Navigation – Plan du site

AccueilNuméros68 automneComptes rendusFrédéric Regard (dir). De Drake à...

Comptes rendus

Frédéric Regard (dir). De Drake à Chatwin : rhétoriques de la découverte

Alain Jumeau
Référence(s) :

Frédéric Regard (dir). De Drake à Chatwin : rhétoriques de la découverte. Lyon : ENS Éditions, 2007, 240 p. 978 2-84788-107-3. 21 €.

Texte intégral

1Le recueil d’articles publié par Frédéric Regard ne s’intéresse pas à la littérature de voyage en tant que genre littéraire, ni aux figures du touriste, deux domaines de recherche bien exploités récemment, aussi bien en France que dans les pays anglophones, mais à un champ beaucoup plus spécifique, celui des « récits d’exploration ». C’est l’occasion d’étudier les modalités de la rencontre, du contact initial où l’ego et l’alter sont jetés ensemble dans un espace à partager, où les identités se rencontrent et se (re)définissent.

2Dans un chapitre introductif d’une grande richesse et d’une remarquable densité, Frédéric Regard ne se contente pas d’introduire le recueil, mais il présente la problématique, la méthodologie, et la bibliographie propres à ce champ de recherche, dans une synthèse fort utile. Les neuf articles qui suivent s’intéressent à des périodes diverses de l’histoire anglaise, allant des débuts de l’expérience coloniale, avec Sir Francis Drake, jusqu’au récit de Bruce Chatwin sur la Patagonie en 1977. Dans cet ensemble, seuls quatre articles ressortissent au xixe siècle et retiendront ici notre attention.

3Le premier est signé par Catherine Lanone, qui semble avoir inauguré ici son étude d’une thématique originale, sur laquelle elle est revenue dans le volume Hommage à Sylvère Monod (Montpellier, PULM, 2007), et plus récemment, dans une communication présentée lors du colloque de la SFEVE à Aix-en-Provence, en 2008. Il s’agit de l’exploration de l’Arctique, à la recherche du passage du Nord-Ouest et de l’aventure héroïque de John Franklin — non pas au cours de l’expédition qui lui coûta la vie dans des conditions qui posèrent question à Dickens, mais d’une première découverte du Grand Nord en 1823. L’explorateur anglais n’a aucune raison d’adopter ici la posture du conquérant, puisque le voyage, à cause du froid, de l’épuisement et de la faim, tourne au calvaire. L’autre se dérobe sans cesse, laissant l’explorateur démuni devant l’immensité glacée. Paradoxalement, l’Autre n’est plus l’indigène, mais l’Anglais lui-même.

4Anne-Pascale Bruneau nous entraîne dans un territoire plus chaud, plus connu aussi comme lieu d’exploration au xixe siècle, l’Afrique centrale et le cours du Niger, grâce au journal de Hugh Clapperton (1829). L’auteur de cette expédition évite la mise en scène traditionnelle montrant le choc entre le civilisé et le sauvage, pour faire preuve d’un désir d’objectivité, malgré les visées impérialistes qui se profilent derrière son entreprise.

5L’article de Frédéric Regard analyse des sources primaires de deux auteurs différents, n’ayant en commun ni le cadre géographique, ni l’approche idéologique. Cela nous vaut une mise en contraste ingénieuse et particulièrement probante: le point de vue « vertical » de l’ethnologue protestant Edward Tyler sur le Mexique, qui lui suggère l’interchangeabilité étonnante de l’Indien et de l’Espagnol, du primitif païen et du civilisé catholique, s’oppose au point de vue « horizontal » de Richard Burton, évoquant, dans son récit de pèlerinage aux lieux saints de l’Islam (strictement interdits aux Occidentaux), sa volonté de se fondre dans une culture autre, d’en adopter les usages, et surtout les langues et la manière de penser.

6Le dernier article, dû à Christine Reynier, entame l’exploration d’un septième continent, plus proche de nous, mais lui aussi « autre » à sa manière: celui de la montagne. Nous l’abordons avec le journal d’Edward Whymper, grand alpiniste, et le premier à avoir atteint le sommet du Cervin en 1865 — un exploit qui s’est malheureusement terminé en tragédie, puisque cinq des huit membres de la cordée sont morts au cours de la descente, lorsqu’une corde s’est rompue. Cet article souligne lui aussi l’importance de la rhétorique dans le récit, en étudiant la fonction des métaphores, qui d’une part participent à la construction d’une personnalité héroïque, et d’autre part révèlent les fantasmes et les désirs de l’auteur.

7Car ce type d’écriture nous apporte aussi des révélations sur ceux qui s’y adonnent, leurs valeurs, leurs motivations conscientes ou non, et montre que la ligne de partage entre soi-même et l’autre reste problématique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Jumeau, « Frédéric Regard (dir). De Drake à Chatwin : rhétoriques de la découverte »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 68 automne | 2008, mis en ligne le 14 octobre 2020, consulté le 01 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/7847 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.7847

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search