Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Jacqueline Clais-Girard, Le cardinal des pauvres, Henry Edward Manning

Saint-Léger éditions, coll. « Les aventuriers de la foi », 2016, 171 p
Camille Bedeau
Référence(s) :

Jacqueline Clais-Girard, Le cardinal des pauvres, Henry Edward Manning. Saint-Léger éditions, Coll. « Les aventuriers de la foi », 2016, 171 p. ISBN 978-2-36452-245-9

Texte intégral

1Mieux faire connaître Henry Edward Manning (1808-1892) au public français, tel est le but que se propose Jacqueline Clais-Girard dans sa biographie du cardinal anglais intitulée Le Cardinal des Pauvres. Cette figure quelque peu oubliée du dix-neuvième siècle est étonnante à plus d’un titre. Promis à une brillante carrière au sein de l’Église anglicane, qu’est-ce qui a poussé celui qui était alors archidiacre de Chichester à se convertir, à l’âge de 43 ans ? Et comment ce fils d’un des plus riches marchands de la City, élevé dans un milieu conservateur, est-il devenu si populaire auprès des plus modestes ? Ce sont les questions auxquelles J. Clais-Girard répond dans sa courte biographie qui s’attache à montrer le souci grandissant de Manning pour les classes laborieuses. De sa croisade contre l’alcoolisme à son soutien à la Société de Protection des enfants (NSPCC), de son engagement en faveur de l’enseignement à sa défense des journaliers, jusqu’à sa célèbre intervention lors de la crise des dockers de Londres, J. Clais-Girard brosse le portrait d’un homme qui réussit à se faire proche des plus humbles, tout en ayant l’oreille des puissants. Manning ayant traversé tout le dix-neuvième siècle, sa biographie est aussi une incursion dans une société anglaise en pleine mutation.

  • 1 Lettre à sa sœur Jemima, 18 mai 1863, Letters and Diaries of John Henry Newman, Vol. 20, edited by (...)

2Dans son Introduction, J. Clais-Girard explique pourquoi Manning, si populaire de son vivant, et dont la mort provoqua une vive émotion, au point que le rédacteur en chef de la Pall Mall Gazette pouvait dire qu’il laissait un vide dans la vie publique bien plus grand que ne l’eût fait la disparition simultanée de toute la hiérarchie anglicane, est pourtant aujourd’hui quelque peu oublié. D’abord, il fit l’objet d’une biographie assassine écrite par E. S. Purcell, un ouvrage qui était « presque un crime » (19) selon le cardinal Vaughan, successeur de Manning. Dans cette Vie, Purcell présentait le cardinal Manning comme un prélat calculateur et avide de pouvoir. C’est ce portrait sur lequel Lytton Strachey, l’auteur de Eminent Victorians (1918), devait s’appuyer dans son chapitre consacré à Manning, si bien que dans les années 1920, la réputation du cardinal comme un ambitieux sans scrupule était établie. La deuxième raison de la désaffection pour Manning est son engagement pour la défense de l’infaillibilité pontificale au Concile Vatican I, ce qui lui valut d’être considéré comme un ultramontain, contrairement à un autre célèbre converti, lui aussi cardinal, qui pourrait être jugé plus libéral sur cette question, John Henry Newman. Quand Newman conservait jalousement sa correspondance, car « la vie d’un homme », disait-il, « est dans ses lettres1 », Manning semblait bien moins préoccupé de sa gloire posthume que des actions qu’il menait en faveur des pauvres.

3Le livre foisonne de courtes citations tirées de la correspondance ou des notes autobiographiques de Manning, notamment celle-ci, programmatique : « Le capital ne manque pas de porte-parole ni de partisans, le travail en a très peu […] En me mettant de son côté je ne peux pas me tromper, je ne fais que rétablir l’équilibre » (20). Malgré sa conversion qui intervient à presque la moitié de sa vie, nulle rupture dans ses engagements. Recteur de Lavington de 1833 à 1850, il est assidu à visiter ses paroissiens, et découvre le quotidien de ces hommes, bergers ou journaliers, dont les conditions de vie sont « inhumaines » (29). Dès 1838, il s’inquiète des réformes de l’éducation proposées par le gouvernement et s’investit dans la National Society, une association anglicane qui travaille à l’instruction des enfants pauvres. Sympathisant du Mouvement d’Oxford, il ouvre à Chichester un collège théologique qui doit offrir une formation aux futurs pasteurs, selon les principes des Tractariens. En 1840, il est nommé archidiacre de Chichester, bras droit de l’évêque. Son rayon d’action s’étend à présent à tout un diocèse, et ce sont encore les pauvres qui sont au premier plan de ses pensées : « on ne peut en faire des chrétiens si on n’en fait pas d’abord des hommes » (36), dit-il. En 1845, sa vie aurait pu basculer puisqu’on lui propose de devenir l’aumônier de la reine Victoria. Après avoir mûrement réfléchi, il refuse, considérant que sa place est dans sa paroisse. Ce refus scelle son engagement auprès des pauvres.

4Une grave maladie en 1847 le contraint au repos ; il voyage, passe six mois à Rome, s’intéresse tout particulièrement au travail des congrégations catholiques auprès des pauvres. En 1850, l’affaire Gorham, pour laquelle un tribunal laïque émet un jugement sur un point de doctrine, et la violence exprimée lors du rétablissement de la hiérarchie catholique en Angleterre (considérée comme une « agression papale ») font désespérer Manning de l’Église anglicane. À la fin de l’année, il abandonne Lavington, est reçu en avril 1851 dans l’Église catholique où il est ordonné prêtre dès le 14 juin. En 1856, Manning fonde sa congrégation à Bayswater. En 1844 déjà, il écrivait à Gladstone « chacune de ces villes misérables est une vraie mission, […] une mission d’un genre effrayant auprès de laquelle une mission parmi les tribus indiennes n’est qu’une sinécure » (54). Bayswater est un quartier pauvre de Londres, peuplé majoritairement d’Irlandais ; il y fera preuve d’une énergie infatigable.

5Nommé archevêque de Westminster onze ans seulement après être devenu prêtre catholique, Manning continue de lutter pour l’éducation, les salaires justes, et de plaider pour que les ouvriers aient des conditions de vie décentes. Il écrit de nombreux articles dans différents journaux et revues, siège à plusieurs commissions, fait partie d’une délégation qui se rend chez le Premier ministre en 1888 pour soumettre un projet de loi pour les chômeurs. Ses différents engagements auprès des pauvres rejoignent les préoccupations du pape Léon XIII. Lors de la grève des dockers à l’été 1889, Manning permit de faire aboutir les négociations entre administrateurs et grévistes. La presse salua alors « la paix du cardinal » (126).

6J. Clais-Girard choisit de mettre l’accent sur l’engagement social de Manning, plutôt que sur le cheminement intellectuel qui l’a mené à la conversion ou ses prises de position concernant l’actualité brûlante : le concile Vatican I et l’infaillibilité pontificale. Les convertis du Mouvement d’Oxford se divisent entre libéraux et ultramontains : Manning fait partie de ces derniers, mais ses opinions doctrinales ne sont pas étudiées dans cette biographie. Cette vie du prélat catholique n’est donc pas une histoire de conflit entre anglicanisme et catholicisme, mais un portrait de la société victorienne, des masses laborieuses qui la composent et qui trouvent, dans la personne du cardinal, un défenseur. L’auteur partage sans doute l’opinion du journaliste William T. Stead (1849-1912) selon laquelle Manning était d’abord un homme d’action. Stead écrit au sujet de Manning : « De tous les hommes mitrés que j’ai rencontrés, le cardinal était le seul pour qui l’État et le système social faisaient l’objet de sa constante sollicitude ; il s’intéressait à l’Angleterre comme d’autres s’intéressent à leur Église » (141).

7L’ouvrage comprend deux annexes, un tableau mettant en regard les étapes clés de la vie de Manning avec le contexte politique, social et historique, ainsi qu’une lettre du 2 septembre 1890 adressée par Manning au congrès de Liège, qui détaille les mesures de justice sociale qu’il espère voir adopter.

Haut de page

Notes

1 Lettre à sa sœur Jemima, 18 mai 1863, Letters and Diaries of John Henry Newman, Vol. 20, edited by C. S. Dessain, London: Nelson, 1970, p. 443.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Bedeau, « Jacqueline Clais-Girard, Le cardinal des pauvres, Henry Edward Manning », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 89 Spring | 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cve/5726

Haut de page

Auteur

Camille Bedeau

Université Grenoble - Alpes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals