Navigation – Plan du site

AccueilNuméros68 automneComptes rendusVirginia Woolf, Journal intégral ...

Comptes rendus

Virginia Woolf, Journal intégral 1915-1941

Bénédicte Coste
Référence(s) :

Virginia Woolf, Journal intégral 1915-1941, traduit de l’anglais par Colette-Marie Huet et Marie-Ange Dutartre, Paris, Stock, La Cosmopolite, 2008. ISBN 978-2-234-06030-2. Préface d’Agnès Desarthe. Postface pour la présente édition intégrale par Frédérique Amselle

Texte intégral

  • 1 Charles du Bos, « Vie et littérature », (1935) Approximations (Paris : Éditions des Syrtes, 2000).

1Les anglicistes ont sans doute lu la version originale du journal de Virginia Woolf dont la traduction française vient de paraître. Ce gros volume a l’avantage de rassembler près de 30 années de rendez-vous quasi-quotidiens avec l’écriture. Il est, selon les termes de F. Amselle qui en a rédigé la postface, « une œuvre à part entière », d’où l’intérêt d’une publication en un volume qui ne se substitue pas aux extraits du Journal d’un écrivain édité par L. Woolf mais qui montre que le journal est une création au même titre que la fiction ou les essais woolfiens. Peut-être tout journal digne de l’appellation devrait-il ressembler à celui de Woolf : tout à la fois « ritualisation du quotidien » façonné comme un objet, livre de comptes, carnet de voyage, bulletin météo, atelier d’écriture, journal de bord, journal mondain, incluant des croquis parfois acérés des personnes rencontrées par Woolf, plein d’humour. À travers une écriture libre et « incroyablement laborieuse du quotidien », le lecteur assiste à l’émergence des romans et des essais, découvre les jugements permanents de Woolf sur sa propre œuvre, lit également les souffrances physiques liées à l’écriture, voit l’œuvre peu à peu « contaminée » par les amis et les relations, le mari, le « fantôme du Journal » avec qui Woolf eut le projet de rédiger un journal à 4 mains. F. Amselle a raison de souligner que ce journal est un genre nouveau, nourri de sous-genres, extrêmement élaboré, polyphonique, qui permet à son auteur de maintenir un lien permanent à l’écriture, de jouer sur l’écart minimal entre le vécu et le narré dans une volonté de se rassembler, de se connaître via un « travail de mise en mots » au caractère littéraire avoué. Le journal laisse voir sa dimension méta-discursive, l’intérêt woolfien pour le processus diaristique, cette « écriture pour soi, une écriture de soi à soi », toute bruissante du rapport physique aux plumes et crayons, de la nécessité d’honorer le rendez-nous nécessaire avec l’écriture qui nourrit à son tour le quotidien. Ce « livre modeste et ambitieux » devient mise en abyme du journal dans ses exigences qui imposent le dilemme de l’écriture ou de la vie. De ce dilemme, un contemporain de Woolf écrivait : « Sans la vie, la littérature serait sans contenu; mais, sans la littérature, la vie ne serait qu’une chute d’eau, cette chute d’eau ininterrompue sous laquelle tant d’entre nous sont submergés, une chute d’eau privée de sens, que l’on se borne à subir, que l’on est incapable d’interpréter, et, vis-à-vis de cette chute d’eau, la littérature remplit les fonctions de l’hydraulique, capte, recueille, conduit et élève les eaux1. » L’écriture woolfienne du journal est une hydraulique du quotidien, qu’elle transforme, essentialise, pour mesurer et représenter le temps. L’émotion sensible qui l’irrigue donne lieu à une esthétique de l’ordinaire, celle qui est à l’œuvre dans tout journal.

Haut de page

Notes

1 Charles du Bos, « Vie et littérature », (1935) Approximations (Paris : Éditions des Syrtes, 2000).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Coste, « Virginia Woolf, Journal intégral 1915-1941 »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 68 automne | 2008, mis en ligne le 02 novembre 2020, consulté le 04 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/7866 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.7866

Haut de page

Auteur

Bénédicte Coste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search