Navigation – Plan du site

AccueilNuméros70 automneComptes rendusVictoria Morgan et Clare Williams...

Comptes rendus

Victoria Morgan et Clare Williams (eds). Shaping Belief. Culture, Politics and Religion in Nineteenth-century Writing

Shaping Belief. Culture, Politics and Religion in Nineteenth-century Writing. Liverpool : Liverpool Up. 2008, 226 p. ISBN 978-1-84 631-136-9.
Bénédicte Coste
Référence(s) :

Victoria Morgan et Clare Williams (eds).
Shaping Belief. Culture, Politics and Religion in Nineteenth-century Writing. Liverpool : Liverpool Up. 2008, 226 p. ISBN 978-1-84 631-136-9

Texte intégral

1N’étant pas un concept philosophique défini la croyance impose une approche interdisciplinaire comme l’illustre ce recueil d’articles sur les diverses formes de croyance au xixe siècle qui fait le pari de thèmes et d’approches très variés. La croyance y est justement définie comme un phénomène social, culturel et politique. Comme le font remarquer les éditrices, le siècle voit des croyances prendre forme dans un contexte de sécularisation et de diversité religieuse qui ouvre l’espace d’une confrontation parfois pacifique, parfois polémique. Décentrée de son rôle ontologique et unificateur par l’autonomisation des sociétés occidentales, la religion se confronte à d’autres discours qui prétendent au même statut. Le siècle est traversé par une faille ou une perte — et vient à l’esprit l’expression exemplaire de W. Pater « fundamental belief gone » — qui, paradoxalement, génère la recherche d’une unité qui s’incarnerait dans la religion, la politique ou la culture. Ainsi, l’essai de J. Stuart Mill, « Utility of religion » (publié de façon posthume en 1874) offre la religion de l’humanité qui permet aux hommes de participer au progrès et au perfectionnement continuel du bien commun. Pour M. Arnold, la croyance en la culture remplace la foi perdue ou devenue impossible et offre l’universalité nécessaire au maintien du lien social. A. Clough croit en une vérité ainsi qu’en une unité politique et morale. Plus généralement, la question de la croyance s’individualise tout en se situant dans une interaction permanente avec l’Autre, qu’il soit social ou politique, interaction qui va constituer la subjectivité moderne. Pour fissurée que soit cette subjectivité, ce qui unifie des formes de croyance très différentes est justement leur désir d’unité : « their desire for some kind of unity in the dawn of a strangely modern world » (xviii). La croyance donne alors lieu à un discours chargé de formuler cette unité. C’est donc tout l’intérêt de cet ouvrage que de présenter des textes ou des auteurs chez qui la culture, la politique et la religion se sont rencontrées pour constituer une forme de croyance spécifique dont leurs textes se font l’écho.

2Trois parties organisent la réflexion. La première porte sur la façon dont le discours religieux a été transmis et reçu pour aborder, contester ou affirmer des croyances religieuses, culturelles ou politiques. Un article est consacré aux diverses formes de conversion, justement restituée dans son caractère populaire. L’influence du théologien F. D. Maurice sur les réformatrices Octavia Hill et Josephine Butler est examinée. Tout aussi intéressant est l’article consacré aux couturières et qui démontre comment l’appropriation du discours religieux conjointe à la médicalisation du corps féminin a produit une reconfiguration de l’identité féminine qui a pu être utilisée pour contester l’économie politique. Un article s’intéresse à la formulation de la croyance à travers l’exemple de Wilfred Cumbermede de George Macdonald et analyse l’effet du pragmatisme de W. James pour sortir du doute qui est le corollaire nécessaire de la croyance moderne.

3La seconde partie examine la subjectivité induite par les différentes formes de croyance via leur formulation littéraire. Les images de la ruche et des abeilles chez la poétesse américaine E. Dickinson lui permettent de contester l’héritage puritain. Un article clair, logique et bien argumenté traite des impulsions religieuses et poétiques chez Emerson qui furent toujours mêlées dans la recherche d’une même unité. Un essai est consacré à l’esthétique du double gothique de Maturin à Wilde en tant que trope rédempteur pour la formation d’une subjectivité dans le contexte des angoisses concernant le maintien de l’ordre social. Un autre étudie les relations entre l’architecture religieuse et la poésie tractarienne entre 1830 et 1840.

4La troisième partie traite plus spécifiquement de questions politiques et culturelles à une époque marquée par l’avènement délicat de la démocratie libérale. L’article consacré à Arnold valorisant la culture comme moyen d’échange pour la diffusion des idées et de transformation socio-politique, n’est pas tout à fait novateur en dépit de la question qui le porte. Celui consacré à Carlyle a le mérite de recontextualiser sa vision de la condition de l’Angleterre (‘The Condition of England Question’) pour désentraver notre vision d’un essayiste réactionnaire, quoiqu’affligé d’une vision erronée des relations sociales. Très convaincants sont les articles consacrés, d’une part à la vision dickensienne de la culture de masse à travers ses textes journalistiques et d’autre part, à la façon dont la caricature a véhiculé le changement social entre 1820 et 1840 qui a vu l’accès des classes moyennes à cette culture.

5L’intérêt de ce recueil ne consiste pas uniquement à dresser un parallèle avec la situation contemporaine où nous sommes toujours sous le coup de l’autonomisation décrite par M. Gauchet, quoique la question de la croyance ait pris des formes spécifiques et que l’identité soit diffractée en une myriade de qualités. Il est essentiellement dans la diversité des thèmes, des auteurs et des questions abordées dont l’unité est bien assurée par la question de la croyance. Ce qui apparaît ici est le caractère extrêmement fructueux d’un champ épistémologique dont les frontières sont encore à tracer, les questions à formuler mais qui possède une valeur indéniable pour aborder l’époque victorienne à un moment où elle nous devient peut-être plus étrangère.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Coste, « Victoria Morgan et Clare Williams (eds). Shaping Belief. Culture, Politics and Religion in Nineteenth-century Writing »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 70 automne | 2009, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/4913 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.4913

Haut de page

Auteur

Bénédicte Coste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search