Navigation – Plan du site

AccueilNuméros68 automneComptes rendusMargaret Markwick. New Men in Tro...

Comptes rendus

Margaret Markwick. New Men in Trollope’s Novels. Rewriting the Victorian Male

Alain Jumeau
Référence(s) :

Margaret Markwick. New Men in Trollope’s Novels. Rewriting the Victorian Male. Aldershot : Ashgate, 2007. 216 p. ISBN 978-0-7546-5724-8. £ 50.

Texte intégral

1La Bible le dit bien : il y a un temps pour tout. Depuis les années 1970, les Women’s Studies se sont beaucoup intéressées à la construction culturelle du modèle féminin, et maintenant il est temps de s’intéresser au même phénomène avec le modèle masculin. L’image de la femme victorienne cantonnée à la sphère domestique et familiale, sous l’autorité plus ou moins despotique du patriarche a été remise en question dès la fin de la période victorienne par l’apparition de la New Woman, émancipée, cherchant à affirmer son autonomie par rapport au système patriarcal. Il est donc temps de s’interroger sur l’émergence d’un nouveau type d’homme, à la même époque (New Men). C’est ce que fait Margaret Markwick en s’intéressant spécialement au cas de Trollope, dix ans après avoir publié un ouvrage intitulé Trollope and Women (London : Hambledon Press/Trollope Society, 1997).

2L’idée de chercher dans les romans de Trollope ce nouveau type d’homme, moins conventionnel, moins machiste, un peu plus féminin, pourrait surprendre ceux qui pensent que Trollope n’est en aucune façon le romancier des remises en question de l’ordre établi, mais celui du statu quo. En fait, ce serait mal le connaître, comme le suggère Margaret Markwick, qui défend sa thèse grâce à une argumentation solide, bien documentée, et globalement convaincante. D’après elle, sous le vernis d’un réalisme social conventionnel, Trollope remet en cause le stéréotype victorien du despote patriarcal pour montrer qu’à cette époque, certains hommes n’hésitent pas à partager avec leur femme les tâches pratiques de l’éducation des enfants. Les « nouveaux pères » sont donc déjà inventés. Plus généralement, les « nouveaux hommes » de l’époque victorienne sont ceux qui sont capables d’exprimer la part de féminin qui est en eux: c’est pour cela qu’ils apparaissent comme des citoyens d’une étoffe nouvelle, des partenaires différents dans le mariage, et des pères d’une valeur exceptionnelle. La démonstration s’appuie sur des exemples bien choisis de personnages masculins laissant s’exprimer leur fibre féminine : Phineas Finn, John Caldigate et Plantagenet Palliser (une fois qu’il est devenu veuf).

3L’étude de Markwick progresse lentement et n’entre dans le vif du sujet qu’après une longue contextualisation, qui occupe près de la moitié du volume. Mais elle réserve ensuite des analyses qui renouvellent notre lecture de Trollope, et même de vraies surprises dans le dernier chapitre (« Smoking Rooms : Bawdy Jokes »), où nous rencontrons plusieurs exemples étonnants du goût de Trollope pour les plaisanteries masculines plutôt salaces, fondées sur le double entendre, et destinées à rester inaperçues pour les lectures en famille. Markwick y voit, comme dans l’évocation des scènes de chasse ou des questions politiques, une stratégie de l’auteur pour retenir l’attention du public masculin, tout aussi important pour lui que le public féminin.

4La conclusion, trop rapide, ne permet pas de savoir si cette façon de séduire le lecteur victorien grâce à un discours masculin traditionnel fait bon ménage avec l’émergence d’un nouveau modèle masculin. Mais le lecteur du xxie siècle referme cette étude avec une double conviction : le modèle patriarcal victorien mérite sans doute d’être revu et nuancé ; et les romans de Trollope, qui épousent si bien la réalité victorienne, présentent plus de complexité et de subtilité que d’éminents critiques l’ont souvent prétendu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Jumeau, « Margaret Markwick. New Men in Trollope’s Novels. Rewriting the Victorian Male »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 68 automne | 2008, mis en ligne le 14 octobre 2020, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/7837 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.7837

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search