Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Florence Gaillet-de-Chezelles. Wordsworth et la marche. Parcours poétique et esthétique

ELLUG Université Stendhal Grenoble 2007. 423 p. 30. ISBN 978-2-84 310-092-5.
Pierre Vitoux
Référence(s) :

Florence Gaillet-de-Chezelles. Wordsworth et la marche. Parcours poétique et esthétique. ELLUG Université Stendhal Grenoble 2007. 423 p. 30. ISBN 978-2-84 310-092-5

Texte intégral

1Cet ouvrage trouve sa place naturelle dans le cadre des recherches menées au sein du Centre du Romantisme Anglais de Lyon-2 et Grenoble. On sait que Wordsworth avait l’habitude de composer ses vers en marchant, au cours de ses promenades ou longues randonnées pédestres. Cette particularité n’a jamais été ignorée, mais elle est devenue récemment l’objet d’une attention particulière. L’introduction du présent ouvrage donne un rapide aperçu critique de ce développement. Elle part de Geoffrey Hartman fondant (en 1964) sur l’image du « halted traveller », qui met l’accent sur l’arrêt, sa thèse influente sur Wordsworth et « the binding of imagination [to nature] ». La « composition ambulatoire » n’est certes pas dissociable du moment de contemplation auquel elle conduit. Mais elle est plus qu’une condition extérieure préparatoire, elle est une dynamique qui a une incidence directe sur l’inspiration et la « voix » propres à Wordsworth.

2L’intérêt de cette excellente étude est de faire en quelque sorte le tour de la question, en trois cercles concentriques dont le centre est l’œuvre même. (I) La marche doit d’abord être située dans le contexte socio-culturel du romantisme naissant. Dégagée dès le siècle précédent de son association avec l’errance et le vagabondage, et se libérant des contraintes imposées par le développement dans l’Angleterre contemporaine des moyens extérieurs de transport, elle devient découverte du monde et exploration personnelle. (II) Elle est donc une activité existentielle. Sa démarche est l’ouverture, et d’abord aux autres, les solitaires et les exclus. Mais il reste qu’elle est avant tout ouverture du poète au monde, mais dans une quête de soi dont le terme sera l’appréhension de la « connaturalité » de l’homme et du monde par l’exercice de l’imagination co-créatrice. L’analyse du débat autour de cette notion, auquel sont invités entre autres Coleridge, Blake, et l’« egotistical sublime » noté par Keats, fait ressortir que pour Wordsworth la re-création poétique donne l’expérience d’un monde insondable dans son « inquiétante étrangeté », et n’est pas dissociable de la durée dans laquelle elle s’inscrit. La discussion des spots of time (368 sq) comme vérité découverte indissociable de sa genèse, à la fois mémorial et nouveau départ de l’imagination en tant que recherche du moi profond, est la réponse implicitement donnée à G. Hartman. Le fait que cette discussion se situe juste avant la conclusion souligne la continuité du propos. (III) La marche n’est pas seulement objet du récit, mais donne au texte une dynamique propre que fait ressortir l’étude du discours sous l’aspect de la continuité/discontinuité dans le « blank verse », des sonorités et du rythme. L’analyse se limite délibérément à une poétique de la « Voix ». Elle est précise, même si on peut en discuter quelques détails, mais sa force de conviction vient de son appartenance à un ensemble. L’étude a pour particularité de se fonder sur un corpus par citations de quelques « grands textes », et d’autres moins connus mais aussi essentiels, qui sont repris aux différents niveaux dans un réseau de références croisées et de commentaires complémentaires. Elle est de plus située et étayée par des allusions discrètes mais précises à des parentés littéraires (Proust) comme à ses fondations dans la théorie critique (G. Poulet) et la phénoménologie (Merleau-Ponty). Enfin, elle évoque aussi certains ouvrages de Jacques Rancière comme Courts voyages au pays du peuple (Seuil, 1990) ou bien son article « Transports de la liberté : Wordsworth, Byron, Mandelstam » dans l’ouvrage collectif : La politique des poètes : Pourquoi des poètes en temps de détresse ?, (éd. J. Rancière) (Albin Michel, 1992).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Vitoux, « Florence Gaillet-de-Chezelles. Wordsworth et la marche. Parcours poétique et esthétique », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 70 automne | 2009, mis en ligne le 15 janvier 2019, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/cve/4983

Haut de page

Auteur

Pierre Vitoux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals