Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67 printempsComptes rendusDeborah Denenholz Morse and Marti...

Comptes rendus

Deborah Denenholz Morse and Martin A. Danahay (eds). Victorian Animal Dreams : Representations of Animals in Victorian Literature and Culture/The Nineteenth Century Series

Annie Escuret
Référence(s) :

Deborah Denenholz Morse and Martin A. Danahay (eds). Victorian Animal Dreams : Representations of Animals in Victorian Literature and Culture/The Nineteenth Century Series. Aldershot : Ashgate, 2007. 322 p. ISBN : 978-0-7546-5511-4. £50.00.

Texte intégral

1Cet ouvrage comporte 29 illustrations (fort bien choisies), une introduction de Morse et Danahay et une postface de Harriet Ritvo. Tous les articles portent effectivement sur la représentation des animaux à l’époque victorienne : la première partie (intitulée « Science and Sentiment ») nous décrit la façon dont les Victoriens commémorent leurs animaux familiers, leur goût pour les collections de scarabées, la chasse aux éléphants, de leur passion pour les plumes ou de la symbolique du chien dans Great Expectations. La deuxième partie (intitulée « Sex and Violence ») comprend l’article de Martin A. Danahay (« Nature Red in Hoof and Paw : Domestic Animals and Violence in Victorian Art »), celui de Mary Jean Corbett (« “The Crossing o’ Breeds” in The Mill on the Floss »), « Horses and Sexual/ social Dominance » (de Elsie B. Michie) et « Pacific Harvests : Whales and Albatrosses in Nineteenth-Century Markets » d’Anca Vlasopolos. La dernière partie (« Sin and Bestiality ») contient cinq articles : « “The Mark of the Beast” : Animals as Sites of Imperial Encounter from Wuthering Heights to Green Mansions » de D. Denenholz Morse, « Beastly Criminals and Criminal Beasts : Stray Women and Stray Dogs in Oliver Twist » (de Grace Moore), « The Sins of Sloths : The Moral Status of Fossil Megatheria in Victorian Culture » (de Alan Rauch), « Tiger Tales » (de Heather Schell) et « The Empire Bites Back : The Racialized Crocodile of the Nineteenth Century » (de Mary Elizabeth Leighton et de Lisa Surridge). Si nous avons choisi de donner la liste des articles, c’est pour faciliter le travail des collègues intéressés par tel ou tel roman (ou auteur) ou tel ou tel aspect de la culture victorienne. Ces différentes études n’ont rien de marginal puisqu’elles s’inscrivent dans un débat éthique, philosophique et épistémologique qui est loin d’être clos aujourd’hui comme les droits des animaux, la vivisection, la disparition de certaines espèces et autres, comme le rappellent Morse et Danahay qui partent du roman d’Anna Sewell, Black Beauty, publié en 1877 et qui raconte la vie d’un cheval à la première personne. Ce roman suivit de peu la publication du texte de Charles Darwin, The Expression of the Emotions in Man and Animals (1872) et ces deux ouvrages contribuèrent à nourrir la croyance en une subjectivité animale et à enhardir ceux qui luttaient contre la souffrance animale. Même le chien Nana (créé par James Barrie pour sa pièce Peter Pan en 1904) a plus de jugeote que la figure de parent symbolisée par Mr Darling. Ces animaux devinrent des modèles à suivre pour l’éducation du cœur des adultes et des enfants. Tous ces travaux soulignent la porosité de la frontière entre l’homme et l’animal à l’époque victorienne : on anthropomorphise l’animal (comme dans le roman d’Anna Sewell) et les contradictions abondent. Grâce aux travaux de Foucault ou de Derrida, la distance entre l’homme et l’animal a été gommée : L’Animal que donc je suis est l’ouvrage posthume (publié par Jacques Derrida en 2006), texte édité par Marie-Louise Mallet à partir des conférences données à Cerisy. Derrida reprocherait sans doute à Anna Sewell de parler « à la place de l’animal ». Dans cet ouvrage, Derrida se livre à une archéologie du statut de l’animal dans les textes de Descartes, Kant, Levinas, Lacan et Heidegger. Il reproche à tous ces philosophes de parler de l’animal en général (excepté Deleuze !). Il leur reproche aussi de définir le propre de l’homme en une série d’affirmations arbitraires comme la parole, la raison, la culture, la technique, le mensonge, le rire, le respect, etc., ce qui les conduit à postuler la supériorité de l’homme et de ses droits vis-à-vis de l’animal mais sans l’interroger véritablement. Que savons-nous, au juste, de ce qui distingue la vie des animaux de la nôtre ? À force de faire semblant de savoir, on finit par limiter les conceptions que nous pouvons nous faire de nous-mêmes ou de l’animal et de l’animalité. En nous mettant en garde contre la classification qui nous conduit à ranger les animaux dans des « espèces » pour en faire nos « choses » que nous traitons à notre guise, Derrida fait de ce problème de représentation une question éthique.

2Tous les articles de ce volume sont dignes d’intérêt car ils « nous » concernent, ils « nous » parlent de culture et de nature, de respect de la vie sous toutes ses formes. À lire de façon impérative !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Escuret, « Deborah Denenholz Morse and Martin A. Danahay (eds). Victorian Animal Dreams : Representations of Animals in Victorian Literature and Culture/The Nineteenth Century Series »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 67 printemps | 2008, mis en ligne le 09 février 2021, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/8645 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.8645

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search