Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67 printempsComptes rendusJohn Glendening. The Evolutionary...

Comptes rendus

John Glendening. The Evolutionary Imagination in Late-Victorian England : An Entangled Bank

Annie Escuret
Référence(s) :

John Glendening. The Evolutionary Imagination in Late-Victorian England : An Entangled Bank. Aldershot : Ashgate, 2007. 234 p. ISBN : 978-0-7546-5821-4. £ 55.00.

Texte intégral

1L’auteur de cet ouvrage enseigne la littérature anglaise à l’Université du Montana (U.S.A.). Dès le titre, nous avons l’impression d’être en terrain familier : l’épistémocritique ou l’interaction entre discours scientifiques et littéraires à l’époque victorienne puisqu’il a pour objet « l’enchevêtrement » de certaines images ou de certains thèmes (comme l’ordre ou le chaos ou « le hasard et la nécessité » pour reprendre l’expression de Jacques Monod) empruntés à l’évolutionnisme avec certains romans comme Tess of the D’Urbervilles de T. Hardy (1891), The Island of Doctor Moreau de H. G. Wells (1895), Dracula de Bram Stoker (1897) et Heart of Darkness de J. Conrad (1902). Ce travail semble s’inscrire dans la lignée de ceux de Gillian Beer (Darwin’s Plots : Evolutionary Narrative in Darwin, George Eliot and Nineteenth-Century Fiction publié en 1983) ou de George Levine (Darwin and the Novelists, 1988). Certes, il s’ouvre bel et bien par un rappel historique et théorique des théories darwiniennes dans son « Prologue », « Tierra del Fuego, 1832-33 » mais Glendening précise dans son « Introduction » que son travail s’inspire plutôt de ce que l’on nomme le « new Darwinism » dont le porte-parole est Joseph Carroll (Evolution and Literary Theory [1995] et Literary Darwinism [2004)]) : « While dismissive of creationism, Darwinian humanism particularly combats the socio-linguistic constructionism asserted by post-structuralist and associated modes of thought that has heavily influenced literary studies since the 1970s. Constructionism denies or calls into question the existence of human nature and the possibility of objective knowledge. Applying insights from the field of evolutionary psychology, which stresses the evolutionary roots of much individual and societal behaviour, « the new Darwinism » asserts not only that Darwinism, like other forms of scientific investigation, offers access to truth, but that nature is at least as important as nurture in shaping human behaviours. These include the production of literature, whose concerns and patterns manifest evolutionary history because to a large degree they grow out of universal human interests, motivations, and behaviours. This perspective underlies my own understanding and treatment of biological evolution and its relation to society. My particular focus, however, is upon how Darwinism informs novels relative to a late Victorian culture that generally encouraged authors to stress, not objective truths illuminated by Darwinism but the contingencies, uncertainties, and confusions generated by it along with other forms of evolutionary theory. To this degree my project overlaps that of post-structuralism. » (8) Cette déclaration d’intention nous permet (sans doute) de mieux apprécier le sérieux de l’entreprise de Glendening qui nous offre une plongée dans l’histoire de la langue puisqu’il commence par retracer les occurrences du terme « entanglement » dans les dictionnaires au fil des siècles et dans la littérature. Ce passionnant voyage nous apprend beaucoup sur l’idéologie associée à certains termes au Siècle des lumières puis à l’époque romantique. L’auteur ne se limite pas à L’Origine des espèces puisqu’il cite toute l’œuvre de Darwin et qu’il intègre d’autres aspects du darwinisme comme le néo-lamarckisme (à savoir la théorie transformiste qui explique l’évolution des êtres vivants par l’influence directe du milieu) et les différentes théories du chaos en commençant par celle de E. Ray Lankester (Degeneration : A Chapter in Darwinism [1880]), celle de Max Nordau (Entartung [1892]) (ouvrage traduit en anglais sous le titre Degeneration en 1895) avant de consacrer quelques pages aux théories contemporaines des attracteurs étranges et aux systèmes déterministes et imprévisibles qui mélangent ordre et chaos. Certes, Glendening cite les travaux de Gregory J. Chaitin, de Poincaré et de Stephen Jay Gould mais il ne mentionne pas ceux de Prigogine ou de Jacques Monod. Le chapitre II (« “Green Confusion” : Evolution and Entanglement in Wells’s The Island of Doctor Moreau ») est consacré à H. G. Wells, le III à Tess of the D’Urbervilles (de Hardy), le IV à Dracula (de Stoker) et le V à Conrad (Heart of Darkness). Remercions Glendening pour son « Introduction » qui résume fort bien l’enjeu critique et idéologique de cet ouvrage et ses analyses textuelles pertinentes dans l’ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Escuret, « John Glendening. The Evolutionary Imagination in Late-Victorian England : An Entangled Bank »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 67 printemps | 2008, mis en ligne le 09 février 2021, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/8620 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.8620

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search