Navigation – Plan du site
58e Congrès de la SAES, atelier de la SFEVE, Utopia(s) and Revolution(s)

Révolution sociale et utopie chez les premiers Fabiens (1884-1890) : un positionnement complexe

Social Revolution and Utopia among the First Fabians (1884-1890): a complex position
Marie Terrier

Résumés

Quarante ans après la disparition du mouvement owéniste et une dizaine d’années après la dissolution de la Première Internationale (l’AIT) au lendemain de la Commune de Paris, la Grande-Bretagne connaît un « renouveau socialiste » (Socialist Revival). C’est dans ce contexte qu’est créée la Société fabienne en 1884. Ses membres, des réformateurs issus des classes moyennes libérales, aspirent à une révolution sociale, au sens de changement en profondeur de l’organisation économique et sociale. Alors qu’ils ont pour ambition de donner une base théorique au socialisme britannique, les Fabiens sont très tôt amenés à traiter la question des utopies. Leur positionnement est relativement ambigu. D’une part, ils cherchent ouvertement à prendre leur distance avec le socialisme dit « utopique » du début du xixe siècle et ils critiquent les méthodes des penseurs utopistes. D’autre part, ils reconnaissent une certaine valeur aux utopies dans la mesure où elles sont porteuses d’idéaux qui incitent les citoyens à changer le monde. En outre, même si les Fabiens souhaitent dépasser le mouvement owéniste, souvent qualifié d’« utopique », ils adoptent un regard bienveillant à son égard. Par ailleurs, dans la mesure où les Fabiens défendent avec conviction l’idée qu’un avenir meilleur est à portée de main, certaines de leurs idées peuvent être qualifiées d’utopiques. L’étude du positionnement des premiers Fabiens sur la question des utopies permet de souligner l’influence limitée de Marx et Engels et révèle davantage celle de John Stuart Mill. Les critiques qu’ils adressent aux utopies font également apparaître leur stratégie politique réformiste et leur vision évolutionniste du changement social.

Haut de page

Texte intégral

1Quarante ans après l’échec du mouvement owéniste et une décennie après la disparition de la Première Internationale (l’Association Internationale des Travailleurs) au lendemain de la Commune de Paris, la Grande-Bretagne connaît un « renouveau socialiste » (Socialist Revival). Les socialistes des années 1880 tentent de définir de nouveaux objectifs et de nouvelles stratégies. Cependant, ils doivent composer avec les traditions socialistes qui les ont précédés.

2C’est dans ce contexte qu’est créée la Société fabienne en 1884. Ses membres, des réformateurs issus des classes moyennes libérales, aspirent à une révolution sociale (au sens de changement profond) : ils militent en faveur d’une réorganisation de la production et d’une redistribution des richesses afin que disparaissent les inégalités et la pauvreté. Les Fabiens ont des projets ambitieux, mais ils se veulent réalistes. Ils développent une vision réformiste du changement social : d’après eux, le socialisme sera atteint grâce à la mise en place de réformes par l’intermédiaire de l’État et de diverses institutions locales. Ils se distinguent ainsi de la Social Democratic Federation d’inspiration marxiste et la Socialist League qui refuse la participation au jeu parlementaire (Bevir). Conçue avant tout comme un club de pensée (ou groupe de débats), la Société fabienne nourrit l’ambition de donner une base théorique au socialisme britannique et de participer à sa diffusion par l’intermédiaire de conférences et de publications. Les Fabiens alimentent leur réflexion en s’appuyant sur des expériences politiques et sociales britanniques, sur diverses tendances du socialisme continental et américain, mais aussi en reprenant certaines conclusions de la sociologie du xixe siècle. Dans cet effort de construction d’un socialisme qui serait applicable dans le contexte économique, politique et social britannique, ils sont très tôt amenés à se positionner sur la question des utopies.

  • 1 Marx et Engels opposent le « socialisme scientifique » qu’ils tentent de construire au socialisme q (...)

3Assez logiquement, les Fabiens s’interrogent sur le mouvement owéniste des années 1830-1840 et sur ses échecs. Considéré comme le premier mouvement socialiste britannique, il s’est développé sous l’égide de Robert Owen, chef d’entreprise philanthrope, puis fondateur de communautés. Owen insiste sur le déterminisme et sur le communautarisme afin de promouvoir le principe de coopération et d’éradiquer l’individualisme. Il développe une doctrine sociale qu’il entend fonder sur une science de la société. Il souligne l’importance du changement moral et développe une rhétorique gradualiste et non-révolutionnaire. Dans les années 1840, la faillite des principales communautés owénistes aux États-Unis et en Grande-Bretagne précipite le déclin du mouvement. C’est à cette époque que Marx et Engels qualifient de « socialisme utopique » les écrits et les expériences de Robert Owen et de ses partisans1. Cette appellation, bien que réductrice, est pourtant vite passée à la postérité (Siméon 27-28). Contrairement à leurs prédécesseurs, Marx et Engels souhaitent fonder un « socialisme scientifique ». Ils développent une conception matérialiste et déterministe de l’histoire qui les incite à prôner la lutte des classes pour faire advenir la révolution politique nécessaire à la mise en place du socialisme.

4Dans les années 1880, les Fabiens reconnaissent une certaine dette idéologique envers le socialisme dit « utopique » de Robert Owen. Pourtant, tout comme Marx et Engels, ils ont pour ambition de construire un socialisme scientifique fondé sur une analyse de l’histoire, de l’économie et de la société. Ils sont également influencés par les écrits de John Stuart Mill : malgré son attachement au libéralisme économique, ce dernier tente d’offrir une justification morale au socialisme (Wolfe 23-65). Comme Marx et Engels, mais, avec plus de bienveillance, il commente le socialisme dit « utopique » des années 1840 (Levin).

5Le rapport complexe des premiers Fabiens au socialisme utopique, et plus généralement à l’utopie, n’a été que partiellement exploré par l’historiographie. Les principales études d’envergure sur les Fabiens ne se penchent guère sur la question. Willard Wolfe et Mark Bevir, qui soulignent les continuités intellectuelles entre la tradition radicale britannique et le renouveau socialiste, mentionnent rapidement l’abandon progressif par certains Fabiens de tendances utopiques (Wolfe 128) ou la tenue d’une conférence sur le socialisme utopique en 1886 (Bevir 134). Certaines études abordent pourtant la réception du socialisme utopique chez les Fabiens. Alan McBriar, qui remet en cause l’influence politique des Fabiens, présente leurs efforts pour rejeter les communautés utopiques, considérant qu’il s’agit d’un pas décisif dans la formulation du collectivisme fabien (McBriar 98-99). Il n’interroge cependant pas le discours des Fabiens sur le rejet des utopies et du socialisme utopique. Dans son étude sur les réceptions complexes de Robert Owen en Grande-Bretagne, Ophélie Siméon souligne au contraire l’attrait de l’owénisme pour les Fabiens : il s’agit d’un socialisme gradualiste aux origines britanniques qui permet de rejeter la théorie révolutionnaire marxiste (Siméon 29). D’autres études soulignent, quant à elles, les tendances utopiques de la pensée des Fabiens. Margaret Cole reconnaît avec bienveillance que les Fabian Essays de 1889 sont empreints d’une vision optimiste de l’histoire et de la nature humaine (Cole 32). De manière beaucoup plus analytique et critique, Peter Beilharz souligne le caractère utopique du collectivisme de Sidney Webb en montrant notamment que ses conclusions sur l’avenir de la société sont davantage fondées sur sa volonté et des motivations morales que sur la réalité historique et sociale (Beilharz 51-92). David Leopold se penche lui aussi sur les écrits de Sidney Webb pour monter que les Fabiens ont tendance à élaborer des projets précis qui les rapprochent des penseurs des utopies (Leopold 2007). Malgré leur intérêt, il manque à ces études une prise en compte de la diversité des premiers Fabiens, puisque, comme l’a montré Stéphane Guy, ils ne partageaient pas tous la même vision du changement social, Hubert Bland étant plus pessimiste que les autres Fabiens (Guy 2017b).

  • 2 La typologie suivante est partiellement inspirée de celle dressée par David Leopold dans le cadre d (...)

6L’ensemble de ces études fait apparaître un paradoxe entre d’une part une posture de rejet partiel des utopies de la part des Fabiens et d’autre part une difficulté à échapper à certaines tendances utopiques. Afin d’explorer plus en détail ce paradoxe, il convient de rappeler la multiplicité des acceptions des termes « utopie » et « utopique2 ». Tout d’abord, l’utopie est un genre littéraire spécifique apparu au xvie siècle avec Thomas More. L’utopie littéraire offre souvent une réflexion politique et sociale, mais il s’agit d’une œuvre de fiction qui est assumée comme telle par son auteur. Même si les socialistes britanniques ont d’autres centres d’intérêt, ils écrivent et lisent des utopies. On pense évidemment à News from Nowhere, le roman de William Morris publié en 1890. Ils commentent également Looking Backward, roman utopique écrit par le collectiviste américain Edward Bellamy en 1888. Deuxièmement, le terme d’« utopie » est employé pour parler des projets qui offrent un portrait précis du fonctionnement de la société idéale, c’est-à-dire lorsque des réformateurs élaborent des programmes détaillés. Dans les années 1880, on qualifie ainsi d’« utopique », « the drawing up of detailed blue-prints of the future society » (McBriar 98) et c’est la raison pour laquelle les Fabiens assimilent par exemple le projet politique d’Auguste Comte à une utopie (Pease 19). Les premiers Fabiens s’y intéressent pourtant et l’ensemble des socialistes britanniques est inspiré par des ouvrages politiques qui donnent à voir ce que serait une société alternative plus juste, par exemple Progress and Poverty (1879), du réformateur agraire américain Henry George, qui rencontre un énorme succès en Grande-Bretagne, Woman and Socialism (1879) du socialiste allemand August Bebel ou encore The Cooperative Commonwealth (1884) du collectiviste américain Lawrence Gronlund. Un troisième sens du terme « utopique » est également très utilisé au xixe siècle. Il s’agit de « the advocacy of the founding of Socialist colonies » (McBriar 98). L’adjectif qualifie ainsi des communautés autonomes, fondées sur l’adhésion volontaire à des valeurs morales, politiques ou religieuses très fortes, comme les communautés owénistes ou fouriéristes ou encore des communautés religieuses (Leopold 2007, 221). Quatrièmement, afin de souligner le caractère polémique du terme « utopique », il faut rappeler son sens négatif. Est qualifié d’« utopique » un projet jugé irréaliste ou naïf par ses détracteurs. Il s’agit de l’un des deux sens donnés par Marx et Engels au « socialisme utopique ». Enfin, il existe un sens beaucoup plus large du terme qui permet de désigner une aspiration à une société meilleure et par extension une société idéale qui n’existe pas encore. Ainsi, pour David Leopold, « all socialisms are in that sense utopian » (Leopold 2007, 223). Il s’agit d’un sens qui n’était guère utilisé par les socialistes des années 1880, mais qui permet d’analyser de manière critique le socialisme, sans pour autant chercher à dénigrer ce projet.

7L’objectif de cet article est d’étudier le positionnement complexe des Fabiens vis-à-vis des utopies tout en s’interrogeant sur l’influence de Marx et Engels, mais également sur celle de John Stuart Mill. Les Fabiens cherchent surtout à rejeter les stéréotypes qui associent le socialisme en général au socialisme utopique et veulent définir un socialisme pragmatique. Dans cette étude, je m’appuierai sur une sélection de textes écrits par les premiers Fabiens (articles, conférences et essais tirés des Fabian Essays de 1889) dans lesquels ils discutent ouvertement du rôle des utopies dans la mise en place de la révolution sociale à laquelle ils aspirent.

8Je commencerai par souligner que les Fabiens reconnaissent une certaine valeur aux utopies. Nous verrons ensuite qu’ils refusent pourtant de construire des utopies au nom du pragmatisme politique. En effet, ils préfèrent transformer la société dans laquelle ils vivent plutôt que de fonder des communautés expérimentales. Dans une partie suivante, nous verrons qu’ils critiquent aussi les utopies au nom de la théorie de l’évolution. Ils estiment ainsi que les méthodes utopiques de certains penseurs politiques ne sont pas scientifiques, contrairement à leur conception de l’évolution de la société vers le socialisme. Enfin, dans une quatrième partie, je tenterai de comprendre pourquoi, malgré leurs efforts, les Fabiens ne parviennent pas totalement à échapper à certaines tendances utopiques.

Intérêt pour les idéaux portés par les utopies

9Tout d’abord, en tant que socialistes, les Fabiens font l’éloge de l’utopie qu’ils considèrent comme un idéal capable d’inspirer les réformateurs. Dans son essai de 1889, consacré à la propriété dans une société socialiste, Graham Wallas souligne l’intérêt des utopies politiques. D’une manière générale, il considère que les idéaux dont elles sont porteuses ne changent pas le monde, mais qu’elles suscitent un espoir et des aspirations qui contribuent à la mise en place d’importantes réformes économiques et sociales. Il explique ainsi que dans l’histoire : « changes which might have been delayed for centuries or might never have come at all, have been brought about by the persistent preaching of some new and higher life, the offspring not of circumstance but of hope » (Wallas 166). Par exemple, Webb rappelle, dans son essai « Historic », à quel point Robert Owen a contribué à l’adoption des premiers Factory Acts dans les années 1830, ces lois permettant une amélioration des conditions de vie et de travail des classes laborieuses (Webb, 1889).

  • 3 Le roman est d’abord publié en feuilleton entre janvier et octobre dans Commonweal, le périodique d (...)
  • 4 Il n’est pas surprenant qu’Annie Besant ne cite pas News from Nowhere, dans la mesure où le roman e (...)

10En février 1890, dans un article qu’elle intitule « Utopias », Annie Besant confirme l’utilité des utopies, en insistant cette fois sur les utopies littéraires. Le contexte n’est pas anodin puisque News from Nowhere est publié la même année3. Pourtant, elle ne mentionne pas le roman de William Morris, lui préférant celui du collectiviste Bellamy4. D’après elle, « the use of Utopias is the same as the use of ideals ». Tout en associant l’utopie au rêve, plutôt qu’à l’action, Annie Besant concède que les utopies peuvent donner une impulsion à l’action : « It is true that dreaming is not acting, but it is also true that a dream may give an impulse to action, may stir the sluggish and animate the drone » (Besant 1890, 2). En présentant une société heureuse et bien organisée, les utopies peuvent convaincre les individus qu’une société socialiste est désirable. Ainsi les utopies littéraires ont un rôle à jouer dans le travail de diffusion du socialisme. Au sein même du mouvement, elles permettent également d’entretenir l’espoir des militants. Les utopies peuvent aussi être une source d’inspiration pour trouver des solutions à certains problèmes. Par exemple, dans son essai fabien de 1889, Annie Besant reprend une proposition de Bellamy formulée dans Looking Backward : afin que tous les emplois soient pourvus sans contraindre les individus, il faudrait rendre les métiers pénibles plus attrayants, à la fois en réduisant le temps de travail et en augmentant le recours aux machines (Besant 1889, 198). Cet exemple illustre la circulation des idées associées au socialisme utopique entre les pays et les époques. En effet, on retrouve cette proposition dans les écrits de Charles Fourier, et John Stuart Mill la commente avec intérêt (Levin 74).

11Les Fabiens ont également une vision positive du socialisme dit « utopique ». Par exemple dans son essai « Historic », Sidney Webb explique : « Robert Owen and his following of enthusiastic communistic co-operators steadfastly held up a loftier ideal » (Webb 1889, 64). Il reconnaît à la fois la pertinence de leur critique de l’individualisme et du capitalisme, mais également la force de leurs idéaux. Trois ans plus tôt, dans une conférence à la Société fabienne sur les communautés socialistes américaines, Frank Podmore admettait l’importance de l’héritage de ce mouvement malgré ses échecs : « The Owen and Fourier Movements were the heedless enthusiasms of youth, predestined to material failure. Like other youthful enthusiasms, they have died out, but they have done their work, and have left their fruit behind them. . . . And Fabians should certainly look sympathetically upon these records of failure » (Podmore 66-67).

12Alors que Marx et Engels distinguent Owen de ses partisans, louant le fondateur, mais rejetant le travail de ses disciples comme obsolète (Leopold 2005), les Fabiens préfèrent souligner la continuité entre leurs idéaux et ceux du mouvement owéniste dans son ensemble. Ils s’intéressent à l’idéal owéniste de coopération, mais ils tentent d’analyser les raisons de l’échec de ce mouvement dans l’espoir de ne pas reproduire ses erreurs. Tout comme Mill, ils ne critiquent pas non plus l’owénisme pour son caractère utopique. Ils critiquent plutôt les méthodes utopiques en général.

Méfiance vis-à-vis des projets idéalistes au nom du pragmatisme politique

13Les Fabiens estiment que les communautés utopiques et les projets idéalistes sont voués à l’échec. Comme Mill, ils reprochent aux utopistes leur conception naïve de la nature humaine. Ils soulignent que les utopies ne peuvent pas être mises en place tant que les individus ne seront pas réformés moralement. Par exemple, dans sa conférence de 1886 à la Société fabienne, Frank Podmore insiste sur l’échec des communautés socialistes américaines, qu’elles aient été créées par Owen, Fourier ou encore Cabet. Il porte tout de même un regard bienveillant sur ces projets, soulignant qu’ils étaient trop en avance sur leur temps.

14Dans leurs essais de 1889, les Fabiens soulignent les dangers des descriptions détaillées de la société socialiste, c’est-à-dire des utopies au sens de portrait précis de la société idéale. Par exemple, Wallas reproche aux utopistes du passé de ne pas avoir pris en compte les hommes et les femmes tels qu’ils étaient : « Each was quite sure that mankind had only to fashion themselves after his model in order, like the prince and princess in the fairy story, to live happily ever after » (Wallas 165). Pour justifier son idée, il prend l’exemple de la consommation collective. Owen et Fourier ont essayé de mettre en place des cantines publiques et le socialiste américain Gronlund continue de défendre cette idée. Wallas estime que cette proposition est louable, mais il constate avec regret que les Britanniques ne sont pas encore prêts à l’adopter : « For instance, each family now insists on having a separate home, and on cooking everyday a separate series of meals in a separate kitchen. Waste and discomfort are the inevitable result; but families at present prefer waste and discomfort to that abundance which can only be bought by organization and publicity » (Wallas 168).

15Contrairement aux utopistes, les Fabiens souhaitent proposer des réformes susceptibles d’être appliquées immédiatement à l’ensemble de la société. Comme l’explique Annie Besant chargée de dresser le portrait de ce que serait une organisation socialiste de l’industrie : « I am only trying to work out changes practicable among men and women as we know them; always seeking to lay down, not what is ideally best, but what is possible » (Besant 1889, 188).

16Dans la lignée de Mill, les Fabiens préfèrent donc réformer la société dans laquelle ils vivent plutôt que de s’en extraire, que ce soit pour fonder des communautés idéales ou pour préparer la substitution soudaine de la société idéale à la société actuelle. Revenant sur l’histoire de la Société fabienne, Frank Podmore rappelle qu’il s’agit d’un groupe dissident issu du Fellowship of the New Life inspiré par le philosophe et réformateur écossais Thomas Davidson. Les Fabiens ont quitté ce groupe d’intellectuels attirés par le socialisme éthique. Ils critiquaient l’idée que la réforme sociale résulterait principalement d’une réforme morale. En outre, ils refusaient d’encourager la fondation de communautés. Podmore rappelle ainsi que le signe distinctif des Fabiens est la volonté de travailler au sein de la société :

In the earlier days of the Society, before yet it had received a name and a constitution, there arose a great strife amongst the members. There were some who held that the only sure way to redeem the world was to get out of it with what speed they might, and found another and a better world in America, or elsewhere. But the Fabians held, as they hold now, that being in the world it is better on the whole to remain there, and to be content with such work and such fellow-workmen as we find there, since better are not to be had. We have received a rich inheritance from the past, and we shall all of us attain to a fuller life in developing that inheritance, rather than constructing impossible Utopias. (Podmore 67)

17Comme chez Marx et Engels, le corollaire de cette critique des utopies est l’engagement dans l’action politique. Cependant, les Fabiens rejettent la lutte des classes. Ils souhaitent au contraire s’appuyer sur les institutions politiques britanniques estimant qu’elles sont en voie de démocratisation et qu’elles peuvent être mises au service du peuple. Annie Besant est l’une des premières dirigeantes de la Société fabienne à afficher clairement la nécessité pour les socialistes d’entrer au Parlement. Par exemple, en juin 1886, lors d’une conférence organisée par la Société fabienne, elle s’oppose à William Morris qui rejette le parlementarisme. D’après elle, il n’existe pas d’autre méthode pour obtenir la révolution sociale à laquelle aspirent les socialistes : « There [are] certain things which socialists desire to gain [first the destruction of class, next the destruction of landlordism, and third the destruction of capitalism] and [I fail] to see how they can be gained save by parliamentary action » (Besant 1886).

18Les Fabiens rejettent donc les méthodes utopiques qui ne correspondent pas à leur stratégie politique, car ils ne croient pas à l’idée de révolution, au sens de substitution soudaine et spectaculaire d’un système à un autre. Au contraire, ils adoptent une attitude résolument réformiste qui s’appuie sur la théorie de l’évolution.

Refus d’élaborer des projets utopiques au nom de la théorie de l’évolution

19Les Fabiens cherchent à définir un socialisme scientifique, mais ils s’appuient peu sur les travaux de Marx et Engels. Ils reconnaissent plutôt une dette envers les penseurs britanniques de l’évolution, en particulier Herbert Spencer. Ils considèrent ainsi que la société est un organisme en perpétuelle évolution. Par conséquent, les révolutions, au sens de changements considérables, n’arrivent pas soudainement, mais progressivement. En outre, la nouvelle organisation sociale sera nécessairement fondée sur l’ancienne en raison de ce que Webb appelle « the gradual evolution of the new order from the old » (Webb 1889, 48). Les utopies, qui n’envisagent pas réellement de période de transition entre l’ancien et le nouveau monde, sont donc considérées comme irréalisables et même anhistoriques. Webb affirme ainsi : « History shows us no example of the sudden substitution of Utopian and revolutionary romance » (Webb 1889, 48). Par extension, les méthodes révolutionnaires sont également considérées comme utopiques, au sens d’irréalistes. En 1894, Webb se moque de ceux qui, dans les années 1880, prônaient l’insurrection en croyant naïvement que le prolétariat balaierait ses oppresseurs comme des quilles, puis réussirait à mettre en place une société parfaite : « [They hoped] of a sudden tumultuous uprising of a united proletariat, before whose mighty onrush kings, landlords and capitalists would go down like ninepins, leaving society quietly to re-sort itself into Utopia » (Webb 1894, 3). Les utopies manquent également de scientificité : elles proposent une vision statique de la société idéale alors que la science a montré que la société ne cessait d’évoluer. D’après Webb, les penseurs tels que Platon, Thomas More, Robert Owen, mais aussi Auguste Comte, sont utopistes car pour eux, « the ideal society was represented as in perfectly balanced equilibrium, without need or possibility for future organic alteration » (Webb 1889, 47). En raison de sa volonté de se distinguer des penseurs utopiques, Webb omet de mentionner à quel point Auguste Comte a contribué à son cheminement vers le socialisme (Wolfe 183-214). Il passe également sous silence le fait que, comme Owen et Comte, les Fabiens fondent leur entreprise de réforme de la société sur la science et la raison.

20La théorie de l’évolution amène les Fabiens à présenter les communautés utopiques fondées sur l’agriculture comme rétrogrades. Le socialisme moderne ne peut plus prôner un tel retour à la terre ni s’extraire de la société moderne pour en esquiver les problèmes. Au contraire, il est nécessaire d’intégrer les connaissances nouvelles et de comprendre les évolutions de l’économie et de la société. Tout comme Marx et Engels, les Fabiens soulignent l’importance d’accepter les effets de la révolution industrielle (Leopold 2005) : le développement du travail en usine aux dépens de l’agriculture, l’exode rural, mais aussi la division du travail et la spécialisation des métiers. Évoquant l’état d’esprit des Fabiens dans les années 1880, Webb explique ainsi :

  • 5 Webb fait ici référence aux théories économiques, notamment celles de John Stuart Mill et de Karl M (...)
  • 6 Il s’agit de la théorie de la rente, mise en lumière par les économistes David Ricardo et Thomas Ma (...)

We had but little sympathy with schemes for the regeneration of mankind by the establishment of local Utopias whether, in Cumberland or in Chili. To turn our back on the Unearned Increment5 and the Machine Industry seemed a poor way of conquering them. We had no faith in the recuperative qualities of spade husbandry or in any devices for dodging the Law of Rent6(Webb 1894, 4)

21Le socialisme moderne doit aussi prendre en compte le phénomène démocratique dont la force a été démontrée par Alexis de Tocqueville. Webb et les Fabiens sont cependant plus optimistes que Tocqueville dans la mesure où ils sont convaincus que la démocratisation politique s’accompagne d’une démocratisation de la vie économique, notamment grâce aux lois qui limitent la liberté de manœuvre des capitalistes et qui permettent à l’État d’intervenir dans la gestion de l’économie (Webb 1889 ; Clarke ; Besant 1889). Dans ce contexte, il est nécessaire de formuler des projets qui concernent l’ensemble de la population. Or, les Fabiens reprochent aux projets communautaires de s’adresser uniquement à un petit nombre d’individus. D’après Webb, « the aim of the modern Socialist movement . . . is not to enable this or that comparatively free person to lead an ideal life, but to loosen the fetters of the millions who toil in our factories and mines, and who cannot possibly be moved to Freeland or Topolobampo » (Webb 1894, 10).

22En raison de leur théorie évolutionniste et des critiques qu’ils adressent aux utopistes, les Fabiens sont réticents à l’idée de décrire la société socialiste. Plutôt que se projeter dans un avenir lointain, ils préfèrent se concentrer sur la transition immédiate vers le socialisme. Comme le dit Annie Besant, au début de son essai, « I shall scarcely touch on the ideal Social State that will one day exist » (Besant 1889, 188). Elle consacre donc une longue partie de son travail au problème du chômage qui est très préoccupant à cette époque. Puis, elle propose surtout des réformes pour favoriser la transition vers le socialisme.

  • 7 Le site de la London School of Economics qui héberge les archives en ligne de la Société fabienne m (...)

23Pour les Fabiens, le socialisme n’est plus un produit de l’imagination, mais un produit inévitable de l’évolution de la société. Afin d’accélérer cette transition, ils souhaitent intervenir (directement et indirectement) dans les institutions politiques. Ils sont donc enclins à formuler des recommandations sur l’organisation de la société et de l’économie. Dès la fin des années 1880, les Fabiens écrivent des rapports et élaborent des programmes politiques portant, par exemple, sur la nationalisation des terres et de l’industrie, l’instauration de la journée de huit heures, l’extension du suffrage ou encore la réforme de l’assistance publique. Ce sont les fameux Fabian Tracts dont les titres mêmes attestent cette volonté de diffuser les connaissances et d’entreprendre des réformes immédiates dans tous les domaines de la société et de l’économie. Dans la longue liste de ces brochures, on trouve par exemple : Facts for Socialists (1886), The True Radical Programme (1887), An Eight Hours Bill: in the form of an amendment of the Factory Acts (1889), Practicable Land Nationalization (1890), The New Reform Bill (1890), The Reform of the Poor Law (1891), The Municipalisation of the Gas Supply (1891)7.

24Pour David Leopold, l’écriture de programmes détaillés représente une tendance utopique qui distinguerait les Fabiens de Marx et Engels, ces derniers refusant catégoriquement de décrire, autrement que dans les grandes lignes, la manière dont fonctionnerait une société socialiste (Leopold 2007, 231-32). Il me semble au contraire qu’avec ces programmes, les Fabiens se concentrent sur les progrès du socialisme à court terme. Ils proposent certes des réformes politiques, économiques et sociales précises, mais ils ne cherchent pas à décrire dans les moindres détails ce que devrait être la société idéale. Ils n’évoquent jamais en détail les relations sociales, les loisirs ou l’organisation de la famille dans la société socialiste. Sydney Olivier commence d’ailleurs son essai de 1889 en affirmant : « We are not dealing with Socialism as a religion, nor as concerned with questions of sex or family: we treat it throughout as primarily a property-form, as the scheme of an industrial system for the supply of the material requisites of human social existence » (Olivier 131). Pour Stéphane Guy, cette déclaration atteste sa volonté, comme celle de l’ensemble des essayistes, de rompre avec les méthodes utopiques (Guy 2017a, 173).

25Il me semble donc que les tendances utopiques des Fabiens ne sont pas à chercher du côté des programmes qu’ils élaborent, mais plutôt du côté de certains présupposés optimistes inhérents à toute tentative de réforme.

L’impossible abandon de tendances utopiques

  • 8 Stéphane Guy souligne que Hubert Bland est au contraire pessimiste. Ce spécialiste des Fabiens cons (...)

26Les Fabiens pensent qu’en adoptant une démarche pragmatique et scientifique, ils arriveront à écarter les critiques qui considèrent le socialisme comme une utopie, c’est-à-dire comme un projet politique irréalisable. Pourtant, en raison de leur aspiration à une société meilleure et surtout en raison de leur conviction que celle-ci sera mise en place, on peut parler de tendances utopiques, au sens d’idéalistes, dans leur pensée. Même si les Fabiens ne parlent pas tous d’une seule voix (Wolfe ; Bevir ; Guy), la plupart d’entre eux partagent un certain nombre de présupposés concernant l’évolution de la société, la nature humaine et les institutions démocratiques8.

27Tout d’abord, les Fabiens sont convaincus qu’il est possible d’atteindre une société où l’égalité et la justice règneront. Leur foi, très victorienne, dans le progrès est en phase avec la vision Whig de l’histoire qui insiste sur le progrès continu de la liberté. Bien qu’ils tentent de fonder leur vision de l’histoire sur les théories scientifiques évolutionnistes, ils sont tellement convaincus de la marche inexorable de la société vers le socialisme qu’ils minimisent les résistances à leurs projets. Ils utilisent souvent des métaphores temporelles, végétales, voire religieuses, pour assurer qu’il existe un principe directeur dans l’histoire auquel les êtres humains ne peuvent se soustraire. Par exemple, Webb parle de forces aveugles : « the blind social forces. . . inexorably working out social salvation » (Webb 1889, 51). Pour Wallas, il s’agit d’un progrès inconscient : « the slow and often unconscious progress of the Time spirit » (Wallas 165). On peut parler de tendances millénaristes dans la pensée de nombreux Fabiens, tant ils sont convaincus de la marche inexorable de la société vers une forme de paradis sécularisé. Cette ressemblance avec une forme de téléologie déterministe n’est pas sans rappeler les aspirations millénaristes du courant owéniste (Harrison).

28Les Fabiens tentent pourtant de justifier leur optimisme par une analyse économique et historique. S’appuyant sur le travail de Gronlund, lui-même inspiré de Marx, les Fabiens affirment que les développements du capitalisme conduisent au socialisme. Ils accueillent donc favorablement le phénomène de concentration des entreprises et la financiarisation accrue qui place des salariés, plutôt que des capitalistes, à la tête des entreprises. Annie Besant prévoit ainsi « the taking over of the great centralized industries, centralized for us by capitalists, who thus unconsciously pave the way for their own supersession ». Et elle ajoute : « Everything which has been organized into a Trust . . . is ripe for appropriation by the community » (Besant 1889, 194). Parmi leurs contemporains, certains remettent déjà en cause la validité de cette vision de l’histoire. Ainsi, dans sa critique des Fabian Essays, William Morris réfute l’idée que les développements du capitalisme faciliteront la prise en main de l’économie par l’État et la mise en place du socialisme. Il va même jusqu’à ranger les Fabiens du côté des utopistes lorsqu’il affirme : « It is dangerous to rest our hopes on this development, as Mr Bellamy does in his ‘Looking Backward’ » (Morris 1890, 29). De manière inattendue, ceux que l’on considère comme les plus pragmatiques des socialistes victoriens sont ici qualifiés d’utopiques par le plus utopique des socialistes de cette époque.

29Les arguments des Fabiens concernant le caractère inévitable du socialisme reposent également sur des hypothèses optimistes concernant la nature humaine. D’après eux, le mal est avant tout un problème de connaissance et d’éducation. Les Fabiens insistent sur le caractère malléable de l’humanité et sur les pouvoirs de l’environnement et de l’éducation pour améliorer les individus. Tout comme John Stuart Mill (Montgomery 21-24), mais aussi Robert Owen (Siméon 21), les Fabiens estiment qu’il est possible de développer une humanité plus noble à condition que la pauvreté la plus abjecte soit éradiquée. S’appuyant sur les théories évolutionnistes, ils affirment que les instincts sociaux se développent déjà au détriment des instincts égoïstes. Annie Besant explique par exemple que « the development of the social instincts teaches men to identify their interests with those of the community » (Besant 1889, 209). Les Fabiens souhaitent encourager cette tendance afin qu’une idéologie altruiste pénètre la société en profondeur. Annie Besant conclut donc son essai par un tableau particulièrement encourageant : « Under healthier and happier conditions, Humanity will rise to heights undreamed of now; and the most exquisite Utopias, as sung by the poet and idealist, shall, to our children, seem but dim and broken lights compared with their perfect day » (Besant 1889, 209).

30Enfin, il est important de rappeler que les Fabiens ont foi en la démocratie. Ils estiment que si le peuple est correctement éduqué, il élira des dirigeants moraux et efficaces qui auront la volonté et la capacité de réformer la société en s’appuyant sur les institutions politiques anglaises. Ainsi, William Clarke espère la venue d’une démocratie moralisée dans ce que James Thompson appelle une « religion politique » (Thompson). Webb se montre, quant à lui, très optimiste vis-à-vis de la possibilité de faire advenir le socialisme grâce à la démocratie. Par exemple, en 1894, il vante les avantages de sa stratégie politique qui consiste à travailler au sein des institutions existantes pour les rendre socialistes, plutôt qu’à construire des communautés. Il conclut de manière quelque peu optimiste : « By this method, progress may be slow but failure is impossible » (Webb 1894, 11).

31La plupart des Fabiens minimisent les résistances des capitalistes, mais aussi celle des hommes politiques. Ils assurent que, par le passé, favorisant l’intervention de l’État dans l’économie et dans la société, ces derniers ont préparé le terrain au socialisme alors même qu’ils pensaient assurer leurs intérêts en stabilisant et en régulant la société : « Such is the irresistible sweep of social tendencies, that in their every act [the traditional politicians] worked to bring about the very Socialism they despised; and to destroy the Individualist faith which they still professed » (Webb 1889, 70). Les Fabiens estiment désormais qu’il est possible de convaincre les législateurs de voter des lois à caractère socialiste. Désireux d’intégrer les institutions politiques, ils sont surnommés les « possibilistes », un terme qu’ils reprennent à leur compte. William Morris dénonce leur stratégie qu’il appelle plutôt « l’opportunisme » : « I give Mr Sidney Webb all credit for sincerity in desiring the destruction of privilege; but it is strange that his rollicking opportunism should blind him to the fact that since he is sincere, the privileged will see through his attempt to hoodwink them into joining his attack on the privilege which is their life » (Morris 1890, 29). Morris souligne le caractère naïf, voire utopique au sens négatif, de la théorie et de la stratégie fabiennes. Cependant, il reproche également aux Fabiens de sacrifier les idéaux socialistes sur l’autel de la réforme sociale et, par extension, d’oublier l’utopie socialiste, au sens d’idéal qui encourage l’humanité à se libérer.

32Comme de nombreux penseurs politiques de leur époque, les Fabiens se veulent plus scientifiques et plus pragmatiques que leurs prédécesseurs, refusant ainsi d’envisager dans les détails l’avenir lointain. Même s’ils n’oublient pas leur objectif à long terme qui est de mettre en place une véritable révolution économique et sociale, ils se concentrent sur la transition vers le socialisme, expliquant que l’avenir meilleur est à portée de main. Cette stratégie est en phase avec leur sentiment de révolte vis-à-vis de la misère et des inégalités qui les entourent. En effet, en tant que militants et réformateurs, ils cherchent des solutions immédiates pour améliorer le sort des classes laborieuses. Leur objectif est que l’État intervienne afin de résoudre les injustices les plus criantes et assurer la pérennité des progrès sociaux.

33Leur méfiance vis-à-vis des utopies s’inscrit plus dans la tradition millienne que marxiste. Elle laisse clairement apparaître leur stratégie politique résolument réformiste, leur interprétation de la théorie de l’évolution, mais aussi leurs présupposés optimistes. Le positionnement des Fabiens sur la question des utopies est complexe dans la mesure où ils n’arrivent que partiellement à se défaire des présupposés qu’on trouve chez les penseurs des utopies. En outre, tous les Fabiens ne partagent pas l’optimisme dominant à la Société concernant la justification historique du socialisme et la stratégie d’infiltration du parti libéral (permeation). Dans son essai, Hubert Bland est plus critique que les autres Fabiens sur ces questions (Guy 2017b). En outre, dans les décennies suivantes, Bernard Shaw et Sydney Olivier prennent plus de distance avec leur optimisme des années 1880 (Beilharz, Guy 2017a). Un autre exemple est celui d’Annie Besant qui, à partir de 1890, en vient à rejeter le déterminisme historique et l’idée que la société est naturellement conduite vers le socialisme (Pécastaing-Boissière).

34Il est donc important de rappeler que la pensée fabienne n’est ni monolithique ni statique. Souligner les tendances idéalistes, voire utopiques, chez certains d’entre eux ne doit pas conduire à les critiquer rétrospectivement d’avoir préfiguré le totalitarisme collectiviste, comme ont pu le faire certains commentateurs des Fabian Essays (Barry 143-48 ; Buisine 36-38 ; Hill 363-65). Il semble au contraire plus fructueux de continuer à étudier la pensée politique des premiers Fabiens, dans toute sa diversité, en s’interrogeant sur les traditions (au sens utilisé par Mark Bevir) dont ils héritent et qu’ils modifient afin d’apporter des réponses aux dilemmes (toujours selon la terminologie de Mark Bevir) qu’ils rencontrent.

Haut de page

Bibliographie

Barry, E. Eldon. Nationalisation in British Politics. Londres : Cape, 1965.

Bebel, August. Woman in the Past, Present and Future (Die Frau und der Sozialismus, 1879). Traduit de l’allemand par H. B. Adams Walther. Londres : The Modern Press, 1885.

Beilharz, Peter. Labour’s Utopias: Bolshevism, Fabianism, Social Democracy. Londres : Routledge, 1992.

Bellamy, Edward. Looking Backward 2000-1887. Londres : W. Reeves, 1888.

Besant, Annie. Fabian Society Conference at South Place June 1886. FABIAN SOCIETY/G/48/1 : Early conferences, 1886, folios 1-4.

Besant, Annie. « Industry under Socialism ». Fabian Essays in Socialism. 1889. Dir. G. B. Shaw. Garden City, NY: Doubleday, 1961. 187-209.

Besant, Annie. « Utopias ». Justice. 22 février 1890. 2.

Bevir, Mark. The Making of British Socialism. Princeton : Princeton UP, 2011.

Buisine, Andrée. « Annie Besant : socialiste et mystique ». Politica Hermetica. Ésotérisme et Socialisme 9 (1995) : 33-45.

Clarke, William. « Industrial ». Fabian Essays in Socialism. 1889. Dir. G. B. Shaw. Garden City, NY : Doubleday, 1961. 84-130.

Cole, Margaret. The Story of Fabian Socialism. Londres : Heinemann, 1961.

Engels, Friedrich. Socialism: Utopian and Scientific (Die Entwicklung des Sozialismus von der Utopie zur Wissenschaft, 1880). Traduit de l’allemand par Edward Aveling. Londres : Allen & Unwin, 1892.

George, Henry. Progress and Poverty. An Enquiry into the Cause of Industrial Depression and of Increase of Want with Increase of Wealth. 1879. Londres : Paul Kegan, 1881.

Gronlund, Laurence. The Cooperative Commonwealth. 1884. Londres : W. Reeves, 1886.

Guy, Stéphane. « La social-démocratie britannique à l’épreuve du positivisme : la contribution de Sydney Olivier à la Fabian Society ». Revue Française d’Histoire des idées politiques 46.2 (2017) : 171-203.

Guy, Stéphane. « The Case against Historical Necessity in English and German Socialism: Eduard Bernstein, Hubert Bland and the Social-Democratic Turn in the Late Nineteenth Century ». Global Intellectual History (Novembre 2017) : 1-20. URL : https://doi.org/10.1080/23801883.2017.1400638.

Harrison, J. F. C. Robert Owen and the Owenites in Britain and America: The Quest for the New Moral World. Londres : Routledge, 1969.

Hill, Clive E. Understanding the ‘Fabian Essays in Socialism’. 1889. Lewiston : Edwin Mellen, 1996.

Leopold, David. « Socialism and (the Rejection) of Utopia ». Journal of Political Ideologies 13.3 (2007) : 219-37.

Leopold, David. « The Structure of Marx and Engels’s Considered Account of Utopian Socialism ». History of Political Thought 26.3 (2005) : 443-66.

Levin, Michael. « John Stuart Mill: A Liberal Looks at Utopian Socialism in the Years of Revolution 1848-9 ». Utopian Studies 14.2 (2003) : 68-82.

Marx, Karl & Friedrich Engels. Le Manifeste du Parti communiste (Manifest der Kommunistischen Partei, 1848). Traduit de l’allemand par Laura Lafargue. Paris : Librio, 2007.

McBriar, Alan M. Fabian Socialism and English Politics, 1884-1918. Cambridge : CUP, 1962.

Montgomery, Michael R. « Mill and the Utopian Tradition ». The State as Utopia. Dir. J. G. Backhaus. New York : Springer, 2010. 19-34.

Morris, William. « “Fabian Essays in Socialism” (review) ». Commonweal, 25 janvier 1890, 28-29.

Morris, William. News from Nowhere and Other Writings. Dir. Clive Wilmer. Londres : Penguin, 2004.

Olivier, Sydney. « Moral ». Fabian Essays in Socialism. 1889. Dir. G. B. Shaw. Garden City, NY : Doubleday, 1961. 131-61.

Pease, Edward. The History of the Fabian Society. New York : E. P. Dutton, 1916.

Pecastaing-Boissiere, Muriel. Annie Besant : la lutte et la quête. Paris : Adyar, 2015.

Podmore, Frank. « American Socialistic Communities ». The Practical Socialist, avril 1886, 64-67.

Simeon, Ophélie. « Entre utopie et père du socialisme : réceptions de Robert Owen en Grande-Bretagne ». Lien social et Politiques, 72 (2014) : 19-37. URL : http://id.erudit.org/iderudit/1027204ar.

Thompson, James. « Democracy, Monism and the Common Good: Rethinking William Clarke’s Political Religion ». History of European Ideas 38 (2012) : 1-15.

Wallas, Graham. « Property ». Fabian Essays in Socialism. 1889. Dirt. G. B. Shaw. Garden City, NY : Doubleday, 1961. 165-86.

Webb, Sidney. « Historic ». Fabian Essays in Socialism. 1889. Dir. G. B. Shaw. Garden City, NY : Doubleday, 1961. 46-83.

Webb, Sidney. Socialism: True and False. Fabian Tract 51. Londres : Fabian Society, 1894.

Wolfe, Willard. From Radicalism to Socialism: Men and Ideas in the Formation of Fabian Socialist Doctrines, 1881-1889. New Haven : Yale UP, 1975.

Haut de page

Notes

1 Marx et Engels opposent le « socialisme scientifique » qu’ils tentent de construire au socialisme qu’ils qualifient d’« utopique » notamment dans Le Manifeste du parti communiste de 1848. Charles Fourier, Saint-Simon et leurs partisans sont également qualifiés de « socialistes utopiques ». L’ouvrage d’Engels, Socialisme utopique et socialisme scientifique date de 1880. Ses thèses sont connues en Grande-Bretagne, même si la traduction anglaise n’est publiée qu’en 1892.

2 La typologie suivante est partiellement inspirée de celle dressée par David Leopold dans le cadre de son étude sur le rejet des utopies par Marx et Engels et par Sidney Webb et H. G. Wells. Il définit ainsi quatre sens principaux : « an intentional community, a vision of an ideal society, a detailed description of an ideal society, and a literary genre » (Leopold 2007, 219).

3 Le roman est d’abord publié en feuilleton entre janvier et octobre dans Commonweal, le périodique de la Socialist League.

4 Il n’est pas surprenant qu’Annie Besant ne cite pas News from Nowhere, dans la mesure où le roman est très critique vis-à-vis de la stratégie et des objectifs prônés par les collectivistes réformistes. En outre, s’opposant au roman de Bellamy, Morris propose une organisation sociale débarrassée de la grande industrie et des grandes villes.

5 Webb fait ici référence aux théories économiques, notamment celles de John Stuart Mill et de Karl Marx, ayant permis de comprendre l’origine de la plus-value.

6 Il s’agit de la théorie de la rente, mise en lumière par les économistes David Ricardo et Thomas Malthus, puis précisée notamment par Alfred Marshall et Henry Sidgwick. L’essai fabien de Bernard Shaw est consacré à cette question de la rente différentielle qu’il présente comme une justification économique et morale du socialisme (Bevir 131-51).

7 Le site de la London School of Economics qui héberge les archives en ligne de la Société fabienne met à disposition la collection complète des Fabian Tracts, soit presque 600 titres depuis 1884 : https://digital.library.lse.ac.uk/collections/fabiansociety/tracts.

8 Stéphane Guy souligne que Hubert Bland est au contraire pessimiste. Ce spécialiste des Fabiens considère que seule l’approche critique de Bland constitue une véritable rupture avec l’utopisme que cherchent à rejeter les Fabiens (Guy 2017b). Bland n’adhère pas à la vision de Webb concernant la possibilité de convaincre les hommes politiques libéraux d’adopter des mesures socialistes et il se montre critique vis-à-vis de la théorie selon laquelle les lois de l’évolution offrent une justification historique suffisante au socialisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Terrier, « Révolution sociale et utopie chez les premiers Fabiens (1884-1890) : un positionnement complexe », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 89 Spring | 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cve/5564 ; DOI : 10.4000/cve.5564

Haut de page

Auteur

Marie Terrier

Marie Terrier est docteur de l’Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle. Sa thèse, soutenue en 2015, s’intitule « La contribution théorique et militante d’Annie Besant (1847-1933) au renouveau socialiste des années 1880 en Grande-Bretagne. Genèse et prolongements ». Plus généralement, ses recherches portent sur le mouvement socialiste de la fin de l’époque victorienne, notamment les militantes socialistes et syndicalistes dont la contribution a souvent été négligée par l’historiographie. Elle est trésorière de la SFEVE. Membre associée du CREC (Paris 3), elle enseigne au lycée de la Maison d’Education de la Légion d’Honneur (Saint-Denis).
Dr Marie Terrier completed her PhD entitled ‘Annie Besant (1847-1933) and the Socialist Revival in Britain (1880s). The making and development of a theoretical and militant contribution’ at the University of Sorbonne-Nouvelle, Paris 3, in 2015. Her research concentrated on Besant’s involvement in the late Victorian socialist movement. In all her published articles and in papers delivered at conferences, Dr Terrier focuses on the Socialist Revival, and she is especially interested in socialist and trade-unionist women, who played an important contemporary role but have suffered historical neglect. Dr Terrier is the SFEVE treasurer. She is an associate researcher at the CREC (Paris 3) and currently teaches at the Maison d’Eduction de la Légion d’Honneur (Saint-Denis).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals