Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67 printempsColloque de la S.F.E.V.E., univer...Le sentiment d’appartenance dans ...

Colloque de la S.F.E.V.E., université François-Rabelais, Tours (20 et 21 janvier 2006) : « A sense of Belonging/Le sentiment d'appartenance »

Le sentiment d’appartenance dans North and South d’Elizabeth Gaskell

The Sense of Belonging in Elizabeth Gaskell’s North and South
Benjamine Toussaint-Thiriet

Résumé

The sense of belonging is one of the major themes of North and South. Margaret Hale, the heroine, has to leave the rural South, to which she feels her heart truly belongs, twice : first as a child, to be brought up by her aunt in London, and then, as a young woman when she must follow her parents and settle in Milton, an industrial town in the North of England. The opposition between her beloved South and this new home is no less striking from a social and cultural point of view than it is from a geographical one. Margaret finds it very difficult at first to adapt to this new environment and the dialogues between her and a local Captain of Industry named John Thornton only serve to underline the—apparently unbridgeable—gap between these two worlds. However, both characters will learn to appreciate the respective values of the world they first rejected. In a similar way, John Thornton and Nicholas Higgins will learn that social gaps are not unbridgeable either, as long as one understands that one’s sense of belonging to a social class need not lead to antagonism. Finally, it is important that people should understand that they are all mutually dependent but that it does not give them the right to try to control others : it is right to feel that you belong to others but not to think that others belong to you. Thus, the sense of belonging—be it from a geographical, social or emotional point of view—can in fact be considered as a moral touchstone.

Haut de page

Texte intégral

1Le thème de l’enracinement et du déracinement — qui va de pair avec le sentiment d’appartenance — est inscrit dans la structure diégétique de North and South. Dans le premier chapitre, nous découvrons l’héroïne, Margaret Hale, en exil temporaire chez sa tante à Londres, où elle a été élevée en compagnie de sa cousine. Afin que le lecteur comprenne bien qu’il ne s’agit pas de son véritable foyer, bien qu’elle y ait vécu pendant plusieurs années, la jeune fille se rappelle son désespoir, neuf ans plus tôt, lorsqu’elle était arrivée dans cette maison après avoir quitté ses parents. Le chapitre suivant marque enfin son retour — qu’elle croit définitif — à Helstone, le hameau de son enfance ; cependant l’ombre de l’exil plane de nouveau sur le roman lorsqu’une allusion est faite au frère de Margaret, banni d’Angleterre pour mutinerie. Après cette mention fugitive de l’exilé, le récit semble placé sous le signe de l’optimisme puisque ce retour à Helstone comble toutes les espérances de l’héroïne : « This life... realized all Margaret’s anticipations. She took a pride in her forest. Its people were her people » (NS 48, mes italiques). Ce bonheur est cependant de courte durée car son père, ne se sentant plus capable d’adhérer aux 39 articles de la foi anglicane, renonce à sa cure et, cette fois, Margaret doit suivre ses parents en exil à Milton, une ville industrielle du Nord qui incarne l’antithèse absolue du foyer auquel elle est si attachée. Elle reverra le presbytère de son enfance quelques années plus tard mais aura grand peine à le reconnaître tant ses nouveaux habitants l’auront métamorphosé ; elle qui, dès son retour de Londres, s’était sentie unie à la forêt et aux habitants de la paroisse se sentira cette fois dépossédée du presbytère qui était le centre même de cet univers. Cette découverte est une expérience extrêmement douloureuse pour Margaret, qui finira cependant par accepter ce changement, et, bien qu’elle n’en soit pas consciente, les nouveaux liens qu’elle a tissés à Milton contribueront à faciliter cette résignation. Elle devra quitter ce nouveau foyer également, après la mort de ses parents et retourner vivre chez sa tante à Londres. Le roman s’achève donc dans la ville où il avait commencé et où Margaret n’a jamais vraiment réussi à s’enraciner ; cependant, la demande en mariage de Thornton annonce la fin de son exil et son retour dans le Nord, ce deuxième foyer qu’elle avait rejeté avant de l’adopter. Et cette fois, le souvenir nostalgique de Helstone ne sera plus un obstacle à son intégration à Milton. Ce nouveau lien est en quelque sorte supérieur à son attachement pour Helstone — qui était simplement associé aux souvenirs heureux de sa petite enfance — car il est plus conscient et raisonné.

2Ces déracinements successifs subis par l’héroïne ne sont pas de simples aléas diégétiques visant à créer des rebondissements inattendus dans l’intrigue ; ils ont en réalité une fonction didactique dans le roman puisqu’ils contribuent à la formation psychologique et morale de Margaret et donc, indirectement, à celle du lecteur. En effet, ils sont l’occasion pour Gaskell de nous montrer comment se forme le sentiment d’appartenance à une région ou à une communauté. Il s’agit là d’un thème central du roman et la plupart des personnages manifestent un attachement très fort pour leur région d’origine — ou, parfois, d’adoption — ainsi qu’une conscience de classe qui engendre un sentiment de solidarité envers leurs pairs. Ce sentiment d’appartenance peut se manifester à la fois de façon positive, en développant la sensibilité et les valeurs éthiques de certains personnages, et de façon négative, lorsque le sentiment d’appartenance à un groupe engendre un antagonisme envers autrui. Après avoir étudié le rôle joué dans le roman par la conscience de classe et l’enracinement géographique, puis les rapports qui existent entre sentiment d’appartenance et valeurs éthiques, nous nous pencherons également sur les liens personnels qui se nouent entre certains personnages, afin d’établir une distinction entre le verbe appartenir dans le sens « faire partie de » et dans le sens de « être possédé par ».

3La notion de classe était très importante à l’époque victorienne, il n’y a donc rien d’étonnant à ce que les personnages de North and South insistent à plusieurs reprises sur leur sentiment d’appartenance à une classe sociale. L’héroïne se montre notamment pleine de préjugés contre ceux qu’elle appelle avec mépris « shoppy people » (NS 50). Sa conception de la hiérarchie sociale n’est pas basée sur la richesse mais sur le type d’activité qu’exercent les gens qu’elle côtoie. Elle apprécie toutes les personnes dont le travail est en rapport avec la terre — ce qui symbolise bien son attachement au monde rural — ainsi que les soldats, les marins et les professions intellectuelles, mais ne voit aucune raison d’admirer les commerçants. Une fois installée à Milton, il lui faudra nuancer son jugement et elle nouera bien vite des liens avec des ouvriers ; cependant, les patrons de manufactures hériteront du mépris qu’elle manifestait auparavant envers les « boutiquiers ».

4Elle n’est d’ailleurs pas la seule à se montrer sectaire. Les ouvriers et les patrons de manufactures semblent respectivement convaincus de leur supériorité. Ainsi, Bessy Higgins, une fille d’ouvrier avec laquelle Margaret se lie d’amitié, n’hésite pas à faire référence à la parabole du riche et de Lazare pour souligner que le gouffre qui sépare les pauvres et les riches est infranchissable et engendrera la damnation éternelle de ces derniers. Bien que Gaskell éprouve une grande compassion pour la classe ouvrière, elle partageait l’admiration de Carlyle pour les « capitaines d’industrie ». La romancière ne nie d’ailleurs pas entièrement les différences sociales et plusieurs personnages du roman avancent l’idée que les doutes spirituels de Mr Hale ont peut-être été en partie générés par sa vie à Helstone, où il lui était impossible de fréquenter ses pairs sur le plan social et intellectuel. Si Gaskell ne cherche pas à remettre en cause la notion de classes, elle insiste néanmoins sur l’interdépendance entre les ouvriers et leurs employeurs et fait de Margaret sa porte-parole lorsque l’héroïne affirme : « God has made us so that we must be mutually dependent » (NS 169).

5Le problème réside dans le fait qu’une conscience trop forte de notre appartenance à une classe sociale spécifique risque de nous faire oublier notre appartenance à une autre catégorie, bien plus fondamentale, celle du genre humain, comme le souligne Margaret : « If he and Mr Thornton would speak out together as man to man — if Higgins would forget that Mr Thornton was a master, and speak to him as he does to us — and if Mr Thornton would be patient enough to listen to him with his human heart, not with his master’s ears — » (NS 384). Le souhait de Margaret finira par se réaliser et ces hommes apprendront à passer outre à leurs préjugés pour nouer des liens profonds, bien qu’aucun des deux ne soit prêt à l’admettre explicitement. Lorsque Thornton fera faillite, Higgins lui demandera — bien que ce soit dans une lettre collective anonyme — de l’embaucher s’il possède un jour une autre manufacture. Quant à Thornton, sa conception des rapports entre employeurs et employés est bouleversée de façon si radicale qu’il finit par appeler inconsciemment ses ouvriers « men » au lieu de « hands » : « I’m building a dining-room — for the men. I mean the hands » (NS 444). Lui qui revendiquait auparavant l’usage du terme « hands » lorsque Margaret s’en indignait, trahit par son lapsus l’évolution de sa pensée ; bien qu’il se reprenne et ait de nouveau recours au terme conventionnel utilisé par ceux de sa propre caste, il est clair qu’il a fini par reconnaître cette humanité que ses ouvriers et lui ont en commun, par-delà les divisions sociales. La façon dont il parle de Higgins quelques lignes plus loin est également révélatrice : « my friend — or my enemy — the man I told you of » (NS 445). Non seulement cette récurrence du terme est signifiante en soi mais elle l’est plus encore dans la bouche de Thornton, qui a souligné lors d’une conversation avec Margaret toute la valeur qu’il accorde à ce mot : « A man is to me a higher and a completer being than a gentleman » (NS 217).

6Ce n’est pas seulement une réconciliation entre deux classes sociales qui est en jeu dans le roman mais également entre le Nord et le Sud de l’Angleterre, deux entités géographiques mais aussi deux modes de vie différents, chacun défendu par son champion attitré. John Thornton et Margaret Hale sont en effet tous deux très attachés à leur région d’origine respective. Ce sentiment d’appartenance tend à les rendre partisans et ceux qu’ils considèrent comme des étrangers leur semblent incapables d’en comprendre véritablement la valeur. Ainsi, dans le premier chapitre, lorsque Henry Lennox interroge Margaret sur Helstone, celle-ci avoue son incapacité à décrire son paradis terrestre : « I can’t describe my home. It is home, and I can’t put its charm into words... indeed I cannot tell you about my own home. I don’t think it is a thing to be talked about, unless you knew it » (NS 43). Quant à Thornton, il prononce une tirade — très romantique dans son opposition entre culture nordique et culture classique — sur la supériorité du nord et rejette violemment toute forme d’intervention extérieure :

Remember, we are of a different race from the Greeks... I don’t mean to despise them, any more than I would ape them. But I belong to Teutonic blood ; it is little mingled in this part of England to what it is in others ; we retain much of their language ; we retain more of their spirit ; we do not look upon life as a time for enjoyment, but as a time for action and exertion. Our glory and our beauty arise out of our inward strength, which makes us victorious over material resistance, and over greater difficulties still. We are Teutonic up here in Darkshire in another day. We hate to have laws made for us at a distance. We wish people would allow us to right ourselves, instead of continually meddling, with their imperfect legislation. We stand up for self-government, and oppose centralisation (NS 413-14).

7Le fort sentiment d’appartenance que manifestent ces deux personnages — et qui s’exprime souvent lors de dialogues dans lesquels leurs points de vue s’opposent assez vivement — semble tout d’abord engendrer une certaine forme d’intolérance et d’ostracisme mais il a en réalité une fonction didactique dans le roman puisqu’il permet à Gaskell de montrer les vertus respectives de chaque région et de prôner ainsi une réconciliation basée sur une reconnaissance mutuelle des qualités de chacune. Car chez Gaskell le but ultime de toute forme d’antagonisme mise en scène dans ses œuvres est toujours de rendre les hommes plus tolérants.

8Après une phase initiale de rejet, les deux héros finiront par accepter de reconnaître les qualités respectives de ces deux mondes antithétiques. Margaret parviendra à prendre suffisamment de distance critique par rapport à sa région natale pour décourager Higgins de partir s’y installer. Ce dernier, ne trouvant pas de travail à Milton, est en effet prêt à s’exiler dans le Sud qui lui apparaît, après toutes les descriptions que Margaret lui en a faites, comme une sorte de paradis terrestre, mais la jeune femme le convaincra finalement qu’il lui serait sans doute difficile de s’adapter à un environnement si différent et n’hésitera pas à reconnaître le caractère très subjectif de sa vision du Sud ainsi que certains des avantages que peut présenter le mode de vie des villes industrielles du Nord. Quant à Thornton, s’il ne dit pas un mot concernant le Sud, son attitude à la fin du roman n’en n’est pas moins éloquente. Il montre en effet à Margaret des fleurs séchées qu’il conserve dans son portefeuille et qu’il a cueillies à Helstone, où il s’était rendu alors même qu’il croyait ne jamais pouvoir la conquérir. Ce pèlerinage prouve qu’il a compris ce que Helstone représente pour Margaret et le rend, par là même, digne de l’épouser.

9Ce voyage lui était indispensable pour comprendre véritablement la personnalité de la jeune femme car l’un comme l’autre reconnaissent que les hommes sont influencés par leur environnement. Thornton souligne ce point à un moment du roman où il n’a pas encore dépassé son antagonisme envers le Sud :

I won’t deny that I am proud of belonging to a town — or perhaps I should rather say a district — the necessities of which give birth to such grandeur of conception. I would rather be a man toiling, suffering — nay, failing and successless — here, than lead a dull prosperous life in the old worn grooves of what you call more aristocratic society down in the South, with their slow or careless ease. One may be clogged with honey and unable to rise and fly (NS 122).

10Le jugement de Margaret, énoncé plus tardivement, est en revanche plus nuancé ; il montre son évolution vers une plus grande impartialité et reflète davantage la vision de Gaskell : « I suppose each mode of life produces its own trials and its own temptations. The dweller in towns must find it as difficult to be patient and calm, as the country-bred man must find it to be active, and equal to unwonted » (NS 377).

11Si l’attachement géographique des deux personnages est tout d’abord source d’intolérance il n’en est pas moins indispensable à leur évolution morale. En effet, le sentiment d’appartenance permet d’échapper à l’égocentrisme. Le plus grand péché aux yeux de Gaskell, comme aux yeux de George Eliot, était en effet l’égoïsme ; or, l’attachement régional et l’attachement au passé sont des points d’ancrage qui permettent à leurs personnages de développer leur fibre morale. De même, si l’exil est une épreuve douloureuse, il est nécessaire à l’évolution de Margaret. L’expérience de la souffrance est un baptême du feu qui purifie les âmes. La nécessité de la souffrance s’exprime d’ailleurs de façon métaphorique à travers le nom de l’épouse de Frederik, le frère de Margaret. Comme Margaret, celui-ci a dû apprendre à planter ses racines hors de sa terre natale et, dans son cas, il s’agit même d’une terre étrangère ; il finira pourtant par trouver le bonheur dans son pays d’adoption et Margaret souligne alors l’ironie du fait que ce soit une jeune femme portant le nom de Dolores qui soit la lueur d’espoir qui illumine l’avenir de son frère. Margaret elle-même ne sera véritablement heureuse qu’après avoir fait l’expérience de la souffrance, car c’est en étant confrontée à la douleur qu’elle apprendra à surmonter ses préjugés géographiques et sociaux puis à accepter l’idée qu’elle n’est pas supérieure à Thornton et que l’épouser — et donc, en quelque sorte, accepter de lui appartenir — ne serait en rien une déchéance.

12De la souffrance naît la sympathie, c’est-à-dire la capacité à souffrir avec quelqu’un mais aussi, de façon plus générale, à éprouver des sentiments similaires. Après les avoir divisés, leur sentiment d’appartenance géographique finira donc par rapprocher Thornton et Margaret puisque chacun reconnaîtra en l’autre la profondeur de son propre attachement, ce qui contribuera à élargir leur esprit. Peu importe que l’objet de leur attachement soit au départ différent, c’est le sentiment lui-même et non son objet qui importe et il apparaît dans le roman comme une sorte de pierre de touche morale.

13Si Thornton finit par se rendre dans ce Sud qu’il semblait tant mépriser auparavant, c’est parce qu’il est tombé amoureux de Margaret, de même que celle-ci a fini par être réconciliée avec l’idée de son exil septentrional grâce à sa rencontre avec Higgins et sa fille, car l’attachement aux lieux est en réalité lié à celui qu’on éprouve pour les personnes avec qui on les partage : « From that day Milton became a brighter place to her. It was not the long bleak sunny days of spring, not yet was it that time was reconciling her to the town of her habitation. It was that in it she had found a human interest » (NS 113).

14De la même façon, nous accordons de la valeur à un livre ou à un objet parce qu’ils appartiennent à une personne qui nous est chère. C’est pour cela que Mrs Thornton aime le bruit des machines de la manufacture de son fils et c’est également pour cela que Higgins, malgré son rejet de la religion au début du roman, acceptera la Bible de Mr Hale que Margaret lui remettra à la mort de ce dernier et s’engagera même à la lire, en souvenir de cet homme qu’il respectait. La mort renforce les liens et ce plus encore lorsque ce n’est pas un objet mais l’affection qu’on éprouve pour une autre personne qui est ainsi léguée. C’est parce que sa fille décédée était l’amie de Margaret que Higgins promet à Margaret qu’il ne refusera jamais de l’écouter. Ainsi, il suivra ses conseils et se fera embaucher par Thornton : indirectement, donc, grâce à l’amitié qui unissait Bessy et Margaret, le fossé qui sépare patrons et ouvriers sera symboliquement comblé par la réconciliation de ces deux hommes. Car, en réalité, le sentiment d’appartenance le plus important — que ce soit dans ce roman en particulier ou dans toute l’œuvre de Gaskell — est celui qui relie deux êtres humains entre eux.

15Comme nous l’avons vu précédemment, il est indispensable que les individus acceptent leur humanité commune et que leur sentiment d’appartenance à un groupe ne les conduise pas à construire leur identité sous la forme d’un antagonisme envers autrui. Cependant, ce sentiment d’appartenance au genre humain ne doit pas non plus se construire au détriment de liens plus personnels entre les individus. Si Margaret s’oppose si fréquemment à Thornton, c’est parce qu’elle a du mal à réconcilier son amour pour le genre humain en général et ses sentiments à l’égard de cet homme en particulier. Le malaise qu’elle éprouve lorsque Henry Lennox puis Thornton la demandent en mariage est la preuve de son immaturité affective ainsi que de son orgueil. Margaret a pourtant conscience de cette nécessité de nouer des liens personnels et, lorsqu’elle croit avoir perdu Thornton, elle s’exclame : « love for my species could never fill my heart to the utter exclusion of love for individuals » (NS 488).

  • 1 Jemima Bradshaw se rebelle en effet lorsqu’elle découvre que son père souhaite la voir épouser son (...)

16Néanmoins, il convient de s’entendre sur le sens du sentiment d’appartenance lorsqu’il s’applique aux relations entre personnes. Lorsque certains personnages considèrent autrui comme leur propriété, la notion d’appartenance apparaît comme négative. Le refus de Margaret de se laisser courtiser est peut-être lié à un rejet instinctif du marriage market de son époque. Le thème n’est pas traité de façon explicite dans North and South comme il l’est dans Ruth1, mais on peut y voir une allusion implicite lorsque Margaret condamne le fait que l’époux de sa cousine exhibe parfois celle-ci parée de ces plus beaux atours, comme si elle n’était qu’un trophée. Considérer autrui comme sa propriété rend jaloux et intolérant : ainsi Mrs Thornton se réjouit-elle que Margaret ait rejeté la demande en mariage de son fils tout en blâmant sévèrement la jeune femme. Cela conduit également à déshumaniser la personne que l’on cherche à posséder. Ainsi Mr Bell condamne l’attitude de la tante et de la cousine de Margaret qui réclament sa tutelle comme si elle était un petit chien de compagnie. Sa remarque étant partiellement due à son propre désir de prendre soin de Margaret, comme il l’avoue lui-même, elle ne serait pas à prendre au sérieux si le narrateur ne soulignait ensuite plusieurs fois une certaine forme d’égoïsme, si bienveillant soit-il, chez ces deux femmes.

17Mais il y a, dans ce roman, un exemple bien plus destructeur et, cette fois, incontestablement déshumanisant de possession d’autrui lorsque Higgins décrit, avec fierté, la façon dont les syndicats se comportent envers les ouvriers qui refusent de rejoindre leurs rangs : « Well ! If a man doesn’t belong to th’Union, them as works next looms has orders not to speak to him — if he’s sorry or ill it’s a’ the same ; he’s out o’ bounds ; he’s none o’ us ; he comes among us, he works among us, but he’s none o’ us » (NS 295). L’image animale employée par Mr Bell révélait seulement la façon erronée dont Mrs Shaw et Edith percevaient Margaret tandis qu’ici la déshumanisation de ceux qui estiment avoir le droit d’ostraciser leurs semblables sera bien réelle puisque le syndicat se révélera être une machine impitoyable qui poussera Boucher, incapable de subvenir aux besoins de sa famille en raison de la grève, à se suicider.

18La notion d’appartenance est négative lorsqu’elle implique un désir de posséder autrui mais elle est positive lorsqu’elle renvoie à l’idée « de faire partie » d’un groupe ou d’une communauté. Bien que ces deux facettes semblent nécessairement indissociables il existe une très grande différence sur le plan éthique entre considérer qu’on fait partie de la vie d’autrui et l’idée qu’on est en droit de posséder autrui. Par ailleurs, il est indispensable d’établir un équilibre entre interdépendance et autonomie. Lorsqu’il établit sa distinction entre homme et gentleman, Thornton souligne le fait que l’individu en tant que personne autonome lui semble supérieur à l’individu en tant que membre d’un groupe : « I take it ’gentleman’ is a term that only describes a person in his relation to others ; but when we speak of him as ’a man’, we consider him not merely with regard to his fellow-men, but in relation to himself, — to life — to time — to eternity » (NS 218).

  • 2 « What other people may think of the rightness or wrongness is nothing in comparison to my own deep (...)
  • 3 « The veriest idiot who obeys his own simple law of right, if it be but in wiping his shoes on a do (...)

19Cette vision est cohérente avec la notion protestante de responsabilité individuelle face à Dieu, et Margaret2 et Mr Bell3 insistent également sur l’idée qu’il importe davantage de respecter les dictats de sa conscience personnelle plutôt que ceux de la société. Il est incontestable que la conscience personnelle doit primer sur l’opinion publique, mais il n’en demeure pas moins vrai que cette conscience se forge au contact d’autrui et que les personnages dont la fibre morale est la plus développée sont ceux qui manifestent un fort sentiment d’attachement que ce soit envers des lieux, une communauté ou des individus. Les notions de « man » — en tant qu’individu autonome — et de « gentleman » — en tant que membre d’une communauté — ne doivent pas être mutuellement exclusives. Les hommes doivent accepter la responsabilité de leurs actes, sans tenter d’en rejeter la faute sur autrui, mais ils ne peuvent en aucun cas faire abstraction des liens qui les unissent les uns aux autres : « we may ignore our own dependence, or refuse to acknowledge that others depend upon us... but the thing must be, nevertheless... The most proudly independent man depends on those around him for their insensible influence on his character — his life » (NS 169). Margaret a une conscience d’autant plus aiguë de ce problème qu’elle est une femme. En effet, si Elizabeth Gaskell rejetait l’idéologie de l’ange du foyer victorien, elle n’en considérait pas moins que la femme appartenait à la sphère domestique et n’avait pas le droit de chercher à s’affranchir de ce sentiment d’appartenance. À certains égards, North and South peut être considéré comme un Bildungsroman et la formation de Margaret s’achève lorsqu’elle a appris à réconcilier la soumission qu’implique la dépendance des femmes — qui repose chez Gaskell sur des principes chrétiens d’humilité et de sacrifice et non sur l’idée d’une infériorité de la femme — et une certaine forme d’autonomie, en particulier sur le plan moral et spirituel :

She had learnt in those solemn hours of thought, that she herself must one day answer for her own life, and what she had done with it ; and she tried to settle that most difficult problem for women, how much was to be merged in obedience to authority, and how much might be set apart for freedom in working (NS 508).

20Le dilemme auquel est confrontée Margaret reflète celui de sa créatrice qui avait tout à la fois conscience de son appartenance à une structure familiale et communautaire et de sa vocation de romancière ; et, comme elle le souligne à propos de Charlotte Brontë, il est indispensable de trouver un équilibre entre son statut de femme et son statut d’écrivain car aucun ne doit être sacrifié à l’autre :

a woman’s principal work in life is hardly left to her own choice ; nor can she drop the domestic charges devolving on her as an individual, for the exercise of the most splendid talents that were ever bestowed. And yet she must not shrink from the extra responsibility implied by the very fact of her possessing such talents. She must not hide her gift in a napkin ; it was meant for the use and service of others. (The Life of Charlotte Brontë 257)

21Il ne suffisait pas que Gaskell apprenne à maintenir un équilibre entre sphère domestique et sphère professionnelle, il lui fallait également trouver sa propre voie/ voix littéraire car les lecteurs avaient souvent des attentes spécifiques liées au sexe de l’auteur, ce dont Gaskell était consciente puisqu’elle a publié son premier roman anonymement. D’une femme, on pouvait attendre un roman sentimental ou un roman religieux, en d’autres termes, un de ces innombrables « silly novels by lady novelists » que George Eliot fustigeait si sévèrement ; de la part de l’auteur de Mary Barton, on pouvait attendre un autre roman social mais, comme le souligne Martin Dodsworth dans son introduction à l’édition Penguin Classics, North and South résiste à toute tentative de catégorisation hâtive. En effet, Elizabeth Gaskell, loin de se laisser enfermer en suivant une route toute tracée, s’amuse au contraire à lancer son lecteur sur de fausses pistes. North and South ne sera finalement ni un roman sentimental — comme aurait pu le laisser supposer le premier chapitre — ni un roman décrivant la crise spirituelle d’un pasteur afin de démontrer la supériorité du protestantisme non-conformiste sur l’anglicanisme, comme l’avait tout d’abord craint Charlotte Brontë. L’étiquette de roman social apparaît, certes, comme un choix plus judicieux mais elle ne rend compte que d’un aspect du roman, en négligeant l’attention que Gaskell accorde à la notion de crise spirituelle et morale et à l’isolement qui accompagne nécessairement une telle crise. De même que Margaret construit progressivement son identité en conjuguant dépendance envers autrui et autonomie, on pourrait dire que ce roman se rattache à différents genres tout en préservant son caractère unique.

Haut de page

Bibliographie

Bodenheimer, Rosemarie. « North and South : A Permanent State of Change. » NCF 34 (1979) : 281-301.

Brown, W. Henry. Mrs Gaskell. A Manchester Influence. Manchester : Sherratt and Hughes, 1932.

Chapple, J. A. V. « North and South : a Reassessment. » EIC 17 (1967) : 461-72.

Easson, Angus. « Elizabeth Gaskell and the Novel of Local Pride. » Bulletin of the John Rylands University Library of Manchester 67, no 2 (Spring 1985) : 688-709.

Easson, Angus. « The Sentiment of Feeling : Emotions and Objects in Elizabeth Gaskell » GSJ 4 (1990) : 64-78.

Gallagher, Catherine. « ‘Relationship Remembered against Relationship Forgot’ : Family and Society in Hard Times and North and South » in The Industrial Reformation of English Fiction. Social Discourse and Narrative Form, 1832-1867. Chicago and London : The University of Chicago Press, 1985. pp. 147-84.

Gaskell, Elizabeth. North and South. 1854-5. Ed. Dorothy Collins. Harmondsworth : Penguin, 1986.

Gaskell, Elizabeth. Ruth. 1853. Ed. Edgar Wright. Harmondsworth : Penguin Books, 1997.

Gaskell, Elizabeth. The Life of Charlotte Brontë. 1857. Ed. Jenny Uglow and Graham Handley. London : Everyman, 1997.

Kuhlman, Mary H. « Education Through Experience in North and South. » GSJ 10 (1996) : 14-26.

Haut de page

Notes

1 Jemima Bradshaw se rebelle en effet lorsqu’elle découvre que son père souhaite la voir épouser son associé : « She felt as if she would rather be bought openly, like an Oriental daughter, where no one is degraded in their own eyes by being parties to such a contract » (Ruth 199).

2 « What other people may think of the rightness or wrongness is nothing in comparison to my own deep knowledge, my innate conviction that it was wrong » (NS 487).

3 « The veriest idiot who obeys his own simple law of right, if it be but in wiping his shoes on a door-mat, is wiser and stronger than I » (NS 430).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamine Toussaint-Thiriet, « Le sentiment d’appartenance dans North and South d’Elizabeth Gaskell »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 67 printemps | 2008, mis en ligne le 05 novembre 2020, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/7897 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.7897

Haut de page

Auteur

Benjamine Toussaint-Thiriet

Université de Paris-Sorbonne

Benjamine TOUSSAINT-THIRIET enseigne à l’Université de Paris-Sorbonne où elle a soutenu sa thèse de Doctorat sur « Humanisme et religion dans les romans d’Elizabeth Gaskell et de George Eliot ». Ses travaux portent sur le roman victorien ainsi que sur la littérature écossaise.

Fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search