Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92 AutommeComptes rendusLeslie de Bont, Le Modernisme sin...

Comptes rendus

Leslie de Bont, Le Modernisme singulier de May Sinclair

Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2019, 356 p.
Isabelle Brasme
Référence(s) :

Leslie de Bont, Le Modernisme singulier de May Sinclair. Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2019, 356 p. ISBN : 978-2-37906-003-8

Texte intégral

1Romancière britannique du début du xxe siècle encore souvent méconnue, May Sinclair joua pourtant un rôle indéniable dans l’environnement intellectuel et littéraire de son temps, à travers ses romans et nouvelles comme ses écrits philosophiques et critiques. Née en 1863, Sinclair fit partie de la génération des « anciens » modernistes, qui négocièrent la transition entre l’époque victorienne et l’époque édouardienne et qui, bien qu’ayant aiguisé leur plume sous l’égide d’auteurs et de penseurs solidement ancrés dans le xixe siècle, adoptèrent avec enthousiasme l’esprit d’expérimentation et d’innovation qui caractérisa les courants modernistes du début du siècle suivant. À ce titre, Sinclair passa probablement avant tout à la postérité pour avoir été la première à emprunter la notion de « stream of consciousness » à William James et à la discipline de la psychologie, dont elle était spécialiste, pour l’appliquer à la littérature, à travers son analyse de Pointed Roofs de Dorothy Richardson.

2Les ouvrages exclusivement dédiés à May Sinclair sont loin d’être légion : on dénombre ainsi deux biographies, une première de Theophilus Boll en 1973, suivie de la lumineuse biographie littéraire de Suzanne Raitt, May Sinclair: A Modern Victorian (2000). Deux ouvrages collectifs ont plus récemment vu le jour : May Sinclair: Moving Towards the Modern, édité par Andrew J. Kunka et Michele K. Troy (2006), s’intéresse aux contextes dans lesquels Sinclair a écrit ; enfin, May Sinclair: Re-Thinking Bodies and Minds, ouvrage auquel Leslie de Bont a d’ailleurs contribué, s’attache aux liens dans l’œuvre de Sinclair entre l’abstraction de l’esprit et la matérialité du corps (Rebecca Bowler et Claire Drewery, 2017).

3C’est aux fins de démontrer méthodiquement l’inscription de Sinclair dans les débats intellectuels de son temps et d’en étudier les conséquences sur son écriture romanesque que Leslie de Bont a déployé cette monographie, Le Modernisme singulier de May Sinclair. Il s’agit du premier volume en français entièrement dédié à cette autrice. L’ouvrage, long de 350 pages, et structuré en trois parties équilibrées, comporte un index et une vaste bibliographie soigneusement structurée, bien qu’un référencement plus précis en ce qui concerne les éditions originales des textes de Sinclair eût été utile au lecteur.

4Ce volume se donne pour objet d’explorer la spécificité de l’œuvre sinclairienne dans le contexte intellectuel et politique du tournant du xxe siècle, et d’arguer en faveur d’une meilleure reconnaissance de ces textes au sein du modernisme. L’analyse de l’œuvre de May Sinclair s’y décline selon trois axes qui en constituent les trois parties principales : l’examen des influences théoriques, l’étude de l’écriture, puis une analyse plus détaillée des textes de Sinclair sous l’angle de la question féminine à travers le prisme du roman d’apprentissage, principalement appliqué aux protagonistes de trois romans : The Tysons, Mary Olivier et The Creators.

5Le fil directeur qui parcourt le volume est à la fois original et pertinent : il s’agit d’appréhender les influences, les modalités d’écriture et la construction des protagonistes féminines de May Sinclair sous l’angle du cas, selon une approche empruntée à la psychanalyse, discipline essentielle à la Bildung propre de l’autrice. La monographie s’emploie à rendre compte de la richesse et de la complexité des textes de Sinclair, et de leur spécificité dans le paysage littéraire britannique du début du vingtième siècle. Cette spécificité peut expliquer la résistance de cette écriture à une inscription dans le canon moderniste — canon du reste largement remis en question par bon nombre de travaux de recherche de ces dernières décennies. Leslie de Bont adopte un cadre théorique vaste et éclectique, à l’instar des influences littéraires et psychologiques multiples et parfois inattendues auxquelles Sinclair elle-même vient puiser : cette étude convoque ainsi tout à la fois l’histoire culturelle et l’épistémocritique pour situer précisément Sinclair dans son contexte culturel et épistémologique, mais aussi la sémiologie, la stylistique et la narratalogie afin de mener une étude fine et détaillée des narrations de Sinclair.

6La première partie vient détailler l’impact des multiples influences issues de la psychologie, du féminisme et du néo-idéalisme sur la construction de Sinclair en tant qu’autrice. Concernant la psychologie et la psychanalyse, Sinclair est influencée au premier chef par les travaux de William James, C. G. Jung et Pierre Janet. Son investissement dans la Medico-Psychological Clinic de Londres, caractérisée par une approche expérimentale mais aussi transdisciplinaire, joua également un rôle fondamental dans sa théorisation et son expression littéraire de la conscience, du psycho-mysticisme si particulier à son écriture, des processus cognitifs, ou encore de la sublimation de la libido où philosophie et psychanalyse se rencontrent. Leslie de Bont croise alors les lectures de Sinclair, ses propres travaux théoriques tels que A Defence of Idealism ou The New Idealism, et la façon dont sa réflexion vient s’exprimer directement dans ses textes de fiction. Sinclair fut d’ailleurs l’une des premières femmes à être aussi directement influencée par la psychanalyse dans son écriture, et l’exploration opiniâtre de la psychologie féminine qu’elle mène à travers son œuvre de fiction participe pleinement de son implication dans les mouvements féministes de son temps, dont le mouvement suffragiste.

7Par-delà cette contextualisation détaillée, qui vient approfondir et prolonger les orientations de l’ouvrage collectif édité par Kunka et Troy (Moving Towards The Modern, 2006), la principale force de l’ouvrage réside dans le passage en deuxième partie « de l’étude de cas au cas littéraire », et dans la qualité des analyses de détail qui se déploient dans les deuxième et troisième volets de l’étude. Usant d’un éclectisme assumé, Leslie de Bont exploite une multiplicité d’approches théoriques — notamment développées par Bakhtine, Genette, Jouve, Iser, Jauss, Ricœur, Greimas ou encore Kristeva — afin d’éclairer l’écriture de Sinclair et de mener des analyses littéraires rarement, voire jamais poussées à ce degré de précision sur ces textes. C’est là que l’apport de ce volume aux études sur May Sinclair est le plus manifeste.

8La publication de cet ouvrage rédigé en français est d’autant plus opportune que May Sinclair est particulièrement méconnue en France. On peut ainsi espérer qu’il atteigne un lectorat éclairé, non seulement de spécialistes et amateurs de littérature en langue anglaise, mais de toute personne s’intéressant à la littérature du tournant du xxe siècle. Plus largement, la monographie de Leslie de Bont vient enrichir les études internationales sur May Sinclair par son approche originale et la façon dont elle étudie avec précision et justesse les conséquences formelles et narratologiques des complexes influences littéraires, psychologiques et philosophiques qui s’exercèrent sur May Sinclair. Cette étude vient ainsi compléter de façon judicieuse les approches davantage biographiques ou psychologiques des quelques ouvrages déjà parus en langue anglaise sur May Sinclair.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Brasme, « Leslie de Bont, Le Modernisme singulier de May Sinclair »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 92 Automme | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/8378 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.8378

Haut de page

Auteur

Isabelle Brasme

Université de Nîmes, EA741 EMMA : Études Montpelliéraines du Monde Anglophone

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search