Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Élise Ouvrard et Gilles Chamerois. Jane Eyre

Neuilly, Atlande, 2008, 192 pages, ISBN 978-2-35 030-088-7.
Luc Bouvard
Référence(s) :

Élise Ouvrard et Gilles Chamerois. Jane Eyre. Neuilly, Atlande, 2008, 192 pages, ISBN 978-2-35 030-088-7

Texte intégral

1Cet ouvrage appartient à la collection « Clefs Concours » dirigée par Elisabeth Soubrenie aux Editions Atlande où sont publiés chaque année des ouvrages sur les questions du programme de recrutement des enseignants du second degré. Il est rédigé par Elise Ouvrard, maître de conférences à l’université de Caen et Gilles Chamerois, maître de conférences à l’université de Brest. Comme les deux précédents portant sur Pride and Prejudice et Dracula, l’ouvrage se propose de synthétiser thématiquement des approches croisant roman et film comme l’exigent les trois concours : CAPES externe, agrégation interne et agrégation externe.

2Il offre tout d’abord une série de chapitres qu’il classe sous la catégorie « repères » puis une série d’ « analyses thématiques » et enfin des « synthèses ». Le premier de ces repères contextualise à la fois la période d’écriture du roman, politiquement et socialement, puis donne quelques jalons biographiques de la vie de Charlotte Brontë (enfance, éducation, enseignement, parenthèse bruxelloise et carrière littéraire). Rien de nouveau comme on peut s’y attendre dans cette partie, néanmoins nécessaire à tout étudiant préparant le concours. Le deuxième « repère » se concentre sur le roman Jane Eyre, sur sa genèse et sa publication. Les auteurs reviennent sur la puissance imaginative chez Brontë qui rédige les pages consacrées à Thornfield sans interruption, puis en symbiose avec son personnage après la fuite de Thornfield, doit s’arrêter pendant trois semaines, épuisée. Ce chapitre rappelle les attaques qu’elle a subies lors de la publication et la défense qu’elle a dû mettre en œuvre afin d’attester la vérité de certains passages qui pouvaient sembler exagérés aux yeux de certains critiques. Enfin, Il offre également un balisage religieux (notamment sur les évangéliques), scientifique (phrénologie et physiognomonie) et littéraire (le Gothique, Bunyan et Bewick) fort utile pour les étudiants non spécialistes de la période. Le dernier des trois « repères » se propose d’effectuer une comparaison entre le roman de Charlotte Brontë et le film de Franco Zeffirelli, en accord avec ce qui est demandé lors des épreuves de concours : trois aspects sont ainsi abordés : les personnages et leurs doubles à l’écran, le problème de la structure, l’enjeu du salut. Nous commençons ainsi par le statut spécial et la caractérisation particulière de Jane, « a plain governess », nouveau genre d’héroïne en opposition avec celles que ses sœurs avaient créées. Là où l’ouvrage semble novateur c’est dans la partie dédiée aux deux acteurs principaux choisis par Zeffirelli, sans offrir cependant de comparaison avec les interprètes des versions précédentes. Les problèmes de structure sont abordés ensuite, avec le trajet romanesque initial en cinq étapes qui doit subir quelques modifications évidentes si l’on connaît le film, mais les auteurs optent pour une approche des détails qui sont rarement abordés dans les chapitres traitant de la structure, comme les saisons, les fenêtres et l’ombre. Quelques rappels théoriques empruntés à Barthes et Metz sur la connotation et la dénotation sous-tendent l’analyse. Des paragraphes importants sont dédiés à l’enjeu majeur que représente le salut. Jane aspire à la délivrance, lorsqu’elle est aux mains de John Reed ou lors de son séjour à Lowood. Ces lignes reviennent sur deux passages clés de la période de formation : la chambre rouge à Gateshead et le supplice du tabouret à Lowood. On oppose malgré tout les deux situations : « A Gateshead c’est une menace de mort qui pèse sur Jane Eyre, mais la situation mortifère reste symbolique ; en revanche, à Lowood, la mort est bel et bien présente ». (62)

3Viennent ensuite quatre chapitres d’analyses thématiques : la formation comme moteur de progression, des pièges à éviter ou à déjouer, les conflits à résoudre, don/pardon. Le premier chapitre nous offre le double tableau d’une Jane qui reçoit une éducation pour ensuite la dispenser à son tour. Cette éducation est inexistante à Gateshead, si ce n’est par le truchement des livres qu’elle est seule à lire, puis véritable à Lowood par l’entremise d’une égale, Helen Burns, et d’une aînée, Miss Temple. Puis, que ce soit en tant que gouvernante à Thornfield ou maîtresse d’école à Morton, les deux situations permettent à l’auteur de montrer les progrès de son héroïne qui n’utilise jamais l’humiliation auprès d’Adèle ou le mépris auprès des élèves de son école pour jeunes filles du peuple, quoi que la narratrice puisse confier à son lecteur sa déconvenue initiale à la découverte de ces jeunes filles. Un dernier sous-chapitre intitulé « pédagogue » élargit le propos et analyse finement les conseils que la protagoniste prodigue à Rochester. La seconde analyse thématique aborde l’aspect Bildungsroman, puisqu’il traite des pièges à éviter ou à déjouer : celui des apparences par exemple. Les auteurs font ainsi référence à trois passages où la physionomie a toute son importance, le jeu des faux-semblants avec notamment deux scènes qui montrent que Rochester est un personnage qui prend un malin plaisir à jouer avec les apparences : la scène de la rencontre et celle de la fausse bohémienne qu’ils concluent en ces termes : « Si Jane Eyre se méfie de Grace Poole, sa confiance en Mr. Rochester, adepte du double jeu, l’empêche de percevoir que c’est en réalité une double vie qu’il mène ». (81) Quelques lignes sont à nouveau consacrées au film dans ces pages où est analysé le processus de « décondensation » ou d’expansion d’une scène du roman en plusieurs séquences du film. On revient sur l’académisme de Zeffirelli dont le sens du montage est loin d’arborer les signes de la modernité, mais le montage classique a ses avantages comme le rappelle Godard. Le jeu des regards (Rochester, Mrs Fairfax, Bertha) est analysé avec pertinence dans ces pages.

4Le sous-chapitre intitulé « secrets et mensonges » se focalise sur la dichotomie Grace Poole/Bertha Mason, puis sur la structuration des espaces filmiques, sujet assez peu traité en général. Il se clôt sur la figure de l’escalier (figure hitchcockienne par excellence, on fait référence à Vertigo) et du vertige qui précède le suicide de Bertha, après le meurtre de Grace Poole, ajout du film. Le sous-chapitre « interpréter les signes » est plus allusif et aurait mérité un développement plus long, où l’on se contente ici d’une approche rapide de la nature bienveillante et du surnaturel providentiel, en finissant sur une comparaison avec le film pour cet aspect.

5Le troisième chapitre sur « les conflits à résoudre » se répartit logiquement en deux sous-parties sur les conflits intérieurs et les conflits avec autrui. Les trois personnages en relief sont donc évoqués (Rochester, St John et Jane) puis leur équivalent à l’écran. Rochester est de toute évidence un personnage torturé. Son abord est difficile. Le lecteur, tout comme Jane, perçoit très tôt que ce personnage est énigmatique et contradictoire, même si l’explication vient tardivement (son mariage avec Bertha). Deux conflits intérieurs sous-tendent le personnage de St John : entre l’apparence et l’être d’une part et entre la volonté et le désir d’autre part. Le conflit intérieur le plus marquant dans la trajectoire de Jane est celui qui suit la révélation de l’existence de Bertha et repose sur une forte opposition entre raison et sentiments, ou comme le formule Richard J. Dunn : « how to buy bliss without selling one’s soul ». Seuls les conflits intérieurs de Rochester ont droit à une analyse comparée entre roman et film. Celui-ci, en fusionnant deux scènes (fuite de Jane et incendie de Thornfield) lui offre un choix cornélien et lui donne ainsi une profondeur que le roman ou le film de 1944 ne possédaient pas.

6Les conflits de Jane avec autrui sont abordés par l’infériorité sociale de la gouvernante, statut ambigu en marge de la société victorienne. On a recours ici aux critiques marxistes comme Jina Politi et Terry Eagleton. Le film associe contre-plongée et pouvoir de manière explicite et classique (notamment lorsqu’il s’agit de Brocklehurst). Les auteurs ici s’inscrivent en faux par rapport à Barbara Hardy qui doutait de l’éducation religieuse et de la conversion de Jane, dont le choix lui vient de la grâce divine et non d’un cheminement moral. Ouvrard et Chamerois défendent « au contraire l’idée que Jane Eyre témoigne d’une intégrité morale qui est certes soumise à rude épreuve, mais qui triomphe tout au long du roman grâce à la volonté de l’héroïne, l’intervention divine n’étant que secondaire ». (128) Quelques belles lignes sur l’affirmation féminine se poursuivent sur un affadissement certain dans le film et permettent de conclure le chapitre sur les conflits à résoudre.

7Le chapitre le plus intéressant s’intitule « don/pardon » et aborde un aspect plus philosophique. En évoquant deux personnages différents mais complémentaires — Miss Temple et Helen Burns — ces deux notions entament la formation du personnage éponyme. Celle-ci se poursuit sans conversion mais avec une réelle progression.

8La troisième et dernière partie de l’ouvrage offre deux « synthèses » : l’une sur l’originalité de Jane Eyre, l’autre sur la postérité. La première traite de l’inévitable question du genre, particulièrement hybride, du roman : roman de gouvernante, roman de formation, autobiographie, roman gothique, roman de quête, pour finir sur la notion d’hybridation chère à Bakhtine dans Esthétique et théorie du roman. Quant au film, l’hybridation en est fort différente : film qui cède très peu à la tentation du gothique, heritage film, coproduction européenne et film plus personnel (même si ce ne sont pas des genres à proprement parler). Ce chapitre se clôt sur une réflexion sur le bonheur comme aboutissement du roman : le bonheur sur terre pour Jane et la référence bunyanesque pour St John. Le deuxième chapitre sur la postérité brosse un bref panorama sur la réception du roman lors de sa sortie et l’on retrouve la fameuse critique d’Elizabeth Rigby qui condamna le roman sur le plan moral. Puis la réception posthume insiste sur le caractère révolutionnaire de la protagoniste et son influence décisive sur la création des personnages féminins ultérieurs. L’ouvrage se termine sur Jane Eyre comme ur-text, avec trois exemples : Villette (1850) de Charlotte Brontë elle-même, qui reprend la quête amoureuse avec un supérieur hiérarchique ; Rebecca (1938) de Daphné du Maurier qui compte de nombreux points communs avec Jane Eyre mis en lumière par Patsy Stoneman ; et enfin, Wide Sargasso Sea (1966) de Jean Rhys qui, comme chacun sait, est une prequel au roman brontéen. La longue liste des réécritures est à peine esquissée en fin de volume mais là n’est pas son propos. Enfin, un glossaire de termes cinématographiques, une chronologie de Charlotte Brontë et un rappel de quelques consignes officielles complètent utilement cet ouvrage. Il sera sans doute fort utile à tous les candidats même si la structure générale de l’ouvrage peut sembler parfois confuse, tout comme son équivalent sur Pride and Prejudice publié il y a deux ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Bouvard, « Élise Ouvrard et Gilles Chamerois. Jane Eyre »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 70 automne | 2009, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/cve/4877

Haut de page

Auteur

Luc Bouvard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals