Navigation – Plan du site
Miscellany

Walter Pater et la vieillesse : humanité et esthétique de la culture

Old age in Walter Pater's works : humanity and aesthetics of culture
Martine Lambert-Charbonnier

Résumé

Old age in Walter Pater's works is the time when the individual has the opportunity to think thoroughly upon life and culture. The feeling of growing old may first engender melancholy and bitterness as one considers all those lost days of youth. However, Pater's characters generally take the opportunity to start again and fulfill their quest of wisdom. Old people are more sympathetic with the sorrows of humankind. Looking back upon their own past, they remember their childhood and their first experiences and reflect on their own identity, on the human condition and on culture. Ageing is also an essential element in the arts, especially in architecture as buildings mature and ripen in the course of years and centuries. Old worn stones, old aesthetic forms are for future generations witnesses of immemorial times, allowing Pater's nineteenth-century arts critic to spiritually restore the past and contribute to the development of culture thoughout the ages.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Walter Pater, The Renaissance (Oxford, New York : OUP, 1986) 152.

1Au cœur de la réflexion sur la vie et sur la culture, le thème de la vieillesse chez Walter Pater reflète la propre évolution de l'écrivain. Aussi n'est-ce sans doute pas par hasard si la pensée prend son ampleur dans ses œuvres de maturité, en particulier dans ses récits de fiction Marius the Epicurean (1885), Gaston de Latour (1894) et ses « imaginary portraits » qu'il écrivit de 1878 à sa mort. En 1873, à l'âge de 34 ans, il célébrait le tourbillon des sens et l'intensité de l'instant dans une phrase de The Renaissance restée fameuse : « To burn always with this hard, gem-like flame, to maintain this ecstasy, is success in life1 ». Citation qui, répétée à l'envi par toute une jeune génération d'écrivains au nombre desquels figuraient Oscar Wilde, Arthur Symons et Ernest Dowson, devint plus tard, dans les années 1890, le credo du mouvement décadent anglais. Pourtant, Walter Pater n'avait eu de cesse dans Marius the Epicurean, puis dans un deuxième volume Gaston de Latour, d'expliciter et de réviser sa position. Marius the Epicurean, publié en 1885, est une œuvre de maturité et, en tant que telle, s'éloigne de cet enthousiasme débordant propre à la jeunesse pour s'engager dans une réflexion philosophique et définir un parcours pour l'âme épicurienne à la recherche de la beauté et de la vérité. Le thème de la vieillesse y occupe une place importante, de même que dans les contes brefs auxquels il donna le titre de « portraits imaginaires » et dont nous citerons plus particulièrement deux récits : « Emerald Uthwart » (1892) et « The Child in the House » (1878). Vieillir peut d'abord apparaître comme un mal inévitable qui entraîne l'homme vers la mort, lui fait perdre ses capacités physiques et mentales et comme une force redoutable qui érode la matière artistique. Sur cette vision Pater certes s'attarde, mais il propose aussi une nouvelle logique de vie et d'éternité, faisant de la vieillesse le lieu d'une renaissance et du temps l'artisan essentiel à la perfection des formes et des styles.

  • 2 Walter Pater, « Emerald Uthwart », Miscellaneous Studies (London : Macmillan, 1907) 245.

2Si la vie est comparable à un parcours, une route sur laquelle l'homme chemine, la vieillesse semble se situer dans la deuxième partie du voyage. Étape intermédiaire entre la jeunesse et la mort, elle nous invite à regarder en arrière ou au contraire à anticiper l'Inconnu, lot de tout humain au terme de la vie. La mort, certes, ne menace pas que les vieillards. Elle emporte d'une blessure de guerre, au bout de quelques années, le jeune héros de Walter Pater, Emerald Uthwart, si beau dans la tombe : « The flesh was still almost as firm as that of a living person ; as happens when, as in this case, death comes to all intents and purposes as gradually as in old age2. » La mort coexiste avec la vie, telle une menace insidieuse qui se développe doucement dans l'organisme. Marius est hanté, dans Marius the Epicurean, par la pensée que toute vie doive s'achever :

  • 3 Walter Pater, Marius the Epicurean (London: Penguin Books, 1985) 288.

Looking back sometimes now, from about the midway of life — the age, as he conceived, at which one begins to re-descend one's life — though antedating it a little, in his sad humour, he would note, almost with surprise, the unbroken placidity of the contemplation in which it had been passed3.

  • 4 Walter Pater, Gaston de Latour (Greensboro: ELT, 1995) 35.
  • 5 René Gallet, Romantisme et postromantisme de Wordsworth à Pater (Paris: L'Harmattan, 2004) 160.

3Ayant presque atteint l'âge mûr, Marius remarque que son existence a pris, très tôt, la forme d'une meditatio mortis, animée par un mouvement intérieur qui l'amène au détachement. La deuxième moitié de sa vie lui semble comparable à une pente descendante, mais sa vie n'a-t-elle pas été soumise toute entière à ce courant irrésistible qui l'entraînait vers la mort ? Maintenant que la jeunesse lui échappe, la conscience lui en est plus aiguë. Le poète Ronsard plus âgé dont Pater fait le portrait dans Gaston de Latour est lui aussi gagné par la mélancolie : « On his forty-sixth year the unaffected melancholy of his later life was already gathering. The dead ! — he was coming to be on their side4. » Si le désespoir guette le poète, en revanche, pour Marius, la conscience du flux héraclitéen, point de départ de la pensée épicurienne, motive un cheminement spirituel vers la vision de béatitude. Marius devra redécouvrir, comme le souligne René Gallet, « la part positive d'Héraclite5 » :

  • 6 Gallet 164.

Si Marius se met bientôt en mouvement (« En route », titre du ch. X), c'est peut-être aussi parce qu'il est poursuivi. Et la morale de l'hyperapathie esthétique, la « sagesse » un peu haletante de la « Conclusion » de La Renaissance, court à tout moment le risque de se renverser en apathie de désespéré6...

4La conscience du temps qui passe ne quittera pas Marius, mais elle sous-tendra une évolution morale du personnage au-delà du culte de l'impression et du moment esthétique prôné dans la « Conclusion » de The Renaissance. Le héros découvre la sympathie et contemple l'espoir que représente le christianisme — rempart contre la dépression et le repli sur soi. La citation plus haut tirée de Marius l'épicurien se situe presque au terme du cheminement de Marius lorsqu'il rend une ultime visite à la terre de ses ancêtres. La conscience du temps qui le rapproche de la vieillesse et lui donne peu à peu la place que son père occupait lui permet de se dégager du solipsisme et de se situer en parent vis-à-vis de Cornelius et des générations à venir. Le sentiment de son âge le prépare à une mort sacrificielle et devient la semence d'une vie éternelle.

  • 7 Walter Pater, « The Child in the House », Miscellaneous Studies, 172.
  • 8 John Bunyan, The Second Part of the Pilgrim's Progress (London: OUP, 1966) 281.

5Autre forme de retour aux origines, le souvenir d'enfance permet de créer le lien entre le présent et le passé nécessaire à la découverte de soi. Les personnes âgées y jouent un rôle essentiel, incarnant la force de la mémoire et de la tendresse. Dans le portrait imaginaire « The Child in the House », le jeune héros, Florian, se rappelle avec bonheur sa maison d'enfance au hasard d'une rencontre avec un vieil homme : « As Florian Deleal walked, one hot afternoon, he overtook by the wayside a poor aged man, and as he seemed weary with the road, helped him on with the burden he carried, a certain distance7. » Le passage évoque The Pilgrim's Progress. Florian est semblable au pèlerin sur la route de la vie : « And as I was in my dream, behold, an aged gentleman came by where I lay ; and because he was to go some part of the way that I was travelling, me thought I got up and went with him8. » Le fardeau que porte le vieillard dans « The Child in the House » n'est pas le poids des péchés mais celui des années et de la lassitude d'un cheminement vain. La mémoire accomplit une véritable rédemption par la redécouverte de soi selon un principe de correspondances entre images, émotions et sens dont Marcel Proust s'inspirera dans sa Recherche. La vision que Florian reçoit en échange de sa compassion n'est pas la Cité Céleste comme chez Bunyan mais sa maison d'enfance :

  • 9 Walter Pater, « The Child in the House », Miscellaneous Studies, 172.

And that night, like a reward for his pity, a dream of that place came to Florian, a dream which did for him the office of the finer sort of memory, bringing its object to mind with great clearness, yet, as sometimes happens in dreams, raised a little above itself, and above ordinary retrospect9.

6La pitié suscitée par le vieil homme est une valeur fondamentale de l'enfance, qu'elle évoque par la force du sentiment. Grâce au pouvoir d'une mémoire « imaginative », selon une expression chère à Pater, une mémoire chargée d'images où sentiments, couleurs, formes et sons sont en correspondance, il retrouve la maison de ses ancêtres et se rappelle les moments-clés de son développement :

  • 10 Pater 183.

Most poignantly of all he could recall, in unfading minutest circumstance, the cry on the stair, sounding bitterly through the house, and struck into his soul for ever, of an aged woman, his father's sister, come now to announce his death in distant India ; how it seemed to make the aged woman like a child again ; and, he knew not why, but this fancy was full of pity to him10.

  • 11 Teresa Mangum, « Growing Old : Age », A Companion to Victorian Literature and Culture, Herbert F. T (...)
  • 12 Mangum 100.
  • 13 Walter Pater, Gaston de Latour, 12.

7La douleur de la tante met en lumière la vulnérabilité de la vieillesse assimilée, selon une image chère aux Victoriens, à une « second childhood11 ». Teresa Mangum explique que la classification des étapes de vie à partir du milieu du xixe siècle a eu pour effet de présenter « old people and children as the two age groups most in need of care12. » Cette faiblesse apparaît comme positive chez Pater, car les personnes âgées partagent avec l'enfant la force des émotions les plus simples et les plus essentielles, en particulier la douleur à la perte de l'être cher. La mémoire dont elles sont le réceptacle est chargée de tendresse, car elle est empreinte de tout l'amour des défunts et donne l'image de ces « larmes humaines » qui sont le signe d'une compassion universelle : « great stream of human tears falling always through the shadows of the world13. » La vieillesse est présentée comme une période où l'homme s'adoucit, s'attendrit :

  • 14 Pater 45-46.

Towards the end of his life some conscientious pangs seem to have touched Montaigne's singularly humane and sensitive spirit, when he looked back on the long intellectual entertainment he had had in following, as an inactive spectator, « the ruin of his country, » through a series of chapters, every one of which had told deeply in his immediate neighbourhood14.

8C'est la pitié qui étreint le cœur de Montaigne, comme, du haut de sa librairie, il souffre d'être resté en position d'observateur face aux drames qui l'entouraient, en cette époque de guerres de religion.

9La vieillesse permet de redécouvrir la force des émotions, secret pour Pater d'une éternelle jeunesse de l'homme. Fronton, maître à penser de Marc-Aurèle, donne l'image de cet épanouissement par sa physionomie :

  • 15 Walter Pater, Marius the Epicurean, 159-60.

The wise old man, whose blue eyes and fair skin were so delicate, uncontaminate and clear, would seem to have replaced carefully and consciously each natural trait of youth, as it departed from him, by an equivalent grace of culture ; and had the blitheness, the placid cheerfulness, as he had also the infirmity, the claim on other people, of a delightful child15.

  • 16 Pater 253.

10Si la beauté se décline selon deux modes, nature et culture, elle ne perd en se transformant ni chaleur ni sentiment. À l'apogée de la pensée et de la sagesse, la vieillesse est l'occasion d'un retour à la simplicité, à la joie mais aussi à la fragilité de l'enfance, suscitant autour de Fronton, chez Marc-Aurèle et les siens, affection et compassion. Aussi trouve-t-elle sa plénitude dans l'ouverture à la jeunesse, d'une manière qui, pour le philosophe Lucien, est fidèle à la pédagogie platonicienne : « Gay, animated, content with his old age as it was, the aged student still took a lively interest in studious youth16. » Suit un passage inspiré de l'Hermotime, dans lequel l'homme, par ses questions, amène un jeune garçon à remettre en cause ses préjugés. Jeunesse et vieillesse se complètent parce que l'une est l'aboutissement de l'autre et que l'homme parvenu à l'âge mûr, gardant en mémoire ses premières expériences, est alors à même d'en faire la synthèse et d'atteindre la plénitude :

  • 17 Pater 184.

That Sturm und Drang of the spirit, as it has been called, that ardent and special apprehension of half-truths, in the enthusiastic, and as it were ‘prophetic' advocacy of which, devotion to truth, in the case of the young — apprehending but one point at a time in the great circumference — most usually embodies itself, is levelled down, safely enough, afterwards as in history so in the individual, by the weakness and mere weariness, as well as by the maturer wisdom, of our nature17.

  • 18 Pater 62.

11Cette fatigue des sens propre à la vieillesse, venant tempérer l'enthousiasme et l'intensité de la jeunesse, permet à l'individu de se libérer et d'atteindre la sagesse. Ce passage est suivi d'une réflexion sur le sens du « tout » ou « whole » dont l'ambivalence exprime la continuité entre jeunesse et vieillesse, car la vision d'ensemble n'a de valeur que parce qu'elle reste précise, addition de tous ces moments intenses et uniques. C'est sans doute par la force de la mémoire que l'être dans sa maturité peut progresser, grâce à cette « finer sort of memory » décrite dans « The Child in the House » qui lui permet de faire resurgir avec bonheur les images du passé tout en s'en distanciant. Echappant aux tentations des sens, l'homme âgé peut cependant les retrouver, filtrées par le souvenir, au contact de jeunes gens. Pater décrit souvent la force des sensations visuelles, par exemple dans Marius the Epicurean, lorsque le héros arrive à Pise et découvre « the reality, the tyrannous reality, of things visible that was borne in upon him18. » Cette attraction est associée à la « convoitise des yeux », « lust of the eye », contre laquelle saint Jean met en garde les chrétiens dans le Nouveau Testament (1 John 2.16). En vieillissant, l'homme se libère ainsi des demi-vérités ou half-truths pour appréhender la vérité, but de la recherche philosophique.

  • 19 Walter Pater, Letters of Walter Pater, Lawrence Evans ed. (Oxford : Clarendon, 1970) Letter 78, 22 (...)

12Le passage sur le « Sturm und Drang of the spirit » peut être considéré comme une réponse longuement mûrie de la part de Pater, lui qui considérait la rédaction de Marius the Epicurean comme « a kind of duty19 » :

  • 20 Gallet 160.

Comme si Pater se faisait juge de Walter, il paraît même reprocher à l'auteur qu'il fut de La Renaissance un manque d'« attention » (107-108), « attention » objective, éloignée de l'idéal de 1873 qui préférait faire de l'instant une effervescence passionnée. Le double reproche de négativité et d'incomplétude, que Pater s'adresse pour partie, est grave sous sa plume20.

  • 21 Walter Pater, Marius the Epicurean, 187.
  • 22 Pater 185.
  • 23 Pater 228.
  • 24 Germain d'Hangest, « La place de Walter Pater dans le mouvement esthétique », Études anglaises 27 ( (...)

13Marius, héros de ce long portrait imaginaire, est à la fois ouvert aux perceptions des sens et en quête d'universalité. Il réfléchit à la doctrine enseignée par un père fondateur de l'épicurisme, Aristippe de Cyrène, et remarque : « His natural susceptibility in this direction, enlarged by experience, seems to demand of him an almost exclusive pre-occupation with the aspects of things, with their aesthetic character, as it is called — their revelations to the eye and the imagination21. » Marius remarque le caractère « exclusif » de l'esthétique dans l'épicurisme, car elle reste à la surface du visible, négligeant des valeurs humaines profondes, telles que la « compassion » : les adeptes d'Aristippe de Cyrène paient le prix fort de leur philosophie « in the sacrifice of a thousand possible sympathies, of things only to be enjoyed through sympathy22. » C'est que l'épicurisme s'intéresse surtout à l'instant présent, alors que Marius envisage une autre dimension esthétique qui tient compte du temps et évolue avec lui, s'enrichit des nombreuses expériences de l'humanité en marche. Comme l'individu qui vieillit en communion avec les autres hommes, redécouvrant en son cœur leurs joies et leurs douleurs, l'esthétique doit aussi rendre compte de toute une évolution de l'art et du sentiment. Marius découvre la beauté de l'Église primitive qui se construit en tenant compte de l'héritage du passé, comme l'illustre si bien la maison de Cecilia : « The fragments of older architecture, the mosaics, the spiral columns, the precious conerstones of immemorial building, had put on, by such juxtaposition, a new and singular expressiveness, an air of grave thought, of an intellectual purpose, in itself, aesthetically, very seductive23. » Profondeur — il s'agit non plus seulement de l'aspect des choses mais de la pensée — et sens de l'évolution du temps vont de pair, comme un passé lointain indéterminé, immemorial, resurgit dans le présent de l'Église primitive, arrangé selon le nouvel esprit du christianisme. C'est ainsi que la doctrine esthétique acquiert avec Pater une dimension qui dépasse largement le mouvement décadent. Or, cette dernière idée, comme Germain d'Hangest le montre dans un très bel article publié dans les Études anglaises, suit le propre cheminement de l'auteur qui dans les années 1880, ayant atteint la quarantaine, approfondit sa réflexion sur les rapports entre l'esthète et l'univers qui l'entoure : « Or, c'est probablement là — dans cette révélation non exclusive de la spécificité de l'art et du langage des formes — que réside pour l'essentiel l'héritage que nous avons reçu de Pater24. » Pater, en effet, réconcilie l'autonomie de l'art avec les expériences de la vie, donnant à l'esthétique une dimension non plus exclusive, mais universelle, parce qu'elle prend en compte la force de maturation du temps.

  • 25 Walter Pater, « Postscript », Appreciations (London : Macmillan, 1897) 256.
  • 26 Pater 270.

14Les termes utilisés par Pater de « Sturm und Drang of the spirit » font aussi implicitement référence au mouvement romantique et nous permettent de comprendre, dans ce contexte précis, comment vieillesse et jeunesse se rencontrent dans le renouvellement des formes. L'expression de Sturm und Drang est employée par Pater pour décrire un certain tempérament et un style d'écriture illustrés par certaines œuvres de Goethe mais qui lui semblent surtout caractériser les Français Gautier et Hugo. Dans l'essai Postscript, il explique comment romantisme et classicisme traduisent deux esprits différents, le premier curieux de toutes choses jeunes et nouvelles, « the craving for new motives, new subjects of interest, new modifications of style25 », le deuxième attaché au passé, « the comeliness of the old, immemorial, well-recognised types in art and in literature26 ». Pourtant actuel et ancien se réconcilient dans les chefs d'œuvre du mouvement romantique qui donnent l'exemple de l'harmonie entre la matière et la forme :

  • 27 Pater 270-71.

On the other hand, there are the born romanticists, who start with an original, untried matter, still in fusion ; who conceive it vividly, and hold by it as the essence of their work ; who, by the very vividness and heat of their conception, purge away, sooner or later, all that is not organically appropriate to it, till the whole effect adjusts itself in clear, orderly, proportionate form which form, after a very little time, becomes classical in its turn27.

  • 28 Gerald Monsman, « Gaston de Latour and Pater's Art of Autobiography », Nineteenth-Century Fiction, (...)

15En acquérant maturité, la matière romantique brute en fusion se coule dans une forme raffinée, marquée par l'ordre et la proportion. Le style idéal est atteint dans cette union de la fluidité et de la permanence qui peut aussi être consacrée par le renouvellement des formes anciennes : « In order to revitalize worn-out classic forms by a romantic return to the senses, Pater rewrites preexisting texts, thereby fathering them anew28. » L'écriture est une réécriture dans ces passages où Pater commente, par exemple, les Essais de Montaigne ou les Pensées auréliennes en leur redonnant la fluidité qu'il a pressentie à leur lecture. C'est ainsi que l'union du nouveau et de l'ancien permet aux formes littéraires et artistiques qui plaisaient à nos grands-parents d'acquérir une éternelle jeunesse.

16La culture toujours en évolution laisse son empreinte sur les bâtiments d'architecture qui, vieillissant au fil des siècles, prennent cependant un sens nouveau au contact des époques qu'ils traversent et inspirent. Les pierres de Notre-Dame d'Amiens sont soumises, elles aussi, à cette patine du temps, qui les fait « mûrir » comme si elles étaient animées d'une vie organique :

  • 29 Walter Pater, « Notre-Dame d'Amiens », Miscellaneous Studies, 118.

In architecture, close as it is to men's lives and their history, the visible result of time is a large factor in the realised aesthetic value, and what a true architect will in due measure always trust to. A false restoration only frustrates the proper ripening of his work29.

  • 30 John Ruskin, The Seven Lamps of Architecture (Orpington : G. Allen, 1897), aphorism 31, 353.
  • 31 Ruskin 340.
  • 32 Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe si (...)
  • 33 Ruskin 351-52.
  • 34 Walter Pater, « Notre-Dame d'Amiens », Miscellaneous Studies, 117.
  • 35 Ruskin 352.

17Restaurer ne doit pas consister à effacer les traces du temps, mais au contraire à les préserver comme faisant partie d'une évolution esthétique. L'architecte à la recherche de la beauté doit s'accommoder de cette force de maturation inconsciente qui est celle de la vie. L'idée de « false restoration » permet de rapprocher la position de Pater de celle de Ruskin, qui insiste lui aussi sur le poids des années comme élément essentiel de l'architecture. Dans The Seven Lamps of Architecture, il établit une équivalence entre restoration et destruction30, s'érigeant contre la doctrine et les procédés de restauration qui se créent et se développent au xixe siècle sans tenir compte de la patine du temps si importante : « it is in that golden stain of time, that we are to look for the real light, and colour, and preciousness of architecture31. » Une fois restauré, le bâtiment donne l'impression qu'il est à l'état neuf, les motifs et dessins gravés dans la pierre sont dégradés et perdus. L'âge n'apparaît plus de manière évidente, ce qui tue l'émotion esthétique suscitée par la conscience du passé. Ruskin et Pater ici sont à l'opposé de Viollet-le-Duc qui, en France, bien que soucieux de reconstitution historique et de documentation précise, reconstruit souvent en utilisant de nouveaux matériaux plus résistants, modifiant parfois l'architecture initiale : « Restaurer un édifice, ce n'est pas l'entretenir, le réparer ou le refaire, c'est le rétablir dans un état complet qui peut n'avoir jamais existé à un moment donné32. » Sur cette notion de complétude, Ruskin contredit Viollet-le-Duc en affirmant que le temps donne à l'édifice sa forme achevée : « a building cannot be considered as in its prime until four or five centuries have passed over it33. » Le temps rend l'art plus raffiné et plus subtil, de telle sorte que, loin de regretter la disparition des peintures murales de Notre-Dame d'Amiens, Pater remarque : « What little remains of it at Amiens has parted, indeed, in the courses of ages, with its shrillness and its coarse grain34. » Ruskin lui aussi admire une érosion de la pierre au fil des années qui dégage une « purity of outline35 ». À la différence de Pater, il fait l'éloge, au-delà de la beauté, du temps artisan de vertu, car la pureté est associée à la grâce et à la patience qui rapprochent la créature de son Créateur.

18L'architecte doit tenir compte, dans les monuments qu'il érige, d'un vieillissement à venir pour des raisons esthétiques, mais aussi parce qu'un bâtiment peut contribuer à rendre visible la construction dans le temps de l'histoire et de la culture. Emerald, jeune Anglais venu étudier au collège de Canterbury, tombe sous le pouvoir d'un héritage national gravé sur les pierres du bâtiment médiéval :

  • 36 Walter Pater, « Emerald Uthwart », Miscellaneous Studies, 204.

Like its customs, — there is a book in the cathedral archives with the names, for centuries past, of the “scholars” who have missed church at the proper times for going there — like its customs, well-worn yet well-preserved, time-stained, time-engrained, time-mellowed, the venerable Norman or English stones of this austere, beautifully proportioned place look like marble, to which Emerald's softly nurtured being, his careless wild-growth must now adapt itself36...

  • 37 Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Lectures on the History of Philosophy. The Lectures of 1825-1826, vo (...)
  • 38 Walter Pater, Marius the Epicurean, 244.
  • 39 Walter Pater, « Emerald Uthwart », Miscellaneous Studies, 220.
  • 40 William Shuter, « The Arrested Narrative of ‘Emerald Uthwart' », Nineteenth-Century Literature, Vol (...)

19Le collège d'Emerald donne l'image d'une autre forme de restauration : le couple « well-worn yet well-preserved » traduit la relation intime entre l'usage ou l'usure, pourrait-on dire en parlant des pierres du bâtiment, et la préservation. Comme l'indiquent les trois mots composés qui sont de véritables trouvailles « time-stained », « time-engrained » et « time-mellowed », le bâtiment a vieilli et porte les traces du temps qui passe, et cependant cette évolution n'est pas perçue comme une forme de destruction mais bien au contraire de développement. Comme nous l'avons expliqué plus haut, le temps s'est fait l'artisan du raffinement esthétique en donnant aux pierres l'apparence du marbre. D'autre part, les murs du collège de Canterbury font acte de mémoire, comme les archives de la cathédrale. Ils illustrent dans la maturité de la pierre l'évolution de la culture, de l'institution de la règle bénédictine au moyen âge à la discipline à laquelle Emerald est soumis au xixe siècle. Le bâtiment se fait ainsi l'expression de l'esprit du temps tel que Hegel le définit, dans une conférence sur l'histoire de la philosophie37, en mentionnant, comme première étape de la connaissance de soi par l'esprit universel, le développement culturel. Selon le philosophe, l'esprit national se constitue en s'actualisant dans la religion, les rituels, l'éthique, les coutumes, l'art, les lois politiques et tout ce qui fait son histoire. L'usure de la pierre vieillie est ici la vivante image de la construction de la culture. Elle représente la force de la coutume à laquelle Emerald, laissé jusque-là inculte dans son environnement familial, est désormais soumis. Pater ne dit-il pas, dans Marius the Epicurean, que les croyances, les usages religieux et les philosophies sont aussi le fruit d'une croissance organique : « Ritual, like other elements of religion, must grow and cannot be made38 » ? L'importance est finalement donnée, non pas à une époque déterminée dans le temps, mais à la conscience de la succession des années et des générations, de sorte que la perception du passé rejoint le sentiment d'un éternel renouveau : « But only see him [Emerald] as he goes... goes in, with the stream of sunlight, through the black shadows of the mouldering gateway, like youth's very self, eternal, immemorial, eternally renewed, about those immemorially ancient stones39. » L'usure du temps perceptible sur les vieilles pierres suggère à l'esprit paradoxalement une certaine intemporalité où se révèle aussi la qualité propre de l'architecture comme art de l'espace : « In the language of aesthetics architecture is an art of space rather than of time because its component parts are apprehended simultaneously rather than sequentially. [...]. But as Pater describes it, architecture suspends not only temporal but historical movement40. » La succession des styles à Canterbury est appréhendée simultanément, ce que Shuter qualifie de suspension de la temporalité. Toutefois, le sens historique se trouve lui aussi modifié parce que Pater met l'accent, non point tant sur un passé voué à disparaître, ou du moins à s'estomper (mouldering), que sur le renouveau et la jeunesse d'Emerald, vivant au xixe siècle et redonnant vie aux vieilles pierres et aux usages anciens. Immemorial permet la fusion d'un lointain passé, indéterminé, et d'un éternel présent. Ne se situant plus seulement par rapport à sa propre époque, Emerald devient symbole de renaissance, l'image même du passage des ténèbres à la lumière.

20Le portrait imaginaire d'Emerald est à l'image de la réflexion critique de Pater qui met l'accent sur le renouveau des formes et de l'art dans la culture à différents moments-clés selon l'évolution du Zeitgeist hégélien. Emerald est le personnage en lequel ce dernier peut s'accomplir, car il accueille de manière intuitive l'esprit du collège anglais si caractéristique de la culture nationale. L'esprit du temps hégélien est au cœur de la réflexion esthétique de Pater telle qu'il nous la livre dans « Notre-Dame d'Amiens » :

  • 41 Walter Pater, « Notre-Dame d'Amiens », Miscellaneous Studies, 117.

We are reminded that after all we must of necessity look on the great churches of the Middle Age with other eyes than those who built or first worshipped in them ; that there is something verily worth having, and a just equivalent for something else lost, in the mere effect of time, and that the salt of all aesthetic study is in the question, — what, precisely what, is this to me41 ?

  • 42 Walter Pater, « Preface », The Renaissance, xxix.

21S'il est impossible de remonter le temps, en revanche l'interprétation esthétique se fonde sur le vieillissement et la maturation, signes de l'évolution constante de l'art et de la culture. Être précis en étudiant le passé, c'est ce que Pater entend par l'adjectif « antiquarian » qui qualifie le travail de l'historien, en particulier la documentation très exacte de Prosper Mérimée. Ce dernier est aussi capable de beaucoup de liberté créatrice quand il s'agit de composer ses personnages de fiction dans la Chronique du Règne de Charles IX, attitude fort appréciée par Walter Pater qui met l'accent sur la subjectivité de l'histoire. Le sentiment du temps qui passe est à la clé de l'esthétique de Pater. « What, precisely what, is this to me ? » évoque la « Preface » au recueil The Renaissance qui définit le but de la critique comme connaissance non pas de l'objet, mais de sa propre impression à son contact : « What is this song or picture, this engaging personality presented in life or in a book, to me42 ? » La conscience du temps en est un aspect essentiel, car il s'agit, d'une part, d'évaluer l'objet comme produit d'une époque, donc de faire la part du vieillissement de l'œuvre et, d'autre part, de la ressentir soi-même dans un présent immédiat. Le travail du critique, qui est aussi à l'image de toute création littéraire, se situe dans une recréation à partir des formes du passé :

  • 43 Paul Zietlow, « Pater's Impressionism Reconsidered », ELH, vol.44, No.1 (Spring, 1977) 166.

The relation between the critic's version and the original is more like that of a child to parent. Fertilized by the energies in what he witnesses, the critic creates and evokes through his writing a sense of revived life, giving new shape to the old vitalities, and assisting in the resurrection and transmission of culture43.

22De nouveau sont mises en lumière les résonances Pateriennes entre la vieillesse et une vie éternellement jeune et renouvelée. Aussi sûrement que les pierres érodées du collège de Canterbury étaient les vestiges des siècles passés, les écrits témoignent de l'évolution de la langue et de la culture au fil du temps, invitant le critique à forger par son style des liens esthétiques, culturels et spirituels entre le passé, le présent et l'avenir.

23La vieillesse dans les œuvres de Walter Pater n'est finalement pas tant considérée comme une force de corruption que comme une maturation nécessaire permettant à l'individu de s'ouvrir sur le monde et ses valeurs et à l'art de trouver son accomplissement. Malgré quelques passages empreints d'une certaine mélancolie au regard du temps qui passe, la réflexion de l'écrivain dans les années 1880 et 1890, alors qu'il a atteint la quarantaine, puis la cinquantaine, est pénétrée de beaucoup de tendresse, comme il se penche sur son enfance et recherche des valeurs universelles — la compassion, la piété, l'humanisme. Plus sensible au sort de l'humanité, il s'éloigne d'un épicurisme exclusif qui privilégie une esthétique des sensations dans l'intensité du moment, pour s'imprégner du temps qui passe et accéder à la sagesse et à la vérité. La vieillesse est une force de maturation pour l'individu, mais aussi pour les arts et la culture. Purgeant et affinant la matière, artisan d'une nouvelle harmonie, le temps prépare la renaissance des formes esthétiques au cours de l'histoire. Le vieillissement des matériaux en architecture, les pierres marquées par l'usure permettent une prise de conscience de l'évolution de la culture qui est au cœur de la critique esthétique de Pater. Nouvelle réconciliation entre l'expérience spécifique et des valeurs universelles que Pater réalise, dans ses années de maturité, laissant par cela même, un héritage durable dans la littérature du xixe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Bunyan, John. The Second Part of the Pilgrim's Progress. London : OUP, 1966.

Gallet, René. Romantisme et postromantisme de Wordsworth à Pater. Paris : L'Harmattan, 2004.

Hangest, Germain d'. « La place de Walter Pater dans le mouvement esthétique ». Études anglaises 27 (1974) : 158-71.

Hegel, Georg Wilhelm Friedrich. Lectures on the History of Philosophy. The Lectures of 1825-1826. Vol. 3 Medieval and Modern Philosophy. Ed. R. F. Brown. Traduit par R. F. Brown et J. M. Stewart. Berkeley, Los Angeles, Oxford : U of California P, 1990.

Mangum, Teresa. « Growing Old : Age ». A Companion to Victorian Literature and Culture. Ed. Herbert F. Tucker. Malden MA, Oxford : Blackwell, 1999. 97-109.

Monsman, Gerald. « Gaston de Latour and Pater's Art of Autobiography ». Nineteenth-Century Fiction 3.4 (March 1979) 411- 33.

Pater, Walter. Appreciations. London : Macmillan, 1897.

Pater, Walter. Gaston de Latour. Greensboro : ELT, 1995.

Pater, Walter. Letters of Walter Pater. Ed. Lawrence Evans. Oxford : Clarendon, 1970.

Pater, Walter. Marius the Epicurean. London : Penguin Books, 1985.

Pater, Walter. Miscellaneous Studies. London : Macmillan, 1907.

Pater, Walter. The Renaissance. Oxford, New York : OUP, 1986.

Ruskin, John. The Seven Lamps of Architecture. Orpington : G. Allen, 1897.

Shuter, William. « The Arrested Narrative of ‘Emerald Uthwart’ ». Nineteenth-Century Literature 45.1 (June 1991) 1-25.

Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel. Dictionnaire raisonné de l'architecture française du xie au xvie siècle. Vol.8. Paris : Gründ [1924].

Zietlow, Paul. « Pater's Impressionism Reconsidered ». ELH 44.1 (Spring, 1977) : 150-170.

Haut de page

Notes

1 Walter Pater, The Renaissance (Oxford, New York : OUP, 1986) 152.

2 Walter Pater, « Emerald Uthwart », Miscellaneous Studies (London : Macmillan, 1907) 245.

3 Walter Pater, Marius the Epicurean (London: Penguin Books, 1985) 288.

4 Walter Pater, Gaston de Latour (Greensboro: ELT, 1995) 35.

5 René Gallet, Romantisme et postromantisme de Wordsworth à Pater (Paris: L'Harmattan, 2004) 160.

6 Gallet 164.

7 Walter Pater, « The Child in the House », Miscellaneous Studies, 172.

8 John Bunyan, The Second Part of the Pilgrim's Progress (London: OUP, 1966) 281.

9 Walter Pater, « The Child in the House », Miscellaneous Studies, 172.

10 Pater 183.

11 Teresa Mangum, « Growing Old : Age », A Companion to Victorian Literature and Culture, Herbert F. Tucker ed. (Malden MA, Oxford: Blackwell, 1999) 99.

12 Mangum 100.

13 Walter Pater, Gaston de Latour, 12.

14 Pater 45-46.

15 Walter Pater, Marius the Epicurean, 159-60.

16 Pater 253.

17 Pater 184.

18 Pater 62.

19 Walter Pater, Letters of Walter Pater, Lawrence Evans ed. (Oxford : Clarendon, 1970) Letter 78, 22 July 1883.

20 Gallet 160.

21 Walter Pater, Marius the Epicurean, 187.

22 Pater 185.

23 Pater 228.

24 Germain d'Hangest, « La place de Walter Pater dans le mouvement esthétique », Études anglaises 27 (1974) 170.

25 Walter Pater, « Postscript », Appreciations (London : Macmillan, 1897) 256.

26 Pater 270.

27 Pater 270-71.

28 Gerald Monsman, « Gaston de Latour and Pater's Art of Autobiography », Nineteenth-Century Fiction, vol.3, No.4 (March 1979) 423.

29 Walter Pater, « Notre-Dame d'Amiens », Miscellaneous Studies, 118.

30 John Ruskin, The Seven Lamps of Architecture (Orpington : G. Allen, 1897), aphorism 31, 353.

31 Ruskin 340.

32 Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle, vol.8 (Paris : Gründ [1924], article « Restauration », 14.

33 Ruskin 351-52.

34 Walter Pater, « Notre-Dame d'Amiens », Miscellaneous Studies, 117.

35 Ruskin 352.

36 Walter Pater, « Emerald Uthwart », Miscellaneous Studies, 204.

37 Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Lectures on the History of Philosophy. The Lectures of 1825-1826, vol.3 Medieval and Modern Philosophy, traduit par R. F. Brown et J. M. Stewart, Berkeley, Los Angeles, Oxford: University of California P, 1990.

38 Walter Pater, Marius the Epicurean, 244.

39 Walter Pater, « Emerald Uthwart », Miscellaneous Studies, 220.

40 William Shuter, « The Arrested Narrative of ‘Emerald Uthwart' », Nineteenth-Century Literature, Vol. 45, No.1 (Jun., 1990) 14.

41 Walter Pater, « Notre-Dame d'Amiens », Miscellaneous Studies, 117.

42 Walter Pater, « Preface », The Renaissance, xxix.

43 Paul Zietlow, « Pater's Impressionism Reconsidered », ELH, vol.44, No.1 (Spring, 1977) 166.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Lambert-Charbonnier, « Walter Pater et la vieillesse : humanité et esthétique de la culture »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 69 | 2009, mis en ligne le 04 juillet 2019, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/cve/5843 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.5843

Haut de page

Auteur

Martine Lambert-Charbonnier

Université de Paris IV.
LAMBERT-CHARBONNIER Martine is a Senior Lecturer at the University of Sorbonne-Paris 4. She is the author of Walter Pater et les ‘portraits imaginaires’ (Paris: L'Harmattan, 2004). She has published several articles on Walter Pater and on Victorian culture and aesthetics.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals