Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67 printempsXLVe Congrès de la SAES, universi...« Qu’ouïr (ou plus...) dans dix (...

XLVe Congrès de la SAES, université de Nantes (12, 13, 14 mai 2006) « Étrange/Étranger »

« Qu’ouïr (ou plus...) dans dix (ou plus !) dandies queer (ou plus ?) : traverser l’épreuve de l’extérieur »

Queer dandies to the test : keeping in, bumping into, coming out, crossing over and what not ?
Gilbert Pham-Thanh

Résumé

This paper will explore the reception of the dandy as a figure of the Other in the extended corpus of British 19th-century literature. The approach is based on the constitutive distinctions of the now common trilogy of the stranger, the foreigner and the alien, to which will be added the polysemic notion of queerness in order to shift the focus to the field of masculinities studies. The analysis of the positions of narrators, characters and readers will form the main axis in this study of dandiacal otherness.

Haut de page

Texte intégral

1Le thème de ce colloque offre l’occasion de penser à nouveau frais l’altérité du dandysme à partir de la distinction préjudicielle entre deux termes dérivés du concept d’extériorité : étrange et étranger, le second subissant une refente mise en lumière par l’opposition entre stranger et foreigner. Cette tripartition s’enrichira de l’introduction de la notion polysémique de queerness, afin de faire glisser le propos vers la problématique des identités sexuelles telles qu’elles s’élaborent dans la littérature britannique du xixe siècle. Comme l’indique le titre de l’intervention, l’analyse des régimes de réception encadrant l’exploration des figures de l’anormalité dandyesque fait jouer les positions du narrateur, du personnage et du lecteur, et forme l’axe privilégié de l’étude. Elle se fonde en outre sur la dimension formelle du texte, considéré en tant qu’effort de formalisation/ formatage du réel qui intègre à un système donné comme originaire (le langage peut-être) le divers, le diffus, le différent/d, selon des modalités d’inscription idéologiques.

2Le premier mouvement traverse la tradition d’œuvres satiriques anonymes, poèmes et chansons, créées au tournant du xviiie siècle et largement diffusée au xixe siècle, sous forme de recueils par exemple. Il permet de repérer la mise en place d’un narrateur/persona s’identifiant à un lecteur populaire, et refoulant le dandy aux frontières de l’intelligible : « A Dandy’s the queerest thing ever aw saw » (The Pitman’s Account of a Dying Dandy). Dans la super-structure de la taxonomie binaire dominante, où l’individu est sommé de trouver une place, notamment dans la dualité sexuelle, le culte de soi et le souci de raffinement chez un homme, en d’autres termes la spécificité dandyesque, informent la construction du personnage fashionable. En conséquence, l’élégant se voit précipité dans la catégorie surdéterminée des créatures singulières, donc monstrueuses :

Its age is twenty five,
But the oddest thing alive,
It is neither man nor woman — how unhandy, O !
Lest his gender should perplex,
It’s call’d the MIDDLE sex,
And in the Middlesex was bred the pretty Dandy, O.
                              A Dandy Lost

3Fondé sur la clôture épistémologique de sa structure signifiante, le récit coule le dandysme dans les petites cases pré-établies organisant le texte, l’esprit du lecteur et l’inconscient collectif. La condamnation vise prioritairement le choix du costume, qui n’obéit pas aux règles implicites de la convenance et laisse augurer un refus de jouer dans la scène de la séduction le rôle qui, par convention, revient à l’homme. Ressenti comme coupablement narcissique et futile, car efféminé, le spectacle insolite du jeune élégant entraîne la conscience populaire à chercher dans le réservoir des images disponibles et des discours constitués les éléments capables d’articuler une représentation du nouveau venu, et la littérature doit participer à l’effort d’arraisonnement du caractère incongru du dandy, grâce à des formulations susceptibles de faire sens pour le lecteur : l’étranger doit être rangé. Parce que nationalisme, impérialisme et tensions internationales forment traditionnellement un pan entier dans la construction de la britannicité, l’œil public se focalise sur l’origine des différentes pièces du costume fashionable. Il est ainsi postulé que le caractère dénaturé du dandy se dévoile dans une attitude dévoyée qui le pousse à préférer les cultures étrangères en se détournant des valeurs autochtones :

An English man or woman new,
(I’le make excuse for neither)
Composed are I know not how,
Of many shreds together :
Italian, Spaniard, French, and Dutch,
Of each of these they have a touch.
                              The Phantastik Age

4La réduction de ces vêtements à des lambeaux trouve son origine dans le ressentiment d’une société qui peine à reconnaître des concitoyens dans ces marginaux, alors même que la juxtaposition de différents adjectifs de nationalité conteste toute possibilité de cohérence, chez un être visiblement apatride. Le désordre de sa mise prouve que l’étranger est un être dérangé. Rendu fragmentaire, cet individu parasite en outre le modèle du gentleman, figure unifiée et unifiante qui forme le socle de la masculinité anglaise. Le plan de la mode se projette sur celui de la politique, alors que s’amorce la stratégie classique d’essentialisation de la différence et de l’étrangeté, qui reçoivent une expression concrète, une indexation, grâce à la figure de l’étranger. Fondé dans l’étymologie, ce glissement sémantique demeure le substrat d’une rhétorique de la domination dénominative. Ainsi, parce qu’il n’obéirait pas aux canons de la masculinité, le dandy est perçu comme une menace pour la cohésion sociale et l’intégrité nationale, deux notions proches en une période d’intense patriotisme, mais le raisonnement est réversible, et c’est le manque de virilité que le texte dénonce au travers de la charge socio-politique. Le fashionable doit être exclu, afin que le cercle magique de la communauté puisse se refermer, et son entêtement à vouloir introduire sur le sol britannique des éléments exogènes le rend suspect de contribuer aux préparatifs d’une invasion, crainte structurante de l’identité anglo-saxonne qui ravive l’âme nationaliste et guerrière. Sur cet échiquier, la France fait légitimement figure de menace :

O France, whose Edicts govern Dress and Meat,
Thy Victor Britain bends beneath thy Feet !
Strange ! Strange !
That pert grasshoppers should Lions lead,
And teach to hop, and chip across the Mead
                              Fashion, an Epistolary Satire, to a Friend

5Chaque référence aux habits que ce renégat fait façonner hors des frontières permet d’instruire un procès pour haute trahison, dans un mouvement où la raison d’Etat est relayée par l’argument économique de type protectionniste, servi par l’ironie du persona, à l’occasion : « Next, a coat of embroidery from foreigners come,/ “ Twould be quite impolite to have one wrought at home ” » (Monsieur à-la-mode). C’est donc un manquement au devoir de citoyen que le refus de consommer des produits anglais : « “ Tis commerce, sirs, not Fashion’s law,/That must support the nation » (A Picture of the Times). L’ontique interagit avec le socio-économique et le politique et ces grands récits se renforcent mutuellement en transformant la différence en déviance.

6Il arrive que des romans mondains, pourtant gagnés à la cause du raffinement, de la mode et de l’élégance, reconstruisent eux aussi des murs préservant de ces intrus les cercles exclusifs de Londres. Ainsi, un narrateur peut décrire sans la moindre empathie celui qui, tel le Arthur Davidson de Arlington, détonne dans une scène de bon ton :

a pretty-faced, well-whiskered, walking machine, for the display of rings, chains, studs, and embroidered waistcoats ; an overgilt piece of mere ball-room furniture, fitted out under the auspices of Stultz and Delacroix ; — affects to think too, (the puppy !) which always makes coxcombry worse.
                              Arlington II, 176

7La dimension cumulative du portrait se conjugue à la référence au peintre français, dans le but de convaincre du risque de voir la scène de genre basculer dans la visite de quelque cabinet des curiosités.

8Cependant, le rejet d’une altérité dandyesque considérée comme envahissante, de même que la fixation sur un modèle hégémonique de masculinité, est dépassé par l’adoption d’une structure référentielle ouverte, qui s’enrichit de traditions et de sensibilités divergentes, opérant un premier retour du refoulé. En effet, la même tradition du silver fork novel renverse le schéma et chante les charmes de dandys étrangers, rendus aimables par leur caractère singulier même, comme en atteste la caractérisation d’un personnage féminin, qui vient cautionner la virilité des élégants parisiens : « the insinuating flattery of Parisian beaux became so agreeable to her, that she wondered how she should ever be able to live without it » (Almack’s I, 3 : 60). En accord avec l’esprit du Grand Tour, les élites conservent l’attrait de l’exotisme, et l’inimitié naguère exprimée à l’égard de la France révèle son historicité. Dans une perspective plus large, la parole est gracieusement offerte aux coteries élégantes, qui n’hésitent pas à proclamer leurs préférences pour les habits seyants arborés par leurs congénères continentaux : « There is only Paris for a waistcoat ! — London produces buckskins and boots, — Germany has its hats, — but nothing like Paris for a waistcoat ! » (Cecil I, 1 : 40). Dépaysé, le lecteur trouve ici matière à réflexion dans la construction de son identité sociale. Parallèlement, le dogmatisme de la proposition révèle sa part de normativité prescriptive, phénomène qui ne fait qu’amplifier la nature du roman : forme expressive, le texte est manifestation, et le manifeste tend vers la propagande plus ou moins assumée. La fiction remplit une fonction, dans un monde en mutation où l’on se met en quête de l’air du temps, afin de se composer selon le dernier goût, dans le but de s’inscrire sur la scène publique en adéquation avec les nouveaux régimes de visibilité de l’identité masculine, et en conformité avec le processus d’individuation. Si l’apparence reste marquée par le cosmopolitisme, le dispositif narratif opère une réorientation du regard, l’étrange tend à se parer des vertus idéalisées de l’être ange, et le prétendant à l’élégance peut sans dommage se laisser séduire par l’influence exogène des coutumes et costumes européens.

9Le voyage outre-Manche n’est donc pas seulement d’agrément, et l’attirance pour la différence annonce l’intérêt pour ces êtres hybrides susceptibles de s’insérer sans trop de heurt dans le système social :

M. de Rosenval was promoted to be his private secretary. He was rempli de petits talens, un danseur parfait, a good musician, a tolerable poet. He had beaucoup de sentiment, and le ton le plus distingué. In short, he was that most dangerous of beings, an agreeable Frenchman, devoted to the society of the female sex ; of course, therefore an adept at flattery, and knowing how to turn every woman’s head without ever losing his heart.
His dress, for the dress of dandies is l’article essentiel après tout, was just studied enough to excite observation, and nothing more. It was always in the best taste, and so were his perfumes, and his horses, and his spurs, and everything belonging to him.
                              Almack’s II, 11 : 215

10Narrateur et personnage parlent à l’unisson, dans un discours où anglais et français se mêlent pour dicter le texte de la mondanité cultivée, la grammaire du raffinement mondain et en définitive, la recette identitaire dandyesque d’une masculinité recomposée qui demeure parfaitement lisible, bien que trouvant partiellement son origine sur le sol d’une autre civilisation. Ce faisant, le narrateur semble se dissocier des lecteurs réels, qu’il introduit à un monde étranger, fascinant et interdit, en poussant les portes de salons qu’une éducation sans titre ni élégance ne peut légitimement ouvrir. Faisant écho à Matthew Arnold, il adopte l’éthos civilisateur et moralisateur dans le but de polir les usages, d’enseigner les manières, afin de répondre aux besoins créés par le mouvement historique de démocratisation. La figure du dandy se place singulièrement près de celle du gentleman : « Teach us that taste is a talisman which can do greater wonders than millions of the loanmonger » (The Young Duke III, 10 : 234). Si la monstruosité continue de qualifier quiconque manque de goût, les élites fashionables ont acquis le droit d’en définir certaines frontières. Dans ce cadre, l’influence étrangère offre une mise en perspective édifiante et place la construction des personnes sous le signe d’un cosmopolitisme de bon aloi, qui renoue avec l’idéal d’une Europe unie, sorte de confédération vivant en intelligence, se raffinant des échanges constants qui érodent les angles identitaires et se laissant affecter par autrui, parfois au risque de l’aliénation :

Emilius von Aslingen having given out in the morning, that he should appear as a Captain in the Royal Guards, all the young lords and fops of fashion were consequently ultra militaries.
                              Vivian Grey VII, 8 : 722

11Dépassement du national et de l’international, le texte organise le passage au supranational. Il est vrai que ces étrangers prestigieux et captivants partagent avec les cercles dandyesques le souci de l’élégance sartoriale et de l’élaboration artiste d’un moi sophistiqué ; en d’autres termes, leur singularité réside dans l’intérêt qu’ils portent à des champs conventionnellement réservés aux femmes, et c’est leur hermaphrodisme partiel qui bouleverse l’axiologie binaire des identités sexuelles et par conséquent la scène de la séduction. Introduisant une évolution dans la représentation traditionnellement valorisée de la masculinité, leur exotisme vient donner une inflexion subtile et délicate au modèle du gentleman, qui régnait sans partage ou presque sur l’imaginaire anglais de la construction de l’homme parfait. La littérature fashionable livre le portrait de la masculinité des élites, ambassadeurs d’un ailleurs donnés en exemple à la population, qui perçoit la valeur initiatique du parcours de lecture. L’exemple d’un héros de Rosina Bulwer est significatif :

[Captain Fritzprigem] perfectly dazzled the young ladies with the gilt ginger-bread gorgeousness of his appearance : he wore a pink satin waistcoat, and innumerable little shirt frills, like a cauliflower run to seed, and studded like a firmament with jewels ; his coat was embroidered and turned back which gave him a magnificent spread eagle appearance [...].
                              The Budget of the Bubble Family 8 : 127

12La narration redistribue les sèmes sexuels et réaffirme la virilité du jeune fashionable en lui attribuant la virtù militaire attachée à son titre de capitaine et par l’évocation de la réception enthousiaste que lui réservent jeunes filles et jeunes femmes. Les détails de son costume ne nuisent en rien à son identification sur la scène de la parade amoureuse hétérosexuelle : cet étrange objet du désir est désirable parce que son étrangeté semble promettre une satisfaction indicible et quasi inavouable, capable de déborder les joies institutionnelles du mariage et de la maternité.

13En effet, l’étrangeté apprivoisée des derniers dandys évoqués et la mission civilisatrice qui leur incombe dans le projet de domestication que le texte engage ne représentent pas l’aboutissement de l’évolution du traitement littéraire de la divergence qu’ils incarnent. Une catégorie de textes continue bien à célébrer le dandy et les ruptures qu’il introduit, mais en évitant toute possibilité de récupération dans une structure du même, qu’elle construirait hypothétiquement en harmonisant objet de la narration, point de vue, voix narrative et réception réelle du lectorat : l’étrange dévoile l’être en « je » irréductible. Le lecteur n’est donc plus invité à s’inspirer des personnages, mais plutôt à les admirer dans la distance, à reconnaître leur singularité volontairement élaborée comme inappropriable. Le vase clos du texte s’offre comme plongée jouissive dans le dépaysement et la différence radicale, organisée par des auteurs désireux de s’opposer à l’hégémonie de la culture bourgeoise. Il est vrai que si cette dernière tend à se constituer en s’assimilant certains éléments hérités, elle modifie le système de valeurs au point de le rendre monstrueux aux yeux d’une élite cultivée. En conséquence, le monde représenté se peuple d’êtres bizarres, désignés comme tels, construits pour résister aux tentatives d’identification du lecteur :

Mr Sydenham was now a perfect time past, a ci-devant young man, made up a little, to be sure, but that no one could wonder at : for he had shone a beau so long as since the reign of red heels and solitaires, when bows and fine manners carried the day, before distingués, exquisites, elegants, or dandies, were thought of ; he had then been the accomplished macaroni.
A thousand little falsities were said to compose his toilette ; teeth, eyebrows, whiskers, calves to his legs, were all supposed to be artificial ; there was no end of the stories related of this singular man’s dress, and which, it was said, he much liked to hear talked about, as giving a great idea of his eccentric appearance.
His manners were equally uncommon : he affected the most ceremonious high breeding to everybody.
                        Almack’s I, 10 : 244

14Le titre de Macaroni fait plus qu’attester le voyage en Italie de l’élégant ; il essentialise, ici encore, l’influence de l’étranger. Aussi, la scène se fait-elle le site d’une altérité fondamentale, dont le caractère artificiel est clairement marqué par l’évocation des accessoires et prothèses constitutives de la personne même du dandy. Cette composition se renforce de sa suffisance autosuffisante, et l’absence de communication directe symbolise l’arrachement à la sphère commune de l’échange, doublé d’un abandon de la problématique de la rencontre et des présupposés hétérosexuels qui s’y rattachent. Le roman se fait description d’un monde perdu, puisque le lecteur ne sait plus le faire sien, mais est sauvé par l’entremise du narrateur complice : univers isolé dans une superbe indifférence, qui se révèle dans sa distance même, objet devenu cryptiquement anachronique, donc étrange, voire inquiétant. En outre, l’évocation de la courtoisie cérémonieuse du Talon rouge (red heel) contraste avec les habitudes de simple politesse bourgeoise, passage d’un art subjectif de la présence à autrui, au commerce mécanique de formes figées. Dans la citation tirée de Almack’s, c’est peut-être le génie de l’âme anglaise, chantée indirectement par le narrateur, qui devient étrangère à la communauté, incarnée par un lecteur qui, témoin d’un spectacle de la différence excentrique, s’est coupé de ses racines, se rendant étranger à lui-même. Le récit organiserait le retour d’un autre refoulé, sans autre résolution de la crise ouverte que formelle et esthétique, situation demeurée imperceptible pour le lecteur aliéné. Le cas rappelle Zuleika Dobson de Max Beerbohm, où le duc de Dorset s’apparente à une créature archaïque mêlant dandysme d’antan et aristocratie désuète, l’un et l’autre cantonnés dans un microcosme oxonien insolite et obsolescent, même s’il s’avère fondateur de la modernité. Le jeune dandy se conforme aux diktats de la « grande tradition » jusque dans l’acceptation de la mort, tout en donnant à son existence la cohérence esthétique d’une vie dandyesque accomplie : affable vis-à-vis des inférieurs statutaires, Mrs Batch et sa fille, pour qui il demeure une énigme, brillant sur la scène sociale, arborant une mise impeccable, parfois rehaussée par la magnificence d’un uniforme chatoyant (18 : 270), il se suicide pour honorer la promesse faite à l’héroïne éponyme, alors que sa passion pour la jeune fille s’est mâtinée de mépris. C’est en fin de compte un désir narcissique de parfaire son itinéraire existentiel qui œuvre à la perfection de son itinéraire diégétique, renouant avec un sens aigu de la dignité, alors que sa disparition lui permet de s’émanciper de la prégnance de l’hétéronormativité, hypothèse renforcée par son désir exprimé de fuir toutes les femmes proposées sur le marché matrimonial : « The Duke had an intense horror of unmarried girls » (Zuleika Dobson 1 : 25).

15Cette sortie de la société patriarcale trouve d’autres champs stratégiques d’application, d’autres formes de résistance à l’ordre phallogocentrique. Ainsi, l’utilisation iconoclaste du langage creuse une crise de la représentation, qui sape les fondements idéologiques de la société, où la logique de l’échange, l’obsession de la référentialité mimétique et la nécessité de la crédibilité sont autant de valeurs avec lesquelles il convient de rompre. Par exemple, le Cecil de Lady Windermere’s Fan évoque la possibilité que son ami Tuppy ait divorcé plus souvent qu’il ne s’est marié, ajoutant à la transgression du logos un geste implicite de subversion de l’institution du mariage. Tuppy partage cette jouissance langagière en se fermant lui aussi à la parole instituée :

Cecil Graham. — Have you been twice married and once divorced, or twice divorced and once married ? I say you’ve been twice divorced and once married. It seems so much more probable.
Lord Augustus. — I have a very bad memory. I really don’t remember which.
                              Lady Windermere’s Fan II, 382

16Plus qu’un moyen de participer à la caractérisation des deux hommes et à leur posture sur la scène publique, cette prolifération de la verve dandyesque tisse un monde alternatif et conteste la prépondérance du présent idéologisé, de ses formes et de ses normes. L’intérêt d’Oscar Wilde pour la sédition est d’ailleurs confirmé par l’opposition entre un père et son fils, entre un ordre langagier et son autre :

Lord Caversham. — Do you always understand what you say, sir ?
Lord Goring. — (after some hesitation) Yes, father, if I listen attentively.
                              An Ideal Husband III, 516

17L’ordre énonciatif se dérègle alors que énonciateur, co-énonciateur et spectateur sont confrontés à l’étrangeté des chaînes signifiantes. En conséquence, la parole échappe aux horizons d’attente créés par la langue, ouvrant dans ce mouvement de désaliénation un espace d’expression. La licence langagière défamiliarise l’échange mondain, processus qui s’amplifie dans The Picture of Dorian Gray. En effet, la dissémination des connotations attachées au voyage à l’étranger dessinent le schéma érotique de l’inversion ; le discours s’appuyant sur les habitudes homosexuelles de certains Anglais, qui séjournent en France ou dans les pays du Maghreb. Ainsi, c’est encore un autre refoulé qui fait retour, dans la référence à la visite de Dorian Gray et de Lord Henry à Alger et sur la côte normande (11 : 98), cadre référentiel homophile construit par le narrateur qui, ailleurs, évoque le ballet des mains du dandy aristocrate : « His cool, white, flower-like hands, even, had a curious charm » (The Picture of Dorian Gray 2 : 18), chorégraphie mise en musique par une voix symptomatiquement qualifiée de musicale et de langoureuse (2 : 16).

18C’est pourtant l’incongruité des situations et l’absurdité des systèmes signifiants mis en place dans The Importance of Being Earnest qui permettent de clore l’étude. Le scénario hétérosexuel y est le prétexte à une débauche de scènes enjouées, où des jeunes gens explorent les vertiges du jeu social en exploitant la dimension négociable de l’identification dans la sphère publique et les ambiguïtés de la parade mondaine. Qui s’invente des charges afin d’échapper à ses devoirs, qui usurpe une identité pour gagner le cœur d’une jeune fille, qui ment, manipule et manigance dans le but de parvenir à ses fins. Alors, la réversibilité des rôles et des situations et l’homosocialité ambiante deviennent l’occasion d’une suite ininterrompue de parodies de déclarations d’amour et de haine, de professions d’amitié éternelle et d’inimitié farouche, entrecoupées de paradoxes à l’illogisme saisissant, qui tissent un réseau structurel autour du caractère changeant des identités. En d’autres termes, pour être fidèle à soi, il importe parfois de faire tourner masques, costumes et rôles, car l’individu social est existentiellement multiple et ne peut échapper à l’empire des axiologies dominantes et du discours patriarcal qu’en adoptant délibérément des postures qui l’apparentent à un étrange étranger. Cette perspective peut se retranscrire dans le cadre des études sur les genres sexuels. Si l’obligation initiatique faite à l’homme de prendre femme se voit contrebalancée par l’option des amours homosexuelles, la véritable alternative pourrait se présenter dans la possibilité d’élaborer une scène ludique d’identification plurielle, où performativité, révocabilité et hybridité feraient loi : l’étrange fait résonner la polysémie de l’être-en-jeu. C’est en tout cas la voie la plus prometteuse que semble ouvrir le traitement du dandysme dans la littérature du xixe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Anon. Almack’s. Londres : Remington & Co. 1887.

Anon. A Dandy Lost. The Fashionable Dandies’ Songster. Newcastle-Upon-Tyne : J. Marshall, 1825.

Anon. Fashion, an Epistolary Satire, to a Friend. Poems (1685-1801). Londres : R. Dodsley, 1841.

Anon. Monsieur à-la-mode. Satirical Songs and Poems on Costume from the 13th to the 19th Century. F. W. Fairholt. Londres : Percy Society, 1869.

Anon. A Picture of the Times. The Fashionable Dandies’ Songster. Newcastle-Upon-Tyne : J. Marshall, 1825.

Anon. The Pitman’s Account of a Dying Dandy. The Fashionable Dandies’ Songster. Newcastle-Upon-Tyne : J. Marshall, 1825.

Beerbohm, Max. Zuleika Dobson (1911). New Haven : Yale UP, 2002.

Gore, Frances Catherine. Cecil ; or, The Adventures of a Coxcomb. Londres : R. Bentley, 1841.

Disraeli, Benjamin. Vivian Grey (1826-7). Londres : R. Brimley Johnson, 1904.

Disraeli, Benjamin. The Young Duke (1831). Londres : W. Clowes & Sons, 1928.

Doyle Bulwer, Rosina. The Budget of the Bubble Family. Paris : Baudry’s European Library, 1840.

Lambert, T. The Phantastik Age. Satirical Songs and Poems on Costume from the 13th to the 19th Century. F. W. Fairholt. Londres : Percy Society, 1869.

Lister, Thomas Henry. Arlington. Londres : H. Colburn & R. Bentley, 1832.

Wilde, Oscar. Collected Works of Oscar Wilde. An Ideal Husband (1895), The Importance of Being Earnest (1895), Lady Windermere’s Fan (1892), The Picture of Dorian Gray (1891). Ware : Wordsworth Editions, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Pham-Thanh, « « Qu’ouïr (ou plus...) dans dix (ou plus !) dandies queer (ou plus ?) : traverser l’épreuve de l’extérieur » »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 67 printemps | 2008, mis en ligne le 12 novembre 2020, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/7952 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.7952

Haut de page

Auteur

Gilbert Pham-Thanh

Université Paris XIII

Gilbert PHAM-THANH is maître de conférences at Paris XIII University. He wrote a thesis on 19th-century dandyism in British literature and is currently exploring new aspects of dandyism, manners, elegance, aestheticism and masculinities studies.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search