Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67 printempsComptes rendusMartin Ray. Thomas Hardy Remember...

Comptes rendus

Martin Ray. Thomas Hardy Remembered. « The Nineteenth Century Series »

Annie Escuret

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble 150 entretiens ou témoignages concernant Thomas Hardy et présentés dans un ordre chronologique qui couvre les principales phases de la vie de l’écrivain, de l’adolescence jusqu’à sa mort mais sans offrir, pour autant, une mise en ordre du pur événementiel. Certains de ces textes sont inédits puisqu’il s’agit des souvenirs de certains amis qui ont bien connu Hardy de son vivant. La première partie intitulée « Interviews » permet de retrouver des « entretiens » publiés dans la presse locale : « Hodge as I know him » parut dans le Pall Mall Gazette du 2 janvier 1892. Merci à Martin Ray pour ses notes érudites qui permettent d’identifier les auteurs de ces textes parfois anonymes comme ce témoignage sur « Hodge » qu’il attribue à Charles Kegan Paul (1828-1902), un auteur et un éditeur qui contribua à faire connaître les œuvres de Hardy (et qui joua un rôle aussi important que Leslie Stephen). Le texte « Representative Men at Home : Mr Thomas Hardy at Max Gate » paru dans le Cassell Saturday Journal du 25 juin 1892 pourrait avoir été écrit par Hardy lui-même ! À l’inverse, le texte suivant : « An Evening with Thomas Hardy » est bien de la main du journaliste Frederick Dolman qui rencontra effectivement Hardy et qui tira trois articles de cette rencontre. Hardy écrivit en marge de l’article « largely faked ». Le journaliste avait rapporté des propos que Hardy avait tenus alors qu’il croyait l’entretien terminé et, du coup, les hardyens comprennent mieux le peu de sympathie que Hardy avait pour les journalistes car ils n’étaient pas fiables. Dans cet article, Hardy dit qu’il vit à l’écart du monde pendant six mois et que cela lui permet d’écrire alors qu’il se disperserait s’il vivait toute l’année à Londres. Il estime que Hugo et lui sont des sages (qui vont s’inscrire dans la durée) tandis que Dickens s’est épuisé ! Ces témoignages ont un intérêt variable : si l’interlocuteur est un écrivain (comme William Archer (1856-1924) qui, de toute évidence, avait bien lu l’œuvre de Hardy), l’entretien devient une mine pour nous aujourd’hui. Hardy précise que The Trumpet-Major est, de tous ses romans, celui qui emprunte le plus à des faits ou des traditions historiques. Archer avoue son admiration pour tous les savoirs que Hardy convoque sous sa plume et il rappelle qu’il tomba amoureux de la prose de Hardy en lisant, pour la première fois la description du ciel étoilé dans Far From the Madding Crowd :

I shall never forget the first page of yours I ever came across — when I picked up an odd number of the Cornhill, five-and-twenty years ago, and read the passage in Far From the Madding Crowd where you describe Gabriel Oak standing at midnight on the brow of a hill and actually seeing the revolution of the earth as the constellations wheel under the horizon. It seems to me there isn’t a contour of the country, from Exonbury to Christminster, that isn’t mapped in your mind. You appear to know every copse and common, every elbow of every lane, every « churchhay », every water-mead, every « eweleaze ». You have history, local tradition, folklore, village gossip, all at your fingers’ ends. You — Mr Hardy (laughing). Oh, I’m not such an encyclopaedia as all that ! Perhaps some of what you take for my knowledge may be « only my artfulness ». But it is true that my feeling for this country is that of the countryman born and bred. Have you ever noticed the different relation to nature of the town child and the country child ? The town-bred boy will often appreciate nature more than the country boy, but he does not know it in the same sense. He will rush to pick a flower which the country boy does not seem to notice. But it is part of the country boy’s life. It grows in his soul — he does not want it in his button-hole. Then I lived, too, in close contact with the people. »

2Ce long extrait nous semble typique de l’ensemble de l’ouvrage de Martin Ray dont le (patient) travail de notes éclaire chaque page ou presque. Si les deux témoignages de Gissing sont accablants, celui d’Edith Wharton est plus mesuré car chaque auteur réagit avec sa subjectivité ! En effet, les événements empiriques d’une vie d’auteur sont ici, de toute évidence, soumis à des configurations discursives où l’archivage des faits bruts passe par une reconfiguration. Les textes de Gissing nous en disent plus sur lui que sur Hardy et son épouse. Il n’y a jamais de transparence du « biographique » mais un travail de recomposition et les documents (assez hétéroclites !) de ce volume n’échappent pas à la règle, même si les textes choisis nous rappellent le vif intérêt de Hardy pour la littérature, l’architecture, les ruines romaines, le folklore du Wessex, les dialectes locaux, l’épopée napoléonienne, les pendaisons ou autres sujets familiers. En un mot, nous recommandons la lecture de cet ouvrage aux spécialistes de Thomas Hardy car il rassemble des textes difficiles d’accès (comme ces extraits de la presse de l’époque) et cela leur fera gagner un temps précieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Escuret, « Martin Ray. Thomas Hardy Remembered. « The Nineteenth Century Series » »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 67 printemps | 2008, mis en ligne le 09 février 2021, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/8582 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.8582

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search