Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67 printempsComptes rendusMaureen Moran. Catholic Sensation...

Comptes rendus

Maureen Moran. Catholic Sensationalism and Victorian Literature

Annie Escuret
Référence(s) :

Maureen Moran. Catholic Sensationalism and Victorian Literature. Liverpool : Liverpool University Press, 2007. 228 p. ISBN : 978-1-84631-070-6. £ 45.00. hardback.

Texte intégral

1Cet ouvrage fait partie d’une collection : « Liverpool English Texts and Studies », no 49 et son auteur (qui enseigne la littérature anglaise à l’université de Brunel-West London) se propose de montrer à partir d’analyses textuelles et idéologiques les préjugés à l’égard des Catholiques à l’époque victorienne. Si les catholiques font « scandale » (font « sensation » pour Maureen Moran), c’est parce qu’ils représentent l’autre ou l’Autre (« that exotic, corrupt religious Other which is inscribed as the implacable anti-English enemy »).

2Le premier chapitre (« Sensational Invasions : The Jesuit, the State and the Family ») est consacré à l’analyse de Westward Ho ! (1855) (de Charles Kingsley) et de The Black Robe (1881) de Wilkie Collins, le second (« Nuns and Priests : Sensations of the Cloister ») à Villette (1853) de Charlotte Brontë et aux monologues de Browning, le troisième (« Persecution and Martyrdom : The Law and the Body ») à The Vale of Cedars, or The Martyr (1850) de Grace Aguilar et à Romola (1863) de George Eliot, le quatrième (« Feeling the Great Change : Conversion and Authority of Affect ») à Lothair (1870) de B. Disraeli, John Inglesant (1880) de J. H. Shorthouse et Helbeck of Bannisdale (1898) de Mary Ward et le cinquième (enfin) (« Art Catholicism and the New Catholic Baroque ») à la poésie de G. M. Hopkins et de Francis Thompson.

3Dans son « Introduction », Moran déclare vouloir cartographier le paysage imaginaire du catholicisme romain toujours associé au scandale à l’époque victorienne :

This book is about an imaginary landscape : a sensationalized geography of Roman Catholicism and widely circulated in Victorian culture. This is a contentious space. It is the site of Protestant defensive battles and Catholic countercultural skirmishes over denominational authority in a society outwardly aligned with Christian principles but increasingly reliant on science and material evidence to validate « truth ». This terrain of extremes is characterized by linguistic extravagances and plots of crime and violence, of persecution and intrigue.

4Pourquoi tous ces excès envers les catholiques (dans la presse, la littérature, la culture, la vie politique) ? Moran nous montre que ce n’est pas par hasard si on associe catholicisme et crimes ou images de torture chaque fois qu’il est question de pouvoir, de vérité ou d’identité (nationale) car, en criant haro sur le baudet, les protestants faisaient bloc. Girard aurait parlé de bouc émissaire ! Se moquer des catholiques était un sport national à l’époque victorienne que tous les groupes pratiquaient à qui mieux mieux, des politiciens aux historiens en passant par les hommes d’Église. Moran a raison de rappeler (en Introduction) les tensions et les conflits entre catholiques et réformés qui alimentaient les sentiments antipapistes : l’Église de Rome symbolisait l’arbitraire alors que le Protestantisme était synonyme de liberté individuelle. Le sentiment de méfiance se développa après 1829 (date de l’Émancipation des catholiques britanniques) qui permit l’avènement du « Second Printemps » avec le Mouvement d’Oxford, le rôle joué par les Tractarians (Keble, Pusey, Froude et Newman), le rétablissement de la hiérarchie du clergé catholique (1850) et la croissance démographique lorsque le flux des immigrants irlandais vient grossir le nombre des pratiquants. C’est aussi l’époque où les déçus de l’anglicanisme imitent Newman (partisan d’un retour à la Tradition apostolique). Parmi les premiers romans catholiques, à orientation historique et hagiographique, qui marquent l’avènement de ce type de récit, on peut citer Fabiola de Wiseman (1854) et Callista de Newman (1856). Moran ne s’intéresse pas du tout au roman catholique mais plutôt aux textes littéraires (écrits par des auteurs de confessions diverses, y compris catholiques) contaminés par la romance et le roman « noir » et qui mettent en scène des personnages censés être « catholiques » (comme George Eliot, qui n’était pas catholique mais l’auteur de Romola). En effet, avec l’avènement du roman gothique (1860-1890), le Moyen-Âge (par définition catholique) devient l’époque de prédilection des auteurs à la mode et c’est ce type de roman qui a (précisément) pour postulat de base l’association entre mal et catholicisme. À l’opposé se trouvent les récits d’édification (subordonnés à l’apologétique et au prosélytisme) du roman catholique sentimental illustré (par exemple) par lady Georgiana Fullerton et autres. Moran ne s’intéresse pas davantage à la période décadente illustrée par Lionel Johnson, Ernest Dowson, Aubrey Beardsley, Oscar Wilde ou Frederick Rolfe dont les œuvres font une large place à la composante déliquescente de l’exotisme catholique ni à la littérature catholique édouardienne et sa dimension polémique représentée par Ronald Firbank, Ford Maddox Ford, Compton Mackenzie, Robert Hugh Benson, Hilaire Belloc et autres. Ses chapitres sont consacrés à Charles Kingsley (« Broad Church »), Grace Aguilar (juive), George Eliot (agnostique), J. H. Shorthouse (quaker), Mary Ward, G. M. Hopkins et Francis Thomson (catholiques) et autres écrivains dont les œuvres ont contribué à cartographier le territoire du « sensationnalisme catholique » en faisant de l’hérétique (religieux) leur repoussoir. En s’attachant à peindre des transgressions, des vices ou des « péchés », ces auteurs ont fini par faire entrer (dans le domaine esthétique, social, culturel, éthique et politique) l’autre et l’Autre qui ont fini par avoir droit de cité : l’autre de corps, l’autre de classe ou l’Autre sous forme d’émotions ou d’affect. En effet, de nombreuses sciences balbutiaient à cette époque-là comme la médecine, la physiologie, la psychologie et ceci explique cela : on diabolise ce que l’on connaît mal ! La vogue du roman noir a montré les limites du réalisme littéraire à l’époque victorienne (réalisme fondé sur la logique, la raison, la causalité, la finalité, la vraisemblance et autres postulats empruntés à la mécanique classique de Newton). Du coup, certains auteurs ont donné droit de cité à la terreur, à la monstration ou à l’excès qui est l’interface entre romance et novel. Pour Moran, le sensationnalisme victorien « ouvre » vers l’affect, vers l’éthique et ne renvoie pas les lecteurs à une sentimentalité mièvre : « It replaces the passive, escapist comforts of the older genres with a somatic involvement — a physical frisson that moves the reader from shock to curiosity, and thence to the active decoding of a hidden truth. » En un mot, une littérature paradoxale qui fascine et qui révulse à la fois en ouvrant de nouveaux territoires.

5Un bel ouvrage qui se lit avec plaisir : juste, riche, nuancé dans ses analyses textuelles (comme le chapitre IV consacré à une admirable comparaison entre Lothair, John Inglesant et Helbeck of Bannisdale et ce, même si nous avons regretté l’absence de toute référence bibliographique à des travaux français (comme ceux d’Annie Ramel sur J. H. Shorthouse ou ceux de Jean-Michel Ganteau sur le roman catholique !).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Escuret, « Maureen Moran. Catholic Sensationalism and Victorian Literature »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 67 printemps | 2008, mis en ligne le 09 février 2021, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/8605 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.8605

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search