Skip to navigation – Site map

HomeNuméros67 printempsColloque de la S.F.E.V.E., univer...Figures de l’exil dans New Grub S...

Colloque de la S.F.E.V.E., université François-Rabelais, Tours (20 et 21 janvier 2006) : « A sense of Belonging/Le sentiment d'appartenance »

Figures de l’exil dans New Grub Street de George Gissing

George Gissing’s Fictional Elaboration on Exile in New Grub Street
Christine Huguet

Abstract

The sense of exclusion is ubiquitous in George Gissing’s fiction ; whether it be heavily foregrounded from the title page, most notably in Born in Exile, or merely suggested by the intrinsic reality inseparably bound up with it. In New Grub Street, Gissing’s acknowledged masterpiece combining autobiographical resonances with an insider’s dissection of the contemporary literary scene, estrangement is raised to the level of systematised exile, it is monopolised and articulated as a logical predicate.
This paper will look at Gissing’s comprehensive vertical exploration of the concepts of belonging and exclusion in this 1891 novel which, being deeply rooted in material and metaphysical uprooting, tremulously urges the paradox of exile at home.

Top of page

Full text

  • 1 George Gissing, New Grub Street (Harmondsworth : Penguin Books, 1978) 271. Toutes les références so (...)

1Bien que le corpus romanesque de Gissing articule de manière lancinante les concepts de « sphère » légitime, de « société, » de « cercle, » de « penetralia1 », la clef de voûte en est l’impossible appartenance de l’être. Cette fiction, qui s’enracine dans le déracinement, cherche à nier l’idée même de place, de niche, que l’individu percevrait comme sienne ou dont il se sentirait évincé. En effet, les héros de Gissing ont pour particularité de naître en exil, suprême paradoxe qui fait fi de la valeur spatiale du préfixe « ex », et pervertit le rapport immuable entre le proscrit et l’univers familier dont il se sent exclu. New Grub Street, roman le plus connu de cet auteur et, pour beaucoup, son chef-d’œuvre, illustre ce point de façon remarquable, car l’élément topographique qui s’inscrit en titre est à interpréter, dans une large mesure, comme un déni programmatif de toute possibilité d’inclusion de l’être.

2Ce texte de 1891 ne se réduit pas à l’imposante fresque socio-historique de la scène culturelle contemporaine, qui lui a assuré sa réputation. Il est aussi, et peut-être essentiellement, une œuvre très personnelle, qui se donne à lire comme un antiportrait mordant de l’artiste. Le personnage central en est un jeune romancier, Edwin Reardon, qu’une timide percée de popularité a jeté dans les bras de l’ambitieuse Amy. Le mariage tourne au désastre lorsqu’il devient évident que la vocation du héros n’est pas la création romanesque, mais le travail d’érudition classique : désuet aux yeux du lecteur de la fin du siècle, et par conséquent invendable. Gissing fait donc preuve d’un intérêt pervers pour un cas désespéré : un aristocrate spirituel, un amoureux de l’art contraint de devenir artiste sans art, incarnation parfaite de l’impasse que seuls savent éviter les pragmatiques ou les cyniques. C’est Jasper Milvain que le texte charge de signifier le triomphe du carriérisme brutal et sans scrupules. Reardon, quant à lui, cherche en vain sa place dans le monde des lettres. Son refus de toute prostitution de l’art l’empêche de devenir écrivain à succès ; son manque de génie le relègue dans un no man’s land qui lui est révélé de façon originale : le texte expatrie le personnage au cours d’un Grand Tour, version bohème victorienne, qui se transforme ironiquement en voyage de remise en question du moi :

That vast broadening of my horizon lost me the command of my literary resources... I lived in Italy and Greece as a student, concerned... with the old civilisations ; I read little but Greek and Latin. That brought me out of the track I had laboriously made for myself... my novels seemed vapid stuff, so wretchedly and shallowly modern. (107-08)

3Paradoxalement, l’enrichissement spatial, le vécu de l’altérité au contact du monde antique sont cause de repli sur soi et d’impuissance créatrice. La source d’inspiration traditionnelle n’est, dans ce cas, que source d’épuisement. Considéré sous cet angle, le couple fort-da constituant l’exil, l’ici-présent et l’ailleurs-passé, ont donc échangé leurs rôles. Imbibé de culture gréco-latine, Reardon se retrouve en position d’exilé chez lui, coupable d’un don quichottisme qui constitue une tentation récurrente chez Gissing.

4En conséquence de cette inadéquation, le personnage de retour dans le Londres des années 1880 ne tarde pas à découvrir que, sur le plan social, il se situe également entre deux eaux, dans un espace qui se dérobe toujours davantage. Comme les héros des romans qu’il compose, Reardon est un homme intelligent, « a man of brains », formule sclérosée qui pourrait passer inaperçue si l’on ignorait sa portée chez Gissing. Prise à la lettre, elle transforme en effet la pensée en un fait exceptionnel, un accident survenu à l’homme, dont la substance s’identifie alors avec l’animalité. Elle renvoie à la philosophie de Schopenhauer, qui a laissé une empreinte profonde sur la pensée de Gissing. Pour ce philosophe, la conception traditionnelle de l’âme est complètement erronée :

  • 2 Arthur Schopenhauer, Le monde comme volonté et comme représentation (Paris : PUF, 1966) 894.

Tous les philosophes antérieurs à moi, du premier jusqu’au dernier, placent l’être véritable dans la connaissance consciente ; le moi, ou chez quelques-uns l’hypostase transcendante de ce moi appelée âme, est représenté avant tout et essentiellement comme connaissant, ou même comme pensant ; ce n’est que d’une manière secondaire et dérivée qu’il est conçu et représenté comme un être voulant2.

5Et le précurseur de Freud de dénoncer « cette erreur première », cette « confusion fondamentale » entre cause et conséquence, pour conclure que c’est dans le vouloir, dans la partie inconsciente du moi, que réside l’âme humaine. Il résulte d’une telle philosophie que l’individu qui pense s’exile de sa véritable nature.

6Le fait que Reardon soit non seulement intelligent mais aussi pauvre, implique qu’il n’appartient à aucune classe sociale, à moins de le faire rentrer dans la catégorie gissingienne des « unclassed », titre d’un roman de jeunesse. En octobre 1895, Gissing jugera nécessaire de revenir sur cette notion et de lever toute ambiguïté :

  • 3 George Gissing, The Unclassed (Brighton : The Harvester P, 1983), préface à la nouvelle edition.

By « unclassed » I meant, not, of course, déclassé... all the prominent persons of the story dwell in a limbo external to society. They refuse the statistic badge — will not, like Bishop Blougram’s respectabilities, be « classed and done with3 ».

7Les individus à la tête pleine mais aux poches vides sont doublement « hors-classe » : « [He]... belonged to no class, ... was rejected alike by his fellows in privation and by his equals in intellect » (526). Cette indétermination se retrouve dans les romans écrits par Reardon : « Those two books of his were not of a kind to win popularity. They dealt with no particular class of society (unless one makes a distinct class of people who have brains) and they lacked local colour » (93).

8Le parti pris de métaphoricité du texte confère à une telle hybridité sociale la valeur de monstruosité physique, incarnée autant par Reardon que par son meilleur ami, Harold Biffen, romancier sans le sou, dont il est dit :

He did not belong to the race of common mortals. His excessive meagreness would all but have qualified him to enter an exhibition in the capacity of living skeleton, and [his] garments... would perhaps have sold for three and sixpence... But the man was superior to these accidents of flesh and raiment... In his gait there was a singular dignity ; only a man of cultivated mind and graceful character could move and stand as he did. (171)

  • 4 Cité par Gissing dans « The Hope of Pessimism », George Gissing. Essays and Fiction (Baltimore and (...)

9Reardon n’est pas moins biologiquement « odd » ; en être humain normalement constitué, désireux de survivre, il se forge une personnalité intermédiaire de romancier, cultive l’art du compromis précaire avec la réalité, et se dote ainsi, de façon préméditée, d’un rassurant sentiment d’appartenance. C’est encore le vouloir-vivre, die Bejahung des Willens zum Leben4, qui le pousse à s’aventurer hors de ce havre intellectuel tout relatif pour épouser la femme supposée idéale. Mais le vouloir-vivre qui s’affirme dans le désir sexuel évoqué à mots couverts, se trouve bientôt contredit par la passivité naturelle du héros, par son inaptitude darwinienne au combat, par une diathesis (403) compatible avec la seule vie monacale. Reardon voue un culte à l’art, mais n’a pas l’art de vivre.

  • 5 Schopenhauer écrit : « Le monde est ma représentation. — Cette proposition est une vérité pour tout (...)

10Dès lors que le personnage se regarde et s’autoanalyse, il reconnaît sa situation d’ostracisé de naissance ; la conscience s’avère donc une condition nécessaire de l’existence même de cette non-appartenance. Voici pourquoi tous les exilés de Gissing sont généreusement doués d’intelligence : l’exil, de nature cérébrale, n’existe que dans son rapport au principe énoncé par Berkeley du « esse est percipi aut percipere. » On pourrait encore affirmer que, dans l’œuvre de Gissing, « le monde de l’exil est ma représentation5 ». Le lien étroit entre exil et pensée se remarque particulièrement dans l’approche socio-économique que propose Reardon de son cas, alors que les pauvres sans cérébralité du roman jouissent du bonheur relatif de l’inconscience. Indépendamment de la perte ou du manque, la conscience demeure une réalité toujours plus immédiate que l’exil, comme dans la Genèse, où elle précède la chute. Elle est en réalité la forme première de l’exil, la fracture originelle entre l’homme et Dieu. C’est en elle que réside le principe d’individuation qui sépare l’homme de tout ce qu’il n’est pas. Mais cet exil métaphysique se résout normalement sous forme d’un pacte avec l’entourage, qu’il importe de ne jamais rompre : « That half-year abroad, and the extraordinary shock of happiness which followed at once upon it, have disturbed the balance of my nature. It was adjusted to circumstances of hardship, privation, struggle » (107).

11Le sentiment d’appartenance ne serait donc que compromis et ajustement au quotidien, que Gissing, qui aime rebondissements et complications de l’intrigue, a tôt fait de fragiliser : lorsque l’argent vient à manquer, les Reardon se séparent. Banni de chez lui par son impuissance créatrice, par la blancheur immaculée de la première page d’un troisième chapitre qu’il n’écrira jamais, l’époux délaissé plonge dans l’obscurité mythopoétique de Londres qui se confond avec le silence de l’écriture. Le bonheur du mariage n’était qu’illusion éphémère, qui ne peut toutefois s’annuler dans la conscience du héros. La mémoire empêche ainsi la formation d’un autre pacte avec les circonstances. Reardon cherche à revivre le passé, mais la boucle n’étant pas parfaite, il personnifie dès lors un double anachronisme. Non seulement il est devenu prisonnier de sa propre chronologie sentimentale, mais ce romancier peu commercial, à l’inspiration tarie, incarne chaque jour davantage Grub Street : « Just understand the difference between a man like Reardon and a man like me », se félicite Jasper Milvain. « He is the old type of unpractical artist ; I am the literary man of 1882 » (38). Et cet homme de son temps d’ajouter impitoyablement : « he’s behind his age ; he sells a manuscript as if he lived in Sam Johnson’s Grub Street. But our Grub Street of today is quite a different place » (39). La Grub Street moderne fonctionne en grande partie grâce à une perversion du rapport chronologique et de causalité entre inclusion et sentiment d’appartenance, mettant ainsi sérieusement à mal le critère de mérite intrinsèque. En effet, s’il veut profiter du système de cooptation, explique en substance Milvain, le littérateur doit dans un premier temps procéder à une sorte d’investissement de type capitaliste, en manifestant un sentiment factice mais convaincant d’appartenance. C’est à ce prix qu’il pourra se voir publié : être « in », devenir col-laborateur, con-tributeur.

12Reardon, qui répugne à adopter ce type de logique moderne, est donc condamné à rester en arrière, accomplissant ainsi la promesse onomastique qui le définit. Ce passéisme se donne à voir, se traduit en termes de stigmates, de dégénérescence physique prématurée. Comme tant d’écrivassiers Grubstreetoniens du roman, le héros porte à jamais la marque de la bête, que Gissing décrit, non sans humour, en convoquant tour à tour phrénologie, physionomie et théorie hippocratique des humeurs.

13Parce qu’il incarne la désuétude de Grub Street, Reardon perd sa place dans le récit qui promettait de constituer son roman de formation. En installant un artiste sincère mais médiocre au cœur de son roman, Gissing cède à la tentation de l’autodérision. La métafiction qui énonce la désacralisation systématisée de l’art, révèle un besoin pervers, de la part de l’auteur, d’aller à l’encontre de ses convictions les plus intimes. Cette déconstruction du Künstlerroman se traduit dans les faits par le refus de l’éponyme, par la distance que prend la voix narrative par rapport au personnage et, de façon plus caractéristique encore, par la fragilité du statut héroïque et les absences notoires de Reardon. Il meurt cinq chapitres avant la fin du roman et son entrée en scène est ironiquement retardée jusqu’au quatrième chapitre où, en dépit du titre (« An Author and his Wife »), c’est d’abord l’épouse, subalterne, qui est présentée. Divisions et pauses de l’écriture ne cesseront dès lors de l’opposer diamétralement au héros. De même, il n’est guère surprenant que Milvain, rival emblématique, prenne la place de l’artiste pour devenir ironiquement l’alpha et l’oméga du texte. New Grub Street s’efforçant de suivre le schéma narratif conventionnel des histoires de doubles, l’amoindrissement de Reardon se doit d’être directement proportionnel à la réussite de Milvain.

14Dans ce contexte, le récit exploite une topographie de l’exil spirituel sans surprise ; mis en quarantaine, Reardon voit son espace vital réduit au minimum : une mansarde inhospitalière dans le nether world pollué du nord-est, alors que sa femme et son fils vivent confortablement installés dans le nord-ouest. Il mène ainsi une vie infrahumaine dans son île à l’intérieur de la métropole, ressent les affres de la séparation conjugale comme une fragmentation bipartite du moi. L’exclusion apparaît alors comme une offense au temple sacré du moi, qui se renferme dans un solipsisme toujours plus radical : « An extraordinary arrogance now and then possessed him ; he stood amid his poor surroundings with the sensations of an outraged exile, and laughed aloud in furious contempt of all who censured or pitied him. » (373)

15L’isolement du héros renforce chez lui l’anachronisme, l’amour démesuré de l’Antiquité, le rapprochant en cela au plus près de son créateur. Dans son unique essai philosophique, « The Hope of Pessimism », Gissing aboutit en effet aux mêmes conclusions que son personnage, et règle ses comptes avec le positivisme d’Auguste Comte, qu’il qualifie ironiquement de « agnostic optimism ». C’est la déception engendrée par le système de Comte qui a incité Gissing à se tourner vers la pensée de Schopenhauer. Ce n’est donc pas un hasard si bonheur et malheur se rejoignent dans New Grub Street, la substance du monde étant le Mal. Il est logique que le bonheur exile Reardon, que le roman qui marque le début de son malheur s’intitule ironiquement The Optimist. Gissing s’adonne à ce sujet à un humour grinçant reconnaissable (« The Optimist was practically a failure » 37). Il n’est de salut que dans les idées, dans la perception artistique de la réalité :

  • 6 « The Hope of Pessimism » 95. Gissing applique ensuite ces remarques à la civilisation hellénique : (...)

In the mood of artistic contemplation the will is destroyed, self is eliminated, the world of phenomena resolves itself into pictures of absolute significance, and the heart rejoices itself before images of pure beauty. Here, indeed, good prevails over evil, and there is excellence in the sum of things6.

16Mais une telle transcendance demeure l’état idéal. Il subsiste en Reardon un douloureux sentiment d’appartenance, confus et insaisissable à la fois ; l’homme se sent exclu au sein d’une métropole qui ne l’a pas vu naître, et dont l’attraction est ressentie a posteriori comme une forme d’exil : « It’s a huge misfortune, this will-o’-the-wisp attraction exercised by London on young men of brains. They come here to be degraded, or to perish, when their true sphere is a life of peaceful remoteness » (274). Toutefois, Londres n’en est pas moins désormais le foyer du romancier ; il se sent donc banni dans un chez lui qui est devenu territoire étranger, se trouve excentré dans la contiguïté d’un bonheur perdu. Il est un proscrit tellement près de chez lui qu’il renoue avec le sens étymologique d’appartenance (ad-pertinere : être attenant). Il est condamné à errer dans les parages, à tourner en rond dans la frontière de son exil, prisonnier du cercle délimité par son exclusion. Le texte ne se lasse pas de mettre en évidence la circularité temporelle d’une telle punition. Le héros subit le temps de L’Iliade, le temps du siège, reprise diégétique de la dialectique de l’arche-prison inaugurée par l’évocation quasi expressionniste de la salle de lecture du British Museum. Sous l’auguste coupole, les travailleurs de l’art sont représentés englués dans une gigantesque toile d’araignée — le labyrinthe de rayonnages et de bureaux disposés en cercles concentriques, dont le noyau fascinant est le Catalogue :

The readers who sat here at these radiating lines of desks, what were they but hapless flies caught in a huge web, its nucleus the great circle of the Catalogue ? Darker, darker. From the towering wall of volumes seemed to emanate visible motes, intensifying the obscurity ; in a moment the book-lined circumference of the room would be but a featureless prison-limit. (138)

17Le texte prend aussi, de façon plus conventionnelle, des accents disraeliens : « If one were as rich as those people ! they pass so close to us ; they see us, and we see them ; but the distance between is infinity. They don’t belong to the same world as we poor wretches » (231). Le terme « infinity » suggère une dilatation purement subjective de l’espace ; la notion même d’exil se trouve déformée et adaptée à la nature d’un univers individuel. Aussi le symbolisme qui lui est relatif se trouve-t-il amplifié : Reardon est devenu Everyman, Christian égaré dans « the slough of despond » (301), ou encore, comme le Wakefield de Hawthorne, « an outcast of the universe. » Car tous deux subissent la punition de Caïn : l’homme qui est exilé chez lui, l’est partout. La narration mêle symbolique judéo-chrétienne et mythologie classique pour orchestrer un exil en abyme, démultiplié à l’infini. Gissing affirme ainsi la nature fantomatique de l’être, l’irréalité d’un personnage qui s’est fourvoyé dans le désert, dans « the valley of the shadow of books » (46 & 50) et que le destin condamne à errer, telle une ombre, dans la « hungry region » (304), les ruelles infernales de l’East End. Le personnage est érigé en archétype ; il devient un livre ouvert, dans lequel il est donné à tous de lire le châtiment : « He didn’t see me — walks with his eyes upon the ground always... He’s the ghost of his old self. He can’t live long » (305).

18Chercher en vain sa place revient à ne pas être du monde des vivants à part entière. C’est pourquoi l’ex-centricité, littérale et figurée, de Reardon doit nécessairement le mener à l’aliénation mentale ou à la mort : c’est cette dernière option qui est programmée en incipit, lorsque Milvain active le processus d’identification avec le pendu du jour. Tout en découvrant ce fait divers dans le journal, Milvain commente cyniquement une lettre envoyée par Reardon en ces termes : « He’s just the kind of fellow to end by poisoning or shooting himself » (36). Le texte préfère réserver le personnage à une mort moins noble à l’âge ironique de trente-trois ans, pour organiser ce suicide par procuration, à travers le personnage de Biffen. La signification ultime de l’exil dans New Grub Street semble donc être que l’idéal incarné par Reardon ne peut survivre, car l’espèce dont il est le représentant est condamnée à disparaître et à céder la place à un autre type d’homme. Tout sentiment d’appartenance ressenti par les Reardon de ce monde relève d’une logique mortifère.

  • 7 « He had always regarded the winning of a beautiful and intellectual wife as the crown of a success (...)

19L’épopée se referme sur une évocation sardonique du nouveau couple : il est dans l’ordre des choses que « Jasper of the facile pen » (492) remporte le prix, la couronne perdue du roi Reardon7, en épousant sa veuve. Mais le contrepoint qui met Reardon et Milvain en position de doubles inversés, implique aussi une reproduction de la perte : si l’un perd sa couronne, l’autre doit aussi perdre quelque chose. Milvain ne peut qu’aliéner son honneur et son intégrité morale, selon les conditions d’un marché qu’il n’a jamais ignorées : « I shall do many a base thing in life, just to get money and reputation ; I tell you that you mayn’t be surprised if anything of that kind comes to your ears. I can’t afford to live as I should like to » (149). L’exil moral est la principale condition de la réussite : « the type of man capable of success in London is more or less callous and cynical », reconnaît Reardon (474). L’apophtegme se vérifie dans la circularité narrative : si la première page du roman introduit un Milvain réjoui de son bonheur et qui se compare, non sans satisfaction, avec l’inconnu de Newgate sur le point d’être pendu, dans le dernier chapitre, confortablement installé aux côtés de l’ex-Amy Reardon, l’usurpateur contemple avec complaisance l’humanité souffrante. Mais l’évocation de sa propre félicité olympienne sonne faux, et le texte se referme emphatiquement sur cette dernière ironie de la vie.

  • 8 Reardon regrette, par exemple, de ne pas avoir mené une vie consacrée à l’érudition : Gissing met e (...)

20Dans cette écriture du désastre, pour parler comme Maurice Blanchot, l’exil est posé comme prédicat et monopolisé. Il exerce un pouvoir absolu sur l’univers imaginaire de Gissing, qui paraît s’être plu à épuiser le virtuel, à faire jouer tous les possibles narratifs, en s’adonnant à un véritable ars combinatoria qui frise le pastiche. Un acharnement narratif sans feinte assure ce que le texte décrit dans un aparté métafictionnel comme « the artistic completeness of the situation » (290). Il permet un fonctionnement vertical du concept de non-appartenance par la création de multiples variantes des deux sexes des personnages de Reardon et Milvain. Le triomphe systématisé du philistinisme culturel est présenté à travers des sous-intrigues hyperboliques8, qui orientent parfois le texte, de façon intéressante, vers l’absurde ou, tout du moins, vers le « grimly-ludicrous », catégorie dickensienne par excellence.

21En conséquence, le lecteur se trouve confronté, avec ce roman, à un paradoxe déconcertant car, bien conscient que l’on a ébauché devant lui une fresque de la vie littéraire contemporaine, un panorama de « New » Grub Street programmé en titre, il s’attend à l’alternance. Or, il découvre au contraire une polyphonie de l’exil et constate que c’est dans la multiplicité d’un thème unique, dans le dédale des jeux de miroirs et autres dédoublements, que réside la richesse du texte.

Top of page

Bibliography

Gissing, George. Born in Exile [1892]. Hassocks : The Harvester P, 1978.

Gissing, George. « The Hope of Pessimism. » Ed. Pierre Coustillas. George Gissing. Essays & Fiction. Baltimore and London : The Johns Hopkins Press, 1970.

Gissing, George. New Grub Street [1891]. Harmondsworth : Penguin Books, 1978.

Gissing, George. The Unclassed [1884]. Brighton : The Harvester Press, 1983.

Gissing, David. The Paradox of Gissing. London : Allen and Unwin, 1986.

Mattheisen, Paul F., Arthur C. Young and Pierre Coustillas, eds. The Collected Letters of George Gissing. 9 vols. Athens : Ohio University Press, 1990-97.

Schopenhauer, Arthur. Le monde comme volonté et comme représentation [1819]. Paris : PUF, 1966.

Top of page

Notes

1 George Gissing, New Grub Street (Harmondsworth : Penguin Books, 1978) 271. Toutes les références sont empruntées à cette édition.

2 Arthur Schopenhauer, Le monde comme volonté et comme représentation (Paris : PUF, 1966) 894.

3 George Gissing, The Unclassed (Brighton : The Harvester P, 1983), préface à la nouvelle edition.

4 Cité par Gissing dans « The Hope of Pessimism », George Gissing. Essays and Fiction (Baltimore and London : The Johns Hopkins University Press, 1970) 91.

5 Schopenhauer écrit : « Le monde est ma représentation. — Cette proposition est une vérité pour tout être vivant et pensant, bien que, chez l’homme seul, elle arrive à se transformer en connaissance abstraite et réfléchie. » Schopenhauer 25.

6 « The Hope of Pessimism » 95. Gissing applique ensuite ces remarques à la civilisation hellénique : « Herein is one explanation of the optimism of the Hellenic religion : it was the faith of a people of artists. The thought did not go behind phenomena, and instinct embraced the world in the artistic sense. The earth was the abode of loveliness and delight ; life was a hymn to the spirit of beauty. » La comparaison des textes met donc en évidence une convergence idéologique entre Schopenhauer, Gissing et son héros, qui justifie l’évolution du personnage et constitue un référent biographique et métaphysique de sa destruction.

7 « He had always regarded the winning of a beautiful and intellectual wife as the crown of a successful literary career. » New Grub Street 95.

8 Reardon regrette, par exemple, de ne pas avoir mené une vie consacrée à l’érudition : Gissing met en scène un personnage secondaire, Alfred Yule, l’oncle d’Amy, pour développer et faire échouer ce possible narratif. Le virtuel n’admet aucune échappatoire, et l’histoire de Yule ne fait que reproduire celle de Reardon dans une autre tonalité. Tous deux ratent leurs mariages respectifs, quoique pour des raisons différentes et de manière plus ou moins frappante : d’un point de vue moral, Yule, exposé plus longtemps à la dégradation de la misère, demeure inférieur au romancier. Quant au double inversé de Yule, Fadge l’usurpateur, il incarne, mieux encore que Milvain, l’idéologie cynique triomphant dans le roman. L’honnêteté d’Alfred Yule le mène logiquement à une mort en exil après une longue vie de combats et de frustrations : « He died in the country somewhere, blind and fallen on evil days » (548). Yule est comparé explicitement à Milton ; mais le destin du personnage, devenu aveugle et dépendant de sa fille pour sa subsistance, évoque aussi le souvenir de l’exilé archétypal par excellence, Œdipe, dont les pas sont guidés par sa fille Antigone.

Top of page

References

Electronic reference

Christine Huguet, “Figures de l’exil dans New Grub Street de George Gissing”Cahiers victoriens et édouardiens [Online], 67 printemps | 2008, Online since 12 March 2021, connection on 25 October 2021. URL: http://journals.openedition.org/cve/7892; DOI: https://doi.org/10.4000/cve.7892

Top of page

About the author

Christine Huguet

Université de Lille III

HUGUET Christine is senior lecturer at the University of Lille. She has written a doctoral thesis on George Moore’s Esther Waters and contributed articles on Victorian and Edwardian fiction, on the picaresque heritage and the Don Quixote tradition in British literature.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search