires pour bien apprécier les références littéraires, artistiques ou philosophiques qui émaillent son texte. Les passages cités par Pater dans d’autres langues (notamment en grec, en allemand, en latin et en italien) sont traduits, et cet appareil critique très rigoureux permet de faire ressortir la pratique de l’intertextualité et de l’allusion qui caractérise Pater. Les notes comprennent en outre de nombreuses références d’ouvrages de critique sur les sujets ou auteurs évoqués, qui figurent aussi dans la bibliographie très complète placée en fin d’ouvrage. B. Coste tient compte des travaux des nombreux chercheurs qui, depuis plus de trois décennies, ont montré le rôle qu’a joué Pater dans le contexte intellectuel et esthétique de son époque. La bibliographie constitue ainsi une compilation très utile des sources de l’époque ainsi que des résultats de la recherche dans le champ des études pateriennes ou plus largement victorianistes.

3L’introduction débute par une présentation de la vie et la carrière de Pater, que complète une chronologie détaillée. B. Coste dégage de manière exemplaire les enjeux du texte, montrant comment Pater a synthétisé l’historiographie victorienne de la Renaissance et de l’Antiquité, et replaçant ses idées dans l’arrière-plan littéraire, intellectuel et esthétique de son époque. B. Coste contextualise cette tendance intellectuelle dans le mouvement plus vaste de l’hellénisme victorien. Elle évoque ainsi les points de convergence et de divergence avec d’autres auteurs, comme J. A. Symonds et Vernon Lee (Violet Paget), qui abordèrent la Renaissance d’une manière novatrice, ou comme Matthew Arnold, qui proposa une approche différente de l’hellénisme. Elle montre aussi comment sa critique d’art s’inspira de John Ruskin mais en divergea lorsqu’il s’inspira de la critique d’art française de Sainte-Beuve, Gautier et Baudelaire. Pater rejoint A. C. Swinburne lorsqu’il propose une approche subjective, et donc relative, voire subversive, de l’œuvre d’art. Ainsi la « critique esthétique » que propose Pater se fonde sur la « reconnaissance des impressions uniques suscitées par l’objet » (15). L’esthétique que prône Pater est un « art de la récapitulation et de la synthèse » (15) qui trace selon elle « les voies de l’avenir culturel » (16), comme en témoignent son rôle dans le Mouvement « esthétique » ou encore son influence sur Oscar Wilde. Car B. Coste affirme que la « culture artistique » que prône Pater est aussi une véritable « culture de soi », et cette « culture sensuelle » ou « culture du corps » permet une libération des esprits (12). Cette approche induit aussi une réflexion sur la notion de sujet qui ouvrait la voie au modernisme.

4La présentation des essais du recueil pose des jalons pour aborder l’esthétique de Pater. La Préface pose les bases d’une critique d’art centrée sur le plaisir que procure l’œuvre, puis « Léonard de Vinci » met en avant une esthétique de l’ambiguïté sexuelle ainsi qu’une réflexion sur « le statut historique et représentatif de l’art pictural » (18). Dans « L’école de Giorgione », Pater aborde la peinture en s’éloignant de l’impératif mimétique et en insistant sur le rôle des impressions. L’art est défini avant tout par ses qualités formelles et sensibles, ce qui constituait à l’époque une innovation esthétique et théorique. Dans l’essai « Winckelmann », Pater dialogue avec certaines figures de l’esthétique allemande des décennies précédentes — Winckelmann, Hegel et Goethe — afin de développer ses premières thèses sur l’historiographie de la Grèce antique, qu’il approfondit ultérieurement dans ses textes sur la Grèce. La réflexion historiographique sur l’art grec et sur la religion païenne suscite une interrogation sur le corps et B. Coste qualifie fort justement cette approche de la Renaissance de « retour du refoulé grec » (22), puisque la Grèce fait sans cesse retour dans l’histoire et s’incarne même dans certaines figures historiques, comme Winckelmann ou Pic de la Mirandole. Cela explique les enjeux de la Conclusion du recueil, que Pater ajouta puis supprima pour la rétablir enfin, car celle-ci constitue un appel à « la libération de l’homme par l’art et à la jouissance d’un instant quintessenciée » (25). Cette perspective véritablement hédoniste, qui se fonde sur le rôle de l’aisthesis, s’accompagne d’une insistance sur le rôle que jouent selon Pater l’homoérotisme et l’homophilie dans la culture européenne, comme il l’explique dans « Winckelmann » ou dans son essai sur la littérature médiévale, « Deux vieilles histoires françaises ». Cette visée conduit B. Coste à qualifier son recueil de « plaidoyer érotique » (27).

5Cette traduction reflète la syntaxe très ouvragée et la langue complexe de Pater grâce à un français très élégant et rigoureux. B. Coste montre les liens entre la prose très personnelle de Pater et la rhétorique de la Décadence des années 1890, qui se caractérise par une « textualité sophistiquée » (20). Outre qu’elle rétablit le sens du texte, dont ne rendaient pas toujours compte les précédentes traductions, B. Coste rend honneur à l’écriture ciselée et poétique de l’auteur.

6Au-delà de la seule figure de Pater, cette nouvelle traduction de La Renaissance montre combien le projet intellectuel, esthétique mais aussi érotique et politique de cet auteur, qui élevait la « promotion du beau » au rang de « souverain bien » (28), s’inscrit dans le mouvement plus vaste de l’Esthétisme, qui puise dans l’héritage ruskinien et se prolonge dans la Décadence. B. Coste suggère l’influence avérée de Pater sur les Modernistes britanniques et conclut son introduction en insistant sur la dimension éthique et politique « radicale » (34) de son approche esthétique, dont la valeur est selon elle toujours d’actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Florence Gillard-Estrada, « Walter Pater. La Renaissance. Études d’art et de poésie. Traduction et édition critique de Bénédicte Coste », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 88 Automne | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cve/4578

Haut de page

Auteur

Anne-Florence Gillard-Estrada

Université de Rouen (ERIAC)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals