Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67 printempsColloque de la S.F.E.V.E., univer...L’impossible désappartenance : le...

Colloque de la S.F.E.V.E., université François-Rabelais, Tours (20 et 21 janvier 2006) : « A sense of Belonging/Le sentiment d'appartenance »

L’impossible désappartenance : le paysan des Hautes Terres d’Écosse et les clearances du dix-neuvième siècle

A Sense of « Disbelonging » : the Peasantry of the Scottish Highlands and the Clearances of the Nineteenth Century
Christian Auer

Résumé

In the middle of the nineteenth century, at a time when the Highlands of Scotland were being wounded by the clearances, the traditional clan had all but disappeared and the chiefs had abandoned one of their most fundamental functions, the protection of the community from potential external threats. Yet, the notion of clan was still deeply imprinted in the Highland peasant’s mind, which made it all the more difficult for him to criticise the chief’s involvement in the economic process that was tearing the community apart. For the peasant to do that would also have amounted to nothing more than questioning his own existence and identity.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cité par James Hunter, The Making of the Crofting Community (Édimbourg : John Donald, 1976) 14.

The warrior chiefs are gone who had a yearning for the truth, who had regard for their faithful followers... Look around you and see the nobility without pity for poor folk, without kindness to friends ; they are of the opinion that you do not belong to the soil, and though they have left you destitute they cannot see it as a loss ; they have lost sight of every law and promise that was observed by those who took this land from the foe1.

1Des chefs qui font fi de leurs engagements et qui se désintéressent du sort de leurs paysans, une communauté privée de repères, désunie, déstabilisée, trahie, entraînée dans un processus dont elle peine à saisir la teneur, voilà ce que ces quelques lignes extraites d’un texte du poète des Hébrides John MacCodrum nous donnent à voir. Ce commentaire, qui date de 1760, une époque à laquelle la structure sociale clanique avait perdu de sa réalité, pourrait en partie s’appliquer à décrire ce que ressentait la paysannerie des Highlands, près d’un siècle plus tard, quand elle fut confrontée aux vastes déplacements de population connues sous le nom de clearances. En 1850, le clan traditionnel avait disparu ; les anciens chefs, parfois lourdement endettés, étaient devenus des gestionnaires avant tout préoccupés de la rentabilité financière de leurs domaines. Et pourtant, l’on peut considérer que les fondements de ce qui constituait la société clanique continuaient à survivre dans les mentalités des paysans des Hautes Terres. C’est pourquoi je me propose en premier lieu de déterminer la nature des pratiques et des valeurs constitutives de cette ancienne structure communautaire en m’efforçant d’en étudier certains des aspects fondamentaux, à savoir la notion de parenté, le rapport que le paysan entretenait avec sa terre et enfin la relation qui l’unissait à son chef, celui dont la fonction primordiale était d’assurer la cohésion du groupe. L’étude de ces différents éléments nous permettra de mieux comprendre la profondeur du désarroi et la gravité du traumatisme vécus par le paysan des Highlands victime des évictions décidées et mises en œuvre par les élites foncières.

2Société patriarcale, martiale et communautaire, le clan, terme dérivé du gaélique clann (que l’on pourrait traduire par « enfants »), se répandit dans les Highlands à partir du douzième siècle. Duncan Forbes de Culloden, l’un des représentants du gouvernement britannique en Écosse dans les années 1740, définissait le clan de la manière suivante :

  • 2 Hunter 7.

a set of men bearing the same surname and believing themselves to be related to the other and descended from the same common stock. In each clan there are several subaltern tribes... but all agree in owing allegiance to the Supreme Chief of the clan or kindred and look upon it to be their duty to support him at all adventures2.

  • 3 Cité par Christopher Smout, A History of the Scottish People, 1560-1830 (Londres : Collins, 1969) 3 (...)
  • 4 Alexander Mackenzie, Scotland in Modern Times, 1720-1939 (Londres : Chambers, 1947) 112.

3Il apparaît donc que le clan réunissait des personnes qui se réclamaient d’ancêtres communs et qui suivaient un même chef afin d’obtenir sécurité et protection. Cette notion de parenté, davantage fictive que réelle, permettait toutefois de cimenter la cohésion sociale au sein du clan. Edward Burt, chargé de surveiller la construction des routes militaires dans le nord de l’Écosse entre 1725 et 1728, écrivait que pour les membres d’un clan le chef était une véritable idole qu’il convenait de respecter et de suivre quelles que fussent les circonstances3. Dans la structure clanique, le tacksman, le plus souvent une relation collatérale du chef de clan auquel le propriétaire louait ses terres, occupait la position intermédiaire. Le tacksman les sous-louait ensuite aux paysans du domaine. Sa seconde fonction, celle qui à ses yeux revêtait une importance capitale, était de veiller à la préparation militaire des hommes vivant sur le domaine et de les mobiliser en cas de besoin. Les chefs de clan avaient toujours attaché une importance considérable à l’étendue des terres qu’ils possédaient. Il leur était nécessaire de pouvoir compter sur un nombre significatif d’hommes prêts à partir au combat. Ainsi entre 40 000 et 75 000 Highlanders furent recrutés dans une cinquantaine de régiments entre 1756 et 1815. De 1797 à 1837, l’île de Skye fournit à elle seule près de 10 000 hommes aux armées britanniques4. Le tacksman, maillon essentiel et indispensable dans l’organisation générale de la structure, allait progressivement disparaître au cours du dix-huitième siècle, du fait du processus de pacification des Highlands mis en place après 1745 pour être remplacé par le factor ou régisseur, une personne le plus souvent étrangère au clan, chargée de mettre en œuvre la nouvelle politique de rationalisation agricole.

  • 5 The Inverness Courier, Late Disturbances in Harris, 7 août 1839.

4Il convient à présent de nous pencher sur l’un des éléments essentiels de la structure clanique, à savoir la relation que le paysan des Highlands entretenait avec la terre. Précisons d’emblée que l’attachement des paysans des Highlands d’Écosse pour leur lopin de terre n’était en rien spécifique, car il s’agit là d’une donnée constante et essentielle des sociétés paysannes. Je rappellerai brièvement que le crofting, qui apparut à la fin du dix-huitième siècle et qui s’imposa progressivement pour remplacer l’ancien système celtique d’assolement appelé runrig, modifia en profondeur la carte économique et sociale des Highlands de l’ouest et des Hébrides. Chaque paysan se voyait attribuer une parcelle dont il n’était pas propriétaire, le terme de croft faisant référence à cette portion de terre. Les surfaces arables, d’une superficie moyenne de quelques acres, étaient séparées ou entourées de terres destinées aux pâturages dont les paysans disposaient en commun. Les crofts étaient regroupés en townships ou hameaux, de petits groupes de maisons familiales irrégulièrement disposées mais néanmoins relativement compactes. La plupart des paysans des Highlands du début du dix-neuvième siècle estimaient qu’ils avaient un droit inaliénable sur leur terre. L’un des termes qui réapparaît le plus régulièrement sous la plume de ceux qui se penchèrent sur cet attachement des paysans pour leur terre est celui d’ « immémorial ». C’est ainsi que, dans un article relatant la résistance d’un groupe de paysans de l’île de Harris aux évictions décidées par le propriétaire de l’île, le Inverness Courier écrivit que les paysans refusaient de quitter des parcelles « occupied from themselves and ancestors from time immemorial5 ». Ce droit d’occuper la terre travaillée par les ancêtres dépassait même le cadre de la loi ou, peut être, serait-il plus exact de dire qu’il se situait en dehors du cadre de la loi. Accepter de donner une structure légale à la relation privilégiée entre le paysan et la terre par l’intermédiaire d’un bail écrit revenait à reconnaître que le propriétaire avait la possibilité de mettre fin au contrat moral qui le liait à son tenancier. Un document légal écrit n’avait que peu de valeur en regard d’un engagement verbal censé respecter les droits naturels. Mais, comme l’atteste cet extrait du rapport rendu par la commission chargée d’examiner les conditions de vie des paysans des Highlands, le sentiment selon lequel le paysan avait le droit de travailler sa terre, lui, resta profondément ancré dans l’esprit des habitants des Hautes-Terres jusqu’à la fin du dix-neuvième siècle :

  • 6 Extrait du Report of the Commissioners of Enquiry into the Conditions of the Crofters and Cottars i (...)

The opinion so often expressed before us that the small tenantry have an inherited inalienable title to security of tenure in their possessions, while rent and service are duly rendered is an impression indigenous to the country, though it has never been sanctioned by legal recognition and has long been repudiated by the actions of the proprietor. We are bound to express the opinion that a claim to security of tenure founded on the old usage of the country cannot be seriously entertained. The clan system no longer exists6.

5Parenté réelle ou fictive, obéissance au chef et vénération pour la terre, tels étaient les trois éléments majeurs constitutifs de la cellule clanique.

6Les travaux de Macmillan et Chavis, deux chercheurs qui ont tenté de déterminer les éléments constitutifs des notions de « communauté » et de « sentiment de communauté7 », nous apporteront un éclairage précieux sur la nature du rapport que le paysan des Highlands entretenait avec son environnement immédiat. Macmillan et Chavis considèrent que le sentiment de communauté peut être défini par les caractéristiques suivantes : le sentiment d’appartenance à sa communauté, le sentiment d’avoir de l’importance ou de l’influence sur sa communauté, l’assurance ou la satisfaction de ses besoins par les réponses reçues des autres membres et enfin le sentiment de partager une histoire commune. Le sentiment d’appartenance à une communauté, qui peut, dans sa forme la plus exacerbée, se traduire par un fort sentiment d’enracinement, se base sur la perception de l’existence de frontières ou de limites. La communauté se définit ainsi par inclusion dans un espace géographique restreint et clairement délimité. Cet enracinement géographique se double souvent de la conscience d’un continuum temporel : en tant que dépositaire d’un héritage ancestral, le paysan des Hautes Terres se sentait donc dans l’obligation de conserver la terre de ses aïeux. Nombreux ont été les observateurs à remarquer que le Highlander répugnait à quitter son environnement naturel. Le commentaire suivant, extrait du Old Statistical Account, la vaste compilation de données statistiques recueillies par John Sinclair à la fin du dix-huitième siècle, est on ne peut plus révélateur : « Going to another parish or to another district of another clan, is to the Highlander entire banishment8. » Le lieu ainsi délimité agit sur l’individu dans un rapport de type dialectique en lui permettant de se façonner une identité. Il convient d’ajouter que ces notions d’appartenance et d’enracinement ont comme corollaires celles de différence et d’exclusion : celui qui vit dans un endroit donné et qui appartient à une communauté définie s’affirme et se construit par rapport ou en opposition à celui qui est membre d’une autre communauté.

  • 9 Donald Meek, « Gaelic Poets of the Land Agitation », Transactions of the Gaelic Society of Invernes (...)

7C’est sans doute dans la poésie gaélique que ces notions d’espace géographique clairement délimité et de territoire ont trouvé leur épanouissement littéraire. Je rappellerai brièvement que les poètes, qui jouissaient d’un immense prestige dans les communautés gaéliques, détenaient le rôle de porte-parole de la société traditionnelle et se présentaient comme les garants de la stabilité d’un ordre social qui avait commencé à s’éroder au cours du dix-huitième siècle. La poésie s’apparentait à une forme de journalisme populaire : c’est pourquoi les nombreux poèmes écrits sur les clearances ou sur la période d’agitation rurale des années 1880 apportent un témoignage capital sur la façon dont la société des Highlands vivait son propre démantèlement9. Ce corpus nous permet également de saisir la teneur du lien qui unissait le paysan à son environnement immédiat. Le poète gaélique décrit le monde dans lequel il vit, mais ce monde se limite le plus souvent à sa vallée, sa colline ou son ruisseau. La dimension esthétique importe plus que la réflexion philosophique. Pour le poète la nature, source constante de fascination, n’est en rien inhospitalière ou sauvage : c’est au contraire un espace cultivé, habité et domestiqué. Le poète décrit ce monde avec une telle méticulosité et une telle profusion de détails que sa personnalité semble s’effacer et disparaître pour se diluer et se fondre dans l’objet qu’il décrit. Le passage suivant, extrait d’un des poèmes de Duncan Macyntire, atteste de l’étendue du lexique du poète :

  • 10 Angus Macleod (ed.), The Songs of Duncan Ban Macintyre, (Scottish Academic P : 1952) 217.

The side on which the Leacainn lies
is covered with beauty,
and the small, rocky Frith Corrie
is standing adjacent —
with pillars and rock-stacks,
with hillocks and hummocks,
with pits and depressions,
shaggy, rough-coated,
clumpy and tufted,
ringlety, lovely ;
her rugged defiles
are rich pastures of tall grass ;
‘twas most easy for me to praise her,
she was blest in abundance ;
full of clusters and buds,
having inclines and plains,
with bright, blushing flowers,
chequered, sweet-verdured, well-favoured,
the forest is decked out
in appropriate raiment10.

8L’obsédant rythme binaire englobe le poète dans l’objet de sa description. Cette osmose entre le Gaël et la nature immédiate peut en partie expliquer la souffrance qu’il éprouve quand il lui faut quitter sa terre.

  • 11 Voir en particulier James Hunter, The Making of the Crofting Community (Édimbourg : John Donald, 19 (...)
  • 12 Samuel Johnson, A Journey to the Western Islands of Scotland, Londres, 1775 (Londres : Oxford UP, 1 (...)
  • 13 The Inverness Journal, Arrival of Lord and Lady Macdonald in the Isle of Skye, 19 septembre 1845.
  • 14 The Times, The condition of the people of the Highlands of Scotland from the Times commissioner, 22 (...)

9Au nombre des éléments constitutifs de la notion de sentiment d’appartenance, Macmillan et Chavis mettent également en évidence la nature des relations qui unissent les membres du groupe. Il importe ici d’examiner le rapport particulier qui reliait la grande majorité des membres de la communauté à celui qui se situait au sommet de la hiérarchie et à ce titre en position de domination, à savoir le chef de clan. Rappelons brièvement que la société traditionnelle des Highlands, bien que largement stratifiée avec des niveaux clairement déterminés, n’en était pas moins une société très unifiée : bien qu’un fossé séparât le chef de clan du petit peuple, les deux composantes se sentaient liées par des intérêts communs. La réciprocité des engagements entre le chef et le paysan se situait au cœur du dispositif. Le clan acceptait de verser au chef une partie des récoltes et le suivait au combat ; en échange le chef veillait à ce que les membres de la communauté disposent de terres cultivables et, de plus, il assurait leur protection en cas de menace extérieure11. Pour un Highlander, le respect qu’il devait au membre le plus haut placé de la communauté était une donnée essentielle. En 1773, dans l’ouvrage qu’il consacra à son voyage dans les Hébrides, Samuel Johnson écrivit que le sentiment de respect des Highlanders envers leur chef de clan s’était érodé : « the clans retain little now of their original character. Their ferocity of temper is softened, their military ardour is extinguished, their dignity of independence is depressed, their contempt for government subdued, and their reverence for their chiefs abated12 » Il est permis de s’interroger sur la pertinence de cette observation : en effet d’autres témoignages indiquent au contraire que ce sentiment perdura au moins jusqu’à la fin du dix-neuvième siècle. L’un des termes le plus communément utilisé par les journalistes de l’époque pour qualifier la nature des relations entre le chef et les membres du clan fut sans conteste celui de « attachment ». C’est ainsi que le Inverness Journal écrivait que « All who are in the least degree acquainted to the Highlands, must be well aware of the attachment which exists on the part of the clansmen towards their chief13 ». Dans une des lettres qu’il fit parvenir à sa rédaction, l’envoyé spécial du Times qui se rendit dans les Highlands en octobre 1846 notait que les paysans continuaient à respecter leur chef en dépit des transformations économiques qui bouleversaient la région. Il citait une personnalité locale qui lui avait indiqué que les paysans pouvaient ne pas voir leur chef pendant des années ou ne l’avoir jamais vu, ils n’en éprouvaient pas moins un profond attachement pour les valeurs qu’il incarnait, même si les circonstances les incitaient à renoncer à cet attachement14.

  • 15 The Inverness Courier, Stornoway — Public Entertainment in Honour of James Matheson, Esq. of Achany (...)

10La visite d’un propriétaire dans son domaine, si l’on en croit les journaux locaux, représentait un réel événement pour la population locale. C’est ainsi que l’arrivée de James Matheson dans l’île de Lewis en septembre 1845 fut relatée par le Inverness Courier dans le moindre détail et le supplément que le journal édita à cette occasion ne consacra pas moins de quatre colonnes entières à cet événement15. Certains articles font même état de véritables scènes de liesse populaire à l’occasion du retour de propriétaires ou de régisseurs dans leurs domaines. L’extrait suivant prouve à quel point le Highlander pouvait sortir de sa réserve naturelle pour témoigner de son dévouement envers ses supérieurs :

  • 16 The Inverness Advertiser, Lochcarron, a Highland Welcome, 26 novembre 1850.

A HIGHLAND WELCOME. — Mr Mackinnon, of Corry, factor for Applecross, having been absent for a considerable period in London, the Lochcarron tenantry resolved to give him a Highland welcome on his return. Accordingly, on Friday evening the 15th inst., the people assembled en masse, and having drunk the worthy gentleman’s health amidst deafening cheers, spent the evening in hilarity and merriment. The night and the scene will not be readily forgotten16.

  • 17 Cité par Tom Devine, Exploring the Scottish Past (East Linton : Tuckwell Press, 1995) 186.
  • 18 The Inverness Courier, Rejoicing in Lochaber, 17 février 1853.
  • 19 Éric Richards, A History of the Highland Clearances, vol. 1 (Londres : Croom Helm, 1982) 153.
  • 20 Richards 153.
  • 21 Éric Richards, A History of the Highland Clearances, vol. 1 (Londres : Croom Helm, 1982) 152.
  • 22 Cité par Éric Richards, A History of the Highland Clearances, vol. 1 (Londres : Croom Helm, 1982) 1 (...)
  • 23 Cité par Éric Richards, A History of the Highland Clearances, vol. 2 (Londres : Croom Helm, 1985) 8 (...)

11Il convient bien sûr de faire preuve de la plus grande prudence devant de tels articles issus d’une presse totalement acquise à la cause des élites foncières dont la fonction principale consistait à démontrer qu’en dépit des modifications introduites par les propriétaires ou leurs intermédiaires dans la gestion de leurs domaines, en dépit des déplacements de population qui bien souvent en résultaient, les paysans conservaient à l’égard de leurs supérieurs des sentiments de respect et de confiance. Même à la fin du dix-neuvième siècle, à une époque où la contestation et l’opposition avaient pourtant gagné en importance, le respect du paysan envers le propriétaire de la terre était loin d’avoir disparu. Comme le constata la commission chargée d’étudier les conditions d’existence des paysans dans les Highlands et les Hébrides, « there is still on the side of the poor much reverence for the owner of the soil17 ». Certains observateurs sont allés jusqu’à considérer que le lien qui unissait le propriétaire et le paysan relevait davantage de la relation entre un père et son enfant que d’un rapport entre un maître et son serviteur. Lorsqu’en février 1853 le révérend Donald Forbes de Lochaber prit la parole au nom des paysans pour remercier le chef du clan d’avoir accepté de diminuer le montant des fermages, il exprima sa fierté de voir que l’ancienne famille de Moy-Hall n’avait pas renoncé aux sentiments paternels et patriotiques qui avaient toujours été le propre des chefs des Highlands18. Le rappel de la relation quasi filiale qui unissait le Highlander à son chef de clan puis à son propriétaire, même si l’on se doit d’ajouter qu’en ce milieu de dix-neuvième siècle ce lien s’était érodé, permet de saisir l’importance du traumatisme qui frappa cette communauté. L’incompréhension était d’autant plus forte que le Highlander s’était souvent vu promettre des terres en échange de sa participation à des conflits armés. Comme l’indique Eric Richards dans son ouvrage sur les Highland clearances, « sons were traded for land19 ». De nombreux documents attestent cette indiscutable corrélation entre service militaire et mise à disposition de la terre. Les archives du domaine de Lord MacDonald pour les années 1790-1810 contiennent un document intitulé « List of Tenants who have been promised Lands and an exchange of lands for their sons by Lord MacDonald20 ». Dans certains cas le paysan était menacé d’expulsion s’il n’acceptait pas de s’enrôler. À titre d’exemple on mentionnera la lettre envoyée par Alexander MacDonnell de Glengarry dans laquelle il enjoignait à son agent d’expulser les paysans qui avaient refusé de revêtir l’uniforme21. Le témoignage de George MacKenzie, l’auteur d’un ouvrage sur l’agriculture dans les comtés de Ross et de Cromarty paru en 1813, est on ne peut plus révélateur : « some bands of young Highlanders who went to join the regiment declared [...] that they enlisted merely to save their parents from being turned out of their farms22 ». Ces données permettent de mieux saisir le sentiment d’incompréhension, voire de trahison, qui gagna la paysannerie des Highlands à partir de la fin du dix-huitième siècle. La commission Napier, bien que notant l’érosion des rapports d’interdépendance de la communauté des Hautes Terres, n’en oublia cependant pas de reconnaître les légitimes revendications morales des paysans : « It is difficult to deny that a Macdonald, a Mackenzie, or a Mackay, or a Cameron, who gave a son to his landlord eighty years ago to fill up the ranks of a Highland regiment, did morally acquire a tenure in his holding more sacred than the stipulations of written covenant23 ».

  • 24 L’article du Times parut dans le Inverness Courier du 4 octobre 1855 sous le titre de « Highland De (...)
  • 25 Ibidem.

12Pour certains observateurs anglais, les Highlanders avaient d’ailleurs vocation à intégrer les rangs des armées britanniques. Dans un article paru en octobre 1855, le Times écrivit qu’il ne comprenait pas comment les habitants des Highlands pouvaient organiser des rassemblements annuels de clans alors que l’armée manquait cruellement de soldats. Le Times ironisait sur les parades pseudo-militaires effectuées au son des cornemuses et déplorait que l’énergie déployée lors de ces manifestations bruyantes ne fût pas consacrée à des activités plus nobles. Le Times affirmait que la vraie place du Highlander se trouvait sur le champ de bataille : « We would much rather hear of a Forbes Highlander, or a Farquharson Highlander, or a Duf Highlander doing a few serviceable feats in the Crimea than playing at schoolboy’s games, or performing ridiculous antics over a couple of drawn swords24 ». Le Highlander, si décrié et vilipendé par ailleurs, pouvait être judicieusement utilisé comme « chair à canon » : « Ill-adapted and indisposed as they are for regular labour, we want them to defend their country and the liberties of Europe. What a spectacle it would have been [...] had the Highlanders assembled at Braemar, or a moderate proportion of them, marched on to the nearest depot, on the way to the Crimea25 ? »

  • 26 David McCrone, Understanding Scotland, The Sociology of a Stateless Nation (Londres : Routledge, 19 (...)

13Comme nous l’avons indiqué précédemment, la nouvelle donne économique bouleversa le fragile équilibre de la structure sociale des Highlands. C’était tout un univers matériel et moral qui s’effondrait sous la poussée de facteurs exogènes. Mais la dislocation de cet univers se révéla d’autant plus traumatisante pour la collectivité que les modifications furent le plus souvent mises en œuvre par le membre de la communauté dont la fonction principale consistait précisément à la protéger des agressions extérieures. Le Highlander ne pouvait croire que son protecteur puisse l’abandonner, ce qui explique par exemple son incapacité ou sa réticence à nommer le chef comme responsable, une constante de la poésie des clearances qui, le plus souvent, se contente de stigmatiser ceux qui spolièrent physiquement les paysans, comme les régisseurs, les bergers des Lowlands ou plus simplement encore les moutons. S’attaquer au chef de clan, mettre en doute son implication dans les souffrances physiques et morales vécues par la collectivité, c’était commettre l’impensable. Accuser celui qui était perçu comme une partie de soi revenait aussi à s’interroger sur sa propre existence et donc remettre en cause sa propre identité. Les historiens des clearances, je pense surtout à ceux qui se sont évertués à dépasser le stade de l’analyse exclusivement économique et que David McCrone qualifie de « radicaux26 », ont eu recours à toute une palette de termes pour désigner la nature et les conséquences de ce processus : traumatisme, chaos, cataclysme, déracinement, destruction, désorientation, désagrégation, ne sont que quelques-uns des termes les plus récurrents, auxquels il faudrait ajouter ceux de dépersonnalisation et de désappartenance. En ce milieu de dix-neuvième siècle, à une époque où les clearances meurtrissaient les Highlands, le clan, tel qu’il pouvait exister au dix-septième ou au dix-huitième siècles, avait presque complètement disparu. Pourtant, le sentiment d’appartenance à la structure clanique survivait dans la psyché du Highlander ; ce sentiment était d’ailleurs entretenu par les élites foncières elles-mêmes qui souhaitaient ainsi convaincre la paysannerie d’adhérer à des options et des principes économiques qui pourtant oblitéraient sa dignité et son identité.

Haut de page

Bibliographie

Devine, Tom. Exploring the Scottish Past. East Linton : Tuckwell P, 1995.

Hunter, James. The Making of the Crofting Community. Edinburgh : John Donald, 1976.

Hunter, James. On the Other Side of Sorrow. Edinburgh : Mainstream Publishing Company, 1995.

Johnson, Samuel. A Journey to the Western Islands of Scotland. [1775]. London : Oxford UP, 1961.

Mackenzie, Alexander. Scotland in Modern Times, 1720-1939. London : Chambers, 1947.

Macleod, Angus (ed.). The Songs of Duncan Ban Macintyre. Scottish Academic P : 1952.

Mathieson, Robert. Survival of the Unfittest : The Highland Clearances and the End of Isolation. Edinburgh : John Donald P, 2000.

McCrone, David. Understanding Scotland, The Sociology of a Stateless Nation. London : Routledge, 1992.

Meek, Donald. « Gaelic Poets of the Land Agitation ». Transactions of the Gaelic Society of Inverness. Inverness. Volume XLIX (1974-1976).

Richards, Eric. A History of the Highland Clearances. Vol. 1 et 2. London : Croom Helm, 1982, 1985.

Smout, Christopher. A History of the Scottish People, 1560-1830. London : Collins, 1969.

Haut de page

Notes

1 Cité par James Hunter, The Making of the Crofting Community (Édimbourg : John Donald, 1976) 14.

2 Hunter 7.

3 Cité par Christopher Smout, A History of the Scottish People, 1560-1830 (Londres : Collins, 1969) 314.

4 Alexander Mackenzie, Scotland in Modern Times, 1720-1939 (Londres : Chambers, 1947) 112.

5 The Inverness Courier, Late Disturbances in Harris, 7 août 1839.

6 Extrait du Report of the Commissioners of Enquiry into the Conditions of the Crofters and Cottars in the Highlands and Islands of Scotland, datant de 1884 dans James Hunter, On the Other Side of Sorrow (Édimbourg : Mainstream Publishing Company, 1995) 66.

7 http ://www.wam.umd.edu/~stwright/psych/sense-of-community.html, document consulté le 10 octobre 2005.

8 Cité par Robert Mathieson, Survival of the Unfittest : The Highland Clearances and the End of Isolation (Édimbourg : John Donald, 2000) 14.

9 Donald Meek, « Gaelic Poets of the Land Agitation », Transactions of the Gaelic Society of Inverness, (Inverness, v. XLIX, 1974-1976) 309.

10 Angus Macleod (ed.), The Songs of Duncan Ban Macintyre, (Scottish Academic P : 1952) 217.

11 Voir en particulier James Hunter, The Making of the Crofting Community (Édimbourg : John Donald, 1976) 90 et Christopher Smout, A History of the Scottish People, 1560-1830 (Londres : Collins, 1969) 41.

12 Samuel Johnson, A Journey to the Western Islands of Scotland, Londres, 1775 (Londres : Oxford UP, 1961) 51.

13 The Inverness Journal, Arrival of Lord and Lady Macdonald in the Isle of Skye, 19 septembre 1845.

14 The Times, The condition of the people of the Highlands of Scotland from the Times commissioner, 22 octobre 1846.

15 The Inverness Courier, Stornoway — Public Entertainment in Honour of James Matheson, Esq. of Achany, MP, on his Arrival in Lews, 10 septembre 1845.

16 The Inverness Advertiser, Lochcarron, a Highland Welcome, 26 novembre 1850.

17 Cité par Tom Devine, Exploring the Scottish Past (East Linton : Tuckwell Press, 1995) 186.

18 The Inverness Courier, Rejoicing in Lochaber, 17 février 1853.

19 Éric Richards, A History of the Highland Clearances, vol. 1 (Londres : Croom Helm, 1982) 153.

20 Richards 153.

21 Éric Richards, A History of the Highland Clearances, vol. 1 (Londres : Croom Helm, 1982) 152.

22 Cité par Éric Richards, A History of the Highland Clearances, vol. 1 (Londres : Croom Helm, 1982) 151.

23 Cité par Éric Richards, A History of the Highland Clearances, vol. 2 (Londres : Croom Helm, 1985) 85.

24 L’article du Times parut dans le Inverness Courier du 4 octobre 1855 sous le titre de « Highland Depopulation ».

25 Ibidem.

26 David McCrone, Understanding Scotland, The Sociology of a Stateless Nation (Londres : Routledge, 1992) 50.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Auer, « L’impossible désappartenance : le paysan des Hautes Terres d’Écosse et les clearances du dix-neuvième siècle »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 67 printemps | 2008, mis en ligne le 06 novembre 2020, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/7903 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.7903

Haut de page

Auteur

Christian Auer

Université Marc Bloch, Strasbourg II

Christian AUER est Maître de Conférences en civilisation britannique à l’Université Marc Bloch de Strasbourg. Il a soutenu une thèse de doctorat, Improvement, Pauvreté, Évictions et Émigration dans la presse d’Inverness de 1845 à 1855. Son domaine de recherche est la presse du dix-neuvième siècle, en particulier la presse écossaise.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search