Navigation – Plan du site

70 automne | 2009
John Henry Newman

Ce numéro 70 des Cahiers victoriens et édouardiens, consacré à John Henry Newman, se veut résolument éclectique. Les éminents spécialistes de l’oeuvre du cardinal anglais qui y ont participé se proposent de brosser un large tableau des écrits et de la pensée de Newman. Sur les dix articles que compte le volume, trois se concentrent tout particulièrement sur Newman prédicateur : dans « Newman the Preacher », Paul Chavasse décrit la grandeur de la prédication newmanienne comme le produit d’une combinaison subtile associant pensée dogmatique, morale et spirituelle à une exceptionnelle finesse psychologique. Edward J. Ondrako aborde le style de la prédication universitaire de Newman à travers plusieurs moments clés de sa vie et en définit les intentions théologiques, qu’il caractérise comme une « théologie du coeur » (« The Intellectual and Developmental Character of Cardinal Newman’s University Preaching Style »). C. J. T. Talar, enfin, s’intéresse à la lecture des sermons de Newman par Henri Brémond. Dans son article intitulé « Henri Brémond : preaching Newman the preacher », il montre comment l’historien et critique littéraire français interprète ce qu’il perçoit comme une tension chez Newman entre expérience religieuse et autorité et comment il la dépasse en faisant de Newman un penseur existentiel. Parmi les autres contributions à ce numéro, celle de Jacqueline Clais-Girard, « Newman’s Letters », se penche sur Newman épistolier, à l’occasion de la publication du dernier tome de ses lettres par les presses de l’université d’Oxford. De son côté, Padraic Conway se concentre sur la publication inédite en 2008 du « Journal de Dublin » de Newman, qui était alors confronté aux difficultés de la création d’une université catholique irlandaise. La lecture de ce journal, rédigé par Newman de novembre 1853 à mars 1856, permet un réexamen des événements de l’époque qu’on a parfois décrit, de manière un peu réductrice, comme le résultat d’un conflit entre l’archevêque Paul Cullen et Newman. Keith Beaumont étudie la dimension satirique et polémique des écrits newmaniens qui peut, évidemment, s’expliquer en partie par les circonstances propres à la vie de Newman, mais aussi, chez lui, par une véritable démarche psychologique, voire spirituelle. Dans « Newman the Novelist », Michel Durand examine les deux romans de Newman – Loss and Gain (1848) et Callista (1856) – pour en analyser le contenu autobiographique et religieux et Terrence Merrigan (« The Imagination in the Life and Thought of John Henry Newman ») fournit une étude de la notion d’ « imagination » chez Newman et de son rôle fondamental dans toute forme de croyance, notamment religieuse. Bertrand Lentsch offre une analyse rhétorique de l’Apologia pro Vita Sua (« One Man’s Meat is Another Man’s Poison » : the Rhetoric of Dissent in John Henry Cardinal Newman’s Apologia Pro Vita Sua (1864)) et, pour finir, Robert C. Christie explore le fondement de l’ecclésiologie newmanienne qu’il situe dans son personnalisme, et qu’il assimile à la notion d’affectivité (« Echoes from Home : the Personalist Ground of Newman’s Ecclesiology. Affection as the Key to Newman’s Intellectual Discernment on the Issue of the Church »). Le volume se termine par une chronologie détaillée de la vie de Newman proposée par Keith Beaumont.

  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals