Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Rosie Findley et Sébastien Salbayre, (eds). Stories for Children, Histories of Childhood. Histoires d'enfant, Histoires d'enfance

Tome II — Littérature/Literature. Tours : Presses Universitaires François Rabelais, 2007. 423 p. ISBN 978-2-86906-234-4
Sabine Requier-Ulrich
Référence(s) :

Rosie Findely et Sébastien Salbayre, (eds). Stories for Children, Histories of Childhood. Histoires d'enfant, Histoires d'enfance. Tome II — Littérature/Literature. Tours : Presses Universitaires François Rabelais, 2007. 423 p. ISBN 978-2-86906-234-4

Texte intégral

1Jusqu'à une période assez récente, la littérature pour la jeunesse a été considérée comme de la paralittérature, une catégorie littéraire de série B qui se trouva, par conséquent, à la fois boudée, voire ignorée, par la critique et exclue du champ des recherches universitaires. Puis, il y a une vingtaine d'années, sous l'impulsion d'universitaires et de critiques éclairés, elle rentra peu à peu en grâce et commença à trouver une légitimité. Le colloque « Histoires d'enfants, histoires d'enfance », organisé par le GRAAT (Groupe de Recherches Anglo-Américaines de Tours) à l'université François Rabelais de Tours les 18 et 19 novembre 2005, montre qu'une nouvelle étape a été franchie. Le tome II des actes de ce colloque, consacré à la littérature, prouve à travers 24 articles, qu'il ne s'agit plus aujourd'hui de donner ses lettres de noblesse à la catégorie littérature pour la jeunesse. De nombreuses recherches universitaires récentes, l'intérêt grandissant des critiques et surtout l'énorme succès populaire sans précédent de certains récits pour la jeunesse ont permis de replacer le débat à un autre niveau. À présent, et c'est ce que font les auteurs des communications recueillies ici, il s'agit de se pencher sur le phénomène littérature pour la jeunesse et de l'étudier grâce à des approches qui ont fait leur preuve dans les autres catégories littéraires, voire d'en créer de nouvelles, davantage en adéquation avec cette littérature au public-cible si particulier.

2Les 24 articles, dont 3 en français, qui composent ce tome balayent le siècle et demi d'existence de la littérature pour la jeunesse depuis Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll souvent considérée comme la première œuvre réellement écrite pour de jeunes lecteurs indépendamment des préceptes didactiques qui régissaient les récits pour les enfants au dix-huitième et au début du dix-neuvième siècle. Ils font également référence à des œuvres antérieures, notamment de l'époque romantique, afin d'illustrer l'indéniable filiation qui existe entre ces dernières et les œuvres pour la jeunesse jusqu'à la période actuelle.

3Ces communications évoquent de plus la littérature de langue anglaise dans le monde et ne se concentrent pas exclusivement sur des œuvres britanniques, montrant ainsi la richesse et le patrimoine que constitue cette catégorie littéraire. On peut lire des études détaillées de récits néo-zélandais (Keri Hulme, Witi Ihimaera ou de Patricia Grace), indiens (Shashi Deshpande), canadiens (les récits de Shizuye Takashima et Joy Kogawa traitant du trauma lié à la Seconde Guerre Mondiale) ou américains (Christopher Paul Curtis). Bien sûr, les classiques pour la jeunesse sont représentés au travers d'analyses des œuvres de Carroll, Barrie, Wilde, Stevenson ou Dickens. D'autres articles encore ne sont pas consacrés à des œuvres spécifiques mais élargissent encore le point de vue en étudiant les révolutions récentes dans cette littérature telles que celle induite par le « childist criticism » dont Peter Hunt fut à l'origine dans les années 80. Il montra que l'enfant dans les récits pour la jeunesse n'est en réalité qu'une reconstruction sociale. L'auteur est adulte et ne peut que reconstruire l'enfant qu'il n'est plus. Il a pour cela deux possibilités, se remémorer sa propre enfance ou reconstruire l'enfant à partir des normes sociales en vigueur au moment de l'écriture. Cette reconstruction sociale, même à l'époque contemporaine, tout en étant épistémologiquement marquée, ne porte pas moins les traces de l'influence romantique qui perdure aujourd'hui encore. Cette enfance pure, idyllique, non contaminée par les vices inhérents à la société adulte que célébrèrent Wordsworth et Blake dans leurs poèmes et qu'évoquent Locke et Rousseau dans leurs théories éducatives, se retrouve encore dans bon nombre d'œuvres actuelles. C'est cette nostalgie d'un Age d'Or que l'on cherche à ramener qui se reflète dans le concept de « Puer Aeternus » qui, comme le montrent les auteurs de plusieurs articles présents dans ce volume, expliquerait la multiplication et le succès sans précédent des œuvres qui transcendent les catégories littéraires appelées aussi crossovers. Depuis la fin des années 90, on assiste à un développement exponentiel du nombre de récits qui n'ont plus un public-cible défini et qui s'adressent aussi bien aux enfants ou adolescents qu'aux adultes.

4Ces articles montrent qu'avec l'impossibilité de la littérature pour la jeunesse liée à la reconstruction sociale imparfaite de l'enfant évoquée par Peter Hunt et avec la multiplication des « crossovers », cette catégorie littéraire tendrait à s'effacer. Mais ce tome démontre également que cet effacement n'est pas une disparition mais plutôt une intégration à la littérature générale. La littérature pour la jeunesse n'est plus de la sous-littérature ou de la paralittérature, elle fait partie intégrante de la littérature au même titre que les œuvres étudiées dans le cadre des Native Studies ou des Feminine Studies. Les articles rassemblés dans ce tome, tous de grande qualité et témoignant d'une variété d'approches et de sujets étonnante, en donnent une preuve éclatante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabine Requier-Ulrich, « Rosie Findley et Sébastien Salbayre, (eds). Stories for Children, Histories of Childhood. Histoires d'enfant, Histoires d'enfance »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 69 | 2009, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/cve/6817

Haut de page

Auteur

Sabine Requier-Ulrich

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals