Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Hélène Machinal, Gilles Ménégaldo et Jean-Pierre Naugrette, eds. Sherlock Holmes : un nouveau limier pour le XXIe siècle (du Strand Magazine au Sherlock de la BBC)

Rennes : PUR, 2016, 325 p. ISBN : 978-2-7535-5144-2
Delphine Cingal
Référence(s) :

Hélène Machinal, Gilles Ménégaldo et Jean-Pierre Naugrette, eds. Sherlock Holmes : un nouveau limier pour le XXIe siècle (du Strand Magazine au Sherlock de la BBC). Rennes : PUR, 2016, 325 p. ISBN : 978-2-7535-5144-2

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Ce recueil est une collection des interventions du colloque qui s’est tenu à Cerisy lors de l’été 2016. Il est consacré au personnage tutélaire de Sherlock Holmes, à ses racines et à son héritage spirituel jusqu’à nos jours (avec, par exemple, des séries télévisées très contemporaines en cours de diffusion).

2Les articles suivent une progression chronologique et respectent la langue d’origine des divers communicants, ce qui ne posera pas de problème pour des chercheurs bilingues, mais limitera peut-être la diffusion de ce volume précieux pour les études sur le roman policier, l’intertextualité et l’intermédialité. Toutefois, ce volume demeure un outil de travail majeur.

3Outre une très riche annexe de fin de volume (une bibliographie générale et une filmographie raisonnée des adaptations de Sherlock Holmes au cinéma muet), ce volume se divise en cinq parties.

4Après une introduction par Hélène Machinal, le propos liminaire de Jean-Pierre Naugrette prend pour point de départ une expérience qui sera sûrement parlante pour nombre de lecteurs : la relation olfactive qu’il entretient avec la littérature victorienne en général, et les aventures de Sherlock Holmes en particulier, liée aux odeurs des ouvrages lors de leur première lecture pendant son enfance. À partir de là, Jean-Pierre Naugrette analyse l’écriture comme acte de travail, mais aussi comme sujet d’étude, le papier comme support et comme objet d’analyse, la bibliothèque/médiathèque/toile numérique comme lieu de stockage, de multiplication créatrice, de génération textuelle/intertextuelle/intermédiale.

5La première partie du volume est consacrée aux influences et à la naissance de Sherlock Holmes. Mariaconcetta Costantini traite des influences de Conan Doyle telles que Dupin, avant de centrer son travail sur les détectives amateurs et des enquêteurs excentriques dans l’œuvre de Wilkie Collins. Nathalie Jaëck propose une analyse des addictions holmésiennes sous l’angle des conclusions (d’enquêtes, de cycles) qui doivent, à la fois, être des conclusions satisfaisantes, volume après volume, tout en proposant de facto un voyage du personnage de récit en récit, même par-delà le corpus holmésien avec, tout d’abord, la poursuite des « Untold Stories », puis les variations sur le personnage de Holmes à travers les siècles et les modes de représentations artistiques. Dominique Meyer-Bolzinger analyse la méthode anatomoclinique de Holmes et relie analyse du texte et autopsie, décomposition textuelle et corporelle.

6La deuxième partie ouvre des perspectives vers deux dérivés intertextuels des aventures de Sherlock Holmes. Le premier article, par Christian Chelebourg, présente The Enola Holmes Mysteries de Nancy Springer (les aventures, destinées à un jeune lectorat contemporain, de la jeune sœur rebelle de Sherlock et Mycroft qui refuse de se conformer au moule conventionnel des jeunes filles victoriennes et qui se construit à la fois en creux et en miroir face à Sherlock.) Le second article, par Lauric Guillaud, détaille les aventures de Solar Pons par August Derleth, jeune écrivain à qui l’éminent Conan Doyle avait refusé l’autorisation de poursuivre l’écriture des aventures de Sherlock Holmes. Cette œuvre est l’occasion pour Guillaud, en insistant sur la fidélité de Solar Pons à son modèle initial, de travailler sur la distance entre le Canon et ses divers hommages/pastiches etc.

7La troisième partie de cet ouvrage amorce un virage vers l’intermédialité en dirigeant son attention vers les séries télévisées. Hélène Machinal analyse la série Sherlock de Gatiss et Moffat et en particulier la distance temporelle entre le personnage victorien et sa transposition dans la capitale britannique au xxie siècle, l’évolution des divers topoi de l’hypotexte originel vers des références actualisées dans le monde des écrans. La culture du numérique occupe d’ailleurs une place centrale dans cet article. Camille Fort propose une analyse du tissu géographique dans Sherlock et de la capacité créatrice de Londres, reflet tant de la ville réelle et de son évolution du xixe jusqu’au xxie siècles que de l’univers mental et des tours et détours psychiques du détective. Maud Desmet propose une vision du personnage de détective à la marge. Elle examine Sherlock et Elementary, mais aussi des séries non holmésiennes, mais présentant des experts de science médico-légale (Bones, Les Experts), de mathématique (Numbers), de profilage (Profiler, Milennium) ou des héros dotés de capacités intellectuelles hors du commun (Lie to Me, Perception, Mentalist, Unforgettable), voire d’une imagination débordante (Castle.) Elle tire le fil commun entre ces divers personnages pour aboutir à un travail sur la mélancolie et la solitude réflexive, sur l’isolement méditatif, voire dépressif, du détective.

8La quatrième partie du volume présente le lien entre le Canon et le cinéma. Olivier Cotte se penche sur les versions cinématographiques et sérielles du personnage de Watson, qui est souvent occulté, voire dénigré par le cinéma qui en fait parfois un personnage balourd (tel Nigel Bruce face à Basil Rathbone ou tel son équivalent animé, Dawson dans The Great Mouse Detective face à Basil, la souris enquêtrice.) Après un retour vers une version fidèle au personnage du Canon dans la série produite par Granada, les séries contemporaines proposent un Watson plus malin (Without a Clue), voire une Watson féminine et brillante (Elementary), ce qui rééquilibre la relation au sein du duo central. Laura Marcus propose une analyse de l’ingression du personnage de Sherlock Holmes dans les trames narratives de trois films (Der Mann, der Sherlock Holmes war, The Lady Vanishes et The Private Life of Sherlock Holmes.) Gilles Ménégaldo retrace ensuite les rencontres fictives entre Holmes (ou un double inspiré de l’hypotexte canonique) et Jack the Ripper, en particulier dans A Study in Terror (film/ roman d’Ellery Queen), The Last Sherlock Holmes Story, Murder by Decree et From Hell. Cette cinquième partie se conclut sur une étude par Julien Guieu des échos holmésiens dans Broken Flowers de Jim Jarmusch où le personnage de Don Johnston cristalliserait deux mythes littéraires, Holmes et Don Juan, tandis que Winston jouerait le rôle du fidèle acolyte du personnage principal, mélange de Sganarelle et de Watson.

9La dernière partie du volume propose deux analyses sur des genres différents. Caroline Renouard envisage ainsi l’évolution du personnage de Sherlock Holmes dans les adaptations théâtrales en France et souligne la difficulté de renouveler le genre tout en restant fidèle au personnage très marqué dans l’imaginaire des spectateurs. Jean-Paul Meyer étudie Sherlock Holmes « dans le vitrail », jolie métaphore de la bande dessinée et de la diffraction qu’elle autorise. Meyer souligne l’infinie richesse du neuvième art qui permet un renouvellement singulier du texte holmésien.

10Les chercheurs sur le roman policier, la littérature victorienne, l’intertextualité ou l’intermédialité trouveront dans ce volume un foisonnement de pistes de recherches sur le sujet de Sherlock Holmes. Il s’agit d’un travail central sur le Canon et sur son héritage à travers les siècles et les supports.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Cingal, « Hélène Machinal, Gilles Ménégaldo et Jean-Pierre Naugrette, eds. Sherlock Holmes : un nouveau limier pour le XXIe siècle (du Strand Magazine au Sherlock de la BBC) », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 88 Automne | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/cve/4606

Haut de page

Auteur

Delphine Cingal

Université Paris 2-Panthéon-Assas

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals