Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67 printempsColloque de la S.F.E.V.E., univer...Violence et syndicalisme dans le ...

Colloque de la S.F.E.V.E., université de Paris-X Nanterre (19 et 20 janvier 2007) : « Peur/Peurs »

Violence et syndicalisme dans le port de Londres en 1912

Violence, Terror and the Trade Union Movement in the Port of London in 1912
Tri Tran

Résumé

In May 1912, shortly after the great miners’ strike, the workers of the port of London were called out by the National Federation of Transport Workers. The latter aimed at opposing employers’ federations and wanted to establish an alliance with the other trade unions. The confrontation between the management and the unions resulted in numerous outbreaks of violence and intimidatory tactics between unionists and strike breakers, which culminated in a few localized riots. Using parliamentary papers, Home Office records, and contemporary press accounts, this contribution attempts to explain the reasons of this violence and its psychological impact on the workers of the port of London and the inhabitants of the dockland. Recent research suggests clearly that East Enders had the impression of living in a violent and dangerous environment.

Haut de page

Texte intégral

L’auteur tient à exprimer ici toute sa gratitude au personnel de la Tower Hamlets Local History Library (277 Bancroft Road, London E1 4DQ) et du Sainsbury Study Centre at the Museum in Docklands (West India Quay, Canary Wharf, London E14 4AL), ainsi qu’au comité de lecture des CVE.

Introduction

1En mai 1912, peu après le succès de la première grève nationale des mineurs et un peu moins d’un an après la grève des dockers de Londres de 1911, la National Federation of Transport Workers, nouvellement créée par Ben Tillett et Harry Gosling, lança un appel à la grève générale dans le port de Londres. Le but de la Fédération était d’obtenir satisfaction sur des points laissés en suspens après le conflit de 1911. Elle s’opposa fermement aux employeurs du port, menés par Lord Devonport, le Président du comité de gestion du port de Londres (Port of London Authority). Mais contrairement à la grève de 1911 qui fut un succès, le mouvement ne réussit pas à s’attirer le soutien des autres travailleurs du port et ceux des autres ports britanniques. Les grévistes durent capituler après quelques semaines de très fortes tensions, marquées par de nombreux actes de violence et d’intimidation, impliquant syndicalistes, briseurs de grève et policiers, et aussi par des émeutes populaires très localisées, relatées par les correspondants de presse et d’autres observateurs.

2À la lumière d’archives parlementaires, policières et journalistiques, nous nous proposons d’expliquer ces violences et de montrer les peurs qu’elles suscitèrent chez les travailleurs du port, les habitants de l’East End, mais aussi les policiers de Londres, alors que le Royaume-Uni connaissait une période de fortes tensions sociales et syndicales.

Première partie : aux sources de la violence

  • 1 Ces deux syndicats voulaient étendre leur influence sur des secteurs d’emploi jusque-là peu affecté (...)

3La grève dans le port de Londres qui commença le 23 mai 1912 fut essentiellement un conflit entre d’une part, l’autorité chargée de gérer le port et représentant les employeurs (le Port of London Authority), et d’autre part la National Federation of Transport Workers, une fédération de syndicats de dockers et de marins. Tout d’abord, la N.T.W.F. contestait l’embauche par le PLA de travailleurs non syndiqués. Cette question ne fut d’ailleurs jamais réglée définitivement. La N.T.W.F. (et notamment les syndicats des arrimeurs et des bateliers1) voulait le monopole d’embauche pour ses membres. Pour eux, l’embauche devait avoir lieu un peu en dehors des locaux de chaque entreprise, sous la responsabilité conjointe d’un contremaître et d’un responsable syndical. Le PLA, quant à lui, insistait sur la liberté fondamentale des employeurs d’employer indifféremment des syndiqués et des non syndiqués, en fonction des besoins en main d’œuvre. Pour les employeurs, l’embauche ne pouvait avoir lieu qu’au sein de l’entreprise, sans contrôle syndical.

  • 2 Cf. Lovell, p. 199 : « In most sectors of the port the unions felt frustrated in their aspirations, (...)
  • 3 Elie Halévy, Histoire du peuple anglais au xixe siècle, [1932] vol. 5, Paris, Hachette, 1975, p. 43 (...)

4La question des salaires constituait le deuxième motif d’insatisfaction : les revendications salariales des arrimeurs et des bateliers (en gros les relèvements des taux pratiqués) furent ensuite soutenues puis reprises par les autres corps de métier2 du port. Pour ces ouvriers les hausses salariales étaient justifiées par le décalage entre les rémunérations perçues et le rythme de travail toujours plus soutenu, exigé par des employeurs qui s’enrichissaient de plus en plus : entre 1900 et 1912, l’industrie des transports, notamment les compagnies des docks et les compagnies ferroviaires, avait réalisé des bénéfices records. Elie Halévy par exemple souligne que le gouvernement libéral d’Herbert Asquith avait abordé avec timidité la question des salaires, malgré « l’extrême prospérité des affaires pendant les dernières années d’avant-guerre [...] en 1912 [...] on atteignait pour les importations le chiffre de 744 641 000 livres, pour les exportations celui de 598 961 000 livres3 ». Harry Gosling, syndicaliste respecté de cette période, rappelle que malgré les progrès technologiques, les cadences de travail dans le milieu portuaire étaient encore excessives :

  • 4 Harry Gosling, Up &  Down Stream, London, Methuen, 1927, p. 148.

The hours of work were atrocious, totalling in many cases nearly one hundred per week, while the wages of the men, the great majority of whom were casually employed, were wretchedly low4.

  • 5 Henry Pelling, A History of British Trade Unionism, 4th ed., Harmondsworth, Penguin, 1987, p. 129.

5À la même époque (plus exactement entre 1909 et 1913) les prix des denrées de base et des loyers avaient augmenté5 ; cette hausse des prix et de l’inflation était très mal vécue par les travailleurs du port dont beaucoup n’avaient qu’un statut temporaire (casual workers).

  • 6 Halévy, p. 440. Et : Pelling, p. 126.
  • 7 Pour G. S. Jones « the dockers accepted leaders like Burns and Mann, not because of their socialism (...)

6En outre il convient de rappeler que Tom Mann, ouvrier converti au syndicalisme révolutionnaire, participa6 à la formation de la N.T.W.F., avec Ben Tillett et Harry Gosling. À l’inverse de ces derniers il voyait le parlementarisme, l’étatisme comme des duperies, et considérait la grève comme le seul instrument efficace pour émanciper les travailleurs. On peut légitimement penser qu’il exerça une influence certaine au sein de la N.T.W.F., du moins7 sur ses éléments les plus radicaux.

7Quant aux employeurs, représentés par Lord Devonport, le Président du comité de gestion du port de Londres (Port of London Authority), ils adoptèrent dès le début et tout au long de la grève une très grande fermeté : ils refusaient catégoriquement de discuter leurs décisions stratégiques en matière de salaires et d’emploi avec les syndicats.

  • 8 Pelling, p. 133. Pour les Libéraux, le rôle du gouvernement était essentiellement de faciliter les (...)

8En outre ils ne désiraient pas non plus l’intervention d’un comité de conciliation8 (Conciliation Board), comme lors de la grève de 1911 pendant laquelle Georges Askwith, négociateur respecté du Board of Trade, avait, selon Ben Tillett et Harry Gosling joué un rôle déterminant en parvenant à faire accepter par les parties en présence un contrat collectif pour les arrimeurs du port de Londres :

  • 9 Ben Tillett, Memories & Reflections, London, John Long, 1931, p. 246. Voir aussi : Harry Gosling, U (...)

A patient, plodding, big man ; unemotional, diplomatic, calm, patient, cold... in industrial negotiations he could sit without sign of being bored or absorbed, concealing his feelings... never raising his voice, never appearing to hurry, guiding the disputants on both sides without appearing to be guiding them9.

  • 10 PP/ HC 1912-3 (XLVII) 247 : Report on the present disputes affecting transport workers in the port (...)

9Ces procédures de conciliation visaient justement à empêcher la radicalisation des conflits du travail. Enfin ils refusèrent les conclusions de l’enquête10 commandée par le gouvernement sur les causes de la grève, qui étaient globalement favorables aux grévistes. La Chambre de commerce de Londres demanda même l’abrogation du Trade Disputes Act (1906) afin de mettre fin à la légalité des piquets de grève.

  • 11 Les Metropolitans furent envoyés pour rétablir l’ordre dans les années 1910 au pays de Galles, à Ca (...)
  • 12 Pour plus d’explications sur la structure et l’organisation de la « nouvelle » police, voir : Clive (...)
  • 13 En somme, le Home Secretary était le chef de la police uniquement à Londres. Selon Herbert Asquith, (...)
  • 14 Cf. Weinberger, p. 104 : « The Metropolitan Police held strict views on public order, and they expe (...)

10Il nous faut maintenant analyser l’implication croissante de la police dans la grève. Ce conflit social se déroula à Londres, siège du gouvernement central et des principales institutions ; il fut donc rapidement sous le feu des projecteurs de la presse nationale et locale, qui dénoncèrent très vite la paralysie du port et l’inaction de la police. La Metropolitan Police (MEPO) était à cette époque la force de police la plus professionnelle11 et la plus disciplinée du pays. Alors que les autres forces de police étaient contrôlées par leurs autorités locales respectives12, la MEPO était dirigée par un Metropolitan Police Commissioner, placé sous l’autorité13 directe du ministre de l’intérieur (Home Secretary). Selon Barbara Weinberger, ce schéma de commandement explique l’importance14 accordée par la MEPO à la loi et l’ordre lors de ses interventions, et l’abondante correspondance entre la MEPO et le Home Office au sujet de la légalité de telle ou telle décision concernant l’attitude de la police pendant une grève. Déjà en 1911 lors de la précédente grève des dockers, le Home Office avait publié une circulaire concernant le statut des docks, qui étaient devenus au xixe siècle lors de la révolution des transports, des propriétés des compagnies ferroviaires :

  • 15 Circular from Home Office [Edward Troup, permanent under-secretary], Dec. 1911, in : HO 45/ 10666/ (...)

It is not ordinarily the duty of county or borough police to enter private premises... they ought to enter private premises in order to prevent crime or breach of the peace [sic]15.

  • 16 Lettre du Home Office du 18-10-1911, in : HO 45/ 10666/ 216678 : Protection of railways and docks b (...)

The railway companies (apart from the fact that they have special statutory powers to provide their own police) cannot claim that their requisitions for special protection should have any priority over those of other members of the public, or over the duty of maintaining order in the public streets16.

  • 17 Circulaire du 8 février 1912, in : HO 45/ 10666/ 216678/ 2 : Police protection to railways and dock (...)
  • 18 Lettre du Home Office du 14-12-1911, à : Law officers of the Crown, in : HO 45/ 10666/ 216678/ 2 : (...)

11Cette circulaire fut reprise17 et vérifiée18 en 1912 par l’Attorney General, à la demande du Home Office. Elle était donc toujours valide au moment de la grève. Le but du Home Secretary était d’éviter une escalade et d’empêcher le PLA de faire venir des briseurs de grève.

Deuxième partie : violences ouvrières et violences policières

12Nous allons maintenant voir les préparatifs des trois forces en présence (les grévistes, les employeurs, le Home Office), qui allaient inévitablement amener des actes de violence dans tout le port de Londres : violences extérieures contre les employeurs ou leurs agents (briseurs de grève, police, armée), violences intérieures contre d’autres ouvriers (ouvriers non grévistes, ouvriers du port venant d’autres secteurs d’activité).

  • 19 Voir les très nombreux courriers reçus par le Home Office ; HO 44/ 1157/ 212342 : Disturbances : Lo (...)
  • 20 Le Home Office refusa d’abord d’envoyer les metropolitans dans les docks, arguant que : « County or (...)

13Dès le début de la grève le Home Office reçut un flot continu de lettres de marchands, d’armateurs, de compagnies de docks, d’entreprises de transport, qui toutes réclamaient19 instamment le concours de la police pour permettre la libre circulation de leurs marchandises. Le Home Office savait que l’emploi de briseurs de grève amènerait rapidement des troubles majeurs et il s’efforça dans un premier temps de dissuader20 les employeurs de leur projet.

  • 21 Ils partageaient les observations du rapport de la Commission Royale de 1906 : « The truth is that (...)
  • 22 NA/ HO 144/ 1211/ 223877/ 17 : Memo du 23 mai 1912.
  • 23 Les piquets de grève furent d’abord soumis au Conspiracy & Protection of Property Act (1875), notam (...)
  • 24 Clive Emsley, The English Police, A Political & Social History, 2nd ed., London, Longman, 1991, p.  (...)

14Parallèlement, le Home Office décida de donner des directives à ses commissaires, afin d’encadrer l’action des forces de police : une circulaire fut préparée, proposant une interprétation du Trade Disputes Act de 1906, loi qui garantissait aux syndicats le droit d’organiser des piquets de grève non violents. Pour les hauts fonctionnaires du Home Office la présence de nombreuses personnes à un piquet de grève donné constituait déjà une forme d’intimidation21 à l’égard des non grévistes : Edward Troup, Permanent Under-Secretary au Home Office, informa les chefs de divisions de la MEPO de la conduite22 à tenir en pareil cas : ils devraient procéder à l’arrestation des délinquants et les faire juger en comparution immédiate, en cas de violences contre les personnes, d’obstruction à la libre circulation des personnes et des biens, de destruction de biens matériels. Néanmoins la décision d’appréhender les grévistes était laissée à l’appréciation23 du chef d’unité sur le terrain, en fonction des circonstances. On lui conseillait d’agir avec prudence ; par exemple, un travailleur ne devait pas être approché par plus d’un policier à la fois, et seulement avec son accord24.

  • 25 PLA/ BA 3406 : lettre du 7 juin 1912 du Chief Police Officer (Tilbury docks), à : Reginald Mc Kenna (...)
  • 26 Lettre du 25-6-1912, du Home Office à : Commissioner of Police of Metropolis, in : NA/ MEPO 3/ 218  (...)
  • 27 Ben Tillett, Memories & Reflections, London, John Long, 1931, p. 244.

15En outre, suite aux rapports25 de ses commissaires sur le terrain, le Home Office augmenta considérablement les forces de police disponibles stationnées dans le port de Londres, et rappela près de 1 000 policiers à la retraite qui furent engagés pour une période d’un mois renouvelable une fois26. Il fit aussi appel à des régiments de l’armée qui furent mis en alerte, prêts à intervenir à sa requête. Cette menace fut très mal ressentie par les grévistes, qui savaient que les soldats, en cas d’émeutes faisaient souvent un usage immodéré de leurs armes, alors que les policiers avaient plus de latitude pour décider ce qu’ils pouvaient faire, face à des grévistes normalement non armés et non violents. Cela ne fit qu’accroître la colère27 des grévistes.

  • 28 Cela tendrait à confirmer l’avis de Jane Morgan qui pense que le Home Office dès cette époque, comm (...)
  • 29 Cf. Gosling, p. 161 : « The Press was dead against us this time... there were of course bad employe (...)
  • 30 Au cours du xixe siècle la violence (notamment masculine et ouvrière) est de plus en plus marginali (...)

16Le Home Secretary fut attaqué28 au Parlement par l’opposition, et aussi par la presse29 libérale et conservatrice qui lui reprochait de manquer de fermeté et de ne rien faire pour empêcher les violences30 et les intimidations des grévistes. Le 27 mai, il ordonna le rétablissement du ravitaillement de la capitale :

  • 31 Instruction du Home Office aux magistrats, in : HO 44/ 1157/ 212342 : Disturbances : London strikes (...)

Owing to the violence and disorder of the crowds, the food supply of London may be stopped. He [the Home Secretary] has given instructions to the police to arrest and charge all persons guilty of riotous proceedings, assaults, or obstruction... sharp and immediate punishment is necessary where violence or assault or criminal intimidation is clearly proved31.

  • 32 À la fin juin, près de 13 000 hommes avaient été embauchés.
  • 33 Cf. MEPO 13/ 206 : Photographs of policemen during the 1912 dock strike.
  • 34 East End News (4-6-1912) : « West Ham strikers charged », « the strike — strike disorder charges », (...)
  • 35 East End News (11-6-1912) : « the transport strike ».

17Il autorisa également le déchargement des navires par des travailleurs non grévistes32. Les policiers33 de la MEPO furent chargés de dégager les piquets de grève, d’arrêter34 les grévistes en infraction, et de protéger35 les convois de viande, les denrées périssables : le même jour, un train de travailleurs arriva au port et ces ouvriers déchargèrent un navire, le Highland Brea, sous protection policière. Puis les marchandises furent convoyées à Smithfield.

  • 36 PP/ HC 1912-3 (XLVII) 297 : Report by Mr Chester Jones on Certain Disturbances at Rotherhithe on Ju (...)
  • 37 Times (26-06-1912, p. 3) : « The Police at Rotherhithe — Further Evidence at the Home Office Inquir (...)

18Le 11 juin, à Rotherhithe, la police dispersa violemment une foule de 3 000 personnes qui voulait empêcher le départ de camions des docks. Suite aux nombreuses protestations et plaintes, et aux témoignages parus dans la presse locale, une enquête judiciaire36 fut ordonnée. Des habitants37, étrangers à la manifestation avaient été poursuivis par la police et frappés. Les nombreux témoignages recueillis par les enquêteurs révèlent l’effroi des victimes lors de cette nuit mouvementée :

  • 38 Ibid., p. 301.

Walter Albert Maxwell, residing in Culling Road, is a porter in a fruit warehouse in Arthur Street East, London Bridge. He met his brother-in-law, George Ings, a printers warehouseman in Culling Road about a quarter to 11. They both say the Police came round the corner and asked them what they were doing there : they answered that they lived down the road. The Police ordered them away and struck at them with capes ; they ran home followed by the Police ; they were struck at in the forecourt of their house38...

  • 39 P. Chassaigne évoque « la brutalité omniprésente des foules urbaines » au xixe siècle. In : Philipp (...)
  • 40 Pour un décompte des policiers blessés pendant la grève, voir : PP/ HC 1912-1913 (LXXIX) 301 : « Re (...)

19Le magistrat admit des cas isolés de violence policière, tout en approuvant l’intervention, arguant du caractère menaçant de la foule39 qui avait molesté40 plusieurs agents de police :

On this night a considerable larger crowd than usual assembled on the portion of the route at and adjoining Mill Pond Bridge, where there is an open space, sometimes used for meetings... there appears to have been in this crowd an organized band of roughs, approaching 100 in number... not the ordinary workmen on strike. The attitude of this crowd gradually became very threatening, stones, broken glass, and other missiles were thrown at the drivers of vans and at the Police accompanying them.

  • 41 Emsley (1991), p. 78 : « outside Parliament there was a feeling among many members of the working c (...)
  • 42 Wiener, p. 13.
  • 43 Emsley (1991), p. 142.

20Ce soutien inconditionnel causa beaucoup de rancœur et d’amertume parmi les ouvriers en grève41. Pour tenter d’expliquer ces brutalités policières, il faut savoir que beaucoup de policiers et de soldats avaient opté pour leurs professions par goût de l’action, du combat, et aussi pour satisfaire leurs penchants agressifs42. La peur de la foule, la colère face aux attaques et aux provocations des grévistes furent aussi très certainement des éléments déclencheurs. À cela pouvait s’ajouter la méconnaissance du quartier, tant et si bien que les policiers pouvaient se comporter comme des soldats en territoire hostile, et maltraiter tous ceux qu’ils croisaient, sans distinction aucune43. Les habitants de Poplar en firent aussi l’amère expérience :

  • 44 Memo as to interview with representatives of Social Democratic Party and Poplar Labour League with (...)

The constables used their truncheons and rough-handled many of the peaceable persons composing the crowd... another rush of mounted police scattering people in all directions... if this unnecessary violence of the police is not stopped, the men of Poplar will retaliate and there will be serious rioting and probably bloodshed44.

  • 45 East End News (21-06-1912) : « the strike — Mr Ben Tillett », (26-07-1912) : « Mr Ben Tillett’s pra (...)
  • 46 Times (06-07-1912, p. 7) : « Dock strike to continue — The City Recorder on Intimidation ».
  • 47 Wiener, p. 28 : « the war on violence was felt by many working men and their spokesmen to bear chie (...)

21Les syndicats accusaient la police de prendre le parti des employeurs en protégeant les briseurs de grève : Gosling et Tillett45 dénonçaient l’intervention de l’État en faveur du capital, ainsi que l’extension des pouvoirs de la police. Les syndicats ressentirent également un profond sentiment d’injustice lorsque les premiers grévistes arrêtés par la police furent jugés et condamnés sévèrement46 : pour eux47 la loi était au service des riches, des employeurs.

  • 48 Times (25-07-1912, p. 6) : « Rioting at the docks — Strikers’ prayer for Lord Devonport’s death — I (...)

22Peu à peu les syndicats composant la N.T.W.F. se radicalisèrent et n’hésitèrent pas à user de beaucoup de violence pour faire reculer le PLA48, les compagnies maritimes, les marchands :

  • 49 Lettre de la London Flour Millers Association, à : Home Office, in : HO 44/ 1157/ 212342/ 50 : Dist (...)

millers report that their vans are being stopped in many directions and their carmen intimidated... millers anticipate an entire stoppage of deliveries of flour to bakers and this must within a day or so cause an alarming shortage in the supply of bread49.

  • 50 Times (06-07-1912, p. 7) : « Dock Strike to continue — East End distress ».

23Ils placèrent sur les piquets de grève d’anciens soldats et des marins, habitués aux rixes et au combat. Ce choix de la violence s’accordait bien avec l’absence de discipline des grévistes, qui explique en partie leur échec, selon Gareth Stedman Jones : « The new membership proved extremely recalcitrant to the disciplines of trade unionism... nor could it be said that new unionism had in any serious way integrated the casual poor into the modern labour movement ». Les dockers du port, au statut précaire et misérable50 voyaient tout simplement d’un très mauvais œil l’arrivée de travailleurs non syndiqués, venus d’ailleurs, qui les priveraient de leurs emplois :

  • 51 Times (11-07-1912, p. 8) : « Disturbance at the Docks — Attack on Non-Unionists » ; East London Obs (...)

In the neighbourhood of the Surrey Commercial Dock, Rotherhithe, yesterday, an organized attack was made by over a hundred strikers on a body of non-unionists who have been working in the docks. The first threatening incident occurred at the end of Plough-road, furthest from the dock entrance. A non-unionist was walking along the thoroughfare eating his midday meal, when several strikers knocked the food out of his hand. According to a shopkeeper who saw the incident, the non-unionist was knocked down and kicked by the strikers... While some of the attackers continued to throw stones at the premises, others forced their way inside and attempted to drag the non-unionists out... a number of the non-unionists received injuries... ten men were taken to Guy’s Hospital... a striker was taken to the Rotherhithe Police Station and charged with disorderly conduct51.

  • 52 Cf. G. S. Jones, Outcast London : a Study of the Relationship between Classes in Victorian Society, (...)
  • 53 Clive Emsley, Hard Men : Violence in England since 1750, London, Hambledon & London, 2005, p. 108. (...)
  • 54 Près de 2 500 Metropolitans furent blessés en service en 1905. In : Chassaigne, p. 200.
  • 55 Déposition du 16-07-1912, in : HO 44/ 1211/ 223877 : Transport workers’ strike : disorder at Hyde P (...)

24En outre, cette propension à la violence n’était, selon Clive Emsley, pas surprenante : il note que certains secteurs industriels étaient statistiquement plus affectés que d’autres par les actes de violence ; c’étaient souvent ceux qui employaient des travailleurs manuels, peu ou pas qualifiés, peu disciplinés52, mais très robustes et prêts à se battre durement53 avec la police. L’animosité des dockers envers les policiers avait aussi des fondements plus anciens : depuis le début de la révolution industrielle, dans les villes, la police avait été amenée à faire appliquer avec de plus en plus de sévérité des lois et des règlements souvent contraires aux habitudes prises par les communautés ouvrières telles que le jeu ou l’alcool, d’où des frictions constantes avec les policiers parfois victimes de violences physiques54. Par exemple, le 14 juillet 1912, un rassemblement syndicaliste eut lieu à Hyde Park au cours duquel un spectateur (qui soutenait bruyamment Lord Devonport, le Pdt du PLA) fut pris à partie par la foule qui voulut le lyncher ; les policiers présents lui portèrent assistance mais ils furent tous violemment frappés et durent se replier : « I have the positive statement of a number of witnesses who saw chairs and bottles and other missiles thrown, and one of the witnesses was actually struck55. »

  • 56 PLA/ BA 3406-3407 : lettre du 1er juin 1912, de la firme J. C. Lawrence & Co., au PLA, insistant su (...)
  • 57 East End News (31-05-1912) : « The Great Strike » ; on y apprend que la chambre de commerce de Glas (...)
  • 58 PLA/ BA 3406-3407 : Lettre du 31-05-1912 de : Ed Lange, à : Chairman of the Traffic Association of (...)

25Les armateurs et les marchands de Londres restèrent inflexibles : comme l’appel de la N.T.W.F. à une grève nationale fut relativement peu suivi dans le pays, le PLA et les armateurs maritimes56 purent préparer l’arrivée de briseurs de grève venus d’autres ports britanniques57 et aussi européens58. Cela causa la colère des grévistes qui attaquèrent les briseurs de grève, souvent sans défense et apeurés par la violence de leurs assaillants :

  • 59 East London Observer (22-06-1912) : « Terrorism in detail ».

... in several instances of assault the victims have managed to struggle to their homes... it is well to let the injured men tell their narratives in their own way... Case B- Last Thursday dinner-time between twelve and one I was coming through Blackwall Tunnel Gardens with a mate. I was walking along when several chaps set upon us, calling us filthy names. One gave a signal, and they all sprang at us. One gave me a blow from the back and as I stumbled another gave me a kick under the jaw... I had been out of work so long that I was glad to get a job, and it’s very hard if a man gets this (pointing to his bandages) for going to work59.

26Suite à ces agressions, certains travailleurs non grévistes furent armés par leurs employeurs :

  • 60 Times (01-08-1912, p. 7) : « The Dock Strike and rioting » ; East London Advertiser (3-08-1912) : « (...)

a murderous affray took place yesterday morning between strikers and free labourers at Victoria Dock, and that fighting of a similar character went on at other docks. In the Victoria Dock affair revolvers were freely used, and several men were shot, receiving serious wounds in some cases... the late strikers were undoubtedly the aggressors. A body of them on entering the dock premises attacked a much larger body of free labourers... the fight began with pushing, went on to fisticuffs, and then to sticks and stones... revolvers were only used by the free labourers... But according to other accounts the strikers did carry revolvers... it is evident that the riots are a premeditated thing and part of a regular plan to drive off the free labourers. That some of the latter have been carrying revolvers is well-known. They have done so in self-defence60.

27Pour le Times il était normal que les non grévistes puissent se défendre, par tous les moyens, y compris en utilisant des armes à feu. Ce droit était légitime. Par contre les grévistes armés étaient, aux yeux du quotidien conservateur, des criminels dangereux qui ne portaient des armes que pour commettre des délits et des homicides, sous couvert d’activités syndicales.

  • 61 Gosling, p. 168 ; PLA/ BA 3081 : lettres de dockers ayant participé ou non à la grève, et demandant (...)
  • 62 PLA/ 3406-3407 : affiche du London Shipowners’ Dock Labour Committee du 21-08-1912. Et aussi : PLA/ (...)
  • 63 Daily Chronicle (1-08-1912) : « Fierce battles at the docks ». Et : PLA/ BA 3406-3407 : rapport du (...)
  • 64 PLA/ BA 3426 : lettre du PLA du 14-08-1912, accusant réception d’une liste de travailleurs envoyée (...)

28Les violences continuèrent, même lorsque la grève pris fin le 27 juillet, et que la N.T.W.F., à court de ressources, appela ses membres à reprendre le travail : beaucoup d’anciens grévistes avaient dû vendre leurs biens61 pour nourrir leurs familles. Mais, les contremaîtres avaient reçu des instructions des employeurs pour exclure les ouvriers syndiqués les plus radicaux62 du processus d’embauche, ce qui occasionna à nouveau des heurts très violents63 entre ouvriers, et aussi une abondante correspondance64 entre le Syndicat des dockers et le PLA :

  • 65 East End News (4-06-1912) : « The Strike ».

... they included many who were unionists, but were now anxious to return to work... a large number were Carmen, who were afraid to go back to their own employment, but were prepared to go down to the docks as casual labourers while the strike of carmen is in progress65.

  • 66 Lovell, p. 202, 205.
  • 67 Gosling, p. 171-2 ; East End News (31-05-1912) : l’article décrit les tensions entre la N.T.W.F. et (...)

29En effet l’accord de reprise prévoyait la réintégration de tous les anciens employés grévistes. Dans les faits, les compagnies des docks refusèrent les ouvriers les plus militants, les moins disciplinés. En outre des dockers furent embauchés à la place d’arrimeurs (qui constituaient en théorie l’aristocratie des débardeurs), ce qui donna lieu à d’autres rixes dans les docks. Cela montrait un manque de solidarité entre ouvriers, et surtout la désunion des différents syndicats composant la N.T.W.F. Une fois la grève terminée, les employeurs purent procéder à l’embauche de leurs travailleurs à l’intérieur66 de leurs locaux. Le développement des syndicats des arrimeurs et des bateliers fut enrayé : beaucoup de leurs membres démissionnèrent. La N.T.W.F. avait constitué un début prometteur mais n’arriva pas à dépasser le stade d’une fédération : les rivalités67 et les tensions entre les syndicats membres firent échouer toute idée de fusion et la grève.

Conclusion

30La violence et les peurs vécues par les différents protagonistes de la grève furent bien intenses et réelles, comme l’attestent les nombreux documents produits par ces mêmes acteurs et également d’autres observateurs. Les grévistes se radicalisèrent rapidement, en réaction à l’intransigeance des employeurs qui refusèrent tout compromis et toute négociation sous l’égide du Board of Trade. Ils intimidèrent les non syndiqués, en les harcelant et en les attaquant physiquement. La police métropolitaine, quant à elle, malgré son flegme et son expérience des émeutes populaires, s’emporta parfois et commit des excès de violence. On peut dire que la réticence du gouvernement libéral à légiférer dans le domaine du travail, en privilégiant la négociation entre employeurs et travailleurs (inopérante ici), avait amené des décisions très autoritaires : l’emploi de la police contre les grévistes (avec des attaques contre des rassemblements ouvriers, l’arrestation et l’emprisonnement de syndicalistes), la mobilisation de l’armée à des fins d’intimidation. Nul doute que ces excès donnèrent des arguments aux syndicalistes révolutionnaires et conduisirent au rejet du parti Libéral par certains travailleurs.

Haut de page

Bibliographie

Récits

Gosling, Harry, Up & Down Stream, London, Methuen, 1927, 246 p.

Tillett, Ben, Memories & Reflections, London, John Long, 1931, 286 p.

Papiers parlementaires

PP/ HC 1912-3 (XLVII) 297 : Report by Mr Chester Jones on Certain Disturbances at Rotherhithe on June 11th, 1912, and complaints against the conduct of the police in connection therewith.

PP/ HC 1912-3 (XLVII) 247 : Report on the present disputes affecting transport workers in the port of London and on the Medway [Cd. 6229].

HC 1912-3 (LXXIX) 301 : Return of persons treated as in-patients or out-patients for injuries received in connection with the transport strike with brief particulars in each case.

PP/ HC 1914 (XLVIII) 363 : Report on strikes and lock-outs and on conciliation and arbitration boards in the UK in 1912 [Cd. 7089].

Museum in Docklands

BA 3406, BA 3407 : 1911, 1912 strikes.

BA 3039, BA 3081, BA 3426 : 1911-1912 strikes.

The National Archives, Kew

NA/ HO 44/ 1157/ 212342 : Disturbances : London strikes. Transport and docks.

NA/ HO 44/ 1211/ 223877 : Transport workers’ strike : disorder at Hyde Park meeting on 14th July.

NA/ HO 45/ 10666/ 216678 : Protection of railways and docks by police.

NA/ HO 45/ 10666/ 216678/ 2 : Police protection to railways and docks premises.

NA/ HO 45/ 10666/ 216678/ 3 : Police protection at Liverpool docks.

NA/ MEPO 3/ 218 : Transport workers’ strike : calling up of police pensioners.

NA/ MEPO 13/ 206 : Photographs of policemen during the 1912 dock strike.

Tower Hamlets Local History Library

Daily Graphic.

East End News.

East London Advertiser.

East London Observer.

Haut de page

Notes

1 Ces deux syndicats voulaient étendre leur influence sur des secteurs d’emploi jusque-là peu affectés par le syndicalisme militant, en demandant des hausses salariales pour tous leurs membres, même les plus récents. Les employeurs concernés s’opposèrent avec vigueur à ces tentatives « d’intrusion ». Pour une analyse détaillée des objectifs stratégiques de ces deux syndicats, voir : John Lovell, Stevedores & Dockers, London, Macmillan, 1969, p. 180-205.

2 Cf. Lovell, p. 199 : « In most sectors of the port the unions felt frustrated in their aspirations, and they were ready to believe that in fighting the lightermen’s case they were fighting their own ».

3 Elie Halévy, Histoire du peuple anglais au xixe siècle, [1932] vol. 5, Paris, Hachette, 1975, p. 433.

4 Harry Gosling, Up &  Down Stream, London, Methuen, 1927, p. 148.

5 Henry Pelling, A History of British Trade Unionism, 4th ed., Harmondsworth, Penguin, 1987, p. 129.

6 Halévy, p. 440. Et : Pelling, p. 126.

7 Pour G. S. Jones « the dockers accepted leaders like Burns and Mann, not because of their socialism but in spite of it ». In : G. S. Jones, Outcast London : a Study of the Relationship between Classes in Victorian Society, [1971] Harmondsworth, Penguin, 1984, p. 348.

8 Pelling, p. 133. Pour les Libéraux, le rôle du gouvernement était essentiellement de faciliter les négociations entre les différents camps en présence.

9 Ben Tillett, Memories & Reflections, London, John Long, 1931, p. 246. Voir aussi : Harry Gosling, Up & Down Stream, London, Methuen, 1927, p. 158.

10 PP/ HC 1912-3 (XLVII) 247 : Report on the present disputes affecting transport workers in the port of London and on the Medway [Cd. 6229] ; PP/ HC 1914 (XLVIII) 363 : Report on strikes and lock-outs and on conciliation and arbitration boards in the UK in 1912 [Cd. 7089].

11 Les Metropolitans furent envoyés pour rétablir l’ordre dans les années 1910 au pays de Galles, à Cardiff, et aussi à Hull, Salford.

12 Pour plus d’explications sur la structure et l’organisation de la « nouvelle » police, voir : Clive Emsley, The English Police, A Political & Social History, 2nd ed., London, Longman, 1991, 287 p.

13 En somme, le Home Secretary était le chef de la police uniquement à Londres. Selon Herbert Asquith, le gouvernement central n’était pas responsable du maintien de l’ordre dans le pays : il n’avait qu’un rôle de conseil envers les autorités locales, seules responsables de l’ordre public dans leurs juridictions respectives. Cf. Barbara Weinberger, Keeping the Peace ? Policing Strikes in Britain, 1906-1926, Oxford, Berg, 1991, p. 112.

14 Cf. Weinberger, p. 104 : « The Metropolitan Police held strict views on public order, and they expected to be obeyed ».

15 Circular from Home Office [Edward Troup, permanent under-secretary], Dec. 1911, in : HO 45/ 10666/ 216678 : Protection of railways and docks by police.

16 Lettre du Home Office du 18-10-1911, in : HO 45/ 10666/ 216678 : Protection of railways and docks by police.

17 Circulaire du 8 février 1912, in : HO 45/ 10666/ 216678/ 2 : Police protection to railways and docks premises.

18 Lettre du Home Office du 14-12-1911, à : Law officers of the Crown, in : HO 45/ 10666/ 216678/ 2 : Police protection to railways and docks premises.

19 Voir les très nombreux courriers reçus par le Home Office ; HO 44/ 1157/ 212342 : Disturbances : London strikes. Transport and docks.

20 Le Home Office refusa d’abord d’envoyer les metropolitans dans les docks, arguant que : « County or borough police are not under any obligation to provide special protection for particular persons or for private premises... it rests with the local police authority in each case to decide where and in what strength the force under its control shall be disposed » ; In : HO 45/ 10666/ 216678/ 3 : Police protection at Liverpool docks.

21 Ils partageaient les observations du rapport de la Commission Royale de 1906 : « The truth is that picketing... is always and of necessity in the nature of an annoyance to the person picketed... it is obvious how easy it must be to pass from the language of persuasion into that of abuse, and from words of abuse to threats and acts of violence ». PP/ HC 1906 [Cd. 2825] LVI.15 : Report of the Royal Commission on Trade Disputes and Trade Combinations.

22 NA/ HO 144/ 1211/ 223877/ 17 : Memo du 23 mai 1912.

23 Les piquets de grève furent d’abord soumis au Conspiracy & Protection of Property Act (1875), notamment son § 7 (interdictions de violences physiques, de toute intimidation et dégradation des outils de travail), qui fut complété par le Trade Disputes Act (1906) : son § 2 permettait aux grévistes d’essayer de convaincre sans violence ni intimidation les non grévistes de les rejoindre. Ces deux lois étaient souvent diversement interprétées par la police selon les circonstances.

24 Clive Emsley, The English Police, A Political & Social History, 2nd ed., London, Longman, 1991, p. 115.

25 PLA/ BA 3406 : lettre du 7 juin 1912 du Chief Police Officer (Tilbury docks), à : Reginald Mc Kenna (Home Secretary) soulignant l’insuffisance des forces de police pour faire face aux intimidations des grévistes.

26 Lettre du 25-6-1912, du Home Office à : Commissioner of Police of Metropolis, in : NA/ MEPO 3/ 218 : transport workers’ strike : calling up of police pensioners.

27 Ben Tillett, Memories & Reflections, London, John Long, 1931, p. 244.

28 Cela tendrait à confirmer l’avis de Jane Morgan qui pense que le Home Office dès cette époque, commença à vouloir assumer un rôle de coordination voire de direction en matière de maintien de l’ordre et de lutte contre la criminalité, au niveau national, mais se heurta aux résistances des autorités locales ; cf. Jane Morgan, Conflict & Order : the Police and Labour Disputes in England & Wales, 1900-1939, Oxford, Clarendon, 1987, p. 30.

29 Cf. Gosling, p. 161 : « The Press was dead against us this time... there were of course bad employers it admitted... but said the Morning Post, what about the bad trade union leaders who « do not like to see contented labour and good employers ? » »

30 Au cours du xixe siècle la violence (notamment masculine et ouvrière) est de plus en plus marginalisée et condamnée par la société et les autorités ; cf. Martin Wiener, Men of Blood : Violence, Manliness & Criminal Justice in Victorian England, Cambridge, CUP, 2004, p. 75.

31 Instruction du Home Office aux magistrats, in : HO 44/ 1157/ 212342 : Disturbances : London strikes. Transport and docks.

32 À la fin juin, près de 13 000 hommes avaient été embauchés.

33 Cf. MEPO 13/ 206 : Photographs of policemen during the 1912 dock strike.

34 East End News (4-6-1912) : « West Ham strikers charged », « the strike — strike disorder charges », (19-7-1912) : « right to strike or work » ; East London Advertiser (24-8-1912) : « charges of riotous conduct ».

35 East End News (11-6-1912) : « the transport strike ».

36 PP/ HC 1912-3 (XLVII) 297 : Report by Mr Chester Jones on Certain Disturbances at Rotherhithe on June 11th, 1912, and complaints against the conduct of the police in connection therewith. Et aussi : Times (16-08-1912) : « The Disturbances at Rotherhithe — Conduct of the Police ».

37 Times (26-06-1912, p. 3) : « The Police at Rotherhithe — Further Evidence at the Home Office Inquiry » ; Times (28-06-1912, p. 7) : « The Rotherhithe Inquiry — Doctor’s account of injuries to patients ».

38 Ibid., p. 301.

39 P. Chassaigne évoque « la brutalité omniprésente des foules urbaines » au xixe siècle. In : Philippe Chassaigne, Ville & Violence : tension et conflits dans la Grande-Bretagne victorienne, 1840-1914, Paris, PUPS, 2005, p. 196.

40 Pour un décompte des policiers blessés pendant la grève, voir : PP/ HC 1912-1913 (LXXIX) 301 : « Return of persons treated as in-patients or out-patients for injuries received in connection with the transport strike with brief particulars in each case ».

41 Emsley (1991), p. 78 : « outside Parliament there was a feeling among many members of the working class that the policeman’s word was always believed in court in preference to that of a poor man ».

42 Wiener, p. 13.

43 Emsley (1991), p. 142.

44 Memo as to interview with representatives of Social Democratic Party and Poplar Labour League with respect to conduct of police in Poplar on 9th inst., in : HO 44/ 1157/ 212342 : Disturbances : London strikes. Transport and docks.

45 East End News (21-06-1912) : « the strike — Mr Ben Tillett », (26-07-1912) : « Mr Ben Tillett’s prayer, followed by a great riot ».

46 Times (06-07-1912, p. 7) : « Dock strike to continue — The City Recorder on Intimidation ».

47 Wiener, p. 28 : « the war on violence was felt by many working men and their spokesmen to bear chiefly on them... the old theme of one law for the rich man, and one for the poor man ».

48 Times (25-07-1912, p. 6) : « Rioting at the docks — Strikers’ prayer for Lord Devonport’s death — Incitements to violence » : on y rapporte des propos très violents de Ben Tillett, de R. Williams, de Anderson (syndicat des arrimeurs), contre les employeurs et le gouvernement.

49 Lettre de la London Flour Millers Association, à : Home Office, in : HO 44/ 1157/ 212342/ 50 : Disturbances : London strikes. Transport and docks.

50 Times (06-07-1912, p. 7) : « Dock Strike to continue — East End distress ».

51 Times (11-07-1912, p. 8) : « Disturbance at the Docks — Attack on Non-Unionists » ; East London Observer (22-06-1912) : « terrorism in detail » ; East End News (14-06-1912) : « non unionist’s leg broken at Purfleet », (25-06-1912) : « violent struggle in the docks — afraid to go to work », (12-07-1912) : « riot at Surrey Commercial Docks — windows smashed ».

52 Cf. G. S. Jones, Outcast London : a Study of the Relationship between Classes in Victorian Society, [1971] Harmondsworth, Penguin, 1984, p. 347.

53 Clive Emsley, Hard Men : Violence in England since 1750, London, Hambledon & London, 2005, p. 108. Martin Wiener note que le combat physique était une habitude bien ancrée dès l’enfance chez les Anglais ; cf. Wiener, p. 42.

54 Près de 2 500 Metropolitans furent blessés en service en 1905. In : Chassaigne, p. 200.

55 Déposition du 16-07-1912, in : HO 44/ 1211/ 223877 : Transport workers’ strike : disorder at Hyde Park meeting on 14th July. Ce dossier contient de nombreuses dépositions de policiers blessés au cours de cette manifestation.

56 PLA/ BA 3406-3407 : lettre du 1er juin 1912, de la firme J. C. Lawrence & Co., au PLA, insistant sur l’engagement de briseurs de grève.

57 East End News (31-05-1912) : « The Great Strike » ; on y apprend que la chambre de commerce de Glasgow avait proposé 1 000 travailleurs non syndiqués au PLA.

58 PLA/ BA 3406-3407 : Lettre du 31-05-1912 de : Ed Lange, à : Chairman of the Traffic Association of Thames Shipping, au sujet de dockers pouvant être amenés d’Allemagne.

59 East London Observer (22-06-1912) : « Terrorism in detail ».

60 Times (01-08-1912, p. 7) : « The Dock Strike and rioting » ; East London Advertiser (3-08-1912) : « End of strike — riot at the docks » ; East End News (2-08-1912) : « fight at Victoria Docks — revolvers at the docks ».

61 Gosling, p. 168 ; PLA/ BA 3081 : lettres de dockers ayant participé ou non à la grève, et demandant humblement du travail ou leur réintégration ; East London Advertiser (3-08-1912) : « distress in East London », (10-08-1912) : « Helping the dockers — homes sold up », (24-08-1912) : « Distress in Poplar ».

62 PLA/ 3406-3407 : affiche du London Shipowners’ Dock Labour Committee du 21-08-1912. Et aussi : PLA/ BA 3039 : lettre du 12-09-1912 du : Superintendent (Surrey Commercial Docks), demandant une liste des employés ayant travaillé pendant la grève.

63 Daily Chronicle (1-08-1912) : « Fierce battles at the docks ». Et : PLA/ BA 3406-3407 : rapport du Chief Police Officer (16-08-1912) à : General Manager, au sujet d’émeutes à Tilbury entre syndiqués et non syndiqués.

64 PLA/ BA 3426 : lettre du PLA du 14-08-1912, accusant réception d’une liste de travailleurs envoyée par le Dockers’ Union : chaque cas fit l’objet d’une enquête auprès des contremaîtres et de la police. Et aussi : lettre du 12-08-1912 du Chief Superintendent of Docks, à : Mr Ellis (India & Millwall Docks), avec une liste annotée de dockers.

65 East End News (4-06-1912) : « The Strike ».

66 Lovell, p. 202, 205.

67 Gosling, p. 171-2 ; East End News (31-05-1912) : l’article décrit les tensions entre la N.T.W.F. et la Foremen Lightermen’s Society.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tri Tran, « Violence et syndicalisme dans le port de Londres en 1912 »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 67 printemps | 2008, mis en ligne le 07 janvier 2021, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/8528 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.8528

Haut de page

Auteur

Tri Tran

Université de Tours

Tri TRAN est Maître de Conférences à l’Université de Tours et membre du CEUMA (Université Paris IV) co-dirigé par Jacques Carré et Sophie Body-Gendrot. Il a publié des articles dans différentes revues universitaires. Depuis sa thèse de doctorat (1996, Paris IV, dir. A. Jumeau) considérée comme un travail pionnier sur les archives du port de Londres au xixe siècle, ses travaux portent sur trois aspects de l’histoire ouvrière britannique entre 1815 et 1914 : la criminalité, l’émigration et le syndicalisme. Il travaille actuellement sous la direction du professeur William Findlay

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search