Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Joëlle Prungnaud. Figures littéraires de la cathédrale (1880-1918)

Villeneuve d'Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 2008. 269 p. ISBN 978-2-7574-0035-7
Joëlle Prungnaud est Professeur de littérature comparée à l'Université Charles-de-Gaulle Lille 3.
Annie Escuret
Référence(s) :

Joëlle Prungnaud. Figures littéraires de la cathédrale (1880-1918). Villeneuve d'Ascq  : Presses Universitaires du Septentrion, 2008. 269 p. ISBN 978-2-7574-0035-7

Texte intégral

1Elle est l'auteur de Gothique et décadence (Champion, 1997) et s'intéresse à la demeure noire du récit fantastique. Dès l'introduction, elle attire notre attention sur la présence parfois envahissante de la cathédrale dans la littérature et les arts de la période dite fin-de-siècle ou encore au tournant du xixe siècle (1880-1900), jusqu'à la guerre de 1914-18 qui marque l'entrée des sociétés européennes dans un autre monde et un autre temps. Ce monument représente un confluent d'influences étrangères byzantines, mauresques, orientales, qui ont modifié chaque style national mais le motif esthétique (de la cathédrale) transcende les clivages de l'histoire littéraire entre les différents courants (naturalisme, symbolisme et Décadence) comme on peut le voir dans l'ouvrage de Huysmans (La Cathédrale) (1898), le dixième prélude de Debussy (La Cathédrale engloutie) (1913) ou la sculpture d'Auguste Rodin (La Cathédrale) (1908). Pour dessiner sa « cathédrale littéraire », Prungnaud a choisi un corpus d'une centaine de textes, de l'essai à la fiction en prose, de la poésie au théâtre, dans trois champs culturels européens : britannique, belge francophone et français et ces textes montrent un large éventail de représentations qui tendent à subvertir le paradigme romantique de la grande église gothique du Nord au profit d'un contre-modèle marqué par l'éclectisme et l'exubérance des formes. Après l'exposé liminaire du chapitre 1 (« Un modèle esthétique ») et celui du chapitre 2 (« Émergence d'un contre-modèle »), nous avons ensuite : « La Cathédrale en représentation », « L'Imaginaire de la Cathédrale » [Le rêve, le symbolisme, le livre, La Jérusalem céleste], « La Cathédrale terrifiante » [Entre horreur sublime et inquiétante étrangeté, Cathédrale et monstres, Présence de la mort, l'Effondrement de la cathédrale], « La Cathédrale miroir de la nature » [La référence à la nature...], « Le Corps de la cathédrale » « [Du corps christique au corps marial ; la cathédrale érotique ; La cathédrale organique ; le moi et l'édifice sacré] », « L'Âme de la cathédrale » avant d'arriver à « La Cathédrale enjeu politique » [La cathédrale laïque ; L'idéal socialiste ; La cathédrale emblème de la patrie ; La cathédrale héroïque et martyre].

2La richesse de cet ouvrage se voit dans les différents chapitres que nous venons d'énumérer car, lorsqu'on analyse la représentation littéraire d'une architecture, on s'interroge sur les modalités de passage d'un art à l'autre, de l'art de l'espace à l'art du verbe, d'un système de signes à un autre, du construit à l'écrit et c'est exactement ce que fait Prungnaud avec sa double question : que représente la cathédrale et comment est-elle représentée ? Ainsi, c'est grâce au chapitre 1 de cet ouvrage que nous avons fini par comprendre le rôle fondamental joué par Ruskin :

le passage de l'un au multiple se résout dans la composition d'un modèle de référence, qu'il s'agisse de la cathédrale archétypale de Ruskin, de la « cathédrale synthétique » de Louis-Auguste Boileau (1853) ou la cathédrale idéale de Viollet-le-Duc. [...] c'est, en accord avec les leçons de Ruskin, Notre-Dame d'Amiens qui est élue comme produit d'un « gothique pur, exemplaire, insurpassable et incriticable », même si elle ne soutient pas la comparaison avec des édifices plus remarquables sur certains points. Ruskin trouve chez Viollet-le-Duc la confirmation de ce choix, au prix d'une confusion relevée par le traducteur, Marcel Proust. Walter Pater et Arthur Symons consacrent également de belles pages à la cathédrale. (21-23)

3Qu'il s'agisse de sources documentaires ou de textes littéraires, il semble évident que « la » cathédrale se conçoit d'abord comme « gothique » alors qu'il n'y a aucun rapport obligé entre cathédrale et art gothique et que le style roman joue un rôle tout aussi important dans cette archéologie des lieux de culte. Si William Morris attache une telle importance au xive siècle, c'est après avoir lu les travaux de Thorold Rogers (un historien d'Oxford) tandis que la thèse de l'historien d'art de la Sorbonne (Émile Mâle) va inspirer Marcel Proust (lui-même traducteur de La Bible d'Amiens de Ruskin). En un mot, l'emblème de la cathédrale va servir à dénoncer le matérialisme de la société contemporaine qui va de pair avec le philistinisme bourgeois et la laideur industrielle. La comparaison entre paysages urbains du Moyen Âge et ceux du xixe siècle en Angleterre d'un A.W. Pugin dans Contrasts (1836) sera reprise par Carlyle (Past and Present). Ruskin invite son lecteur à s'interroger sur le sens de cet édifice « inutilitaire » dans nos sociétés modernes alors que William Morris voit dans l'Angleterre médiévale l'espoir de notre civilisation. Si le château-fort est devenu une pièce de musée, à l'inverse la cathédrale est restée un sanctuaire ou un témoin de la foi des premiers âges et c'est par l'imagination que l'on peut retrouver la poésie de ces lieux. Si Verlaine imagine qu'il aurait pu être un saint dans Sagesse (1880), à l'inverse Jules Laforgue ne peut que regretter de ne pas avoir vécu « en l'An mil où l'on croyait encor [...] » (« Trop Tard » in Le Sanglot de la terre) (1879-1881). Il arrive que la métaphore du bateau en partance donne au motif du voyage une note d'espoir euphorique (voir Walter Pater qui assimile Notre-Dame-de Chartres à un voilier croisant dans le lointain : « like a ship for ever a-sail in the distance »). Cependant, la nostalgie du Moyen Âge ne suffit pas à justifier cette surévaluation de l'édifice chrétien puisqu'il s'agit d'un idéal esthétique élaboré ultérieurement et qu'elle comble le rêve post-romantique, baudelairien ou wagnérien, de la correspondance des arts. William Morris nous rappelle que tous les artistes (de toutes les corporations) ont travaillé dans l'esprit d'une harmonie coopérative et Paul Bourget déclare que, si le langage de chacun des arts diffère, la source de la création est unique. Le visiteur doit se faire archéologue pour identifier les strates historiques qui se superposent comme le souligne Walter Pater à propos de Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Troyes : « a rich mixture of all the varietes of the Pointed style down to the latest Flamboyant » (Pater, « Denys l'Auxerrois », Imaginary Portraits). On note que l'austère cathédrale romane des origines, embellie par le style gothique, rassemble toutes les formes d'art du Moyen Âge, des siècles primitifs jusqu'aux premières manifestations de la Renaissance tandis que, dans les pays méditerranéens, les monuments portent l'empreinte des exotismes comme l'orient byzantin à Venise ou islamique en Espagne. Cette divergence dans la conception de la cathédrale avait déjà été soulignée par John Ruskin dans Les Pierres de Venise (1851) : sans nier les écarts culturels et esthétiques qui pouvaient troubler le touriste anglais, il fait preuve de pédagogie en l'invitant à comparer le connu et l'inconnu, la basilique Saint-Marc (qu'un architecte connu, Wood, avait qualifiée de « monstruosité barbare ») avec l'église d'une paisible ville épiscopale d'Angleterre. Si Ruskin popularisa les modèles vénitiens, ce fut George Edmund Street qui parla de l'influence arabe en Espagne dans son ouvrage intitulé Some Account of Gothic Architecture in Spain en 1865 et ce, même s'il tendait à la minimiser pour démontrer la pureté de l'art chrétien en Espagne (à l'inverse de Maurice Barrès conquis par le charme de Tolède).

4Dans le chapitre suivant consacré au « contre-modèle », Prungnaud souligne l'éclectisme lorsque le monument se recompose sur le mode du composite, de la combinaison d'éléments hétérogènes, de la discordance, du métissage ou de l'indéfinissable comme lors de l'Exposition universelle de 1900 à Paris, avec une incroyable mosaïque de cultures, une insolite bigarrure de formes et de styles au cœur des quartiers les plus familiers. Dans sa conclusion, enfin, elle résume le cheminement suivi par ces écrivains qui ont offert soit une image euphorique d'un espace heureux (comme Arthur Symons qui assimile l'art à un paradis terrestre), soit une désespérante image de mort qui véhicule la hantise de la fin du monde et de la mort de Dieu. La cathédrale décadente se distingue de la cathédrale symboliste par ses distorsions multiples et, quand le détraquement des formes contamine la fonction, la sacralisation des lieux profanes vient détrôner le sanctuaire en le dépossédant de sa dimension sacrée.

5Un bel ouvrage, bien écrit, bien documenté, agréable à lire, avec une excellente bibliographie et que nous recommandons sans hésiter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Escuret, « Joëlle Prungnaud. Figures littéraires de la cathédrale (1880-1918) »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 69 | 2009, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/cve/6846

Haut de page

Auteur

Annie Escuret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals