Navigation – Plan du site

AccueilNuméros70 automneComptes rendusLaurence Roussillon-Constanty Méd...

Comptes rendus

Laurence Roussillon-Constanty Méduse au miroir : esthétique romantique de Dante Gabriel Rossetti

Grenoble : ELLUG 2008, 292 p. 30. ISBN 978-2-84 310-113-7, ISSN 1957-9683.
Catherine Delyfer
Référence(s) :

Laurence Roussillon-Constanty Méduse au miroir : esthétique romantique de Dante Gabriel Rossetti, Grenoble : ELLUG 2008, 292 p. 30. ISBN 978-2-84 310-113-7, ISSN 1957-9683

Texte intégral

1Méduse au miroir est un livre sérieux et dense, dont l’un des mérites est de réfléchir conjointement sur la poésie et la peinture de Dante Gabriel Rossetti (1828-1882). L’auteure s’y interroge sur la vision rossettienne, c’est-à-dire sur les notions de regards, poétique et pictural, pour les mettre en tension ou en miroir, selon les cas. Le thème qui sert d’entrée en matière originale dans l’œuvre de Rossetti, et que L. Roussillon-Constanty décline tout au long de son analyse, est le mythe de Persée, qui permet d’asseoir de manière très convaincante l’ensemble de cette réflexion sur le(s) regard(s). En effet, selon L. Roussillon-Constanty, « Dans l’écriture et dans la peinture [de Rossetti], regarder s’annonce [...] comme le moyen et le but d’un saisissement, le rêve d’un œil conquérant ayant bravé le danger du monde sensible ou l’on se sait regardé, donc menacé. C’est le rêve du triomphe de Persée, brandissant la tête de Méduse en trophée, pour satisfaire la curiosité d’Andromède » (13). L’auteure démontre que la conquête de Méduse par Persée caractérise la démarche artistique oblique de Rossetti. En outre, tel Persée montrant à Andromède le reflet de la tête tranchée de Méduse dans l’eau, l’artiste est, pour Rossetti, celui qui possède les moyens de représenter le réel tout en contrôlant ses effets mortifères. La relation triangulaire entre Persée, Méduse et Andromède permet enfin d’envisager les constructions rossettiennes de la féminité.

2Comme l’indique d’emblée son titre, cette étude part du postulat, habituel depuis les premières biographies de l’artiste, selon lequel Rossetti serait fondamentalement un « Victorien romantique » inspiré par Dante d’une part et par les grandes figures du Romantisme anglais d’autre part (Wordsworth, Shelley, Coleridge, Keats et le poète-artiste Blake). Même si cela est évidemment incontestable, on peut regretter toutefois que les poètes et artistes contemporains de Rossetti ne soient guère mentionnés, car cela donne l’impression erronée d’un poète isolé, en marge de son temps et attaché à un passé révolu. Cela dit, l’ouvrage de L. Roussillon-Constanty est d’une grande richesse, avec notamment des analyses de tableau très fines et magnifiquement écrites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Delyfer, « Laurence Roussillon-Constanty Méduse au miroir : esthétique romantique de Dante Gabriel Rossetti »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 70 automne | 2009, mis en ligne le 14 janvier 2019, consulté le 17 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/4954 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.4954

Haut de page

Auteur

Catherine Delyfer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search