Navigation – Plan du site

AccueilNuméros70 automneComptes rendusMaurice Chrétien. Penseurs Conser...

Comptes rendus

Maurice Chrétien. Penseurs Conservateurs au Royaume-Uni

Presses universitaires de Lyon, 2008. 299 p. 25.
ISBN : 978-2-7297-0801-4.
Pierre Vitoux
Référence(s) :

Penseurs Conservateurs au Royaume-Uni sous la direction de Maurice Chrétien, Presses universitaires de Lyon, 2008. 299 p. 25.
ISBN : 978-2-7297-0801-4

Texte intégral

1Cet ouvrage est présenté comme menant à son terme une série de quatre études sur la pensée politique au Royaume-Uni de la fin du xviiie à la fin du xxe siècle. Il est donc légitime de le situer et le lire comme partie d’un ensemble (même si le programme de départ n’était pas nécessairement établi en détail). Les trois précédentes publications ont pour titre Libéraux et anti-libéraux (1994), Le Nouveau libéralisme anglais (1999), et Le Socialisme à la britannique (2002). Les titres mêmes font apparaître que toute la série s’organise autour d’une opposition fondamentale, qu’on peut sommairement définir comme « libéralisme/socialisme ». Mais elle traduit moins une alternative radicale qu’un équilibre différent entre forces contraires, et d’autre part le contenu idéologique, l’impact politique et la formulation même de chaque élément sont modifiés par l’évolution rapide de la société.

2C’est à ce jeu complexe que s’attachent les volumes successifs. (1) Le premier volume couvre le xixe siècle, et la formation du couple antagoniste. Sa première partie est consacrée à l’émergence, à partir de la critique du mercantilisme, d’une pensée libérale en matière de production et d’échange, qui redéfinit sans le nier le rôle de l’État. Elle est représentée par Ricardo et Malthus, l’utilitarisme appliqué à la politique par James Mill, l’essai On Liberty (dans un article qui fait toutefois ressortir le rapport problématique de cet essai avec le penchant socialiste de John Stuart Mill), et la déviance toujours menaçante de l’évolutionnisme social sur le modèle de la « sélection naturelle » de Herbert Spencer. La deuxième partie est simplement définie par une négation, et il est effectivement difficile de rassembler autrement l’esprit coopératiste de W. Thompson, le rationalisme organisationnel de R. Owen, l’utopie de W. Morris, et l’évolution de Carlyle d’une critique passionnée de l’ordre capitaliste à une vision politique quasi totalitaire. Mais ces divergences mêmes témoignent du déclin en tant qu’inspiration de l’esprit libéral attaqué de toute part. Le parti qui s’en réclame ne peut (avec Gladstone) que partager la gestion d’une société prospère soutenue par l’expansion coloniale. (2) La crise de ce modèle à partir des années 1880 contraint le libéralisme à une révision doctrinale diversement conduite par T. Hobhouse, T. H. Green, J. A. Hobson, et Alfred Marshall dans sa définition positive et limitative de l’intervention de l’État, sa critique de l’impérialisme et du protectionnisme. Mais cette pensée critique ne sera que brièvement traduite en politique, car elle est concurrencée par une tendance plus radicale. (3) En effet, parallèlement se développe un « socialisme insulaire », dont les caractéristiques sont le rejet de la théorie de la rupture révolutionnaire (G. D. H. Cole), l’inspiration éthique (R. H. Tawney), et la revendication d’une société véritablement égalitaire (A. Crosland). Il est la référence du travaillisme politique en phase avec les syndicats. Mais la frontière reste incertaine entre ce « socialisme libéral » démocratique et le « libéralisme social », comme en témoigne le parcours de J. M. Keynes, avec tous les dangers d’une interprétation simpliste de sa pensée. Le chapitre final, de « réflexions sur la pensée blairiste » se demande (et la réponse est dubitative) si le « New Labour » de Blair a réussi à dépasser les divergences idéologiques pour opérer une synthèse politique.

3(4) Le présent ouvrage comprend onze études. Il part d’Edmund Burke qui pose les bases de ce qui sera le conservatisme britannique : société organique, libertés comme héritage et non idéologie de la liberté, mais aussi pragmatisme impliquant l’adaptation des principes aux circonstances. Disraeli, dont la pensée est relayée par Richard Ostler, constate que le système industriel libéral entraîne la désagrégation de l’organisme social et que le conservatisme doit donc inclure l’interventionnisme compassionnel. Henry Maine et William Lecky tentent de trouver une réponse par l’équilibre institutionnel à la menace de nivellement et de tyrannie populaire que fait peser la démocratisation en marche. Leopold Amery entreprend la transformation de l’Empire Britannique en Commonwealth, qu’Elie Kedourie conçoit comme une structure souple accueillant la diversité communautaire et évitant la confrontation des nationalismes. Mais de plus en plus le conservatisme doit se définir par opposition au parti travailliste, notamment par la critique (M. J. Oakeshott) du dirigisme économique et de la perte des libertés au nom d’une liberté utopique. Après une période de conservatisme plus ou moins consensuel, on passe à l’élaboration par l’intellectuel F. Hayek du néo-conservatisme ultra-libéral et sa traduction politique par Keith Joseph et Alfred Sherman. Ses principes seront mis en pratique au cours des années Thatcher, mais avec une obstination idéologique (rigueur de la politique monétariste, dogme de l’auto-régulation) contraire au pragmatisme qui est de l’essence du conservatisme. Mais le parti à reconstruire aura laissé pour legs intégré dans le « New Labour » l’idée que la libération des forces productives conditionne la possibilité de la redistribution sociale.

4L’ensemble de cette série offre une vision panoramique mais non systématique. Chacun des trois derniers volumes a pour thème propre l’un des éléments de l’opposition binaire, étudié sur une plus ou moins longue partie de la période envisagée, ce qui lui donne à la fois cohérence et continuité. Mais le lecteur est invité à une lecture croisée qui rétablit la perspective d’ensemble. Cette méthode permet par ailleurs de suivre les méandres de chaque courant de pensée, et de faire place à des penseurs significatifs moins connus à côté de ceux qui jalonnent les grandes routes familières. L’accent mis sur ce qui est proprement « britannique » entraîne un certain isolationnisme culturel qui laisse peu de place pour les relations d’influence ou d’opposition avec les courants continentaux, Marx, Saint-Simon et Comte en particulier, mais les notes et bibliographies ouvrent des perspectives complémentaires. Cet excellent travail d’une équipe associant des chercheurs en civilisation britannique, sciences politiques et économie contribue à légitimer la discipline universitaire définie comme « histoire des idées » en tant que champ de recherches interdisciplinaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Vitoux, « Maurice Chrétien. Penseurs Conservateurs au Royaume-Uni »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 70 automne | 2009, mis en ligne le 15 janvier 2019, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/4995 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.4995

Haut de page

Auteur

Pierre Vitoux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search