Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Steven McLean. H. G. Wells : Interdisciplinary Essays

Newcastle upon Tyne : Cambridge Scholars Publishing, 2008. 184 p. ISBN (10) : 1-84718-615-7 ; ISBN (13) : 9781847186157
Annie Escuret
Référence(s) :

Steven McLean. H. G. Wells : Interdisciplinary Essays, Newcastle upon Tyne : Cambridge Scholars Publishing, 2008. 184 p. ISBN (10) : 1-84718-615-7 ; ISBN (13) : 9781847186157

Texte intégral

1Ce volume est le fruit d'un congrès (« H. G. Wells : New Directions »), à savoir l'un des symposiums annuels organisés par la « H. G. Wells Society » le 23 septembre 2006 à Londres. Le but de cette réunion était d'élargir le champ de recherche en incluant « Wells et la science », « Wells et l'utopie », « Wells et la théorie politique », « Wells et les années 1890s », « Wells et la politique mondiale » et ainsi de suite. Cet élargissement du propos a effectivement permis à l'éditeur (Steven McLean, ancien secrétaire de la H. G. Wells Society) de rassembler de grandes signatures comme celles de Patrick Parrinder (que l'on ne présente plus depuis longtemps!), John R. Hammond, Sylvia Hardy ou Bernard Loing ainsi que des travaux de collègues plus jeunes comme Emily Alder ou S. A. Pamboukian. Dans son « Introduction », McLean rappelle à quel point l'œuvre de Wells est celle d'un touche-à-tout de génie et que cette diversité nous oblige à en faire un carrefour de plusieurs disciplines, ce qui exige, du même coup, une critique plurielle capable de mobiliser tous les champs du savoir. Le recueil est divisé en trois parties : « Early Romances » est consacrée aux premiers textes de Wells : The Time Machine [1895], The Island of Doctor Moreau [1896], The Wheels of Chance [1896], The War of the Worlds [1897]. La seconde partie (“From Romancer to Novelist” comporte l'analyse de Bernard Loing de Love and Mr Lewisham [1896] ainsi que de nombreux autres romans abordés dans les articles suivants. L'article de Pamboukian (qui inaugure le volume) n'est pas le énième article portant sur Time Machine car elle le compare à d'autres romans contemporains qui parlent d'évolution et de temps comme celui de William Morris (News from Nowhere) (1890), Edward Bellamy (Looking Backward) (1888), A Crystal Age de W. H. Hudson (1887), Richard Jefferies (After London ; or, Wild England) (1885) ou Grant Allen (The British Barbarians) (1895). La multiplication de ces voyages à travers le temps à la fin du siècle est éloquente car elle nous montre en quoi réside l'originalité de Wells : son « guide » ne revient pas à la fin du récit et le lecteur reste avec ses questions sur l'évolution : « The sublime landscapes of the future and the events of 802, 701 highlight the vast sweep and power of evolution and the small, time-bound achievements of humanity, a somewhat distressing conclusion because it reverses the popular idea that science can influence evolution and produce a better society, a key concept of Social Darwinism, eugenics, and several earlier time-travel narratives ». (22)

2L'article suivant (celui de McLean) porte sur « Animals, Language and Degeneration in The Island of Doctor Moreau » et l'auteur rappelle à juste titre tous les débats de l'époque sur l'évolution des mots, ainsi que les rapports entre les mots et les choses. Pour Max Müller et C. Lloyd Morgan, les animaux ne pouvaient pas parler (comme les humains) tandis que le naturaliste américain (Richard Garner) affirmait l'inverse, à savoir que si l'homme ne peut pas penser sans l'aide des mots, il en va de même pour les singes : « In this hybrid world of ‘humanised animals' and ‘animalised humans', the Beastfolk's recital of the Law functions as a comment on the status of those philosophical and religious activities considered to constitute the most advanced forms of human reasoning ». La Loi de Moreau constitue un blasphème pour les croyants de l'époque (sans oublier les prières réduites à une litanie privée de sens). Pour Wells, ce qui différencie un homme d'un animal, c'est que l'homme est capable de mentir (ce qui est une forme de perversion du langage). En un mot, un article juste et qui a le mérite de recontextualiser le débat capital sur les rapports entre homme, évolution, langage et pensée.

3Celui de Simon J. James (« Fin-De-Cycle : Romance and the Real in The Wheels of Chance ») porte sur un roman un peu moins connu de Wells : « a picaresque lower middle-class fin-de-siècle comic writing like Jerome K. Jerome's Three Men in a Boat (1889) or George and Weedon Grossmith's The Diary of a Nobody (1892) » mais qui, par son thème social, s'inscrit parfaitement dans la production de cette époque dans la mesure où la bicyclette contribua, de toute évidence, à démocratiser les déplacements des hommes et des femmes.

4Keith Williams (« Alien Gaze : Postcolonial Vision in The War of the Worlds »), pour sa part, met l'accent sur le rôle de la vision dans la science et la culture à la fin du siècle dernier : « Wells developed a socially-critical way of seeing which played on the defamiliarising potentials of new optical media », « like a kind of X-ray vision ». Nous avons beaucoup aimé ce bel article qui comporte des illustrations pertinentes, dignes du grand spécialiste des adaptations filmiques de Wells qu'est Williams.

5L'article suivant (signé Bernard Loing) s'intitule : « Love and Mr Lewisham : Foundations and Sources for a First Social Novel ». Cet article a pour mérite de retracer (à travers ses lettres) l'évolution de Wells qui ne voulait plus n'être qu'un second Jules Verne et aurait aimé être considéré comme un romancier sérieux (entreprise réussie si on en juge d'après l'article suivant de John R. Hammond : « Wells and the Discussion Novel » qui étudie plusieurs œuvres « sérieuses » de Wells comme The Dream (1924), The Bulpington of Bulp (1932), Brynhild (1937), A Propos of Dolores (1938) et You can't Be Too Careful (1941). Hammond commence par évoquer d'autres titres qu'il aurait pu étudier éventuellement mais son choix a dû se limiter aux cinq textes énumérés parce que les autres sont trop didactiques (comme Joan and Peter (1918) : « What could have been a novel worthy to stand comparison with Tono-Bungay (1909) or The New Machiavelli (1911) is marred by a tendency to talk at the reader, to pontificate on the war, on education, and a host of other topics. » (87)

6Patrick Parrinder nous offre une plongée dans la thématique de l'île : « Island of Fools : Mr Blettsworthy on Rampole Island and the Twentieth-Century Human Predicament ». Dès son introduction, Parrinder remonte aux origines : John Donne (« No man is an Iland, intire of it selve ; every man is a peece of the Continent, a part of the maine »), Robinson Crusoe (Defoe), Stevenson's Kidnapped (1886) et autres. La thématique de l'île soulève celle de l'isolement. Dès 1896, avec The Island of Doctor Moreau, Wells avait montré sa dette envers Defoe et Swift : « What if Moreau's island had been a true ‘lost island' — a figment, that is of Prendick's traumatised imagination? Wells explored a possibility of this kind in his second island romance, Mr Blettsworthy on Rampole Island, first published in 1928. » Pour Parrinder, ce texte n'est pas qu'une simple reprise parodique de Doctor Moreau dans la mesure où il nous offre une exploration beaucoup plus complète de la symbolique de l'île par ses allusions à d'autres cités englouties ou perdues (comme l'Atlantide), sans oublier Utopia de More ou New Atlantis de Bacon qui sont des îles utopiques (ou des laboratoires d'organisations humaines). Parrinder a raison d'évoquer le rôle joué par les Galapagos dans la découverte de Darwin. Wells fait de même avec ses deux œuvres consacrées à des « îles » qui lui servent de laboratoires (et non pas d'espaces utopiques).

7La dernière partie (« Wells and his Interlocutors ») rassemble les contributions d'Emily Alder, Sylvia Hardy et Richard Toye. Alder dresse un parallèle avec William Hope Hodgson (« Buildings of the New Age... ») ; Sylvia Hardy compare l'approche (pragmatique) de Wells avec celle de William James tandis que Richard Toye évoque les rapports de Wells avec Winston Churchill.

8Cet ouvrage comprend aussi une excellente bibliographie et un index fort utile. En un mot, un ouvrage facile à consulter et dont les articles représentent des contributions d'une grande qualité !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Escuret, « Steven McLean. H. G. Wells : Interdisciplinary Essays »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 69 | 2009, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/cve/6849

Haut de page

Auteur

Annie Escuret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals