Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christina Rossetti. Poems and Prose

Oxford : Oxford Up. 2008. xlii + 509 p., £11.99. ISBN : 9-780 192-807 151.
Fabienne Moine
Référence(s) :

Christina Rossetti. Poems and Prose, ed. Simon Humphries. Oxford : Oxford Up. 2008. xlii + 509 p., £11.99. ISBN : 9-780 192-807 151

Texte intégral

1Cette nouvelle édition des poèmes de Christina Rossetti s’accompagne d’une sélection de textes sous formes variées qui offre une vision globale mais surtout renouvelée de l’œuvre de la poétesse victorienne. Dès la couverture de l’édition Oxford World’s Classics, le lecteur est plongé dans un univers poético-religieux qui modèle poésie et prose. Un détail d’un vitrail qui se trouve au Harris Manchester College d’Oxford, « Angels of Creation : The Third Day » composé par l’artiste anglo-catholique contemporain de Rossetti, Edward Burne-Jones, représente trois anges au regard mélancolique portant une sphère décorée de feuillages entrelacés, symbole de la Genèse. Ce troisième volet de la série « Angels of Creation » dépeint le jour de la création des arbres, des fruits et des fleurs. Sur le front, la flamme de la Pentecôte éclaire leur visage bienveillant. L’illustration religieuse soutient l’affirmation de l’éditeur, Simon Humphries, pour lequel la religion façonne tous les poèmes mais aussi tous les écrits de Rossetti. Selon lui, « Rossetti’s poetic vision is enlarged, not narrowed, by theology » (xxx). Ce n’est pas seulement la pratique religieuse presque quotidienne qui enrichit ses écrits. Les choix d’édition indiquent que l’approche de la poétesse est avant tout théologique. La poésie et la prose de Rossetti expriment une vision analogique du monde soutenue par sa parfaite connaissance de la Bible et influencée par le mouvement tractarien : « the visible becomes a symbol of the invisible, the material of the spiritual, the natural of the supernatural » (xvii). C’est la perspective théologique que semble défendre Humphries lorsqu’il effectue ses choix de sélection de poèmes, de prose, d’écrits religieux et d’extraits de correspondance. En effet, les choix effectués ne sont pas explicitement justifiés par l’éditeur dans son introduction, mais l’agencement et les titres de ses parties suggèrent que la perspective de l’édition est de mettre en évidence le cadre religieux et plus précisément tractarien qui entoure l’œuvre de Rossetti, tout en montrant que d’autres influences, littéraires ou familiales, s’intègrent harmonieusement au cœur de la pensée mystique. Ainsi, dans « Religion and History », Humphries explicite la théologie de Rossetti fondée sur la Réserve tractarienne et indique que l’implication de la poétesse dans la vie sociale — par exemple ses positions paradoxalement conservatrices et libérales — se justifie par ses croyances religieuses. « Literary Influences » constitue la seconde perspective qu’Humphries adopte dans ses choix de sélection qui soulignent sa vision de l’œuvre de Rossetti. Les poétesses romantiques à succès L.E.L. (Laetitia Elizabeth Landon) et Felicia Hemans inspirent d’abord la jeune Rossetti qui trouve ensuite en Bunyan bien plus qu’en Shakespeare et en Dante un modèle mystique qu’elle suit tout au long de son œuvre poétique. Enfin Humphries montre que l’influence de sa propre famille et, en particulier, celle de son frère Dante Gabriel ne remet pas en cause la qualité ni l’authenticité de la poésie de Rossetti. La correspondance témoigne d’un échange fructueux et régulier sans être toutefois une véritable collaboration littéraire. Les modifications suggérées par Dante Gabriel sont d’ordre esthétique tandis que le message de Christina est distinctement théologique. La coopération entre les deux poètes conduit Humphries à considérer la poésie de Rossetti comme une esthétique de l’implicite :

It is true that deep theological certainties underlie the poetry ; but Rossetti’s restless mind is more excited by what is uncertain. This, therefore, is one answer to the question of how the aesthetic qualities of the poetry are to be related to its religious content: it is through its withholding of meaning and of closure that the poetry witnesses to the condition of living in a world where truth is seen only darkly, when it is seen at all (xxxvi).

2Après une brève chronologie et une note explicative indispensable pour comprendre la façon dont sont présentés les poèmes en fin de volume, le recueil rassemble une grande quantité de poèmes choisis. Les plus célèbres comme « Shut Out », « My Dream », « The Lowest Room », « Goblin Market », « Song », « In the Artist’s Studio », côtoient d’autres poèmes moins connus mais tout aussi significatifs de l’écriture d’inspiration tractarienne de Rossetti : « Good Friday », « Up-Hill » ou « From House to Home ». Humphries choisit d’inclure trois poèmes dont les révisions sont si radicales que deux versions proposées à la suite semblent être des poèmes totalement distincts. Les poèmes extraits de Sing Song : a Nursery Rhyme Book ne sont pas négligés dans un recueil de textes religieux car Humphries retrouve les influences bibliques et la marque des écrits d’un des chefs de file du Mouvement d’Oxford, John Keble, dans les poèmes pour enfants. La présence de la séquence de sonnets Monna Immonata témoigne de l’intégration du discours religieux et de la question du genre, poétique et sexuel, dans l’œuvre de Rossetti. Enfin quelques poèmes de circonstance comme « The German-French Campaign » soulignent l’engagement de celle que la critique considère trop souvent comme une recluse. Humphries inclut enfin le dernier poème écrit par Rossetti, quelques jours avant sa mort selon William Michael Rossetti : prenant en compte les recherches récentes menées par Diane D’Amico, Humphries peut alors achever son parcours poétique par l’inédit « Sleeping at Last ».

3Mais l’intérêt de cette nouvelle édition de poèmes ne réside pas tant dans la sélection de poèmes que dans les notes qui les accompagnent et représentent un cinquième du volume. Elles apportent des informations considérables sur les dates des poèmes ou sur la localisation des manuscrits, donnent des détails sur leur état — dont la description de tous les commentaires ou illustrations ajoutés par Christina, Maria Francesca ou Gabriel Dante — et les dates de copie des poèmes dans les carnets de Rossetti. De plus les notes éclairent certains poèmes cryptés grâce à des commentaires théologiques riches et apportent une interprétation inédite de certains classiques, comme « My Dream ». Les commentaires de Humphries rattachent les poèmes à leur environnement religieux et littéraire, tissent des liens entre eux et les contemporains de Rossetti qui ont influencé son œuvre (son père Gabriele, son amie Amelia Barnard Heimann) et apportent des informations indispensables à l’identification de certaines allusions (George Herbert, Alfred Tennyson). La reproduction de la page de titre et du frontispice de Goblin Market and Other Poems tirés de l’édition de 1862 témoigne de la variété des documents pris en compte dans cette nouvelle édition qui s’attache à montrer les talents convergents et complémentaires de Christina et de Dante Gabriel.

4La variété des formes littéraires dans l’œuvre de Rossetti est mise en évidence à travers la sélection de textes divers en prose. À la suite des poèmes, Humphries choisit quatre histoires dont une d’entre elles, « A Safe Investment », est moins connue mais transmet un message religieux évident. Une place d’honneur est offerte à la prose religieuse dans le recueil, montrant l’ampleur de la réflexion théologique de Rossetti. Plusieurs extraits sont sélectionnés dans quatre essais théologiques : Seek and Find prend la forme d’une lecture explicative du Benedicite ; Letter and Spirit propose une analyse de certains commandements ; Time Flies se présente comme un journal religieux à la manière de The Christian Year de John Keble ; The Face of the Deep constitue un commentaire du Livre de l’Apocalypse. Les notes en fin de volume sont indispensables au lecteur qui connaîtrait mal les références bibliques mais qui souhaite apprécier à la fois l’ampleur des connaissances théologiques de Rossetti et la richesse de la prose poétique dévotionnelle et des poèmes qui y sont insérés. Le choix de Time Flies est opportun pour illustrer les talents multiples de Rossetti qui réussit à proposer une réflexion complexe sur le calendrier ecclésiastique en utilisant des formes littéraires variées : poèmes, prose, commentaires et épigraphes... Cette édition réinscrit de manière très utile les poèmes religieux dans leur contexte originel en prose, soulignant l’intégration régulière des deux supports et l’utilité de confronter prose et poésie qui sont deux facettes d’une même pièce théologique. La large place accordée à la prose dévotionnelle permet de resituer Rossetti dans le contexte du Mouvement d’Oxford et de redécouvrir la poétesse sous un autre visage : celui d’une théologienne tractarienne.

5La dernière partie du recueil est composée d’une sélection de lettres écrites par Rossetti. Le choix n’est pas toujours évident à saisir puisque Humphries ne l’explique pas dans son introduction. Les dix-neuf lettres sont adressées à des personnes différentes comme l’éditeur Macmillan, son frère William Michael ou la poétesse Augusta Webster, mais l’ensemble concerne Dante Gabriel. La célèbre lettre à William intégrant le poème préraphaélite « To PRB » est reproduite en premier, ce qui tend à montrer que l’objectif de Humphries consiste à replacer Rossetti dans un contexte à la fois familial et artistique, permettant de comprendre l’autre visage de la poétesse religieuse. Les lettres adressées à Dante Gabriel soulignent les échanges riches et fréquents qui encadrent la composition et la publication des poèmes. Certaines préférences peuvent surprendre comme les lettres du 13 mars ou du mois d’avril 1865 qui ne comportent que des indications sur les modifications proposées concernant certains choix poétiques. Cependant, ces lettres soulignent le travail de précision de la poétesse qui défend ses choix lexicaux, sémantiques ou prosodiques et qui intègre certaines critiques. La plupart des lettres rappellent que Rossetti est une poétesse en harmonie avec son temps (voir surtout la lettre du 3 mars 1865) qui cherche à répondre aux enjeux et aux questions soulevées par ceux et celles qui l’entourent, l’artiste Dante Gabriel Rossetti, la poétesse féministe Augusta Webster, le célèbre éditeur Macmillan. Certaines lettres révèlent aussi des inquiétudes légitimes face à la concurrence de Jean Ingelow. Les lettres choisies montrent que Rossetti possède audace et ambition qui ne sont pas incompatibles avec une âme fervente.

6La bibliographie proposée en fin de volume est sommaire et mériterait d’être mise à jour. L’ensemble de l’édition de Poems and Prose est un tout cohérent puisque la force de la pensée théologique est explorée à travers tous les supports favoris de Rossetti. Mais la diversité de la poésie religieuse et la profondeur de l’exégèse chrétienne sont enrichies par l’intégration dans l’univers qui informe la pensée de Rossetti : la famille, certaines questions sociales, le monde de l’édition... L’originalité de cette édition réside dans la variété des documents et dans la redécouverte de certains textes peu connus mais indispensables à celui qui cherche à approfondir ses connaissances de la pensée religieuse de Rossetti. Il trouvera dans les notes une aide considérable.

7Il ne s’agit pas d’une édition de plus des poèmes de Rossetti car l’orientation proposée pour les appréhender éclaire principalement l’ambition religieuse de la poétesse. Le mélange des genres rend la pensée de Rossetti plus cohérente et plus profonde encore. Tout au long de ce parcours, Humphries accompagne avec bienveillance le lecteur qui découvre ou redécouvre l’œuvre religieuse de Christina Rossetti.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Moine, « Christina Rossetti. Poems and Prose », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 70 automne | 2009, mis en ligne le 15 janvier 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cve/4966

Haut de page

Auteur

Fabienne Moine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals