Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Isobel Hurst, Victorian Women Writers and the Classics. The Feminine of Homer

Oxford : OUP, 2008. ISBN 978-0-19-954167-6
Bénédicte Coste
Référence(s) :

Isobel Hurst. Victorian Women Writers and the Classics. The Feminine of Homer. Oxford : OUP, 2008. ISBN 978-0-19-954167-6

Texte intégral

1La redécouverte du monde classique au xixe siècle a donné lieu à diverses études tant elle a été riche et fructueuse en favorisant la naissance de l'archéologie et de savantes réécritures des Classiques, mais qu'en est-il du rapport des femmes victoriennes aux Classiques ? I. Hurst nous propose une étude couvrant le xixe et les débuts du xxe siècles qui montre qu'il fut soumis aux effets de la division sexuelle qui rendait l'envie, l'éducation et l'accès aux textes classiques plus délicat et plus rare pour les femmes. Jusqu'en 1850, le grec et le latin sont en effet l'apanage des hommes bénéficiant d'une éducation universitaire, soit de l'aristocratie ou du clergé, et rares sont celles qui bénéficient d'une initiation et encore moins d'une instruction classique. La découverte à la culture gréco-latine par les victoriennes accompagne leur accès aux études secondaires et supérieures dans la seconde moitié du siècle ainsi que la redéfinition des rôles et des identités sexuelles. L'éducation et les identités évoluant, il n'est pas surprenant de constater qu'au début du xxe siècle déjà, les études classiques se féminisent avant de perdre leur statut prééminent après la Grande Guerre. Que la féminisation d'un secteur s'accompagne d'une dévalorisation n'est pas surprenant et, à la lecture de cet ouvrage qui croise éducation et littérature, instruction et fiction, des parallèles se font naturellement avec l'époque contemporaine.

2I. Hurst commence par dresser un tableau de la place des Classiques dans le cursus éducatif en rappelant qu'il s'agit d'inculquer un idéal viril et héroïque à l'élite économico-culturelle du pays, à l'exception des femmes. À partir de 1850, la place du grec à Oxford devient prépondérante (Cambridge est plus axée sur les compétences linguistiques), alors que le débat sur son caractère obligatoire commence dès 1870 pour s'achever en 1920 lorsqu'il perd ce caractère, un an après Cambridge. L'époque victorienne voit également l'ouverture d'Oxbridge sur l'extérieur : des universitaires proposent des conférences qui seront suivies par quelques 30000 personnes en 1894-95, parmi lesquelles des épouses d'universitaires qui seront très actives auprès des autres femmes et des classes populaires.

3L'auteure s'intéresse ensuite à l'accès progressif des femmes à l'éducation et donc à la langue et à la littérature gréco-latine, par un prisme générationnel très fécond qui lui permet de montrer l'existence d'un dialogue entre les pionnières et leurs descendantes. Quelles sont à l'origine les options pour les femmes attirées par les Classiques ? L'éducation privée qui réduit le nombre de classicistes aux membres issus de l'aristocratie et du clergé, puis progressivement aux classes moyennes qui peuvent accepter cette éducation sans vertu domestique, ni gain professionnel. Cette éducation prend plusieurs formes: excentricité familiale (rare) qui accorde à une fille une grande latitude dans le choix de ses lectures (M. Shelley à qui toutefois son époux apprendra le grec et le latin), accès à une bibliothèque et à l'éducation préparatoire d'un frère (Sara Coleridge bénéficie de la grande bibliothèque de son oncle Southey et de l'éducation d'un frère avant de l'enseigner plus tard à ses enfants), ou position inhabituelle de la fille dans la maisonnée (F. Nightingale est le garçon en matière d'éducation, alors que sa sœur suit un parcours plus conventionnel). Souvent les filles passent après leurs frères et découvrent l'infériorité de leur statut au départ de ceux-ci. D'autres trouvent un mentor extérieur comme M. Evans. Dans les années 1870-1880, les célibataires de bonne famille bénéficient de cours privés et de la fréquentation de la Salle de lecture du British Museum. Mrs Ward est exemplaire du parcours d'une victorienne: elle ne bénéficie pas de l'éducation de ses frères mais suit des cours sous la houlette d'Anna J. Clough, fréquente la Bodléienne et apprendra les langues anciennes avec son mari avant d'œuvrer à la fondation de Somerville College. Comme G. Eliot, c'est une autodidacte qui prend plaisir à maîtriser seule un domaine étranger.

4Une autre forme d'éducation est celle qu'offrent les ladies' seminaries davantage tournés vers l'acquisition des bonnes manières mais qui proposent une introduction à la mythologie et à l'histoire antique. Néanmoins, l'accès à l'éducation secondaire s'améliore grâce à des initiatives privées comme la création de lycées pour filles (ladies' colleges) dans les années 1840 et 1850, qui visaient d'abord à former des professeurs. D'autres initiatives voient le jour comme la création de Queen's College à Londres, financé par des associations de gouvernantes. À la fin du xixe siècle, dans l'enseignement secondaire, les Classiques sont un gage de sérieux et les femmes nées entre 1850 et 1860 seront les premières à bénéficier de ces changements.

5Au niveau universitaire, les femmes peuvent suivre des cours mais ne peuvent s'inscrire ni bénéficier du temps et du soutien des pairs qu'apporte la vie estudiantine et il faudra attendre 1879 pour que l'University of London soit la première à les autoriser à s'inscrire. À Oxford, la question de leur accès croise celle des programmes. Des colleges pour femmes sont néanmoins créés : Somerville, Lady Margaret Hall et St Hugh. Les étudiantes ont la possibilité de passer des examens en littérature anglaise et en histoire mais les examens reconnus ne leur seront ouverts que dans les années 1890 et il faudra attendre 1920 pour qu'elles aient des diplômes réels. La Grande Guerre avait prouvé leur valeur tout en portant un coup fatal au modèle de l'héroïsme antique à travers le massacre des Oxoniens. Déjà celles qui désirent s'orienter vers la littérature ou le journalisme privilégient des études littéraires ou historisantes au détriment des Classiques.

6Dès les années 1890, leur accession à tous les niveaux éducatifs génère son lot d'angoisse masculine : G. Allen se moque des bas-bleu dans The Woman Who Did (1895) et l'image de l'étudiante surmenée et malheureuse fait partie de la culture populaire et lettrée quoique la riposte se fasse sentir. Assimilées à des Ménades ou à des Artémis, les étudiantes voient leur nombre augmenter tandis que celles qui fréquentent les premiers colleges pour femmes découvrent les vertus du groupe en lieu et place de la solitude de leurs mères symboliques. À cet égard la vignette consacrée à Jane Ellen Harrison (1850-1928) est significative : celle-ci comprend très vite qu'elle ne saurait rivaliser avec ses pairs ayant bénéficié d'une réelle éducation classique et s'oriente vers l'archéologie où elle sera une pionnière en étant la première Research Fellow de Newnham en 1898 et en travaillant au British Museum. Cette New Woman n'oublie pas d'en appeler au remplacement du patriarcat par des communautés comme la communauté universitaire qui lui permit d'éviter l'amertume des victoriennes rebelles.

7Un chapitre est ensuite consacré au rapport d'E. Barrett Browning avec le monde grec qui croise sexe et genre littéraire. La poétesse appartient au cercle très restreint des femmes ayant eu accès à la culture classique par le biais de mentors masculins. Traductrice de Sophocle et d'auteurs peu connus à l'époque (Nonnos, Théocrite), ses débuts montrent une volonté de reprendre l'épopée, avant qu'elle n'adopte progressivement une attitude plus critique envers l'héroïsme homérique masculin en même temps qu'elle se tourne vers des thèmes modernes (travail des enfants, Risorgimento). I. Hurst étudie ses révisions de la tradition épique, de La Bataille de Marathon à Aurora Leigh. Barrett n'invoque en effet l'épopée que pour démontrer combien l'héroïsme homérique et les valeurs martiales sont devenues datées et insoutenables. Elle fait de la mère-poète une héroïne moderne et recherche un genre capable de rivaliser avec le roman pour traiter de l'épopée moderne dans Aurora Leigh qui suggère que l'héroïsme moderne réside dans la vie domestique et dans la construction d'une société pacifiée par l'art.

8Le chapitre suivant s'intéresse à la réception littéraire et aux reprises des Classiques par des auteurs victoriens. À l'époque mid-victorienne, les Classiques sont en effet l'enjeu d'une relation complice au père ou à une figure masculine par opposition à la figure castratrice de la mère, ce qui laisse à penser qu'il y a un prix à payer pour l'acquisition du savoir par les filles. Toutefois, la réception des Classiques est très diverse. Dans The Daisy Chain (1856), C. Yonge adopte une position conservatrice : ils sont destinés à être remplacés par la religion bien qu'ils soient parfois fort utiles pour aider certaines familles démunies. C. Yonge soutient paradoxalement l'égalité éducative quoique sans but personnel mais finira par accepter les colleges pour femmes. Avec Romola (1862-3) et Middlemarch, G. Eliot dénonce le lien entre filles ou femmes et pères et époux, mais plaide pour l'accès à l'éducation des femmes. Pour E. et C. Brontë, les femmes étudiant le grec sont dans une position de défi envers la tradition et les usages sociaux, alors qu'Agnes Grey offre une vision plus apaisée de la famille et de l'étude. Trollope renverse la convention de la femme classiciste et rebelle dans Framley Parsonage et The Last Chronicle of Barset: on peut apprendre le grec et être féminine, on peut même en tirer un revenu. E. Gaskell, qui considère les Classiques d'un point de vue utilitaire, en dénonce l'inutilité dans un système fondé sur la ségrégation sociale et sexuelle. À quoi sert en effet le grec quand un homme devient dissenter et doit gagner sa vie (North and South) ? À la fin de Cousin Phyllis, l'héroïne n'a que le choix entre rentrer chez son père qui l'a initiée aux Classiques ou abandonner les textes qui l'ont menée vers la tentation sexuelle (il est vrai que cette fin lui fut imposée par son éditeur). L'intérêt des femmes pour la littérature n'est pas un obstacle à leurs capacités domestiques mais le récit n'encourage pas la découverte des Classiques. À la fin du siècle, la situation a bien changé : les romans d'A. Saint Aubyn (F. Marshall) s'élèvent contre le stéréotype de l'universitaire laide et vouée au célibat, tandis qu'avec A Sweet Girl Graduate (1891), L.T. Meade montre qu'une femme peut être universitaire sans être idiote.

9I. Hurst examine ensuite le traitement victorien du monde gréco-latin et le travail effectué sur les figures tragiques (Médée, Alceste) par des auteures, traitement qui défie et se plie tout à la fois aux normes sexuelles. Eliot est une grande classiciste, encouragée par un père partisan de l'ascenseur social. L'ostracisme que lui vaut son installation chez le très marié G.H. Lewes lui permet de revenir aux Classiques : elle écrit sur Antigone et utilise plus tard l'équivalent du chœur tragique dans des romans qui délocalisent la tragédie grecque dans une campagne anglaise peuplée de vicaires. Cependant, ses romans n'ont pas tous des fins tragiques: certains personnages sont exilés ou rédimés par la souffrance. L'apport tragique lui sert à éduquer son lecteur afin de lui éviter justement un destin tragique.

10Dans Amymone : A Romance of the Days of Pericles (1848), E. Lynn dresse un parallèle très victorien entre la société athénienne et anglaise pour s'opposer au patriarcat et prendre parti pour une Aspasie qui a tout de l'ange au foyer mais qui tient cependant des discours sur l'égalité sexuelle et le mariage d'amour. Quant au personnage titulaire, il s'apparente à Médée et finit en outre par se tuer. À son tour, A. Levy s'élèvera contre la société et le mariage patriarcaux dans Xantippe (1881).

11L'analyse se poursuit par un examen de la figure de Médée. L'érudite A. Webster traduit la tragédie éponyme d'Euripide en 1868 et en fait une victorienne prisonnière de la condition féminine au regard du mariage et du divorce avant de proposer la rébellion en guise de modèle. A. Levy dénonce les talents gâchés des femmes dans une société misogyne et le racisme dont elle souffrit dans « Medea: A Fragment in Drama Form After Euripides » (1891). Pour M.-E. Coleridge, Médée est une femme fatale fin de siècle, criminelle comme Jack l'éventreur, tandis que quelques années plus tard et dans le contexte de l'après-guerre, Dora Russell la repolitise pour dénoncer l'ingratitude masculine dans Hypatia, or Woman and Knowledge (1925).

12Plus ambiguë est la figure d'Alceste se sacrifiant, à l'heure de la redéfinition des identités sexuelles. Dans « Alcestis to Admetus » (1884) M.-E. Coleridge offre la représentation ironique d'une Alceste non dupe de l'attachement passager d'Admète et quasi médéenne tout en suggérant que les sacrifices féminins ne seront jamais reconnus tant qu'un nouveau type de mariage ne libérera pas les femmes. Nous sommes loin d'un intérêt purement philologique et ces écrits n'ont rien à envier aux réécritures masculines contemporaines.

13Le dernier chapitre est consacré aux débuts du xxe siècle à travers les héritières des victoriennes tant en matière d'éducation qu'en matière de tradition littéraire. Vera Brittain et Dorothy L. Sayers ont encore une éducation incomplète mais une grande confiance dans leurs capacités à retravailler les Classiques pour évoquer la condition féminine moderne en utilisant l'épopée transmise par leurs prédécesseurs féminins comme source d'inspiration pour des genres littéraires qui ne reconduisent pas le code héroïque, subvertissent les hiérarchies littéraires en montrant qu'un roman policier ou un récit personnel, tout comme une épopée, traitent des mêmes émotions.

14Sans doute parce que son éducation est incomplète, D. Sayers mène une réflexion très moderne sur l'enseignement des langues dites mortes et s'oppose à Freud dont les lectures des textes grecs deviennent canoniques à l'heure où les Classiques ne constituent plus le socle de la culture commune. Sa réutilisation des Classiques lui permet d'élever un roman universitaro-policier comme Gaudy Night (1935) à la dignité d'un genre littéraire authentique et de revenir sur l'idée en vogue selon laquelle toute universitaire est anormale : son héroïne finit par se marier tout en restant universitaire et classiciste. Vera Brittain avait fait des études classiques, non par intérêt, mais pour aller à Oxford et elle critiquera l'importance à ses yeux excessive du grec dans le cursus universitaire. Après guerre, elle abandonne l'anglais pour l'histoire afin de comprendre les raisons de la boucherie et elle rend les valeurs héroïques homériques véhiculées par l'Université responsables du massacre consenti de ses pairs.

15La conclusion est peut-être hâtive et l'analyse de ce beau texte qu'est « On Not Knowning Greek » de Woolf trop succincte, sans doute parce qu'elle ne s'accompagne pas de la présentation détaillée du rapport à la culture gréco-romaine des autres auteures. S'appuyant sur une tradition littéraire qui va de Sophocle au xixe siècle, Woolf accorde la même valeur pédagogique au roman et à la tragédie, ce qui est très éliotien. Toutefois, à ses yeux, l'ignorance du grec n'est pas liée au sexe mais à une limite du savoir que l'imagination permet de franchir. Par son altérité, le grec suscite un désir inassouvissable qu'on ne saurait satisfaire par un quelconque rabattement sur la culture anglaise. Il s'agit là d'un tout autre rapport qui aurait mérité d'être rattaché... peut-être à d'éminents victoriens (Arnold et Pater) qui le thématisèrent avant Woolf, quoiqu'ils en fissent un modèle pour leur époque.

16En dépit de sa densité et d'un constant va-et-vient entre l'étude des Classiques par les femmes et leur traitement littéraire (mais les deux se répondent nécessairement), l'ouvrage d'I. Hurst présente un panorama complet et assez roboratif à lire, que l'on s'intéresse aux études féministes, aux classicistes ou au victorianisme. Assorti d'une bibliographie fournie, il s'inscrit dans des projets similaires d'examen de la présence des Classiques dans la culture européenne. Son découpage générationnel montre très clairement l'effet des avancées éducatives qui furent le fait des hommes mais surtout de ces femmes auxquelles D. Russell rend le meilleur hommage: « these pioneers, childless, unwed, created and bore thousands of women ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Coste, « Isobel Hurst, Victorian Women Writers and the Classics. The Feminine of Homer »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 69 | 2009, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/cve/6821

Haut de page

Auteur

Bénédicte Coste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals