Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67 printempsXLVe Congrès de la SAES, universi...Pérégrinations et pérégrinismes d...

XLVe Congrès de la SAES, université de Nantes (12, 13, 14 mai 2006) « Étrange/Étranger »

Pérégrinations et pérégrinismes dans le roman britannique du xixe siècle : Casuistique du détour par la langue étrangère

Peregrination and Peregrinism in the British 19th-century Novel : a Casuistry of the Detour Abroad in a Foreign Language
Jacqueline Fromonot

Résumé

This paper is a study of the role of peregrinism in Victorian novels, through examples taken from great classics, novels by Dickens, Thackeray, Eliot and Trollope. It will appear that the use of xenism in fiction is related to the quest of truth and truthfulness—in accordance with the Realist project. However, the stylistic analysis reveals that this figure of diversion also generates double-entendre and ambiguity.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pérégrinisme : appelé également « xénisme » ou « étrangisme » (Gradus.).

1L’étude a pour objet les modes d’inscription textuelle du pérégrinisme1, à partir d’un corpus d’exemples tirés de romans de Charles Dickens, William Makepeace Thackeray, George Eliot et Anthony Trollope. Force est de noter que maints éléments linguistiques d’origine étrangère, de nature grammaticale, lexicale ou sémantique, phonique ou graphique, constitués d’un mot, d’une expression, ou d’une phrase, confèrent à ces œuvres un caractère plurilinguiste. Ainsi, le latin, omniprésent, apparaît sous forme d’idiomes, de proverbes ou de citations. Associée aux institutions telles que l’Église et l’école ainsi qu’à la culture savante, son utilisation prouve que le roman, naguère décrié, reste à la recherche de promotion statutaire et de reconnaissance sociale. En outre, on repère une grande variété de langues vernaculaires : aux côtés du français, majoritaire pour des raisons historiques et géographiques (il est ainsi omniprésent dans Henry Esmond), figure aussi l’allemand (« Geistlicher », par exemple, dans Middlemarch 19 : 121), l’espagnol (« alabarderos » ; The Newcomes 45 : 595), et l’italien, souvent associé au monde de l’art (lyrique, entre autres, avec « biglietto », référence au Barbier de Séville, de Rossini, dans Vanity Fair 67 : 693). Les frontières du texte sont repoussées aux frontières du monde connu, et l’on trouve également l’arabe (« houri » ; Phineas Finn 60 : 569), l’hébreu (Eliot étudie cette langue afin de cerner la culture judaïque dans Daniel Deronda, où elle emploie entre autres « talith » [32 : 416]), l’hindi (« suttee » ; N 28 : 364 et The Eustace Diamonds I, 21 : 193) et le turc (« yataghans » ; N 17 : 215). Enfin, se retrouve l’idiome britannique pratiqué outre-mer, l’anglais américain (récurrent dans Martin Chuzzlewit ; on y reviendra en détail) et australien (« You’re a game one », s’exclame Magwitch dans Great Expectations 39 : 238). Ces étrangismes constituent des emprunts ponctuels mais diffèrent de ce que la théorie nomme « emprunt », terme inapproprié désignant des mots qui s’installent durablement dans la langue d’accueil au point de ne plus être perçus comme étrangers. Leur naturalisation est symbolisée par la disparition de l’italique, typographie qui marque en général le caractère allogène du pérégrinisme au niveau visuel, de manière d’autant plus perceptible qu’en anglais, elle signale également l’emphase. Redoublement mimétique, le nom donné à ce procédé évoque la nationalité italienne de son inventeur ; quant à la métalangue, elle déplace à peine ce schéma de co-présence, puisque l’italique apparaît au sein d’un texte présenté en caractères « romans », transcription d’un manuscrit original dont l’écriture cursive est nommée en français « anglaises » et en anglais « Italian hand ». Le cosmopolitisme se dissémine à tous les niveaux du texte, phénomène dont le xénisme ne serait qu’une synecdoque, perceptible au triple niveau poétique, diégétique et esthétique de la fiction, forme de rappel de la multiplicité des origines formelles, des thématiques et des procédés stylistiques du roman, ce « genre indéfini » (Robert 1 : 14).

2Le roman s’avère ainsi placé sous le signe du babélisme, d’autant plus que ses pérégrinismes, ni traduits ni systématiquement explicités, restent parfois peu compréhensibles. Ils apparaissent pourtant dans des œuvres destinées à un public qualifié de populaire, diffusées, à l’époque, par le canal bon marché de la gazette et de la bibliothèque de prêt. Cette pratique pourrait dès lors sembler quelque peu élitiste, mais d’autres interprétations, moins suspicieuses, sont possibles. On retiendra notamment que le recours au xénisme s’inscrit dans une problématique macro-structurelle de la vérité et de la vraisemblance romanesques, même si cette figure du détour participe, par ailleurs, de la microstructure rhétorique de l’équivoque et de l’ambiguïté.

3Le pérégrinisme est indissociable de la pérégrination, thématique de la fiction du xixe siècle. En effet, le roman d’inspiration réaliste, genre dominant pendant une bonne partie de cette période, se définit comme mise en texte du monde tel qu’il est, si bien que la fiction reflète le phénomène d’ouverture croissante de la Grande-Bretagne à la communauté internationale, à une époque où les voyages se démocratisent et se banalisent. Les écrivains eux-mêmes se déplacent à travers l’Europe et même sur d’autres continents, pour des motifs personnels ou professionnels. Après un séjour en Allemagne pendant ses années de formation (1830-1831), Thackeray s’établit à Paris en tant que correspondant de deux journaux anglais (1832-1836) et, quelque vingt ans plus tard, entreprend des tournées de conférences aux États-Unis (1852-1853 et 1855-1856). George Eliot séjourne en Suisse (1849), en Allemagne (1854, 1858), en Italie (1861, 1869). Dickens part en Amérique à deux reprises (à l’occasion d’un voyage d’agrément, en 1842, et pour donner un cycle de conférences, en 1868) ; en famille, il s’installe un an à Gênes (1844), puis passe plusieurs mois en Suisse et, deux années plus tard, séjourne à Paris. Enfin, Trollope, véritable homo viator, visite la Palestine (1858), l’Amérique (1861 et 1868), l’Australie (1871 et 1875), la Nouvelle-Zélande (1872), l’Afrique du Sud (1877) et l’Islande (1878). L’immersion à l’étranger renforce la connaissance d’autres cultures et favorise la polyglossie, compétence déjà acquise au cours d’une éducation incluant l’apprentissage des langues, surtout anciennes, bien sûr, mais aussi modernes, comme le français. Mimétique, la fiction réaliste s’enrichit de l’évocation de multiples déplacements hors des frontières, propices au surgissement du xénisme. Ainsi, Dickens n’hésite pas à choisir une contrée extra-européenne comme cadre diégétique de Martin Chuzzlewit, quand il délocalise une des intrigues en Amérique afin de stimuler des ventes jugées médiocres, preuve de l’intérêt du lectorat pour le récit de voyage. Cet épisode donne à l’écrivain l’occasion de mettre la stylistique au service de la thématique. Dès l’arrivée du héros éponyme dans le port de New York, l’effet de dépaysement, lié à l’évocation de cette presse à sensation américaine exécrée par l’auteur, se renforce de la récurrence d’américanismes :

Here’s the New York Keyhole Reporter ! Here’s the New York Rowdy Journal ! Here’s all the New York papers ! Here’s [...] the last Alabama gouging case ; and the interestin Arkansas dooel with Bowie knives. (MC 16 : 220)

4Dickens réussit le tour de force de placer deux exemples d’anglais américain, « gouging » et « bowie knives », ainsi que deux retranscriptions de prononciation autochtone : « interestin », qui perd son « g » final, et « dooel », dont l’allongement vocalique est restitué par une orthographe adéquate. Le choc des cultures se fait choc des langues, au niveau aussi bien lexical que phonologique, phénomène d’autant plus frappant que c’est l’anglais qui, aliéné dans un univers étranger, résonne de manière étrange. Le processus de défamiliarisation initial est toutefois démenti, lorsque le héros apprend à ses dépens que le Nouveau Monde est aussi corrompu que le vieux continent. Les spécificités linguistiques tentent de dissimuler la malhonnêteté en lui donnant un caractère socialement acceptable, comme le soupçonne Martin, qui s’interroge : « Is smartness American for forgery ? » (MC 16 : 227). La quête de la différence débouche alors sur la découverte du même, l’étranger étant ramené à du familier, à la grande déception de Chuzzlewit qui, une fois édifié, rentre au pays natal. Le roman d’initiation prouve qu’il reste bon de cultiver son jardin, la pérégrination ne prenant son sens qu’à son terme, lorsque, de façon prévisible, la narration conclut que l’Angleterre peut encore offrir un sort enviable.

5Davantage centré sur l’Europe, berceau des humanités, le « grand tour » fait désormais partie intégrante de la formation des jeunes gens bien nés et fonctionne comme marqueur social. Alice Vavasor et Glencora Palliser, héroïnes trollopiennes de Can You Forgive Her ?, visitent notamment la Suisse ; or, ce périple continental ne saurait se réduire à une parenthèse plaisante, à un passage obligé de la diégèse : bien que fiancée à un autre, Alice y renoue avec son cousin George, et Plantagenet Palliser y reconquiert son épouse. Néanmoins, le récit de voyage, devenu un topos, offre peu d’intérêt aux yeux du narrateur, en rupture avec la démarche privilégiée par Dickens dans Martin Chuzzlewit, certes quelque vingt ans plus tôt. Soucieux de ne pas s’aliéner un lectorat qu’il estime blasé, Trollope refuse de détailler la visite de la Suisse, pays qu’il connaît pourtant bien :

I am not going to describe the Vavasors’s Swiss tour. It would not be fair on my readers. [...] It is true that I have just returned from Switzerland, and should find such a course of writing very convenient. But I dismiss the temptation, strong as it is. Retro age, Satanas. No living man or woman any longer wants to be told anything of the Grimasell or of the Gemmi. Ludgate Hill is now-a-days more interesting than the Jungfrau. (CYFH 5 : 43-44)

6Malgré la véhémence de ses protestations, le narrateur énumère des sites touristiques grandioses fort connus, tels la Gemmi et son célèbre col, toponymes étrangers dont la puissance d’évocation dénotative et connotative recrée alors les conditions du rêve et de l’évasion. Il rompt donc avec son éthos intransigeant par une figure de prétérition involontaire, si bien qu’ici, la thématique se révèle débordée par la stylistique. L’emploi stratégique du latin (« Retro age, Satanas »), symbole de culture classique, de stabilité et de retenue, repousse l’usage courant chez certains d’insérer des scènes à faire, obéissant à la logique du morceau de bravoure. En effet, le développement du tourisme interdit désormais l’exploration littéraire détaillée et introduit une esthétique de l’allusion. En outre, la rhétorique trollopienne s’appuie sur un nouveau pérégrinisme, preuve supplémentaire de l’incapacité à éviter le détour par l’étranger. Le diable, ce diviseur sommé de reculer, parvient à remettre en cause l’unilinguisme pour assurer le triomphe de la poésie du lointain et de ses sonorités séduisantes, envoûtantes, tentation décidément irrésistible. Vainement refoulé, le diable fait retour, en compagnie même du latin, qui évoque le processus.

7Le déplacement d’une intrigue en terre étrangère introduit un nouveau décor, une couleur locale typique, éléments si prégnants que le schéma repéré plus haut s’inverse : la thématique est parfois mise au service de la stylistique. Dans The Newcomes, la langue du récit s’avère même contaminée par la topique du voyage, quand un départ pour Paris y est annoncé en ces termes : « Clive [...] had taken a trip to Paris with his father, as a délassement after the fatigues incident on his great work » (N 22 : 270). Le vocable « délassement » rompt la chaîne énonciative, comme pour mimer le besoin de prendre des distances avec la vie en Angleterre. Dans une lettre écrite par Clive à ses proches, les gallicismes sur affirment la rencontre de l’altérité, dès l’en-tête, « Hôtel de la Terrasse, Rue de Rivoli » (N 22 : 271), signe inaugural de la dimension parisienne des lieux. L’existence avérée de l’hôtel, comme celle du « Faubourg St. Germain » (N 22 : 270) et du « Café de Paris » (N 22 : 273), entraînent le lecteur dans une visite authentique au cœur de la capitale : la lecture offre une expérience de déterritorialisation, en rupture avec la monotonie quotidienne. La missive se sature d’une douzaine d’autres gallicismes, expressions telles que « petit déjeuner soigné », « laquais de place », extraits de discours direct empruntés à la langue courante comme « Voilà, la reconnaissez-vous ? », « Ah oui, monsieur » (N 22 : 274). Grâce à sa parfaite maîtrise des deux codes linguistiques, Thackeray se fait médiateur entre ces xénismes et les réalités d’une culture dont il sait les détails appréciés et attendus par son lectorat. Cette création d’effets pittoresques laisse même supposer, au risque de l’intentionnalisme, que l’écrivain trouve ici l’occasion de revivre ses débuts à Paris, son souvenir étant ravivé par un séjour dans la capitale en 1853, année où il commence à rédiger The Newcomes. En quelque sorte, Thackeray construit son idiolecte intime : l’anglais s’y trouve mêlé à des bribes de français, réminiscences exprimées en version originale, choix qui permet d’aborder la réalité étrangère sans dénaturer sa saveur ni sa spécificité. Cette démarche intimiste et égotiste coexiste néanmoins avec l’éveil au monde extérieur et la découverte de l’altérité, au travers du plaisir procuré par la pratique de la langue d’autrui. Le texte évoque l’appartenance du personnage et de son créateur à une communauté linguistique et culturelle élargie, qui fait de chacun un citoyen du monde. Le projet du réalisme référentiel devient manifeste interculturel.

8Toutefois, la récurrence du pérégrinisme ne s’explique pas seulement par l’ouverture de la fiction sur son contexte socio-culturel. Dans l’économie du roman, elle contribue à la cohérence de l’œuvre et sa présence renforce la vraisemblance, cette conformité à la grammaire du réel chère aux Réalistes. Ainsi, le portrait des étrangers qui peuplent et influencent la scène sociale fictionnelle serait peu crédible, en l’absence de particularismes langagiers typiques. Une première stratégie consiste à créer une connivence culturelle propre à assurer l’adhésion du lectorat, en exploitant la thématique de la différence linguistique. Toujours prêt à rire et à faire rire de la faiblesse ou de la gaucherie des hommes, Thackeray s’intéresse au potentiel comique des maladresses du locuteur étranger. Fidèle au principe classique du « castigat ridendo mores », il introduit dans Henry Esmond une douairière britannique qui tient à s’exprimer en français, seule langue adaptée à la conversation mondaine des personnes bien nées, dit-on encore en ce xviiie siècle servant de toile de fond au roman (HE 10 : 117). Changement de code stratégique, ce « code-switching » s’intègre donc dans la logique d’un « marché linguistique », pour reprendre l’analyse de Pierre Bourdieu. Il doit assurer la promotion intellectuelle et sociale de la locutrice, que lui conteste le narrateur en démasquant sa prétention. Est ainsi retranscrite une de ses lettres, où les erreurs d’orthographe découlent d’une diction déficiente, parasitée par la persistance de l’accent anglais, et où s’accumulent des confusions cocaces : « MONG COUSSIN, [...] je scay que vous vous etes bravement batew et grievement bléssay » (HE 16 : 186). Intarissable sur le thème de la confrontation d’un système linguistique à un autre, Thackeray imagine des variantes dans ce même roman, toujours en accord avec la caractérisation des locuteurs concernés. Ainsi, chez Madame Victoire, une gouvernante française immigrée en Grande-Bretagne (peut-être à cause de la Révolution française, évoquée dans Henry Esmond), l’assimilation incomplète de l’idiome étranger produit un langage mixte lorsqu’elle s’exclame : « Non, jamais, Monsieur l’officier ! Jamais ! I will rather die than let you see this wardrobe ! » (HE 6 : 74). Deux langues se juxtaposent, dans un énoncé divisé en moitiés quasi égales, forme d’illustration littérale de la définition donnée en guise d’avertissement au lecteur, « half French and half English jargon » (HE 6 : 74). Ici, l’ordre d’apparition de chaque idiome respecte la chronologie de l’apprentissage, et la langue maternelle, plus spontanée, précède la langue d’adoption : les deux séquences ne s’influencent pas. La fusion des idiomes s’effectue dans The Newcomes, où Thackeray s’essaie au sabir en ajoutant la flexion anglaise [-ing] au verbe allemand « absteigen » pour construire le mot-valise « absteiging », utilisé par un valet britannique annonçant l’arrivée imminente d’une aristocrate allemande, qui descend de son carrosse : « Her Excellency the Frau Gräfin von Kew is even now absteiging » (N 38 : 496). L’énoncé hybride répond alors à une logique de la vraisemblance, puisqu’il décrit l’accueil de cette Allemande dans la communauté britannique, exemple d’une recherche de mimétisme qui finit par violer l’intégrité de la langue vernaculaire.

9Forcer le trait risque toutefois de générer un déficit de crédibilité, écueil que l’on évite si la thématique de la confrontation à la langue étrangère s’appuie sur des topoï, lieux communs qui rassemblent et fédèrent. Dans Our Mutual Friend, Dickens évoque les difficultés de la prononciation anglaise chez un Français de passage à Londres. Il s’ensuit un échange de nature contrapuntique, où les erreurs sont mises en regard des formes correctes par Podsnap, qui, d’un ton supérieur, reprend sans ménagements le visiteur en lui donnant une leçon sur la manière d’aspirer le « h » (« We Aspirate the “H”, and We Say ‘Horse » ; 1 : 156), ou encore sur la maîtrise du [th] : « We do not say Ozer ; we say Other » (11 : 156). Cependant, Dickens se démarque de la tradition, puisque la charge ne s’abat pas sur l’étranger, mais sur le locuteur natif, représentant vaniteux et suffisant d’une culture impérialiste, dont le caractère prétendument majestueux est graphiquement condamné par l’emploi excessif des majuscules. C’est de manière plus sérieuse que le pérégrinisme renforce la caractérisation psychologique attendue dans Daniel Deronda, où apparaît Klesmer, musicien d’origine allemande. Lors de situations normales d’échange en anglais, son accent reste imperceptible, mais l’émotion le fait surgir de manière intempestive. Ce phénomène est décrit, puis fait l’objet d’une reprise métatextuelle :

Herr Klesmer suddenly [spoke] in an odious German fashion with staccato endings, quite unobservable in him before, and apparently depending on a change of mood, as Irishmen resume their strongest brogue when they are fervid or quarrelsome. (DD 5 : 78)

10Grâce au parallélisme avec le cas des Irlandais, le narrateur rappelle un processus courant, voire généralisé, selon lequel le substrat linguistique, irréductible, fondateur de l’identité, exprime la vérité du personnage acculturé. Chez Klesmer, cet Allemand typique, l’intransigeance kantienne est tempérée par une grande émotivité, garante d’une profonde humanité, suggérée par l’altération de la prononciation, notamment lorsqu’il détrompe Gwendolen sur ses talents de cantatrice et qu’à cette occasion, le mensonge courtois doit céder la place à la sincérité (DD 23 : 297). Eliot prend donc pour point de départ l’ethnotype, bien connu de son lectorat, mais en retravaille les stéréotypes, refusant tout monolithisme, complexifiant le portrait. Elle s’efforce ainsi d’éviter l’invraisemblance, désignée par le terme « falsism » par George Henry Lewes (204), et qu’elle déplore elle-même chez de piètres écrivaines dans son essai « Silly Novels by Lady Novelists ».

11Dans les exemples envisagés jusqu’ici, le pérégrinisme met en relief l’altérité, mais il peut au contraire révéler, présente en son cœur même, une identité universelle. Tel est le cas lorsqu’il apparaît sous forme de citations d’auteurs étrangers : le recours à une réflexion issue d’un horizon culturel différent apporte une preuve supplémentaire de la vraisemblance des propos. Dans Middlemarch, Eliot cite abondamment en langue originale, par le biais d’exergues placées devant chaque chapitre, où elle délègue la parole à Dante (19 : 134), à Musset (22 : 135), à Pascal (30 : 180 ; 75 : 464), ou encore à Goethe (81 : 487). Cette polyphonie transculturelle fait du roman l’émanation d’une vaste communauté intellectuelle d’énonciateurs, qui transcende les limites spatio-temporelles. La signification des citations, livrées sans traduction, échappera au lecteur moyen, mais peut-être le contenu sémantique importe-t-il peu, les exergues fonctionnant davantage à un niveau sémiotique d’interculturalité. Preuve de l’intérêt des écrivains réalistes pour ce détour par l’étranger, le xénisme revêt une fonction équivalente chez Trollope, dont les narrateurs déploient un arsenal de proverbes et de dictons servant de caution à l’énoncé. La posture éliotienne d’intellectuel diffère de l’éthos trollopien, qui cherche avant tout la clarté et choisit des formulations plus aisément compréhensibles. Les pérégrinismes apparaissent, cette fois, au sein même de la diégèse, comme pour renforcer le lien organique qui les unit au texte. On trouve du français, comme « Noblesse oblige » (PM 8 : 63), mais surtout du latin : « In vino veritas » (PR II, 46 : 52) ; « Caveat emptor » (PM 27 : 232) ; « Caveat lex » (PR II, 60 : 176). Ces paradigmes de sagesse empruntés aux Anciens assurent la dimension générique du récit et l’universalité des propositions. De surcroît, les latinismes revêtent une triple fonction, pédagogique, morale et élitiste, qui s’accorde avec le rôle de guide, voire de prédicateur visé par Trollope. La démarche rappelle celle de l’Église, puisque le passage par le latin marque une distance, renforce le prestige et permet d’exercer une forme de contrôle. Comme le clerc, l’écrivain se crédibilise de manière quasi autoritaire.

12Pourtant, le pérégrinisme ne prend pas systématiquement une valeur heuristique ou herméneutique. Figure du détour, il peut signaler des formes de négociation avec la vérité, et c’est tout d’abord sa fonction d’atténuation qui sera envisagée. Ainsi, le recours au français facilite un aveu pénible dans la langue vernaculaire pour Esmond, honteux d’avoir fréquenté une taverne, dans une confession repoussée d’un cran par le choix du discours rapporté : « [He] [...] told me just now in French — he was ashamed to speak his own language — that he had been at the ale-house all day » (HE 8 : 96). Le xénisme rend audible ce qui demeure innommable dans la langue maternelle ; il libère la parole en déréalisant l’infraction pécheresse. Situation comparable chez Trollope, Madame Goesler peut déclarer son amour à Phineas Finn grâce au français (PF 72 : 683), langue du sentiment amoureux qui lui permet de s’affranchir des conventions de son pays. L’étrangisme, qui révèle la difficulté d’exprimer certains faits dans une société formaliste et répressive, favorise des stratégies proches de l’euphémisation, où le rapport avec la vérité se problématise.

13La linguistique diachronique enrichit l’analyse, si l’on oppose les origines germanique et latine de l’anglais qui, plus que d’autres idiomes, se caractérise par son hybridité, notamment en raison de l’apport roman au fonds saxon, au xie siècle. L’existence de doublons montre que les deux entités n’ont subi qu’un amalgame partiel, et le choix d’un terme issu de l’un ou de l’autre répertoire n’est jamais anodin. Trollope, dont on connaît le rapport quasi obsessionnel à la vérité dans la vie comme dans l’œuvre, désigne ce concept par « truth », terme anglo-saxon tirant de son monolithisme une puissance d’évocation brute, originaire, exempte de subtilités et de compromis, tandis qu’il ignore le vocable exogène « verity », cet immigré tardif qui, polysyllabique, de registre soutenu, a importé ultérieurement une culture plus raffinée et donc, semble indiquer l’écrivain par ses choix, moins authentique que l’anglais de souche. Le même constat s’impose pour le couple lie/ falsehood, puisque le premier terme est assertif et le second euphémique, comme le signale l’OED. Dans Phineas Finn, la charge sémantique pleine de « lie » est même qualifiée de véhémente par Lady Laura, accusée de mentir par son époux :

he told me that I had — lied to him !
What ! With that word ?
Yes, — with that very word. He is not particular about his words when he thinks it necessary to express himself strongly. (PF 64 : 611)

14Le contraste se renforce de la nature composée du dérivé latin, qui dilue le sens, à moins que le terme ne demeure confusément ressenti comme un étrangisme et non comme un emprunt assimilé à la langue d’accueil. L’irréductibilité de son caractère exogène semble parasiter le contact direct avec le réel ; l’introduction du pérégrinisme, perçue comme une intrusion, justifie des réactions de méfiance, voire de rejet.

15Ces dernières formes de négociation avec la vérité impliquent le français, langue de l’ennemi héréditaire de la Grande-Bretagne qui permet aussi à Becky Sharp, la grande manipulatrice de Vanity Fair, de pratiquer le double entendre. Le début d’une lettre que la rouée adresse à Rawdon, son mari, emprisonné pour dettes, mérite une analyse détaillée :

MON PAUVRE PETIT CHÉRI
I could not sleep one wink for thinking of what had become of my odious old monstre [...]. Ill as I was, I instantly called for my carriage, and as soon as I was dressed, (though I couldn’t drink a drop of chocolate — I assure you I couldn’t without my monstre to bring it to me), I drove ventre à terre to Nathan’s. [...] He would have all the money, he said, or keep my poor monstre in prison. (VF 53 : 534)

16Les italiques signalent le gallicisme (« ventre à terre »), tour compréhensible chez celle qui, née d’une mère française, s’exprime parfois dans sa langue maternelle afin de protester de sa sincérité spontanée. Or, cette typographie est ambivalente puisque, appliquée à des formulations anglaises, elle marque l’emphase, comme dans l’énoncé « I could not sleep one wink », et suraffirme la réalité de l’insomnie de l’épistolière. C’est pourquoi l’occurrence de « monstre » est doublement problématique, en raison de l’homographie du français et de l’anglais, vectrice d’ambivalence, ainsi que de l’italique, qui pourrait théoriquement signaler l’emphase (hypothèse à éliminer d’emblée, dans une lettre de soutien), tout autant que le caractère étranger, dualité démultipliée par la possibilité de repérer une pointe d’ironie. Cette dernière hypothèse serait justifiée par l’astéisme, figure paradoxalement exprimée sous forme d’un blâme, surtout dans le contexte amoureux, où le recours au français, associé à la tradition galante, se trouverait motivé. Toutefois, la troisième occurrence de « monstre » apparaît en caractères romans, nouvelle graphie qui élimine les possibilités de xénisme, d’emphase ou d’astéisme. Le mot reprend alors sa signification littérale, et c’est au premier degré que Crawley est un monstre (au sens étymologique du terme), aux yeux de celle pour qui l’anomalie de cet époux dénué de qualités intellectuelles, désargenté et déshonoré, mérite d’être « montrée » du doigt. Le recours au pérégrinisme n’est qu’un écran de fumée qui cache le glissement sémantique ultérieur vers le sens littéral monovalent, dont la charge a été rendue presque imperceptible par l’ambiguïté inhérente à l’utilisation initiale des italiques. Par contagion, la valeur d’étrangisme des occurrences de « monstre » présentées en italiques est rétrospectivement invalidée, au profit de l’accusation véhémente et de l’expression du mépris. De telles conclusions imposent que l’on déconstruise aussi le xénisme de la formule liminaire, « MON PAUVRE PETIT CHÉRI » : entre la femme aimante et son mari (« MON...CHÉRI »), s’interpose la pauvreté et la petitesse statutaire de l’homme (« PAUVRE PETIT »). Cette expression annonce donc l’orientation générale de la lettre, faisant de l’étrangisme un écart qui éloigne de la vérité, bien plus qu’un détour qui permet de l’atteindre. En se faisant complice des menteurs, le pérégrinisme est déchu de toute dignité heuristique.

17Quoi qu’il en soit, citer la langue d’autrui rappelle que l’écriture médiatise le réel, qu’elle interpose une langue entre le signifié et le locuteur. Par ce biais, la fiction s’ouvre sur l’altérité, géographique, culturelle et poétique : le châtiment divin consécutif au projet de Babel ne dessert en rien l’humanité, dans un monde qui met à profit la multiplicité des idiomes. Pourtant, la récurrence du pérégrinisme en littérature semble émaner d’une tentative sans cesse renouvelée de refus ou de dépassement de la diversité linguistique pour chercher l’idiome propre, démarche illustrée par le commentaire potentiellement métatextuel d’Estella à propos de la demeure de Miss Havisham : « Its other name was Satis ; which is Greek, or Latin, or Hebrew, or all three — or all one to me — for enough » (Great Expectations 8 : 49).

Haut de page

Bibliographie

Corpus littéraire

Dickens, Charles. The Life and Adventures of Martin Chuzzlewit (1844). The World’s Classics. Oxford, New York : OUP, 1994. [MC]

Dickens, Charles. Great Expectations (1861). Edgar Rosenberg (Ed.). Norton Critical Edition. New York, London : Norton, 1999. [GE]

Dickens, Charles. Our Mutual Friend (1865). New York : New American Library, 1964. [OMF]

Eliot, George. Middlemarch (1872). Norton Critical Edition. New York, London : Norton, 2000. [M]

Eliot, George. Daniel Deronda (1876). Harmondsworth : Penguin Books, 1970. [DD]

Thackeray, William Makepeace. Vanity Fair (1848). London : Dent, 1976. [VF]

Thackeray, William Makepeace. Henry Esmond (1852). London, Glasgow : Collins, 1959. [HE]

Thackeray, William Makepeace. The Newcomes : Memoirs of a Respectable Family (1855). New York, Oxford : Oxford UP, 1995. [N]

Trollope, Anthony. Can You Forgive Her ? (1865). London, Oxford, New York : Oxford UP, 1973. [CYFH]

Trollope, Anthony. Phineas Finn, The Irish Member (1869). Harmondsworth : Penguin Books, 1972. [PF]

Trollope, Anthony. The Eustace Diamonds (1873). The World’s Classics. New York, Oxford : Oxford UP, 1987. [ED]

Trollope, Anthony. Phineas Redux (1874). The World’s Classics. New York and Oxford : Oxford UP, 1983. [PR]

Trollope, Anthony. The Prime Minister (1876). Harmondsworth : Penguin Books, 1994. [PM]

Textes théoriques

Bourdieu, Pierre. Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques. Paris : Fayard, 1982.

Eliot, George. « Silly Novels by Lady Novelists » (1856). Essays of George Eliot. Thomas Pinney (Ed.). London : Routledge and Kegan Paul, 1963. 300-324.

Lewes, George Henry. « Realism in Art » (1858). A Victorian Reader. Peter Faulkner (Éd.). London : B. T. Batsford, 1989. 205-207.

Robert, Marthe. Roman des origines et origines du roman (1972). Collection Tel. Paris : Gallimard, 1977.

Haut de page

Notes

1 Pérégrinisme : appelé également « xénisme » ou « étrangisme » (Gradus.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Fromonot, « Pérégrinations et pérégrinismes dans le roman britannique du xixe siècle : Casuistique du détour par la langue étrangère »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 67 printemps | 2008, mis en ligne le 10 novembre 2020, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/7947 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.7947

Haut de page

Auteur

Jacqueline Fromonot

Université Paris-VIII

Jacqueline FROMONOT is lecturer at the University of Paris VIII, Saint-Denis. The focus of her research is the Victorian novel, and her interests include the implicit and the relation between fiction and truth.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search